Alexandre VI

ÔĽŅ
Alexandre VI
Alexandre VI
Pape de l‚Äô√Čglise catholique

{{{légende}}}

Armoiries pontificales de Alexandre VI

Nom de naissance Roderic Llançol i de Borja
Naissance 1er janvier 1431
à Xàtiva
√Člection au pontificat 11 ao√Ľt 1492
Intronisation 26 ao√Ľt 1492
Fin du pontificat 18 ao√Ľt 1503
Prédécesseur Innocent VIII
Successeur Pie III
Listes des papes : chronologie ¬∑ alphab√©tique

Rodrigo de Borja, n√© Roderic Llan√ßol i de Borja le 1er janvier 1431 √† X√†tiva (Royaume de Valence, couronne d'Aragon), mort le 18 ao√Ľt 1503, devenu Rodrigo Borgia apr√®s son arriv√©e en Italie, fut pape sous le nom d‚ÄôAlexandre VI de 1492 √† 1503.

Sommaire

Biographie

Issu d'une famille noble install√©e dans le Royaume de Valence apr√®s que celle-ci a particip√© √† sa Reconquista, Rodrigo de Borja est le neveu et fils adoptif du pape Calixte III (Alphonse de Borja). Il fut le p√®re de six enfants reconnus.

Homme d'église

En 1456, √Ęg√© de vingt-cinq ans, il est nomm√© archev√™que titulaire de Valence et cr√©√© cardinal par son oncle puis, l'ann√©e suivante, fait vice-chancelier de l'√Čglise romaine (le poste le plus √©lev√© du Saint-Si√®ge, apr√®s le pape, puisqu'il n'y avait pas de chancelier) ; il le restera jusqu'√† son √©l√©vation au souverain pontificat. En 1468, douze ans plus tard, il est ordonn√© pr√™tre.

Le 11 ao√Ľt 1492, il est √©lu pape √† la majorit√© canonique des deux tiers des cardinaux r√©unis en conclave. Il n'est pas improbable qu'il ait achet√© certains votes. Il est couronn√© le 26 ao√Ľt de la m√™me ann√©e. En tant que pape, il prend le nom d'Alexandre VI, alors qu'Alexandre V, pape de Pise, est aujourd'hui consid√©r√© comme un antipape, ce qui cr√©e un hiatus dans la liste officielle des souverains pontifes.

Vie privée

Un des t√©moins les plus cr√©dibles de la conduite scandaleuse du pape Alexandre Borgia est Jean Burckhardt (ou Burchard), de Strasbourg. Ce pr√©lat, ma√ģtre des c√©r√©monies de la cour pontificale, tint de 1483 √† 1508, un journal tr√®s pr√©cis relatant jour par jour, parfois m√™me heure par heure, tous les √©v√©nements se passant au Vatican[1].

En 1470, alors qu'il a d√©j√† √©t√© ordonn√© pr√™tre, Rodrigo Borgia fait la connaissance de Vannozza Cattanei, jeune patricienne romaine, qui lui donnera quatre enfants (Jean ou Joan, C√©sar, Lucr√®ce, et Geoffroi ou Jofre). En 1489, nouvelle liaison avec la jeune et jolie Giulia Farn√®se qui n'a que 15 ans. Rodrigo Borgia a alors 58 ans. De leur union na√ģtra une fille, Laura, qui sera pr√©sent√©e comme l'enfant l√©gitime d'Orso Orsini, √©poux officiel de Giulia Farn√®se.
En 1494, un parti de pr√©lats √† la t√™te duquel se trouve Giuliano Della Rovere, le futur pape Jules II, tente de faire d√©poser ce pontife qu'ils accusent, non sans raisons, de simonie et de corruption de toute sorte. Sa vie priv√©e fait aussi scandale : Francesco Guicciardini rapporte un √©pisode au cours duquel le pape attire au Ch√Ęteau Saint-Ange le jeune et beau Astorre Manfredi, seigneur de Faenza, qu'il viole et fait jeter dans le Tibre[2]. Mais il pourrait √©galement s'agir de C√©sar Borgia qui tenait prisonniers les deux fr√®res Manfredi.

Quoi qu'il en soit, le n√©potisme et les scandales n'en continuent pas moins au Saint-Si√®ge, et ce malgr√© les remontrances du fr√®re J√©r√īme Savonarole. Sans scrupules, ni remords, Alexandre VI fait face : Savonarole est arr√™t√©, tortur√© et ex√©cut√© le 23 mai 1498. Jamais la dignit√© pontificale n'a √©t√© d√©shonor√©e √† ce point par celui qui la d√©tient. Selon Jean Burckhart, t√©moin muet, mais indign√©, la d√©bauche du pape Alexandre et de sa prog√©niture atteint son paroxysme en cette nuit orgiaque du 31 octobre 1501 avec l'√©vocation de la danse de cinquante prostitu√©es enti√®rement nues et d'un concours arbitr√© par C√©sar et Lucr√®ce pour √©valuer et r√©compenser les prouesses de virilit√© des assistants. Les d√©p√™ches envoy√©es aux cours d'Europe par leurs ambassadeurs et figurant dans de nombreuses archives diplomatiques confirment l'incroyable t√©moignage du P√®re Burckhardt. On comprend d√®s lors pourquoi tant de r√©cits faisant r√©f√©rence √† des pactes avec le Diable ont pu circuler √† la mort d'Alexandre VI.

Politique

Avec la mort en 1492 de Laurent le Magnifique, le garant de la paix de Lodi disparait et J√©r√īme Savonarole proph√©tise qu'un pape d√©bauch√© va s'assoir sur le tr√īne de Pierre.

Le 6 juin 1494, par le traité de Tordesillas, conclu entre les rois catholiques et Jean II de Portugal, le pape divise le Nouveau Monde en attribuant le Brésil au Portugal et le reste de l'Amérique latine à l'Espagne, les autres nations ayant été écartées. Cette décision ne sera pas sans conséquences lorsque éclatera la Réforme.

Pour Alexandre VI, cet arbitrage doit affirmer l'autorit√© papale face aux puissances. En 1495, pour lutter contre la pr√©sence fran√ßaise en Italie, il forme avec Milan, Venise, l'empereur Maximilien et les rois catholiques d'Espagne la Ligue de Venise qui connut une lourde d√©faite √† la bataille de Fornoue, remport√©e par Charles VIII gr√Ęce √† la sup√©riorit√© de son artillerie. C√©sar Borgia, fait duc de Valentinois par son p√®re, prototype du Prince de Machiavel, conquerra n√©anmoins la Romagne, puis Urbino et Camerino. D√©pouillant les unes apr√®s les autres les grandes familles romaines, les Colonna, les Savelli, les Ca√ętani, les Orsini, il ne vise rien moins que la royaut√© sur l'Italie. Pour mener toutes ces guerres il faut de l'argent. L'ann√©e 1500 proclam√©e ann√©e sainte par le souverain pontife, va renforcer les finances avec les revenus du p√®lerinage. Quant √† la vente du chapeau de cardinal, elle rapporte de gros revenus au pape et √† ses b√Ętards. ¬ę Offrir la pourpre √† un candidat rapportait gros. L'assassiner ensuite encore davantage, tous les biens d'un cardinal revenant de droit au pape. Enfin, il y avait l'apport r√©gulier des indulgences ¬Ľ[3].

Mécène et administrateur

Le pape Alexandre VI, fresque de Pinturicchio, 1492-1495.

Aimant s'entourer d'Ňďuvres d'art et d'objets pr√©cieux, Alexandre VI fut un m√©c√®ne g√©n√©reux; il prot√©gea les artistes (Pinturicchio, Michel-Ange) et montra de grandes capacit√©s dans la remise en ordre de l'administration de l'√©glise.

La fin

Plusieurs hypoth√®ses entourent la mort du pape Alexandre VI. En effet, le 6 ao√Ľt 1503, il aurait d√ģn√© avec son fils C√©sar chez le cardinal Adriano da Corneto. Tous deux furent pris par la fi√®vre. La premi√®re hypoth√®se accorde ce mal √† la malaria, tr√®s pr√©sente √† Rome √† cette √©poque. L'autre hypoth√®se est que le pape aurait voulu se d√©barrasser de certains de ses ennemis. Il aurait lui-m√™me empoisonn√© le vin et serait donc tomb√© dans son propre pi√®ge. Cependant, on peut se r√©f√©rer au t√©moignage de Johann Burchard, qui organisa un certain nombre de c√©r√©monies de 1483 √† sa mort en 1506. Les responsabilit√©s de Burchard √©taient de surveiller l'application du protocole et des proc√©dures lors des c√©r√©monies officielles. Il tint un journal d√©taill√© de ses exp√©riences et nous donne, en m√™me temps, un aper√ßu du r√®gne des Borgias. Il √©tait pr√©sent lors de la mort d'Alexandre VI ; il t√©moigne :

¬ę Le samedi matin, le 12 ao√Ľt, le pape se sentit mal, et √† 3 heures de l'apr√®s-midi il devint fi√©vreux. [...] T√īt le 17 ao√Ľt, on lui donna des m√©dicaments mais son √©tat empira et √† 6 heures le lendemain matin, il fit ses derni√®res confessions √† Don Pietro Gamboa, l'√©v√™que de Carinola, qui a ensuite c√©l√©br√© la messe en pr√©sence de Sa Saintet√©. Apr√®s s'√™tre communi√©, il donna au pape l'hostie et continua la messe. Le service √©tait suivi par cinq autres √©v√™ques : Serra, Francesco Borgia, Giovanni Castelar, Casanova et Loris de Constantinople, √† qui sa Saintet√© d√©clara qu'il √©tait tomb√© malade. √Ä la derni√®re heure, l'√©v√™que de Carinola lui donna l'extr√™me-onction et il mourut en pr√©sence de l'√©v√™que, des cardinaux et serviteurs qui √©taient l√†. Son corps avait tellement enfl√© qu'on ne put le mettre dans le cercueil qu'on lui destinait. On le roula ainsi provisoirement dans un tapis, pendant que ses appartements furent livr√©s au pillage. ¬Ľ

Postérité

Alexandre VI laisse dans la chr√©tient√© un grave malaise qui s'amplifiera avec les ann√©es. M√™me parmi les historiens chr√©tiens, il ne trouva pas de v√©ritable d√©fenseur. Le nom de Borgia, notamment par la vie de son fils C√©sar qui a inspir√© Le prince de Machiavel, est devenu synonyme d'ambition et d'absence de scrupules[4]. Rome, sous le pape Alexandre VI, ne conna√ģt ni loi, ni divinit√© ; [mais] l'or, la violence et l'empire de V√©nus[5].

Culture populaire

Jeux vidéo

  • Le jeu vid√©o Assassin's Creed II met en sc√®ne Rodrigo Borgia en tant que principal ennemi du h√©ros Ezio Auditore. Rodrigo y appara√ģt proche de la r√©alit√© : il atteint le Saint-Tr√īne gr√Ęce √† l'argent et √† son absence de scrupule apr√®s avoir tent√© d'assassiner Laurent de Medicis (ami proche de la famille Auditore) repr√©sent√© √† travers la conjuration des Pazzi. Il d√©clare m√™me seulement se servir de son statut de pape pour avoir le pouvoir et ne croit plus en la Bible ; il est d'ailleurs laiss√© en vie par Ezio ce qui augmente donc encore plus la comparaison entre le jeu et la r√©alit√©.
  • Le jeu Assassin's Creed: Brotherhood met √©galement en sc√®ne Rodrigo et cette fois, son fils Cesar. Encore une fois, ils gouvernent la ville de Rome et sont repr√©sent√©s dans toute leur cruaut√© et utilisant la corruption.

Ouvrages de littérature

Film/Série

Bibliographie

  • Johannes Burckard, Dans le secret des Borgia, Journal du c√©r√©moniaire du Vatican, √©dit√© pat I. Cloulas, Paris, Tallandier, 2003 (ISBN 2-84734-042-4)
  • Machiavel, Histoires florentines, √©dit√© par E. Barincou, Paris, Gallimard, coll. Pl√©iade, 1952
  • Francesco Guicciardini, Histoire d'Italie 1492-1534, Paris, Laffont, coll. Bouquins, 1996
  • Ivan Cloulas, Les Borgia, Paris, Fayard, 1987
  • Ivan Cloulas, Savonarole, Paris, Fayard, 1994
  • Ivan Cloulas, Vito Castiglione et Joseph Turmel, Dans le secret des Borgia, Paris, Tallandier, 2003
  • Ivan Cloulas, C√©sar Borgia, fils de Pape et aventurier, Paris, Tallandier, 2005
  • Fred B√©rence Les Papes de la Renaissance √Čditions du Sud & Albin Michel, Paris, 1966
  • (en) Barbara W. Tuchman, The March of Folly: From Troy to Vietnam, √©d. Abacus, 1985 (ISBN 978-0-345-30823-8)

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Journal de Jean Burchard, √©v√™que et c√©r√©moniaire au Vatican, trad. introd. et notes de Joseph Turmel, Paris, √©d. Rieder, 1933
  2. ‚ÜĎ Guicciardini relate que le meurtre aurait √©t√© commis saziata prima la libidine di qualcuno sans pr√©ciser le qualcuno.
  3. ‚ÜĎ Jean MATHIEU-ROSAY, La v√©ritable histoire des papes, Paris, GRANCHER, 1991.
  4. ‚ÜĎ B. Truchman, The March of Folly
  5. ‚ÜĎ selon √Čgide de Viterbe, (1465 - 1532), vicaire g√©n√©ral des Augustiniens, cit√© par B. Truchman, in The March of Folly.
  6. ‚ÜĎ Dans les coulisses de "The Borgias"‚Ķ sur Allocin√©. Consult√© le 3 juin 2010.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par Alexandre VI Suivi par
Innocent VIII
Emblem of the Papacy SE.svg
Liste des papes
Pie III



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alexandre VI de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • alexandre ‚ÄĒ alexandre ‚Ķ   Anagrams dictionary

  • Alexandre ‚ÄĒ ist der Familienname folgender Personen: Boniface Alexandre (* 1936), haitianischer Politiker Manuel Alexandre (1918‚Äď2010), spanischer Schauspieler Maxime Alexandre (1899‚Äď1976), els√§ssischer Dichter und Autor Miguel Alexandre (* 1968), deutsch… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Alexandre VI ‚ÄĒ (Rodrigo Borgia) (1431 1503) pape de 1492 √† 1503, intrigant d√©bauch√©. Vanezza Catanei lui donna C√©sar et Lucr√®ce Borgia. Il statua sur les nouvelles possessions (Am√©rique notam.) de l Espagne et du Portugal. Il excommunia Savonarole. ANTIQUIT√©… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Alexandre ‚ÄĒ Alexandre, A., ein Deutscher, ber√ľhmter Schachspieler, lebt in Paris; schr.: Encyclopaedie des √©checs, Par. 1837; Collection des plus beaux probl√©mes l √©checs, ebd. 1846 (deutsch, Lpz. 1846) ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • Alexandre ‚ÄĒ *Alexandre, Rabbi Aaron, der Schachspieler, ein Israelit, war 1766 zu Hohenfeld in Baiern geboren, studirte in F√ľrth u. wurde hier Rabbiner; 1793 ging er als Lehrer der Deutschen Sprache nach Strasburg u. von da nach Paris, wo er eine… ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • Alexandre ‚ÄĒ Alexandre, Rabbi Aaron, ber√ľhmter Schachspieler (¬ĽVater A.¬ę), geb. um 1766 zu Hohenfeld am Main in Bayern aus einer Rabbinerfamilie, gest. 16. Nov. 1850 in London; schrieb: ¬ĽEncyclop√©die des √©checs¬ę (Par. 1837), ¬ĽCollection des plus beaux… ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • Alexandre ‚ÄĒ (1641 1709) le fondateur, qui repr√©senta l Empire ottoman lors du trait√© de Karlowitz (1699) ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Alexandre II ‚ÄĒ (1818 1881) empereur de 1855 √† 1881. Il signa le trait√© de Paris qui terminait la guerre de Crim√©e (1856), affranchit les serfs (1861) et lutta contre l Empire ottoman (1876 1878). Il fut victime d un attentat nihiliste ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Alexandre ‚ÄĒ Nom de personne d origine grecque, Alexandros (alexein = r√©sister + andros = homme). Patronyme fr√©quent en Normandie et en Picardie ‚Ķ   Noms de famille

  • Alexandre ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Pour les articles homonymes, voir Alexandre (pr√©nom) et Saint Alexandre. Alexandre est un nom port√© historiquement par des rois, des empereurs, des papes ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.