Jules Supervielle

ÔĽŅ
Jules Supervielle
Jules Supervielle
Naissance 16 janvier 1884
Montevideo, Drapeau d'Uruguay Uruguay
D√©c√®s 17 mai 1960
Paris, Drapeau de France France
Langue d'écriture Français
Genres Poésie, nouvelles fantastiques
Ňíuvres principales

Jules Supervielle (16 janvier 1884 - 17 mai 1960) √©tait un po√®te et un √©crivain fran√ßais n√© en Uruguay.

Jules Supervielle s'est toujours tenu √† l'√©cart des Surr√©alistes qui r√©gnaient sur la premi√®re moiti√© du XXe si√®cle (rappelons que le Manifeste d‚ÄôAndr√© Breton date de 1924). D√©sireux de proposer une po√©sie plus humaine et de renouer avec le monde, il rejetait l'√©criture automatique et la dictature de l'inconscient, sans pour autant renier les acquis de la po√©sie moderne depuis Baudelaire, Rimbaud et Apollinaire, ainsi que certaines innovations fondamentales du surr√©alisme[r√©f. n√©cessaire].

Attentif √† l'univers qui l'entourait comme aux fant√īmes de son monde int√©rieur[r√©f. n√©cessaire], il a √©t√© l'un des premiers √† pr√©coniser cette vigilance, ce contr√īle que les g√©n√©rations suivantes, s'√©loignant du mouvement surr√©aliste, ont mis √† l'honneur. Il a anticip√© les mouvements des ann√©es 1945-50, domin√©s par les puissantes personnalit√©s de Ren√© Char, Henri Michaux, Saint-John Perse ou Francis Ponge, puis - apr√®s la parenth√®se avant-gardiste des ann√©es 1960-70 - ceux des po√®tes d√©sireux de cr√©er un nouveau lyrisme et d'introduire une certaine forme de sacr√© ou, tout au moins, une approche plus modeste des myst√®res de l'univers, sans remise en cause radicale du langage : Yves Bonnefoy, Edmond Jab√®s, Jacques Dupin, Eug√®ne Guillevic, Jean Grosjean, Andr√© Fr√©naud, Andr√© du Bouchet, Jean Follain, pour ne citer qu'eux.

Ses admirateurs ou successeurs spirituels se nomment René Guy Cadou, Alain Bosquet, Lionel Ray, Claude Roy, Philippe Jaccottet ou encore Jacques Réda…

Sommaire

Les grands événements de la vie de Supervielle

Une famille très unie
  • De 1880 √† 1883 : Bernard, oncle du po√®te, fonde en Uruguay une banque avec sa femme Marie-Anne. Cette entreprise devient rapidement familiale : Bernard demande √† son fr√®re Jules, p√®re du po√®te, de venir le rejoindre en Uruguay. Jules fait du trio un parfait quatuor en √©pousant sa propre belle-sŇďur, Marie, sŇďur de Marie-Anne et m√®re du po√®te.
Naissance d'un orphelin
  • 1884 : Le po√®te na√ģt √† Montevideo, en Uruguay, d'un p√®re b√©arnais et d'une m√®re basque. La m√™me ann√©e, le petit Jules et ses parents rentrent en France pour rendre visite √† leur famille. C'est √† Oloron-Sainte-Marie que se produit un tragique accident : son p√®re et sa m√®re meurent brutalement, sans doute empoisonn√©s par l'eau d'un robinet ou victimes du chol√©ra. L'enfant est d'abord √©lev√© par sa grand-m√®re.
  • 1886 : son oncle Bernard ram√®ne le petit Jules en Uruguay, o√Ļ il l'√©l√®ve avec sa femme comme s'il √©tait son propre fils.
Les débuts d'une vocation littéraire
  • 1893 : A l'√Ęge de neuf ans, le petit Jules apprend par hasard qu'il n'est que le fils adoptif de son oncle et sa tante. Il commence la r√©daction d'un livre de fables sur un registre de la banque Supervielle.
  • 1894 : Son oncle et sa tante s'installent √† Paris. Jules y fera toutes ses √©tudes secondaires.
  • 1898 : Jules d√©couvre Musset, Hugo, Lamartine, Leconte de Lisle et Sully Prudhomme. Il commence √† √©crire des po√®mes en cachette.
  • 1901 : Il publie √† compte d'auteur une plaquette de po√®mes intitul√©e Brumes du pass√©. Il passe ses vacances d'√©t√© en Uruguay en 1901, 1902 et 1903.
  • De 1902 √† 1906 : Jules poursuit ses √©tudes, depuis le baccalaur√©at jusqu'√† la licence de lettres. Il fait aussi son service militaire mais, de sant√© fragile, il supporte mal la vie de caserne.
L'entrée dans la vie adulte
  • 1907 : il √©pouse Pilar Saavedra √† Montevideo. De cette union na√ģtront six enfants, n√©s entre 1908 et 1929.
  • 1910 : il d√©pose un sujet de th√®se sur le sentiment de la nature dans la po√©sie hispano-am√©ricaine. Des extraits para√ģtront dans le Bulletin de la biblioth√®que am√©ricaine.
  • 1912 : Apr√®s de nombreux voyages, il s'installe √† Paris, dans un appartement, 47, boulevard Lannes, o√Ļ il demeurera pendant vingt-trois ans. Mais, tr√®s souvent, il traversera l'Atlantique pour se rendre en Uruguay, sa seconde patrie.
  • De 1914 √† 1917 : Jules est mobilis√©. Il exercera notamment des activit√©s au minist√®re de la Guerre, en raison de ses comp√©tences linguistiques. √Ä partir de 1917, il lit beaucoup et d√©couvre Claudel, Rimbaud, Mallarm√©, Laforgue et Whitman.
  • 1919 : La parution de ses po√®mes attire l'attention de Gide et de Val√©ry et le met en contact avec La Nouvelle Revue fran√ßaise (NRF).
Naissance d'un poète
  • 1922 : Parution de son premier recueil important de po√®mes : D√©barcad√®res.
  • 1923 : C'est le d√©but d'une longue amiti√© avec Henri Michaux, qui deviendra son ami intime. C'est aussi cette ann√©e-l√† qu'il publie son premier roman : L'Homme de la pampa.
  • 1924 : Parution de sa premi√®re nouvelle importante, La Piste et la Mare, dans la revue Europe.
  • 1925 : Il se lie avec le grand po√®te autrichien Rainer Maria Rilke et publie un des recueils po√©tiques majeurs du XXe si√®cle : Gravitations.
  • 1927 : Il devient l'ami intime de Jean Paulhan et lui soumet d√©sormais tous ses textes.
  • 1931 : Parution de son premier recueil important de nouvelles fantastiques : L'Enfant de la haute mer, qui rassemble cinq textes publi√©s entre 1924 et 1930 et trois in√©dits. √Ä cette √©poque, il s'adonne √† de nombreuses activit√©s litt√©raires et acquiert la reconnaissance de la critique, y compris en Uruguay. Sa premi√®re pi√®ce importante, La Belle au bois, voit aussi le jour √† cette √©poque. Par ailleurs, il ne cessera de remanier ses textes, donnant lieu √† de multiples r√©√©ditions, et les fait passer souvent d'un genre litt√©raire √† un autre.
  • 1938 : Il se lie avec Etiemble.
Les années d'exil
  • 1939 : Avec la d√©claration de guerre commencent des ann√©es difficiles : la tension internationale, des difficult√©s financi√®res et des ennuis de sant√© (probl√®mes pulmonaires et cardiaques) conduisent Jules Supervielle √† s'exiler pour sept ans en Uruguay. Il est nomm√© officier de la L√©gion d'honneur.
  • 1940 : La banque Supervielle fait faillite ; le po√®te est ruin√©. Mais son activit√© litt√©raire est toujours aussi intense et ses pi√®ces de th√©√Ętre seront par la suite mont√©es par de grands metteurs en sc√®ne, dont Louis Jouvet. Il continue par ailleurs de s'adonner √† des traductions (Guillen, Lorca, Shakespeare...) et recevra plusieurs prix litt√©raires tout au long de ces ann√©es de la maturit√©.
  • 1944 : Il fait une s√©rie de conf√©rences √† l'universit√© de Montevideo sur la po√©sie fran√ßaise contemporaine.
La consécration
  • 1946 : Supervielle rentre en France, ayant √©t√© nomm√© attach√© culturel honoraire aupr√®s de la l√©gation d'Uruguay √† Paris. Il publie ses premiers contes mythologiques sous le titre Orph√©e, √©dit√© en 1950 chez Gallimard sous le titre "Premiers pas de l'univers".
  • 1951 : Il publie un r√©cit autobiographique intitul√© Boire √† la source, ainsi que quelques pages pr√©cieuses sur sa conception de la po√©sie : en songeant √† un art po√©tique, √† la suite de son recueil po√©tique Naissances. √Ä cette √©poque, il souffre d'arythmie et des s√©quelles de son affection pulmonaire.
  • 1959 : Il fait para√ģtre son dernier recueil po√©tique, Le Corps tragique.
  • 1960 : Supervielle est √©lu Prince des po√®tes par ses pairs. Le 17 mai, il meurt dans son appartement parisien ; il est inhum√© √† Oloron-Sainte-Marie. En octobre, la NRF fait para√ģtre un num√©ro sp√©cial qui lui rend hommage.
  • De 1966 √† 1987 : parution aux √©ditions Gallimard (collection ¬ę Po√©sie ¬Ľ) de ses principaux recueils po√©tiques.
  • 1976 : Pilar meurt √† son tour ; elle est enterr√©e aux c√īt√©s de son mari.
  • 1990 : La ville d'Oloron-Sainte-Marie cr√©e le prix Jules-Supervielle ; parmi ses laur√©ats, on rel√®ve les noms de po√®tes contemporains majeurs : Alain Bosquet, Eug√®ne Guillevic, Henri Thomas, Jean Grosjean et Lionel Ray.
  • 1996 : Parution des Ňďuvres po√©tiques compl√®tes de Jules Supervielle dans la Biblioth√®que de La Pl√©iade, aux √©ditions Gallimard.

Principales Ňďuvres

  • 1919. Les po√®mes de l'humour triste (po√®mes)
  • 1922. D√©barcad√®res (po√®mes)
  • 1925. Gravitations (po√®mes)
  • 1930. Le For√ßat innocent (po√®mes)
  • 1931. L'Enfant de la haute mer (nouvelles)
  • 1932. La Belle au bois (th√©√Ętre)
  • 1933. Boire √† la source (r√©cit)
  • 1934. Les Amis inconnus (po√®mes)
  • 1936. Bolivar (th√©√Ętre)
  • 1938. La Fable du monde (po√®mes)
  • 1947. Le Petit bois et autres contes, Paris, Edit√© par Jacques et Ren√© Wittmann
  • 1948. Robinson (th√©√Ętre)
  • 1949. Sh√©h√©razade (th√©√Ętre)
  • 1949. Le Voleur d'enfants (roman)

√Čtudes critiques

  • Claude Roy, Supervielle, Paris, Po√©sies P., NRF, 1970
  • Sabine Dewulf, Jules Supervielle ou la connaissance po√©tique - Sous le soleil d‚Äôoubli, coll. Critiques Litt√©raires, en deux tomes, Paris, √©d. L‚ÄôHarmattan, 2001
  • Sabine Dewulf, La Fable du Monde, Jules Supervielle, coll. Parcours de lecture, Bertrand-Lacoste, 2008
  • Collectif dirig√© par Sabine Dewulf et Jacques Le Gall, , Jules Supervielle aujourd'hui, Actes du colloque des 1er et 2 f√©vrier 2008 √† Oloron-Sainte-Marie,
  • Sabine Dewulf, Le Jeu des Miroirs, D√©couvrez votre vrai visage avec Douglas Harding et Jules Supervielle, Ed. Le Souffle d'Or, 2011

Actualités

  • Depuis janvier 2011, La Belle au Bois fait un retour sur sc√®ne gr√Ęce au Collectif Quatre Ailes, dans une mise en sc√®ne interdisciplinaire de Micha√ęl Dusautoy. Cr√©√©e √† la Sc√®ne Watteau (Nogent-sur-Marne), cette balade a√©rienne sera en tourn√©e en France en 2012.
  • Une √©mission sur Jules Supervielle a √©t√© r√©alis√©e par France Culture le dimanche 29 avril 2007 dans l'√©mission "Une vie, Une Ňďuvre".

Pour plus de détails.

  • Les √©ditions Le Festin (Bordeaux) √©ditent les textes Saint-Jean-Pied-de-Port et Oloron issus de Boire √† la source, livre aujourd'hui quasiment introuvable. Ils √©voquent le retour √† la terre natale qui fut aussi celle o√Ļ ses parents moururent tragiquement, alors qu'il n'√©tait √Ęg√© que de quelques mois. C'est en 1926 que le po√®te effectue ce "p√®lerinage" dans les rues, les maisons de sa petite enfance. Pr√©cision des descriptions, √©motion, ces textes plongent le lecteur dans le Pays-basque de la fin du XIXe si√®cle.

Les Pyrénées. Saint-Jean-Pied-de-Port. Oloron de Jules Supervielle, Le Festin, 2006 (postface de Jacques Le Gall et photographies de Jean-Christophe Garcia).

  • Depuis novembre 2003, l'association "Les amis de Jules Supervielle" organise des conf√©rences et des animations afin de faire conna√ģtre ce po√®te. Le 1er et 2 f√©vrier 2008, a eu lieu, √† Oloron-Sainte-Marie, un colloque sur le th√®me : "Supervielle dans le monde d'aujourd'hui. √Ä quelles mani√®res d'√™tre sa po√©sie nous invite-t-elle ?".

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jules Supervielle de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jules Supervielle ‚ÄĒ (January 16 1884 May 17 1960) was a French poet and writer born in Uruguay.Jules Supervielle always kept away from Surrealism which was dominant in the first half of the twentieth century. Eager to propose a more human poetry and to rejoin the… ‚Ķ   Wikipedia

  • Jules Supervielle ‚ÄĒ Nacimiento 16 de enero de 1884   ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Jules Supervielle ‚ÄĒ (* 16. Januar 1884, Montevideo; ‚Ć 17. Mai 1960, Paris) war ein Lyriker, Verfasser von B√ľhnenwerken und Kurzgeschichten, der in franz√∂sischer Sprache, gleichzeitig aber auch in spanischer Tradition dichtete. Themen Supervielles sind die Sehnsucht… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • All√©e Jules-Supervielle ‚ÄĒ 1er arrt ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Supervielle ‚ÄĒ Jules Supervielle Jules Supervielle Naissance 16 janvier 1884 Montevideo,  Uruguay D√©c√®s 17 mai 1960 Paris ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Supervielle ‚ÄĒ Jules Supervielle (* 16. Januar 1884, Montevideo; ‚Ć 17. Mai 1960, Paris) war ein Lyriker, Verfasser von B√ľhnenwerken und Kurzgeschichten, der in franz√∂sischer Sprache jedoch in spanischer Tradition dichtete. Themen Supervielles sind die Sehnsucht ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • SUPERVIELLE (J.) ‚ÄĒ L‚ÄôUruguay a donn√© coup sur coup trois po√®tes aux lettres fran√ßaises: Laforgue, Lautr√©amont, Supervielle. Trois hommes que tourmente une inqui√©tude m√©taphysique. De quoi imaginer quelque genius loci , ou jurer par Taine. Mais ce troisi√®me… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Supervielle, Jules ‚ÄĒ (1884 1960) ¬†¬†¬†poet, novelist ¬†¬†¬†Of Basque origin, Jules Supervielle, who was born in Montevideo, uruguay, spent his entire life in France or South America. All his work is filled with memories of the vast empty spaces of the pampas and the ocean ‚Ķ   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Supervielle ‚ÄĒ Supervielle, Jules ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Supervielle ‚ÄĒ (Jules) (1884 1960) √©crivain fran√ßais: po√®mes, contes (l Enfant de la haute mer, 1931), pi√®ces de th√©√Ętre (la Belle au bois, 1932) ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.