L'Ecole des femmes


L'Ecole des femmes

L'École des femmes

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'École des femmes (roman).
L’École des femmes

Illustration de L’École des femmes

Gravure de l’édition de 1719.


Auteur Molière
Genre Comédie
Pays d'origine France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Jean II Guignard
Date de parution 1663
Date de la 1re représentation 26 décembre 1662
Metteur en scène Molière

L’École des femmes est une comédie de Molière en 5 actes (comportant respectivement 4, 5, 5, 9 et 9 scènes) et en vers (1779 dont 1737 alexandrins), créée au Théâtre du Palais-Royal le 26 décembre 1662.

Sommaire

Distribution

Acteurs et actrices ayant créé les rôles
Personnage Acteur ou actrice
Arnolphe, autrement M. de La Souche Molière
Agnès, jeune fille innocente élevée par Arnolphe Mlle de Brie[réf. nécessaire]
Horace, amant d’Agnès La Grange
Alain, paysan, valet d’Arnolphe Brécourt
Georgette, paysanne, servante d’Arnolphe Madeleine Béjart ou Mlle La Grange
Chrysalde, ami d’Arnolphe L'Espy
Enrique, beau-frère de Chrysalde
Oronte, père d’Horace et grand ami d’Arnolphe
Un Notaire De Brie

Résumé

Théâtre

Par catégories
Série théâtre

Personnalités

Acteur - Actrice
Metteur en scène
Décorateur
Dramaturge

Voir aussi

Pièce - Salle
Histoire - Genres
Festivals - Récompenses
Techniques

Le portail du théâtre
  • Acte I - Arnolphe, aussi appelé M. de La Souche, est un homme d’âge mûr qui aimerait jouir du bonheur conjugal, mais il est hanté par la crainte d’être trompé par une femme. Aussi a-t-il décidé d’épouser sa pupille Agnès, élevée dans l’ignorance, recluse dans un couvent. Il fait part de ses projets à son ami Chrysalde, qui désapprouve la façon dont la jeune fille a été tenue à l’écart des réalités. Horace, fils d’Oronte (un autre ami d’Arnolphe), est tombé amoureux d’Agnès au premier regard ; il se confie à Arnolphe dont il ignore le rôle de tuteur, lui avouant qu’il a fait sa cour et raillant le personnage de M. de La Souche. Ce dernier en conçoit de l’amertume.
  • Acte II - Alain et Georgette, les serviteurs, sont réprimandés pour avoir permis à un jeune homme de rencontrer sa pupille. Arnolphe interroge Agnès afin de savoir ce qu'il s’est passé lors de cette entrevue, et la teneur de leurs propos. Il est rassuré par le récit qu’elle lui fait, sa réputation n’a pas été entachée, mais il décide de précipiter le mariage. Agnès, croyant que son futur mari est Horace, lui exprime sa gratitude, mais le barbon la détrompe sans ménagement.
  • Acte III - Arnolphe inculque à sa future épouse les rudiments des devoirs conjugaux, sans oublier les terribles effets de l’infidélité. Agnès semble se résigner à ce triste avenir. Horace rencontre le tuteur qui savoure déjà la déconvenue du jeune homme : les serviteurs lui ont refusé une nouvelle visite, et la belle l’a renvoyé en lui lançant une pierre ... à laquelle était jointe un mot d’amour. C’est Arnolphe qui enrage, obligé de reconnaître sa jalousie, et donc son amour ; et il aimerait être aimé en retour.
  • Acte IV - Arnolphe, plus que jamais déterminé dans ses projets, donne des instructions drastiques à ses serviteurs, ils doivent refouler le jeune prétendant à coups de bâton. Nouvelle rencontre entre le tuteur et le galant, celui-ci lui apprend qu’il a réussi à s’introduire dans la maison, mais que l’arrivée impromptue de M. de La Souche a obligé Agnès à le cacher dans une armoire. En outre, il lui confie qu’il a un rendez-vous pour le soir même et qu’il projette d’enlever la jeune fille. Ainsi renseigné, Arnolphe appelle son notaire pour la rédaction du contrat de mariage et se prépare à piéger son rival. L'acte IV scène 1 ne consiste qu'en un seul monologue d'Arnolphe où il exprime son vœu final de se battre jusqu'au bout pour l'amour d'Agnès. En effet, ce passage se situe après la déclaration d'amour d'Agnès envers Horace ce qui bouleverse profondément le pauvre Arnolphe, qui se rend compte par la même occasion qu'il est tombé amoureux de sa protégée.
  • Acte V - Le traquenard a bien fonctionné, Horace a été roué de coups par les deux serviteurs, et il n’a d’autre choix que de faire l’assommé. Agnès s’est enfuie et a rejoint son amant, ne voulant retourner chez son tuteur. Horace, toujours ignorant de l’identité du tuteur, demande à Arnolphe d’héberger et de protéger la jeune fille. Le barbon triomphe, mais elle ignore superbement son discours exalté. Entrée d’Oronte, le père d’Horace, il veut unir son fils à la fille de son ami Enrique, de retour des Amériques, après un long séjour. Horace demande l’aide d’Arnolphe qui lui dévoile ironiquement son identité. Coup de théâtre, il s’avère qu’Agnès est la fille d’Enrique. En effet, Agnés est issue d'une liaison cachée, Enrique donne donc cette fille aux serviteurs d'Arnolphe ; les amants vont pouvoir unir leurs destinées, au grand désespoir de l’ex-tuteur. Le dernier mot de celui-ci est : « Oh ! » (vers 1764).

Commentaires

Portrait de Molière par Charles-Antoine Coypel.

Le 20 février de cette année 1662 Molière, à quarante ans, avait épousé Armande Béjart, âgée de dix-neuf ans, la fille de sa maîtresse, Madeleine, ce qui lui vaut de nombreuses attaques et d’être accusé de relations incestueuses avec cette personne qui pourrait être sa fille. La pièce fait scandale, l’année 1663 voit défiler une série de pièces écrites en droit de réponse à la précédente. Molière répond à ses adversaires par La Critique de l'école des femmes. Edme Boursault, auteur attitré de l’Hôtel de Bourgogne, écrit alors une comédie intitulée Le Portrait du peintre, ou la Contre-critique de l’école des Femmes, Molière réplique à son tour avec son Impromptu de Versailles en caricaturant Boursault et les acteurs de l’Hôtel de Bourgogne. Et ainsi de suite : de Villiers répond par La Vengeance des Marquis.

En janvier 1664, Montfleury compose un Impromptu de l’Hôtel de Condé, où, en voulant croquer méchamment une caricature de Molière, il décrivit à merveille son incontestable talent d’acteur comique, qui fit, pour une bonne part, le succès de ses comédies :

[...] il vient, le nez au vent,
Les pieds en parenthèse et l’épaule en avant,
Sa perruque, qui suit le côté qu’il avance,
Plus pleine de lauriers qu’un jambon de Mayence,
Ses mains sur les côtés d’un air un peu négligé,
Sa tête sur le dos comme un mulet chargé,
Ses yeux fort égarés ; débitant ses rôles,
D’un hoquet perpétuel sépare ses paroles.

L’intérêt de L’École des femmes, c’est sa réalité. Molière, pour la première fois a délibérément choisi d’ancrer la comédie dans le réel de son époque. Les personnages sont ses contemporains qui évoluent avec leur complexité. De cette peinture et de ce drame, il nous propose une philosophie de la vie, basée sur le respect du naturel et de nos prédispositions.

Commentaire de Molière lui-même dans La Critique de l'école des femmes par la voie d’Uranie : « Ce qui me paraît assez plaisant, c’est qu’un homme qui a de l’esprit, et qui est averti de tout par une innocente [...] et par un étourdi [...] ne puisse avec cela éviter ce qui arrive ».

Répliques célèbres

  • « Je sais un paysan, qu’on appelait Gros-Pierre,
Qui, n’ayant pour tout bien qu’un seul quartier de terre,
Y fit tout à l’entour faire un fossé bourbeux,
Et de Monsieur de l’Isle en prit le nom pompeux. » (Chrysalde, acte I, scène I, vers 179-182)
  • « Le petit chat est mort. » (Agnès, acte II, scène V, vers 461) (Jacques Brel cite cette réplique dans Les Vieux, Renaud dans Le Petit Chat est mort.)
  • « Nous sommes tous mortels, et chacun est pour soi. » (Arnolphe, acte II, scène V, vers 462)
  • « Du côté de la barbe est la toute-puissance. » (Arnolphe, acte III, scène II, vers 700)
  • « Il le faut avouer, l’amour est un grand maître :
Ce qu’on ne fut jamais il nous enseigne à l’être. »
  • « L’amour, n’est ce pas l’art d’affuter les esprits. » (Horace, acte III, scène IV, vers 900-901)

Adaptations cinématographiques

  • 1941 : film français de Max Ophüls, resté inachevé
  • Scénario : d'après la pièce de Molière
  • Adaptation : Max Ophuls, Louis Jouvet et Jean Kiehl
  • Assistant réalisateur : Fred Surville, Paul Lambert, Pierre de Hérain
  • Images : Michel Kelber, Gérard Perrin, assistés d'Adrien Porchet
  • Montage : Pierre de Hérain
  • Son : Joseph de Bretagne, Bruno Muller, assistés de Fritz Obitseh
  • Décors : Christian Bérard
  • Ensemblier : Camille Demangeat, Léon Deguillova
  • Costumes : Germaine Périer, Christian Bérard
  • Maquillage : Hagop Arakelian, assisté de Achile Raymond
  • Musique : Vittorio Rieti
  • Script-girl : Monique de Gastyne
  • Régie générale : René Besson, René Dalton
  • Administration : Marcel Karsenty
  • Chef de production : Pierre Cailler, Jean-Mario Bertschy, François Martalet, O.W Seeberger, Paul Elter, Giuseppe Pizzera
  • Directeur de production : Jean-Paul Madeux
  • Secrétaire de production : Charlotte Delbo
  • Production : T.E.M (Terre et Mer), Films S.A, Neuchâtel
  • Pellicule 35 mm, noir et blanc

Distribution

et la troupe de l’Athénée.
Le tournage avait lieu dans la salle de l’opéra de Genève en janvier (du 05 au 18)1941. Le film fut rapidement interrompu sans doute à cause des désaccords qui avaient surgi entre Jouvet, d’une part, Ophüls et Madeleine Ozeray, d’autre part. Les scènes tournées, plus nombreuses qu’il n’a été dit (entre 20 et 25% du film), semblent avoir totalement disparu.
Distribution :
Maurice Jacquemont : Arnolphe
Huguette Hue : Agnès
Stéphane Ariel : Oronte
Jean-Pierre Delamare : Horace
Gilles Léger : Chrysalde
Géo Wallery : Alain
Alain Mottet
Alice Reichen
Philippe Douchez
Distribution :
Isabelle Adjani : Agnès
Bernard Blier : Arnolphe
Gérard Lartigau : Horace
Robert Rimbaud : Chrysalde
Marc Eyraud : Alain
Micheline Luccioni : Georgette
Paul Cambo : Oronte
Francis Lemaire : Enrique
Maurice Nazil
Distribution :
Philippe Clévenot : Arnolphe
Anouk Grinberg : Agnès
Charles Berling : Horace
Mireille Franchino : Georgette
Alain Frérot
David Gabison
Daniel Martin
Jean-Claude Sachot
Marc-Henri Boisse

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du théâtre Portail du théâtre
  • Portail des femmes Portail des femmes
  • Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715) Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715)
Ce document provient de « L%27%C3%89cole des femmes ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article L'Ecole des femmes de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • L'École Des Femmes — Pour les articles homonymes, voir L École des femmes (roman). L’École des femmes Gravure de l’édition de 1719 …   Wikipédia en Français

  • L'École des femmes — Cet article concerne la comédie de Molière. Pour le roman d André Gide, voir L École des femmes (roman). L’école des femmes …   Wikipédia en Français

  • L'école des femmes — Pour les articles homonymes, voir L École des femmes (roman). L’École des femmes Gravure de l’édition de 1719 …   Wikipédia en Français

  • L'École des femmes (téléfilm, 1983) — L École des femmes (Hustruskolan) est un téléfilm suédois réalisé par Ingmar Bergman, diffusé en 1983. Sommaire 1 Synopsis 2 Commentaire 3 Fiche technique 4 …   Wikipédia en Français

  • La Critique De L'école Des Femmes — est une comédie en un acte et en prose de Molière, créée au Théâtre du Palais Royal le vendredi 1er juin 1663 Sommaire 1 Résumé 2 Quelques répliques …   Wikipédia en Français

  • La Critique de l'ecole des femmes — La Critique de l école des femmes La Critique de l école des femmes est une comédie en un acte et en prose de Molière, créée au Théâtre du Palais Royal le vendredi 1er juin 1663 Sommaire 1 Résumé 2 Quelques répliques …   Wikipédia en Français

  • La Critique de l'école des femmes — est une comédie en un acte et en prose de Molière, créée au Théâtre du Palais Royal le vendredi 1er juin 1663 Sommaire 1 Résumé 2 Quelques répliques …   Wikipédia en Français

  • La critique de l'école des femmes — est une comédie en un acte et en prose de Molière, créée au Théâtre du Palais Royal le vendredi 1er juin 1663 Sommaire 1 Résumé 2 Quelques répliques …   Wikipédia en Français

  • La Critique de l'École des femmes — est une comédie en un acte et en prose de Molière, créée au Théâtre du Palais Royal le vendredi 1er juin 1663. Résumé Deux femmes, Uranie et Élise, reçoivent dans leur salon des connaissances et des amis, et tous discutent de la pièce L …   Wikipédia en Français

  • L'École des femmes (roman) — Cet article concerne le roman d André Gide. Pour la comédie de Molière, voir L École des femmes. L École des femmes Auteur André Gide Genre Roman Pays d origine …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.