Jacques-Emile Lafon

ï»ż
Jacques-Emile Lafon

Jacques-Émile Lafon

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lafon.
Signature de Jaques-Émile Lafon, 1859. DĂ©tail de la chapelle de Saint-François-Xavier, Église Saint-Sulpice, Paris 6e, France.

Jacques-Émile Lafon (PĂ©rigueux 1817 - 1886) est un peintre français.

Sommaire

Sa vie

Né à Périgueux, il devient élÚve d'Antoine-Jean Gros et de Paul Delaroche. Marié en 1841 à Marie-Antoinette Choiselat-Gallien, fille d'un orfÚvre réputé. Ils auront six enfants[1]Grand ami de Louis Veuillot, celui-ci l'a toujours soutenu dans sa carriÚre [1].

Il y a une rue Émile Lafon Ă  PĂ©rigueux.

Son Ɠuvre

L'une des nombreuses façons de signer de Jacques-Émile Lafon

La signature du peintre change selon le style des Ɠuvres, ce qui rend son identification plus difficile et crĂ©e des confusions frĂ©quentes sur son prĂ©nom dans les catalogues : LAFON, Jacques Émile Lafon, J. EMILE LAFON, J.E.L, J.E. LAFON, J.L.E., J.EMILE L. (parfois lu EMILE G.), etc.[1].

Peintre acadĂ©mique, Jacques-Émile Lafon est apprĂ©ciĂ© en son temps pour sa peinture religieuse. Il reçoit de nombreuses commandes officielles. Mais au XXe siĂšcle il retombe dans l'oubli, la mode Ă©tant aux artistes novateurs[1].

Entre 1999 et 2002 la DRAC Aquitaine Ă  confiĂ© Ă  Françoise Perret, restauratrice Ă  Sergeac, la restauration de l'ensemble de son Chemin de croix peint pour la cathĂ©drale Saint-Front de PĂ©rigueux entre 1849 et 1851. À la faveur de ce travail et des recherches historiques on a redĂ©couvert l'ampleur et la qualitĂ© de son Ɠuvre [1].

  • En 1868 il peint La Bataille de Mentana qui est offerte par les catholiques français au pape Pie IX. Hommage suprĂȘme, le pape lui remet lors d'une visite Ă  l'atelier[2] les insignes de l'ordre de Saint-GrĂ©goire-le-Grand, puis plus tard la dĂ©coration de commandeur de Saint-GrĂ©goire-le-Grand et le titre de comte romain. Le tableau est placĂ© au Palais du Quirinal puis au Vatican[1].

Liste de ses tableaux

On trouve de nombreux tableaux de Jacques-Émile Lafon dans les Ă©glises de France, dont plusieurs sont inscrits sur les listes des Monuments historiques.

  • 1842 : Les disciples d'EmmaĂŒs. Copie d'un tableau, sur commande de l'État français (600 fr. - actes 1840;1842), pour l'Ă©glise d'Excideuil[3].
  • 1844 : JĂ©sus Christ marchant sur les eaux et relevant saint Pierre qui vient au devant de lui, exposĂ© au Salon en 1844 (No.1053), achetĂ© par l'Ă©tat 1000 Fr en 1844 pour l'Ă©glise Saint-Front de PĂ©rigeux[4].
  • 1844 : Portrait d'une Italienne, Aquarelle/papier, 25x15 cm. Vente publique 05 dĂ©c 1989[5].
  • 1847 : Portrait de femme (Femme assise dans un fauteuil, la tĂȘte couverte d' une mantille, tenant dans ses mains un livre (missel ?)). Huile sur bois. h = 79 ; l = 63 cm, coll. privĂ©e [6].
  • 1849 Ă  1851 : Chemin de croix de la cathĂ©drale de PĂ©rigueux [1].
  • 1850 : Mort de l'archevĂȘque de Paris, monseigneur Affre, commande par l'État français d'une copie interprĂ©tĂ©e faite d'aprĂšs le tableau exposĂ© au Salon de 1849( 1000 fr. - actes 1849; 1850 ). ConservĂ© Ă  Rodez[7].
  • (MĂȘme tableau?) 1850 : Portrait de monseigneur Affre. MusĂ©e de Rodez [8].
  • Peinture murale pour la chapelle de la Vierge. Commande de l'État français ( 6000 fr. - actes 1850; 1853) pour l'Ă©glise des BĂ©nĂ©dictins de l'Abbaye Saint-Pierre de BrantĂŽme[9].
  • 1853 : Portrait du Prince-PrĂ©sident, commande de l'État français ( 1000 fr. - actes 1852;1853). Mairie de PĂ©rigueux [10].
  • 1858 : Portrait de C.F. Morice De la Rue, huile sur toile [11].
  • 1859 : Chapelle Saint François Xavier, Peinture murale pour l'Église St Sulpice de Paris. Commande de l'Etat français ( prix de l'Ɠuvre 13413 fr. - actes 1853;1860 ), Lafon reçoit pour l'exĂ©cution de cette commande, 20000 fr. dont 6587 fr. par la prĂ©fecture de la Seine[12],[13].
Portrait de Louis XVII, étude pour Le dauphin (Louis XVII) au Temple de 1867, Huile sur panneau. Coll. privée.
  • 1861 : Saint-Jean l’évangĂ©liste donnant la Communion Ă  la Vierge. Il s’agit d’une

huile sur bois (hauteur de 2,38 m, largeur de 1,50 m) signée et datée de 1861 [14].

  • 1864 : Portrait de l'archevĂȘque Fruchaud, Huile sur toile, 150x97 cm, SignĂ© et datĂ©. Basilique Saint-Martin de Tours (37). Inventaire gĂ©nĂ©ral, 1987, RĂ©fĂ©rence : IM37000384[15].
  • Un miracle du fondateur des hospitaliers de saint Jean de Dieu. AchetĂ© par l'Etat français (4000 fr. - actes 1864 ; 1865)[16].
  • 1867 env. :Portrait de Louis XVII (Ă©tude pour Le dauphin (Louis XVII) au Temple de 1867), Huile sur panneau. Coll. privĂ©e.
  • 1867 : Le dauphin (Louis XVII) au Temple, Huile/panneau, 121x810 cm. Vente publique 5 mar 2005[17],[18].
  • 1874 : Saint Jean de Dieu et le pauvre transfigurĂ©[19].
  • 1876 : Portrait de l'archevĂȘque Collet, Huile sur toile, 124x96 cm, SignĂ© et datĂ©. Basilique Saint-Martin de Tours (37). Inventaire gĂ©nĂ©ral, 1987, RĂ©fĂ©rence : IM37000385[20].
  • 1880 : Le bon Samaritain, Huile/toile, 151x176,5 cm. Vente publique 17 nov 2000 [17],[21]
  • Italienne, Aquarelle/papier, 26x16,5 cm. Vente publique 19 avril 2002 [22].
  • Portrait de NapolĂ©on III, MusĂ©e de PĂ©rigueux[23]
  • La Sainte Famille[17],

Expositions récentes

  • 2002, du 21 septembre au 28 octobre. Lafon, exposition itinĂ©rante organisĂ©e par le MusĂ©e d'Art et d'ArchĂ©ologie du PĂ©rigord, les Archives dĂ©partementales de la Dordogne et Les Amis de la CathĂ©drale Saint-Front.
  • Spectacle du ThĂ©Ăątre des Ombres d'aprĂšs le Chemin de croix de Jacques-Émile Lafon[24].

Disciples

Jacques-Émile lafon a formĂ© les peintres l'AbbĂ© Joseph Bourigaud et Jean-Gustave Dose.

François Lafon (1846-?), son quatriĂšme enfant, sera Ă©galement peintre aprĂšs une formation dans l'atelier d'Alexandre Cabanel. Il expose au Salon dĂšs 1875, des allĂ©gories, des scĂšnes mythologiques et religieuses, des nymphes et des portraits de femmes. Son style est Ă©lancĂ©, gracieux et souvent emprunt d'une nostalgie rĂȘveuse. PrĂ©sentĂ© dans plusieurs musĂ©es français, dont en particulier celui de PĂ©rigueux[25].

  • 1870 : Bazeilles(1870). Sujet : la guerre entre la France et la Prusse en 1870 devant l'Ă©glise de Bazeilles[26].
  • 1874 : Jeune italienne endormie. Huile sur toile, 54 x 81 cm[27]
  • 1878 : ScĂšne orientale, une famille pauvre. Huile sur toile, 177,5 x 123,5 cm. Coll. privĂ©e[28].
  • 1888 : ScĂšne religieuse. Église Sainte Catherine Ă  BethlĂ©em[29].
  • 1889 : Femme ramassant des branches dans la forĂȘt, Huile, 27" x 13.25" [30].
  • Vers 1907 : Les quatre saisons entourĂ©es d'anges et d'amours. Plafond peint pour le salon des miroirs du Grey Towers Castle, devenu l'Arcadia University, situĂ© Ă  Glenside en Pennsylvanie. Toute la dĂ©coration et les boiseries du salon ont Ă©tĂ© faites en France puis transportĂ©es par bateau aux États-Unis. La peinture est un tour de force rĂ©alisĂ© sur une toile ovale, d'une seule piĂšce, de 16x17 pouces [31],[32].
  • Bacchantes, Huile sur toile, 72 x 91 cm [25].
  • La toilette de VĂ©nus, Huile sur toile, 73.5 x 92.5 cm [33].
  • Jeune paysanne, Huile sur toile, 142.3 x 61 cm [34].
  • Le jeu des osselets, Huile, 21.65" x 18.11" [35].
  • Glaneurs dans un champ, Huile, 25.20" x 31.70" [36].
  • Le berger et ses chiens, Huile, 39.57" x 28.74" [37].
  • laissez venir Ă  moi les petits enfants, Peinture monumentale , ChĂąteau d'AsniĂšres-sur-Seine (92). Peinture monumentale sur plĂątre, actuellement en mauvais Ă©tat, attribuĂ©e Ă  François Lafon et rĂ©alisĂ©e par le peintre pour remplacer les lambris vendus Ă  l' Ă©poque de l' occupation du chĂąteau par l' Ă©cole Ozanam [38].
  • La Danse Des GrĂąces, Huile, 25,6 x 31,9 in[39].
  • Fillette, Panneau de bois. 6,3 x 4,3 in[40].
  • Jeunes femmes au bain. Sanguine sur papier, 34x26 cm [41].
  • Femme dĂ©nudĂ©e. Pastel sur papier, 29x19 cm[42].
  • Femme devant un globe. Crayon sur papier, 22x26 cm[43].
  • Couple de musiciens et Danseuse au tambourin et musicien, deux panneaux [44].

Il reçoit comme son pÚre des commandes d'état:

  • 1875 : Le martyre de sainte CĂ©cile, copie de tableau sur commande de l'Etat français (7000 fr., actes 1873; 1875) pour le MusĂ©e de ChĂąteauroux[45].
  • 1875 : Saint Etienne, tableau exposĂ© au Salon en 1875 (no. 1180). AchetĂ© par l'Etat français ( 1500 fr. en 1875) pour la cathĂ©drale de Bourges[46].
  • 1895 :A Constantinople au IVĂšme siĂšcle sous le rĂšgne de l'ImpĂ©ratrice Eudoxie, tableau exposĂ© par la SociĂ©tĂ© nationale des Beaux-Arts, Salon annuel, 1895 (no. 724 du catalogue). Achat d'Ă©tat (acte:1895)[47].
  • 1881 : Au pays d'Erymanthe (paysage de GrĂšce), Tableau achetĂ© par l'Ă©tat (acte:1881;1890)[48].
  • 1884 : Portrait de monsieur Louis Pasteur, portrait achetĂ© par l'Etat français (actes : 1881; 1890), SociĂ©tĂ© des artistes français, Salon annuel, 1884 (no. 1359 du catalogue) [49].
  • Avant 1885 : Saint Jean de Dieu. En 1885, dĂ©pĂŽt d'Etat, en provenance du MusĂ©e du Louvre, au MusĂ©e de BĂ©ziers[50].
  • JĂ©sus parmi les docteurs. RĂ©serves des MusĂ©es Nationaux. DĂ©posĂ© en 1891 par l'Etat français au MusĂ©e de La Rochelle[51].
  • 1895 : Saint Martin. Huile sur toile. 280 × 195 cm. Eglise paroissiale Saint-Martin d’Abilly. Saint Martin est montrĂ© dans sa dignitĂ© d'Ă©vĂȘque, nimbĂ©, Ă  droite de la Vierge Ă  l'enfant, assise sur un trĂŽne au centre du tableau. A gauche de la Vierge se trouve saint Joseph, un bĂąton fleuri Ă  la main. L'enfant JĂ©sus est reprĂ©sentĂ© de maniĂšre peu conventionnelle, renversĂ© en arriĂšre comme un bĂ©bĂ© agitĂ©. Au premier plan Ă  gauche une petite fille agenouillĂ©e, les mains jointes dans un geste de priĂšre, est prĂ©sentĂ©e par un ange. A droite, un mendiant est assis sur le sol au cĂŽtĂ© de saint Martin[52].
  • 1901 : JuvĂ©nal des Ursins et sa famille, copie d'un tableau sur commande d'Ă©tat, achetĂ© en 1901 pour la Mairie de TraĂźnel[53].
  • 1901 : Vierge Ă  l'Enfant. Retable du maĂźtre-autel de Notre-Dame-du-PĂ© dans la (Sarthe). Huile sur toile de la forme du support. h = 255cm la = 144,5cm. Sujet : rĂ©union en un tableau des iconographies de la Vierge Ă  l' Enfant et de la Vierge de l' ImmaculĂ©e Conception. Tableau rĂ©alisĂ© en 1901 par le peintre François Lafon pour remplacer dans le retable du maĂźtre-autel le tableau d'autel originel reprĂ©sentant la rĂ©surrection [54].
  • avant 1903 : Sanguine. Commande de l'Etat français attribuĂ©e en 1903 au MusĂ©e des Beaux-arts de Rennes [55].

Notes et références

  1. ↑ a , b , c , d , e , f , g , h  et i  Nathalie AndrĂ© et Françoise Perret, Du noir Ă  l'or, conserver, restaurer, valoriser, Ed° La Lauze, 2006.Lire le rĂ©sumĂ© ici ou lĂ 
  2. ↑ Michel Soubeyran, Sur une visite du pape Pie IX Ă  Jacques-Émile Lafon, Bulletin de la SociĂ©tĂ© Historique et ArchĂ©ologique du PĂ©rigord PĂ©rigueux, 1981, vol. 108, no2, pp. 168-172.Lire le rĂ©sumĂ©
  3. ↑ Lire sa fiche sur la base Arcade
  4. ↑ Lire sa fiche sur la base Arcade
  5. ↑ Lafon, Jacques Émile (1817-1886)
  6. ↑ mobilier-de-france.org
  7. ↑ Lire sa fiche sur la base Arcade
  8. ↑ Lire sa fiche sur la base Arcade
  9. ↑ Lire sa fiche sur la base Arcade
  10. ↑ Portrait du Prince-PrĂ©sident
  11. ↑ L'architecte De la Rue et document PDF
  12. ↑ Lire sa fiche sur la base Arcade
  13. ↑ L'Eglise St Sulpice, son histoire
  14. ↑ Acceptation de dons MusĂ©e d'art et d'archĂ©ologie du PĂ©rigord
  15. ↑ Patrimoine de France
  16. ↑ Lire sa fiche sur la base Arcade
  17. ↑ a , b  et c  Jacques-Émile Lafon sur Artnet
  18. ↑ Lafon, Jacques Émile (1817-1886)
  19. ↑ Voir le document PDF, p 61 (illustration NB)
  20. ↑ Patrimoine de France
  21. ↑ Lafon, Jacques Émile (1817-1886)
  22. ↑ Lafon, Jacques Émile (1817-1886)
  23. ↑ Portrait de NapolĂ©on III
  24. ↑ Spectacle d'aprĂšs le Chemin de croix de Jacques-Émile Lafon Extrait vidĂ©o sur le site du ThĂ©Ăątre des Ombres
  25. ↑ a  et b  Galerie de Souzy : Bacchantes
  26. ↑ Voir une photo du tableau
  27. ↑ Voir sa photo et fiche descriptive
  28. ↑ Voir un photo et la description
  29. ↑ (es)Iglesia Sta. Catalina de BelĂ©n
  30. ↑ Voir sa fiche descriptive
  31. ↑ (en)Photo et description du salon
  32. ↑ (en)Photo et histoire du chñteau
  33. ↑ Voir sa fiche descriptive
  34. ↑ Voir sa fiche descriptive
  35. ↑ Voir sa fiche descriptive
  36. ↑ Voir sa fiche descriptive
  37. ↑ Voir sa fiche descriptive
  38. ↑ Lire sa fiche descriptive sur Patrimoine de France
  39. ↑ Lire sa fiche descriptive sur Findartinfo
  40. ↑ Lire sa fiche descriptive sur Findartinfo
  41. ↑ Lire sa fiche descriptive sur Artprice
  42. ↑ Lire sa fiche descriptive sur Artprice
  43. ↑ Lire sa fiche descriptive sur Artprice
  44. ↑ la Gazette de l'Hîtel Drouot
  45. ↑ Lire sa fiche sur la base Arcade
  46. ↑ Voir sa fiche sur la base Arcade et sa photo sur la base Arcade
  47. ↑ Voir sa photo et fiche descriptive sur la base Arcade
  48. ↑ Voir sa fiche sur la base Arcade
  49. ↑ Voir une photo sur la base Arcade et Voir sa fiche sur la base Arcade
  50. ↑ Lire sa fiche sur la base Arcade
  51. ↑ Lire sa fiche sur la base Arcade
  52. ↑ La LĂ©gende de saint Martin au XIXĂš siĂšcle. Peintures et dessins, MusĂ©e des Beaux-Arts de Tours, 1997, p. 128-129.
  53. ↑ Lire sa fiche sur la Base Arcade
  54. ↑ Voir sa fiche descriptive
  55. ↑ Lire sa fiche sur la Base Arcade

Bibliographie

  • Dans le PanthĂ©on des Illustrations françaises du XIXĂ©me siĂšcle : Portrait lithographiĂ© de Jacques Emile LAFON, nĂ© Ă  PĂ©rigueux en 1817 et mort en 1886 - Lithographie format 37,5 x 25,5 cm marges comprises - Paris - imprimerie Lemercier - Vers 1880.
  • Nathalie AndrĂ© et Françoise Perret, Du noir Ă  l'or, conserver, restaurer, valoriser, Ed° La Lauze, 2006. Lire le rĂ©sumĂ© ici ou lĂ 
  • Michel Soubeyran, Jacques-Emile lafon, Bulletin de la SHAP, 1972 (catalogue des oeuvres).
  • Michel Soubeyran, Sur une visite du pape PieIX Ă  Jacques-EmileLafon, Bulletin de la SociĂ©tĂ© Historique et ArchĂ©ologique du PĂ©rigord PĂ©rigueux, 1981, vol. 108, no2, pp. 168-172.Lire le rĂ©sumĂ©
  • Brigitte et Gilles Delluc, La peinture de l’abside de Cadouin, Bulletin de la SociĂ©tĂ© historique et archĂ©ologique du PĂ©rigord, 2005, 132, p. 387-412, ill.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Remarque : L'artiste est citĂ© dans les bases de donnĂ©e sous le nom de Jacques-Émile Lafon, Jacques Émile Lafon ou Émile Lafon. Il ne faut pas non plus le confondre avec son fils François Lafon.

  • Son fils François Lafon : [1]

Commons-logo.svg

  • Portail de la peinture Portail de la peinture
  • Portail de l’Aquitaine Portail de l’Aquitaine
  • Portail de la Dordogne Portail de la Dordogne
Ce document provient de « Jacques-%C3%89mile Lafon ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jacques-Emile Lafon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jacques-Émile Lafon — Pour les articles homonymes, voir Lafon. Signature de Jaques Émile Lafon, 1859. DĂ©tail de la chapelle de Saint François Xavier, Église Saint Sulpice, Paris 6e, Fra 
   WikipĂ©dia en Français

  • Lafon — ist der Familienname folgender Personen: François Lafon (Maler) (1846–um 1920), französischer Maler François Lafon (Historiker) (* 1956), französischer Historiker Jacques Émile Lafon (1817–1886), französischer Maler Jean Lafon (1896–1973),… 
   Deutsch Wikipedia

  • Lafon —  Pour les articles homophones, voir Laffon, Lafond et Lafont. Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rents sujets et articles partageant un mĂȘme nom. PersonnalitĂ©s AndrĂ© Lafon a reçu le Grand prix d 
   WikipĂ©dia en Français

  • Jacques Le Fataliste Et Son MaĂźtre — Incipit Auteur Denis Diderot Genre Roman Pays d origine 
   WikipĂ©dia en Français

  • Jacques le Fataliste — et son maĂźtre Jacques le fataliste et son maĂźtre Incipit Auteur Denis Diderot Genre Roman Pays d origine 
   WikipĂ©dia en Français

  • Jacques le fataliste et son maĂźtre — Incipit Auteur Denis Diderot Genre Roman 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.