Kalimantan

ÔĽŅ
Kalimantan
Kalimantan est la partie indon√©sienne de l'√ģle de Born√©o, au centre ouest de la carte
Kalimantan dans Bornéo

Kalimantan est le nom de la partie indon√©sienne de l'√ģle que les g√©ographes occidentaux appellent Born√©o, terme issu de "Berunai" qui se retrouve dans le nom du sultanat de Brunei.

Sommaire

Divisions administratives

Kalimantan, qui constitue les quatre cinqui√®me de Born√©o, est divis√©e en quatre provinces :

Population

Il y a 5 000 ans, des habitants du littoral de la Chine du sud commencent √† traverser le d√©troit pour s'installer √† Ta√Įwan. Vers 2 000 avant J.-C., des migrations ont lieu de Ta√Įwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bient√īt des Philippines vers Sulawesi et Timor et de l√†, les autres √ģles de l'archipel indon√©sien. Vers 1 500 av. J.-C., un autre mouvement m√®ne des Philippines en Nouvelle-Guin√©e et au del√†, les √ģles du Pacifique. Les Austron√©siens sont sans doute les premiers navigateurs de l'histoire de l'humanit√©.

Les habitants de Born√©o sont issus de ces migrations. On a tendance √† les r√©partir deux grandes cat√©gories : ceux qui peuplent le littoral et ceux qui habitent l'int√©rieur.

Dans les zones c√īti√®res, on trouve les Malais (orang Melayu), qui se distinguent eux-m√™mes localement par de fortes particularit√©s. Outre la langue malaise, les Malais se distinguent surtout par l'adh√©sion √† l'islam. Cela dit, nombre de Malais descendent en fait de Dayaks islamis√©s, qui se sont ensuite m√™l√©s √† des immigrants d'autres √ģles de l'archipel comme Java, Sumatra ou Sulawesi. Cette identification √† l'islam permet √©galement √† ces Malais de se diff√©rencier (et parfois de s'opposer) des Indon√©siens d'origine chinoise, qui contr√īlent une partie importante des activit√©s √©conomiques de la r√©gion.

À l'intérieur des terres, on trouve les peuples dayaks (constitués de plusieurs dizaines d'ethnies différentes) qui continuent à pratiquer jusqu'à nos jours les langues et les cultures d'origines de leurs ancêtres, malgré le développement récent de l'occidentalisation, se traduisant notamment par la conversion au christianisme.

Histoire

Préhistoire

Probablement habit√©ee d√®s le Pal√©olithique inf√©rieur, l'√ģle poss√®de l'un des gisements pr√©historiques les plus importants de cette r√©gion.

En 2000, l'université de Leicester a lancé le "Niah Cave Project", destiné à permettre aux archéologues de réexaminer la stratigraphie du site archéologique le plus célèbre d'Asie du Sud-Est, les grottes de Niah dans les forêts cotières de Sarawak.

Dans les ann√©es 1950 et 1960 deux Anglais, Tom et Barbara Harrisson, y avaient men√© des premi√®res excavations. Parmi leurs d√©couvertes se trouvait notamment un cr√Ęne humain que le radiocarbone a dat√© d'environ 40 000 ans. C'√©tait la plus ancienne date de traces humaines √† Born√©o, bien ant√©rieure √† l'arriv√©e des Austron√©siens. Les Harrisson pensaient que le site avait √©t√© occup√© sans interruption jusqu'√† nos jours. Toutefois, leurs excavations n'avaient pas fait l'objet d'un inventaire syst√©matique, et de grandes incertitudes demeuraient sur leurs r√©sultats.

Les trois premières campagnes (septembre 2000, avril 2001 et avril 2002) apporteront des éléments importants pour la connaissance de l'histoire du peuplement de l'Asie du Sud-Est, en particulier sur la date de l'arrivée de l'homme moderne à Bornéo en route pour l'Australie.

Par ailleurs, plusieurs grottes orn√©es de peintures rupestres (empreintes de mains en n√©gatif, bovid√©s, cerfs et quelques repr√©sentations anthropomorphiques) ont √©t√© d√©couvertes dans l'est de Kalimantan ; ces peintures, dat√©es approximativement de 20 000 ans avant l'√®re chr√©tienne et pr√©sentant des analogies formelles avec l'art rupestre ancien des aborig√®nes d'Australie, pourraient modifier les th√©ories jusqu'√† pr√©sent admises sur la chronologie du peuplement de l'Asie du Sud-Est, en montrant que l'influence pr√©-austron√©sienne s'est √©tendue beaucoup plus √† l'ouest qu'on ne pensait.

Quoi qu'il en soit, il y a 5 000 ans (3 000 avant J√©sus Christ), des habitants du littoral de la Chine du sud commencent √† traverser le d√©troit pour s'installer √† Ta√Įwan. Vers 2 000 avant J.-C., des migrations ont lieu de Ta√Įwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bient√īt des Philippines vers Sulawesi et Timor et de l√†, les autres √ģles de l'archipel indon√©sien, dont Born√©o. Les Austron√©siens sont sans doute les premiers grands navigateurs de l'histoire de l'humanit√©.

Article d√©taill√© : Peuplement de l'Asie du Sud-Est insulaire.

La période classique

C'est √† Born√©o qu'on a trouv√© les plus anciennes inscriptions d'Indon√©sie connues √† ce jour, dans la r√©gion de Kutai dans la province de Kalimantan Est. Ecrites en alphabet pallava, elles figurent sur quatre poteaux sacrificiels de pierre (appel√©s yupa en sanscrit) qu'on a dat√© des environs de 400 apr√®s J.-C. Elles louent la g√©n√©rosit√© du roi Mulawarman, fils d'Aswawarman, envers les brahmanes. On n'a plus de trace dans cette r√©gion pour les 1 000 ann√©es qui suivent.

Les noms de Banjarmasin (Kalimantan Sud) et Kutai sont attest√©s d√®s le XIVe si√®cle apr√®s J.-C. Le Nagarakertagama, un po√®me √©pique √©crit en 1365 dans le royaume javanais de Majapahit, les mentionne parmi les quelque cent ¬ę contr√©es tributaires ¬Ľ du royaume. En r√©alit√©, le territoire contr√īl√© par Majapahit ne s'√©tendait que sur une partie de l'est et du centre de Java. Les ¬ę contr√©es tributaires ¬Ľ √©taient en fait des comptoirs formant un r√©seau commercial dont Majapahit √©tait le centre. Majapahit y envoyait des dignitaires dont le r√īle √©tait de s'assurer que ces comptoirs ne s'adonnaient pas √† un commerce priv√© qui √©chapperait au royaume.

Arrivée des Européens

En 1606, la VOC (Vereenigde Oostindische Compagnie ou ¬ę Compagnie hollandaise des Indes orientales ¬Ľ) ouvre un comptoir √† Banjarmasin. Dans les ann√©es 1620, le sultan Agung de Mataram √† Java veut attaquer Banjarmasin et demande le soutien naval de la VOC, qui le lui refuse. Banjarmasin deviendra finalement vassal de Mataram mais s'en affranchira en 1659.

En 1733, une flotte de pirates Bugis attaque sans succ√®s Banjarmasin. Le d√©clin de la VOC √† la fin du XVIIIe si√®cle permet une renaissance des r√©seaux commerciaux asiatiques, musulmans et chinois, favorisant le d√©veloppement de Banjarmasin.

En 1800, le gouvernement hollandais reprend les actifs de la VOC, d√©clar√©e en faillite. A partir de 1815, les Hollandais combat les "pirates malais" qui pillent notamment les c√ītes de Java. Ces campagnes servent de pr√©texte √† attaquer les sultanats malais, dont Banjarmasin. Entre 1817 et 1821 le sultan de Banjarmasin doit c√©der des territoires aux Hollandais, qui commencent √† y exploiter des mines de charbon en 1846.

Dans les ann√©es 1840, un aventurier anglais, James Brooke se met au service du sultan de Brunei dans le nord de Born√©o, objet d'attaques de pirates et de r√©bellions de populations de l'int√©rieur. Les Hollandais y voient une menace pour leurs propres vis√©es expansionnistes √† Born√©o. Ils signent des trait√©s avec les diff√©rents √Čtats de la c√īte, dont le sultanat de Pontianak. Cet int√©r√™t hollandais pour la r√©gion se heurte √† la r√©sistance des kongsi chinoises qui contr√īlent les mines d'or de l'int√©rieur.

L'expansion de Pontianak, avec l'appui des Hollandais, est marqu√©e par la prise de Sambas dans le nord aux Bugis et la destruction du royaume de Sukadana dans le sud. Pontianak est en concurrence avec l'√Čtat pirate de Sambas pour le contr√īle des habitants de l'amont des fleuves et des entreprises chinoises (kongsi) qui exploitent les mines d'or et de diamants. Puis les Hollandais se retirent de Pontianak.

Langues

Langues de Kalimantan (source : ethnologue.com)

Littérature

Kalimantan est le pays de Joseph Conrad, dont de nombreux romans : La folie Almayer, Un paria des √ģles, Lord Jim et d'autres se passent sur cette partie de Born√©o.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Kalimantan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • KALIMANTAN ‚ÄĒ Situ√©e au cŇďur de l‚ÄôInsulinde, la grande √ģle de Born√©o compte parmi les rares r√©gions du globe encore largement inexplor√©es. Ses 736 000 km2 sont couverts par une immense for√™t. La plus grande partie de l‚Äô√ģle, Kalimantan, (539 400 km2),… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Kalimantan ‚ÄĒ es la parte indonesia de la isla de Borneo, aproximandamente en el centro de este mapa. La toponimia est√° en ingl√©s ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Kalimantan ‚ÄĒ [k√§őĄlńď m√§n‚Ä≤t√§nőĄ] S part of the island of Borneo, belonging to Indonesia: 208,286 sq mi (539,459 sq km); pop. 9,100,000; chief city, Banjarmasin ‚Ķ   English World dictionary

  • Kalimantan ‚ÄĒ right|thumb|Map of Kalimantan (white color) and its subdivisions.Note: Where West Kalimantan is mentioned it should be East Kalimantan and vice versaIn most languages in the world, the term Kalimantan refers to the Indonesian portion of the… ‚Ķ   Wikipedia

  • Kalimantan ‚ÄĒ Borneo mit Kalimantan, Sabah, Sarawak und Brunei Kalimantan ist der in Indonesien gebr√§uchliche Name f√ľr die Insel Borneo. International wird er benutzt, um speziell den indonesischen Teil der Insel in Abgrenzung zu den malaysischen und… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Kalimantan ‚ÄĒ /kah lee mahn tahn/, n. Indonesian name of Borneo, esp. referring to the southern, or Indonesian, part. * * * ‚Ė™ region, Indonesia ¬†¬†¬†¬†¬†¬†southern three quarters of the island of Borneo (q.v.) that is politically part of Indonesia. Indonesians,… ‚Ķ   Universalium

  • Kalimantan ‚ÄĒ geographical name 1. see Borneo 2. the S & E part of Borneo belonging to Indonesia; formerly (as Dutch Borneo) part of Netherlands Indies ‚Ķ   New Collegiate Dictionary

  • Kalimantan ‚ÄĒ ‚Ėļ Nombre indonesio de Borneo. En sentido riguroso se refiere solo a la parte indonesia de la isla; 539 460 km2 y 8 677 459 h. Est√° dividido en cuatro provincias: K. Central (K. Tengah) (152 600 km2 y 1 273 948 h), cap. Palangkaraya; K. Meridional ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Kalimantan ‚ÄĒ KalimaŐ£ntan, ¬† indonesischer Name von Borneo ‚Ķ   Universal-Lexikon

  • Kalimantan ‚ÄĒ Indonesian segment of Borneo ‚Ķ   Eponyms, nicknames, and geographical games


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.