Juvenal

Juvénal

Page d'aide sur l'homonymie homonymes : Juvénale, patriarche de Jérusalem, Juvénal des Ursins et Juvénal, prénom masculin

Juvénal (en latin Decimus Iunius Iuuenalis) était un poète satirique latin de la fin du Ier siècle et du début du IIe siècle de notre ère. Il est l'auteur de seize « satires » rassemblées dans un livre unique et composées entre 90 et 127.

Sommaire

Biographie

Après un oubli de deux siècles, Juvénal a été très lu dès l'Antiquité tardive et au Moyen Âge - il existerait près de 500 manuscrits médiévaux des Satires - ; sa vie est cependant très mal connue. Les biographes en sont réduits à conjecturer à partir des événements dont il fait état dans les Satires.

Né probablement pendant le règne de Claude - mais les dates varient de 45[1] à 65[2] - à Aquinum en Campanie, si l'on en croit ses dires, il commence sa carrière comme professeur d'éloquence, métier dont il paraît avoir vécu assez convenablement, car il semble qu'il ait acheté une petite ferme sur Tibur (actuelle Tivoli).

Une grande amitié le liait à Martial, l'auteur des Épigrammes. Il semble qu'il ait visité l'Égypte, alors qu'il était octogénaire. D'aucuns font même de ce voyage un exil assorti d'une vague mission militaire, résultat de la disgrâce impériale d'Hadrien. La satire XV évoque d'ailleurs longuement l'Égypte et fait le récit d'une scène d'anthropophagie qui s'y est déroulée en 127. Il serait mort, peut-être en exil, après 128.

Son œuvre

Détestant Rome, Juvénal fait de ses contemporains une peinture acerbe et sans pitié. C'est un monde sur lequel difficile est saturam non scribere.[3]

La Rome impériale s'est en effet transformée en une ville gigantesque, une monstrueuse scène de théâtre remplie de bouffons qui s'ignorent et d'aigrefins. Un lupanar.

Il ne reste plus guère de choix aux vieux Latins : ils prendront la fuite et se réfugieront en province, ou devront se résoudre à faire la cour aux parvenus de tout poil, de l'empereur au gigolo enrichi. Enfin, et c'est bien sûr le choix de Juvénal, ils peuvent se poster aux carrefours et hurler de rire à la vue, par exemple, d'un castrat, ancien esclave enrichi, qui peine à porter sa bague, tant la pierre est lourde !

Juvénal ignore, heureusement pour nous, tout du politiquement correct. Jugeons-en : il s'en prend, tour à tour, aux femmes qui, quand elles ne cocufient pas leurs maris, les empoisonnent par leur érudition avant de le faire pour de bon et de toucher l'héritage ; aux pères-la-pudeur qui dissimulent mal leur homosexualité sous leurs mâles paroles et leurs vêtements de soie diaphane ; aux riches à la fois raffinés dans leur dépravation et atteints d'une avarice sordide quand il s'agit de traiter leurs clients ou leurs gitons ; aux efféminés qui se marient entre eux à défaut de pouvoir enfanter ; aux Orientaux de tout poil, esclaves affranchis, tout spécialement les Grecs, qui évincent les vieux Romains des responsabilités ; aux faux dévôts, hypocrites qui n'invoquent les dieux que pour mieux délester le gogo de son bel argent. Juvénal n'hésite pas à aborder sur le ton de la farce le jeu politique, jeu dangereux, où parler de la pluie et du beau temps vous vaut vite la disgrâce ou la mort. Le tableau (parodie d'une œuvre perdue) qu'il propose de la cour de Domitien, le « Néron chauve », s'il est riche de notations grotesques, rend très bien l'atmosphère cauchemardesque d'une époque qui exsudait la terreur. Enfin, dans la Rome de Juvénal, il arrive qu'une Impératrice, plus souvent qu'à son tour, fasse le tapin ou qu'une princesse accouche d'une série d'avortons, tous copie fidèle de leur oncle, l'Empereur.

On ne saurait bien sûr parler sans anachronisme de liberté d'expression quand il s'agit de la Rome impériale, et Juvénal se garde bien de s'en prendre aux empereurs régnants. Ce qui n'empêcha pas ses contemporains de lire dans ses propos des allusions à l'actualité de son temps. Cela lui vaudra l'exil en Égypte, sous couvert d'une vague mission militaire.

La langue de Juvénal permet de se faire une idée de la variété des parlers latins, selon les classes sociales et les régions. Elle est à la fois vigoureuse, voire crue, et savante. Juvénal aime jouer du contraste entre les mœurs des anciens Romains, frugaux et barbus, et celles de ses contemporains, perdus de luxe et efféminés.

Avec Horace, Juvénal sera un modèle au XVIIe siècle pour les Satires de Nicolas Boileau (1666)[4]. Emmanuel Kant retiendra de ses satires leur dimension morale, et citera Juvénal, à plusieurs reprises, en latin, dans sa Critique de la raison pratique.

Citations

Juvénal est surtout connu pour ces expressions :

  • « panem et circenses » : « du pain et des jeux », expression relative aux mœurs du peuple sous l'Empire romain (voir évergétisme)
  • « sed quis custodiat ipsos custodes ? » : « mais qui garde ces gardiens ? » (XV, 331)
  • « mens sana in corpore sano » : « un esprit sain dans un corps sain » (X, 356)
  • « rara avis in terris » : « oiseau rare sur terre » (VI, 165)
  • « Vitam impendere vero » : « Consacrer sa vie à la vérité » (IV, 91)
  • « minuti semper et infirmi est animi exiguique uoluptas ultio » : « La vengeance est le plaisir des âmes faibles, étroites et mesquines » (XIII, 189-191)
  • « Desperanda tibi salva concordia socru » : « La paix des ménages est sans espoir tant que ta belle-mère est en bonne santé » (VI, 232)
  • « in Tiberim defluxit Orontes » : « L'Oronte s'est déversé dans le Tibre » (III, 62), expression qui dénonce les dérives du syncrétisme romain.

Notes et références

  1. 45 est la date retenue par Olivier Sers dans la présentation des Satires parue aux éditions des Belles Lettres.
  2. 65 est la date retenue par Hubert Zehnacker & Jean-Claude Fredouille, 'Littérature latine, p. 311
  3. Satires, 1, 30
  4. Dans « Les embarras de Paris » par exemple.

Bibliographie

Wikisource-logo.svg

Voir sur Wikisource : Juvénal.

  • Juvénal, Satires (texte, traduction et commentaire de P. de Labriolle et F. Villeneuve), Paris, C.U.F., Les Belles-Lettres, 1996. ISBN 2-251-01102-1

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Traduction des Satires de Juvénal par Henri Clouard

  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de la poésie Portail de la poésie
  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
Ce document provient de « Juv%C3%A9nal ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Juvenal de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • JUVÉNAL — «La colère, a dit un sage, est l’affaire des dieux ou de Dieu, selon la préférence.» L’homme ne l’exerce jamais sans risques. Se manifester en fureur, c’est bien souvent, en effet, s’exposer au ridicule. Sur le plan littéraire de la satire,… …   Encyclopédie Universelle

  • JUVENAL° — (c. 50–c. 127 C.E.), the most famous Roman satirist, a rhetorician by profession. Juvenal is most bitter against those foreigners – Greeks, Syrians, and especially Jews – who have, in his opinion, brought about the decline and fall of the old… …   Encyclopedia of Judaism

  • Juvénal — ist der Vorname folgender Personen: Jules Dupuit (Arsène Jules Étienne Juvénal Dupuit; 1804–1866), französischer Ingenieur und Ökonom Juvénal Habyarimana, Präsident Ruandas Juvénal Uwilingiyimana († aufgefunden am 17. Dezember 2005), ruandischer… …   Deutsch Wikipedia

  • Juvenal — Juvenal,   lateinisch Iuvenạlis, Decimus Iunius, römischer Redner und Satirendichter, * Aquinum (Latium) um 60 n. Chr., ✝ nach 128; durch seine 16 in Hexametern abgefassten und in fünf Bücher eingeteilten Gedichte wurde der heutige Begriff der… …   Universal-Lexikon

  • Juvenal — Juvènal (Jȕvenal), Decim Junije (o.55 130) DEFINICIJA rimski književnik, veliki satiričar latinskoga jezika (Saturae, 16 satira u pet knjiga, pisane u heksametrima) …   Hrvatski jezični portal

  • Juvenal — Ju ve*nal, n. [L. juvenalis youthful, juvenile, fr. juvenis young.] A youth. [Obs.] Shak. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • juvenal — index juvenile Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • juvenal — 1580s (n.), 1630s (adj.), from L. iuvenalis of or belonging to youth, from iuvenis a young person (see YOUNG (Cf. young)). The Roman satirist is Decimius Junius Juvenalis …   Etymology dictionary

  • juvenal — adj. 2 g. Juvenil.   ‣ Etimologia: latim juvenalis, e …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • juvenal — (Del lat. iuvenālis). adj. juvenil (ǁ perteneciente a la juventud). Se dice de los juegos que instituyó Nerón cuando se cortó la barba y la dedicó a Júpiter, y del día que añadió Calígula a las saturnales para que lo celebrasen los jóvenes …   Diccionario de la lengua española


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.