Jan Ullrich

ÔĽŅ
Jan Ullrich
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ullrich (homonymie).
Jan Ullrich Ic√īne cycliste
Ullrich rathaus.JPG
Jan Ullrich lors du Tour de France 2005 avec Alexandre Vinokourov, le 7 juillet devant l'h√ītel de ville de Bonn
Informations
Nom Ullrich
Prénom Jan
Surnom Ulle, Der Kaiser, Der Jan, Der Junge, L'ogre de Rostock
Date de naissance 2 d√©cembre 1973 (1973-12-02) (37 ans)
Pays Drapeau d'Allemagne Allemagne
Spécialité Courses par étapes
Rouleur
√Čquipe amateur
1983-1987
1987-1989
1991
1992-1994
SG Dynamo Rostock
SC Dynamo Berlin
SC Berlin
RG Hamburg
√Čquipe pro
1995-07.2002
2003
2004-07.2006
Deutsche Telekom
Team-Coast/Team Bianchi
T-Mobile
Principales victoires
6 championnats

médaille d'or , Jeux olympiques Champion olympique sur route 2000
MaillotMundialCrono.PNG Champion du monde du contre-la-montre 1999 et 2001
MaillotAlemania.PNG Champion d'Allemagne sur route 1997 et 2001
MaillotAlemania.PNG Champion d'Allemagne du contre-la-montre 1995
2 grands tours
Jersey yellow.svg Tour de France 1997
Jersey gold.svg Tour d'Espagne 1999
3 classements annexes de grands tours
Jersey white.svgMeilleur jeune du Tour de France 1996, 1997 et 1998
2 courses à étapes
Tour de Suisse 2004 et 2006
10 étapes dans les grands tours
Tour de France (7 étapes)
Tour d'Italie (1 étapes)
Tour d'Espagne (2 étapes)

Jan Ullrich (n√© le 2 d√©cembre 1973 √† Rostock) est un ancien coureur cycliste professionnel allemand. Professionnel de 1995 √† 2006, il est le premier et seul Allemand √† avoir remport√© le Tour de France (1997). Il est pr√©sent√© comme le rival du septuple vainqueur du Tour de France, Lance Armstrong. √Ä trois reprises (2000, 2001 et 2003), il s'est class√© deuxi√®me derri√®re ce dernier. Ces places d'honneur s'ajoutent √† celles acquises en 1996 et 1998 (2e) et √† la derni√®re acquise en 2005 (3e). Avec ces sept podiums en huit participations √† la grande boucle, Jan Ullrich figure au troisi√®me rang du plus grand nombre de podiums sur cette course. Le palmar√®s de Jan Ullrich se compose en outre d'un Tour d'Espagne (1999), d'un titre olympique sur route en 2000 et de deux championnats du monde du contre-la-montre en 1999 et 2001. Sa carri√®re, √† l'instar de bon nombre de coureurs de sa g√©n√©ration a aussi √©t√© marqu√©e par des affaires de dopage. Elle s'est achev√©e en 2006, apr√®s qu'une analyse ADN a permis de l'identifier parmi les clients du docteur Fuentes, dans le cadre de l'affaire Puerto. Outre ces accusations, Jan Ullrich fut tout au long de sa carri√®re la cible de critiques lui reprochant son manque de rigueur et de passion sportive et d'une mani√®re g√©n√©rale son absence de professionnalisme. Ces faiblesses suppos√©es tendraient √† expliquer un palmar√®s trop modeste aux yeux de ceux qui virent en Ullrich, un des coureurs les plus dou√©s de l'histoire du cyclisme[1].

Sommaire

Situation familiale

Il a une fille, Sarah Maria (n√©e le 1er juillet 2003). Il est mari√© depuis septembre 2006 avec Sara Steinhauser, sŇďur de l'ancien coureur cycliste Tobias Steinhauser, de laquelle il a deux fils, Max, n√© le 7 ao√Ľt 2007 et Benno, n√© le 18 janvier 2011.

Biographie

Son père, maçon, a quitté le foyer familial alors que Jan n'était encore qu'un enfant. C'est donc sa mère qui l'a élevé avec ses deux frères.

Il a v√©cu une grande partie de sa vie dans le petit village de Merdingen. En 2004, il emm√©nage en Suisse, √† Scherzingen au bord du lac de Constance, o√Ļ il vit toujours.

Carrière sportive

1983-1994 : Carri√®re amateur

Jan Ullrich pratique le cyclisme depuis 1983 dans le club de Dynamo Rostock avec comme entra√ģneur Peter Saager. Ullrich gagne sa premi√®re course √† 11 ans. En 1986, il √©tudie √† l'√©cole sportive KJS √† Berlin. Il d√©bute en 1987 dans une formation des futurs athl√®tes de la RDA √† l'√©cole nationale des sports du SC Dynamo Berlin avec comme entra√ģneur Peter Becker. En 1988, il devient champion junior de R.D.A. sur route. L'√©cole ferme apr√®s la chute du Mur de Berlin en 1989. Lui, ainsi que ses co√©quipiers rejoignent l'√©quipe de RG Hambourg. Il y reste jusqu'en 1994. En 1991, il termine 5√®me aux championnats du monde de cyclo-cross chez les amateurs.

En 1993, il devient champion du monde amateur à Oslo en Norvège[2].

1995-2006 : Carri√®re professionnelle

En 1994, gr√Ęce √† son entra√ģneur Becker , Ullrich passe stagiaire dans l'√©quipe Deutsche Telekom de Walter Godefroot. Il finit 3e du chrono des Championnats du monde en Sicile, derri√®re Chris Boardman et Andrea Chiurato.

1995-1999 : Des d√©buts prometteurs

En 1995 ,Ullrich devient champion d'Allemagne du contre la montre. Il termine aussi dans les dix premiers du Tour de Suisse 1995. √Ä 21 ans, il veut prendre le d√©part du Tour de France 1995 mais Godefroot le juge trop jeune. A son grand regret il participe, finalement, √† la petite course allemande, la Tasse Hofbrau, o√Ļ il termine 3√®me. Ullrich prend le d√©part de la Vuelta en septembre mais abandonne au cours de la 12e √©tape.

A l'entame de la saison 1996, le jeune allemand est encore méconnu. Il se révèle aux yeux du sport cycliste sur le Tour de France en terminant 2edu classement général et en remportant le contre-la-montre final devant Miguel Indurain, quintuple vainqueur du Tour et grand spécialiste d'une discipline ou il se voit relégué à 56 secondes de celui dès lors présenté comme un prodige. Tout en aidant son équipier Bjarne Riis à remporter le Tour, Ullrich réussit l'exploit de l'accompagner sur le podium final, pour sa première participation à la petite reine.

Ullrich avec son coéquipier Udo Bölts grimpant les Vosges durant le Tour de France 1997.

1997 est assur√©ment l'ann√©e de la cons√©cration. Ullrich devient champion d'Allemagne, et arrive sur le Tour avec le statut de co-leader de son √©quipe avec Bjarne Riis. Lors de la 10e √©tape, Ullrich frappe fort et remporte sa plus grande victoire de prestige, au sommet d'Arcalis, en rel√©guant ses principaux adversaires Richard Virenque et Marco Pantani √† 1 min 08 s en moins de dix kilom√®tres. L'√©tendu de la d√©monstration et la puissance athl√©tique affich√©e par l'ogre de Rostock sont in√©dites. Elles enthousiasment alors les observateurs qui voient en lui rena√ģtre la lign√© des grands coureurs complets tels que Eddy Merckx, Bernard Hinault ou Fausto Coppi; dominateurs en montagne et en contre la montre. La suite du Tour est une confirmation. Ullrich √©crase d√©finitivement le Tour lors de 12e √©tape, un contre-la-montre autour de Saint-Etienne sur un parcours vallon√©. En 55 km, il rel√®gue Virenque √† plus de 3 min. Seulement 5 coureurs terminent le parcours √† moins de 4 min[3]. Ces excellentes performances scellent le Tour, √ītant tout suspense quant √† la victoire finale qui ne peut revenir qu'√† Jan Ullrich. Dans les √©tapes alpestres, il se contente de ma√ģtriser Richard Virenque et Marco Pantani qui signe un un succ√®s de prestige √† l'Alpe d'Huez. Malgr√© des soucis digestifs en fin de troisi√®me semaine, rien ne peut mettre en question la victoire finale de Jan Ullrich √† Paris. Il remporte son premier Tour de France √† l'√Ęge de 23 ans avec plus de 9 min d'avance sur Richard Virenque et 14 min sur Marco Pantani. Outre l'insolence de ces √©carts, c'est l'impression visuelle d√©gag√©e par l'allemand et en particulier la puret√© de son style qui impressionnent. Il semble alors promis √† de nombreuses victoires sur le Tour et commentateurs comme suiveurs lui pr√©disent un r√®gne sans partage sur son sport. Ullrich remporte sur sa lanc√©e, la classique de Hambourg et termine 2e du Grand-Prix de Zurich. A l'issu de la saison, il se voit logiquement attribuer le V√©lo d'Or mondial.

Supr√™me favori pour le Tour de France 1998, Ullrich inqui√®te d√®s l'hiver par sa n√©gligence apparente, c√©dant √† toutes les sollicitations et b√Ęclant du m√™me coup sa pr√©paration d'avant-saison. C'est dans une condition physique indigne d'un coureur professionel qu'il s'aligne sur ses premi√®res courses. Il y parait √† la peine, encombr√© d'un surpoids si cons√©quent qu'il frappe √† vue d'oeil et ne manque pas d'affoler la presse allemande comme son entourage. Son seul talent et le souvenir de l'√©dition pr√©c√©dente suffisent n√©anmoins √† ne point remetttre en cause son statut de favori. D'autant plus que le Tour 98 voit d√®s ses premi√®res heures √©clater l'affaire Festina qui met sur la touche Richard Virenque et l'ensemble son √©quipe pour implication pr√©sum√©e dans un r√©seau de dopage. D√©barass√© de son dauphin de 1997, Ullrich semble encore renforc√© alors que les hostilit√©s n'ont pas √©t√© d√©clench√©es. Ullrich r√©pond pr√©sent au premier rendez vous avec une victoire lors de la 7e √©tape contre-la-montre entre Meyrignac l'Eglise et Corr√®ze. Il prend la t√™te du classement g√©n√©ral avec une avance d√©j√† confortable sur ses poursuivants. Salu√© par les √©poux Chirac √† la remise du maillot jaune, il semble que le succ√®s final de l'allemand soit unanimement chose acquise. Mais la montagne reste √† aborder. Elle voit l'entr√©e en sc√®ne progressive de Marco Pantani favori presqu'oubli√© √† cinq minutes d'Ullrich mais vainqueur du Tour d'Italie quelques semaines plus t√īt. Bien qu'entreprenant √† l'entame des Pyr√©nn√©es, Jan Ullrich laisse entrevoir quelques faiblesses le lendemain, √† Luchon, ou il est encore sans r√©action face au d√©marrage de Pantani qui lui reprend cette fois plus de vingt secondes. En d√©pit d'un calme apparent et de l'organisation collective affich√©e par son √©quipe, le leader de la Telekom doit laisser partir le grimpeur transalpin, de nouveau, qui signe une premi√®re victoire au Plateau de Beille, reprenant en m√™me temps vingts secondes √† Ullrich. Toujours en jaune mais tallon√© par son rival, Ullrich parait d√©sormais contraint √† se d√©couvrir. Mais l'√©tape conduisant les coureurs aux Deux Alpes sera le th√©√Ętre d'un des √©pisodes cyclistes les plus spectaculaire de ces derni√®res ann√©es. Par un temps d'apocalypse, Pantani s'envole pour s'emparer du maillot jaune alors qu'Ullrich s'√©ffondre, laissant voir les images in√©dites d'un coureur en souffrance, transi par le froid. Jan Ullrich termine 25e de l'√©tape √† plus de 8 min et tombe √† la 4e du classement g√©n√©ral. Il r√©agit le lendemain, dans le col de la Madeleine, lors de l'√©tape arrivant √† Albertville. Sa violente attaque fait plier l'opposition √† l'exception du maillot jaune. Les deux hommes, dans un splendide isolement, parcourent ensemble les trentes derniers kilom√®tres de l'√©tape. Ullrich s'impose au sprint, prenant la troisi√®me place du g√©n√©ral. Malgr√© une 3e victoire d'√©tape lors du contre-la-montre final entre Montceau les Mines et Le Creusot, Ullrich termine encore 2e √† Paris. Si la malchance de la d√©faillance ne peut √™tre √©cart√©e comme cause de cet √©chec inattendu, le poids d'une approche du Tour pour le moins approximative est cependant soulign√© par la critique sportive. Apr√®s quelques courses en Aout, Ullrich renonce √† participer aux mondiaux et met un terme √† une saison 1998 qui traduira, l'avenir l'attestera, un v√©ritable renversement dans la carri√®re du champion d'outre Rhin. Ullrich, √Ęg√© de vingt quatre ans, ignore alors que le maillot jaune l'a quitt√© pour toujours.

Forfait comme Marco Pantani sur le Tour 1999, Ullrich se console en remportant le Tour d'Espagne (2 victoires dont le chrono décisif) et devient champion du monde du contre-la-montre à Vérone. Malgré son contre temps de juillet, la saison 1999 lui permet d'enrichir son palmarès. Elle permet surtout à un certain Lance Armstrong de mettre la main sur le Tour de France en l'absence du champion allemand.

2000-2005 : l'√©ternel second derri√®re Armstrong

En 2000, sur le Tour de France, il se pr√©sente dans une forme plut√īt m√©diocre cons√©quente d'une pr√©paration encore approximative.D√©faillant lors de l'arriv√© √† Hautacam, il se montre par la suite irr√©gulier en montagne. Malgr√© une belle prestation au Mont Ventoux et une offensive vers Morzine, o√Ļ il prend la deuxi√®me place 1 min 30 devant Armstrong, celui ci le devance l√©g√®rement dans le chrono d√©cisif. Ullrich termine une nouvelle fois, 2e √† Paris. Dauphin pour la troisi√®me fois mais sans avoir jamais sembl√© capable de prendre la course √† son compte, il encre plus que jamais dans les esprits l'image d'un athl√®te talentueux et indolent,frisant la d√©sinvolture. Malgr√© sa d√©faite sur le Tour, il devient un mois plus tard champion Olympique de la course en ligne √† Sydney devant ses co√©quipiers Alexandre Vinokourov et Andreas Kl√∂den. Disposant cette fois ci de l'ensemble de ses moyens, il s'offre le luxe de battre Armstrong lors de l'√©preuve chronom√©tr√© des JO. Il s'incline cependant devant le surprenant Viatcheslav Ekimov. En 2001, il redevient champion d'Allemagne. Apr√®s un d√©but de saison gu√®re plus brillant qu'√† l'accoutum√©, il s'aligne sur le Tour d'Italie pour retrouver sa condition physique. C'est suite √† cette participation qu'il se pr√©sente au d√©part de son championnat national qu'il remporte. Affichant au d√©part du Tour un poids plus proche de l'optimal qu'en 2000, il est pr√©sent√© comme grand favori presqu'√† √©galit√© avec Lance Armstrong de l'avis g√©n√©ral des observateurs. Mais il ne peut rien faire face √† l'Am√©ricain sur ce Tour (malgr√© une attaque dans le col de Peyresourde lors de l'√©tape de Saint-Lary-Soulan). Cette √©dition 2001 consacre d√©finitivement la rivalit√© Armstrong-Ullrich. Les deux hommes √©voluant √† un niveau sensiblement sup√©rieur √† celui des autres coureurs. L'image forte de ce Tour reste le regard lanc√© par Armstrong √† l'endroit du champion allemand, juste avant son d√©marrage fatal au pied de l'Alpe d'Huez. Le Tour achev√©, Ullrich participe aux championnats du monde et s'impose de nouveau lors du chrono en octobre √† Lisbonne.

Jan Ullrich lors de la 12e étape du Tour de France 2003

En 2002, Ullrich se blesse au genou droit. Eloign√© des pelotons, il se disperse et est contr√īl√© positif aux amph√©tamines en juin admettant par ailleurs la consomation d'ecstasy. Sanctionn√© au sein de son team pour ses exc√®s, il subit √©galement une suspension de 6 mois et quitte la Telekom. Il rejoint une autre √©quipe Allemande, le Team Coast pour la saison 2003.

Cette ann√©e 2003 verra Ullrich rena√ģtre de ses cendres. Anim√© d'un sentiment de revanche, surmotiv√©, il s'entraine avec une assiduit√© qu'on ne lui connaissait plus (il s'attache les services du Dr. Luigi Cecchini)[4]. N√©anmoins, son √©quipe connait de grave probl√®me financier entravant le calendrier sportif que s'√©tait fix√© Ullrich. Au printemps, le sponsor met la cl√© sous la porte. Jan Ullrich, sans √©quipe, voit sa participation √† la grande boucle remise en question. C'est finalement la marque bianchi qui s'engage √† reprendre l'effectif. Le team Coast devient le Team Bianchi, construit autour du leader allemand, dans le souvenir de l'ancienne formation italienne qui compta dans ses rangs un certain Fausto Coppi. Du fait de sa longue absence ainsi que de la relative faiblesse de l'effectif qui l'entoure, Ullrich n'est qu'un outsider √† la veille du d√©part de ce Tour 2003. Lance Armstrong qui vise un cinqui√®me titre semble √™tre un favori incontestable. Pourtant, favoris√© par une canicule qu'il affectionne Jan Ullrich va s√©rieusement mettre l'am√©ricain en difficult√©. Apr√®s une √©tape √† l'Alpe d'Huez en demi-teinte, Ullrich va retrouver toutes ses capacit√©s. Il s'impose au chrono entre Gaillac et Cap D√©couverte o√Ļ il rel√®gue Armstrong √† 1 min 30, sous une chaleur insoutenable. Le dixi√®me de l'√©tape est rejet√© √† cinq minutes. Cette victoire au fort gout de revanche, restera symboliquement comme une des plus marquantes de sa carri√®re. Fait in√©dit, Lance Armstrong porteur du maillot jaune est nettement battu sur une √©preuve chronom√©tr√©, ce par Ullrich qu'il avait jusque l√† toujours domin√©. Le quotidien L'Equipe, marqu√© par ce coup d'√©clat, titre le lendemain: "Le retour du prodige"[5]. Deuxi√®me √† trente quatre seconde du mailot jaune, il est attendu dans les Pyr√©nn√©es. Au premier acte de cette trilogie, il prend √† nouveau l'ascendant sur Armstrong confirmant sa sup√©riorit√© physique. Si sa puissante acc√©l√©ration lors de la mont√©e d'Ax 3domaines √©limine Armstrong, elle intervient tardivement, ne premettant de reprendre que dix neuf seconde au maillot jaune. L'Am√©ricain qui souffre de la chaleur, parvient au cours de l'√©tape √† dissimuler sa vuln√©rabilit√©, aid√© aussi par les carences tactiques d'Ullrich[6]. L'√©tape suivante donne lieu √† un marquage entre les deux leaders. L'√©tape menant les coureurs √† Luz Ardiden est l'√©tape d√©cisif de ce Tour de France. Les favoris se d√©couvrent dans le col du Tourmalet. A mi-pente, Ullrich place un d√©marrage incisif. Armstrong est dans un premier temps le seul √† pouvoir y r√©pondre mais il perd le contact quelques hectom√®tres plus tard. Mais le maillot jaune rejoint progressivement sur Ullrich. Apr√®s regroupement des leaders dans la descente, il reste √† affronter la mont√©e finale de Luz Ardiden. Ullrich suit une premi√®re fois l'attaque d'Armstrong avant que celui-ci chute, accroch√© par un spectateur. Les premiers du classement g√©n√©ral enmen√©s par Jan Ullrich d√©cident d'attendre l'Am√©ricain qui revient et place une nouvelle attaque. Ullrich est cette fois distanc√© par Armstrong. Il limite toutefois les d√©gats, d√©boursant quarante secondes au sommet. Armstrong a d√©sormais plus de marge[7]. Le chrono de Pornic-Nantes s'annonce donc d√©cisif. Alors qu'il ne comptait qu'une poign√©e de seconde sur le maillot jaune, il chute sur la chauss√©e d√©tremp√©e, √† douze kilom√®tres de l'arriv√©e[8]. La victoire de Lance Armstrong est d√®s lors acquise, Ullrich signe sa cinqui√®me deuxi√®me place, √† une minute de Armstrong. Pourtant, l'√©cart entre Armstrong et Ullrich semble s'√™tre sensiblement r√©duit. Curieusement, Jan Ullrich met un terme √† sa saison, renon√ßant √† la Vuelta et aux championnats du monde. Puis, √† la surprise g√©n√©rale, il officialise √† l'automne son retour chez Telekom devenue T-Mobile, cloturant ainsi l'aventure chez Bianchi.

En 2004, Ullrich est √† la t√™te de l'√©quipe T-Mobile avec pour objectif de remporter enfin son second tour. Il b√©n√©fice pour cel√† d'un environnement sportif privil√©gi√© et est entour√© de coureurs de talent comme Vinokourov et Kl√∂den. Mais √† l'inverse de sa pr√©paration de 2003, l'allemand renoue avec son manque de s√©rieux et pr√©sente au printemps 2004 une surcharge pond√©rale inqui√©tante. Voyant l'√©ch√©ance du Tour approcher, Walter Godefroot, patron de T-Mobile, impose √† son coureur un stage de remise en forme aussi intense que pr√©cipit√©[9]. Ullrich, qui gagne dans la foul√©e le Tour de Suisse semble √† pr√©sent sur de bons rails. Mais le Tour de France 2004 d√©marre mal pour lui. Ullrich termine 16√®me du prologue c√©dant d√©j√† quinze secondes √† Lance Armstrong[10]. L'armada rose de la T-Mobile, tellement vant√©e depuis sa cr√©ation, rate cependant lors du contre la montre par √©quipe en prenant seulement la 4√®me place, loin derri√®re l'US Postal d'Armstrong[11]. Mais ce sont surtout les Pyr√©nn√©es qui vont donner le coup de gr√Ęce √† Ullrich. Incapable de changer de rythme dans l'ascension vers la Mongie, Ullrich, √† l'arr√™t, laisse filer les autes favoris Armstrong en t√™te. Il conc√®de plus de 2 min 30[12]. Le lendemain, il est √† nouveau distanc√© par Armstrong, accompagn√© du jeune et prometteur Ivan Basso. Il perd encore plus de deux minutes et se retrouve √† pr√®s de sept minutes de l'am√©ricain au g√©n√©ral[13]. La victoire dans le Tour semble d√©j√† perdue tout comme les chances de podium. S'il se resaisit dans les Alpes, en attaquant dans le col de l'Echarasson lors de l'√©tape menant √† Villard-de-Lans entre autres,[14], il s'incline n√©anmoins face √† Armstrong dans le chrono de l'Alpe d'Huez et dans celui de Besan√ßon. Devanc√© au g√©n√©ral par son propre √©quipier Andr√©as Kl√∂den et par l'italien Ivan Basso, Ullrich n'occupe que la 4√®me place √† Paris. Echec cinglant qui se traduit par son plus mauvais r√©sultat sur le Tour.

Jan Ullrich à la nuit d'Hanovre en 2005

En 2005, Ullrich commence sa saison en avril au Circuit de la Sarthe. Il obtint la 19e place du Tour d'Aragon, la 17e du Tour de Catalogne, la 2e du Grand Prix de la For√™t-Noire. Apr√®s un r√©pit de trois semaines, Jan Ullrich reprend la comp√©tition au Tour de Suisse. Il y prend la troisi√®me place finale. Au d√©part du Tour de France √† Fromentine, il est encore d√©sign√© comme le principal adversaire d'Armstrong. Il compte pour la premi√®re fois √† ses c√īt√©s Kl√∂den et Vinokourov pour l'√©pauler. La veille du d√©part, Ullrich est victime d'une chute lors de la reconnaissance de l'√©tape. Il traverse la vitre arri√®re de la voiture l'accompagnant. L√©g√®rement bless√©, il se pr√©sente toutefois le lendemain sur la rampe de d√©part. Il prend la 12e place ce contre la montre de 19 km, apr√®s avoir √©t√© rattrap√© par Armstrong, parti une minute apr√®s lui. Ullrich compte d√©j√† un retard important sur Armstrong tout comme l'ensemble des autres favoris[15]. Les leaders se r√©servent sur les premi√®res √©tapes et la T-Mobile effectue un contre la montre par √©quipe correct (3e √† 30 secondes)[16]. Il faut attendre la travers√©e des Vosges pour entrevoir les premi√®res escarmouches. Si il ne relaye pas les attaques de Vinokourov ou Kl√∂den dans le col de la Schlucht, Ullrich reste solidement au contact d'Armstrong, esseul√©[17]. Il chute √† nouveau lors de l'√©tape suivante dans une descente de col et aborde encore endolori l'√©tape de Courchevel. Celle-ci est marqu√© par la d√©monstration de Lance Armstrong qui distance ses principaux rivaux. Ullrich est rel√©gu√© √† plus de deux minutes, r√©alise une perforance tr√®s en-de√ßa de celle attendue. Il pointe au sortir des Alpes √† la huiti√®me place du classement g√©n√©ral, loin d'Armstrong et devanc√© par des outsiders comme Rasmussen, Valverde ou Mancebo[18]. Dans la seconde partie du Tour, Ullrich effectue ainsi une remont√©e au classement g√©n√©ral. Offensif lors de l'√©tape de Bonascre, il ne c√®de qu'au dernier kilom√®tre laissant partir le duo Armstrong-Basso[19]. Victime d'une fringale au Plat d'Adet, il se retrouve seul en poursuite du m√™me tandem[20]. Ullrich apparait enfin √† l'aise lors des deux derni√®res √©tapes accident√©es, dans l'Aubisque[21], puis sur la difficile mont√©e de Mende o√Ļ il tient t√™te jusqu'au bout aux assaults d'Armstrong relay√© par Basso[22]. Il est cependant trop tard pour esp√©rer gagner la deuxi√®me place occup√©e par Ivan Basso. Ullrich peut toutefois prendre la troisi√®me place √† Michael Rasmussen. Ullrich prend la deuxi√®me place du contre-la-montre de Saint-√Čtienne, √† 23 secondes d'Armstrong[23]. √Ä Paris, Ullrich est troisi√®me, derri√®re Lance Armstrong qui f√™te son septi√®me sacre et Ivan Basso. Cette place est in√©dite pour Ullrich. Elle lui permet de signer son septi√®me et dernier podium sur le Tour de France cycliste.

2006 : l'Affaire Puerto

En 2006, Ullrich souhaite profiter de la retraite d'Armstrong pour gagner le Tour de France. Il se prépare spécifiquement en participant au Tour d'Italie. Il remporte la 11e étape contre la montre à Pontedera devançant l'italien Ivan Basso de 28", il a donc remporté au moins une victoire d'étape dans chaque grand Tour. Il abandonne, par la suite, pour mieux préparer le Tour de France. En juin, il remporte le Tour de Suisse. Ce sera sa dernière victoire et dernière course car il est emporté le 30 juin par l'affaire Puerto. Il est exclu du Tour et est licencié sur le champ par la T-Mobile. Le 19 octobre, le coureur allemand résilie sa licence suisse tout en déclarant ne pas mettre un terme à sa carrière. Peu de temps après, il est contacté par Johan Bruyneel, manager de l'équipe Discovery Channel qui lui aurait proposé un contrat de 2 ans[24]. Le contrat ne sera jamais signé...

Retraite sportive

Le 26 f√©vrier 2007, apr√®s plusieurs essais infructueux pour trouver une √©quipe, il met un terme √† sa carri√®re[25]. En novembre 2007, T-Mobile annonce son retrait du cyclisme.

Le 2 juillet 2008, il d√©clare √† Sport Bild : ¬ę On ne peut pas dire que [le tour de France] est la plus grande course du monde si les meilleurs coureurs ne peuvent y participer.¬Ľ[26].

Le 23 mai 2009, il participe aux 24 Heures de N√ľrburgring[27].

Le 6 juillet 2011, il confie au site radsport-news.com qu'il serait proche de retrouver le milieu du cyclisme en tant que directeur sportif[28].

Le 15 novembre 2011, Ullrich int√®gre le comit√© de direction d‚Äôune soci√©t√© de technologie appell√© Lowoxygen : entreprise fournissant des m√©thodes d'entra√ģnement et des brevets pour cr√©er artificiellement des conditions climatiques de montagne sans avoir √† baisser la pression de l'air[29].

Style et qualités physiques

Style

Ullrich d√©gageait une puissance exceptionnelle, qui l'avantageait dans les Contre la Montre de plaine o√Ļ il pouvait emmener des braquets √©normes. Il √©tait ainsi l'un des meilleurs rouleurs du monde. Cette puissance exceptionnelle faisait donc d'Ullrich un tr√®s bon sp√©cialiste de l'effort solitaire .

Mais cette fa√ßon de rouler l'handicape dans les cols o√Ļ ses √©normes d√©veloppements l'emp√™chait de produire une v√©ritable acc√©l√©ration, comme savait le faire Lance Armstrong ou Richard Virenque. Il √©tait rare de voir Jan Ullrich en danseuse, toujours assis, les mains aux cocottes, et le visage crisp√© par la violence de son effort . Sur une acc√©l√©ration, il ne peut r√©agir mais il est difficile de le l√Ęcher au train . Son ennemi est donc le changement de rythme[30].

Qualités physiques

Puissances d√©velopp√©es par Jan Ullrich sur le Tour de France 1997, exprim√©es en ¬ęwatts¬Ľ (calcul√©es pour un athl√®te de 70 kg), d'apr√®s Fr√©d√©ric Portoleau[31]:

  • Environ 440 watts de moyenne[32].
  • Lors de l'√©tape d'Andorre-Arcalis, sa puissance atteint les 474 watts[33].

Affaires de dopage

L'EPO sur les Tours de France 1996 et 1997

L'hebdomadaire allemand Focus a r√©v√©l√© le 19 novembre 2007 que Jan Ullrich recevait des injections d'EPO lors des Tours de France 1996 et 1997[34],[35]. Le magazine a eu acc√®s √† des enregistrements de conversations t√©l√©phoniques entre Rudy Pevenage, mentor de Jan Ullrich, et Jef d'Hont, ancien soigneur de Jan Ullrich, qui avait d√©j√† r√©v√©l√© au printemps 2007 que l'utilisation de l'EPO √©tait g√©n√©ralis√©e dans la formation allemande Telekom dans les ann√©es 1990 et qui avait, √©galement, accus√© Ullrich de dopage √† l'EPO pour ces 2 Tours de France, le 26 mai 2007[36].

Andreas Schmid et Lothar Heinrich, les deux médecins de l'équipe Telekom qui auraient été responsables des injections ont été suspendu par l'équipe T-Mobile dès mai 2007. Alors que plusieurs de ses anciens coéquipiers comme Bjarne Riis, Erik Zabel, Bert Dietz et Christian Henn reconnaissent les faits, Ullrich nie toujours. Ullrich n'a été inquiété ni par la justice ni par les autorités sportives pour cette affaire.

Le Blitz de San Remo sur le Tour d'Italie 2001

La brigade des stup√©fiants italienne saisit, dans sa chambre, des cortico√Įdes, des stimulants et des anesth√©siques, le 6 juin 2001, √† San Remo. Le 14 juin 2001, on apprend qu'il fait partie des 86 coureurs mis en examen du Blitz de San Remo[37]. Mais, il pr√©sente des certificats m√©dicaux qui lui permettent d'utiliser des cortico√Įdes pour son asthme. La commssion de discipline de la f√©d√©ration allemande le blanchit le 24 avril 2002[38].

Le contr√īle positif aux amph√©tamines en 2002

Alors qu'il est arr√™t√© suite √† une op√©ration au genou le privant du Tour de France, un contr√īle antidopage inopin√©, effectu√© le 12 juin 2002 suite √† un accident de la route qu'il provoque en √©tat d'alcool√©mie, r√©v√®le la pr√©sence d'amph√©tamines dans ses urines. Il explique √™tre d√©prim√© et avoir pris deux pilules d'ecstasy en bo√ģte de nuit, la veille, le 11 juin. Plusieurs experts de la lutte antidopage ont depuis mis en doute cette version des faits. Le 24 juillet 2002, il est suspendu 6 mois par la commission de discipline de la F√©d√©ration allemande et √©cope d'une amende "√† cinq chiffres". Ce n'est qu'√† partir du 23 mars 2003 qu'il sera autoris√© √† reprendre la comp√©tition[39].

L'Affaire Puerto

Le 26 mai 2006, la radio Cadena Ser fait savoir que le nom de Jan Ullrich figure sur la liste des 200 patients du docteur Eufemiano Fuentes, m√©decin impliqu√© dans un gigantesque r√©seau de dopage en Espagne (L'Affaire Puerto), qui vient d'√™tre d√©mantel√©[40].

Il est exclu du Tour de France, le 30 juin 2006, soit la veille du d√©part, par son √©quipe T-Mobile[41]. La veille, il a √©t√©, de nouveau, cit√© par Cadena Ser, dans cette affaire[42]. Il est cit√©, encore une fois, le jour m√™me,dans une liste √©largie de 31 coureurs[43]. Il est identifi√© sous les pseudonymes : Hijo de Rudicio (Rudicio signifie son entra√ģneur Rudy Pevenage), n¬į1, Jan et Yo.

Il est suspendu le 1er juillet 2006 puis licenci√© le 20 juillet 2006 de l'√©quipe cycliste T-Mobile. Tous les contrats qu'elle avait sign√©s avec le coureur excluaient la moindre infraction √† la r√©glementation antidopage[44].

Entre-temps, le 8 juillet 2006, le journal Der Spiegel r√©v√®le que son nom est associ√© √† une liste de produits qui sont du sang, des hormones de croissance, de l'IGF-1 et des patches de testost√©rone[45]. Le 14 juillet 2006, le quotidien S√ľddeutsche Zeitung r√©v√®le qu'il aurait obtenu du Dr Fuentes "une pr√©paration d'hormones, insuline et cortico√Įdes" pour la premi√®re semaine du Tour de France 2005[46].

Toutefois, le 9 ao√Ľt 2006, l'UCI, par la voix de Pat McQuaid affirme qu'elle ne transmettra pas les √©chantillon sanguins d'Ullrich √† la justice espagnole[47].

Le 14 ao√Ľt 2006, suite √† l'affaire Puerto, le directeur de l'√©quipe Coast (employeur de Ullrich lors de la saison 2003), G√ľnther Dahms a d√©clar√© vouloir obtenir le remboursement des salaires vers√©s au cycliste allemand car le contrat liant l'√©quipe Coast et Ullrich indiquait que le recours au dopage √©tait interdit. Il a, donc, port√© plainte devant le parquet de D√ľsseldorf[48]. Finalement, le 12 novembre 2008, c'est Ullrich qui gagne ce proc√®s et re√ßoit 500 000 euros de salaires impay√©s car G√ľnther Dahms le soup√ßonnait de dopage[49].

Le 17 ao√Ľt 2006, le quotidien S√ľddeutsche Zeitung r√©v√®le que le nom d'Ullrich appara√ģtrait m√™me en toute lettres dans un fax envoy√© par le Dr. Fuentes[50].

Le 4 septembre 2006, la cha√ģne de t√©l√©vision publique allemande ARD a annonc√© que d√®s la fin de l'ann√©e 2006, elle mettrait un terme √† sa collaboration avec Jan Ullrich. La cha√ģne payait Ullrich jusqu'√† 195 000 euros par an √† titre de consultant[51].

Le 22 octobre 2009, la police criminelle allemande affirme qu'Ullrich a consult√© Eufemiano Fuentes √† 24 reprises entre 2003 et 2006 et qu'il lui a pay√© au total 80 000 euros[52].

Le 8 novembre 2009, le magazine allemand Focus r√©v√®le que la police f√©d√©rale allemande (BKA) a trouv√© au domicile suisse d'Ullrich, lors d'une perquisition, un CD-rom sur lequel se trouvait les num√©ros de t√©l√©phone de deux individus identifi√©s comme Ast√©rix et Ob√©lix. Ces noms de code, selon Focus, correspondent au Dr Fuentes et son assistant Merino Batres. Seuls les initi√©s pouvaient conna√ģtre les noms de code et leurs num√©ros de t√©l√©phone[53].

Le 8 juillet 2010, Rudy Pevenage reconnait avoir organis√© des voyages d'Ullrich chez le docteur Eufemiano Fuentes[54].

Britta Bannenberg

Suite √† une plainte de l'ancienne athl√®te port√©e le 20 juillet 2006, professeur √† l'universit√© de Bielefeld, Britta Bannenberg, le parquet de Bonn ouvre une proc√©dure contre lui (ainsi que contre son √©quipier, l'Espagnol Oscar Sevilla et contre son directeur sportif, le Belge Rudy Pevenage) pour escroquerie envers son ancienne √©quipe T-Mobile et non-respect de la loi sur les substances m√©dicales. Elle estime que ¬ę Jan Ullrich a cach√© √† T-Mobile l'utilisation de substances illicites et se les est procur√©es gr√Ęce √† son salaire et √† ses primes¬Ľ. Le 8 septembre 2006, le parquet de Bonn d√©clare que les rapports de la police espagnole contiennent des √©l√©ments indiquant que le coureur cycliste se serait procur√© des produits interdits d√®s l'ann√©e 2003[55]. Le 13 septembre 2006, la police allemande perquisitionne chez Ullrich, parti en lune de miel avec sa femme Sara, pour y trouver de traces de son ADN[56]. Quatre jours plus tard, le 17 septembre, La police allemande d√©ment avoir pr√©lev√© de l'ADN de Jan Ullrich lors de la perquisition effectu√©e dans l'un de ses domiciles[57]. En janvier 2007, la justice suisse accepte d'envoyer √©chantillon de salive du coureur au parquet de Bonn. Ullrich d√©pose un recours le 30 janvier[58] mais il est rejet√© par le tribunal f√©d√©ral suisse. Il accepte finalement d'effecuer la comparaison ADN, le 1er f√©vrier[59]. Le 3 avril 2007, son ADN est retrouv√© dans neuf poches de sang apprtenant au Dr. Fuentes[60]. Le 13 septembre 2007, la justice allemande affirme d√©tenir la preuve que Jan Ullrich a vers√© 25 000 euros sur un compte d√©tenu par le docteur Fuentes dans une succursale genevoise de la banque HSBC en 2004"[61],[62]. Finalement, pour √©viter un proc√®s, il accepte, le 14 avril 2008, une forte amende, dont le parquet de Bonn indique qu'elle est ¬ę√† six chiffres¬Ľ[63].

Werner Franke

Le 3 ao√Ľt 2006, l'expert allemand antidopage Werner Franke d√©pose une plainte pour parjure contre Ullrich au parquet de Hambourg[64]. Ce dernier affirme que l'ancien coureur a vers√© 35 000 euros au Dr Fuentes, au centre de l'Affaire Puerto, en 2004[65]. A son tour, Jan Ullrich a d√©pos√© plainte contre Werner Franke, le 14 ao√Ľt, pour difammation. En septembre 2006, le tribunal, qui ne se prononce pas sur le fond de l'Affaire Puerto mais sur la forme des accusations de Franke, donne raison en appel √† Ullrich, estimant que "les droits du cycliste avaient √©t√© viol√©s et que l'enqu√™te espagnole n'√©tait pas assez avanc√©e pour justifier les d√©clarations du professeur"[66],[67]. Le 14 novembre 2006, Franke √©voque la somme de 120 000 euros vers√©s en 2005 et 2006 et il affirme, √©galement, qu'Ullrich √©tait en contact avec Fuentes durant le Tour d'Italie 2006[68]. Le proc√®s dans le cadre de la plainte pour diffamation d√©pos√©e par Jan Ullrich contre Werner Franke commence le 30 novembre 2007[69]. Le 13 ao√Ľt 2010, le tribunal relaxe Werner Franke[70],[71].

Fédération suisse de cyclisme

Le 16 ao√Ľt 2006, la commission de discipline de la f√©d√©ration suisse de cyclisme lance un proc√©dure disciplinaire pour dopage contre Ullrich, qui poss√©de une licence suisse. Le 7 juillet 2009, la commission olympique suisse de lutte contre le dopage, √† son tour, enclenche une proc√©dure contre lui toujours dans le cadre de l'Affaire Puerto[72]. Il est blanchit le 18 f√©vrier 2010 par la commission de discipline de la f√©d√©ration suisse de cyclisme car elle juge n'avoir aucune emprise sur lui √©tant retrait√©[73]. Le 25 mars 2010, l'UCI d√©cide de faire appel de cette d√©cision devant le TAS[74]. Il risque une suspension √† vie, car, il fut, d√©j√†, suspendu 6 mois en 2002. L'appel de l'UCI devait avoir lieu le 22 ao√Ľt 2011[75]. Mais, Ullrich ne vient √† son audience. Toutefois, selon son porte-parole, il n'est pas impossible que Ullrich r√©vise sa position dans un temps pas trop √©loign√© et qu'il avoue son implication dans l'affaire Puerto[76]. Le verdict du TAS, pr√©vu initialement le 20 octobre 2011, sera rendue le 30 novembre 2011[77].

La clinique universitaire de Fribourg

Le 31 d√©cembre 2007, Werner Franke r√©v√®le que la clinique de Fribourg serait au cŇďur d'op√©rations de dopage entre 1995 et 2007 au profit des coureurs de l'√©quipe Telekom devenue ensuite T-Mobile[78]. Le 26 avril 2009, un comit√© d'experts, charg√©s par l'Universit√© de Fribourg d'enqu√™ter sur le travail de deux de ses m√©decins, r√©v√®le qu'Ullrich aurait √©t√© inscrit en 2005 sous un faux nom parmi les patients des Dr Andreas Schmid et Lothar Heinrich qui furent licenci√©s par la clinique en 2007 apr√®s avoir reconnu leur implication dans le dopage chez Telekom jusqu'en 1999 et qui sont soup√ßonn√©s d'avoir organis√© des transfusions sanguines au sein de le la clinique. Par exemple, il appara√ģtrait en 2005 sous le faux nom de Maier Ulrich n√© le 02.12.1937 (Ullrich est n√© le 02/12/1973)[79].

Palmarès, résultats et distinctions

Palmarès amateur

  • 1988
    • Championnat de RDA sur route junior
  • 1991
    • 9e du Championnat du Monde c.l.m. par √©quipes junior
  • 1992
    • Championnat R√©gional de Basse-Saxe
    • Prix de Bad Sachsa
    • Prix de Hannovre
  • 1993
    • Arc en ciel.png Champion du monde sur route amateur
    • Tour de Boh√™me
    • Pacific Bank Tour (1er des 7e, 11e et 14e √©tapes)
    • Prix de Rhodt
    • Prix de Mudge
    • Prix de Tamworth
    • Classement Br√ľgelmann-Championwertung
  • 1994
    • Grand Prix de Fribourg
    • Sanitarium Grand Prix Series (1er des 1√®re, 2e et 4e √©tapes)
    • Harzrundfahrt Magdeburg
    • Frankfurt am Main
    • Prix de Hambourg
    • 1e, 5e et 9e √©tapes du Tour de Basse-Saxe
    • 2e √©tape du Bundesliga Etappenfahrt
    • 4e, 5e et 6e √©tapes du Momentum Rapport Toer Open
    • 4e √©tape du Pacific Bank Tour
    • 2e √©tape du Tour de Hawa√Į Open
    • Classement Br√ľgelmann-Championwertung
    • Classement Rad-Bundesliga

Palmarès professionnel

Résultats sur les trois grands tours

Tour de France

  • 1996 : 2e du classement g√©n√©ral, Jersey white.svg vainqueur du classement du meilleur jeune, vainqueur d'une √©tape
  • 1997 : Jersey yellow.svg vainqueur du classement g√©n√©ral, Jersey white.svg vainqueur du classement du Meilleur Jeune, vainqueur de deux √©tapes,Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 12 jours
  • 1998 : 2e du classement g√©n√©ral, vainqueur de trois √©tapes, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 6 jours, Jersey white.svg vainqueur du classement du Meilleur Jeune
  • 2000 : 2e du classement g√©n√©ral
  • 2001 : 2e du classement g√©n√©ral
  • 2003 : 2e du classement g√©n√©ral, vainqueur d'une √©tape
  • 2004 : 4e du classement g√©n√©ral
  • 2005 : 3e du classement g√©n√©ral

Tour d'Espagne

  • 1995 : abandon
  • 1999 : Jersey gold.svg Vainqueur du classement g√©n√©ral, vainqueur de deux √©tapes
  • 2000 : abandon lors de la 13e √©tape

Tour d'Italie

  • 2001 : 52e du classement g√©n√©ral
  • 2006 : abandon lors de la 19e √©tape, vainqueur d'une √©tape

Classements mondiaux

Jusqu'en 2004, le classement UCI concerne tous les coureurs ayant obtenu des points lors de courses du calendrier international de l'Union cycliste internationale (324 courses en 2004). En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenu lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006.

Jan Ullrich appara√ģt pour la premi√®re fois au classement UCI en 1995. Il obtient son meilleur classement en 1997 : 2e.

Année 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Classement UCI[80] 211e 43e 2e 12e 9e 6e 6e 1222e 15e 15e
Classement ProTour 4e[81] Non-classé[82]

Distinctions

Voir aussi

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Jan Ullrich, les raisons d‚Äôun g√Ęchis
  2. ‚ÜĎ Jan Ullrich coureur d'un jour
  3. ‚ÜĎ [1]
  4. ‚ÜĎ Deux "pr√©parateurs" veillent sur la carri√®re des deux favoris
  5. ‚ÜĎ 2003 : Ullrich, ma√ģtre du Cap D√©couverte
  6. ‚ÜĎ [2]
  7. ‚ÜĎ [3]
  8. ‚ÜĎ [4]
  9. ‚ÜĎ Les failles de Jan Ullrich
  10. ‚ÜĎ [5]
  11. ‚ÜĎ [6]
  12. ‚ÜĎ [7]
  13. ‚ÜĎ [8]
  14. ‚ÜĎ [9]
  15. ‚ÜĎ [10]
  16. ‚ÜĎ [11]
  17. ‚ÜĎ [12]
  18. ‚ÜĎ [13]
  19. ‚ÜĎ [14]
  20. ‚ÜĎ [15]
  21. ‚ÜĎ [16]
  22. ‚ÜĎ [17]
  23. ‚ÜĎ [18]
  24. ‚ÜĎ Cyclisme : Jan Ullrich rempla√ßant d'Armstrong?
  25. ‚ÜĎ Ullrich annonce sa retraite
  26. ‚ÜĎ "Le Tour n'est plus la plus grande course du monde" pour Ullrich
  27. ‚ÜĎ Ullrich aux 24 Heures du N√ľrburgring
  28. ‚ÜĎ L'Equipe.fr, 6 juillet 2011, [19]
  29. ‚ÜĎ Retour aux affaires pour Ullrich
  30. ‚ÜĎ Le Style Ullrich
  31. ‚ÜĎ Depuis 20 ans, les moyennes du Tour de France explosent
  32. ‚ÜĎ [20]
  33. ‚ÜĎ [21]
  34. ‚ÜĎ Pevenage aurait reconnu qu'Ullrich se dopait en 1996
  35. ‚ÜĎ Jan Ullrich √©tait dop√© au Tour 97
  36. ‚ÜĎ D'Hont accuse Ullrich
  37. ‚ÜĎ Voir cyclisme-dopage.com, 2001, Giro 2001 et affaire du Blitz
  38. ‚ÜĎ Jan Ullrich blanchi par sa F√©d√©ration
  39. ‚ÜĎ Ullrich priv√© de v√©lo 6 mois
  40. ‚ÜĎ Dopage. Ullrich sur la liste des 200 ¬ę clients ¬Ľ !
  41. ‚ÜĎ Ullrich √©cart√© de la T-Mobile
  42. ‚ÜĎ Ullrich et Basso cit√©s
  43. ‚ÜĎ La liste des coureurs cit√©s
  44. ‚ÜĎ Ullrich licenci√© par l'√©quipe T-Mobile
  45. ‚ÜĎ Nouveaux d√©tails accablants pour Ullrich, selon la presse allemande
  46. ‚ÜĎ Ullrich en contact avec Fuentes pour le Tour 2005, selon la presse
  47. ‚ÜĎ L'UCI ne donnera pas les √©chantillons de sang d'Ullrich aux autorit√©s espagnoles
  48. ‚ÜĎ Ullrich devra-t-il rembourser ses salaires ?
  49. ‚ÜĎ Devant la justice, Jan Ullrich nie s'√™tre dop√©
  50. ‚ÜĎ Le nom d'Ullrich en toutes lettres dans un fax envoy√© par Fuentes
  51. ‚ÜĎ Nouvel Observateur, 5 septembre 2006, Cyclisme: la cha√ģne de t√©l√©vision ARD met un terme √† sa collaboration avec Ullrich
  52. ‚ÜĎ Jan Ullrich bon client du Dr Fuentes
  53. ‚ÜĎ Dopage: Ullrich avait les num√©ros de t√©l√©phone d'Ast√©rix et d'Ob√©lix
  54. ‚ÜĎ P√©venage avoue sa faute
  55. ‚ÜĎ L'√Čquipe,8 septembre 2006,Ullrich dop√© depuis 2003 ?
  56. ‚ÜĎ L'ADN d'Ullrich pr√©lev√©
  57. ‚ÜĎ Pas d'ADN chez Ullrich
  58. ‚ÜĎ Recours de Jan Ullrich
  59. ‚ÜĎ Ullrich, un seul Tour et puis...
  60. ‚ÜĎ Le mauvais sang d'Ullrich
  61. ‚ÜĎ L'√©tau se resserre sur Ullrich
  62. ‚ÜĎ Le parquet de Bonn √©tablit qu'Ullrich a vers√© 25.000 euros √† Fuentes
  63. ‚ÜĎ Jan Ullrich paie cher
  64. ‚ÜĎ Une plainte contre Ullrich
  65. ‚ÜĎ Ullrich 'spent 35,000 euros' in a year on drugs claims expert, 2006-08-03. Consult√© le 2007-07-30
  66. ‚ÜĎ ¬ę Contador, la plus grosse escroquerie ¬Ľ, RDS/AFP, 30 juillet 2007
  67. ‚ÜĎ Ullrich gagne en justice contre un expert en dopage
  68. ‚ÜĎ Ullrich en contact avec Fuentes durant le Giro 2006, selon Franke
  69. ‚ÜĎ Ullrich: jugement fin novembre, Fuentes peut-√™tre entendu
  70. ‚ÜĎ Op√©ration Puerto : Werner Franke relax√©
  71. ‚ÜĎ Cyclisme - 13/8/2010 - Ullrich, Ricco, Dopage, HTC-Columbia, Mondial, ProTour,..
  72. ‚ÜĎ Suisse: proc√©dure disciplinaire pour dopage contre Jan Ullrich
  73. ‚ÜĎ Cyclisme - 18/02/2009 - Dopage, Landis, Kohl, Ullrich, Dauphin√©, Gerrans,...
  74. ‚ÜĎ sport365.fr, 25 mars 2010, [22]
  75. ‚ÜĎ sport.fr, 22 juillet 2011, [23]
  76. ‚ÜĎ Jan Ullrich envisagerait d'avouer dans l'affaire Puerto
  77. ‚ÜĎ Ulrich sera fix√© le 30 novembre
  78. ‚ÜĎ Cyclisme - Dopage - T-Mobile encore vis√©
  79. ‚ÜĎ Des preuves contre Kl√∂den
  80. ‚ÜĎ 2005 UCI Road Rankings, UCI. Consult√© le 19 mars 2011
  81. ‚ÜĎ Classement individuel de l'UCI ProTour 2005 sur uciprotour.com. Consult√© le 19 mars 2011
  82. ‚ÜĎ Classement individuel de l'UCI ProTour 2006 sur uciprotour.com. Consult√© le 19 mars 2011

Erreur de r√©f√©rence : La balise <ref> avec le nom ¬ę cycldop-ullrich ¬Ľ d√©finie dans <references> n‚Äôest pas utilis√© dans le texte pr√©c√©dent.



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jan Ullrich de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jan Ullrich ‚ÄĒ beim Giro d‚ÄôItalia 2006. Personendaten Spitzname Ulle Geburtsdatum 2. Dezember ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Jan Ullrich ‚ÄĒ Informaci√≥n personal Nombre completo Jan Ullrich Apodo Ulle, Der Kaiser, Der Jan, Der Junge Fecha de nacimiento 2 de diciembre de 1973 (37 a√Īos) ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Jan Ullrich ‚ÄĒ (Rostock, ex RDA, 2 de diciembre 1973) Ciclista alem√°n, consumado especialista en contrarreloj. Se dio a conocer en el Tour de Francia de 1996 en que qued√≥ segundo por detr√°s de su compa√Īero de equipo (Telekom) Bjarne Rijs. Al a√Īo siguiente… ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Jan Ullrich ‚ÄĒ Infobox Cyclist ridername = Jan Ullrich image caption = Ullrich at the 2006 Giro d Italia fullname = Jan Ullrich nickname = Ulle, Der Kaiser, Der Jan, Der Junge dateofbirth = birth date and age |1973|12|2 height = convert|1.83|m|abbr=on weight =… ‚Ķ   Wikipedia

  • Ullrich (Familienname) ‚ÄĒ Ullrich ist ein deutschsprachiger Familienname. Varianten Ulrich Bekannte Namenstr√§ger Inhaltsverzeichnis A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Ullrich ‚ÄĒ may refer to:*Anton Ullrich (1826 1895), German industrialist and inventor *Artur Ullrich, German footballer *Axel Ullrich (born 1943), German cancer researcher *Cornelia Ullrich (born 1963), German hurdler *Dave Ullrich, Canadian musician and… ‚Ķ   Wikipedia

  • Jan ‚ÄĒ ist ein m√§nnlicher Vorname. Er ist die niederl√§ndische, norddeutsche, sorbische und eine h√§ufige tschechische, polnische und skandinavische Form von Johannes. Im englischsprachigen Raum ist Jan auch als weiblicher Vorname gebr√§uchlich, als… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Jan Schaffrath ‚ÄĒ Jan Schaffrath ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Jan Janssen ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Janssen. Jan Janssen ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ullrich (homonymie) ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Patronyme Cornelia Ullrich Frank Ullrich Jan Ullrich Karl Ullrich Kathrin Ullrich Volker Ullrich Wolfgang Ullrich ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.