Ambroise De Milan

ÔĽŅ
Ambroise De Milan

Ambroise de Milan

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ambroise.
Saint Ambroise
AmbroseOfMilan.jpg

Mosa√Įque de la Basilique de Saint Ambroise de Milan
Naissance 340
D√©c√®s 397 
Nationalité Italienne
Fête le 7 décembre
Serviteur de Dieu ‚ÄĘ V√©n√©rable ‚ÄĘ Bienheureux ‚ÄĘ Saint

Aurelius Ambrosius ou Ambroise de Milan (340-397), √©v√™que de Milan de 374 √† 397, est l'un des P√®res de l'√Čglise latine. Il est connu en tant qu'√©crivain et po√®te, quasi fondateur de l'hymnodie latine chr√©tienne et lecteur de Cic√©ron et des P√®res grecs, dont il reprend les m√©thodes d'interpr√©tation all√©goriques. Il est aussi l'un des protagonistes des d√©bats contre l'arianisme. C'est aupr√®s de lui que Augustin d'Hippone se convertit au christianisme. Il est honor√© comme saint par l'√Čglise orthodoxe et l'√Čglise catholique qui le f√™te le 7 d√©cembre.

Sommaire

Vie

Ambroise serait n√© √† Tr√®ves en 340. Il est le fils d'un Ambrosius, pr√©fet de Rome et deviendra √©galement haut fonctionnaire romain dans l'administration imp√©riale du fils a√ģn√© de Constantin. On notera qu'il √©tait le cousin du s√©nateur Quintus Aurelius Symmaque, Pr√©fet de Rome, contre lequel il √©crira une d√©fense du christianisme lorsque Symmaque fera la demande officielle aupr√®s de l'empereur de la restauration de l'Autel de la Victoire dans la Curie.

Selon la Vie d'Ambroise par son secr√©taire Paulin de Milan, il aurait √©t√© mis en son berceau dans la salle du pr√©toire. Il y dormait, quand un essaim d'abeilles survint tout a coup et couvrit de telle sorte sa figure et sa bouche qu'il semblait entrer dans sa bouche et en sortir. Les abeilles prirent ensuite leur vol et s'√©lev√®rent en l‚Äôair √† une telle hauteur que l'Ňďil humain n'√©tait capable de les distinguer. Son p√®re fut frapp√© de ce fait et dit : ¬ę Si ce petit enfant vit, ce sera quelque chose de grand. ¬Ľ

Parvenu √† l'adolescence, en voyant sa m√®re, et sa sŇďur, qui avaient consacr√© √† Dieu sa virginit√©, embrasser la main des pr√™tres, il offrit en se jouant sa droite √† sa sŇďur en l‚Äôassurant qu'elle devait en faire autant. Mais elle le lui refusa comme √† un enfant et √† quelqu'un qui ne sait ce qu'il dit. Apr√®s avoir appris les belles lettres √† Rome, il plaida avec √©clat des causes devant le tribunal, et fut envoy√© par l'empereur Valentinien Ier pour prendre le gouvernement des provinces de la Ligurie et de l'√Čmilie.

A Rome il reçoit une éducation qui lui permet de devenir avocat. Puis le préfet du prétoire d'Illyricum, auprès duquel il travaillait à partir de 370, lui confie l'administration de la province de Ligurie-Emilie, dont le siège est à Milan.

En 374 il intervient √† ce titre pour r√©tablir l'ordre lors de l'√©lection du successeur de l'√©v√™que de tendance arienne, Auxence. Alors qu'il n'est pas encore baptis√©, les deux partis le choisissent comme √©v√™que. Son hagiographe raconte l'√©pisode ainsi :

¬ę Il vint √† Milan alors que le si√®ge √©piscopal √©tait vacant ; le peuple s'assembla pour choisir un √©v√™que : mais une grande s√©dition s'√©leva entre les ariens et les catholiques sur le choix du candidat ; Ambroise y vint pour apaiser la s√©dition, quand tout √† coup se fit entendre la voix d'un enfant qui s'√©cria : ¬ę Ambroise √©v√™que. ¬Ľ Alors √† l'unanimit√©, tous s'accord√®rent √† acclamer Ambroise √©v√™que. Quand il eut vu cela, afin de d√©tourner l'assembl√©e de ce choix qu'elle avait fait de lui, il sortit de l‚Äô√©glise, monta sur son tribunal et, contre sa coutume, il condamna √† des tourments ceux qui √©taient accus√©s. En le voyant agir ainsi, le peuple criait n√©anmoins : ¬ę Que ton p√©ch√© retombe sur nous. ¬Ľ Alors il fut boulevers√© et rentra chez lui. Il voulut faire profession de philosophe : mais afin qu'il ne r√©uss√ģt pas on le fit r√©voquer. Il fit entrer chez lui publiquement des femmes de mauvaise vie, afin qu'en les voyant le peuple rev√ģnt sur son √©lection ; mais consid√©rant qu'il ne venait pas √† ses fins, et que le peuple criait toujours : ¬ę Que ton p√©ch√© retombe sur nous, ¬Ľ il con√ßut la pens√©e de prendre la fuite au milieu de la nuit. Et au moment o√Ļ il se croyait sur le bord du Tessin, il se trouva, le matin, √† une porte de Milan, appel√©e la porte de Rome. Quand on l‚Äôeut rencontr√©, il fut gard√© √† vue par le peuple. On adressa un rapport au tr√®s cl√©ment empereur Valentinien, qui apprit avec la plus grande joie qu'on choisissait pour remplir les fonctions du sacerdoce ceux qu'il avait envoy√©s pour √™tre juges. ¬Ľ
Tiré de la Vie d'Ambroise, par Paulin, son secrétaire.

Ambroise a occup√© le si√®ge √©piscopal de Milan de de 374 √† 397. Habilement et avec force, il d√©fend les droits de l'√Čglise face √† l'Empereur, dont Milan est alors la capitale.

Ambroise transf√©ra dans le milieu latin la m√©ditation des √Čcritures commenc√©e par Orig√®ne, en introduisant en Occident la pratique de la Lectio divina.

Ňíuvres

Anthonis van Dyck, Ambroise et l'empereur Th√©odose, XVIIe si√®cle

Ambroise de Milan a compos√© des hymnes (8 strophes de 4 vers brefs), introduisant en Occident le chant liturgique et lui donnant une forme ¬ę officielle ¬Ľ. On continue de chanter les hymnes ambrosiennes dans la liturgie des heures, et de composer des hymnes latines suivant son mod√®le.

On a dit d'Ambroise qu'il √©tait plus un cat√©chiste qu'un th√©ologien. Il faut souligner qu'il fut un grand connaisseur de la litt√©rature patristique grecque, dont il fit usage dans ses Ňďuvres.

Il a produit des √©crits doctrinaux, parmi lesquels :

  • le De officiis ministrorum, en 3 livres, ouvrage d'√©thique chr√©tienne (allusion au De officiis de Cic√©ron), qui aura une grande influence ;
  • De sacramentis, Ňďuvre en quatre livres, des cat√©ch√®ses pr√©- et post-baptismales sur les sacrements du bapt√™me, de la confirmation et l‚Äôeucharistie ; le 4e livre contient une anaphore ;
  • un trait√© Des myst√®res (De mysteriis) : cat√©ch√®ses post-baptismales sur le bapt√™me ;
  • un trait√© De la foi (c‚Äôest-√†-dire sur la Trinit√© ; compos√© pour Gratien en 376 et 379) ;
  • un trait√© Du Saint Esprit (en 381 ; inspir√© de celui de Didyme l‚ÄôAveugle, d√©di√© √† Gratien) ;
  • deux livres Sur la p√©nitence (vers 384), contre les Novatiens ;
  • une Apologie de David, o√Ļ il tente d'apaiser le scandale provoqu√© par l'adult√®re de David et Bethsab√©e

On a également conservé d'Ambroise de Milan des lettres et des oraisons funèbres (de Théodose Ier le Grand, de Valentinien II), ainsi que des sermons sur les Psaumes et des sermons sur la virginité.

Voir aussi

Articles connexes

Arianisme | Augustin d'Hippone | Symmaque | Antiquité tardive

Biographie

  • Paulin de Milan, Vie d'Ambroise.
  • H. Savon, Ambroise de Milan (340-397), Descl√©e, Paris, 1997.

Commons-logo.svg

  • Portail du christianisme Portail du christianisme
  • Portail du catholicisme Portail du catholicisme
  • Portail de la litt√©rature Portail de la litt√©rature
  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
Ce document provient de ¬ę Ambroise de Milan ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ambroise De Milan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ambroise de milan ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Ambroise. Saint Ambroise ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • AMBROISE DE MILAN ‚ÄĒ Ambroise de Milan, un des P√®res de l‚Äô√Čglise latine, n√© √† Tr√®ves en 339, mort √† Milan en 397, a occup√© le si√®ge √©piscopal de Milan de 374 √† 397. Sa politique religieuse ach√®ve la christianisation des institutions imp√©riales romaines commenc√©e au… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Ambroise de Milan ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Ambroise, Saint Ambroise et Saint Ambroise (homonymie). Saint Ambroise Mosa√Įque de la Basilique de Saint Ambroise de Milan ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Saint Ambroise de Milan ‚ÄĒ Ambroise de Milan Pour les articles homonymes, voir Ambroise. Saint Ambroise ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Saint-Ambroise de Milan ‚ÄĒ Basilique Saint Ambroise 45¬į27‚Ä≤44.73‚Ä≥N 9¬į10‚Ä≤32.90‚Ä≥E / 45.462425, 9.1758056 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Milan (ville) ‚ÄĒ Milan Pour les articles homonymes, voir Milan (homonymie) et Milano (homonymie). Milan Piazza del Duomo ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • MILAN ET LE MILANAIS ‚ÄĒ Mediolanum , ¬ęcentre du pays o√Ļ vit un peuple¬Ľ: en donnant ce nom √† une petite bourgade cr√©√©e par les √Čtrusques, les Celtes Insubres ne croyaient pas si bien lui indiquer son destin. Dans un pays humide, enserr√© par les affluents du P√ī, les… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Milan Cabrnoch ‚ÄĒ (born on 6 August 1962 in ńĆ√°slav) is a Czech politician and Member of the European Parliament with the Civic Democratic Party, part of the European Conservatives and Reformists and sits on the European Parliament s Committee on Employment and… ‚Ķ   Wikipedia

  • Milan Gańĺa ‚ÄĒ (born on 21 January 1953 in Jarovnice) is a Slovak politician and Member of the Parliament with the Slovensk√° demokraticka a krestanska unia, part of the European People s Party and sits on the European Parliament s Committee on Culture and… ‚Ķ   Wikipedia

  • Ambroise ‚ÄĒ (saint) (339 397) √©v√™que de Milan, P√®re et docteur de l √©glise. Il contribua √† la conversion de saint Augustin, qu il baptisa en 387 ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.