Ignace d'Antioche

ÔĽŅ
Ignace d'Antioche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Ignace.
Saint Ignace d'Antioche
Image illustrative de l'article Ignace d'Antioche
Martyre de saint Ignace
√Čv√™que et Martyr, Th√©ophore, P√®re de l'√Čglise
Naissance vers 35
Syrie
D√©c√®s vers 110 
Rome
Fête 17 octobre
Saint patron √Čglises du Proche-Orient, √Čglises d'Afrique du Nord
Serviteur de Dieu ‚ÄĘ V√©n√©rable ‚ÄĘ Bienheureux ‚ÄĘ Saint

Ignace d'Antioche ou saint Ignace, né vers 35 d'origine syrienne, mort probablement en 107 ou 113, fut le troisième évêque d'Antioche, après saint Pierre et Evode, à qui Ignace a succédé vers 68.

Ignace, qui se donnait aussi le nom de ¬ę Th√©ophore ¬Ľ (c'est-√†-dire, qui ¬ę porte Dieu ¬Ľ en lui), avait √©t√© probablement un disciple des ap√ītres Pierre et Jean.

Plusieurs de ses lettres nous sont parvenues. On le consid√®re en g√©n√©ral comme l'un des P√®res apostoliques (les premiers des P√®res de l'√Čglise).

C'est un saint pour l'√Čglise catholique, qui le f√™te le 17 octobre (pendant longtemps le 1er f√©vrier), et pour les √Čglises Orthodoxes et catholiques orientales, qui le f√™tent le 20 d√©cembre.

Sommaire

Histoire

Ignace fut arr√™t√© par les autorit√©s et transf√©r√© √† Rome pour √™tre mis √† mort dans l'ar√®ne, pendant la pers√©cution de Trajan. On esp√©rait ainsi faire un exemple afin de freiner l'expansion du christianisme. Au contraire, il rencontra et encouragea de nombreux chr√©tiens sur son chemin et il √©crivit des lettres aux √Čph√©siens, aux Magn√©siens, Tralliens, Philadelphiens, Smyrniens, et aux Romains, de m√™me que la lettre √† Polycarpe, qui selon la tradition √©tait √©v√™que de Smyrne et un disciple de Saint Jean l'√Čvang√©liste.

Son d√©sir tr√®s fort de martyre sanglant dans l'ar√®ne peut sembler √©trange au lecteur moderne : il con√ßoit le martyre comme une libation, un sacrifice envers le Christ comme le veut l'√Čvangile.

Lettres authentiques et apocryphes

Vu le faible nombre d'√©crits de cette p√©riode de l'√Čglise, ces lettres (CPG 1025-1036) eurent une influence dans le d√©veloppement de la th√©ologie chr√©tienne. Elles semblent avoir √©t√© √©crites en grande h√Ęte et sans v√©ritable plan, comme une succession non syst√©matique de pens√©es.

Ignace est le premier √©crivain chr√©tien qui nous soit parvenu dont les √©crits insistent fortement sur la loyaut√© √† l'√©v√™que de la ville, assist√© par les presbytres (pr√™tres) et les diacres. Les √©crits ant√©rieurs mentionnent en effet soit les √©v√™ques soit les presbytres, et donnent l'impression qu'il y avait plusieurs √©v√™ques par communaut√©. Ignace insiste aussi sur la valeur de l'Eucharistie, et l'appelle un ¬ę m√©dicament pour la vie √©ternelle ¬Ľ. Il montrait que l'√Čglise romaine avait primaut√© sur les autres √Čglises, car elle pr√©sidait √† l'amour.

Cependant, sur la quinzaine d'√©p√ģtres qui nous sont parvenues sous le nom d'Ignace d'Antioche, seules sept sont aujourd'hui consid√©r√©es couramment comme authentiques. Les probl√®mes d'authenticit√© ne concernent pas seulement le nombre d'√©crits, mais aussi leur contenu.

En effet, certaines de ces lettres nous sont parvenues sous trois ¬ę formes ¬Ľ : une br√®ve, une moyenne et une longue. L'ensemble des critiques ‚Äď parmi lesquels il convient de nommer Tischendorf ‚Äď s'accordent pour reconnaitre √† la forme ¬ę moyenne ¬Ľ les caract√®res d'originalit√©, la forme br√®ve (pour les lettres √† Polycarpe, aux Romains et aux Eph√©siens, en syriaque) s'av√©rant une forme abr√©g√©e de ces lettres, tandis que la forme longue (pr√©sente dans les manuscrits contenant les lettres reconnues comme pseud√©pigraphes) est une recension interpol√©e dans une optique th√©ologique ult√©rieure. Les lettres, dans la forme ¬ę moyenne ¬Ľ, nous sont parvenues en diff√©rentes langues : quelques manuscrits grecs pr√©sentent les lettres √† Polycarpe, aux Eph√©siens, Magn√©siens, Tralliens, Philadelphiens, et Smyrniotes, un autre la Lettre aux Romains. Cette lettre ¬ę aux Romains ¬Ľ se trouve aussi ins√©r√©e dans un manuscrit syriaque du Martyre de St Ignace. Une version latine, faite sur le grec, de ces lettres est aussi connue, ainsi qu'une version arm√©nienne, faite sur une traduction syriaque. Enfin, la Lettre aux Smyrniotes est aussi connue par une version copte. L'ensemble de ces versions a permis de r√©tablir le texte des √©p√ģtres dans un degr√© de probabilit√© tout √† fait remarquable.

Par contre, les lettres aux Tarsiens, Antiochiens, Philippiens, au diacre H√©ron, √† l'ap√ītre Jean, √† la Vierge Marie, ainsi que la correspondance avec la pros√©lyte Marie, pr√©sentes dans les manuscrits offrant la forme ¬ę longue ¬Ľ (interpol√©e) des lettres d'Ignace sont reconnues comme des pseud√©pigraphes nettement plus tardifs.

Quant au r√©cit du Martyre de St Ignace, quoiqu'il ait √©t√© abondamment utilis√© pour r√©diger les ¬ę biographies ¬Ľ d'Ignace, il est malheureusement tardif. Les divers anachronismes qu'il comporte ne permettent absolument pas d'y voir un document historiquement fiable : c'est un de ces innombrables "actes de martyrs" o√Ļ l'imagination du r√©dacteur suppl√©e au manque d'information.

En 1979, le philologue agnostique Robert Joly a conclu, au terme d'un examen en grande partie philologique, que les sept Lettres d'Ignace d'Antioche couramment tenues pour authentiques sont ¬ę un faux issu du milieu smyrniote vers 165[1] ¬Ľ. L'abb√© Roger Gryson, professeur de patristique et d'histoire de l'√Čglise ancienne √† l'Universit√© catholique de Louvain-la-Neuve, reconnut que R. Joly avait au moins montr√© que la th√®se traditionnelle n'√©tait pas aussi certaine qu'on le croyait[2]. L'argumentation de R. Joly n'a cependant pas convaincu tout le monde[3].

Théologie de saint Ignace

À partir de ses lettres authentiques, il est possible de brosser un tableau de la pensée théologique d'Ignace.

À titre d'exemple, nous nous bornerons indiquer sa christologie et sa théologie eucharistique.

Tout en affirmant l'Unit√© de Dieu (Magn 8.2), Ignace √©voque la Trinit√© soit par la formule "le Fils, le P√®re et l'Esprit" (Magn 13.1) soit "le Christ, le P√®re et l'Esprit" (Magn 13.2). Le St Esprit est cit√© √† diverses reprises, outre les deux pr√©c√©dentes : Phil "suscr" et 7.1-2, Eph 18.2, Eph 9.1.

Tout en affirmant (contre les doc√®tes) la r√©alit√© de la vie humaine de J√©sus Christ (Smyrn 4.2, 5.2 ; Eph 7.2, 18.2, 20.2 ; Smyrn 3.1, 4.2, voir aussi Magn 11 ; Trall 9, Smyrn chap 1 √† 6), Ignace affirme avec non moins de force sa divinit√© (Smyrn 1.1 ; Trall 7.1 ; Eph "suscr", 1.1, 15.1, 19.3 ; Rom "suscr", 3.3, 6.3 ; Polyc 3.2, 8.3 ; Magn 6.1, 7.2‚Ķ)

Sa th√©ologie eucharistique est par ailleurs tr√®s pr√©cise : Il d√©finit en effet l'eucharistie comme un "rem√®de d'immortalit√©, un antidote contre la mort" (Eph 20.2) d√©non√ßant aux passage ceux (en l'occurrence des doc√®tes) qui "s'abstiennent de l'Eucharistie parce qu'ils ne veulent pas reconna√ģtre en elle la chair de J√©sus Christ" (Smyrn 7.1). Il pr√©vient de ne reconna√ģtre comme "valide que l'eucharistie c√©l√©br√©e sous la pr√©sidence de l'√©v√™que ou de son d√©l√©gu√©". (Smyrn 8.2 ; voir aussi Philad chap 4)


Source : Les P√®res apostoliques, texte grec, traduction, introduction et notes par A. Lelong, 1927

√Čdition moderne

  • Ignace d'Antioche, Polycarpe de Smyrne, Lettres, Martyre de Polycarpe, texte grec, introduction, traduction et notes par P.T. Camelot, o.p., Paris, √Čditions du Cerf, Coll. Sources chr√©tiennes, 2007. (Reproduction identique, non mise √† jour, d'une √©dition de 1969. Les √©tudes post√©rieures √† 1969 ne sont pas mentionn√©es.)

Bibliographie

  • Robert Joly, ¬ę Le dossier d'Ignace d'Antioche. R√©flexions liminaires ¬Ľ, dans M√©langes Armand Abel, vol. 3, Brill Archive, 1974, pp. 116-125, partiellement consultable sur Google Livres. (Pr√©mices de l'ouvrage de 1979.)
  • Robert Joly, Le dossier d'Ignace d'Antioche, Bruxelles, √Čditions de l'universit√© de Bruxelles, 1979.
  • Robert Joly, ¬ę Le dossier d'Ignace d'Antioche. R√©flexions m√©thodologiques ¬Ľ, Probl√®mes d'Histoire du Christianisme 9, Bruxelles 1980, 31-44.
  • Charles Munier, ¬ę O√Ļ en est la question d'Ignace d'Antioche ? Bilan d'un si√®cle de recherches 1870-1988 ¬Ľ, dans W. Haase, Aufstieg und Niedergang der Romischen Welt, vol. II.27.1, pp. 359-484, Walter de Gruyter, 1993, partiellement consultable sur Google Livres.
  • Thomas Lechner, Ignatius adversus Valentinianos? Chronologische und theologiegeschichtliche Studien zu den Briefen des Ignatius von Antiochien, vol. 47 des Supplements to Vigiliae Christianae, Brill, 1999, partiellement consultables sur Google Livres. Revient, contre Ch. Munier et W.R. Schoedel, √† une th√®se proche de celle de R. Joly. Voir recension dans Bernard Sesbo√ľ√© ¬ę Bulletin de th√©ologie patristique grecque ¬Ľ, Recherches de Science Religieuse 2/2002 (Tome 90), p. 249-287, en ligne.
  • Les √©crits des P√®res apostoliques, Texte int√©gral, Cerf, 2001.
  • Jacques de Voragine, La L√©gende dor√©e, Biblioth√®que de la Pl√©iade, Gallimard, 2004, publication sous la direction d'Alain Boureau.

Lien

Liens externes

Notes et références

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. ‚ÜĎ Robert Joly, Le dossier d'Ignace d'Antioche, √Čditions de l'universit√© de Bruxelles, Bruxelles, 1979. Les mots cit√©s sont sur la derni√®re page de couverture. Voir aussi p. 115.
  2. ‚ÜĎ ¬ę il conclut √† juste titre qu'on n'est pas fond√©, en tout cas, √† consid√©rer l'authenticit√© comme assur√©e et qu'elle doit √™tre tenue, √† tout le moins, pour sujette √† caution ¬Ľ (Roger Gryson, dans Revue th√©ologique de Louvain, t. X, 1979, p. 450. Cit√© par Robert Joly, ¬ę √Ä propos d'Ignace d'Antioche. R√©flexions m√©thodologiques. ¬Ľ, Probl√®mes d'histoire du christianisme, n¬į 9, 1980, p. 31.)
  3. ‚ÜĎ Charles Munier, ¬ę O√Ļ en est la question d'Ignace d'Antioche ? Bilan d'un si√®cle de recherches 1870-1988 ¬Ľ, dans W. Haase, Aufstieg und Niedergang der Romischen Welt, vol. II.27.1, pp. 359-484, sp√©c. 378-379, Walter de Gruyter, 1993, partiellement consultable sur Google Livres.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ignace d'Antioche de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • IGNACE D‚ÄôANTIOCHE ‚ÄĒ saint (mort entre 100 et 117) Deuxi√®me successeur de Pierre comme √©v√™que d‚ÄôAntioche, selon une liste communiqu√©e par Eus√®be de C√©sar√©e, Ignace ne nous est gu√®re connu que par ses lettres qui ont √©t√© conserv√©es; celles ci ont d‚Äôailleurs √©t√©… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Saint Ignace d'Antioche ‚ÄĒ Ignace d Antioche Pour les articles homonymes, voir Saint Ignace. Saint Ignace d Antioche ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ignace le Th√©ophore ‚ÄĒ Ignace d Antioche Pour les articles homonymes, voir Saint Ignace. Saint Ignace d Antioche ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Antioche ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Antioche (homonymie). 36¬į12.08‚Ä≤N 36¬į09.9‚Ä≤E / ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ignace ‚ÄĒ (Ignazio) ‚ÄĘ Ignace d Antioche (ou Th√©ophore) (1er f√©vrier), syrien, converti par les Ap√ītres, √©v√™que d Antioche vers 69 (66), arr√™t√©, conduit √† Rome, mort martyr, livr√© aux b√™tes, en 107, sous Trajan. Ses ossements furent port√©s √† Antioche puis… ‚Ķ   Dictionnaire des saints

  • Ignace Zakka Ier Iwas d'Antioche ‚ÄĒ Ignace XL Zakka Ier Iwas ou Ignace Zakka Ier Eiwas (n√© √† Mossoul en Irak en 1932) est le 140e et actuel primat de l √Čglise syriaque orthodoxe (depuis 1980). Il porte le titre de ¬ę Patriarche d Antioche et de tout l Orient ¬Ľ. Moine, il… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ignace Moussa I Daoud ‚ÄĒ Ignace Moussa Ier Daoud Cardinal Ignace Moussa Ier Daoud de l √Čglise catholique romaine ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ignace Zakka I Iwas d'Antioche ‚ÄĒ Ignace Zakka Ier Iwas d Antioche Ignace XL Zakka Ier Iwas ou Ignace Zakka Ier Eiwas (n√© √† Mossoul en Iraq en 1932) est le 140me et actuel primat de l √Čglise syriaque orthodoxe (depuis 1980). Il porte le titre de Patriarche d Antioche et de tout l ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ignace Moussa Ier Daoud ‚ÄĒ Biographie Naissance 18 septembre 1930 √† Meskan√© (Syrie) Ordination sacerdotale 17 octobre 1954 √Čv√™que de l √Č ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ignace Abdallah II d'Antioche ‚ÄĒ Ignace XXXVI Abdallah II (n√© en 1833, mort en 1916) fut patriarche syriaque orthodoxe d Antioche et de tout l Orient du 18 ao√Ľt 1906 au 26 novembre 1916. Voir aussi Articles connexes √Čglise syriaque orthodoxe Liste des patriarches syriaques… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.