Jean-Antoine Houdon


Jean-Antoine Houdon
Jean Houdon, statue à Versailles

Jean-Antoine Houdon (20 mars 1741, Versailles - 15 juillet 1828, Paris), bien connu pour ses œuvres réalistes, est un sculpteur français. Habile non seulement dans le travail en marbre, Houdon avait aussi un talent et aptitude pour façonner l'argile, le plâtre, le bronze et la terre cuite. On l'appelle souvent « le sculpteur des Lumières ».

Sommaire

Vie

Sa mère était peintre et Houdon lui ressemblait beaucoup, quant à son père, il était concierge à l'école des beaux arts de Paris.

Après l'Académie, Houdon obtient en 1761 la bourse qui va avec le prix de Rome. Il arrive à Rome lorsque le classicisme florissant commence à détrôner le berninisme. Houdon étudie les œuvres de l'antiquité et les artistes de la Renaissance comme Michel-Ange. Il apprend rapidement à combiner le réalisme avec l'idéalisme grec. Il séjourne à Rome de 1764 à 1768, date à laquelle il revient à Paris. En 1771, Houdon devient membre de l'Académie royale, où il commence à enseigner sept ans plus tard. Il se marie en 1786 et a trois filles qui lui servent plusieurs fois de modèles.

Houdon fait partie d'une loge maçonnique, Les Neuf Sœurs[1], qui a soutenu la jeune république américaine. Il y côtoie Benjamin Franklin, et lorsque celui-ci retourne en Amérique, fait la connaissance de son remplaçant, Thomas Jefferson, qui lui commande un buste et le persuade de faire une statue de George Washington. En 1785, « appelé par l'État de Virginie pour fixer les traits de Washington », Houdon traverse l'Atlantique et passe plusieurs semaines à Mount Vernon. Une des statues de Washington se trouve aujourd'hui au capitole de Richmond. Houdon est un des seuls artistes européens de son temps à avoir fait le voyage en Amérique du Nord.

En 1795, sous le Directoire, Houdon est nommé membre de l'Institut. Lorsque il prend sa retraite en 1814, Il aura successivement travaillé sous Louis XVI, sous la Révolution française et sous l'Empire.

Il continue à sculpter jusqu'à sa mort. Selon lui :

« C'est la nature dans toute sa noblesse, sa parfaite santé que nous recherchons, ou si non, nous ne sommes que de chétifs imitateurs »

Il est fait Chevalier de l'Empire le 1er avril 1809[2].

À Paris, il existe une rue Houdon nommée en l'honneur du sculpteur en 1864, dans le 18e arrondissement.

Œuvres

L'atelier de Houdon par Louis Léopold Boilly

L'Écorché

L'Écorché, sculpté en 1767 avant son retour à Paris, est le premier succès d'Houdon. Celui-ci s'intéresse vivement à l'anatomie du corps humain et veut que ses œuvres soient fidèles à la nature. C'est de cet intérêt qu'est issu l'Écorché, œuvre qui continue à être reproduite aujourd'hui. C'est l'œuvre caractéristique du réalisme tel que le conçoit Houdon.

D'autres œuvres (la frileuse) démontrent sa virtuosité dans le modelé.

Le Salon

Peu après être retourné à Paris en 1768, Houdon présente au Salon « des statues mythologiques et allégoriques,» notamment une Diane et une Baigneuse, aujourd'hui au Metropolitan Museum de New York . Parmi ses bustes exposés au salon, on peut mentionner ceux de La Fayette, de Benjamin Franklin, d'Honoré de Mirabeau, de Jacques Necker, et de Jean Sylvain Bailly.

Les portraits

Buste de Louise Brongniart, fille de Alexandre-Théodore Brongniart.

Houdon est principalement connu comme portraitiste ; ses portraits sont extrêmement précis et vivants et de nombreuses personnalités de son temps posent pour lui ; On lui doit les bustes de la tsarine Catherine II de Russie et du philosophe Denis Diderot, quatre bustes différents de Voltaire et un buste de Rousseau réalisé après la mort de celui-ci, et aussi un buste de Cagliostro. Les yeux de ses portraits sont célèbres et Grimm, frappé par le jeu de la lumière et l'expressivité de leurs regards, remarquait que : « Houdon était peut être le premier sculpteur qui ait su modeler les yeux ».

On peut encore citer ses portraits de Voltaire (en buste, sur pied au Panthéon, ou assis à la Comédie-Française), de la comédienne Sophie Arnould, de Molière, de Napoléon Bonaparte, ainsi que ceux de plusieurs grands hommes américains : celui de Washington déjà évoqué, de Robert Fulton, Benjamin Franklin ou Thomas Jefferson.

Catalogue

Buste de Voltaire, 1778
  • Voltaire assis, statue, marbre (1781), Saint-Pétersbourg (Musée de l'Ermitage), bronze copie - Comédie-Française
  • Portrait de Madame de Sérilly d'Etigny [1], buste, marbre (1782), Londres, Wallace Collection
  • Portrait d'Alexandre Brongniart [2], buste, terre cuite (1777), Paris, musée du Louvre
  • Portrait d'Anne-Ange Houdon [3], buste, plâtre (1791), Paris, musée du Louvre
  • Apollon repoussé par le vent [4], médaillon, marbre (1782), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Benjamin Franklin [5], buste, terre cuite (1778), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Buffon [6], buste marbre, Paris, musée du Louvre
  • Portrait du duc de Choiseul [7], buste, marbre (1780), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Cicéron [8], buste, plâtre, Paris, musée du Louvre
  • Portrait de la comtesse de Jaucourt [9], buste, marbre (1777), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Condorcet [10], buste, terre cuite (vers 1785), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Diderot [11], buste, marbre (1775), Paris, musée du Louvre
  • Diane chasseresse [12], statue, bronze (1790), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Diderot [13], buste, terre cuite (1771), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de George Washington [14], buste, terre cuite (1786), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Jean-Charles-Pierre Lenoir [15], buste, marbre (1784), Paris, musée du Louvre
  • La Frileuse [16], statuette, terre cuite (1793), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Louise Brongniart [17], buste, terre cuite (1777), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Madame Adélaïde [18], buste, marbre (1777), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Madame Houdon [19], buste, plâtre, Paris, musée du Louvre
  • Modèle du monument funéraire du prince Alexandre Mikhaïlovitch Golitsyne [20], groupe, terre cuite (1777), Paris, musée du Louvre
  • Monument du cœur du comte d'Ennery [21], groupe, marbre (1781), Paris, musée du Louvre
  • Morphée [22], statuette, marbre (1777), Paris, musée du Louvre
  • Le Sommeil, statuette, terre cuite, Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Sabine Houdon [23], buste, plâtre (1788), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Sabine Houdon [24], buste, plâtre (1791 ?), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Sophie Arnould [25], buste, marbre (1775), Paris, musée du Louvre
  • Vestale [26], statue, marbre (1787), Paris, musée du Louvre
  • Portrait de Voltaire [27], buste, marbre (1778), Paris, musée du Louvre
  • Buste de fillette, buste, plâtre (1791), Lyon, musée des Beaux-Arts
  • L'hiver, dit La Frileuse (1783), Montpellier, musée Fabre
  • L'été, (1783), Montpellier, musée Fabre
  • Les enfants Brongniart, Paris, musée du Louvre
  • Saint-Bruno (1767), Rome, Basilique Sainte-Marie-des-Anges-et-des-Martyrs
  • Buste du marquis de Méjanes [28], marbre (1786-1787), Aix-en-Provence, bibliothèque Méjanes
  • Buste du baron de Vietinghoff (1791), Berlin, Bode-Museum

Armoiries

Armes de chevalier de l'Empire 
D'azur au chevron cousu de gueules du tiers de l'écu, chargé du signe des chevaliers légionnaires, accompagné en chef, à dextre d'un croissant, à sénestre d'un arc et d'une flèche, le tout d'argent; et en pointe d'un vieillard assis dans un fauteuil, le tout aussi d'argent. (Ces armes rappellent la statue de Voltaire assis dans un fauteuil, un des chefs-d'oeuvre de Houdon).[2].

Notes et références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Valérie Roger, « Du portrait malgré lui à la grâce intemporelle du visage », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, Articles, 2007, [En ligne], mis en ligne le 13 juin 2008. URL : http://crcv.revues.org/index3323.html. Consulté le 29 août 2009.

Lien externe



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean-Antoine Houdon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean-antoine houdon — Jean Houdon, statue à Versailles Jean Antoine Houdon (20 mars 1741, Versailles 15 juillet 1828, Paris), bien connu pour ses œuvres réalistes, est un …   Wikipédia en Français

  • Jean Antoine Houdon — Jean Houdon, statue à Versailles Jean Antoine Houdon (20 mars 1741, Versailles 15 juillet 1828, Paris), bien connu pour ses œuvres réalistes, est un …   Wikipédia en Français

  • Jean-Antoine Houdon — El taller de Houdon por Louis Léopold Boilly Nacimiento 1741 ,hace 270 años Versai …   Wikipedia Español

  • Jean-Antoine Houdon — (* 20. März 1741 in Versailles; † 15. Juli 1828 in Paris) war ein französischer Bildhauer des Klassizismus. Comtesse de Sabran …   Deutsch Wikipedia

  • Jean Antoine Houdon — (* 20. März 1741 in Versailles; † 15. Juli 1828 in Paris) war ein französischer Bildhauer aus dem Klassizismus. Comtesse de Sabran …   Deutsch Wikipedia

  • Jean-Antoine Houdon — (March 20, 1741 ndash; July 15, 1828) was a French neoclassical sculptor. Houdon is famous for his portrait busts and statues of philosophers, inventors and political figures of the Enlightenment. Houdon s subjects include Denis Diderot (1771),… …   Wikipedia

  • Jean-Antoine Houdon —     Jean Antoine Houdon     † Catholic Encyclopedia ► Jean Antoine Houdon     Born at Versailles, 1741; died 16 July, 1828; the most distinguished sculptor of France during the latter half of the eighteenth century. He was trained under Slodtz… …   Catholic encyclopedia

  • Jean-Antoine Houdon — (nacido en Versalles en 1741, fallecido en París en 1828), fue un escultor francés, figura cumbre del neoclasicismo francés. Destacó en sus retratos por la búsqueda del carácter individual, lo que le acercó al prerromanticismo. Discípulo de… …   Enciclopedia Universal

  • Houdon, Jean-Antoine — born March 20, 1741, Versailles, Fr. died July 15, 1828, Paris French sculptor. He studied with Jean Baptiste Pigalle in Paris and in 1761 won the Prix de Rome. In Rome (1764–68) he achieved immediate fame with an anatomical study of a standing… …   Universalium

  • Houdon, Jean-Antoine — (1741 1828)    sculptor    Considered the greatest portrait sculptor of his time, Jean Antoine Houdon was born in versailles and trained in the studios of Paris. He won the prix de Rome for sculpture in 1761 and studied in italy until 1768, being …   France. A reference guide from Renaissance to the Present


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.