Joachim Du Bellay

ÔĽŅ
Joachim Du Bellay

Joachim du Bellay

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Du Bellay (Famille).
Joachim du Bellay
Joachim du Bellay (1522-1560)
Joachim du Bellay (1522-1560)

Activité(s) Poète
Naissance vers 1522
ch√Ęteau de la Turmeli√®re (Lir√©)
Décès 1560
Paris
Langue d'écriture Français

Joachim du Bellay est un po√®te fran√ßais n√© vers 1522 au ch√Ęteau de la Turmeli√®re (Lir√©), dans le Maine-et-Loire, et mort en 1560, √† Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut √† l'origine de la formation de la Pl√©iade, groupe de po√®tes auquel Du Bellay donna son manifeste, la D√©fense et illustration de la langue fran√ßaise. Son Ňďuvre la plus c√©l√®bre, Les Regrets, est un recueil de sonnets d'inspiration √©l√©giaque et satirique, √©crit √† l'occasion de son voyage √† Rome de 1553 √† 1557.

Sommaire

Biographie

Ancien logis du ch√Ęteau de La Turmeli√®re (√©poque de Joachim du Bellay) √† Lir√© en Anjou (Maine-et-Loire)

Joachim du Bellay na√ģt vers 1522 √† Lir√©, en Anjou, au ch√Ęteau de la Turmeli√®re. Fran√ßois Ier est alors roi de France ; c'est la Renaissance, des arts et de la culture en particulier. Issu d'une famille de noblesse ancienne (famille de cardinaux, de diplomates et de gouverneurs), le jeune Joachim est orphelin de p√®re et de m√®re avant qu'il n'ait 10 ans. Il est confi√© √† la tutelle de Ren√©, son fr√®re a√ģn√©. Ce dernier le n√©glige. Si l'on en croit les propres affirmations de Joachim du Bellay, il a une enfance triste, solitaire √† la Turmeli√®re dans le manoir paternel. Il devient un adolescent fragile qui apprend √† se recueillir dans la solitude des for√™ts et √† r√™ver sur les bords de la Loire. N√©anmoins, il se rend r√©guli√®rement dans un autre domaine familial, le ch√Ęteau de Gizeux, propri√©t√© de la famille du Bellay situ√©e dans le grand Anjou historique, au nord de Bourgueil.

D'apr√®s Kl√©ber Haedens dans Une Histoire de la litt√©rature fran√ßaise, un jour d'√©t√© est d√©terminant dans la vie de Joachim du Bellay, quand, dans une auberge, sur les bords de la Loire, il rencontre Pierre de Ronsard. Celui-ci est fin, √©l√©gant, et parle avec aisance. Les deux jeunes hommes ont une vingtaine d'ann√©es. Ils ont des parents et amis communs. Apr√®s avoir r√™v√© l'un et l'autre √† une carri√®re militaire, ils ont d√Ľ y renoncer tous deux pour cause de surdit√© pr√©coce. Pour d'autres, ils se rencontrent en 1547, alors qu'ils sont √©tudiants √† l'universit√© de Poitiers. Pour d'autres encore, ils se rencontrent au Mans o√Ļ les membres de la famille du Bellay sont nombreux √† occuper des charges dans l'Eglise.

Tours vestiges de l'ancien ch√Ęteau de La Turmeli√®re, √† Lir√© en Anjou (Maine-et-Loire)

Pierre de Ronsard √©crit des vers et veut devenir un grand po√®te. Il explique √† du Bellay qu'il rentre √† Paris, au coll√®ge de Coqueret, o√Ļ il √©tudie les auteurs anciens. Joachim avoue qu'il compose des po√®mes, lui aussi. Ronsard convainc du Bellay de venir avec lui. Au coll√®ge de Coqueret, ils ont Jean Dorat, un brillant hell√©niste comme professeur. Il leur fait d√©couvrir les auteurs de l'Antiquit√© et ceux de la po√©sie italienne. Ronsard et du Bellay forment alors un groupe d'amis po√®tes, qui prend en 1549 le nom de Brigade avant d'adopter en 1553 celui de Pl√©iade. Le groupe de la Pl√©iade souhaite d√©finir de nouvelles r√®gles po√©tiques.

Il a embrass√© l'√©tat eccl√©siastique et devient chanoine de Notre-Dame de Paris, ce qui ne l'emp√™che pas de mener une vie assez mondaine. Ses vers lui donnent acc√®s √† la cour, o√Ļ on l'appelle l'Ovide fran√ßais.

Ruines de l'ancien ch√Ęteau de La Turmeli√®re (√©poque de Joachim du Bellay) √† Lir√© en Anjou

En 1549, le groupe d√©cide de publier un manifeste que du Bellay est charg√© d'√©crire : D√©fense et illustration de la langue fran√ßaise. Du Bellay signe l'ouvrage, "inspir√©" des id√©es du groupe ‚ÄĒ d√©fendre le fran√ßais contre la domination du latin, cultiver les genres nouveaux, enrichir le vocabulaire, etc. Ce livre, anim√© d'un souffle √©nergique, se veut l'acte de fondation de la po√©sie fran√ßaise. Aventure courageuse, qu'ils men√®rent avec intelligence, talent, et aussi ironie. Puis du Bellay publie un recueil d'une centaine (115) de sonnets, L'Olive (1549). Ces sonnets ¬ę √† la mani√®re ¬Ľ de P√©trarque, connaissent un grand succ√®s. C'est le premier recueil en fran√ßais de sonnets amoureux.

Malgr√© des probl√®mes de sant√©, de 1553 √† 1557, du Bellay devient secr√©taire, √† Rome, du cardinal Jean du Bellay, son oncle et c√©l√®bre diplomate. Cet exil de quatre ans, durant lesquels il √©crit Les Antiquit√©s de Rome, commence dans l'enthousiasme . Le po√®te d√©couvre la ville mythique de l'Antiquit√©, qui n'est plus que ruines, faste et d√©bauche. Le d√©go√Ľt et le regret s'emparent du po√®te, sentiments qui lui inspireront ses plus belles pages. Rome qu'il a tant magnifi√©e dans ses r√™ves, le d√©√ßoit. De retour √† Paris, en 1558, il publie Les Antiquit√©s de Rome, les Divers Jeux rustiques et Les Regrets, un recueil de 191 sonnets (dont le 31e, le c√©l√®bre : ¬ę Heureux qui comme Ulysse ¬Ľ), en alexandrins. Ces √©crits sont reconnus en leur temps et valent √† Joachim du Bellay de participer √† la vie intellectuelle parisienne.

Ch√Ęteau de Gizeux, propri√©t√© angevine de la famille du Bellay, s√©pultures familiales dans l'√©glise de Gizeux

Des ennemis secrets le font accuser d'irr√©ligion, ce qui nuit √† son avancement ; sa sant√© se d√©t√©riore.
Sourd et malade, il s'√©teint subitement, √† sa table de travail, dans la nuit du 1er janvier 1560. On peut entendre dans le mus√©e qui lui est consacr√© √† Lir√©, que la syphilis aurait caus√© sa mort.
Il est enterré dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, mais sa sépulture aurait été perdue… Et, dit-on, son corps reposerait près de la Loire, dans son Anjou natal.
N√©anmoins, des s√©pultures de la famille du Bellay se trouvent dans l'√©glise de Gizeux, tout pr√®s du ch√Ęteau de Gizeux, ayant appartenu √† la famille du Bellay. L'√©glise renferme les splendides tombeaux des Du Bellay. De rarissimes orants du XVIIe si√®cle furent r√©alis√©s en marbre blanc par Ghislain dit de Cambrai, directeur de l'Acad√©mie Royale de Sculpture de Paris.
A d√©faut de tombeau certain pour le po√®te, les ruines du ch√Ęteau de La Turmeli√®re, lieu de naissance de Joachim du Bellay, offrent toujours aux visiteurs, des vestiges √©mouvants dans un cadre romantique et sauvage.

Ňíuvres

Défense et illustration de la langue française

Défense et illustration de la langue française (La Deffence, et Illustration de la Langue Francoyse dans l'orthographe originale) est un manifeste littéraire, écrit en 1549 par le poète français Joachim du Bellay, qui rassemble les idées des poètes de la Pléiade.

Le texte, plaidoyer en faveur de la langue fran√ßaise, para√ģt dix ans apr√®s l'ordonnance de Villers-Cotter√™ts qui impose le fran√ßais comme langue du droit et de l'administration fran√ßaise. Du Bellay montre sa reconnaissance envers Fran√ßois Ier, ¬ę notre feu bon Roi et p√®re ¬Ľ, pour le r√īle que celui-ci a jou√© dans les arts et la culture : cr√©ation du Coll√®ge des lecteurs royaux, p√©rennisation d'une biblioth√®que du roi enrichie d'achats et du d√©p√īt l√©gal. Du Bellay veut faire de la langue fran√ßaise ¬ę barbare et vulgaire ¬Ľ une langue √©l√©gante et digne. Il lui faudra l'enrichir avec ses camarades de la Pl√©iade pour en faire une langue de r√©f√©rence et d‚Äôenseignement.

L'Olive

Entrée de l'ancienne demeure de
La Turmelière (époque de Joachim du Bellay)
à Liré en Anjou

L'Olive est un recueil de po√®mes publi√© par Joachim du Bellay entre 1549 et 1550. Il c√©l√®bre dans ce recueil une ma√ģtresse imaginaire en s'inspirant de P√©trarque. Ce recueil de sonnets comporte 50 sonnets √©crits en 1549 mais en comportera 60 √† sa publication en 1550.

Les Regrets

Les Regrets est un recueil de poèmes de Joachim du Bellay (1522-1560), écrit lors de son voyage à Rome de 1553 à 1557 et publié à son retour en 1558.

Le recueil comprend 191 sonnets d'alexandrins. C'est une nouveauté. Autre innovation, c'est un recueil de facture pétrarquiste. Mais le sujet n'est pas l'amour pour une femme. Le pays natal la remplace. On distingue deux sources d'inspiration: élégiaque, et encomiastique. Revenu en France, le poète y retrouve les travers observés à Rome.

Bibliographie

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Source partielle

¬ę Joachim du Bellay ¬Ľ, dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang [sous la dir. de], Dictionnaire universel d‚Äôhistoire et de g√©ographie, 1878 [d√©tail des √©ditions]  (Wikisource)

Les sources italiennes de la Défense et Illustration de la langue française de Joachim du Bellay, Pierre Villey, 162 p., Librairie Honoré Champion, Paris, 1908

  • Portail de la Renaissance Portail de la Renaissance
  • Portail de l‚ÄôAnjou et de Maine-et-Loire Portail de l‚ÄôAnjou et de Maine-et-Loire
  • Portail de la po√©sie Portail de la po√©sie
Ce document provient de ¬ę Joachim du Bellay ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Joachim Du Bellay de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Joachim du bellay ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Du Bellay (Famille). Joachim du Bellay ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Joachim du Bellay ‚ÄĒ (* um 1522 in Lir√© nahe Angers; ‚Ć 1. Januar 1560 in Paris) war ein franz√∂sischer Autor. Er gilt neben Pierre de Ronsard als der bedeutendste franz√∂sische Lyriker der Mitte des 16. Jahrhunderts ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Joachim du Bellay ‚ÄĒ Born c. 1522 Lir√©, Anjou, France Died 1 January 1560(1560 01 01) Paris ‚Ķ   Wikipedia

  • Joachim du Bellay ‚ÄĒ Joachim du Bellay. Joachim du Bellay (ch√Ęteau de la Turmeli√®re, Maine et Loire, 1522 Par√≠s, 1560) es un poeta franc√©s. Junto a Ronsard, es el fundador del grupo de poetas que se llam√≥ La Pl√©yade. Biograf√≠a Joachim du Bellay naci√≥ alrededor de ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Joachim du Bellay ‚ÄĒ (ch√Ęteau de la Turmeli√®re, Maine et Loire, 1522 Par√≠s, 1560) es un poeta franc√©s. Junto a Ronsard, es el fundador del grupo de poetas que se llam√≥ La Pl√©yade. Joachim du Bellay naci√≥ alrededor de 1522 en Lir√©, en el ch√Ęteau de la Turmeli√®re, en… ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Joachim du Bellay ‚ÄĒ Pour les autres membres de la famille, voir : Famille du Bellay.  Ne doit pas √™tre confondu avec le lyc√©e Joachim du Bellay √† Angers Joachim du Bellay ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lyc√©e Joachim-du-Bellay (Angers) ‚ÄĒ 47¬į28‚Ä≤N 0¬į33‚Ä≤W / 47.467, 0.55 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lycee Joachim-du-Bellay ‚ÄĒ Lyc√©e Joachim du Bellay (Angers) Lyc√©e Joachim du Bellay Localisation Localisation Angers, France Informations Fondation Type Public Niveau √Čtablissement secondaire : Lyc√©e ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lyc√©e Joachim-Du-Bellay ‚ÄĒ (Angers) Lyc√©e Joachim du Bellay Localisation Localisation Angers, France Informations Fondation Type Public Niveau √Čtablissement secondaire : Lyc√©e ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lyc√©e Joachim-du-Bellay ‚ÄĒ (Angers) Lyc√©e Joachim du Bellay Localisation Localisation Angers, France Informations Fondation Type Public Niveau √Čtablissement secondaire : Lyc√©e ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.