Konstantinos Karamanlis (1907-1998)

ï»ż
Konstantinos Karamanlis (1907-1998)

KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s (1907-1998)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s.
KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s
ÎšÏ‰ÎœÏƒÏ„Î±ÎœÏ„ÎŻÎœÎżÏ‚ ÎšÎ±ÏÎ±ÎŒÎ±ÎœÎ»ÎźÏ‚
154e, 156e, 158e & 173e Premier ministre grec
1e de la TroisiÚme République hellénique
{{{légende}}}

Actuellement en fonction
Mandat actuel
Depuis le {{{début mandat actuel}}}
Président(s) {{{président actuel}}}
Président fédéral {{{président fédéral actuel}}}
Président(s) de la République {{{président de la république actuel}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation actuel}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'Ă©tat actuel}}}
Souverain(s) {{{Souverain}}}
Monarque(s) {{{monarque actuel}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur actuel}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement actuel}}}
Législature(s) {{{législature actuel}}}
Majorité(s) {{{coalition actuel}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint actuel}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur actuel}}}

Mandat
21 juillet 1974 - 10 mai 1980
Président(s) {{{président4}}}
Président fédéral {{{président fédéral4}}}
Président(s) de la République Konstantínos Tsåtsos
Président(s) de la Nation {{{président de la nation4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'Ă©tat4}}}
Monarque(s) {{{monarque4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement4}}}
Législature(s) {{{législature4}}}
Majorité(s) {{{coalition4}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint4}}}
Prédécesseur Adamantios Androutsopoulos
Successeur {{{successeur4}}}

Mandat
4 novembre 1961 - 17 juin 1963
Président(s) {{{président3}}}
Président fédéral {{{président fédéral3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république3}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'Ă©tat3}}}
Monarque(s) {{{monarque3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement3}}}
Législature(s) {{{législature3}}}
Majorité(s) {{{coalition3}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint3}}}
Prédécesseur Konstantinos Dovas
Successeur {{{successeur3}}}

Mandat
17 mai 1958 - 20 septembre 1961
Président(s) {{{président2}}}
Président fédéral {{{président fédéral2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république2}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'Ă©tat2}}}
Monarque(s) {{{monarque2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur2}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement2}}}
Législature(s) {{{législature2}}}
Majorité(s) {{{coalition2}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint2}}}
Prédécesseur Konstantinos Georgakopoulos
Successeur {{{successeur2}}}

Mandat
6 octobre 1955 - 5 mars 1958
Monarque(s) {{{monarque1}}}
Président(s) {{{président1}}}
Président fédéral {{{président fédéral1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république1}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'Ă©tat1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur1}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement1}}}
Législature(s) {{{législature1}}}
Majorité(s) {{{coalition1}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint1}}}
Prédécesseur Alexandros Papagos
Successeur {{{successeur1}}}

Autres fonctions
{{{fonction1}}}
PĂ©riode
{{{début fonction1}}} - {{{fin fonction1}}}
Président(s) {{{président 1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 1}}}
Monarque(s) {{{monarque 1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 1}}}
Premier ministre {{{premier ministre 1}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 1}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 1}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 1}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 1}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 1}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 1}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 1}}}
Législature(s) {{{législature 1}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 1}}}
Successeur {{{successeur 1}}}

{{{fonction2}}}
PĂ©riode
{{{début fonction2}}} - {{{fin fonction2}}}
Président(s) {{{président 2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 2}}}
Monarque(s) {{{monarque 2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 2}}}
Premier ministre {{{premier ministre 2}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 2}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 2}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 2}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 2}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 2}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 2}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 2}}}
Législature(s) {{{législature 2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 2}}}
Successeur {{{successeur 2}}}

{{{fonction3}}}
PĂ©riode
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président(s) {{{président 3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 3}}}
Monarque(s) {{{monarque 3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 3}}}
Premier ministre {{{premier ministre 3}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 3}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 3}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 3}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 3}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 3}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 3}}}
Législature(s) {{{législature 3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 3}}}
Successeur {{{successeur 3}}}

{{{fonction4}}}
PĂ©riode
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président(s) {{{président 4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 4}}}
Monarque(s) {{{monarque 4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 4}}}
Premier ministre {{{premier ministre 4}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 4}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 4}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 4}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 4}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 4}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 4}}}
Législature(s) {{{législature 4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 4}}}
Successeur {{{successeur 4}}}

{{{fonction5}}}
PĂ©riode
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président(s) {{{président 5}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 5}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 5}}}
Monarque(s) {{{monarque 5}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 5}}}
Premier ministre {{{premier ministre 5}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 5}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 5}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 5}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 5}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 5}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 5}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 5}}}
Législature(s) {{{législature 5}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 5}}}
Successeur {{{successeur 5}}}

{{{fonction6}}}
PĂ©riode
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président(s) {{{président 6}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 6}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 6}}}
Monarque(s) {{{monarque 6}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 6}}}
Premier ministre {{{premier ministre 6}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 6}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 6}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 6}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 6}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 6}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 6}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 6}}}
Législature(s) {{{législature 6}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 6}}}
Successeur {{{successeur 6}}}

{{{fonction7}}}
PĂ©riode
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président(s) {{{président 7}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 7}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 7}}}
Monarque(s) {{{monarque 7}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 7}}}
Premier ministre {{{premier ministre 7}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 7}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 7}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 7}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 7}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 7}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 7}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 7}}}
Législature(s) {{{législature 7}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 7}}}
Successeur {{{successeur 7}}}

{{{fonction8}}}
PĂ©riode
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président(s) {{{président 8}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 8}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 8}}}
Monarque(s) {{{monarque 8}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 8}}}
Premier ministre {{{premier ministre 8}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 8}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 8}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 8}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 8}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 8}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 8}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 8}}}
Législature(s) {{{législature 8}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 8}}}
Successeur {{{successeur 8}}}

{{{fonction9}}}
PĂ©riode
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président(s) {{{président 9}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 9}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 9}}}
Monarque(s) {{{monarque 9}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 9}}}
Premier ministre {{{premier ministre 9}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 9}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 9}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 9}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 9}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 9}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 9}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 9}}}
Législature(s) {{{législature 9}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 9}}}
Successeur {{{successeur 9}}}

{{{fonction10}}}
PĂ©riode
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président(s) {{{président 10}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 10}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 10}}}
Monarque(s) {{{monarque 10}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 10}}}
Premier ministre {{{premier ministre 10}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 10}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 10}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 10}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 10}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 10}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 10}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 10}}}
Législature(s) {{{législature 10}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 10}}}
Successeur {{{successeur 10}}}

{{{fonction11}}}
PĂ©riode
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président(s) {{{président 11}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 11}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 11}}}
Monarque(s) {{{monarque 11}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 11}}}
Premier ministre {{{premier ministre 11}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 11}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 11}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 11}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 11}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 11}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 11}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 11}}}
Législature(s) {{{législature 11}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 11}}}
Successeur {{{successeur 11}}}

Biographie
Nom de naissance {{{nom naissance}}}
Naissance 8 mars 1907
Flag of Greece.svg KĂŒpköy, GrĂšce
DĂ©cĂšs 23 avril 1998
{{{lieu du décÚs}}}
Nature du décÚs {{{nature}}}
Nationalité Grecque
Parti politique ΕΞΜÎčÎșÎź ÎĄÎčÎ¶ÎżÏƒÏ€Î±ÏƒÏ„ÎčÎșÎź ΈΜωσÎčς
Nea Dimokratia
Conjoint
Enfants {{{enfants}}}
DiplÎmé de {{{université}}}
Profession {{{profession}}}
Résidence {{{résidence}}}
Signature {{{signature}}}

Coat of arms of Greece.svg
Premiers ministres grecs


KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s (en grec ÎšÏ‰ÎœÏƒÏ„Î±ÎœÏ„ÎŻÎœÎżÏ‚ ÎšÎ±ÏÎ±ÎŒÎ±ÎœÎ»ÎźÏ‚), nĂ© le 8 mars 1907 dans la ville de KĂŒpköy (aujourd'hui Proti, nome de SerrĂšs) et dĂ©cĂ©dĂ© le 23 avril 1998, est un homme politique grec du milieu du XXe siĂšcle. Il fut plusieurs fois Premier Ministre avant d’ĂȘtre Ă©lu PrĂ©sident.

Sommaire

Jeunesse

Quand il naquit, KĂŒpköy faisait partie de l’Empire ottoman ; il ne devint citoyen grec qu’en 1913 quand la MacĂ©doine fut rĂ©unie Ă  la GrĂšce Ă  la suite de la deuxiĂšme guerre des Balkans. Son pĂšre, Georgios CaramanlĂ­s, Ă©tait professeur. AprĂšs son enfance en MacĂ©doine, KonstantĂ­nos partit Ă  AthĂšnes pour ses Ă©tudes de droit. Il exerça ensuite Ă  SerrĂšs et entra en politique au Parti populiste conservateur. Il fut Ă©lu dĂ©putĂ© pour la premiĂšre fois Ă  l'Ăąge de 28 ans lors des derniĂšres Ă©lections avant la Seconde Guerre mondiale. Pour des raisons de santĂ©, il ne participa pas au conflit grĂ©co-italien et en 1941, aprĂšs l'invasion de la GrĂšce par l'armĂ©e allemande, il s'installa comme juriste Ă  AthĂšnes, oĂč il se joignit Ă  un groupe d'intellectuels militant contre l'occupation.

Premier ministre

AprĂšs la guerre, KaramanlĂ­s monta rapidement les Ă©chelons du monde politique grec. Son ascension fut fortement soutenue par un proche ami et membre du mĂȘme parti : Lampros Eutaxias alors Ministre de l'agriculture du gouvernement de Konstantinos Tsaldaris. En 1947 il obtint son premier poste de ministre dans ce mĂȘme gouvernement : Ministre de l'emploi. Puis il devint Ministre des travaux publics dans le gouvernement du Rassemblement grec (ΕλληΜÎčÎșÎżÏ ÎŁÏ…ÎœÎ±ÎłÎ”ÏÎŒÎżÏ) d'Alexandre Papagos. Il s'y illustra Ă  cette tache et entra dans les bonnes grĂąces de la reine Frederika, dont il devint un ami trĂšs proche. Quand Papagos mourut en 1955, le roi Paul Ier de GrĂšce le nomma tout naturellement premier ministre. Le roi le fit ainsi passer devant Stephanos Stephanopoulos et Panagiotis Kanellopoulos qui Ă©taient considĂ©rĂ©s comme les favoris pour succĂ©der Ă  Papagos.

KaramanlĂ­s rĂ©organisa le Synagermos en Union Radicale Nationale (ΕΞΜÎčÎșÎź ÎĄÎčÎ¶ÎżÏƒÏ€Î±ÏƒÏ„ÎčÎșÎź ΈΜωσÎčς). Il gagna alors une solide majoritĂ© lors des trois Ă©lections suivantes (1956, 1958 et 1961).

En 1959 il annonça un plan quinquennal pour l'économie grecque en insistant sur l'agriculture, la production industrielle, et en prévoyant de lourds investissements dans les infrastructures et la promotion du tourisme.

Sur le plan international, KaramanlĂ­s abandonna l’Enosis (unification de la GrĂšce et de Chypre) pronĂ©e par les gouvernements prĂ©cĂ©dents et se prononça en faveur de l'indĂ©pendance de Chypre. En 1958, son gouvernement amorça des nĂ©gociations avec le Royaume-Uni et la Turquie qui aboutirent au traitĂ© de Zurich, une base pour l'indĂ©pendance de Chypre. En 1959 le plan fut ratifiĂ© Ă  Londres par l'archevĂȘque Makarios.

L'affaire Merten

Max Merten Ă©tait Kriegverwaltungsrat (conseiller administratif militaire) des forces d'occupation nazies Ă  Salonique. En 1959, il fut condamnĂ© comme criminel de guerre mais on lui accorda l'amnistie et il fut expulsĂ© en RĂ©publique fĂ©dĂ©rale d'Allemagne rapidement. Le 28 septembre 1960, les journaux allemands Hamburger Echo et Der Spiegel publiĂšrent des extraits de la dĂ©position de Merten aux autoritĂ©s allemandes selon lesquelles KaramanlĂ­s et Takos Makris, le ministre de l'intĂ©rieur, Ă©taient des informateurs pendant l'occupation. Merten affirmait que KaramanlĂ­s et Makris avaient Ă©tĂ© rĂ©compensĂ©s de leur services par un commerce de Salonique appartenant Ă  un Juif envoyĂ© Ă  Auschwitz. KaramanlĂ­s rĂ©futa ces accusations et prouva que Merten avait essayĂ© de le faire chanter avant de faire ses "aveux". Il accusa alors l'opposition d'ĂȘtre Ă  l'origine de cette affaire. Cependant, celle-ci resta au cƓur des discussions politiques jusqu'aux dĂ©buts de 1961 et crĂ©a de vives tensions entre le Premier Ministre et le Roi.

Exil

L'Union Nationale Radicale (ERE) remporta les Ă©lections du 29 octobre 1961 avec 50,80% des voix. Le 31, Georges Papandreou affirma que les rĂ©sultats Ă©taient truquĂ©s. KaramanlĂ­s rĂ©torqua que, si fraude il y avait, elle avait Ă©tĂ© organisĂ©e par le palais. La tension politique augmenta quand Papandreou refusa de reconnaĂźtre le gouvernement KaramanlĂ­s. Le 14 novembre 1961 il lança une "lutte persistante" (Î±ÎœÎ­ÎœÎŽÎżÏ„Îż Î±ÎłÏŽÎœÎ±) contre KaramanlĂ­s.

La tension entre le Premier Ministre et le palais augmente encore lorsque KaramanlĂ­s mit son veto Ă  une initiative de collecte de fonds par la reine Frederika. En juillet 1963, KaramanlĂ­s dĂ©missionna de son poste de Premier Ministre aprĂšs un nouveau dĂ©saccord avec le roi Paul de GrĂšce et partit quatre mois Ă  l'Ă©tranger. Le pays Ă©tait alors en Ă©bullition Ă  cause de l'assassinat du docteur Gregoris Lambrakis, un membre de la gauche au parlement, par l'extrĂȘme-droite pendant une manifestation pour la paix Ă  Thessalonique.

En novembre, Karamanl&is et son parti perdirent les Ă©lections lĂ©gislatives au profit du parti de l'union du centre (ΈΜωση ÎšÎ­ÎœÏ„ÏÎżÏ…) de Georgios Papandreou. Déçu par le rĂ©sultat KaramanlĂ­s quitta la GrĂšce sous le nom de Triadafyllithis et passa les onze annĂ©es suivantes en un exil Ă  Paris en France, oĂč il devint un ami de ValĂ©ry Giscard d'Estaing. Il fut remplacĂ© par Panagiotis Kanellopoulos Ă  la tĂȘte de l'ERE.

Premier ministre Ă  nouveau

Au long de son exil en France, KaramanlĂ­s s'opposa, verbalement, Ă  la dictature des colonels, la junte militaire qui avait pris le pouvoir en GrĂšce en avril 1967. En juillet 1974, lorsque , placĂ© dans l'impasse Ă  la suite de l'invasion de Chypre par les Turcs, le rĂ©gime des colonels crut bon de faire appel Ă  lui, KaramanlĂ­s ne posa aucune condition et retourna Ă  AthĂšnes Ă  bord de l'avion prĂ©sidentiel français prĂȘtĂ© par ValĂ©ry Giscard d'Estaing. Il se fit alors proclamer Premier Ministre d'un gouvernement d'union nationale.

Malgré l'instabilité et le danger de la situation politique, qui le forcÚrent à dormir à bord d'un yacht protégé par un destroyer pendant plusieurs semaines aprÚs son retour, Karamanlís agit promptement pour relacher la tension entre la GrÚce et la Turquie qui étaient au bord de la guerre à cause de la crise chypriote. Il lança également le processus de transition de la dictature militaire à une démocratie pluraliste.

Pendant cette pĂ©riode appelĂ©e "metapolĂ­tefsi" (ÎœÎ”Ï„Î±Ï€ÎżÎ»ÎŻÏ„Î”Ï…ÏƒÎ·), KaramanlĂ­s lĂ©galisa le Parti Communiste grec (KKE), adopta une approche douce pour faire partir les collaborateurs et les sympathisants de la dictature et, voulant confirmer son autoritĂ©, annonça des Ă©lections pour novembre 1974, moins de quatre mois aprĂšs la chute de la dictature.

Lors de ces Ă©lections, KaramanlĂ­s et son nouveau parti, Nea Dimokratia (Νέα Î”Î·ÎŒÎżÎșÏÎ±Ï„ÎŻÎ±) obtinrent une majoritĂ© Ă©crasante au Parlement et il resta Premier Ministre. Ces Ă©lections furent alors suivies rapidement par le plĂ©biscite de 1974 pour la confirmation de l'abolition de la monarchie au profit de la RĂ©publique, puis dĂ©but 1975, par l'arrestation et le procĂšs tĂ©lĂ©visĂ© des anciens dictateurs qui croyaient mĂ©riter sa gratitude pour l'avoir rappelĂ© et n'avaient mĂȘme pas imaginĂ© avoir Ă  fuir en exil. Ils furent condamnĂ©s Ă  la peine de mort pour haute trahison et mutinerie commuĂ© en prison Ă  perpĂ©tuitĂ©. Une nouvelle constitution fut rĂ©digĂ©e la mĂȘme annĂ©e.

L'intégration dans la Communauté européenne

En 1977, La Nouvelle démocratie remporta à nouveau les élections et Karamanlís continua à se maintenir au pouvoir en tant que Premier Ministre jusqu'en 1980. Il se fit alors élire Président de la République. Malgré l'évidence notoire de la falsification des chiffres qu'il avait présentés à la commission européenne pour obtenir l'intégration de la GrÚce dans la Communauté, et qui révulsait les diplomates Allemands, il parvint à signer l'acte d'adhésion de son pays à la communauté économique européenne le 28 mai 1979 à AthÚnes, mais uniquement grùce à l'appui indéfectible et à l'opiniùtreté de Valéry Giscard d'Estaing, qui, grùce à ses services, avait pourtant à sa disposition toutes les preuves de la falsification.

Pour Giscard d'Estaing comme pour Caramanlis, l'entrĂ©e de la GrĂšce dans la CommunautĂ© europĂ©enne dĂ©passait la mesquinerie des chiffres. C'Ă©tait le moyen d'ancrer dĂ©finitivement la GrĂšce dans le camp occidental et d'y affermir le rĂ©gime dĂ©mocratique, tout en la protĂ©geant contre les vĂ©llĂ©ĂŻtĂ©s belliqueuses ou irrĂ©dentiste de la Turquie et d'une partie de la population grecque elle-mĂȘme.

Présidence

Elu président en 1980, il n'est pas réélu en 1985, le PASOK, au pouvoir depuis 1981 lui préférant un candidat issu de ses rangs, Christos Antoniou Sartzetakis. Réélu en 1990 par une majorité parlementaire conservatrice, Karamanlís resta Président jusqu'en 1995. Il considérait l'adhésion de son pays à la CEE comme la démarche la plus décisive et la plus heureuse des deux derniÚres décennies, aussi bien dans le domaine de la politique étrangÚre que dans celui de l'économie. En 1995, Costis Stephanopoulos lui succÚda à la présidence.

HĂ©ritage

KaramanlĂ­s prit sa retraite en 1995 Ă  l'Ăąge de 88 ans aprĂšs avoir gagnĂ© cinq Ă©lections parlementaires, passĂ© au pouvoir 14 ans en tant que Premier Ministre et 10 ans en tant que PrĂ©sident de la RĂ©publique pour un total de soixante ans dans la vie politique active. Pour cette longue pĂ©riode au service de la dĂ©mocratie puis de la cause europĂ©enne, KaramanlĂ­s reçut le prix International Charlemagne en 1978. Il mourut le 23 avril 1998 d'une courte maladie Ă  l'Ăąge de 91 ans. Il a lĂ©guĂ© ses archives Ă  la Fondation KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s qu'il avait lui-mĂȘme fondĂ©.

Son neveu KĂłstas KaramanlĂ­s est maintenant le leader de Nea Dimokratia ainsi que Premier Ministre depuis le 7 mars 2004.

KaramanlĂ­s a Ă©tĂ© louĂ© pour avoir prĂ©sider la GrĂšce au dĂ©but d'une pĂ©riode de croissance Ă©conomique rapide (1957-1961) et pour avoir soutenu l'adhĂ©sion de son pays Ă  la communautĂ© naissante des nations europĂ©ennes devenue par la suite l'Union europĂ©enne. Ses admirateurs l'appellent l'Ethnarces charismatique (meneur national). Certains de ses dĂ©tracteurs de gauche l'accusent d'avoir menĂ© un "para-État" qui pardonne Ă  des groupes anti-communistes et dont les membres ont pratiquĂ© via kai notheia (la violence et la corruption) lors de la fraude Ă©lectorale entre l'ERE et le parti de l'union du centre. Certains des ses dĂ©tracteurs conservateurs ont critiquĂ© sa politique Ă©conomique socialiste pendant les annĂ©es 1970 et notamment la nationalisation d'Olympic Airways et de la Banque Emporiki. KaramanlĂ­s a aussi Ă©tĂ© critiquĂ© pour sa gestion de la crise chypriote de 1974. Mais la plupart s'accordent Ă  dire qu'il a orchestrĂ© avec succĂšs la transition de la dictature Ă  la dĂ©mocratie parlementaire en 1974.

Voir aussi

Histoire de la GrĂšce
Histoire de la GrĂšce contemporaine

Précédé par Konstantínos Karamanlís (1907-1998) Suivi par
Alexandros Papagos
Coat of arms of Greece.svg Premier Ministre de GrĂšce Transparent.gif
1955-1958
Konstantinos Georgakopoulos
Konstantinos Georgakopoulos
Coat of arms of Greece.svg Premier Ministre de GrĂšce Transparent.gif
1958-1961
Konstantinos Dovas
Konstantinos Dovas
Coat of arms of Greece.svg Premier Ministre de GrĂšce Transparent.gif
1961-1963
Panagiotis Pipinelis
Adamantios Androutsopoulos
Coat of arms of Greece.svg Premier Ministre de GrĂšce Transparent.gif
1974-1980
Georges Rallis
  • Portail de la GrĂšce Portail de la GrĂšce
Ce document provient de « Konstant%C3%ADnos Karamanl%C3%ADs (1907-1998) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Konstantinos Karamanlis (1907-1998) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • KonstantĂ­nos karamanlĂ­s (1907-1998) — Pour les articles homonymes, voir KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s. KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s ÎšÏ‰ÎœÏƒÏ„Î±ÎœÏ„ÎŻÎœÎżÏ‚ ÎšÎ±ÏÎ±ÎŒÎ±ÎœÎ»ÎźÏ‚ 
   WikipĂ©dia en Français

  • KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s (1907-1998) — Pour les articles homonymes, voir KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s. KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s ÎšÏ‰ÎœÏƒÏ„Î±ÎœÏ„ÎŻÎœÎżÏ‚ ÎšÎ±ÏÎ±ÎŒÎ±ÎœÎ»ÎźÏ‚ 
   WikipĂ©dia en Français

  • Konstantinos Karamanlis — KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s  Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rentes personnes partageant un mĂȘme nom. KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s (1907 1998) fut quatre fois Premier ministre de GrĂšce 1955 Ă  1980. KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s (1956 ) (dit… 
   WikipĂ©dia en Français

  • KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s —  Cette page d’homonymie rĂ©pertorie diffĂ©rentes personnes partageant un mĂȘme nom. KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s (1907 1998) fut quatre fois Premier ministre de GrĂšce, entre1955 et 1980, avant d ĂȘtre Ă©lu par le Parlement hellĂ©nique deux fois… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Konstantinos Karamanlis — Karamanlis (links) beim Besuch der Athener Markthalle (Agora). Rechts: Stefanos Natsinas. Konstantin[os] Karamanlis (griechisch ÎšÏ‰ÎœÏƒÏ„Î±ÎœÏ„ÎŻÎœÎżÏ‚ ÎšÎ±ÏÎ±ÎŒÎ±ÎœÎ»ÎźÏ‚, * 8. MĂ€rz 1907 in KĂŒpköy, heute Proti; † 23. April 1998 in Athen) war ein griech 
   Deutsch Wikipedia

  • Konstantinos Karamanlis — This article is about the former Greek president who lived from 1907 to 1998. For his nephew, see Kostas Karamanlis. Konstantinos Karamanlis ÎšÏ‰ÎœÏƒÏ„Î±ÎœÏ„ÎŻÎœÎżÏ‚ ÎšÎ±ÏÎ±ÎŒÎ±ÎœÎ»ÎźÏ‚ 
   Wikipedia

  • Constantin Caramanlis (1907-1998) — KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s (1907 1998) Pour les articles homonymes, voir KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s. KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s ÎšÏ‰ÎœÏƒÏ„Î±ÎœÏ„ÎŻÎœÎżÏ‚ ÎšÎ±ÏÎ±ÎŒÎ±ÎœÎ»ÎźÏ‚ 
   WikipĂ©dia en Français

  • Gouvernement KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s V — Le (cinquiĂšme) gouvernement dirigĂ© par KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s Ă©tait le gouvernement d union nationale de la GrĂšce du 24 juillet 1974 au 21 novembre 1974 . Il a succĂ©dĂ© Ă  un gouvernement de transition mis en place par les… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Gouvernement KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s VI — Le (sixiĂšme) gouvernement dirigĂ© par KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s Ă©tait le gouvernement ND de la GrĂšce du 21 novembre 1974 au 28 novembre 1977 . Il a succĂ©dĂ© au gouvernement d union nationale aprĂšs l organisation le 17 novembre des 
   WikipĂ©dia en Français

  • Gouvernement KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s VII — Le (septiĂšme) gouvernement dirigĂ© par KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s Ă©tait le gouvernement ND de la GrĂšce du 28 novembre 1977 au 10 mai 1980. Il a succĂ©dĂ© au gouvernement KonstantĂ­nos KaramanlĂ­s (1907 1998) VI suite Ă  la victoire de… 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.