Joy Division


Joy Division
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joy Division (homonymie).
JoyDivision logo .png
Surnom Stiff Kittens
Warsaw
Pays d’origine Drapeau du Royaume-Uni Salford, Angleterre
Genre musical Post-punk
New wave
Cold wave
Rock indépendant
Années d'activité 1976–1980
Labels Factory Records
Site officiel www.joydiv.org
Anciens membres Ian Curtis
Peter Hook
Stephen Morris
Bernard Sumner
Entourage New Order
Deborah Curtis
Tony Tabac

Joy Division est un groupe anglais composé de quatre membres et formé en 1976 à Manchester. Inscrit dans la mouvance post-punk, il est considéré comme l'initiateur de la cold wave (vague froide en français). Joy Division est aussi l'un des groupes précurseurs et « parrains du rock gothique »[1],[2],[3],[4]. La figure emblématique de cette formation est son chanteur Ian Curtis, à la « voix mortifère »[5] « de conteur sépulcral »[6]. Le groupe défricheur de nouveaux territoires se dissout en mai 1980 après le suicide de Curtis à l'âge de 23 ans. Bayon écrit alors dans Libération : « notre James Dean gothique s'est jeté à corps perdu dans la vie, c'est-à-dire le vide »[7].

Les trois membres restants du groupe ont formé New Order quelques mois plus tard, avec la musicienne Gillian Gilbert. Des dizaines d'années après sa disparition, Joy Division reste une comète majeure du rock anglais par la puissance souterraine de sa musique, qui semble inaltérable, bien qu'aride. Ce statut s’est construit avec les années, ils n’étaient pas aussi nombreux à l’époque à sentir la véracité du groupe. Le suicide de Ian Curtis intervient juste avant une tournée américaine qui aurait probablement changé le destin du groupe.

Seuls deux albums ont été produits, mais tout le matériel existant et les premières démos ont été réédités sous format CD.

Sommaire

Origine du nom et polémiques

Ce choix provient de la lecture par Ian du roman The House of Dolls, de Yehiel De-Nur, ancien déporté. Le nom Joy Division est la traduction littérale de l'expression allemande Freudenabteilung. Le terme de divisions de la joie désigne au sein des camp de concentration et d'extermination, des sections organisant l'exploitation sexuelle de détenues par certains membres de l'armée allemande, les personnels affectés à la surveillance ainsi que certains détenus de droits communs.

L’ambiguïté de ce nom vaudra au groupe une suspicion de sympathie pour le nazisme. Plusieurs éléments alimentèrent cette idée :

Leur premier nom "Warsaw" utilisé un temps au début de l'année 1977, est le nom en anglais de Varsovie, le plus grand ghetto juif de la seconde guerre mondiale.

La couverture en noir et blanc, issue d'une affiche des jeunesses Hitleriennes, montre un membre frappant sur un tambour. Les lettres "Joy Division" ont été imprimées en caractères gothiques.

La pochette intérieure du maxi-single An Ideal for Living montre une photo du ghetto de Varsovie, l'introduction de la chanson Warsaw énumère le numéro matricule de Rudolf Hess (31G-350125) - criminel de guerre nazi emprisonné à Spandau -. Enfin la mention de ce même Rudolf Hess au début de la version de At a Later Date, enregistrée lors du concert à l'Electric Circus. Cette suspicion sera entretenue par le nouveau nom du groupe, tout aussi ambiguë, après la mort de Curtis. Le terme "New Order" ("Ordre Nouveau") désigne en effet depuis les années 1930 des officines et des groupuscules d'extrême-droite et fascistes. Néanmoins le groupe a toujours affirmé ne pas être nazi, bien au contraire.

Historique

1976

Le guitariste Bernard Sumner dit Barney (connu aussi sous les pseudonymes de Bernard Albrecht comme sur le premier EP, Bernard Dicken ou encore Albrecht-Dicken), le bassiste Peter Hook dit aussi Hooky et un ami, Terry Mason dit Terry, batteur, se rencontrent lors d'un concert des Sex Pistols, le 4 juin 1976. Ils souhaitent fonder un groupe et se mettent à la recherche d'un chanteur. À la suite de la lecture d'une de leur annonce déposée au magasin de disques Virgin de Manchester, Ian Curtis s'enquiert de la disponibilité de la place. Lors d'une rencontre au deuxième concert des Sex Pistols au Lesser Free Trade, resté fameux pour le nombre de groupes locaux qu'il a suscité (dont Buzzcocks, Magazine, The Durutti Column et The Fall)[8], le 20 juillet, ils recrutent le chanteur Ian Curtis. Le groupe ainsi constitué s'inspire du fameux concert punk des Sex Pistols, «Anarchy (U.K.) Tour», qui, le 9 décembre 1976, réunit 42 personnes à l'Electric Circus de Manchester.

1977

Tony Tabac rejoint le groupe début 1977, en remplacement de Terry qui devient manager. Les répétitions commencent et s'enchaînent de façon régulière mais la formation n'a toujours pas d'appellation consensuelle. Juste avant son premier concert, d'une longue série, à l'Electric Circus le 29 mai 1977, en première partie des Buzzcocks et de Penetration, le groupe décide en définitive de choisir Warsaw, bien qu'il soit apparu avant ce concert sous le nom de Stiff Kittens, suggéré par Pete Shelley des Buzzcocks et par Richard Boon.

Cinq semaines et une demi-douzaine de concerts plus tard, Tony Tabac est remplacé par le batteur punk issu du groupe Panik Steve Brotherdale, qui jouera aux concerts dès le 30 juin. Aux Pennine Sound Studios d'Oldham, Joy Division enregistre le 18 juillet 1977 The Warsaw Demo, qui regroupe cinq chansons d'influence punk (Ian Curtis refuse les ajouts de synthétiseurs du style New-Wave proposés par un des producteurs). Quatre de ces cinq chansons (à part The Kill, dans Still) ne seront jamais en vente avant 1997 (et en accès limité). Steve, qui rejoint en août son groupe d'origine, est remplacé à la batterie par Stephen Morris, originaire de Macclesfield, qui saura apporter une nouvelle identité sonore. Warsaw enregistre quatre chansons en décembre pour un EP (45 tours Maxi), An Ideal for Living.

Portrait d'Ian Curtis.

1978

Ayant changé de nom pour Joy Division, le groupe donne son premier concert le 25 janvier 1978. Cette année-là, il jouera régulièrement dans le Nord de l'Angleterre et accumule de nouvelles chansons.

14 avril 1978 : en concert à un fameux festival (son premier), Joy Division ne joue qu'à partir de 4 heures du matin mais leur prestation impressionne tellement Rob Gretton qu'il vient les féliciter ; il se propose de les «prendre en main» en tant que manager (évacuant ainsi Terry).

Les sessions d'enregistrement RCA LP des 3 et 4 mai 1978 aux studios Arrow constituent une sorte de tentative qui ne donne suite à aucune sortie d'album (à part en album pirate; on n'en retrouvera que deux titres sur le coffret de collection Heart and Soul). Ian Curtis s'était opposé aux arrangements de style New Wave qu'un des producteurs avait décidé. Le groupe restait alors encore inscrit dans le style punk.

20 septembre 1978 : dans un bar, à la suite d'une altercation culottée initiée par Ian Curtis auprès de Tony Wilson (il l'insulte en lui reprochant d'avoir invité les Sex Pistols à son show et non Joy Division), participation à un show télévisé sur la chaine locale Granada Television dont Tony est le directeur, avec le titre Shadowplay (inclus à la fin de leur album non édité).

En octobre 1978, la maison d'édition musicale Factory Records Ltd voit le jour, fondée sur un partenariat entre Tony H. Wilson (le célèbre présentateur de télévision mancunien), Alan Erasmus (acteur de théâtre) et Rob Gretton, le manager dévoué du groupe. Joy Division sera le premier groupe à signer sous ce label, soutenu par un avant-gardiste curieux de tout, Tony Wilson. Deux titres sont inclus sur la compilation A Factory Sampler et le premier album, An Ideal for Living (enregistré un an auparavant), fait une deuxième sortie mais très timide. En tous cas, dorénavant, le groupe est sur les rails.

En même temps, dès octobre, Martin Hannett devient le producteur de Joy Division, supervisant ainsi tous leurs enregistrements exceptés ceux des sessions radio. Ce jeune producteur, aux méthodes non conventionnelles (il a travaillé avec les Buzzcocks), se caractérise par sa méticulosité sinon par son perfectionnisme dans sa passion de la recherche sonore étrange, en particulier en ce qui concerne les sons de batterie et les bruitages.

Le groupe joue pour la première fois à Londres le 27 décembre 1978, devant une trentaine de personnes seulement - c'est la douche froide! Lors d'un trajet en voiture, Ian Curtis connaît sa première crise, qui sera diagnostiquée comme étant de l'épilepsie. Il doit alors prendre des médicaments sous forme de pilules, aux effets secondaires dangereux.

1979

« Joue du chevalet au manche », « Le trench de Ian Curtis », « Le solo des smashing ». Année de grande créativité et d'essor. Enregistrement des Peel's sessions pour John Peel, DJ influent de la BBC Radio, en janvier.

Il faut attendre le 14 février 1979 pour que Joy Division passe pour la première fois à la radio en diffusion nationale.

Martin Rushent, de Genetics Records (WEA), leur propose 40 000 £ pour sortir un album. Le 4 mars, une version démo de cinq titres est enregistrée à Londres. Cependant, Factory Records proposant une bien meilleure rémunération des droits d'auteur (50/50 contre 8 % !) et le public grandissant, Joy Division décline finalement la proposition.

Le groupe enregistre Unknown Pleasures en avril (dix titres dont Disorder, She's Lost Control, Shadowplay), album qui récolte de bonnes critiques, ce qui leur assure enfin un public plus nombreux. Il permettra de financer le Maxi Komakino, distribué gratuitement en flexi (disque souple promotionnelle) en juin !

Transmission (enregistré d'abord en mai 1978, puis en janvier et mars), est réenregistré en juillet pour sortir en EP (Maxi-45t) en octobre : ces nouvelles versions marquent le tournant de la maturité.

La deuxième apparition télévisée de Joy Division sur Granada TV, le 20 juillet (avec She's Lost Control), s'inscrit dans une saison riche en prestations (une vingtaine), qui connaît son apogée au grand concert donné à l'Electric Ballroom de Londres, fin août, avec une audience (record, pour le groupe à l'époque) de 1 200 personnes.

Le 13 septembre, deux films sur l'histoire de leur formation sont projetés au cinéma Scala puis le 15, c'est la première télévision nationale pour Joy Division (Something Else, show de la BBC2 à Manchester).

Le groupe enregistre ses secondes Peel's sessions fin novembre (où sera joué Twenty Four Hours) avant de partir pour une première tournée européenne, en commençant par la France avec, entre autres, un unique et mémorable concert parisien aux Bains Douches, le 18 décembre, live dont l'enregistrement ne sortira (sous CD) qu'en 2001.

1980

La tournée se poursuit courant janvier d'Amsterdam à Berlin. Le chanteur vient d'être père d'une petite fille mais sa rencontre avec Annik Honoré, journaliste belge[9], sème la confusion dans sa tête. Exténué par l'enchaînement des concerts et souffrant des conséquences de son traitement contre l'épilepsie, Ian Curtis fait une première tentative de suicide au rasoir.

En mars, Joy Division fait une pause et enregistre du 18 au 30, aux studios Britannia Row de Londres son deuxième album « Closer » (neuf titres, 48 minutes, dont trois issus de sessions radio de 1979 : « Atrocity Exhibition », « Colony », « Twenty Four Hours ») et un titre qui sortira à part « Love Will tear us apart » (avec « These Days » en face B). En outre le label français Sordide Sentimental, publie le 45-Tours « Licht und Blindheit » (enregistré au Studio Cargo de Rochdale).

Les concerts reprennent : cinq en quatre jours à Londres. La reprise du titre du Velvet Underground « Sister Ray » est enregistré en public le 3 avril. Assurant la première partie des Stranglers au Rainbow Theatre (Finsbury Park), le 4 avril 1980, Ian Curtis a une nouvelle crise d'épilepsie, à la fin du concert, que le public prend pour un « effet scénique ». Les médecins préconisent le repos, mais le succès accumule encore la charge de travail. Le 7 avril, Ian Curtis fait une deuxième tentative de suicide aux barbituriques (le phénobarbitone). Le lendemain, au concert du Derby Hall de Bury, le remplacement de Ian Curtis par Alan Hempsall et par Simon Topping, chanteur du groupe A Certain Ratio, pour pallier la piètre performance de Ian, déclenche une émeute qui s'achève en bagarre générale. Les prestations suivantes deviennent si laborieuses que celles programmées fin avril sont annulées. Deborah, l'épouse de Ian, a l'intention d'engager une procédure de divorce. Miné, de nouveau tenté par le suicide, Ian se sent de plus en plus désemparé.

Avant une tournée aux États-Unis prévue du 21 mai au 7 juin, Joy Division donne un dernier concert le vendredi 2 mai 1980 à l'université de Birmingham. Le 18 mai, à la veille du départ, à cinq heures du matin, Ian Curtis se donne la mort par pendaison dans la cuisine de son domicile à Macclesfield. Sa femme, à qui il avait demandé la veille de quitter les lieux pour mésentente, le découvre en rentrant vers midi.

En juin et juillet, le 45-Tours « Love will... » et l'album « Closer » sont publiés. Une session d'enregistrement (un titre[10]) a lieu aux studios Graveyard en juin, avec Kevin Hewick comme chanteur de remplacement. Cependant, la dissolution de Joy Division est décidée par les trois autres membres du groupe, et, sur une idée de Rob Gretton, ils poursuivent leurs activités sous le nom de New Order.

1981

Sortie de l'album posthume Still le 8 octobre. Ce 33 tours/LP regroupe, d'une part, neuf titres rares enregistrés en studios (au cours de l'année 1979 et le 8 janvier 1980 pour The Sound of music) et, d'autre part, des interprétations publiques : dix titres live enregistrés au dernier concert de Birmingham (plus un titre caché sur la version vinyle) ainsi que le fameux Sister Ray du Velvet Underground, joué au concert du 2 avril 1980 à Londres. Une version CD sortira en 1990.

1995

Sortie d'un remix de Love will Tear us apart par New Order, dans l'album Permanent, compilation des titres les plus fameux de Joy Division (Quest).

Deborah Curtis publie Touching from a Distance, en mémoire de Ian Curtis et du groupe.

Constitution du groupe

Discographie

45 tours (7" Single/EP) et Maxis-45 tours (12" Single/EP)

  • An Ideal for Living: Warsaw/No Love Lost//Leaders Of Men/Failures (of the modern man), juin 1978 45t/7"EP Enigma Records PSS 139, 1.000 copies; oct. 1978 Maxi-45t/12" Anonymous Records, ANON 1, 1.200 copies
  • Transmission/Novelty, oct. 1979 45t/7" Factory Records FAC 13; déc. 1980 Maxi-45t/12", Factory FAC 13.12
  • Licht und Blindheit : Atmosphere/Dead Souls, mars 1980 33t(sic!)/7" Sordide Sentimental SS 33022, 1.578 copies (France)
  • Komakino: Komakino/Incubation/As You Said, avril 1980 45t/7" en flexi-disk, Factory FAC 28, 10.000 copies anglaises et 15.000 pour les Etats-Unis
  • Love Will Tear Us Apart: Love Will Tear Us Apart (mars 1980)/These Days/Love Will Tear Us Apart (janvier 1980), avril 1980, 45t-33t(pour la face B)/7", Factory FAC 23; juin 1980 (USA, juin 1981), Maxi-45t/12", Factory FAC 23.12, UK #13
  • She's Lost Control/Atmosphere, août 1980, Maxi-45t/12" (She's Lost Control en face A) et sept. 1980, Maxi-45t/12" (Atmosphere en face A), Factory US FACUS 2, 33t/LP 600207 (France)
  • The First Peel Sessions diffusées le 14 février 1979: Exercise One/Insight//She's Lost Control/Transmission, nov. 1986, Maxi-45t/12"EP, Strange Fruit SFPS 013, juillet 1988 CD, SFPSCD 013
  • The Second Peel Sessions diffusées le 10 décembre 1979: Love Will Tear Us Apart/24 Hours//Colony/Sound Of Music, sept. 1987, Maxi-45t/12"EP, Strange Fruit SFPS 033, juillet 1988 CD, SFPSCD 033
  • Atmosphere/The Only Mistake, juin 1988, 45t/7", Factory FAC 213-7
  • Atmosphere/The Only Mistake/Sound Of Music (ou Transmission pour la version Canada-Australie), juin 1988, 45t/12", Factory FAC 213
  • Atmosphere/Transmission (live)/Love Will Tear Us Apart, juin 1988, CD, Factory FACD 213
  • Video 5 8 6 by New Order/As You Said, juillet 1997, 33t/12"EP, Touch TONE 7.1
  • Love Will tear us apart (réédition): ''Love Will tear us apart (Original)/Love Will tear us apart (Radio)/Atmosphere, FACD 24, 24 septembre 2007 (UK)

Albums et rééditions

  • Unknown Pleasures, LP (10 titres), Factory FACT 10, juin 1979 (UK) - LP Virgin 201883 et CD FACT/MPO MPO 01 ou Barclay BA 900 (France)
  • Closer, LP (9 titres), Factory FACT 25, juillet 1980 (UK) - LP Virgin 201882 et CD Virgin 30216, 1992 (France)
  • Still, 2 LP (titres rares et certains enregistrements publics), Factory FACT 40, octobre 1981 et FACD 40 ou Quest 9 26495-2, 1990 (UK) - 2 LP, Virgin 60025/301002 et CD Virgin/PDO 30339, 1990 (France)
  • Substance sous-titré Joy Division 1977–1980, LP (compilation de 10 titres divers) Factory FACT et CD (compilation plus 7 titres en Appendice) FACD 250, juillet 1988 (UK) - LP Virgin 70614 et CD PDO 30614, août 1988 (France)
  • The Peel Sessions, LP et CD (8 titres enregistrés au studio de la BBC en janv. et nov. 1979 - 30 minutes), Strange Fruit SFRLP/SFRCD 211, septembre 1990 (UK) - Strange Fruit WMD642201/326, 1991 (France)
  • Love Will Tear us apart, CD (6 titres dont 2 remixes de Love Will Tear us apart, par Don Gehman et par Arthur Baker), London/Polygram 850/129-2, mai 1995 (UK)
  • Warsaw (regroupe les titres du premier album inédit plus ceux du Warsaw Demo enregistré en juillet 1977), en LP (33 tours) et 7"(45 tours), diff. versions, RZM Production Ltd RZM200/RZM 100, 1981 (Allemagne), CD promo (hors vente), 1990 (USA), CD Intermusic: Movieplay Gold MPG 74034, 1995 (UK, disponible en 1997 en magasins de disques)
  • The Complete BBC Recordings, LP et CD (les 8 titres plus les deux lives She's Lost Control et Transmission pour l'émission Something Else de septembre 1979, plus l'interview de Ian Curtis et de Steven Morris par R. Skinner), CD SFRSCD 094, juillet 2000 et LP SFRSLP 094, 2001 (UK), également CD Fuel 2000/61284, 2000 et 2 CD 61213 (avec le CD du concert de New Order à la BBC Before and After), juillet 2002 (USA)
  • Permanent, 2 LP et CD (compilation de 15 titres, plus le remix de Love will tear us apart par Don Gehman), London Records 90 Ltd, 2 LP Int 828624-2/PY281 et CD PY900, juin 1995 (UK), CD Qwest 945979-2 (USA)
  • Heart and Soul, 4 CD (coffret de 81 titres dont 14 versions doubles, 300 minutes), London 828 968-2, 1997 et London 3984 29040-2, 1999 (UK):
    • le 1er CD reprend tous les enregistrements studio de l'album 33t Unknown Pleasures avec du matériel, dans l'ordre, de la compilation double Maxi-45t/EP A Factory Sample, des 45t géants/EP/12" Transmission et Earcom 2: Contradiction (compilation avec 2 titres du groupe), enfin des albums Still et Substance;
    • le 2e CD reprend des titres, dans l'ordre, du Maxi-45t/EP/12" She's Lost Control, du 33t Still, des 45t/7" Licht Und Blindheit et des 45t-33t/7" et Maxi-45t/12" Love Will Tear us apart, enfin des albums Closer et Substance;
    • le 3e CD reprend des titres ayant figuré sur les 45t/7" et Maxi-45t/12" An Ideal Fo Living, sur l'album Substance et sur le Flexi-45t Komakino (distribué gratuitement en 1980), ainsi que des titres rares, inédits ou radio-diffusés, quelques Peel Sessions et Video 586 de 1997;
    • le 4e CD comprend 19 enregistrements publics à Londres, tous inédits.
  • Preston 28 February 1980 avec titre en tranche The Fractured Music Archive Volume 1, CD (12 titres live à Preston), FACD2.60, 1999 et mai 2003 (UK)
  • Les Bains Douches 18 December 1979 avec titre en tranche The Fractured Music Archive Volume 2, CD (9 titres live aux Bains Douches plus 7 titres live aux Pays-Bas), FACD2.61, avril 2001 et mai 2003 (UK)
  • Fractured Box Set, 2 CD (coffret en édition limitée tirée à 1000 copies, reprenant tous les titres présents dans le deux précédents albums live - 110 minutes), octobre 2001
  • Refractured Box One, 3 CD (coffret en tirage limité à 3000 copies, comprenant tous les titres présents sur Fractured Box Set: les titres d'Eindhoven font partie du CD Preston et le double-CD Paris comprend en supplément les 14 titres du concert d'Amsterdam au Paradiso le 11 janv. 1980 - 170 minutes), Alchemy FACD 2.60, décembre 2003 (UK)
  • Joy Division in Memory, 4 LP (vinyle seulement, coffret en édition limitée de Peter Saville, comprenant les albums Closer, Unknown Pleasure et Still en double LP), septembre 2007 (UK)
  • Unknown Pleasures, réédition en 2 CD, FACD 10 / London, 17 septembre 2007 (UK):
    • le 1er CD reprend les titres de l'album Unknown Pleasures (en réédition)
    • le 2e CD comprend 12 titres d'un enregistrement à The Factory de Manchester le 13 juillet 1979.
  • The Best Of Joy Division, Compilation 2 CD, London Records, 31 mars 2008.

Vidéos

  • Here Are the Young Men (VHS, Ikon FACT 37V; Beta, Ikon FACT 37B, August 1982)
  • Punk (Compilation VHS. WEA/Warner, en association avec Granada TV, 4 509 91011-3. Réalisation 1992) Joy Division joue "Shadowplay". Tiré de Granada Reports, Granada TV, 20 septembre 1978.

Cinéma

  • Control, film d'Anton Corbijn, 120 minutes, noir et blanc, 2.39 (scope), sorti en France le 26 septembre 2007. Adaptation par Matt Greenhalgh du livre biographique Touching from a distance - Ian Curtis and Joy Division (édité par Faber & Faber, 1995, GB, réédité) écrit par Deborah Curtis (née Woodruffe), veuve de Ian Curtis. Anecdote : Tony Wilson, un des quatre co-producteurs (avec Deborah Curtis) est mort avant d'avoir vu le film, 4 jours avant sa sortie.
  • NotNa, documentaire télévisé de Lance Bangs, 41 minutes, 13 septembre 2005 (USA) : Ian Curtis inclus
  • 24 Hour Party People de Michael Winterbottom, 8 avril 2002
    • Crédits musicaux : Transmission, Atmosphere, She's Lost Control, Love Will Tear Us Apart
    • Personnages de la sphère Joy Division : Tony et Linsay Wilson, Alan Erasmus, Rob Gretton, Bernard Sumner, Peter Hook, Martin Hannett, Ian Curtis, grand-mère de Ian Curtis, Tony H. Wilson.
  • Joy Division, film documentaire de Grant Gee, 94 minutes, sorti en avant-première au MelkWeg d'Amsterdam, le 19 septembre 2008.

DVD

  • Joy Division. Under review , 70 min, 2006 : documentaire biographique anglais constitué d'entretiens de critiques de Rock, et aussi de l'ex-femme de Tony Wilson, entrecoupés d'extraits de chansons très courts (probablement pour ne payer de droits d'auteur). Aucun titre en intégralité ; en bonus, un extrait sonore d'un entretien de Ian Curtis capté dans un bar.
  • Control , 119 min, 2007 : Le film d'Anton Corbijn + bonus avec les commentaires du réalisateur et les proches du groupe.

Notes et références

  1. (en) voir cet article "GodFathers" signifie "parrains". Nitsuh Abebe.A Life Less Lived Pitchfork.com. 24 Janvier 2007. "Familiar classics from the bands who turned out to be goth's godfathers-- Joy Division, the Cure, Bauhaus, Siouxsie & the Banshees-- but the heart of the thing remains England's 1980s goth heyday, where the urge to dance comes out in grim, grinding, relentless music for the fake undead: Look to the Sisters of Mercy's steamroller Temple of Love"
  2. (en) voir cet article où le mot Godfathers (parrains)est aussi utilisé. Goth rock. Allmusic.com. "The godfathers of goth-rock were British post-punkers Joy Division, whose bleak, remote, obsessively introspective music and lyrics laid the initial foundation for goth"
  3. "NME Originals : Goth" NME. Hors série spécial publié en octobre 2004
  4. (en) Luke Lewis. "Release The Bats" NME.com. 5 Mars 2009. 1. Joy Division – Atmosphere. Peter Hook despairs whenever anyone refers to Joy Division as a goth band, but what else were they? Desolate atmospherics, icily reverberating synths, Ian Curtis' portentous baritone. All those qualities found their ultimate expression in 'Atmosphere', a song whose shattering emotive power is intensified by Anton Corbijn's monochrome video (shot eight years after the song's original release), featuring mysterious hooded figures swarming slowly over a bleached landscape. Most gothic moment: The vast, echoing guitar chords that enter at 3.23.
  5. Jean Marc Chapus. "Control". Rock'n'folk. Octobre 2007. page 70
  6. Pacome Thiellement. "Joy Division". page 77
  7. Bayon, Libération. 18 mai 1990. Texte reproduit dans "Rock Critics", éditeur Don Quichotte, 2010. (ISBN 2359490168)
  8. Paul Morley's article "A northern soul", Observer Music Monthly, Sunday May 21, 2006;
  9. Mais aussi fondatrice de la salle de concert du « Plan K » à Bruxelles et plus tard des Disques du Crépuscule et de Factory Benelux
  10. « Haystack », qui sera publié quelques années plus tard sur la compilation « From Brussels with Love » des Disques du Crépuscule

Biographies

Livres en français :

Livres non traduits

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Joy Division de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Joy Division — Joy Division …   Википедия

  • Joy Division — Datos generales Origen …   Wikipedia Español

  • Joy Division — Joy Division …   Deutsch Wikipedia

  • Joy Division — [Joy Division] a British pop group formed in 1977. The group are known for their sad songs about loss and failure, including Love Will Tear Us Apart (1980). Their singer, Ian Curtis, killed himself in 1980, and the rest of the group continued… …   Useful english dictionary

  • Joy Division — Infobox musical artist Name = Joy Division Img capt = Joy Division in 1979. Left to right: Stephen Morris, Peter Hook, Ian Curtis, Bernard Sumner Background = group or band Alias = Warsaw Origin = Salford, Greater Manchester, England Genre = Post …   Wikipedia

  • Joy Division — Formados en 1976 en Manchester (Inglaterra) tras un concierto de los Sex Pistols, funcionaron primero bajo el nombre de Stiff Kittens, para pasar a llamarse Warsaw y finalmente Joy División en 1978.Fueron una de las bandas más influyentes de lo… …   Enciclopedia Universal

  • Joy division — …   Википедия

  • Joy Division — a British pop group formed in 1977. The group are known for their sad songs about loss and failure, including Love Will Tear Us Apart (1980). Its singer, Ian Curtis, killed himself in 1980, and the rest of the group continued under the name New… …   Universalium

  • Joy Division (disambiguation) — Joy Division may refer to: * Joy Division, a 1970s post punk band from the United Kingdom *A group of Jewish women forced to work as prostitutes in Nazi concentration camps, as depicted in the 1955 novel The House of Dolls , and inspiration for… …   Wikipedia

  • Joy Division The Complete BBC Recordings — Infobox Album | Name = Joy Division The Complete BBC Recordings Type = Live album Artist = Joy Division Released = 2000 | Recorded = January 1979 November 1979 Genre = Post punk Length = Label = Strange Fruit Records Producer = John Peel and Joy… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.