Laudanum

ÔĽŅ
Laudanum
Bouteille de Laudanum/teinture d'opium
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laudanum (homonymie).

Le laudanum est une pr√©paration √† base d'alcalo√Įdes du pavot somnif√®re prescrit essentiellement dans le traitement symptomatique des diarrh√©es aigu√ęs et chroniques, r√©sistantes √† tout autre traitement m√©dicamenteux. Il est disponible sous forme de gouttes et n'est d√©livr√© que sur prescription d'un m√©decin.

C'est généralement une teinture d'opium, quelquefois adoucie par du sucre et aussi appelée vin d'opium.

Historique

Au XVIe si√®cle, le m√©decin suisse Paracelse (1493-1541) exp√©rimenta la valeur m√©dicale de l'opium. Celle-ci √©tait telle (analg√©sique tr√®s puissant) qu'il le nomma Laudanum, du latin laudare, louer, ou de labdanum, le terme pour un extrait de plante. Il ne connaissait pas ses propri√©t√©s addictives.

Au XIXe si√®cle, le laudanum √©tait utilis√© dans de nombreux cas pathologiques "pour soulager la douleur...pour amener le sommeil...pour apaiser des irritations...pour contr√īler des s√©cr√©tions excessives...pour soutenir le syst√®me (immunitaire)...et comme un sudorifique". Parce que la pharmacop√©e de l'√©poque √©tait limit√©e, les m√©dicaments d√©riv√©s de l'opium comptaient parmi les plus efficaces ; ainsi le laudanum fut largement prescrit pour des maladies allant du simple rhume √† la m√©ningite, en passant par les maladies cardiaques, tant chez l'adulte que l'enfant.

Les √®res Romantiques et Victoriennes furent marqu√©es par la large diffusion du laudanum en Angleterre, en Europe et aux √Čtats-Unis. Ce fut d'abord une drogue r√©pandue dans la classe ouvri√®re, car le laudanum, qui n'√©tait pas tax√© "Breuvage alcoolis√©", √©tait moins cher qu'une bouteille de gin ou de vin : c'√©tait une m√©dication √† usage l√©gal. Parmi les personnalit√©s litt√©raires d√©pendantes du laudanum on peut relever : Coleridge, qui lutta mis√©rablement contre son penchant durant une grande partie de sa vie d'adulte ; de Quincey ; Byron ; Mary Shelley, qui souffrait de violentes hallucinations caus√©es par le laudanum ; Charles Dickens ; Lewis Carroll ; Antonin Artaud ; Wilkie Collins et Baudelaire. Il y eut aussi des personnalit√©s politiques (Wilberforce, Meriwether Lewis) qui firent usage de cette drogue.

Un nombre incalculable de femmes de l'√®re Victorienne se virent prescrire du laudanum pour soulager des crampes menstruelles et des douleurs latentes, et l'utilisaient pour parvenir au teint p√Ęle associ√© √† la tuberculose (la p√Ęleur √©tait recherch√©e par les femmes √† cette √©poque). Les nourrices donnaient du laudanum √† la cuill√®re aux enfants, dont beaucoup moururent myst√©rieusement, en r√©alit√© d'overdoses.

Littérature

Le personnage d'Oscar Hopkins dans le roman de Peter Carey Oscar et Lucinda (en) (1988) utilise du laudanum (au d√©part par coercition) pour dominer son hydrophobie lors de son exp√©dition de Sydney. De plus, le personnage de Mary Shelley, Victor Frankenstein (1831) utilise du laudanum pour l'aider √† s'endormir apr√®s la mort de son ami, Henry Clerval.

Le laudanum figure aussi dans des fictions historiques. Dans la s√©rie de romans Aubrey-Maturin de Patrick O'Brian (dont a √©t√© tir√© le film "Master and commander : De l'autre c√īt√© du monde"), le chirurgien du vaisseau, Stephen Maturin, utilise la drogue dans l'exercice de son m√©tier, et lutte contre sa propre addiction √† celle-ci.

Dans le roman La rose rebelle de l'auteure canadienne Linda Holeman, un anglais distribue allègrement du laudanum à des immigrantes indiennes afin d'obtenir d'elles des faveurs sexuelles.

On retrouve √©galement le laudanum dans La Chambre double de Charles Baudelaire ; en effet, il en usait pour soulager les douleurs qu'il ressentait face √† sa syphilis, participant ainsi √† l'illusion de sa chambre ¬ę double ¬Ľ.

Thomas De Quincey relate les effets de l'opium dans son Ňďuvre majeure : les Confessions d'un Anglais mangeur d'opium. Cette prise de laudanum vise au d√©part √† soulager ses douleurs d'estomac mais elle finira vite par √™tre le lot quotidien de De Quincey.

Dans le roman Omoo (1847) de l'√©crivain am√©ricain Herman Melville, le narrateur raconte un tour jou√© par des marins en d√©tention √† un m√©decin venu les ausculter : apr√®s avoir tous ing√©r√© une petite quantit√© de laudanum, ils font mine d'√™tre inconscients, ce qui provoque la panique du m√©decin qui ne comprend pas ce qui se passe.

Jules Romains y fait allusion dans Knock ou le Triomphe de la médecine lors de l'entretien avec le pharmacien Mousquet.

Dans le roman de Ken Follett "L'Homme de Saint-Petersbourg", Lydia prend régulièrement du laudanum pour s'endormir.

Dans Anna Kar√©nine de L√©on Tolsto√Į, Anna en utilise pour pouvoir dormir, apr√®s que son mari lui a refus√© de voir son fils.

Dans Dracula de Bram Stoker (1897), le Comte se sert de laudanum pour endormir les servantes de Lucy.

Dans Dixie de Julien Green, Elizabeth prend régulièrement du laudanum administré par sa gouvernante Miss Llewelyn pour faire face à la mort de son mari Billy, tué lors de la guerre de Sécession.

Laudanum est également le nom d'un camp retranché qui abrite une garnison de légionnaires dans les albums d'Astérix.

Au cinéma et à la télévision

Dans le film Entretien avec un vampire adapt√© du c√©l√®bre livre d'Anne Rice, Claudia utilise du Laudanum pour endormir deux jeunes enfants afin de les offrir √† son ¬ę p√®re ¬Ľ Lestat.

Dans le film From Hell, Johnny Depp en distille dans une préparation à base d'absinthe. Il fume également de l'opium.

Dans Tombstone (film), la femme de Hyatt en utilise pour soigner des migraines.

Dans la série "Boardwalk Empire", produite par Martin Scorsese, on y voit une jeune femme mutilée en consommer pour atténuer ses souffrances.

Dans la série "American Horror Story" le personnage principal découvre qu'il a été drogué au laudanum par sa bonne.

Enfin dans la série "Deadwood", qui se déroule à la fin du XIXème dans la ville éponyme de l'Ouest américain, Ms. Garret, Alma de son prénom, en consomme souvent, soi-disant pour soulager ses maux de tête.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Laudanum de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Laudanum ‚ÄĒ Combination of Morphine morphinan Codeine morphinan Thebaine morphinan Papaverine benzylisoquinoline Clinical data Pregna ‚Ķ   Wikipedia

  • laudanum ‚ÄĒ [ lodan…Ēm ] n. m. ‚ÄĘ XIVe; laudamum XIIIe; alt√©r. du lat. ladanum ¬ę r√©sine du ciste ¬Ľ, gr. ladanon ‚ô¶ Teinture alcoolique d opium, soporifique tr√®s utilis√© avant le d√©veloppement des neuroleptiques modernes. ¬ę Je prends de l opium. Mes gouttes de… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Laudanum ‚ÄĒ ist eine Fl√ľssigkeit, die aus in Alkohol gel√∂stem Opium besteht. Sie war bis zum Verbot von Opiaten Anfang des 20. Jahrhunderts ein weit verbreitetes Arzneimittel. Sp√§ter nannte man Laudanum auch Opiumtinktur. Laudanum Medizinflasche 100¬†ml… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • laudanum ‚ÄĒ LAUD√ĀNUM s.n. SubstanŇ£ńÉ narcoticńÉ extrasńÉ din opiu, folositńÉ ca medicament. [pr.: la u ] ‚Äď Din fr., lat. laudanum. Trimis de ana zecheru, 13.09.2007. Sursa: DEX 98 ÔĽŅ laud√°num s. n. (sil. lau ) Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: DicŇ£ionar… ‚Ķ   Dic»õionar Rom√Ęn

  • Laudanum ‚ÄĒ Lau da*num, n. [Orig. the same wort as ladanum, ladbdanum: cf. F. laudanum, It. laudano, ladano. See {Ladanum}.] Tincture of opium, used for various medical purposes. [1913 Webster] Note: A fluid ounce of American laudanum should contain the… ‚Ķ   The Collaborative International Dictionary of English

  • LAUDANUM ‚ÄĒ (Heb. ◊ú◊ē÷Ļ◊ė, AV, myrrh ), one of the spices which the Ishmaelite caravan carried from Gilead to Egypt (Gen. 37:25). It is also included among the choice fruits of the land sent by Jacob to the ruler of Egypt (ibid. 43:11). onkelos translates lot… ‚Ķ   Encyclopedia of Judaism

  • Laudanum ‚ÄĒ LaudńĀnum (lat.), fr√ľher jedes Beruhigungs und Einschl√§ferungsmittel, jetzt s.v.w. Opium; L. Sydenhams (Laudanum liquń≠dum Sydenhami) ist safranhaltige Opiumtinktur (s.d.) ‚Ķ   Kleines Konversations-Lexikon

  • laudanum ‚ÄĒ c.1600, from Mod.L. laudanum (1540s), coined by Paracelsus for a medicine he mixed, supposed to contain gold and crushed pearls and many expensive ingredients, but probably owing its effectiveness to only one of them, opium. Perhaps from L.… ‚Ķ   Etymology dictionary

  • LaudńÉnum ‚ÄĒ LaudńÉnum, weinige Opiumtinctur ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • LaudńÉnum ‚ÄĒ (lat.), bei den √Ąrzten des Mittelalters jedes Beruhigungsmittel (insbes. aus Opium) sowie jede Zubereitung, worin sie das Wirksame einer Substanz verwirklicht glaubten. Von solchen hat sich bis auf unsre Zeit nur das L. Sydenhams (L. liquidum… ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • Laudanum ‚ÄĒ Laudanum, Opiumextract. s. Opium ‚Ķ   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.