Institut Géographique National (France)

ÔĽŅ
Institut Géographique National (France)

Institut géographique national (France)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Institut géographique national.
Logotype de l'Institut géographique national

Logotype de l'IGN
Cr√©ation 27 juin 1940
Forme juridique EPA
Slogan(s) ¬ę IGN, et la g√©ographie prend vie ! ¬Ľ
Siège social 73 avenue de Paris
94165 Saint-Mandé
Drapeau de la France France
Direction Patrice Parisé
Produit(s) Cartes géographiques
Filiale(s) IGN France International
Effectif 1 741 (en 2007)
Site Web www.ign.fr
Chiffre d'affaires 65,67 M ‚ā¨ (2007)
Augmentation +14 % AF 2007
R√©sultat net -8,25 M ‚ā¨ (2007)
France location map-Regions and departements.svg
Siège de l'IGN
Véhicule de l'IGN

L'Institut g√©ographique national (IGN) est un √©tablissement public √† caract√®re administratif ayant pour mission d'assurer la production, l'entretien et la diffusion de l'information g√©ographique de r√©f√©rence en France. Il a √©t√© cr√©√© par un d√©cret du 27 juin 1940 et a succ√©d√© au Service g√©ographique de l'Arm√©e (SGA), dissout en 1940. L'IGN est aujourd'hui dirig√© par Patrice Paris√©.

Sommaire

Histoire

L'IGN a √©t√© cr√©√© par d√©cret le 27 juin 1940 et a succ√©d√© au Service g√©ographique de l'Arm√©e (SGA), fond√© en 1887 et dissout en 1940. Le fonds de cartes anciennes est alors divis√© en deux lots : un qui restera √† l'Institut et l'autre qui rejoint les archives militaires de Vincennes. Le g√©n√©ral Louis Hurault, qui fut √† l'origine de ces modifications, est le premier directeur de l'IGN. Ce dernier n√©gocie les statuts et tente, en vain, de r√©cup√©rer le mat√©riel saisi par les Allemands. Une loi en dix articles est sign√©e le 14 septembre 1940 afin de d√©finir les fonctions de l'IGN. Les statuts seront sign√©s le 8 avril 1941. Ces derniers mettent notamment en place l'√Čcole nationale des sciences g√©ographiques afin de former des ing√©nieurs cartographes.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'IGN devint notamment fameuse pour ses faussaires. Les cartographes sont en effet experts en calligraphie et le mat√©riel n√©cessaire √† la production de faux papiers √©tait disponible √† l'Institut. Certains ing√©nieurs de l'IGN √©taient en contact avec les services de renseignements alli√©s bas√©s √† Londres. Ils font notamment parvenir clandestinement √† Londres un jeu complet de cartes couvrant la France et l'Afrique du Nord afin de remplacer le fonds d√©truit dans un bombardement. De plus, les agents de l'IGN participent activement √† la r√©sistance arm√©e √† partir du printemps 1943. Plusieurs agents sont fusill√©s par les Allemands ou meurent au combat. Entre septembre 1944 et le 8 mai 1945, l'IGN se met au service du gouvernement provisoire et une grande partie de son personnel et de ses moyens se transforment en ¬ę Service g√©ographique militaire ¬Ľ. √Ä la fin de la guerre, l'IGN re√ßoit les remerciements du g√©n√©ral Bradley et du g√©n√©ral Eisenhower.

Entre 1945 et 1946, le d√©bat est intense concernant l'avenir de l'IGN, derni√®re cr√©ation de la Troisi√®me R√©publique. Un d√©cret est finalement sign√© le 8 avril 1946. Il confirme l'appartenance de l'IGN au minist√®re des Travaux publics et met en place la ¬ę Section g√©ographique de l'√Čtat-major de l'Arm√©e ¬Ľ, charg√© de r√©pondre aux besoins militaires.

En 1947, l'IGN re√ßoit la mission de couvrir l'ensemble de la France, mais aussi tous les territoires d√©pendants, comme l'Afrique du Nord, l'Afrique occidentale, Madagascar, les √Čtats associ√©s d'Indochine et les d√©partements et territoires d'Outre-Mer. La t√Ęche est consid√©rable avec plus de 12 millions de km¬≤ √† couvrir. L'ind√©pendance de ces pays aura pour cons√©quence la cr√©ation de services nationaux dans chaque pays (exemples : DTGC au S√©n√©gal, IGN-N au Niger).

L'IGN initie alors une période de coopération active avec la plupart de ces organismes en mettant à leur disposition des ingénieurs de l'IGN et en recevant à l'ENSG des étudiants destinés à devenir les cadres des services cartographiques de pays devenus pleinement indépendants. La tenue à jour des fonds cartographiques de ces pays francophones est aussi effectuée dans le cadre de ces coopérations.

L'activit√© de l'IGN en dehors du territoire fran√ßais se d√©veloppe aussi par la conduite de grands chantiers de g√©od√©sie (√Čquateur 1975, Libye 1979, Arabie Saoudite 1981), de cartographie (Arabie Saoudite, Burundi, S√©n√©gal, Mali, C√īte d'Ivoire, Togo, B√©nin, ...).

De 1982 √† 1988, la conduite d'un grand chantier de topom√©trie et de cartographie num√©rique √† Riyad est l'occasion d'introduire massivement des techniques num√©riques dans les processus de production ; parall√®lement, l'id√©e d'une base de donn√©es topofonci√®re √©merge lors de s√©ances de la "Commission nationale de l'information g√©ographique" pr√©sid√©e par Guy Lengagne; cette commission rend son rapport en 1983 et √©bauche alors une information g√©ographique num√©rique faisant suite √† la p√©riode de la carte de base au 1:25 000.

√Čtablissement public √† caract√®re administratif depuis le 1er janvier 1967, il est plac√© sous la tutelle du minist√®re des Transports, de l‚Äô√©quipement, du tourisme et de la mer.

En 1971, l'IGN et le CNES forment le ¬ę Groupe de recherches de g√©od√©sie spatiale ¬Ľ. Cette collaboration entre l'IGN et le CNES se poursuit avec la lancement du programme SPOT le 5 f√©vrier 1978. Le lancement du satellite SPOT-1 a lieu le 22 f√©vrier 1986.

Six jours apr√®s la mise en orbite de SPOT-1, l'IGN lance son programme de "bases de donn√©es", les "BD". La BD des communes, la BD de diffusion du nivellement, la BD de diffusion de la g√©od√©sie, la BD des missions a√©rienne et la BD des toponymes sont ainsi mises en place progressivement. La ¬ę BDTopo ¬Ľ, base de donn√©es topographiques num√©ris√©e, couvre d√©sormais l'ensemble de la France et compte pr√®s de deux millions de toponymes.

Ses activités à l'étranger sont externalisées en 1986 au sein d'une nouvelle filiale de droit privé IGN France International.

A partir de 2000, l'IGN d√©veloppe le concept de R√©f√©rentiel √† Grande Echelle (RGE) ; il s'agit d'achever dans un d√©lai rapproch√© la num√©risation de la cartographie du territoire fran√ßais avec une pr√©cision d'ordre m√©trique et selon quatre composantes : orthophotogrphies, topographie, parcelles cadastrales et adresse. Ce RGE est enti√®rement achev√© fin 2008 et rentre dans un cycle de mise √† jour pour maintenir son actualit√© au plus pr√®s des √©volutions du terrain en fonction des moyens disponibles.

En juin 2006, l'IGN a ouvert le service G√©oportail permettant la visualisation cartographique du territoire fran√ßais au moyen d'un navigateur Web et utilisant d'une part un fonds de photos a√©riennes et d'autre part les cartes au 1/25 000 num√©ris√©es. La ¬ę phase 2 ¬Ľ du G√©oportail a √©t√© mise en ligne un an plus tard, avec une nouvelle ergonomie.

Fin 2006, l'IGN s'est impliquée dans la production d'un récepteur GPS, pour la randonnée et la navigation automobile, appelé Evadeo. Le logiciel de navigation a été fourni par BCI navigation (remplacé en 2008 par CompeGPS), les données routières sont de Navteq et la puce GPS de SiRF, et l'IGN fournit des dalles avec des extraits de ses cartes à différentes échelles.

En juin 2007, un service de personnalisation des cartes a √©t√© mis en place, la ¬ę Carte √† la carte ¬Ľ, √† l'image de ce que faisait l'Ordnance Survey depuis quelques ann√©es.

En juillet 2007, Le Géportail propose la possibilité de naviguer en 3D sur le territoire à la mode GoogleEarth. Pour ce faire, il faut installer le plugin TerraExplorer de la société américaine Skyline Software Systems.

L'organisation de l'IGN

Véhicule de l'IGN

La direction générale est à la tête de huit directions sectorielles

  • Secr√©tariat G√©n√©ral
  • Direction des ressources humaines
  • Ma√ģtrise d'Ouvrage d√©l√©gu√©e au Service public
  • Direction Technique et de la Qualit√©
  • Direction de l'√Čdition
  • Direction de la Production
  • Direction Commerciale
  • √Čcole Nationale des Sciences G√©ographiques

Les activités internationales et la communication sont dirigées par des directeurs délégués rattachés directement à la Direction Générale.

La recherche

L'activit√© de recherche est organis√©e au sein d'un Service de la recherche de la Direction technique ; ce service comprend quatre laboratoires :

  • le COGIT (Conception d'objet et g√©n√©ralisation de l'information topographique), sp√©cialis√© en SIG et cartographie
  • le MATIS (M√©thodes d'analyse et de traitement d'images pour la st√©r√©orestitution), sp√©cialis√© en photogramm√©trie et vision par ordinateur
  • le LOEMI (Laboratoire d'optique, d'√©lectronique et de micro-informatique) qui d√©veloppe des instruments (notamment de prise de vues)
  • le LAREG (Laboratoire de recherche en g√©od√©sie), un laboratoire de g√©od√©sie situ√© dans les murs m√™me de l'ENSG, qui entretient ITRF, le r√©f√©rentiel g√©od√©sique mondial.

L'Ecole Nationale des Sciences Géographiques

Afin de former ses personnels techniques, l'IGN maintient un √©tablissement d'enseignement de pointe dans le domaine des sciences g√©ographiques : l'ENSG, √† Marne-la-Vall√©e. Sur les quatorze cycles de formation dispens√©s √† l'ENSG, trois sont plus pr√©cis√©ment destin√©s aux techniciens et ing√©nieurs stagiaires de l'IGN :

  • les dessinateurs-cartographes ;
  • les techniciens-g√©om√®tres ;
  • les ing√©nieurs des travaux.

Recrutés sur concours avant d'intégrer l'ENSG, les élèves de ces cycles y passent deux ou trois ans puis rejoignent l'Institut. Les cycles destinés à la formation des tecniciens et ingénieurs stagiaires de l'IGN sont également ouverts à la formation d'ingénieurs civils ainsi qu'à des étudiants étrangers. L'ENSG est aussi associée aux quatre laboratoires de recherche pilotés par l'IGN.

Services en ligne

A l'IGN aussi, les services en ligne commencent à se substituer massivement aux livraisons matérielles ou aux démarches à effectuer à des guichets ou en boutique. C'est ainsi que les commandes de cartes ou de photos peuvent être effectuées depuis les années 1990 au moyen d'une boutique en ligne. Le service "Carte à la carte" permettant le cadrage personnalisé d'une carte imprimé spécialement et livrée par courrier. Enfin, le Géoportail commence à proposer à tous, professionnels et grand public, des services de visualisation de cartes ou d'exploitation de données géographiques produites par l'IGN ou d'autres contributeurs du Géoportail.

Partenariats

Véhicules de l'IGN

L'IGN m√®ne une politique active de partenariats. En mati√®re de recherche, les quatre laboratoires de l'IGN m√®nent depuis tr√®s longtemps des partenariats avec des universit√©s, des instituts et des entreprises. Des partenariats men√©s en vue de l'int√©gration dans le RGE de donn√©es √©labor√©es par des partenaires sont d√©velopp√©s depuis 2003. Des partenariats commerciaux sont mis en Ňďuvre pour des co-√©dition de donn√©es, de cartes ou certains produits sp√©cifiques comme Evadeo. Enfin, le G√©oportail devient depuis 2006 le lieu autour duquel des partenariats peuvent se nouer selon de nombreuses modalit√©s.

Parmi les partenaires historiques de l'IGN se trouve le SHOM (Service hydrographique et océanographique de la marine) qui a en charge la cartographie des espaces maritimes comme l'IGN a en charge celle des terres émergées; une action récemment entreprise avec l'IGN est le projet Litto3D[1] qui a pour objet la description fine de la zone d'estran, espace naturel sensible et d'un grand intérêt écologique et économique pour la description duquel des travaux considérables sont en cours en 2009.

Le service du Cadastre a fourni les données de base pour la réalisation de la BD PARCELLAIRE maintenant visible sur le Géoportail. C'est ainsi que le cadastre devient maintenant une vraie donnée utile pour la géographie. La donnée foncière est aussi l'occasion d'importants échanges avec les géomètres experts.

Les activités de production et d'édition

Les réseaux géodésiques et de nivellement

Le service de la g√©od√©sie et du nivellement (SGN) assume les missions de production et d'√©dition des donn√©es permettant le positionnement √† la surface du globe. Le LAREG (Laboratoire de Recherche en G√©od√©sie) est le cadre permettant √† l'IGN de participer aux r√©seaux internationaux de collaboration scientifique en g√©od√©sie. Apr√®s avoir longtemps √©t√© contrainte par les techniques d'observations optiques √† effectuer au sol, la g√©od√©sie a pleinement profit√© de l'arriv√©e des satellites, de l'informatique et des r√©seaux de t√©l√©communication. C'est ainsi qu'aujourd'hui, gr√Ęce √† la collaboration de nombreux partenaires autour du RGP (R√©seau GPS Permanent), des engins de travaux publics peuvent √™tre pilot√©s en temps r√©el avec une pr√©cision d'ordre centim√©trique. De la m√™me fa√ßon, la position des cam√©ras des avions photographes est √©galement parfaitement connue, ce qui permet de d'all√©ger les op√©rations en aval tout en am√©liorant la qualit√© des bases de donn√©es issues de ces photographies.

Les activités aériennes et la Photothèque nationale

Parc Aérien de l'IGN de Creil
Entrée de la Photothèque

Une des missions de service public de l'IGN est d'assurer le renouvellement de la couverture photographique a√©rienne de la France. Pour ce faire, les avions de l'IGN photographient le territoire fran√ßais. Longtemps argentiques, les prises de vues sont aujourd'hui num√©riques, ce qui am√©liore les traitements de restitution. L'IGN dispose de quatre avions sur sa base a√©rienne de Creil ; ils couvrent actuellement la totalit√© du territoire en cinq ans. Les prises de vues a√©riennes permettent la r√©alisation des bases de donn√©es num√©riques et de la carte gr√Ęce aux techniques de restitution photogramm√©triques.

Parmi les avions notables de l'IGN, on peut citer 8 anciens bombardiers LeO 45, les 14 Boeing B-17 ¬ę Forteresses volantes ¬Ľ utilis√©es de 1946 √† 1975, les 8 Hurel-Dubois HD-34 utilis√©s jusqu'en 1985, une Alouette III, des AeroCommander, un Fokker 27 et un Myst√®re 20. Le parc actuel est constitu√© de 4 Beechcraft Super King Air 200T.

La Phototh√®que nationale conserve les clich√©s du territoire r√©alis√©s depuis 1921 d'abord par le Service g√©ographique de l'Arm√©e, puis par l'IGN, sur son site de Saint-Mand√©. La Phototh√®que nationale assure √©galement la conservation des missions a√©riennes d√©pos√©e au titre du d√©p√īt l√©gal.

La mise à jour en continu des bases de données

La conception du r√©f√©rentiel √† grande √©chelle (RGE) a inclus la mise en Ňďuvre d'un cycle de mise √† jour d√®s lors que les bases √©taient achev√©es pour chaque d√©partement ; pour les orthophotographies (BD ORTHO), le cycle de mise √† jour a d'abord √©t√© de cinq ans et s'am√©liore progressivement ; pour les bases de donn√©es vectorielles topographiques et d'adresse (BD TOPO, BD ADRESSES ) la mise √† jour s'effectue "en continu" selon un cycle d'une ann√©e √† l'int√©rieur de chaque d√©partement.

Pour cela, l'IGN a d√©ploy√© en r√©gion plus de cent techniciens qui collectent les √©volutions √† int√©grer dans les bases de donn√©es, au plus pr√®s du terrain. Pour les aider dans cette t√Ęche et pour b√©n√©ficier d'informations r√©centes, l'IGN d√©veloppe, depuis 2004, une politique de partenariats aupr√®s d'organismes utilisant des bases de donn√©es IGN et produisant eux-m√™mes des donn√©es m√©tier g√©olocalis√©es, tant au niveau national (IFN, la Poste, DGFip, RTE...) que d√©partemental (Services d√©partementaux d‚ÄôIncendie et de Secours, Conseils g√©n√©raux). En contrepartie, l'IGN fournit √† ses partenaires les informations leur permettant d'am√©liorer leurs propres bases de donn√©es, tant en termes d'actualit√© que d'exhaustivit√©. Avec la mise en ligne, en f√©vrier 2009, d'un site d√©nomm√© "RIPart" (acronyme de Remont√©e d'Informations Partag√©es), l'IGN teste les possibilit√©s offertes par les nouvelles technologies internet et l'API G√©oportail afin d'associer les utilisateurs du RGE en g√©n√©ral et ses partenaires en particulier √† la mise √† jour de ses bases.

Bases de données numériques

L'IGN fournit √† ses clients publics ou priv√©s des bases de donn√©es g√©ographiques, constituant tout ou partie de syst√®mes d'information g√©ographique. Ils permettent sur un fond de carte ou d'imagerie a√©rienne de s√©lectionner, ajouter et repr√©senter des informations th√©matiques localis√©es. L'IGN constitue et actualise notamment le R√©f√©rentiel √† grande √©chelle (RGE), comprenant quatre composantes : topographique, orthophotographique, parcellaire et adresse.

  • Le RGE

Le R√©f√©rentiel √† grande √©chelle est un ensemble de donn√©es g√©olocalis√©es comprenant une orthophotographie, un assemblage de donn√©es cadastrales g√©olocalis√©es, des donn√©es vectorielles topographiques et les adresses g√©olocalis√©es; il couvre l'ensemble des d√©partements fran√ßais de m√©tropole et d'outre-mer ainsi que Mayotte. Le contenu du RGE est d√©fini par arr√™t√© en date du 19 avril 2005. [2]Le RGE a √©t√© constitu√© de 2000 √† 2008; le premier ensemble de donn√©es couvrant totalement le territoire a √©t√© l'orthophotographie dont la premi√®re √©dition a √©t√© achev√©e en 2003 pour r√©pondre aux besoins de mise en Ňďuvre de la politique agricole commune (PAC).c'est sur cette orthophotographie que le lev√© des parcelles agricoles a √©t√© report√© et a permis le contr√īle de l'attributin des primes √† la production agricole. Les autres donn√©es du RGE r√©pondent de m√™me √† des besoins clairement identifi√© en mati√®re d'am√©nagement du territoire, d'urbanisme, de protection de l'environnement, de d√©fense et de s√©curit√©.

  • Bases scann√©es (ou "image" ou "raster")

Pour obtenir rapidement des cartes num√©riques utilisables dans des SIG, le premier processus utilis√© a consist√© √† scanner les cartes papiers, √† isoler la partie utile, √† g√©olocaliser le fichier et enfin √† assembler les images obtenues en les red√©cupant en dalles selon un d√©coupage r√©gulier ; ce travail a √©t√© effectu√© pour toutes les s√©ries de cartes de l'IGN. Ces cartes sont maintenant utilisables sur le G√©oportail et la carte de France routi√®re dite SCAN1000 est t√©l√©chargeable gratuitement. http://professionnels.ign.fr/ficheProduitCMS.do?idDoc=5327966 A l'heure du tout num√©rique, ces images de cartes sont maintenant g√©n√©r√©es directement √† partir des bases de donn√©es au moyen d'un processus complexe permettant d'obtenir le rendu cartographique final auquel les utilisateurs sont habitu√©s. Ces images num√©riques peuvent alors √™tre utilis√©es sur des supports num√©riques, √©dit√©es sur des sites web ou imprim√©es sur du papier.

  • Bases maill√©es

Les principales bases de données maillées de l'IGN sont les grilles de calculs géodésiques et la base de données altimétiques. La principale fonction de ces bases est de permettre de calculer des valeurs numériques par interpolation. Leur visualisation par colorisation en fonction des valeurs permet également d'obtenir une représentation de l'espace géographique.

  • Bases vectorielles

Les bases vectorielles de l'IGN se différencient par la précision des points enregistrés et par le modèle conceptuel de données qui organise l'information qu'elles contiennent. Chaque base de données vise donc des ensembles d'applications dans certaines plages d'échelles. C'est ainsi que la BD TOPO répond à un ensemble d'applications assez étendu à "grande échelle" (précision métrique, édition possible du 1:8 000 au 1:50 000) alors que GéoFLA ne vise que des représentations de cartographie statistique avec une précision "à la commune". La BD CARTO est un intermédiaire entre ces deux options.

  • Bases 3D

L'IGN a produit d√®s les ann√©es 1970 des donn√©es permettant de repr√©senter la volum√©trie des b√Ętiments dans les espaces urbains; la base TRAPU (Trac√© automatique de persperctives urbaines) permettait d'enregistrer les b√Ętiments sous forme de poly√®dres; la base ainsi enregistr√©e permettait d'effectuer le trac√© des b√Ętiment en vue perspective en choisissant √† volont√© le point de vue et l'axe perspectif. Des travaux de recherche ont amen√© en 2008 √† produire de mani√®re semi-automatique un "b√Ęti 3D" qui permet d'associer des textures r√©elles aux fa√ßades et toitures de b√Ętiment.

  • Bases de donn√©es europ√©ennes

L'IGN diffuse les bases de données européennes élaborées par Eurogeographics à l'aide des données fournies par chacun de ses membres, les instituts ou agences cartographiques nationales d'Europe. Il s'agit d'EGM (EuroGlobalMap, base topopographique vectorielle de précision décamétrique, ERM (EuroRegionalMap, base topographique vectorielle de précision hectométrique), EBM (EuroBoundaryMap, base vectorielle des limites administratives) et EuroDEM (modèle numérique du relief du terrain).

Cartes papier

L'IGN fran√ßais publie plusieurs grands types de cartes topographiques :

  • les cartes au 1/25 000 (1 cm = 250 m) qui ont remplac√© les cartes d'√©tat-major ;
  • les cartes au 1/50 000 (1 cm = 500 m), qu'il a tendance √† d√©laisser dans le cadre de sa politique commerciale, mais qui sont toujours tr√®s utilis√©es par les militaires de l'Arm√©e de terre ;
  • les cartes au 1/100 000 (1 cm = 1 km) qui servent de cartes routi√®res et touristiques ;
  • les cartes au 1/250 000 (1 cm = 2,5 km) qui servent de cartes routi√®res r√©gionales et composent l'atlas routier national ;
  • la carte routi√®re de France au 1/1 000 000 (1 cm = 10 km).

À cela s'ajoutent des plans de ville.

L'IGN français est aussi le distributeur français sous son logo de cartes de villes et pays étrangers, notamment celles de l'éditeur Marco Polo.

Cartes en relief

L'IGN fran√ßais propose, en plus des cartes papier, toute une gamme de cartes en relief. Les zones propos√©es couvrent toute la France √† des √©chelles tr√®s vari√©es : du 1/3 400 000 et du 1/1 200 000 pour la France enti√®re jusqu'√† du 1/50 000 (massif du Mont-Blanc, Vanoise).

Cartes anciennes

L'IGN dispose d'un v√©ritable tr√©sor de cartes anciennes[3] : cartes de Cassini (du XVIIIe si√®cle), cartes d'√©tat-major (XIXe si√®cle), cartes des chasses du roi (XVIIe si√®cle), etc. Toutes ces cartes sont conserv√©es sur leur support de cuivre original, ce qui permet une impression inchang√©e en taille-douce √† Villefranche-sur-Cher.

De nombreuses autres cartes anciennes de la France mais aussi de certaines de ses anciennes colonies sont conservées et peuvent être consultées à la cartothèque de l'IGN [4] à Saint-Mandé. L'IGN a longtemps pratiqué l'échange de cartes avec d'autres instituts étrangers et possède également un solide fond concernant l'étranger.

L'IGN a débuté un long processus de numérisation de ses cartes anciennes et de transfert des exemplaires papiers originaux de ces cartes à Villefranche-sur-Cher, centre de stockage de l'IGN.

Notes et références

  1. ‚ÜĎ projet Litto3D [1]
  2. ‚ÜĎ arr√™t√© RGE [2]
  3. ‚ÜĎ En savoir plus : Les cartes anciennes de l'IGN
  4. ‚ÜĎ cartoth√®que de l'IGN [3]

Publications

L‚ÄôIGN √©dite de nombreuses publications, parmi lesquelles :

  • Rapports d'activit√© depuis 1998
  • cartes √† diff√©rentes √©chelles et usages (randonn√©e, cartes routi√®res) ;
  • revue IGN Magazine, mensuel sur l'actualit√© de l'Institut et de ses partenaires ;
  • revue La G√©oGraphie (avec la soci√©t√© de g√©ographie et les √©ditions Gl√©nat) ;

Voir aussi

Liens internes

  • SHOM, service hydrographique et oc√©anographique de la Marine, cartographe officiel du domaine maritime

Liens et documents externes

Commons-logo.svg

Bibliographie

  • Thierry Lassalle : Cartographie 4000 ans d'aventures et de passion IGN-Nathan Paris 1990
  • Collectif : "La petite compagnie : au hasard des souvenirs des derniers arpenteurs de l'IGN" √Čditions APR-IGN Cognac 1992
  • Collectif : "La bo√ģte de Pandore : autres souvenirs retrouv√©s des derniers arpenteurs de l'IGN", √Čditions APR-IGN, 1995
  • "Les cahiers historiques de l'IGN", n¬į 1, avril 1999, "1940-1990 : une histoire mouvement√©e"
  • "Les cahiers historiques de l'IGN" n¬į 2 , juillet 2001, "du Tropique au Cercle Polaire" IGN Paris 2001
  • "Les cahiers historiques de l'IGN" n¬į 3 , juin 2003, "de l'Empire colonial aux ageces de l'IGN : 1940-1973" IGN Paris 2003
  • "Les cahiers historiques de l'IGN" n¬į 4 , juin 2003, "les b√Ętiments" IGN Paris 2002
  • "Les cahiers historiques de l'IGN" n¬į 5 , janvier 2005, "Sur la fronti√®re Guyane - Br√©sil 1956 - 1961 - 1962 - 1991" IGN Paris 2004
  • "Les cahiers historiques de l'IGN" n¬į6 , juin 2007, "l'Ecole nationale des sciences g√©ographiques (ENSG) 1941 - 2004" IGN Paris 2007

  • Portail de la g√©ographie Portail de la g√©ographie
  • Portail de l‚Äôinformation g√©ographique Portail de l‚Äôinformation g√©ographique
Ce document provient de ¬ę Institut g%C3%A9ographique national (France) ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Institut Géographique National (France) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Institut geographique national (France) ‚ÄĒ Institut g√©ographique national (France) Pour les articles homonymes, voir Institut g√©ographique national. Logotype de l IGN ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Institut g√©ographique national (france) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Institut g√©ographique national. Logotype de l IGN ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Institut g√©ographique national (France) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Institut g√©ographique national et IGN. Logotype de l IGN ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Institut g√©ographique national ‚ÄĒ  Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les articles traitant d un m√™me sujet en fonction du pays ou de la juridiction. Pour les articles homonymes, voir IGN. Il existe un Institut g√©ographique national dans plusieurs pays  ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Institut G√©ographique National ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir IGN.  Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les articles traitant d un m√™me sujet en fonction du pays ou de la juridiction. Il existe un Institut g√©ographique national dans trois pays diff√©rents : En… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Institut geographique national ‚ÄĒ Institut g√©ographique national Pour les articles homonymes, voir IGN.  Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les articles traitant d un m√™me sujet en fonction du pays ou de la juridiction. Il existe un Institut g√©ographique national dans trois… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Institut g√©ographique national (Belgique) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Institut g√©ographique national et IGN. IGN NGI Organisme parastatal sous la tutelle du minist√®re de la D√©fense, l Institut g√© ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Institut G√©ographique National ‚ÄĒ ‚Ė™ institution, France ¬†¬†¬†¬†¬†¬†one of the foremost centres of mapmaking and geographic research in France, specializing in aerial and ground surveys and maps; it is located in Paris. Its origins can be traced to a mapmaking group organized in 1719,… ‚Ķ   Universalium

  • Institut G√©ographique National ‚ÄĒ The Institut G√©ographique National ( en. National Geographic Institute) or IGN is a French public state administrative establishment founded in 1940cite book title = Dictionnaire g√©n√©ral pour la ma√ģtrise de la langue fran√ßaise, la culture… ‚Ķ   Wikipedia

  • Inventaire forestier national (France) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Inventaire forestier national et IFN. 250px Logo de Inventaire forestier national (France) Cr√©ation 1958 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.