Jean-Claude Guillebaud

Jean-Claude Guillebaud, né le 21 mai 1944[1] à Alger, est un écrivain, essayiste, conférencier et journaliste français.

Sommaire

Biographie

Journaliste au quotidien Sud Ouest, puis au journal Le Monde et au Nouvel Observateur, il a également dirigé Reporters sans frontières. Il a été lauréat du Prix Albert Londres en 1972. Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence. Il tenait une chronique hebdomadaire sur la vie des médias dans le supplément télévision du Nouvel Observateur avant de remplacer à partir de novembre 2010 Jacques Julliard en tant qu'éditorialiste au Nouvel Observateur[2],[3]. Il tient également une chronique d'observation de la société et de la vie politique françaises dans l'hebdomadaire catholique La Vie. Au printemps 2007, il parraine l’agence de presse associative Reporters d'Espoirs. Depuis juin 2008, il est membre du conseil de surveillance du groupe de presse Bayard Presse.

La force de conviction

En 2005, Guillebaud publie La Force de conviction. Ce livre discute essentiellement deux thèses.

Première thèse

Premièrement, l'être humain ne peut vivre sans croyances. Les croyances religieuses, politiques et/ou scientifiques conduisent à des comportements tout compte fait assez voisins, remplis d'une certaine assurance morale et d'un certain dévouement / prosélytisme vis-à-vis des autres humains - et peut-être aussi souffrant d'une certaine surdité... Bien que lui-même non-économiste, il se moque des conclusions de l'orthodoxie économique (« si les bienfaits du libéralisme tardent, c'est parce que vous n'avez pas fait les efforts nécessaires ; persévérez », etc.).

Un autre point que Guillebaud apporte est celui que l'opposition de la science et de la religion est une imposture. Il y a des cas d'obscurantisme, mais de nombreux cas où la recherche scientifique était encouragée par l'Église catholique, par exemple[4].

Deuxième thèse

Deuxièmement, les évènements historiques du siècle dernier ont « vacciné » les gens contre un certain nombre de croyances. Par exemple, l'hécatombe de 1914-1918 a vacciné les Français contre le dévouement à leur patrie ; le régime communiste a vacciné les gens contre l'objectif de l’égalité ; les maux du développement vaccinent les gens contre l'idolâtrie de la science et du progrès (les cathédrales de la science se vident comme les autres...).

Il argumente qu'en cette époque, ce n'est pas la religion qui manipule la politique, mais souvent l'inverse. Il remet en question l'analyse qui veut que par exemple, Bush et Ben Laden soient deux extrémistes qui mènent une guerre de religion l'un envers l'autre. Il note aussi que la plupart des conflits et idéologies meurtrières contemporaines ont été menées par des non-religieux (des laïcs), même s'ils ont parfois « utilisé » la religion, d'autant plus que les véritables autorités religieuses s'y sont opposé dans bien des cas[4].

Conséquences

La conséquence de ces deux thèses est que les nouvelles croyances sont plus fumeuses (la parapsychologie, le New Age, dont les chiffres d'affaires sont discutés) et se prêtent encore moins à une discussion éclairée que les croyances antérieures (l'histoire des religions est devenue une science). Guillebaud considère en particulier que le terrorisme n'est pas le fils de la religion, mais qu'il est le fait de gens ignorants de la religion, fascinés par une image très partielle de la religion, et en quête d'intégration à un groupe.

D'autre part, Guillebaud note que ce sont souvent des personnes avec des croyances « faibles » (donc inquiètes et apeurées) qui se tournent vers des extrémismes ou du terrorisme. La violence n'est pas le fait des personnes profondément religieuses, donc suffisamment stables pour discuter de leurs croyances[4].

Il s'oppose d'ailleurs à la philosophie portée à l'avant dans les années 1980 par Gilles Lipovetsky voulant que le vide nouveau de croyances allait amener une ère de loisirs insouciante. Au contraire, chacun tire sur son bout de couverture et le vide laissé par le religieux se remplit vite de croyances de toutes sortes. Le vide de croyances entraîne donc la perte des repères communs en plus de la violence[4].

La question ouverte par le livre est de savoir sur quelles bases établir les croyances nécessaires.

Écrits

Notes et références

  1. Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF
  2. http://www.la-croix.com/L-annee-2010-des-medias/article/2454520/55403
  3. http://jean-daniel.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/11/24/cher-jacques.html
  4. a, b, c et d Antoine Robitaille, « Les religions, coupables de tous les maux ? », in Le Devoir, 3 octobre 2005, p. A1 et A10.



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean-Claude Guillebaud de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean-Claude Guillebaud — (Argel, Argelia, 1944) es escritor, ensayista, periodista y editor francés. Periodista del diario Sud Ouest, de Le Monde y de Nouvel Observateur, ha sido presidente de Reporteros sin fronteras. Recibió en 1972 el Premio Albert Londres, al mejor… …   Wikipedia Español

  • Jean-claude guillebaud — est un écrivain essayiste et journaliste français connu pour ses reportages importants dans le monde des idées. Il est né à Alger en 1944. Journaliste au quotidien Sud Ouest, puis au Monde et au Nouvel Observateur, il a également dirigé Reporters …   Wikipédia en Français

  • Claude Askolovitch — est un journaliste français, né le 18 décembre 1962 à Paris. Sommaire 1 Biographie 2 Bibliographie 3 Notes et références …   Wikipédia en Français

  • Jean Lacouture — Pour les articles homonymes, voir Lacouture. Jean Lacouture, né le 9 juin 1921 à Bordeaux[1] (Gironde), est un journaliste, historien et écrivain français. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Abbaye royale de Saint-Jean-d'Angély — Abbaye royale L abbaye royale de Saint Jean d Angély est une abbaye bénédictine fondée en 817 par Pépin Ier d Aquitaine, duc d’Aquitaine, qui aurait reçu le crâne de saint Jean Baptiste. La première abbaye fut plusieurs fois pillée par les… …   Wikipédia en Français

  • Askolovitch — Claude Askolovitch Claude Askolovitch est un journaliste français, né le 18 décembre 1962 à Paris. Sommaire 1 Biographie 2 Bibliographie 3 Notes et références …   Wikipédia en Français

  • Tony Duvert — Pour les articles homonymes, voir Duvert. Tony Duvert Activités écrivain Naissance 2 juillet 1945 Villeneuve le Roi Décès 2 juillet 2008 (à 63 ans) …   Wikipédia en Français

  • Doctrine de l'Église catholique sur la sexualité — Au cours de son histoire, L Église catholique a développé une doctrine en matière de sexualité puisée pour l essentiel dans le travail de réflexion sur la morale de saint Augustin, reflétée dans l encyclique Casti Connubii[réf. nécessaire].… …   Wikipédia en Français

  • Doctrines de l'Eglise catholique sur la sexualite — Doctrines de l Église catholique sur la sexualité Au cours de son histoire, L Église catholique a développé une doctrine en matière de sexualité puisée pour l essentiel dans le travail de réflexion sur la morale de saint Augustin, reflétées dans… …   Wikipédia en Français

  • Position de l'Église catholique sur la sexualité — Doctrines de l Église catholique sur la sexualité Au cours de son histoire, L Église catholique a développé une doctrine en matière de sexualité puisée pour l essentiel dans le travail de réflexion sur la morale de saint Augustin, reflétées dans… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.