Jean-joseph mounier

Jean-Joseph Mounier

Jean-Joseph Mounier, né à Grenoble (Dauphiné) le 12 novembre 1758 et mort à Paris le 27 janvier 1806, est un avocat et un homme politique français.

Sommaire

Biographie

Fils d'un marchand d'étoffes de Grenoble, il reçoit une solide éducation, dispensée par un oncle curé, avant de rejoindre le collège. Il devient avocat en 1779, après avoir successivement tâté d'une carrière militaire et renoncé au commerce, et accède assez jeune à la position de juge royal au Parlement de Grenoble. Considéré comme un spécialiste du droit public anglais, il ne plaide pas, car sa voix est trop faible. Admirateur des institutions britanniques, il apprend l'anglais et figure parmi les principales personnalités politiques de Grenoble.

Avec Barnave, il est l'un des initiateurs et principaux élus de l'assemblée qui se réunit à Vizille (où une centaine de notables des trois ordres du Dauphiné, clergé, noblesse et tiers état, font front commun pour obtenir le rétablissement des États provinciaux du Dauphiné et la convocation des États généraux, où les représentants du tiers seraient à parité avec les deux autres ordres), en Isère, le 21 juillet 1788.

Premier député du Tiers état aux États généraux élu par l'assemblée du Dauphiné en décembre 1788, il adresse de nombreux mémoires au gouvernement et publie, en février 1789, ses Nouvelles observations sur les États généraux de France, où il demande l'abolition des privilèges provinciaux, l'adoption d'une constitution inspirée des institutions anglaises, qui préserve la prérogative royale.

À Versailles, devant la résistance royale et la réticence des ordres privilégiés, il propose, le 20 juin, aux députés présents dans la salle du jeu de paume de prêter un serment, rédigé par Jean-Baptiste-Pierre Bevière et lu par Bailly, le fameux serment du jeu de paume.

Rapporteur du comité de Constitution à l'Assemblée constituante, il développe, le 9 juillet, les principes qui devront présider à l'élaboration de la Constitution et proclame la nécessité de la faire précéder d'une Déclaration des droits de l'Homme.

Cependant, il s'inquiète des progrès de la Révolution, qui évolue dans un sens plus radical, et de l'agitation qui gagne le pays. Le 16 juillet, le débat sur le renvoi éventuel des ministres compromis dans la tentative de coup de force royal qui a conduit à la journée du 14 juillet 1789 entraîne la rupture politique entre Mounier et Barnave (qui reproche à son collègue de ne pas saisir qu'une révolution a eu lieu et de vouloir reconstuire un État avec des matériaux qui viennent d'être brisés). De fait, il voudrait faire adopter une constitution « à l'anglaise » avec deux chambres et un roi disposant du droit de veto absolu. C'est le programme des Monarchiens.

Le 28 août, il ouvre la discussion sur la Constitution par une intervention où il résume les principes du gouvernement monarchique et se prononce en faveur du veto absolu, contre le veto suspensif défendu par Barnave ou Pétion. Le 31, avec Lally-Tollendal, il propose l'établissement d'un sénat héréditaire. Bien que ses propositions aient été repoussées, il est élu Président de l'Assemblée Constituante le 28 septembre 1789 pour une durée de 15 jours.

Lors des journées des 5 et 6 octobre 1789 (durant lesquelles 6 000 à 7 000 parisiennes emmenées par Maillard, l'un des « vainqueurs de la Bastille », obligent la famille royale à séjourner au palais des Tuileries à Paris), l'Assemblée le choisit pour conduire une délégation de femmes auprès du roi. Mais, le 6, il lui conseille la résistance.

Déçu dans ses espoirs, devant la méfiance de Louis XVI et l'impatience populaire, il se retire en Dauphiné (le 10 octobre 1789) et publie un plaidoyer en faveur de sa politique intitulé Exposé de ma conduite à l'Assemblée nationale et les motifs de mon retour en Dauphiné. Le 15 novembre, il envoie sa lettre de démission à l'Assemblée, avant de quitter la France sous un nom d'emprunt ( M. Duverger) pour la Savoie, où l'attend sa famille, le 22 mai 1790.

Puis il passe en Suisse, où il publie un Appel au tribunal de l'opinion publique, en Angleterre, en Italie et finalement dans le grand-duché de Saxe-Weimar, où le grand-duc lui propose de former, dans l'un de ses châteaux, une maison d'éducation destinée à préparer aux carrières publiques, en juillet 1797; il y enseigne la philosophie, le droit et l'histoire.

Après le 18 Brumaire, il rentre en France en 1801 et devient préfet d'Ille-et-Vilaine (1802), puis conseiller d'État (1805).

Oeuvres

  • De l’influence attribuée aux philosophes, aux franc-maçons et aux illuminés sur la Révolution de France, (1801).
  • Exposé de ma conduite à l'Assemblée nationale et les motifs de mon retour en Dauphiné
  • Appel au tribunal de l'opinion publique
  • Considérations sur les gouvernements (1789)
  • Recherches sur les causes qui ont empeché les Français de devenir libres (1792),

Source partielle

Liens externes

Généalogie reconstituée de Jean Joseph Mounier

  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de l’Isère Portail de l’Isère
Ce document provient de « Jean-Joseph Mounier ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean-joseph mounier de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean-Joseph Mounier — (* 12. November 1758 in Grenoble, Departement Isère; † 26. Januar 1806 in Paris) war ein Politiker während der Französischen Revolution. Leben Jean Joseph M …   Deutsch Wikipedia

  • Jean-Joseph Mounier — Naissance 12 novembre 1758 Grenoble Décès …   Wikipédia en Français

  • Jean Joseph Mounier — (November 12, 1758 28 January, 1806), was a French politician.He was born at Grenoble (Isère). He studied law, and in 1783 obtained a judgeship at Grenoble. He took part in the struggle between the parlements and the court in 1788, and promoted… …   Wikipedia

  • Jean-Joseph Mounier — nacido en Grenoble (Dauphiné) en 1758 y fallecido en París en 1806, era un abogado, político y ensayista francés. Fue elegido diputado del Tercer Estado por el Dauphiné, para los Estados Generales de 1789, donde jug …   Wikipedia Español

  • Mounier, Jean-Joseph — (1758 1806)    political figure    Born in Grenoble, Jean Joseph Mounier was elected deputy for the Third Estate to the Estates General (1789), and it was his proposal that led to the swearing of the oath of the Tennis Court (June 20, 1789),… …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Jean-Marie Collot d'Herbois — Born 19 June 1749(1749 06 19) Paris, France Died 8 June 1796 …   Wikipedia

  • Jean-Baptiste Bessières — Born 6 August 1768(1768 08 06) Prayssac …   Wikipedia

  • Jean Baptiste Antoine Marcellin de Marbot — Jean Baptiste Antoine Marcellin Marbot (1754 1800), French general Jean Baptiste Antoine Marcellin Marbot (August 18, 1782 – November 16, 1854), French soldier, son of General Jean Antoine Marbot (1754–1800), who died in the defence of Genoa… …   Wikipedia

  • Jean Lannes — Jean Lannes, Marshal of France, painting by François Gérard. Nickname Rolland of the …   Wikipedia

  • Jean-Sifrein Maury — (June 26, 1746 – May 10, 1817) was a French cardinal and Archbishop of Paris. Contents 1 Biography 2 The critic …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.