Infanterie

ÔĽŅ
Infanterie
Uniforme d'un l√©gionnaire romain du Ier si√®cle
Tableau représentant l'infanterie prussienne en 1745

L'infanterie est l'ensemble des unit√©s militaires devant combattre √† pied, le soldat √©tant appel√© fantassin. Le mot est emprunt√© de l'italien infanteria, d√©riv√© de infante (enfant) qui prit au XIVe si√®cle le sens de ¬ę jeune soldat, fantassin ¬Ľ.

L'infanterie de marine désigne spécifiquement les troupes d'infanterie de la Marine de guerre, habituellement embarquées à bord des navires. En France, ces troupes font partie de l'armée de terre.

L'infanterie de l'arm√©e de terre peut √™tre achemin√©e par divers moyens sur le lieu des combats :

  • les troupes de l'infanterie motoris√©e se d√©placent et combattent √† pied et sont transport√©es par des v√©hicules √† roues (blind√©s ou non) sur le lieu de la bataille. Ils ne disposent pas de v√©hicules de transport blind√©s pour assurer leur progression ;
  • les troupes de l'infanterie m√©canis√©e sont transport√©es par des v√©hicules de transport blind√©s chenill√©s et accompagnent la progression des blind√©s afin de r√©duire les nids de r√©sistance qui entraveraient le passage des chars lourds ;
  • les troupes a√©roport√©es et les unit√©s parachutistes, entra√ģn√©es pour effectuer des missions sp√©ciales en terrain ennemi, sont transport√©es par voie a√©rienne (avions ou h√©licopt√®res de transport de troupes et planeurs).

Elle se différencie traditionnellement de la cavalerie, même s'il a existé des unités d'infanterie montée, troupes se déplaçant à cheval, mais combattant à pied.

Sommaire

L'infanterie √† travers les √Ęges

√Čvolution

El Alamein 1942 - Infanterie de la British Army.

L'√©volution du fantassin s'est faite par l'√©volution de la technologie embarqu√©e (armes √† feu, √©quipement de protection, de camouflage) et les conditions de mise en Ňďuvre (ordre serr√©, transport, unit√©s motoris√©es).

Les √©volutions les plus r√©centes concerne l'int√©gration d'√©quipement √©lectroniques permettant la coordination et la mise en Ňďuvre dans des conditions de visibilit√© nulle : lunette infrarouge, fusil muni de cam√©ra permettant de ¬ę tirer dans les coins ¬Ľ, ‚Ķ

Antiquité

Comparaison des différents types d'infanterie

Comparaison des différents types d'infanterie[1]
Photo Syst√®me Charge Rayon d'action Vitesse ¬ę Carburant ¬Ľ par jour
soldats australiens, 1945 Infanterie à pied 25 kg 40 km/jour 5 km/h 1,5 kg de rations
10 l d'eau
25thregiment bicycles.jpg Infanterie cycliste 35 kg 120 km/jour 16 km/h 1,5 kg de rations
10 l d'eau
gravure d'un dragon Infanterie mont√©e 45 kg 160 km/jour 24 km/h Soldat : 1,5 kg de rations
10 l d'eau
Cheval : 18 kg de foin
68 l d'eau
Bundesarchiv Bild 101I-020-1281-36A, Russland, S√ľd, Motorrad mit Beiwagen.jpg Infanterie √† moto 45 kg 480 km/jour 64 km/h 1,5 kg de rations
10 l d'eau
18 l d'essence
Djiboutian army soldiers on a truck.jpg Infanterie motorisée 4,5 tonnes 480 km/jour 64 km/h 1,5 kg de rations
10 l d'eau
368 l de diesel
LAV Infanterie mécanisée 4,5 tonnes 289 km/jour 48 km/h 1,5 kg de rations
10 l d'eau
640 l de diesel

L'infanterie en France

Fantassins français en position de tir avec un lance-roquette Apilas. Arme antichar standard à la fin des années 1980 et dans les années 1990.

Actuellement, toute l'infanterie de l'arm√©e de terre fran√ßaise est dite ¬ę blind√©e ¬Ľ (hormis les forces sp√©ciales). En effet, l'infanterie motoris√©e ou m√©canis√©e est dot√©e de v√©hicules de combat blind√©s de type VAB pour les motoris√©s (v√©hicule de l'avant blind√©, 4 roues motrices, 1 groupe de combat embarqu√©), ou de type AMX-10 P (v√©hicule de combat blind√© et chenill√© disposant d'un canon de 20 mm et transportant un groupe de combat). Il est remplac√© par le VBCI avec des performances nettement sup√©rieures, onze soldats pourront prendre place √† bord du v√©hicule √©quip√© de tous les moyens de communication et disposant d'un canon OTAN M811 de 25 mm x 137 mm.

Six r√©giments d'infanterie sont √©quip√©s d'AMX 10P :

Trois autres r√©giments sont motoris√©s :

Sans oublier, les quatre régiments rattachés au deux brigades légères blindées.

Les bataillons de chasseurs alpins, les r√©giments parachutistes d'infanterie des troupes de marine et de la l√©gion ainsi que le r√©giment de chasseurs parachutistes sont tous √©quip√©s de VAB : ils sont donc motoris√©s et blind√©s.

La France a lanc√© un projet d'√©quipement du combattant d√©barqu√© (ECAD) nomm√© FELIN, pour ¬ę Le fantassin √† √©quipement et liaisons int√©gr√©es  ¬Ľ

Le syst√®me ECAD a pour but de favoriser la communication au sein d'un groupe de combat et d'informer en temps r√©el la hi√©rarchie sur l'ensemble des param√®tres environnementaux. Ce syst√®me int√®gre des cam√©ras, des radios, ce qui requiert de l'√©nergie √©lectrique : le fantassin supporte donc le poids de batteries suppl√©mentaires, ce qui limite son autonomie.

Organisation actuelle d'une section de combat

L'organisation théorique INF202, approuvée le 18 juin 1999, d'une section de combat française prévoit 39 personnes[2] réparties comme suit:

  • 1 groupe de commandement (5 hommes) :
  • 1 groupe d'appui (5 hommes) :
    • 1 chef de groupe
    • 2 tireurs Eryx
    • 2 pourvoyeurs/aides servant Eryx
  • 3 groupes de combat (21 hommes):
    • 1 chef de groupe
    • 2 chefs d'√©quipe (300 m et 600 m)
    • 4 grenadiers/voltigeurs.
  • 4 √©quipages d'engins blind√©s (8 hommes):
    • 1 radio tireur (dont g√©n√©ralement un ou deux sergents)
    • 1 conducteur

Les effectifs de la section se r√©partissent dans quatre v√©hicules (VAB, VBCI ou AMX-10 P) comme suit :  :

  • chaque groupe de combat dans un v√©hicule,
  • le groupe d'appui dans un v√©hicule sp√©cialement am√©nag√© pour l'emport de missiles Eryx,
  • les cinq personnels du groupe de commandement sont r√©partis dans les 3 v√©hicules des groupes de combat :
    • 1 v√©hicule avec le chef de section (CDS) et son radio,
    • 1 v√©hicule avec le sous-officier adjoint (SOA) et un tireur de pr√©cision,
    • 1 v√©hicule avec le second tireur de pr√©cision.

Ce qui donne en final le plan d'embarquement th√©orique suivant :

  • 1 v√©hicule avec 7 personnels pour le groupe Eryx,
  • 1 v√©hicule "du CDS" avec 11 personnels,
  • 1 v√©hicule "du SOA" avec 11 personnels,
  • 1 v√©hicule avec 10 personnels.

La dotation organique en armes de la section est :

  • Pour le groupe de combat, r√©parti en 2 √©quipes
    • L'√©quipe 300 m (√©quipe "choc" dans les ann√©es 1960-70) :
      • 1 chef d'√©quipe avec Famas
      • 2 grenadiers/voltigeurs avec Famas et AT4
    • L'√©quipe 600 m (√©quipe "feu" dans les ann√©es 1960-70) :
      • 1 chef d'√©quipe avec Famas
      • 1 grenadier/voltigeur avec FN Minimi
      • 1 grenadier/voltigeur avec lance-grenades individuel et Famas
  • pour le groupe appui :
    • chef de groupe avec Famas
    • 2 √©quipes avec chacune

Galerie photographique

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Infanterie de Wikipédia en français (auteurs)


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.