King Kong (film, 1933)

ÔĽŅ
King Kong (film, 1933)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir King Kong (homonymie).

King Kong

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

Poster original (1933)

Titre original King Kong
Réalisation Merian C. Cooper
Ernest B. Schoedsack
Scénario James A. Creelman
Ruth Rose
d'après une idée de
Merian C. Cooper
Edgar Wallace
Acteurs principaux Fay Wray
Robert Armstrong
Bruce Cabot
Sociétés de production RKO Radio Pictures
Pays d‚Äôorigine √Čtats-Unis
Genre Fantastique
Sortie 1933
Durée 100 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

King Kong est un film fantastique am√©ricain en noir et blanc produit et r√©alis√© par Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack sur le sc√©nario de James Ashmore Creelman et Ruth Rose d'apr√®s une id√©e de Merian C. Cooper et Edgar Wallace, mettant en sc√®ne Fay Wray dans le r√īle d'une actrice engag√©e par le r√©alisateur Robert Armstrong et prot√©g√©e par le marin Bruce Cabot. Produit et distribu√© par RKO Radio Pictures, ce film est sorti le 7 avril 1933 aux √Čtats-Unis, apr√®s une avant-premi√®re au Radio City Music Hall de New York, le 7 mars, remportant un √©norme succ√®s et lan√ßa le mythe de King Kong dans la culture populaire.

En France, distribu√© par le Th√©√Ętre du temple, il est sorti le 29 septembre 1933.

Sommaire

Synopsis

Dans les ann√©es 1930, le r√©alisateur Carl Denham envisage de tourner un film sur la myst√©rieuse "Skull Island" (l'√ģle du Cr√Ęne) apr√®s √™tre entr√© en possession d'une carte mentionnant son existence au large de Sumatra. Apr√®s avoir embauch√© √† New-York une com√©dienne au ch√īmage, Ann Darrow, Denham embarque avec son √©quipe sur le navire SS Venture command√© par le capitaine Englehorn, qui fait route vers l'Oc√©an Indien. Durant le voyage, Ann tombe amoureuse du second de l'√©quipage, Jack Driscoll.

Les explorateurs d√©couvrent bient√īt Skull Island, bout de terre peupl√© d'animaux pr√©historiques f√©roces. Apr√®s avoir interrompus une c√©r√©monie indig√®ne, l'√©quipe de Denham retourne √† bord. Mais les autochtones enl√®vent Ann sur le cargo pour la donner en sacrifice √† leur Dieu Kong, un monstre gigantesque. Driscoll et les autres marins se lancent aussit√īt sur ses traces.

Kong, qui s'av√®re √™tre un gorille humano√Įde g√©ant, emporte Ann dans son repaire en haut de la plus haute montagne de l'√ģle. Tandis que la moiti√© de ses compagnons trouvent la mort en traversant l'√ģle infest√©e de dinosaures, Jack r√©ussit √† d√©livrer la jeune femme. Denham d√©cide alors de capturer le gorille avec l'aide du capitaine Englehorn et de bouteilles de chloroforme. Ils capturent Kong et le ram√®nent vers la civilisation, √† New-York.

Attach√© dans un th√©√Ętre comme une b√™te de foire, vendu au public comme la "Huiti√®me Merveille du monde", King Kong s'√©chappe et part √† la recherche de Ann en pleine ville. Traqu√© par l'arm√©e, il trouve la jeune femme et l'emporte au sommet du plus haut gratte-ciel de la ville, l'Empire State Building. Pris au pi√®ge, il affronte bravement l'aviation militaire avant d'√™tre mortellement bless√© et de tomber de la tour pour s'√©craser en contrebas. La Belle a tu√© la B√™te.

Apparence

Bien que simiesque en apparence, cette version de King Kong peut toutefois marcher debout de mani√®re anthropomorphique et semble avoir une certaine intelligence. Ce fut un choix de l'animateur Willis O'Brien, magicien des effets sp√©ciaux et de la stop-motion, qui voulait en faire un "homme-singe" plus qu'un v√©ritable gorille. Dans le film, le personnage de Carl Denham d√©crit le monstre comme √©tant "ni B√™te ni Homme" ("no Beast, no Man"). Sa taille varie durant le film : on peut l'estimer √† 6 m√®tres dans l'√ģle, un peu plus de 7 sur sc√®ne √† New York et presque 20 en haut de l'Empire State Building. Ses origines restent un myst√®re.

Autour du film

  • Les pilotes des avions sont jou√©s par Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, les r√©alisateurs du film. On peut y voir une certaine m√©taphore : les cr√©ateurs mettant √† mort leur propre cr√©ature.
  • Le film ressortit plusieurs fois entre 1938 et 1956, avec parfois de nouvelles coupes. Ce n'est que depuis 1971 qu'on peut revoir un film presque complet (avec par exemple l'effeuillage de Fay Wray par la b√™te qui avait √©t√© coup√© par la censure en 1938). Toutefois, au moins une sc√®ne reste invisible, celle o√Ļ quatre marins sont d√©vor√©s vivants par une araign√©e g√©ante. Cette sc√®ne avait √©t√© coup√©e √† la demande du producteur apr√®s la premi√®re du film et on n'en a retrouv√© que quelques bribes. Aussi, √† l'occasion de l'√©dition en DVD du film en 2005, le r√©alisateur Peter Jackson et une √©quipe de sp√©cialistes des effets sp√©ciaux ont recr√©√© la sc√®ne, incluse dans les bonus du DVD.
  • Plus de 90% du film est faite √† partir de trucages (animation image par image, composition de plan...).
  • Le film a d√©pass√© son budget de plus de 80%.
  • La m√™me ann√©e 1933, Ernest B. Schoedsack r√©alise une suite, Le Fils de King Kong (Son of Kong), o√Ļ l'on d√©couvre que King Kong avait laiss√© derri√®re lui un fils. Sortie trop vite, cette suite s'est sold√©e par un √©chec commercial.
  • Le film a donn√© lieu √† deux remakes :
  • Le ¬ę grondement ¬Ľ de Kong est construit √† partir du rugissement d'un tigre pass√© √† l'envers au ralenti, reproduit quatre fois pour atteindre une dur√©e de 30s et mix√© avec un morceau d'aboiement de chien.
  • Ce film fait partie des nombreuses r√©f√©rences de la chanson d'introduction du Rocky Horror Picture Show : "Double feature".
  • Le film de Cooper et Schoedsack invente un mythe exclusivement cin√©matographique. En effet, King Kong ne provient pas d'une cr√©ation litt√©raire malgr√© une forte inspiration de ses cr√©ateurs pour le roman Le Monde perdu de Arthur Conan Doyle (c'est ce roman d'aventures, situ√© sur les hauts plateaux andins, qui inspira l'imaginaire du long-m√©trage d'animation de Pixar L√†-Haut en 2009).

Citations

  • ¬ę Ce n'√©tait pas les avions, mais la Belle qui a tu√© la B√™te. ¬Ľ
  • ¬ę Je vous dis qu'il y a quelque chose derri√®re ce mur que l'homme blanc n'a jamais vu‚Ķ ¬Ľ

Fiche technique

Distribution

Annexes

Revue

Bibliographie

  • Ren√© Chateau et Marielle De Lesseps, King Kong Story, Ren√© Chateau, 1975, 160 p. 
  • R√©gis Sajou, Ils sont velus, ils sont tous l√† : L'√Čpop√©e des singes au cin√©ma, Paris, Dreamland, 15 mars 2002, 144 p. (ISBN 2-9100-2759-7) 
  • Orville Goldner et George E. George E., Comment nous avons fait King Kong, dans les coulisses d'un classique du cin√©ma : l'Extraordinaire Histoire du film fantastique le plus populaire de tous les temps [¬ę Making of King Kong: The Story Behind a Film Classic ¬Ľ], Paris, La Courtille, 1976, 286 p. (ISBN 2-7207-0037-8) 

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article King Kong (film, 1933) de Wikipédia en français (auteurs)


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.