Isaac II (empereur byzantin)

ÔĽŅ
Isaac II (empereur byzantin)

Isaac II Ange

Monnaie d'Isaac II Ange

Isaac II Ange (¬į 1155 ‚Ć 1204) est un empereur byzantin (1185-1195 et 1203-1204), fils d‚ÄôAndronic Ange et d‚ÄôEuphrosyne Kastamonides. C‚Äôest un arri√®re petit-fils d‚ÄôAlexis Ier Comn√®ne.

Sommaire

Accession au tr√īne

Le 11 septembre 1185, alors que Thessalonique √©tait attaqu√©e par les Siciliens, une voyante avait affirm√© √† son cousin Andronic Ier Comn√®ne, alors empereur, qu‚ÄôIsaac devait lui succ√©der au tr√īne. Isaac tua le soldat charg√© de l‚Äôarr√™ter, courut √† Sainte-Sophie o√Ļ il expliqua √† la population ce qui s‚Äô√©tait pass√©. M√©content de l‚Äôempereur, la population proclama Isaac basileus et marcha sur le palais imp√©rial. Andronic s‚Äôenfuit, mais rattrap√©, il fut emprisonn√© puis ex√©cut√©.

Cependant Isaac n'√©tait pas de taille √† relever la t√Ęche qui l'attendait. L'empire √©tait rong√© de l'int√©rieur, l'Ňďuvre des premiers Comn√®nes avait commenc√© √† p√©ricliter en √† peine 5 ans et Isaac confirma cette chute. Le nouvel empereur, contrairement √† ses pr√©decesseurs, n'avait pas de vue d'ensemble ni de plan pour relever l‚ÄôEmpire.

Administration intérieure

Sur le plan int√©rieur, Isaac II fut incapable d'emp√™cher la d√©sint√©gration de l‚ÄôEmpire et l‚Äôaristocratie f√©odale se montra de plus en plus rebelle. Le basileus alt√©ra les monnaies, augmenta les imp√īts, paya mal les fonctionnaires qui se payaient donc sur le peuple. Il avait confi√© l'administration du tr√©sor √† son oncle maternel, Th√©odore Kastamonid√®s, excellent financier mais exacteur impitoyable. √Ä sa mort Isaac le rempla√ßa par des hommes inadapt√©s √† la situation de crise de l'Empire et qui achev√®rent de ruiner le Tr√©sor de l'empire.

Politique extérieure

Durant tout son r√®gne Isaac eut √† combattre sur le front des Balkans o√Ļ les Serbes progressaient de mani√®re inqui√®tante au d√©pens de l'Empire et o√Ļ les Bulgares se plaignant d'un imp√īt trop lourd se constitu√®rent avec les Valaches en un √©tat ind√©pendant (1187). Mais un des √©v√®nements le plus important du premier r√®gne d'Isaac fut la Troisi√®me croisade men√© par Fr√©d√©ric Barberousse.

Guerre contre les Normands

D√®s son av√®nement, Isaac II eut √† combattre les Normands, qui avaient eu comme projet d'envahir l'empire sous Andronic Ier Comn√®ne et que l'av√®nement d'un nouveau basileus n'avaient pas arr√™t√© dans leur politique belliciste. Le nouvel empereur nomma rapidement le strat√®ge Alexis Branas au commandement supr√™me des forces militaires. Celui-ci remporta des succ√®s contre les troupes siciliennes du roi normand Guillaume II le Bon, notamment lors la bataille du fleuve Strymon ; elles furent repouss√©es et forc√©es de conclure la paix.

Révolte des Bulgares

La mauvaise administration d'Isaac conduisit √† des r√©voltes. Un imp√īt extraordinaire lev√© sur les troupeaux pour financer le mariage d'Isaac II avec une princesse hongroise fut l'occasion d'une r√©volte des bergers valaques. Cette insurrection s'√©tendit √† toute la Bulgarie. La r√©volte fut dirig√©e par deux boyards, Pierre et Ivan Asen.

Leurs demandes furent repouss√©es par Isaac. Bulgares et Valaques d√©cid√®rent donc de s'allier. La nouvelle conf√©d√©ration fit alliance avec les Coumans et le joupan serbe √Čtienne Nemanja. Pendant les ann√©es 1186-1187 Isaac emp√™cha les valacho-bulgares de s'√©tablir en Thrace, avec l'aide du strat√®ge Alexis Branas, mais ne put mater la r√©volte.

Peu après la tentative d'usurpation d'Alexis Branas, les Valaques et les Bulgares pillèrent et envahirent la Thrace. Il fallut qu'Isaac l'Ange entre en campagne en 1188 pour les en chasser. Selon les termes d’un traité de paix, il leur octroyait le pays situé entre le Danube et les Balkans. La Bulgarie redevenait à nouveau un pays dangereux pour l'Empire, près de deux siècles après son anéantissement presque total par Basile II.

N√©anmoins Isaac II, d√©sireux de restaurer la puissance de l'Empire dans les Balkans, lan√ßa une offensive contre les Bulgares peu apr√®s celle qu'il avait lanc√©e avec succ√®s contre les Serbes en 1190. Mais cette nouvelle attaque n'eut pas la m√™me fortune. En 1191, le basileus alla assi√®ger Tirnovo, mais une invasion subite des Coumans le for√ßa √† battre en retraite et il subit une grande d√©route en repassant les Balkans. Mais ce qui emp√™cha Isaac de repartir √† l'offensive, ce fut la r√©volte de Constantin l'Ange, gouverneur de Philippopolis qui fut proclam√© empereur par ses soldats (1193) ; il fut cependant arr√™t√© √† Andrinople et on lui creva les yeux.

Les Asên profitèrent de ces événements pour passer les Balkans et ravager la Thrace, battant deux généraux impériaux près d'Arcadiopolis (1194-1195). L'empereur manquant de troupes passa tout l'hiver à lever une armée et demanda à son gendre le roi de Hongrie des secours. Il finit par partir en campagne au printemps de 1195, mais ce fut pour être renversé par une conspiration mené par son propre frère Alexis.

Guerre contre les Serbes de Stefan Nemanja

Apr√®s la mort de Manuel Ier Comn√®ne en 1180 les serbes se consid√©r√®rent d√©gag√©s de leurs promesses envers Byzance et Stefan Nemanja reprit sa marche d‚Äôinvasion. Il soutint opportun√©ment la r√©volte valacho-bulgare pour se faire de nouveaux alli√©s dans sa lutte contre Constantinople. En 1187, il r√©ussit √† s'emparer de de la place de NiŇ° et chercha √† s'offrir un d√©bouch√© sur l'Adriatique en occupant la Diocl√©e en Dalmatie jusqu'aux Bouches de Kotor. Pour arr√™ter les Serbes, Isaac Ange dut s'allier avec le roi B√©la III de Hongrie, dont il √©pousa la fille Marguerite en 1185 et avec qui il conclut une alliance dirig√©e contre les Serbes et les Bulgares.

Cependant en 1190, peu après que la croisade allemande eut quitté le territoire byzantin, Isaac II fit le projet de reconquérir les Balkans. Il dirigea une expédition contre Stefan Nemanja et le battit sur la Morava. Cette défaite obligea le chef serbe à signer un traité par lequel il restituait ses dernières conquêtes, mais qui lui garantissait les anciennes. Le deuxième fils du joupan serbe épousait une nièce du basileus et devenait sébastocrator. Ainsi se finit la lutte entre les Serbes et les Byzantins sous le règne d'Isaac II Ange.

Croisade de Frédéric Barberousse (1188-1190)

C'est le 27 mars 1188, √† la suite de la prise de J√©rusalem par Saladin le 2 octobre 1187, que Fr√©d√©ric Barberousse d√©cida de prendre la croix √† Mayence. Fr√©d√©ric, comme ses pr√©decesseurs, devait passer par l'Empire byzantin s'il voulait atteindre la terre sainte. Il choisit la voie diplomatique pour arriver √† ses fins. Apr√®s des √©changes d'ambassades un accord fut sign√© en septembre 1188 entre l'empereur du Saint Empire romain germanique et Isaac II. Cet accord autorisait les arm√©es germaniques √† traverser le territoire byzantin √† condition qu'elles s'abstiennent de toute violence. Malheureusement cette croisade qui n'aurait d√Ľ causer aucun probl√®me eut des cons√©quences tr√®s n√©fastes pour l'Empire √† cause d'une d√©cision d'Isaac.

Tra√ģtrise d'Isaac II

Barberousse habillé en croisé eut à se battre contre Isaac II pour aller en terre Sainte

En effet, peu après le départ de l'armée germanique, Isaac II changea d'avis pour une raison inconnue et signa avec Saladin un traité d'alliance par lequel il s'engageait à détruire l'armée des croisés.

√Ä son arriv√©e en territoire byzantin, Fr√©d√©ric Barberousse fut pris au d√©pourvu, les routes qu'il devait emprunter √©taient bloqu√©es par l'arm√©e imp√©riale et les convois de vivres stopp√©s ;, il apprit de plus que ses ambassadeurs √† Constantinople avaient √©t√© faits prisonniers.

Une pareille tra√ģtrise enragea Fr√©deric qui se mit en rapport avec tous les ennemis de Byzance. Stefan Nemanja en profita pour capturer de nouvelle forteresses √† l'empire byzantin. Tr√®s vite le conflit entre les deux empereurs devint un conflit arm√© et les forces germaniques forc√®rent le passage de Trajan gard√© par l'arm√©e imp√©riale. Des lettres pleines de r√©criminations furent √©chang√©es et Fr√©d√©ric ravagea la Thrace, d√©clarant qu'il n'arr√™terait le conflit qu'en cas de lib√©ration de ses ambassadeurs. Finalement le gouverneur de Philippopolis, Nic√©tas Khoniat√®s, alla informer le basileus de la situation et ce dernier, apr√®s plusieurs √©changes d‚Äôambassades, accepta de lib√©rer les deux ambassadeurs (19 octobre 1189).

Mais le conflit n'en était pas fini pour autant, car les ambassadeurs libérés mirent Frédéric Barberousse au courant de l'accord signé entre Saladin et Isaac, des prédications haineuses du patriarche et du mauvais traitement qui leur avait été infligé. L'empereur germanique se considéra donc en état d'hostilité avec l'Empire et après une bataille sanglante entre ses forces et l'armée byzantine à Didymotika, marcha sur Andrinople qu'il atteignit le 22 novembre. En février 1190 les Allemands étaient presque aux portes de Constantinople et occupaient la plupart des places fortes de Thrace et de Macédoine orientale après avoir incendié Berrhoé et Philippopoli.

Compromis

Isaac l'Ange, se sentant perdu, tenta de tromper l'ennemi en faisant tra√ģner les n√©gociations en longueur. Finalement les deux empereurs sign√®rent le trait√© d'Andrinople (f√©vrier 1190) par lequel le basileus s'engagea √† faire passer en Asie Fr√©d√©ric Barberousse et son arm√©e √† Sestos et √† Gallipoli, √† leur assurer des vivres, √† payer une indemnit√© aux deux ambassadeurs qui avaient √©t√© retenus captifs et √† ne pas punir ceux qui avaient aid√© les Allemands. C'√©tait une capitulation totale.

Les crois√©s franchirent donc l'Hellespont (21-30 mars) et travers√®rent l'Asie Mineure, non sans qu'Isaac ne pr√©vienne Saladin de leur mouvement. Les Allemands attaqu√®rent le sultan d'Iconium KńĪlńĪ√ß Arslan qui fut battu et s'avan√ßaient vers la Terre Sainte. L'arriv√©e de Fr√©d√©ric Barberousse excitait la terreur dans le monde musulman mais ce dernier mourut au passage du Selef le 10 juin 1190. Apr√®s cet √©v√©nement l'arm√©e germanique se dispersa.

Conséquence

La conséquence directe en Occident de l'animosité entre Frédéric Barberousse et Isaac II fut la confirmation de l'hypothèse selon laquelle le principal obstacle à la croisade était l'empire byzantin. Cela fait partie des nombreuses autres causes qui aboutirent à la prise de Constantinople par les latins en 1204.

Mouvements séparatistes

Depuis le règne d'Andronic I les tentatives de sécession voire d'usurpation avaient été nombreuses et l'avènement du nouvel empereur fut loin de les arrêter. Cependant seulement trois hommes furent vraiment dangereux pour Isaac II.

Défection d'Alexis Branas (1187)

Le basileus dut lutter contre son stratège Alexis Branas, qui, après avoir vaincu les Bulgares, se fit proclamer empereur par ses soldats et établit un blocus devant Constantinople. La situation d'Isaac était désespérée lorsqu'arriva un chevalier franc, Conrad de Montferrat, beau-frère du basileus, de passage à Constantinople, sur le chemin de Jérusalem. La charge des cavaliers francs permit la victoire de la sortie d'Isaac. Conrad tua lui-même Alexis Branas au cours d'un duel à la lance.

À Chypre (1186)

Peu apr√®s le trait√© de paix sign√© avec Ivan Asen Ier, Isaac II Ange dut lutter contre le mouvement s√©paratiste d'Isaac Comn√®ne. Le basileus envoya un flotte contre Chypre, o√Ļ se trouvait celui-ci, mais la flotte imp√©riale subit un d√©sastre face √† la flotte sicilienne envoy√©e par Guillaume II pour secourir Isaac Comn√®ne. L'amiral normand vainqueur, Margaritone, re√ßut en fief du roi de Sicile les territoires conquis en 1185 qu'il poss√©dait encore et resta en possession de Zante et C√©phalonie.

En Asie Mineure.

En Asie Mineure, Isaac II Ange ne pouvait venir √† bout du s√©paratiste Th√©odore Mancaphas qui se cr√©a un territoire comprenant la Lydie et Philadelphie. Pour l'en d√©loger l'empereur fit appel au duc des Thrac√©siens, Basile Vatatz√®s, qui le chassa. Th√©odore Mancaphas se r√©fugia aupr√®s du sultan d'Iconium. Il obtint de ce dernier des troupes avec lesquelles il ravagea les provinces byzantines. Isaac II finit par obtenir √† prix d'argent que Th√©odore Mancaphas lui f√Ľt livr√©, mais cet √©pisode en dit long sur l'impuissance de l'empereur et la d√©sagr√©gation progressive de l'empire.

Fin du règne

Le 8 avril 1195, Isaac II fut d√©tr√īn√© et aveugl√© par son fr√®re Alexis III. Alexis, son fils, se r√©fugia √† Venise et demanda l‚Äôaide de la r√©publique. Profitant de l‚Äôoccasion, le doge Enrico Dandolo d√©tourna la Quatri√®me croisade sur Byzance en 1203 et r√©tablit Isaac II sur le tr√īne imp√©rial associ√© avec Alexis, couronn√© sous le nom d‚ÄôAlexis IV.

L’occupation des Francs et la politique menée par Alexis IV suscitèrent le mécontentement de la population, et une révolte conduite par Alexis Doukas Murzuphle éclata (1204), causant la mort d’Isaac II et d’Alexis IV.

Bilan

Except√© pour la deuxi√®me partie de son r√®gne o√Ļ il n'eut qu'un r√īle symbolique, le r√®gne d'isaac II fut une catastrophe pour l'empire byzantin, qui perdit d√©finitivement les Balkans avec la r√©volte des Bulgares et la progression des Serbes. Apr√®s deux si√®cles d'unit√©, les Balkans redevinrent une mosa√Įque d'Etats dangereux pour l'empire byzantin. L'int√©grit√© de l'Empire √©tait donc gravement menac√©e.

De surcro√ģt, les mouvements d'usurpation ou s√©paratistes de plus en plus dangereux pour Byzance sont r√©v√©lateurs de l'impuissance du basileus.

Une grosse erreur d'Isaac a s√Ľrement √©t√© sa brouille avec Fr√©d√©ric Barberousse qui entra√ģna une guerre ouverte entre les deux empereurs qui se termina par une v√©ritable capitulation d'Isaac. Cet √©v√©nement a bien s√Ľr √©t√© un des facteurs qui entra√ģn√®rent l'animosit√© entre l'empire germanique et l'empire byzantin et plus largement entre l'Occident et Byzance, et qui conduira √† la prise de Constantinople en 1204.


Empereur romain d’Orient ou Basileus
Précédé par
Andronic Ier
Comnène
Justinien Ier
Isaac II
Ange
Suivi par
Alexis III
Ange
  • Portail du monde byzantin Portail du monde byzantin
Ce document provient de ¬ę Isaac II Ange ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Isaac II (empereur byzantin) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Isaac Ier (empereur byzantin) ‚ÄĒ Isaac Ier Isaac Ier, n√© vers 1007 et mort en 1061, empereur byzantin du 1er septembre 1057 au 25 d√©cembre 1059 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Empereur byzantin ‚ÄĒ Liste des empereurs byzantins Voici la liste des empereurs byzantins, ou empereurs romains d orient. √Ä partir du r√®gne d H√©raclius, les empereurs byzantins portent le titre de basileus. Sommaire 1 Appellation des empereurs 2 Frise chronologique 3 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Michel VI (empereur byzantin) ‚ÄĒ Michel VI Michel VI Bringas Stratiotique (ou Stratiotikos signifiant le belliqueux) ( ? 1059) est empereur byzantin du 30 ao√Ľt 1056 au 31 ao√Ľt 1057. G√©n√©ral d√©j√† √Ęg√©, il est choisi par les eunuques pour succ√©der √† la… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Constantin X (empereur byzantin) ‚ÄĒ Constantin X Constantin X Doukas est empereur byzantin du 25 d√©cembre 1059 au 21 mai 1067. Il est membre de la famille aristocratique des Doukas qui domine la soci√©t√© byzantine jusqu au r√®gne d Alexis Ier et dont les revenus proviennent de grands ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Michel III (empereur byzantin) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Michel III. Michel III Empereur byzantin ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Maurice Ier (empereur byzantin) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Maurice. Maurice Ier Empereur byzantin ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Anastase II (empereur byzantin) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Anastase II. Anastase II Empereur byzantin ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Alexis IV (empereur byzantin) ‚ÄĒ Alexis IV Ange Alexis IV Ange Alexis IV Ange, n√© vers 1182, mort en 1204 √† Constantinople, empereur byzantin (1203 1204), fils d Isaac II. Il est enferm√© par son oncle Alexis III, qui a d√©tr√īn√© son p√®re. Il r√©ussit √† s √©vader et concl ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Anastase Ier (empereur byzantin) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Anastase Ier. Anastase Ier Empereur byzantin ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L√©on Ier (empereur byzantin) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir L√©on Ier. L√©on Ier Empereur romain d Orient ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.