Jack L'éventreur


Jack L'éventreur

Jack l'éventreur

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jack l'éventreur (homonymie).
Évocation de Jack l'éventreur en une du journal satirique Puck

Jack l'éventreur (en anglais, Jack the Ripper) est le surnom d'un tueur en série anglais de la fin du XIXe siècle, dont l'identité n'a jamais été établie. Le surnom passé à la postérité provient d'une lettre envoyée à l'agence de presse London Central News Agency par une personne déclarant être le meurtrier. Jack l'éventreur assassina sauvagement au moins cinq prostituées du quartier pauvre de Whitechapel, à Londres en 1888. Le mystère qui entoure l'identité et les mobiles du tueur (ou des tueurs) a intrigué de nombreux enquêteurs et inspiré de nombreux auteurs et artistes.

Sommaire

L'origine du mystère

Scènes de crime - Osborn Street (Emma Elizabeth Smith), George Yard (Martha Tabram), Durward Street (Mary Ann Nichols), Hanbury Street (Annie Chapman), Berner Street (Elizabeth Stride), Mitre Square (Catherine Eddowes), Dorset Street (Mary Jane Kelly).

Le premier assassinat est celui de Mary Ann Nichols, retrouvée égorgée et éventrée dans une rue de Whitechapel le 31 août 1888. Le dernier, avec un degré d'horreur allant crescendo, est celui de Mary Jane Kelly, retrouvée affreusement mutilée dans sa chambre le 9 novembre de la même année. Les victimes de Jack l'éventreur avaient pour point commun d'être des prostituées occasionnelles œuvrant à Whitechapel (East End), l'un des quartiers les plus pauvres de Londres. À l'exception de la dernière, âgée d'à peine 25 ans, la plupart étaient des femmes d'âge mûr, autour de la quarantaine.

Le nombre et la nature des victimes constituent aujourd'hui encore une énigme pour les enquêteurs : pour quelle(s) raison(s) l'assassin choisit-il des prostituées ? Pourquoi s'arrêta-t-il après le cinquième meurtre ? Pourquoi ce dernier meurtre se déroula-t-il dans de telles conditions ?

Mode opératoire

Les quatre premiers crimes eurent lieu dans des lieux publics ou semi-publics ; trottoirs ou cours d'immeubles. À l'époque, les actes de prostitution n'avaient lieu ni à l'hôtel ni dans les appartements privés, mais pendant la nuit, dans une cour d'immeuble ou dans un passage privé entre deux immeubles, voire au bout d'une impasse.

Les victimes étaient égorgées, vraisemblablement par derrière d'après les constats opérés; puis l'éventreur ouvrait l'abdomen et en retirait les viscères (intestins, reins, utérus), pour les disposer ensuite sur le cadavre ou les emporter. Certains furent envoyés à la police, accompagnés de « Lettres de Jack ». La précision avec laquelle les victimes étaient éviscérées et le fait que les meurtres avaient lieu pendant la nuit, dans des lieux non éclairés, indiquent que le tueur avait une certaine expertise chirurgicale ou bouchère ou, tout du moins, une bonne culture lui ayant permis d'étudier des livres d'anatomie.

Une de ses victimes, Elizabeth Stride, fut égorgée, mais non éviscérée : le corps était encore chaud lors de sa découverte [1] et il est possible que son assassin n'ait pu mener son acte à terme.

La dernière victime, Mary Jane Kelly, probablement du fait qu'elle fut la seule à être tuée dans un endroit clos (le meurtre eut lieu dans la chambre qu'elle louait, à Miller's Court), fut totalement éviscérée, ses organes furent éparpillés autour d'elle dans son appartement et son cœur ne fut jamais retrouvé. Par contre, ses vêtements et draps étaient pliés et rangés.

Les victimes

  • Les victimes supposées de Jack l'éventreur : Alice McKenzie, dite « Clay Pipe », née vers 1849, retrouvée égorgée le 17 juillet 1889 dans Castle Alley et Frances Coles, dite « Carrotty Nell », née vers 1865, retrouvée la gorge tranchée le 13 février 1891 à Swallows Gardens. Le 7 août 1888 au matin, trois semaines avant le premier meurtre "officiel", une autre prostituée Marta Tabram fut retrouvée poignardée de 39 coups de couteau et un coup d'une autre arme blanche que l'on suppose être une dague, au premier étage d'un immeuble le Georges Yard Building, situé presque au centre géographique des cinq autres meurtres "officiels" de Jack l'éventreur. D'après le rapport d'autopsie, l'assassin s'était acharné sur le ventre, les seins et les parties génitales. Il n'y a aucune preuve que Jack l'éventreur soit l'assassin, mais la police de l'époque le pensait fortement.

Les faits caractéristiques sont : la victime (une prostituée), l'acharnement de l'agresseur, le lieu et l'arme blanche utilisée. Il n'y a pas de mutilation. En revanche, les cinq meurtres de Jack l'éventreur allant crescendo dans l'horreur, celui-ci viendrait en premier.

  • Les victimes peu probables : Annie Milwood, victime d'une agression le 25 février 1888, hospitalisée, et décédée le 3 mars 1888, Ada Wilson, victime d'une agression le 28 mars 1888, elle survécut et Elizabeth Jackson, prostituée dont le corps a été découvert, morcelé, dans la Tamise entre le 31 mai et le 25 juin 1889.

Victimes avérées

Mary Ann Nichols, dite « Polly »

Née Walker le 26 août 1845 à Londres, mariée à William Nichols et mère de cinq enfants, elle était séparée de son mari depuis 1882. Elle fut tuée dans la nuit du 31 août 1888, à l'âge de 42 ans et incinérée dans le cimetière de Ilford le 6 septembre 1888.

Son corps fut retrouvé entre 3 heures 30 et 3 heures 45 du matin dans Buck’s Row, la gorge tranchée, la langue lacérée et l’abdomen entaillé ; ses organes génitaux étaient également profondément entaillés. L’autopsie conclut que l’assassin était un gaucher, fait démenti plus tard par de nombreux criminologues.

Les journaux de l’époque, quotidiennement remplis d’articles sur des femmes assassinées, mutilées ou brûlées vives, considérèrent ce cas comme « étrange », mettant ainsi le doigt sur la particularité du mode opératoire du tueur.

Annie Chapman, dite « Dark Annie »

Née Eliza Ann Smith en septembre 1841 à Londres, mariée à John Chapman en 1869 et mère de deux filles et un fils invalide, elle fut tuée le samedi 8 septembre 1888 au matin, dans une cour intérieure de numéro 29 de Hanbury Street. Elle fut incinérée le 14 septembre 1888 à Manor Park.

Son corps fut retrouvé gisant à terre, la gorge tranchée et la tête presque séparée du corps. Le ventre était ouvert et les intestins déposés sur l’épaule droite de la victime, tandis que le vagin, l’utérus et les deux tiers de la vessie avaient été prélevés. À ses pieds, on découvrit quelques pièces de monnaie et une enveloppe en papier portant la date du 20 août.

Un témoin, habitant de l’immeuble, affirma avoir entendu une femme crier « non » mais avoua ne pas avoir eu le courage de regarder par la fenêtre. Le lendemain, une petite fille informa la police qu’elle avait vu, quelques maisons plus loin, une flaque de sang : les policiers déclarèrent qu’il s’agissait probablement d’une trace laissée par le tueur alors qu'il emportait les organes prélevés sur la victime.

Quelques jours plus tard, les policiers arrêtèrent un boucher juif du quartier, John Pizer, en se basant sur le fait qu'un morceau de tablier de cuir aurait été retrouvé sur les lieux du crime. Il fut toutefois rapidement établi que ce morceau de cuir n’avait aucun lien avec le crime : il appartenait à un locataire de l’immeuble, qui l’avait lavé et mis à sécher. Pizer fut cependant incarcéré pendant deux jours, afin de permettre à la police de le disculper aux yeux de la foule qui voulait le lyncher.

À partir de ce moment, l’assassin fut qualifié de dément fanatique ou de maniaque sexuel, sans aucune connaissance en anatomie. L’unique indice provenait de quelques témoins qui affirmèrent avoir vu les victimes discutant avec un homme portant une petite mallette noire et un chapeau haut-de-forme. Il est dit également qu'il boitait.

Elizabeth Stride, dite « Long Liz »

Née Gustafsdotter le 27 novembre 1843 à Torslanda, district de Göteborg, (Suède), mère de deux enfants et divorcée en 1876 de John Thomas Stride, elle fut retrouvée morte le 30 septembre 1888. Son corps fut découvert dans la cour du Club Berner par un certain Louis Diemschutz. Elle fut incinérée dans le Cimetière Est de Londres.

Son corps fut découvert dans la cour d’un immeuble abritant des juifs et des Allemands. Elle ne présentait qu’une profonde entaille à la gorge ; selon le témoignage d'un cocher, le sang en coulait encore lorsqu’il la découvrit.

Selon certains spécialistes, ce meurtre, qui a été commis très peu de temps avant le suivant et dans un lieu éloigné, ne peut pas être l'œuvre de Jack l'éventreur. Il lui est pourtant attribué. De plus, la victime n'a pas été étranglée mais directement égorgée et l'arme utilisée, un couteau à lame large et courte et mal aiguisé, est différente de celle utilisée pour les quatre autres victimes, un couteau à lame longue et fine très bien aiguisée. Ce même type de couteau servira à assassiner et mutiler sauvagement Catherine Eddowes environ quarante-cinq minutes plus tard. L'assassin aurait utilisé le même type d'arme pour les deux premières victimes et aurait changé pour la troisième pour revenir au premier choix pour la quatrième (45 minutes plus tard) et la cinquième. Il est plus probable qu' Elisabeth Stride ait été victime d'un assassin "occasionnel", comme beaucoup de prostituées à l'époque. Un témoin, Israel Schwartz, l'a vu se faire agresser par un homme ivre qui l'a jetée par terre en vociférant des insultes, notamment à l'égard d'un témoin. Ce qui semble ne pas correspondre au mode d'attaque de Jack l'éventreur. Au vu des recoupements des témoignages de la police, l'homme ivre est très probablement l'assassin.

Catherine Eddowes, dite « Kate Conway »

Née le 14 avril 1842 à Wolverhampton (Staffordshire), elle eut une fille et deux fils de son compagnon Thomas Conway. Tuée le 30 septembre 1888, elle fut horriblement mutilée, et retrouvé dans un parc public, Mitre Square.

Catherine Eddowes fut soumise à un véritable martyre, probablement en raison du fait que Jack n’avait pu achever son "travail" sur Elisabeth Stride (si l'on retient la thèse selon laquelle cette dernière fut tuée par Jack l'éventreur). Elle fut retrouvée gisant dans une mare de sang, le ventre ouvert. La victime était complètement défigurée, le nez et l’oreille gauche entaillés, le visage marqué d’un large V au couteau. Le corps était quasiment décapité, ouvert « comme un cochon à l’étalage », l’estomac et les intestins posés sur l’épaule droite, le foie coupé, un rein et l'utérus enlevés.

Mary Jane Kelly, dite « Ginger »

Née vers 1863-1864 dans la ville ou le comté de Limerick en Irlande, veuve Davies, elle fut assassinée le vendredi 9 novembre 1888 vers 3 heures du matin au 13, Miller's Court. Ses restes furent incinérés au cimetière catholique St Patrick à Londres.

Selon le rapport d'autopsie, le dernier meurtre dépassa tous les autres en horreur :

« Le corps est allongé au milieu du lit, les épaules à plat, mais l'axe du corps est légèrement incliné vers le côté gauche, la tête tournée sur la joue gauche. Le bras gauche se trouve le long du corps, avec l'avant-bras replié à angle droit et reposant en travers de l'abdomen. Le bras droit, quelque peu détaché du corps, se trouve sur le matelas, tandis que l'avant-bras, posé sur l'abdomen, laisse apercevoir les doigts serrés. Les jambes sont largement écartées, la cuisse gauche formant un angle droit avec le tronc, tandis que la cuisse droite dessine un angle obtus avec le pubis. Toute la surface extérieure de l'abdomen et des cuisses a été arrachée, alors que les viscères ont été retirés de la cavité abdominale. Les seins sont coupés à leur base, les bras mutilés de nombreux coups de couteau irréguliers et le visage est totalement méconnaissable. Les tissus du cou ont été sectionnés jusqu'à l'os. Les viscères ont été éparpillées un peu partout : l'utérus, les reins et un sein se trouvent sous la tête ; l'autre sein, près du pied droit ; le foie, entre les pieds ; les intestins, à la droite du corps ; la rate à la gauche du corps ; des lambeaux de chair de l'abdomen et des cuisses ont été empilés sur une table ; le cœur a été retiré et n'a pas été retrouvé. »

Autres victimes possibles

Plusieurs autres femmes furent agressées ou assassinées pendant la période où sévit Jack l'Eventreur. Certains de ces crimes lui sont parfois attribués.

Annie Millwood

Née vers 1850, victime d’une agression le 25 février 1888 dans White's Row, entraînant son hospitalisation pour de nombreuses blessures dans les jambes et le corps. Elle quitta l’hôpital et mourut des suites de ses blessures, le 3 mars 1888.

Ada Wilson

Née vers 1868, victime d’une agression survenue le 28 mars 1888 chez elle 19, Maiden Street, à laquelle elle survécut.

Martha Tabram dite « Emma Turner »

Née White le 10 mai 1849 à Londres, épouse séparée d'Henry Samuel Tabram dont elle a eu 2 fils, est assassinée le 7 août 1888 dans George Yard. Son corps fut retrouvé lardé de 39 coups de couteau. Elle est considérée par certains comme une victime possible de Jack l’éventreur, compte tenu du lieu, de la date et des circonstances de sa mort. Cependant, elle n'a été ni égorgée ni dépecée, contrairement aux autres victimes (Eddowes exceptée). Le doute subsiste néanmoins, car l'évolution dans la gravité des blessures des victimes de Jack l'Éventreur dénote un comportement propre au profil psychologique des tueurs en série et permet de penser que Martha Tabram aurait été assassinée par le célèbre tueur de Whitechapel.

Elizabeth Jackson dite « Lizzie »

Le corps de cette prostituée de Sloane Square, née le 18 mars 1865, fut retrouvé en morceaux dans la Tamise entre le 31 mai et le 25 juin 1889.

La personnalité du tueur

Profilage psychologique

Selon des experts en profilages du FBI, le criminel serait:

  • Un homme entre 18 et 35 ans
  • Peut avoir eu des antécédents criminels ou de violence
  • Résidant ou travaillant près des lieux des crimes
  • Très intelligent
  • Aucune connaissance particulière en anatomie ou médecine (par opposition aux alégations de Scotland Yard à l'époque)
  • Caractère asociale ou antisociale
  • Issu de la classe populaire
  • Manipulateur
  • Possiblement victime de sévices durant l'enfance
  • Mégalomane (autrement dit laisse délibérément des indices, comme l'inscription de Goulston Sreet)

L'origine du surnom

Le surnom

Dear Boss une des lettres attribuées à Jack l'éventreur à l'origine de son surnom

« Jack l’éventreur » est un surnom qui peut provenir d’un journaliste ou bien, ce qui est moins probable, du meurtrier lui-même.

Le surnom de Jack, retenu par l’Histoire, trouve son origine dans une lettre appelée Dear Boss, reçue le 27 septembre 1888 par la Central News Agency et signée Jack The Ripper. Elle n’est pas authentifiée comme étant de la main du tueur ; il est considéré comme possible qu’il s’agisse d’un canular ou d’une tentative d’accentuer le retentissement de l’affaire. Traduction de la lettre :

« Cher Boss,

je continue d’entendre que la police m’a attrapé mais ils ne m’auront pas de si tôt. J’ai ri quand ils semblaient si intelligents et disaient être sur la bonne voie. Cette blague à propos du tablier en cuir me va comme un gant. [?] et je n’arrêterai pas d’en étriper avant d’avoir été bouclé. Joli travail que le dernier. Je n’ai pas laissé le temps à la dame de crier. Comment peuvent-ils m’attraper maintenant ? J’adore mon travail et je veux encore recommencer. Vous entendrez bientôt parler de moi avec mes petits jeux amusants. J’ai gardé quelques morceaux rouges dans une bouteille de « Ginger beer » après le dernier coup pour écrire avec mais c’est devenu épais comme de la colle et je ne puis l’utiliser. L’encre rouge suffira je l’espère haha.

Le prochain coup que je ferai, je couperai ses oreilles à la dame et les enverrai […]  »

La lettre serait l’oeuvre d’un journaliste du Star, nommé Bert[2], qui souhaitait rendre ses articles plus « croustillants » en donnant un nom au tueur. Cinquante ans plus tôt un Jack imaginaire s’était illustré dans la même ville : Jack Talons-à-Ressort dont des auteurs comme Philip Sugden et Lionel Fanthorpe ont avancé qu’il pourrait avoir inspiré le surnom de « Jack l’éventreur »[3].

Le pseudonyme Jack the Ripper est resté du fait que Scotland Yard reproduisit cette lettre dans les journaux, espérant que quelqu’un reconnaîtrait l’écriture et permettrait ainsi d’identifier l’assassin.

Notoriété

Comparé à d'autres tueurs en série, Jack l'éventreur n'a fait que peu de victimes. Plusieurs raisons peuvent expliquer sa notoriété. À l'époque des faits, les journaux étaient en pleine expansion et se livraient une bataille féroce dans la recherche du sensationnel. Ensuite, l'acharnement et l'habileté du tueur sur ses victimes étaient particulièrement impressionnants : rares étaient ceux qui auraient pu égorger, décapiter et éventrer une femme avec une telle sauvagerie et en même temps une telle précision. L'agilité de Jack l'éventreur a également contribué à sa célébrité.

Plusieurs autres éléments ont permis à cet assassin d'entrer dans les annales du crime et dans la mémoire collective. Le plus remarquable est certainement l'utilisation des média par l'éventreur lui-même, fait nouveau à l'époque. De nombreuses lettres furent reçues par les journaux et la police ; ces lettres ont provoqué un effet boule de neige qui ont propulsé les méfaits du criminel à la une de l'actualité durant plusieurs mois. La passion populaire qui en a résulté a été entretenue par les échecs répétés de la Metropolitan Police (Scotland Yard). Par la suite, il a été suggéré que la plupart des lettres signées en lettres de sang 'Votre humble serviteur Jack l'Eventreur' ne provient pas du criminel mais sans doute d'un journaliste du Star, nommé Bert, afin de faire monter les tirages. La diversité des styles de ces lettres ajoute à la confusion et épaissit davantage le mystère.

Un autre élément est le mystère qui continue, aujourd'hui encore, à entourer la personnalité de Jack : la Metropolitan Police n'a en effet jamais mis la main sur le meurtrier, ni même sur un suspect crédible. Les spéculations, qui n'ont jamais cessé depuis le premier jour, continuent à susciter l'intérêt.

Enfin, l'East End de Londres, réceptacle de la misère dans une capitale tentaculaire, stimule l'imagination avec ses ruelles sombres, sa promiscuité, sa foule interlope, son air malsain chargé de maladies et son brouillard (plus fantasmé qu'avéré), un des nombreux aspects de la Révolution Industrielle.

Indices

L'inscription de Goulston Street

L'inscription trouvée sur le mur de Goulston Street (reproduction). On notera l'emploi du terme "Juwes".

Après le double crime du 30 septembre, la police inspecta les lieux à la recherche d'indices ou de témoins. Vers 3 heures du matin, un inspecteur nommé Alfred Long découvrit un morceau de tablier taché de sang dans Goulston Street, à environ dix minutes à pied du lieu où Catherine Eddowes avait été assassinée. Cherchant d'autres indices, Long découvrit alors une inscription sur un mur près du morceau de tablier. Le texte en était : « The Juwes are the men That Will not be Blamed for nothing » (« Les juifs ne seront pas accusés pour rien »). Long supposa que l'inscription était récente, car dans le cas contraire, une des nombreuses personnes vivant dans les appartement voisins l'aurait effacée. Afin de ne pas éveiller de mouvements antisémites, l’inscription fut immédiatement notée puis effacée[4].

Les « ripperologues », en particulier Stephen Knight[5], ont cependant relevé une curieuse corrélation entre la mauvaise orthographe du mot Juwes au lieu de Jews (juifs) et le nom de Jubelo, Jubela et Jubelum, (assassins d’Hiram Abiff), rencontré dans certains rituels maçonniques. Knight en déduit que Jack l’éventreur était franc-maçon, ou en tout cas proche d'eux.

La lettre "Saucy Jack"

Lettre dite "Saucy Jack", postée le 1er octobre 1888
Facsimilé de l'enveloppe contenant la lettre "Saucy Jack"

La lettre "Saucy Jack" fut postée le 1er octobre 1888, 1 jour après le double meurtre et attribuée à Jack l'éventreur.

La lettre From Hell

De l'enfer

La lettre intitulée From Hell est la seule censée être de Jack l'éventreur. Accompagnée d'un rein humain, elle fut délivrée à George Lusk, président d'un important comité de vigilance civile de Whitechapel.

Théories et suspects

Six suspects ont fait l'objet de livres et d'adaptations cinématographiques. Il s'agit du prince Albert Victor de Galles, héritier de la couronne de Grande-Bretagne, du médecin et chirurgien Sir William Gull, du peintre et artiste Walter Sickert, de James Maybrick, de Sir Leslie Melville Macnaghten et de Francis J. Tumblety.

Suspects de la police de Londres

Les suspects suivants ont été nommés par un ou plusieurs membres de la police durant l'enquête, comme pouvant être l'auteur des crimes de Whitechapel. Sir Melville Leslie MacNaghten chargé de l'enquête en 1890 proposa trois noms comme suspects: Aaron Kosminski, Michael Ostrog, et Montague John Druitt. L'inspecteur Frederick Abberline n'était visiblement pas d'accord avec MacNaghten en ce qui concerne ces trois suspects. Abberline déclara en 1903, Vous pouvez dire que Scotland Yard n'est pas plus avancé sur le sujet, qu'il ne l'était il y a quinze ans.

Francis J. Tumblety

Francis Tumblety

Dans une lettre écrite en 1913 et découverte en 1993, J.G Littlechild, inspecteur en chef de la police secrète de Londres en 1888, fit mention d'un certain Francis J. Tumblety. Ses soupçons sont basés sur le passé de charlatan de ce médecin aux États-Unis et sur des témoignages de ses proches affirmant qu'il vouait une haine démesurée aux femmes, qu'il qualifiait de bétail. Ce suspect fut arrêté le 19 novembre 1888, la police le soupçonnant d'être lié aux meurtres, puis il fut relâché sous caution. Il s'enfuit finalement aux États-Unis ; plusieurs enquêteurs furent lancés à ses trousses, mais Tumblety parvint à disparaître mystérieusement en janvier 1889. Par la suite, on rapporta des assassinats étrangement semblables à ceux de l'Eventreur dans l'Ouest américain, ainsi que six horribles meurtres à Managua. Tumblety mourut à Saint Louis, le 28 mai 1903. Tumblety qui se prétendait docteur en médecine, possédait une collection d'organes humains et notamment une douzaine de matrices de femmes. Tumblety s'était marié très jeune et a rompu très vite lorsqu'il découvrit que sa jeune femme qu'il aimait éperdument était en fait... une prostituée. Il fut condamné à plusieurs reprises, notamment pour pratiques homosexuelles (réprimées à l'époque victorienne). Il fut également soupçonné d'avoir participé à l'assassinat du président Abraham Lincoln en 1865[6]. Tumblety quitta précipitamment l'Angleterre le 5 décembre 1888 pour la France, puis les États-Unis. Après sa fuite, les meurtres s'arrêtèrent. Scotland Yard demanda alors à la police de New York de surveiller Tumblety (fait qui prouve que Tumblety était considéré comme un suspect de premier ordre). Alors âgé (55 ans) aux moments des faits, les profilers de notre époque pensent que Jack l'Eventreur était beaucoup plus jeune, il reste tout de même un suspect crédible.

Mary Pearcey

Cette piste d'une éventreuse déjà suivie à l'époque à la suite des déclarations de deux témoins ayant aperçu une femme s'enfuir des lieux du crime de Mary Jane Kelly, a été relancée après la découverte en mai 2006 par le biologiste Ian Findlay de traces d'ADN retrouvées sous deux timbres des 15 enveloppes envoyées et attribuées avec certitude à Jack l'éventreur. En effet, ces deux ADN correspondent à celui d'une seule et même femme. A l'époque, la police avait soupçonné une sage-femme nommée Mary Eleanor Wheeler, dite Mary Pearcey, née en 1866. En octobre 1890, celle-ci fut inculpée du meurtre de la femme et de la petite fille de son amant Franck Hogg. Bien qu'ayant toujours clamé son innocence, elle fut condamnée à mort et pendue le 23 décembre 1890. Elle fut enterrée au cimetière de Newgate où sa tombe est toujours visible. Il reste au Pr Findlay à obtenir un permis d'exhumer pour comparer les ADN des deux lettres à celui des restes de Mary Pearcey.

George Chapman

George Capman, de son vrai nom Seweryn Antonowicz Kłosowski, était un tueur en série polonais. Il fut suspecté à partir de 1903 par l'inspecteur Frederick Abberline, qui avait menés les enquêtes de 1888. Selon lui, le caractère de Chapman, son physique et son emploi du temps, révélés lors de son procès pour l'empoisonnement de 3 de ses femmes, correspondent à Jack l'Éventreur.

John Pizer

John Pizer alias Tablier de cuir, fut suspecté des crimes de Whitechapel à cause de ses antécédents de violence contre les prostituées. Comme il était juif, des mouvements antisémites apparurent aussitôt. Il se cacha de la foule en colère, chez des amis et dû s'expliquer au sergent Thick pourquoi il s'était caché plutôt que de se rendre. Il fut enfermé pendant deux jours (pour éviter qu'il soit pendu) pour permettre aux autorités de le disculper aux yeux de la population. Il était innocent puisqu'il était chez des amis au moment des faits.

George Hutchinson

George Hutchinson était un laboureur et fut un témoin important dans le cas de l'assassinat de Marie Jane Kelly. Tellement important qu'il fut lui-même suspecté. En effet, la police trouvait suspect l'attitude de Hutchinson au moment des faits. Il aurait observé Marie Jane Kelly et son assassin pendant un long moment. Il révéla qu'il avait en fait eu l'intention d'aller la voir quand le client serait parti. Mais le client et Kelly entrèrent au 13 Miller's Court vers 2:45 AM et ne sortirent pas. Comme il connaissait la victime, on spécula sur son cas et on pensa qu'il témoignât pour faire dévier les éléments de suspicions contre lui vers un individu fictif. Il est très possible que la victime de Miller's Court connaissait son agresseur. Hutchinson fait un suspect crédible étant donné ses antécédents de violence. Mais comme les preuves étaient trop minces, il ne fut pas inculpé.

Aaron Kosminski

Aron Mordke Kozminski est né en 1865 à Kłodawa Pologne, qui était alors province de Russie. C'était un barbier juif-polonais qui exerçait son métier dans Whitechapel au moment des crimes de l'Éventreur. Un témoin juif le confronta à Seaside en 1890 à la demande de la police, prétendant l'avoir clairement vu. Mais le témoin se rétracta et refusa de témoigner contre lui. Le fait est que dans les mémoires de la police concernant cette affaire, il est dit que le suspect numéro un, un juif polonais fut interné peu après le meurtre du 9 novembre et décéda en 1889, c'est-à-dire l'année suivante. Évidemment, si le suspect fut cet Aaron Kosminski, alors pourquoi les dossiers policiers furent-ils à ce point inexacts ? Tous les éléments qui concernent Aaron Kosminski tendent à penser qu'il a été accusé à tort. Si le suspect numéro un, était mort en 1889, comment ce fait-il qu'il y eu confrontation à Seaside l'année après la mort suposée du suspect numéro un ? De plus, le comportement et les traits psychologiques de Aaron Kosminski ne correspondaient pas à celui, ni d'un tueur en série, ni d'un meurtrier, ni même d'un homme violent. En fait, Aaron Kosminski était un schizophrène, qui a sûrement été victime du fait qu'on s'acharnait à trouver un coupable avec des troubles mentaux, considérant dans ce temps, qu'aucune personne saine d'esprit n'aurait pu commettre ces crimes.

Le 14 juillet 2006, le Times[7] annonçait comme officielle l'identification de Jack l'éventreur au Juif polonais Aaron Kosminski. Robert Anderson, qui avait enquêté sur Jack l'éventreur en tant que « Assistant Commissioner of the Metropolitan Police Criminal Investigation Department », avait déjà écrit dans son livre de souvenirs The Lighter Side of My Official Life que Jack l'éventreur était un Juif polonais et avait été reconnu sans hésitation par un témoin qui avait toutefois refusé de témoigner contre lui. Selon des notes écrites à la main dans un exemplaire de ce livre par le « Chief Inspector » Donald Swanson, qui avait été le subordonné de Robert Anderson dans l'enquête de la police, ce Juif polonais s'appelait Aaron Kosminski et si le témoin qui l'avait reconnu refusait de l'accuser, c'est parce que ce témoin, lui-même Juif, ne voulait pas faire condamner un autre Juif à mort. Les notes manuscrites de Swanson furent remises au « Black Museum » de Scotland Yard le 13 juillet 2006.

Aaron Kosminski fut un suspect crédible pour son temps. Aujourd'hui à cause du profilage psychologique moderne, de nombreux éventrologues s'entendent pour rejeter la candidature d'Aaron Kosminski du rôle de Jack l'éventreur.[réf. nécessaire]

Montague John Druitt

Montague John Druitt était le suspect numéro un de Leslie MacNaghten dans le cas de Jack l'Éventreur. Cependant les indices menant à Druitt sont minces et peu convainquants.[réf. nécessaire] Personne ne sait pourquoi MacNaghten a fait de Druitt son suspect numéro Un (peut-être a-t-il eu connaissance de documents qui n'existent plus ?). Les antécédents psychiatriques de la famille Druitt étaient liés à la dépression et au tendances suicidaires et non à la violence et aux tendances homicides. On alègue que Druitt était sexuellement aliéné, mais on ne peut pas le démontrer hors de tout doute. Montague John Druitt se suicida dans la Tamise peu de temps après son congédiement de l'école où il enseignait, pour faute grave. Chose cependant troublante, les meurtres cessèrent après que son corps fut retrouvé dans le 31 Décembre 1888.

Michael Ostrog

Michael Ostrog (Михаил Острог) alias Bertrand Ashley, alias comte Sobieski, alias Claude Clayton, alias Max Sobiekski, alias Dr. Grant, alias Ashley Nabokoff, alias Max Grief Gosslar, était un ancien chirurgien de la marine impériale russe. Il fut suspecté d'être Jack l'Éventreur par Leslie MacNaghten. Celui-ci s'appuyait sur l'impressionnant dossier criminel de Michael Ostrog. Cependant, Ostrog avait de bonnes manières, une bonne éducation, était assez intelligent mais n'était pas clairement dangereux ou violent. Il a cependant été décrit de manière tendancieuse et calomnieuse. Bien qu'Ostrog était un criminel, il était plus un voleur en série et un charlatan qu'un tueur en série. Il fut incarcéré à de nombreuse reprise pour vol. On ne put jamais savoir où il était au moment des faits qui lui furent reprochés, l'absence d'alibi était un motif de suspicion. Il avait des antécédents psychiatriques et fut interné dans un asile et on perdit sa trace en 1904 .

Suspects postérieurs

Les noms suivants ont été avancés comme étant le meurtrier ou l'auteur des lettres par des écrivains ou des journalistes, et sont postérieurs aux déroulements des faits et de l'enquête.

Thomas Neill Cream

Neill Cream

Le docteur Neill Cream, né en Écosse, ayant fait ses études à Londres, exerçant au Canada, puis à Chicago (Illinois), était spécialisé dans les avortements. En 1881, il fut reconnu coupable d'avoir empoisonné plusieurs de ses patients. Bien que ces décès n'eussent pas éveillé les soupçons, c'est le docteur lui-même qui en demanda l'examen, semble-t-il pour attirer l'attention sur lui-même. Incarcéré au pénitentier de Joliet, dans l'Illinois, il fut libéré le 31 juillet 1891 pour bonne conduite. S'établissant à Londres, il reprit ses activités morbides ce qui lui valut une seconde arrestation et, pour finir, la pendaison, le 15 novembre 1891. Selon certaines sources, ses dernières paroles furent : « Je suis Jack... ». Pour cette raison, il fut un temps considéré comme le suspect numéro un. Mais, détenu de 1881 à 1891 en Amérique, il est innocenté de facto des crimes de l'éventreur[8],[9]. Sa dénonciation est sans doute à rapprocher de ses tendances à vouloir attirer l'attention sur sa personne.

Sir William Gull

Dans un livre de Stephen Knight[10] (dont la thèse est reprise dans From Hell, une bande dessinée d'Alan Moore ensuite adaptée au cinéma), le coupable serait Sir William Gull, chirurgien de la famille royale. Les motivations de ce praticien demeurent aujourd'hui sujettes à controverses : les prostituées auraient été témoins d'un mariage secret (non prouvé) entre le prince Albert d'Angleterre et une jeune roturière catholique ; Gull aurait alors reçu pour mission de les éliminer afin qu'elles ne puissent exercer de chantage sur la famille royale. Cette théorie a du succès parce qu'elle lie la famille royale aux meurtres. Pour ses partisans, la culpabilité du chirurgien apparaît d'autant plus vraisemblable que les rapports d'autopsie insistent sur la qualité des éviscérations. Outre le fait que les meurtres furent commis de nuit, dans des lieux obscurs, un chirurgien pouvait évidemment avoir assez de connaissances anatomiques pour y procéder.

L'auteur de From Hell précise à la fin de son livre avoir utilisé cette théorie pour écrire une pure fiction, sans s'engager lui-même sur sa véracité. Par ailleurs, le double meurtre du 30 septembre démontra que l'assassin connaissait bien le quartier et les ruelles de White Chapel et qu'il avait dû être agile pour fuir à pied, les ruelles étant trop étroites pour qu'une calèche passe, ce qui rend peu probable le fait que Gull ait pu être l'assassin.En 1988, cent ans après les premiers meurtres, une enquête de la BBC fut réalisée pour les besoins d'un téléfilm, Jack the Ripper, avec Michael Caine. Les enquêteurs mirent au jour le fait que Sir William Gull mourut peu après le meurtre de Mary Jane Kelly. Fait intriguant : son acte de décès fut signé par son gendre, médecin, ce qui est contraire à la déontologie. Il bénéficiait de plus d'une berline aux insignes royaux donc peu susceptible d'être stoppée par la police. Quant au double meurtre du 30 septembre, il a été montré que le parcours ne pouvait s'effectuer à pied en un temps si court. Un homme courant dans Whitechapel, probablement maculé de sang, à bout de souffle aurait sans doute eu, après les premiers meurtres, peu de chance d'aborder une prostituée...

Sir Melville Leslie Macnaghten

Dans son livre Jack l'Eventreur démasqué[11], Sophie Herfort, une professeur de français langue étrangère de l'Alliance française, entend démontrer que toutes les hypothèses précédentes sont erronées. Elle avance que le coupable serait Melville Macnaghten, en s'appuyant sur ses mémoires, ses dires ainsi que les lettres attribuées au meurtrier de Whitechapel. Selon Sophie Herfort ce policier fut humilié par le patron de Scotland Yard et aurait prévu de se venger. Après le renvoi du préfet Warren, il obtient un poste à Scotland Yard. Certaines lettres évoqueraient le désir chez Jack l'éventreur d'intégrer la police après avoir subi une terrible éviction. Elle affirme également que Sir Melville Macnaghten fréquentait les prostituées et manifestait un sentiment de haine à leur égard. Dans ses mémoires, il avoue prendre plaisir à leur faire peur. L'homme avait une grande expérience de chasseur. Lors de sa jeunesse en Inde, il traquait de gros prédateurs (fauves, alligators) en particulier le chacal qu'il surnommait « jack » (diminutif de « jackal » en anglais). Cet homme vantera plus tard l'abondance de ses trophées. Elle suppose que ses compétences en tannage lui auraient permis de pratiquer le dépeçage chirurgical des victimes [12].

James Maybrick

Un journal intime découvert près d'un siècle plus tard en 1991 a désigné comme suspect potentiel James Maybrick, un négociant en coton anglais décédé en 1889, qui habitait Liverpool mais venait régulièrement pour ses affaires à Londres et résidait à Whitechapel. Des expertises ont tenté de prouver l'authenticité du document, qui reste douteuse pour la plupart des scientifiques qui s'accordent à dire que le journal est un canular fabriqué a posteriori[13]. Les partisans de cette thèse s'appuient également sur une montre ayant appartenu à Maybrick, retrouvée peu de temps après l'apparition du journal, qui fournirait une preuve supplémentaire que Jack était Maybrick. Il y était gravé: « James Maybrick, I am Jack », et les initiales supposées de toutes les victimes. Les deux premières lettres de son prénom suivi des deux dernières lettres de son nom forment également le mot Jack.

En 1995 Michael Barret qui était l'origine de la découverte du journal devait confesser avoir fabriqué ce journal de toutes pièces avant de se rétracter ce qui rajoute encore à la confusion concernant cette affaire.[14]

Walter Sickert

Patricia Cornwell dans son livre Jack l'éventreur : affaire classée - Portrait d'un tueur défend la théorie (basée notamment sur d'anciens échantillons d'ADN) selon laquelle le peintre Walter Sickert serait l'auteur des cinq meurtres.

Prince Albert Victor

La présence du Prince Albert Victor dans la liste des suspects de l'Éventreur, permet à conclure à la théorie de la conspiration de la famille royale. Mais sa culpabilité ne peut pas être véridique étant donné qu'il avait de solides alibis pour tous les crimes. La théorie de la conspiration n'est rien d'autre qu'une pure fiction et n'a rien de vraiment crédible.

Wentworth Bell Smith

Wentworth Bell Smith était un médecin canadien, qui arriva à Londres en 1888 et qui résidait dans Whitechapel au moment des faits. On l'appelle aussi le Locataire. Il n'était pas suspecté au moment des faits, mais son comportement anormal et excentrique attira l'attention. Il revêtait des vêtements liturgiques et récitait à haute voix des versets de la Bible. Un témoin affirma l'avoir vu avec des tâches de sang sur ses vêtements. Les gens qui louaient l'apartement dans lequel il habitait, déclarèrent qu'il avait l'habitude de changer fréquemment de vêtements et de souliers et ce dans la même journée. Cette théorie est celle d'un illuminé menant une croisade contre le vice.

Nathan Kaminski

Nathan Kaminski alias David Cohen était un Juif-Polonais, né en 1865 qui habitait à Whitechapel, au moment des meurtres de l'Éventreur. Il était un fabriquant de chaussure qui habitait le 15 Black Lion Yard, autrement dit, au centre de tous les lieux des meurtres en rapport à l'Éventreur. Un médecin en mars 1888, lui dit qu'il était infecté par la syphilis qu'il aurait contracté auprès de prostituées. Après six semaines de traitement, il fut déclaré guéri. Probablement à cause de cela, il voua par la suite une haine sans borne aux prostituées. Il est suspecté par Martin Fido d'être l'Éventreur. Kaminski serait en fait le Kosminski décrit par les rapports de polices d'époques, étant donné que les rapports de polices étaient en fait, truffés d'inexactitudes. En effet, ils disaient que le suspect principal avait été interné à Colney Hatch à la fin de 1888 et est décédé peu de temps après. Ils disaient aussi ne pas vouloir mentionner de nom, étant donné que le suspect était un Juif-Polonais et ne voulaient donc pas réveiller de mouvements anti-sémites. Le Aaron Kosminski (selon le mémorandum de Donald Swanson, (le nom Aaron Kosminski, était écrit dans la marge.)) qui y est décrit, semble être la même personne qui a été interné à Colney Hatch en 1888 (Aaron Kosminski a bien été interné à Colney Hatch, mais en 1891, et vécu jusqu'en 1919), qui serait en fait, Nathan Kaminski (David Cohen). Les rapports psychologiques concernant Aaron Kosminski sont en parfaite contradiction avec les notes des rapports de police. La police disait de Aaron Kosminski qu'il avait des tendances homicides, tandis que les rapports psychologiques disaient de lui que c'était un individu inoffensif et n'avait pas de tendances ni homicidaires, ni suicidaires. Si le suspect était un Juif-Polonais, comme la police le prétendait, la description psychologique faite de Aaron Kosminski semble être en fait, celle d'un autre Juif-Polonais, c'est-à-dire Nathan Kaminski qui était quelqu'un de violent (selon les profileurs du FBI, un tueur en série a souvent eu un ou plusieurs antécédents de violence ou de problème(s) avec la justice). Nathan Kaminski, avait dans sa violence, une tendance à devenir de plus en plus violent, ce qui pourrait normalement expliquer l'évolution dans le Modus Operandi de l'Éventreur. Martin Fido pense que la police aurait fait une erreur de retranscription du nom du principal suspect. De plus, Nathan Kaminski, fut interné à Colney Hatch à la fin de 1888, sous le pseudo de David Cohen (nom donné par la police aux gens ayant un nom imprononçable). Curieusement, la fin des meurtres coïncida avec l'internement de Kaminski à Colney Hatch sous le nom de David Cohen. Nathan Kaminski y décéda en octobre 1889.

Alexandre Pedachenko

Dr. Alexandre Pedachenko (Александр Педаченко) alias comte Andrei Luiskovo (Андрей Луисково) alias Vassily Konovalov (Василий Коновалов). Il serait né à Tver, Russie en 1857 et décéda en 1908. Il aurait travaillé comme médecin à l'hôpital local de Tver, puis il travailla à son compte comme barbier. Ancien membre des services secrets tsaristes (Okhrana), on a dit de lui, qu'il était le plus grand et le plus audacieux des criminels déments russes. Il s'est installé à Glasgow et y pratiqua la médecine avant de venir à Londres, en 1885. Il aurait été envoyé par les services secrets russes pour commettre les meurtres de Whitechapel pour embarasser la police métropolitaine de Londres. Il aurait eu deux complices se nommant : Levitski et madame Winberg. Le Modus operandi était comme suit : Winberg faisait le guet, Levitski attirait les prostituées et ensuite Pedachenko frappait. Peu après le meurtre du 9 novembre 1888, ils furent rappelés en Russie. Ne pouvant plus s'arrêter de tuer, il commit des meurtres qui avaient quelques éléments de ressemblance avec ceux de l'Éventreur. Il fut interné dans un asile d'aliéné et y décéda en 1908. Ses deux complices furent exilés en Sibérie à Yakutsk.

Frederick B. Deeming

Frederick Bailey Deeming était un criminel britannique qui assassina sa femme et ses enfants et cacha les corps sous le plancher de sa maison. Par la suite, il s'enfuit en Australie où il récidiva ses crimes. Ses voisins le suspectèrent. Le cadavre de sa seconde femme fut découvert et il fut capturé en mars 1892 et fut condamné à mort et pendu le 23 mai 1892. Il aurait possiblement avoué avoir tué les deux dernières victimes de l'Éventreur, mais son avocat déclara qu'il n'avait jamais fait ces aveux. Son masque mortuaire a été conservé au Black Museum.

Carl Feigenbaum

Carl Feigenbaum était un criminel allemand mysogine qui fut pendu pour avoir égorgé une femme à New York en 1894. Son avocat pensait fortement qu'il était Jack l'Éventreur, parce qu'il avait souvent déclaré qu'il voulait toutes les égorger et les mutiler. Le fait troublant est qu'il résidait dans Whitechapel au moment des crimes de l'Éventreur. Il serait aussi responsable de divers homicides en Allemagne et aux États-Unis.

Roslyn D. Stephenson

Roslyn D'Onston Stephenson était un journaliste qui s'introduisit dans l'enquête à propos de l'Éventreur. Il pensa que le sens du double négatif dans la phrase The Juwes are the men That Will not Be blamed for nothing, était d'origine française. Il fut contesté par un français qui le confronta. Plus tard les soupçons se portèrent sur lui à posteriori. On pensait, comme il était sataniste (et s'intéressait à toute forme d'occultisme) qu'il aurait tué les femmes de Whitechapel pour éxécuter un rituel nécessitant cinq meurtres en tant qu'initiation. Ses proches pensaient qu'il était l'assassin.

Fogelma

Fogelma était un marin suédois de passage dans la capitale britannique en automne 1888. Quelques personnes pensaient que le meurtrier était un marin de passage, dont la Reine Victoria elle-même. Le problème avec cette théorie est que, le meurtrier devait avoir une grande connaissance du territoire (Whitechapel) et ne pouvait donc pas être un marin étranger de passage. Le 28 octobre 1923, le journal Evening Standard l'a suspecté.

Jacob Levy

James Kelly

Francis Thompson

James K. Stephen

Joseph Barnett

William H. Bury

Lewis Carrol

Alfred N. Blanchard

Nicholas Vassily

Dr. John Williams

Alois Szemeredy

Les enquêteurs et policiers

(Liste non exhaustive)

Sir Charles Warren

Sir Charles Warren était le supérieur hiérarchique de tous les enquêteurs au moment des faits. Il fut entre autres fortement critiqué pour avoir fait effacer l'inscription de Goulston Street, sans l'avoir fait photographier préalablement. Il démissionna juste avant le meurtre du 9 novembre, mais il resta en poste puisque personne n'avait été désigné pour le remplacer. MacNaghten fini par le remplacer.

Sir Robert Anderson

Sir Melville Leslie MacNaghten

Frederick Abberline

L'inspecteur Frederick Abberline était un inspecteur très réputé de la police métropolitaine. Il fut affecté à l'enquête sur les crimes de Whitechapel et suspecta un certain George Chapman d'être l'auteur des crimes.

Donald Swanson

John George Littlechild

John George Littlechild était l'inspecteur chef de la police secrète de Londres. D'après lui le coupable était un canadien d'origine irlandaise naturalisé américain (c'est-à-dire le Dr. F.J. Tumblety.).

Alfred Long

Alfred Long est le constable qui a découvert le tablier de Catherine Eddowes et l'inscription de Goulston Street.

William Smith

William Smith est le constable qui devait avoir vu Jack l'éventreur en personne (si l'on adhère à la thèse que Stride est une victime de l'éventreur). Il donna un témoignage sur un possible suspect.

Thomas Arnold

Walter Dew

Walter Andrews

George Godley

James Harvey

Joseph Henry Helson

James Monro

Henry Moore

John Neil

Edmund Reid

Robert Sagar

Henry Smith

William Thick

Ernest Thompson

Edward Watkins

Stephen White

Adolphus Frederick Williamson

Médecins légistes

Dr. Thomas Bond

Le Dr. Thomas Bond était un chirurgien légiste de la police de Scotland Yard. Il conclu, d'après les autopsies qu'il pratiqua, que l'assassin n'avait aucune compétence chirurgicale ou anatomique. C'est autour de ce point qu'il y eu débat avec le Dr. Phillips.

Dr. George Bagster Phillips

Le Dr. Phillips était un médecin légiste de Scotland Yard qui examina les victimes de Jack l'éventreur. Il conclu, d'après ses observations, que le meurtrier avait des compétences soient chirurgicales ou anatomiques pour opérer aussi vite et dans l'obscurité. Le Dr. Bond s'y opposait et prétendait le contraire.

Dr. Frederick Gordon Brown

Témoins

Témoins majeurs

Israel Schwartz

Israel Schwartz est un juif hongrois qui fut le témoin d'une altercation entre Long Liz Stride et un homme ivre. La police le consulta, mais eu beaucoup de difficultés à le comprendre puisqu'il ne parlait pas anglais. Ils durent faire appel à un interprète. C'est lui qui identifia formellement Liz Stride à la morgue, comme étant la femme qu'il avait vu se faire agresser.

Joseph Lawende

Bibliographie

Études

  • Roland Marx, 1888, Jack l'Éventreur et les fantasmes victoriens, Complexe, 2007 (nouvelle édition) (ISBN 2804801314)

Essais

  • Stéphane Bourgoin, Le Livre rouge de Jack l'Eventreur, Editions Grasset, 1998, (ISBN 2246553016)
  • André-François Ruaud et Julien Bétan, Les Nombreuses morts de Jack l'Eventreur, Les moutons électriques, coll. Bibliothèque rouge, 2008, (ISBN 9782915793536)
  • Didier Chauvet Mary Jane Kelly : la dernière victime, éditions L'Harmattan, 2002 (ISBN 2747525244)
    Ce livre présente en outre les conditions de vie dans les quartiers pauvres de Londres de l'époque.
  • Patricia Cornwell Jack l'éventreur : affaire classée - Portrait d'un tueur éditions 2 Terres, 2003 (ISBN 0-425-19273-3)
  • Sophie Herfort, Jack l'éventreur démasqué (enquête). Editions Tallandier, 2007, réédité aux Points Seuil, 2008 (ISBN 2847344349)
  • Robin Odell, Ripperology: a study of the world's first serial killer and a literary phenomenon, Kent State University Press, 2006 (ISBN 0873388615, 9780873388610)
  • Donald Rumbelow, "The complete Jack the Ripper", Editions Penguin, 1975,1987,1988,2004 (ISBN 0-140-17395-1)
  • Philip Sugden, "the complete history of Jack the Ripper", Editions Robinson, 1994,1995,2002 (ISBN 1-84119-397-6)

Romans

  • Emmanuel Ménard, La Dernière Victime, éditions Librairie des Champs-Elysées, 1992 (ISBN 2-7024-2230-6)
  • Philippe R. Welté, Jack l'éventreur : le secret de Mary Jane K.. Une enquête préfacée par Pierre Bellemare.
  • Thomas Day, L'Instinct de l'équarrisseur, éditions Folio SF, 2002. Roman de science-fiction mettant en scène Sherlock Holmes, Conan Doyle et Oscar Wilde dans des univers parallèles.
  • Boris Akounine, Le Décorateur, dans Missions Spéciales
  • Robert Bloch, La Nuit de l'éventreur
  • René Reouven, Les Grandes Profondeurs
  • Claude Ferny, J'étais Jack l'éventreur
  • Robert Desnos, Jack l'Éventreur. Récit/enquête paru dans le journal "Paris matinal" en 1928.
  • Dans "La Mécanique du Coeur" de Mathias Malzieu, le héros de l'histoire nommé Jack, rencontre Jack L'Eventreur dans un train en direction de Londres.
  • Michael Dibdin,"L'Ultime Défi de Sherlock Holmes"
  • John Gardner, "Le retour de Moriarty" (le "Napoléon du crime", excédé par le déploiement de forces de police occasioné par les activités de Jack l'éventreur, fait assassiner ce dernier).
  • Kim Newman,Anno Dracula (l'éventreur s'y avère être l'un des protagonistes du roman de Bram Stoker).
  • Jean-Jacques Sirkis, "La grand-mère de Sherlock Holmes(le détective découvre l'identité de l'éventreur au cours du premier chapitre).

Bandes dessinées

Films

Réalisateur : John Brahm
Acteurs principaux : George Sanders, Laird Cregar, Merle Oberon, Cedric Hardwicke
  • Jack l'éventreur (Jack the Ripper - 1960)
Réalisateurs : Robert S. Baker, Monty Berman
Acteurs principaux : Eddie Byrne, John Le Mesurier, Betty Mac Dowall, Lee Patterson
  • Sherlock Holmes contre Jack l'éventreur (A Study in terror - 1965)
Réalisateur : James Hill
Acteurs principaux : John Neville, John Fraser, Judi Dench,
Réalisateur: Roy Ward Baker
Acteurs principaux: Ralph Bates, Martine Beswick. (Ce film est un premier téléscopage entre le double personnage de Robert-Louis Stevenson et Jack l'éventreur).
  • La fille de Jack l'éventreur (Hands of the ripper - 1971)
Réalisateur :Peter Sasdy (film des production Hammer)
  • Jack l'éventreur (Jack the Ripper - 1976)
Réalisateur : Jesus Franco
Acteurs principaux : Klaus Kinski, Josephine Chaplin
Réalisateur : Bob Clark
Acteur principal : Christopher Plummer
Réalisateur : Nicholas Meyer
Acteurs principaux : Malcolm McDowell, David Warner
  • Jacks Back (1988)
Réalisateur : Rowdy Herrington
Acteurs principaux : James Spader, Cynthia Gibb
Réalisateur : David Wickes
Acteurs principaux : Michael Caine, Armand Assante, Jane Seymour
Réalisateur : Gérard Kikoïne
Acteurs principaux : Anthony Perkins, Glynis Barber, Sarah Maur Thorp
Réalisateurs : Allen Hughes, Albert Hughes
Acteurs principaux : Johnny Depp, Heather Graham, Ian Holm
Réalisateur : Woody Allen
Acteurs principaux : Scarlett Johansson
Comme Jack l'éventreur, le meurtrier du film tue des prositués.
L'éventreur de West Hollywood (Film avec un homme qui fais les memes meurtres que Jack The Ripper(Jack L'éventreur))

Dans Dr. Strangelove (Docteur Folamour en VF) de Stanley Kubrick, le général de la base de Burpelston, qui sombre dans la démence et donne l'ordre d'aller bombarder les Russes avant de se suicider, s'appelle Jack D. Ripper.

Séries télévisées

  • Whitechapel (Mini-série diffusée en Grande-Bretagne en février 2009) Dans le quartier de Whitechapel, un tueur semble reproduire avec exactitude les meurtres commis un siècle plus tôt par le serial killer Jack l'Eventreur qui a marqué de son empreinte sanglante l'histoire criminelle du XIXe siècle.
  • Babylon 5 (épisode 2.21) L'Inquisiteur, dans lequel sont imaginées les idées qui ont conduit Jack l'éventreur à assassiner des prostituées et une solution de science-fiction à sa disparition.
  • Star Trek (1967) traita de manière astucieuse de Jack l'éventreur dans l'épisode Wolf in the fold (saison 2).
  • L'île fantastique (épisode 4.7) : Bien affectueusement, Jack l'éventreur (première diffusion américaine le 29/11/1980 sur ABC) évoque le tueur en série dans un épisode particulièrement angoissant.
  • Dans un épisode de la série John Doe (saison 1), des meurtres sont commis par deux imitatrices de l'Éventreur.
  • Dans le film d'animation "Detective Conan Movie 6 - The Phantom of Baker Street", Conan se retrouve dans le Londres du XIXe siècle afin de capturer Jack l'Eventreur.
  • Dans la série Au delà du réel : L'aventure continue, un épisode (1995, 11/22) réécrit l'histoire de l'éventreur en y rajoutant du fantastique
  • Dans la série Smallville, Episode 4 de la saison 7, Le docteur Curtis Knox (joué par Dean Cain) est un homme immortel qui tue pour sauver sa femme afin qu'elle ne vieillise pas. Jack l'éventreur est une des identités qu'il a pris au cours du XVIIIe siècle
  • Dans la série Esprits criminels, Episode 18 de la saison 2, des meurtres sont commis en Louisiane, dans le quartier français, après l'ouragan Katrina. Le mode opératoire ressemble trait pour trait à celui de Jack l'éventreur...
  • Dans Kuroshitsuji, une série d'animation japonaise (anime), à l'épisode 4 et 5 de la première saison, on se retrouve en Angleterre, où Ciel Phantomhive et son majordome Sebastian Michaelis enquêtent sur ce meurtrier dit Jack the Ripper, qui assassine des femmes en leur enlevant leur utérus.

Musiques

  • David Edward Sutch, plus connu sous le nom de Screaming Lord sutch, a chanté Jack the ripper, chanson faite par lui et son groupe ;Screaming Lord Sutch and the Savages. La chanson est de leur cd Rock&Horror sorti en 1982. Elle fut reprise plusieurs fois, par les White Stripes et les Horrors par exemple.
  • Serge Gainsbourg a écrit et chanté la chanson Le Cœur de Bloody Jack, chantée également par Zizi Jeanmaire.
  • Un groupe de rock parisien fondé en 1995, Jack the Ripper.
  • L'album Horror Show, sorti en 2001, du groupe de power/thrash metal américain Iced Earth, concept-album où chaque piste prend le thème d'un monstre différent. Jack l'éventreur en fait partie.
  • Morceau de pop-rock d'un groupe anglais, The Servant, intitulé Jack the Ripper, sur leur album The Servant, sorti en 2004.
  • Morceau de Nick Cave and The Bad Seeds, intitulé Jack the Ripper.
  • Morceau de rock garage du groupe londonien The Horrors intitulé Jack the Ripper.
  • Morceau du groupe de métal Macabre, intitulé Jack the Ripper.
  • L'album Sad Wings of Destiny du groupe Heavy Metal Judas Priest contient une chanson qui, aujourd'hui encore, est l'un des classiques du groupe : The Ripper. Composée par le guitariste Glenn Tipton.
  • 1888 de Les Sentiers Conflictuels, album-concept de dark ambient, avec la collaboration vocale d'Andrew King récitant les lettres reçues en automne 1888 par la presse locale et signées Jack the Ripper.
  • Morceau du groupe My Chemical Romance intitulé Jack the Ripper
  • Une chanson du groupe de rock français des années 1980 Oth s'intitule Jack l'éventreur. On trouve ce morceau sur leur live de 1989. Il raconte la naissance douloureuse de Jack.
  • Jack the Ripper est un morceau de l'album Introducing Roland Kirk, album enregistré en 1960 par le jazzman américain Roland Kirk (en quintet).
  • 1888, Jack the Ripper est un morceau du groupe métal grindcore québécois Carbonized 16 Year Old Victim.
  • Une chanson du groupe de métal anglais Motörhead s'intitule Jack the Ripper.
  • Le groupe Punk/Rock/Folk français Dionysos mis en musique "La Mécanique du Coeur" de Mathias Malzieu, qui est aussi le chanteur du groupe, et on y retrouve la chanson "La Panique Mécanique" où le héros Jack (interpreté par Mathias Malzieu) chante avec Jack L'Eventreur (interpreté par Alain Bashung).
  • Un groupe de deathcore de la ville de Knoxville au Tenessee se nomme Whitechapel (http://www.whitechapelband.com/)
  • Le groupe de heavy metal finlandais Lordi interprète Blood Red Sandman, chanson faisant de fortes allusions au théories entourant Jack l'éventreur, notamment lors du premier couplet, ou il fait référence au tablier de cuir et ou il précise que son nom est Smiling Jack.
  • Le groupe AaRON cite "Jack the Ripper" dans la chanson "Mister K".
  • Le groupe de heavy métal Iced Hearth, dont la chanson s'intitule " Jack "
  • En 2008, une chanson du groupe And | Style : Visual Kei | s'intitule "Jack the ripper"
  • Le premier titre de l'album "Lies for the Liars" de The Used s'intitule The Ripper
  • Un single de Morrissey s'intitule Jack The Ripper.
  • Le groupe de punk hardcore américain Leathermouth avec la chanson "Catch Me If You Can Mr. Lusk", où le chanteur Frank Iero s'est inspiré de Jack l'Eventreur (http://www.leathermouth.com/badwords.html)
  • Le rappeur Eminem cite "Jack The Ripper" dans "Must Be The Ganja" de l'album Relapse

Jeux vidéos

  • Le jeu vidéo Shadowman commence par une séquence animée où le personnage de Jack l'éventreur confesse ses actes. Il sera par la suite un Boss vers le milieu du jeu.
  • Le jeu vidéo Still Life, de Microids, renferme une enquête sur un tueur en série aux méthodes analogues a celles de Jack. Il éventre des prostituées, mais a Prague, cette fois.
  • Dans Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur[15], le joueur mène l'enquête dans Whitechapel reconstitué en 3D. Sortie en mai 2009 (développeur Frogwares, éditeur Focus).
  • le jeu video Jack l'Eventreur : New-York 1901,le célèbre tueur londonien, est de retour à New York 13 ans après les faits qui ont terrorisé la capitale britannique. Enfin, c'est ce que les gens pensent après les meurtres de deux prostituées en 1901. Ce sont les rumeurs qui circulent et sur lesquelles vous devez enquêter dans Jack l'Eventreur
  • Jack L'Eventreur figure aussi parmi les boss à combattre dans le jeu Medievil 2 (playstation 1) dont l'action se déroule en Angleterre à la fin du XIX siècle ;
  • Un nouveau jeu "Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur" retrace l' enquête de Sharlock Holmes qui traque Jack l' Eventreur dans Londre. Ce jeu est sorti sur PC et XBox 360.

Jeux de société

Notes et références

  1. (en)le cas Stride sur casebook.org
  2. (en)Casebook:« The August 1966 edition of Crime and Detection includes an article which describes how a journalist for the Star (named Best) claimed to have written all the "Jack the Ripper letters" ever sent to the press and police »
  3. Philip Sugden The Complete History of Jack the Ripper p. 260, Lionel Fanthorpe The World's Most Mysterious Murders p. 115
  4. D. Rumbelow, "the complete Jack the Ripper", p.59-60
  5. Stephen Knight, Jack the Ripper: The Final Solution, London: Bounty Books, (1976; rev. 1984; repr. 2000), ISBN 0-75370-369-6
  6. Robin Odell, Ripperology: A Study of the World's First Serial Killer and a Literary Phenomenon, Kent State University Press, 2006. (ISBN 9780873388610), p. 7.
  7. article consultable en ligne
  8. (en) Dr. Thomas Neill Cream (1850-1892), casebook.org.
  9. (en) Doctor of Death Thomas Neill Cream Part 1, trivia-library.com.
  10. Stephen Knight, Jack the Ripper: The Final Solution, London: Bounty Books, (1976; rev. 1984; repr. 2000), ISBN 0-75370-369-6
  11. Article sur le livre
  12. La malle des Indes, sur France culture, le samedi 1er septembre 2007
  13. (en)Dissertations: Maybrick Diary
  14. (en)Michael Barrett's Confessions
  15. http://www.clubic.com/actualite-270888-sherlock-holmes-jack-ventreur.html

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de Londres Portail de Londres
  • Portail de la criminologie Portail de la criminologie

Ce document provient de « Jack l%27%C3%A9ventreur ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jack L'éventreur de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jack l'Eventreur — Jack l éventreur Pour les articles homonymes, voir Jack l éventreur (homonymie). Évocation de Jack l éventreur en une du journal satirique Puck …   Wikipédia en Français

  • Jack l'eventreur — Jack l éventreur Pour les articles homonymes, voir Jack l éventreur (homonymie). Évocation de Jack l éventreur en une du journal satirique Puck …   Wikipédia en Français

  • Jack l'éventreur — Pour les articles homonymes, voir Jack l éventreur (homonymie). Évocation de Jack l éventreur en une du journal satirique Puck …   Wikipédia en Français

  • Jack l'Éventreur — Pour les articles homonymes, voir Jack l Éventreur (homonymie). Évocation de Jack l Éventreur en une du journal satirique Puck Jack l Éventreur (en anglais …   Wikipédia en Français

  • Jack l'éventreur — The Lodger    Drame de John Brahm, avec Laird Cregar, Merle Oberon, George Sanders.   Pays: États Unis   Date de sortie: 1944   Technique: noir et blanc   Durée: 1 h 24    Résumé    À Londres, vers 1880, un locataire du quartier de Whitechapel s… …   Dictionnaire mondial des Films

  • Jack l'éventreur (film, 1988) — Pour les articles homonymes, voir Jack l éventreur (homonymie). Jack l Éventreur est un téléfilm britanno américain diffusé pour la première fois le 21 octobre 1988. Mettant en vedette Michael Caine, Armand Assante et Jane Seymour, il… …   Wikipédia en Français

  • Jack l'éventreur (téléfilm) — Jack l éventreur (film, 1988) Pour les articles homonymes, voir Jack l éventreur (homonymie). Jack l Éventreur est un téléfilm britanno américain diffusé pour la première fois le 21 octobre 1988. Mettant en vedette Michael Caine, Armand …   Wikipédia en Français

  • Jack l'éventreur (film, 1944) — Jack l éventreur Titre original The Lodger Réalisation John Brahm Acteurs principaux Merle Oberon George Sanders Laird Cregar Scénario Barré Lyndon Musique Hugo Friedhofer …   Wikipédia en Français

  • Jack L'éventreur : Affaire Classée - Portrait D'un Tueur — Jack l éventreur : Affaire classée Portrait d un tueur (ISBN 0 425 19273 3), est un livre documentaire policier publié en 2002. Dans ce livre, l auteur américaine Patricia Cornwell mène une enquête sur l un des serial killer les plus… …   Wikipédia en Français

  • Jack l'eventreur : affaire classee - Portrait d'un tueur — Jack l éventreur : affaire classée Portrait d un tueur Jack l éventreur : Affaire classée Portrait d un tueur (ISBN 0 425 19273 3), est un livre documentaire policier publié en 2002. Dans ce livre, l auteur américaine Patricia Cornwell mène… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.