Jacob Frank

ÔĽŅ
Jacob Frank

Jacob Franck

Jacob Frank

Jacob Frank, ou Jakob Franck (1726-1791), fut un pr√©tendant juif √† la messianit√© √† la suite de Sabbata√Į Tsevi.

Ses disciples firent s√©cession avec le juda√Įsme, et cr√©√®rent un mouvement empreint de christianisme, le frankisme.

Le d√©veloppement du frankisme fut permis et facilit√©, d'une part, par les mouvements messianiques qui secou√®rent le Juda√Įsme apr√®s Sabbata√Į Tsevi, et d'autres part les changements qui affect√®rent les conditions socio√©conomiques du juda√Įsme polonais.

Sommaire

Biographie

Contexte historique

Parmi ces pr√©curseurs se trouve d'abord Sabbata√Į Tsevi ou l'hetman Bohdan Chmielnicki, chef des Cosaques.

Le culte mystique des Sabat√©ens d'Europe de l'Est √©tait un m√©lange d'asc√©tisme et de sensualit√© : certains faisaient p√©nitence pour leurs p√©ch√©s, pratiquaient parfois l'auto-mutilation, et portaient le "deuil de Sion" (toutefois, le terme d'"endeuill√©s de Sion" qu'on retrouve notamment dans la liturgie de Tisha BeAv fait r√©f√©rence √† tous les Juifs.)
D'autres faisaient volontairement entorse aux strictes r√®gles de puret√© familiale caract√©ristiques du Juda√Įsme, et s'engageaient dans des voies pour le moins licencieuses.

Les mesures prises par les rabbins pour lutter contre l'h√©r√©sie lors d'un concile √† Lemberg en 1722, ne port√®rent que partiellement leurs fruits et de certains adeptes choisirent la clandestinit√© plut√īt que la r√©int√©gration dans le giron du Juda√Įsme traditionnel. Le p√®re de Jacob Franck pr√©sidait un tel cercle en Podolie, qui avec la Galicie fut un terreau fertile pour le sabbat√©isme clandestin.

Conditions socio-économiques

L'épanouissement du mysticisme se produisit, comme souvent, dans un contexte de marasme socio-économique qui atteignit précisément les Juifs de Podolie et Galicie au cours de la première moitié du XVIIIe siècle.
La Pologne elle-m√™me √©tait sur le d√©clin, et les Ha√Įdamak d√©truisaient la s√©curit√© des personnes et de leurs biens dans beaucoup de centres de peuplement Juifs. Ce d√©clin toucha √©galement les √©coles rabbiniques, dont on a mentionn√© le r√īle dans la limitation de l'expansion du mysticisme[r√©f. n√©cessaire].

Jacob Frank avant le Frankisme

Jacob Frank na√ģt en 1726 √† Korolowka, en Podolie (Podolia), sous le nom de Jacob Leibowitz (beaucoup d'orthographes de ce nom retrouv√©es). Son p√®re fut du nombre des excommuni√©s pour cause de sabbat√©√Įsme, et il √©migra vers Czernowitz (Bucovine) en 1730, o√Ļ l'influence des Sabbat√©ens Turcs √©tait beaucoup plus pr√©sente.
Son fils manifesta donc une aversion pour tout ce qui tournait autour du Talmud.

Il fit de fr√©quentes incursions en Turquie, en tant que n√©gociant itin√©rant d'habits et de pierres pr√©cieuses. C'est l√† qu'il fut nomm√© Frank, nom g√©n√©rique donn√© aux Europ√©ens par les autochtones. Il v√©cut surtout autour des centres du sabbat√©isme : Izmir et Salonique.

Vers le d√©but de la seconde moiti√© du XVIIIe si√®cle, il √©tait intime avec les dirigeants du culte, et en adopta le culte m√Ętin√© d'islam. Deux Sabbat√©ens (ou D√∂nme), fid√®les d'Osman Baba, furent les t√©moins de son mariage en 1752. En 1755, il revenait en Podolie, rassemblait un groupe de disciples, et commen√ßait √† pr√™cher les r√©v√©lations que lui communiquaient les fid√®les du messie de Salonique. Dans leurs r√©unions secr√®tes, dirig√©es par Frank, on pratiquait √† l'encontre des conceptions √©thico-religieuses du Juda√Įsme orthodoxe. L'un de ces rassemblements √† Landskron se terminant par un scandale, l'attention des rabbins fut attir√©e par cette nouvelle propagande. Frank √©tant √©tranger, il fut pri√© de quitter la Podolie, tandis que ses disciples √©taient livr√©s aux tribunaux rabbiniques locaux.

Les Anti-Talmudistes

Au terme de ces auditions, les rabbins de Brody proclamèrent un puissant Herem (excommunication) envers tout hérétique impénitent, en rendant obligatoire pour tout Juif pieux de les débusquer et les exposer.
Les sectaires en question se rendirent aupr√®s de Dembrowsky, √©v√™que Kamenetz-Podolsk, dont ils s'assur√®rent la protection en lui racontant que la secte juive √† laquelle ils appartenaient rejetait le Talmud et ne reconnaissait que le Zohar comme autorit√©, celui-ci admettant, disaient-ils, la v√©rit√© de la doctrine chr√©tienne de la Trinit√©. Le Messie-Lib√©rateur qu'ils attendaient √©taient, assuraient-ils, l'un des trois membres de la divinit√©, mais ils ne pr√©cis√®rent pas que ce Messie √©tait Sabbata√Į Tzvi. L'√©v√™que prit sous son aile les "Anti-Talmudistes" ou "Zoharistes", comme les sectaires commen√ßaient √† se d√©nommer, et arrangea m√™me une disputation entre ceux-ci et les autorit√©s rabbiniques. √Ä la suite de ces disputations, les Zoharistes furent d√©clar√©s vainqueurs, et les "Talmudistes" furent condamn√©s √† payer une amende √† leurs opposants, et √† br√Ľler tous les exemplaires du Talmud dans l'√©v√™ch√© de Podolie[r√©f. n√©cessaire].

Mais à la mort de Dembrowsky, les Anti-Talmudistes parvinrent à obtenir d'Auguste III de Pologne, (1733-1763) un édit garantissant leur sécurité.

D√©claration d'√™tre le successeur de Sabbata√Į Tzvi

C'est √† ce moment que Jacob Frank r√©apparut en Podolie avec un nouveau projet : il d√©clara √™tre le successeur direct de Sabbata√Į Tzvi et Osman Baba, assurant √† ses adh√©rents qu'il en avait re√ßu l'ordre du Ciel. Ces r√©v√©lations prescrivaient √©galement √† Frank et ses disciples de se convertir au Christianisme, qui devait √™tre une transition visible vers une future "religion Messianique". En 1759, les n√©gociations en vue d'une conversion en masse au Catholicisme furent men√©es avec les plus hauts repr√©sentants de l'√Čglise Polonaise[r√©f. n√©cessaire]; dans le m√™me temps, les Frankistes essayaient d'obtenir une nouvelle discussion avec les rabbins.

Le baptême des Frankistes

Les rabbins attaqu√®rent durement leurs opposants. Apr√®s la disputation, les Frankistes furent pri√©s de donner une preuve tangible de leur attachement au Christianisme ; Jacob Frank, qui √©tait arriv√© √† Lemberg, encouragea ses fid√®les √† faire le pas d√©cisif.
Le bapt√ęme des Frankistes fut c√©l√©br√© dans l'√©glise de Lvov, des membres de la szlachta polonaise jouant le r√īle de parrains de bapt√™me. Les n√©ophytes prirent les noms de leurs parrains et marraines, et finirent par joindre eux-m√™mes les rangs de la szlachta.

Lui-même fut baptisé le 17 septembre 1759 à Lvov, et confirmé le 18 novembre à Varsovie, son parrain n'étant autre qu'Auguste III. Le nom de baptême de Frank était Joseph (Józef).

Mais les Frankistes continuaient √† se marier entre eux, et appelaient Frank saint ma√ģtre ; il fut aussi d√©couvert qu'en Turquie, Frank se faisait passer pour un Musulman[r√©f. n√©cessaire].
Il fut donc arr√™t√© √† Varsovie le 6 f√©vrier 1760 et comparut devant le tribunal eccl√©siastique pour fausse conversion au Catholicisme et diss√©mination d'une h√©r√©sie subversive. Frank fut reconnu coupable, et emprisonn√© dans le monast√®re de la forteresse de Czńôstochowa, de sorte √† ne pouvoir communiquer avec ses fid√®les.

La fin de sa vie

L'emprisonnement de Frank, qui dura 13 ans, lui donna une réputation de martyr.
Beaucoup de Frankistes s'√©tablirent pr√®s de Czestochowa, et restaient en contact avec le saint ma√ģtre, trouvant souvent acc√®s √† la forteresse. Frank leur donnait des discours et √©p√ģtres mystiques, o√Ļ il insistait que la salvation ne pourrait se faire que dans la religion d'Edom, par laquelle il entendait une √©tonnante composition de christianisme et de sabbat√©isme.

Apr√®s la premi√®re partition de la Pologne, Frank fut rel√Ęch√© en ao√Ľt 1772 par le g√©n√©ral Russe Bibikov, qui avait occup√© Czestochowa. Jusqu'en 1786, Frank v√©cut dans la ville moravienne de Brno, et s'entoura d'un grand nombre de disciples et de p√©lerins en provenance de Pologne. La motivation de certains n'√©tait pas tant Jacob Frank que sa fille, √ąve, qui joua alors un important r√īle dans le culte. Dans sa cour de Brno, il entretenait une arm√©e de 600 personnes, dont une partie provenant des Cosaques Juifs du prince Grigori Potemkine. Il re√ßut m√™me la viste du futur tzar Paul Ier de Russie.

Accompagn√© de sa fille, Frank se rendit √† plusieurs reprises √† Vienne, et parvint √† s'attirer les faveurs de la cour. Maria Theresa voyait en lui un propagateur de la Chr√©tient√© au sein des Juifs, et Joseph II lui-m√™me aurait manifest√© des dispositions fortement favorables envers √ąve Franck.[r√©f. n√©cessaire]
N√©anmoins, il fut pri√© de quitter l'Autriche. Il se rendit alors √† Offenbach, petite ville allemande, avec sa fille et sa suite, et y v√©cut comme un noble, gr√Ęce aux dons importants de ses adh√©rents de Pologne et Moravie.

A sa mort (1791), sa fille √ąve devint la "sainte ma√ģtresse" et dirigeante du culte. Bien que les p√®lerinages des adh√©rents et leurs dons diminuent, √ąve continua √† mener grand train, et mourut en 1816, avec ses seules dettes pour couvertures.[r√©f. n√©cessaire]

Des agents frankistes tinrent un r√īle dans la R√©volution Fran√ßaise, comme Mo√Įse Dobruchka, qui devint Jacobin sous le nom de Junius Frey. Beaucoup de Frankistes virent un Messie potentiel en Napol√©on Bonaparte[r√©f. n√©cessaire].

Les Frankistes √©parpill√©s en Pologne et en Boh√™me se transform√®rent graduellement en v√©ritables Catholiques, m√™lant leur descendance √† la population chr√©tienne avoisinante. Le culte disparut sans laisser la moindre trace dans le Juda√Įsme, et devint la noblesse polonaise d'origine juive.[r√©f. n√©cessaire]

Voir aussi

Ce document provient de ¬ę Jacob Franck ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jacob Frank de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jacob Frank ‚ÄĒ Frank and his followers were excommunicated due to his extremely unconventional doctrines that included acceptance of the New Testament, Enlightenment and some controversial concepts such as purification through transgression.Frank arguably… ‚Ķ   Wikipedia

  • Jacob Frank ‚ÄĒ Jacob Frank. Jacob Frank, o Jakob Franck (1726 1791), fue un pr√©tendiente jud√≠o a la mesianidad en la linea antinomista[1] [2] ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Jacob Franck ‚ÄĒ Jacob Frank Jacob Frank, ou Jakob Franck (1726 1791), fut un pr√©tendant juif √† la messianit√© √† la suite de Sabbata√Į Tsevi. Ses disciples firent s√©cession avec le juda√Įsme, et cr√©√®rent un mouvement empreint de christianisme, le frankisme. Le… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • FRANK, JACOB, AND THE FRANKISTS ‚ÄĒ Jacob Frank (1726‚Äď1791) was the founder of a Jewish sect named after him which comprised the last stage in the development of the Shabbatean movement. He was born Jacob b. Judah Leib in Korolowka (Korolevo), a small town in Podolia. His family… ‚Ķ   Encyclopedia of Judaism

  • FRANK, EVA ‚ÄĒ (1754‚Äď1816), daughter of the charismatic Shabbatean leader jacob frank (1726‚Äď1791) and Hannah Kohen, his wife. Eva was born in Nikopol, Bulgaria, then part of the ottoman empire , into the Jewish Muslim community of the doenmeh . Jacob Frank was… ‚Ķ   Encyclopedia of Judaism

  • Frank's Red Hot ‚ÄĒ is a hot sauce made from a variety of cayenne peppers, produced by Reckitt Benckiser.HistoryIts history dates back to 1896 to the Frank Tea and Spice Company founded by Jacob Frank near the banks of the Ohio River in Cincinnati, Ohio. Frank would ‚Ķ   Wikipedia

  • Jacob ‚ÄĒ o Ya akov, en hebreo ◊ô÷∑◊Ę÷≤◊ß÷Ļ◊Ď sostenido por el tal√≥n o en √°rabe ŔäōĻŔāŔąō® Ya ŅqŇęb, conocido despues como Israel hebreo ◊ô÷ī◊©◊ā÷į◊®÷ł◊ź÷Ķ◊ú Principe de Dios , √°rabe ōßō≥ōĪōßō¶ŔäŔĄ IsrńĀ ĺńęl) es uno de los patriarcas de la Biblia. Su historia es contada en el libro de… ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Frank (surname) ‚ÄĒ Frank is a surname, and may refer to:In science: * Adolf Frank (1834‚Äď1916), German chemist * Ilya Frank (1908‚Äď1990), physicist and 1958 Nobel laureate * Philipp Frank (1884‚Äď1966), physicist, mathematician and influential philosopher during the… ‚Ķ   Wikipedia

  • Frank ‚ÄĒ Frank, Karl Hermann Frank, Leonhard Frank, ll¬īja Michailovińć * * * (as used in expressions) Baum, L(yman) Frank Buckley, William F(rank), Jr. Burnet, Sir (Frank) Macfarlane Capra, Frank Chapman, Frank Michler Frank James Cooper ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Jacob ‚ÄĒ /jay keuhb/ for 1, 3; Fr. /zhann kawb / for 2, n. 1. the second son of Isaac, the twin brother of Esau, and father of the 12 patriarchs. Gen. 25:24 34. 2. Fran√ßois /frddahonn swann /, born 1920, French geneticist: Nobel prize for medicine 1965. 3 ‚Ķ   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.