Histoire d'Angers

Blason de la ville d’Angers

Dans l'histoire de l'Anjou, l'histoire d'Angers revête une importance significative, la ville étant la capitale politique, culturelle et économique du comté puis du duché d'Anjou et enfin du Maine-et-Loire.

L'occupation humaine est attestée par des mises au jour de vestiges néolithiques et protohistoriques. C'est à l'époque gallo-romaine que la ville s'implante définitivement avec la fondation de Juliomagus. Après l'époque gallo-romaine, durant le Moyen Âge, la cité d'Angers prend de l'importance avec les seigneurs angevins qui deviennent comtes et finissent par dominer les provinces voisines de la Touraine et Maine. La dynastie des Plantagenêts va transformer le comté en une puissance imposante sous l'Empire Plantagenêt. À la fin du conflit entre Capétiens et Plantagenêt, le roi de France Louis XI fait ériger le château d'Angers. Par la suite, le duc René d'Anjou y favorisera les arts et la culture ainsi que l'université d'Angers.

À la Renaissance, Angers prend la tête d'une organisation territoriale de son domaine angevin. Elle dirige une importante sénéchaussée qui coiffe d'autres sénéchaussées secondaires. Elle est également à la tête d'une circonscription administrative qui comprend six pays d'élection. Un présidial fut établi à Angers dès 1552. C’était le premier corps judiciaire de l’Anjou. La province fait partie des pays de « grande gabelle » et comprend seize tribunaux spéciaux ou greniers à sel dont celui d'Angers. Lors de la Révolution française, Angers perdra un certain nombre de prérogative administrative et territoriale. La ville d'Angers deviendra la préfecture du département du Maine-et-Loire. Au XIXe siècle, la capitale angevine va se moderniser, avec la création de boulevards, de parcs et de monuments « haussmaniens ». Au XXe siècle, elle continue son expansion sur les plans, culturel, économique, écologique, social et urbain. Angers prend la tête d'une communauté urbaine importante : Angers Loire Métropole.


Sommaire

Préhistoire

Modèle d’épée de l’âge du bronze

La plus ancienne trace d’occupation humaine remonte à 400 000 ans av. J.-C. Les vestiges deviennent plus abondants au Néolithique (nombreuses haches en pierre polie).

Le site d’Angers est occupé dès cette époque puisqu’un cairn (sépulture collective sous un tertre de pierre) a été retrouvé sur le site de l’actuel château. Il a fait l'objet de fouille par l'inrap en 2003 (fouille Cyril Marcigny et Cyril Hugot)[1]. On estime que cette sépulture date des années 4500/3500 avant notre ère.

Protohistoire

Une épée en bon état de l’âge du bronze a été découverte dans la Maine.

Antiquité

Au Ve siècle av. J.‑C., le peuple celte des Andes ou Andécaves s’établit dans le pays, surtout au nord de la Loire, et lui donne son nom. Les textes, quant à eux, sont muets sur la capitale des Andes. Le nom de Juliomagus (« le marché de Jules » [César]), sans doute ancien, n’est attesté qu’au IIIe siècle.

Peuplée au début d’artisans, la ville prend ensuite un caractère plus résidentiel. La connaissance de la ville gallo-romaine est parcellaire : quelques secteurs ont été fouillés avec attention (place de la République, ENSAM, etc.) et ont permis de découvrir des thermes romains et des domus péri-urbaine, mais l’habitat non aristocratique (donc susceptible d’être bâti en matériaux périssables) est lui moins caractérisé et connu ; le réseau viaire gallo-romain quant à lui est considéré comme bien connu : le maillage quadrangulaire est bien attesté. À proximité immédiate de l’actuelle rue des Arènes s’élevaient autrefois les arènes gallo-romaines de Growan ou Grohan, construites à Angers vers 115 après J.-C.

Avec les invasions des années 275-276 et l’état d’insécurité permanent de la campagne environnante, les habitants se replient sur le point le plus élevé du site (fin IIIe siècle-début IVe siècle) et s’entourent de murailles qui ne délimitent qu’une superficie d’environ 9 ha (la Cité). Ce sont encore, malgré les remaniements, les vestiges les plus visibles de la période gallo-romaine. Comme beaucoup de villes, l’agglomération reprend au IVe - Ve siècle le nom du peuple gaulois qui l’habitait : civitas Andecavorum, ou Andecavis, origine de son nom actuel.

Vers 463, la ville fut prise par des pirates saxons dirigés par Eadwacer. Ils furent délogés par les fédérés francs dirigés par le roi Childéric.

Moyen Âge

La tour de l’abbaye Saint-Aubin à Angers
Philippe VI de Valois
Sarcophages mérovingiens découverts place du Ralliement à Angers en 2008

Le développement du christianisme pose les jalons d'une nouvelle extension. Le premier évêque est mentionné en 372 (un certain Defensor, encore cela ne devait-il être que son titre civil), lors de l’élection de Martin à l’évêché de Tours.

Dix sarcophages mérovingiens, (dont ceux de deux d'enfants) ont été mis au jour le 23 septembre 2008 à l'occasion des travaux du tramway, sur l'emplacement de l'ancienne église (aujourd'hui disparue) Saint-Maurille. Datant du Ve ou VIe siècle, cette importante découverte archéologique[2] apportera probablement des informations précieuses sur les premiers temps de la chrétienté à Angers.

La vie monastique pénètre à Angers vers le milieu du VIe siècle : la première abbaye, Saint-Aubin, est consacrée selon la légende par l'évêque de Paris, saint Germain et est destinée à abriter le tombeau d'Aubin. L'abbaye Saint-Serge, fondation des rois mérovingiens Clovis II et Thierry III, suit au milieu du VIIe siècle.

En 845, est pillée par le chef viking Hasting[3], puis à nouveau en 852[4].

À partir des années 850, Angers souffre de sa situation de Marche. Bretons et Normands font si bien régner l'insécurité dans le pays que le comte s'installe en 851 à l'extrémité sud-ouest de la cité pour mieux surveiller le fleuve, à l'emplacement de l'actuel château.
La même année, en septembre 851, Charles le Chauve et Erispoë, chef breton, se rencontrent à Angers pour signer le traité d'Angers qui donne à la Bretagne les pays rennais, nantais et de Retz, fixant ainsi les limites frontalières de la Bretagne. Néanmoins, la ville est investie à plusieurs reprises. C'est pourquoi Charles le Chauve crée en 853 une vaste marche frontière formée des territoires de l'Anjou, de la Touraine, du Maine et du pays de Sées et la confie à Robert le Fort (arrière-grand-père de Hugues Capet). Malheureusement, Robert est tué dans un combat contre les pirates à Brissarthe, en 866. En 870, le chef viking Hasting prend la ville et s’y installe, mais encerclé, il doit capituler. Il reprend la ville en 873[5]. L'empereur intervient lui-même en pour déloger les Normands installés à Angers, mais il est battu par Salomon de Bretagne. Celui-ci détourne la Maine, ce qui met les drakkars à sec, et ôte une protection au château. Hasting négocie son départ en offrant une part du butin.

Ne pouvant tenir eux-mêmes le pays, les derniers Carolingiens, comtes d'Anjou, mais surtout comtes de Paris puis ducs de France, nomment des vicomtes. Foulque Ier d'Anjou fut d'abord vicomte d'Angers (avant 898-930) et de Tours (898-909), et comte de Nantes (909-919, puis, après l'invasion normande de Nantes et d'Angers, confirmé comte de Nantes jusqu'en 937). Vers 929, Foulque le Roux prend le titre comtal et fonde la première dynastie des comtes d'Anjou qui rétablit peu à peu le calme.

Foulque II d'Anjou dit le Bon, fut comte d'Anjou au Xesiècle, comte de Nantes et duc de Bretagne entre 958 et 960. Il était de la famille des Ingelgeriens et fils de Foulque Ier le Roux et de Roscille de Loches.

Au XIIesiècle, le comté de Nantes est annexé à l'Anjou, lors d’une période de divisions internes de la Bretagne. Henri II Plantagenêt le conserve en sa main pendant plus de 30 ans (1156-1189)[6]. Henri II Plantagenêt gouverna l'empire Angevin, un ensemble d'États s'étendant des confins anglo-écossais aux Pyrénées et de l'Irlande au Limousin. Le Château d'Angers et ses murailles ont abrité pendant longtemps le siège de la dynastie et la cour du roi. L'empire s'écroula en 1204-1205, lorsque le roi de France, Philippe II de France, s'empara de la Normandie et de l'Anjou.

Le château d'Angers

En 1228, sous la minorité de Louis IX, Blanche de Castille décide de fortifier Angers, dont la position stratégique face aux Bretons et à leurs alliés anglais lui vaut le qualificatif de "Clé du Royaume".

L’acrostiche accolé sur le nom d’Angers témoigne de l’importance de la cité angevine :

  • Antique clef de France,
  • Necteté de souffrance,
  • Garant contre ennemys,
  • Estappe d'asseurance,
  • Recours de secourance,
  • Seccurité d’amys.

En 1343, le sel devient un monopole d'État par une ordonnance du roi Philippe VI de Valois, qui institue la gabelle, la taxe sur le sel. L'Anjou fait partie des pays de « grande gabelle ». L'Anjou comprend seize tribunaux spéciaux ou « greniers à sel », dont celui d'Angers.

En 1356, les écoles de Droit, de Médecine et de Théologie, réputées dans toute l'Europe, sont organisées en Universités.

En 1364, Charles V donne ses lettres de Noblesse à l'Université d'Angers.

En 1373, le duc Louis d'Anjou commande au peintre Jean de Bruges et au lissier parisien Nicolas Bataille, les six tapisseries consacrées à l'Apocalypse de Saint-Jean.

Renaissance

Le bon roi René.
Le jeu du papegai en Anjou à l'époque de la Renaissance.

Le roi René d'Anjou a contribué à la relance de l'économie locale, très affectée au début du XVe siècle par les séquelles de la peste (1347-1350) et par les conflits incessants, dont la guerre de Cent Ans (1337-1453). Il fut un homme d'une grande culture et d'une grande générosité, il fit d'Angers un centre culturel et politique important ou il entretint une cour littéraire et savante. Il aménagea les douves du château d'Angers en ménagerie, créa des lieux de promenades et des jardins fleuris. Il créa, à Angers, le second ordre du Croissant, totalement distinct du précédent. L'ambition de cet ordre était d'être d'un niveau de prestige comparable à celui de la Toison d'Or, créé quelques années auparavant.

En 1474, Louis XI manœuvre contre le bon roi René, dont il désire annexer son domaine angevin. Le roi de France se rend à Angers avec son armée, sous couvert d'une visite de courtoisie. La surprise et la stupéfaction sont énormes le roi demanderait les clefs de la capitale de l'Anjou. Louis XI installe aussitôt une garnison dans le château d'Angers et en confie le commandement à Guillaume de Cerisay[7]. A soixante-cinq ans, le roi René ne veut point commencer une guerre avec son neveu le Roi de France. René lui cède son royaume sans combattre. L'Anjou cesse dès lors d'être un apanage et entre définitivement dans le domaine royal. Le roi René fut enterré a sa mort en la Cathédrale Saint-Maurice d'Angers.

En 1516 puis en 1539, se tinrent à Angers, Les Grands Jours qui furent, sous l'Ancien Régime, des tribunaux exceptionnels qui jugèrent en dernier ressort les affaires qui localement ont donné lieu à des décisions contestables ou ont été soustraites à la justice. Présidés par un Commissaire du roi et composés de magistrats professionnels mais étrangers à la province d'Anjou, ils durent ramener l'ordre et la paix civile. Les Grands jours d'Angers ou les Grands Jours du duc d'Anjou, furent accordés par le roi Charles V de France à Louis son frère, duc d'Anjou, avec faculté de les tenir, soit à Paris ou dans telle ville de ses duchés qu'il voudrait. Louise de Savoie, mère du roi François Ier, fit en 1516 ériger des grands jours en la ville d'Angers; on en tint aussi pour le roi dans cette ville en 1539.

En 1551, Angers devient le Siège royal de la sénéchaussée principale de l’Anjou et présidial de la juridiction d’Angers (1551-1790). L’Anjou, le Maine et la Touraine s’associent au sein d'une généralité dont le siège sera fixé à Tours. Cette généralité de Tours reconstitue le territoire du « Grand Anjou » de Foulque Nerra.

Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la Cour et des Grands du royaume : son frère le duc d’Anjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine[8]. À ce moment, les catholiques ont repris les choses en main à Angers : le catholique Puygaillard, remplissant les charges de gouverneur d’Anjou, de la ville et du château d’Angers est placé à la tête de la municipalité par les officiers du roi, une milice bourgeoise maintient l’ordre, et l’évêque Bouvery met en place une « ligue angevine ».

Le duc de Mercoeur

Le comte de Montsoreau y apporte la nouvelle du massacre de la Saint-Barthélemy fin août et y dirige le massacre des protestants dont les corps sont jetés dans la Mayenne. Ce sont les échevins qui arrêtent les massacres[9].

Pendant ce temps, le XVIe siècle voit se développer le protestantisme. L’apparition des premiers martyrs huguenots à Saumur aboutit à la « journée des mouchoirs » qui fut le prémisse de la guerre civile. La répression fut ordonnée : villes et campagnes furent disputées et dévastées. La création de la « Ligue angevine » en 1567 trouva de nombreux partisans en Anjou. L’abjuration d’Henri IV ne suffit pas à désarmer les ligueurs angevins soutenus par le Duc de Mercœur.

En 1576, François d’Alençon, devenu duc d’Anjou en ayant reçu l’Anjou en apanage, Monsieur nomme Bussy d’Amboise gouverneur du duché. Il devient ainsi commandant du château d’Angers et gouverneur de l’Anjou. Redoutable aventurier, Louis de Clermont, sieur de Bussy d’Amboise, rançonne la région, à la tête d’une bande coupe-jarrets. Bussy est finalement victime de son arrogance. Le 19 août 1579, alors qu’il tentait de séduire la dame de Montsoreau, il est tué dans le piège que lui avait tendu le mari de celle-ci, Charles de Chambes, comte de Montsoreau.

En 1585, Henri III nomme le comte Antoine de Silly, sieur de La Rochepot, gouverneur de l’Anjou et la même année nomme également Pierre de Donadieu, sieur de Puycharic, capitaine-gouverneur du château d’Angers. Ils restent fidèle au roi de France et combattent par la force les ligueurs catholiques opposés à Henri III, puis en 1589, à son successeur Henri IV. Le roi de Navarre les récompense pour leur loyauté en les élevant à la dignité de chevalier de l’Ordre de Saint-Michel en 1593 pour Puycharic et chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit en 1595 pour La Rochepot. En 1596, Henri IV désigne Puycharic comme Sénéchal d’Anjou.

En 1598, l’Édit de Nantes est préparé à Angers par Henri IV. Du 6 mars au 12 avril 1598, Henri IV fait d’Angers sa capitale d’un moment. Face à la Bretagne longtemps indépendante, Angers, bien située aux marches du royaume, était une place forte d’importance tenu par son fidèle gouverneur Puycharic.

Le sieur de La Rochepot, gouverneur de l'Anjou et Puycharic lieutenant du gouverneur, organisent avec la population et les édiles locaux, l’accueil et le séjour du Roi de France.

Arrivé à Angers, Henri IV multiplie les gestes symboliques pour rallier tout à fait les catholiques d’esprit ligueur. Il se rend à la cathédrale pour entendre la messe. Il reçoit à genoux, à l’entrée de l’église, la bénédiction de l’évêque. Quelques jours après, il suit la procession des Rameaux, une palme à la main et son collier de l’ordre du Saint-Esprit sur les épaules. Henri IV lave les pieds à treize pauvres au palais épiscopal et touche les malades des écrouelles sur le parvis de la cathédrale suivant la tradition royale. Enfin il pose la première pierre du couvent des Capucins, toujours à Angers.

Pendant ce temps le duc de Mercœur envoie sa femme, la duchesse de Mercœur, en compagnie de ses représentants auprès du roi de Navarre, pour négocier sa soumission. La Bretagne se soulève contre leur duc et Mercœur perd plusieurs places fortes bretonnes qui rallient le roi de France, la dernière en date Dinan dans laquelle la population, secourue par les Malouins, crie « Vive le roi », « Vive la liberté publique ». Henri IV refuse d’accueillir la dame de Mercœur à Angers. Elle est refoulée aux Ponts-de-Cé (faubourg sud d’Angers situé sur la Loire). Néanmoins elle rencontre la maîtresse du roi, Gabrielle d’Estrées. Les deux femmes se mettent rapidement d’accord pour un mariage entre la fille unique des Mercœur,Françoise avec César de Vendôme, fils naturel du roi et de Gabrielle d’Estrées. Après cette entrevue, Henri IV se laisse convaincre par sa maîtresse et accepte enfin de recevoir à Angers, la femme de Mercœur, ainsi que les délégués envoyés par son mari.

Entre deux parties de chasse, Henri IV prépare la reddition du duc de Mercœur et la préparation de l’édit de pacification. Un accord est signé avec les émissaires de Mercœur le 20 mars : il renonce à son gouvernement de Bretagne moyennant une énorme somme d’argent, mais doit consentir au mariage de sa fille unique Françoise avec César de Vendôme, fils naturel du roi et de Gabrielle d’Estrées.

Le 28 mars, le duc de Mercœur rencontre Henri IV à Briollay, chez le duc de Rohan avec lequel le roi aime chasser. Mercœur se jette aux pieds du Roi et jure de lui être fidèle. Duplessis-Mornay, ami fidèle d’Henri IV assiste à cette situation bien manœuvré par Mercœur. Le roi n’est pas dupe et accepte cette soumission de bonne grâce. Il est vrai que Mercœur possède encore des forces militaires, notamment avec la présence de deux mille Espagnols qui campent au Pellerin le long de la Loire et de cinq mille autres au Blavet sous le commandement de son allié Don Juan d’Aguila.

Mercœur s’en retourne à Nantes. Le 23 mars un impôt est levé pour couvrir les frais de réception pour l’accueil du roi de France. Entre temps, Mercœur démobilise ses propres troupes.

Le contrat de mariage est signé au château d’Angers le 5 avril 1598.

Le roi peut alors quitter définitivement Angers pour Nantes le 12 avril, laissant son grand conseil au couvent des Jacobins d’Angers mettre la dernière main à la rédaction de l’édit qui sera signé à Nantes, vraisemblablement le 30 avril 1598. Henri IV reçoit les ambassadeurs d’Angleterre et des Provinces-Unies qui tentent de le persuader de continuer la guerre contre l’Espagne mais le roi de Navarre tient à mettre un terme à tant d’années de souffrances, de malheurs et de calamités dans son royaume, comme le rapporte Sully.

Le 2 mai 1598, la Paix de Vervins est signée entre la France et l’Espagne. Le royaume récupère toutes ses possessions au nord du pays et les troupes espagnoles quittent Le Pellerin et le Blavet.

À l’époque, l’édit n’est pas appelé « édit de Nantes », ni même « édit d’Angers » mais « édit de pacification ».

L’édit de Nantes voit le retour de la paix, en laissant Saumur aux protestants, libres de leur culte (jusqu’à la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV en 1685).

L'Ancien régime

Sénéchaussées de l'Anjou sous l'Ancien régime
(cliquez pour agrandir)
Marie de Médicis

En 1611 : Partage des attributions entre la prévôté et la sénéchaussée d'Angers. "Par arrêt de la Cour en décembre 1611, les lieutenant criminel et procureur du Roy en la sénéchaussée d'Anjou et siège présidial d'Angers, et les juges, lieutenants et procureur du Roy en la prévôté dudit lieu, portant règlement pour le partage de l'exercice de leurs charges. Lu et publié en l’audiance desdits sièges le mercredy 4 jour de janvier 1612. Avec une ordonnance faite en ladite sénéchaussée d’Anjou et siège présidial d’Angers le mercredy quatorzième jour de novembre audit an pour l’exécution et entretenement dudit arrest".

En 1618, Ancienne circonscription financière au XVIesiècle, Angers devint circonscription administrative sous la direction d'un intendant ayant pleine autorité sur les " subdélégués " des six terres d'élections de la province d'Anjou (Angers, Baugé, Beaufort, Château-Gontier, La Flèche et Saumur). (Loudun étant encore sous l'autorité du gouverneur de Saumur).

En 1619, Louis XIII qui a éloigné sa mère, Marie de Médicis, du pouvoir et de la Régence, lui donne le gouvernement de l'Anjou. Elle s'installe à Angers dans le Logis Barrault avec son aumônier Richelieu.

En 1620 eut lieu la bataille des Ponts-de-Cé, connue également sous le nom des "Drôleries des Ponts-de-Cé", entre les partisans du roi Louis XIII et ceux de sa mère, Marie de Médicis, que son fils avait écarté de la Régence trois ans plus tôt, et qui tentait de revenir au pouvoir. Par la défection de ses principaux nobles, les troupes de Marie de Médicis furent bientôt sans commandement avant le combat. L'armée royale n'eut plus qu'à disperser ses fantassins dans une "drôlerie" générale.

En 1649, Face aux Famines, épidémies et à une pression fiscale de plus en plus excessive, les Angevins se révoltent contre la lourdeur des impôts. C'est le commencement de La Fronde angevine. La répression par les troupes royales est évitée de justesse grâce à l'intervention de l'évêque Henri Arnauld. La figure d'Henri Arnauld marque la seconde moitié du XVIIe siècle dans le domaine religieux. D'abord abbé de Saint-Nicolas, ce dernier est évêque d'Angers de 1649 à 1692.

En 1652, le Duc de Rohan, gouverneur de l'Anjou, prend fait et cause pour le prince de Condé (surnommé le Grand Condé) en lutte contre le roi de France. Louis XIV et Mazarin envoient l'armée royale assiéger Angers. Le Duc de Rohan capitule et évite le sac de la ville.

En 1657, l'autorité royale atteint le niveau municipal puisque le roi nomme le maire et les échevins. Les tribunaux royaux, présidiaux, et chambres spécialisées accroissent leurs compétences aux dépens des sénéchaussées.

La Révolution française

Le 11 novembre 1789, l'Assemblée Constituante ordonne aux députés des anciennes provinces françaises de se concerter, afin de mettre en place un réseau de nouveaux départements d'environ 324 lieues carrées, soit 6 561 km² actuels.
Des réunions se tiennent aussitôt dans l'hôtel du duc de Choiseul-Praslin, député de la noblesse de la Sénéchaussée d'Angers. Une trentaine de députés des trois provinces composants la généralité de Tours (Anjou, Maine et Touraine) présents envisagent de rétrocéder des territoires au Poitou et de subdiviser le domaine restant en quatre départements, autour des capitales traditionnelles, Tours, Angers et le Mans, et autour de la ville de Laval, qui récupérerait des terres du Maine et de l'Anjou. Saumur veut rivaliser avec Angers et s'oppose au démantèlement de l'Anjou proposé par certains délégués (Bourgueil et Château-la-Vallière au profit de la Touraine, les pays de La Flèche et Château-Gontier exclus du futur département, etc.). Les Saumurois rêvent de créer leur propre département. Hélas des dissensions apparaissent chez eux et le pays de Loudun renonce à créer un département avec Saumur.
Le 14 janvier 1790, l'Assemblée Nationale décrète que "Saumur et le Saumurois feront partie du département de l'Anjou".
Intégré dans le département de "Mayenne-et-Loire" (futur "Maine et Loire"), Saumur tente de partager avec Angers la fonction de chef-lieu. Ayant perdu la partie, les représentants de Saumur proclament que l'alternat entre Angers et Saumur permet de déjouer les intrigues et les cabales qui naissent de la fixité…
Le lundi 24 mai 1790, ils obtiennent 104 suffrages en faveur de l'alternat, mais 532 voix se prononcent en faveur d'un siège permanent à Angers. Le nouveau département est constitué. L' Assemblée Constituante entérine cette structure le 22 juin 1790 et le Roi le 25 juin 1790.

Le XIXe siècle

Atalantes du carrefour Rameau

La ville est modifiée au XIXe siècle à l’époque des reconstructions haussmanniennes de Paris. De nombreux quartiers se retrouvaient ainsi profondément remanier notamment la place du Ralliement, le carrefour Rameau, la rue Voltaire et la rue Saint-Laud. Les murailles de l’époque moderne qui ceinturent la ville sont abattues au milieu du siècle laissant la place aux boulevards par les boulevards du Roi René, Foch, Besonneau, Carnot et Ayrault sur la rive gauche de la Maine et boulevards Davier, Clemenceau, Dumesnil et Foulque Nera sur la rive droite. Il ne reste que quelques fragments de ces murailles :

  • romaine : muraille de la rue Toussaint ;
  • médiévale : Tour rue Baudrière ;
  • moderne : le long du boulevard Carnot où se trouvait l’ancien Hôtel de ville (face au Centre des Congrès) et Tour des anglais qui subsiste aux côtés du pont de la Haute-Chaîne).

Louis-Napoléon Bonaparte (président puis empereur) se rendit à trois reprises à Angers :

  • en 1848, lors de l’inauguration de la ligne de chemin de fer Tours-Nantes ;
  • en 1851, à la suite d’une catastrophe le pont suspendu de la Basse-Chaîne s’est effondré causant la mort de plus de deux cents soldats. Cet accident fut provoqué en autre par le pas saccadé des hommes marchant au même pas ;
  • enfin en 1856, devenu Napoléon III, il revint sur Angers à la suite d’une terrible inondation de la Loire qui a envahi la vallée de l’Authion, submergeant les carrières des Ardoisières de Trélazé. Il séjourna à cette occasion à la Préfecture. Cette visite en juin 1856 est réalisée moins d’un an après des émeutes républicaines La Marianne qui ont eu lieu à Angers et à Trélazé. Ces émeutes furent très sévèrement réprimées avec des déportations au bagne de la Guyane. Ces deux évènements sont historiquement liés.

En 1875 Monseigneur Freppel fonda la première faculté libre de France. Rapidement assimilé à l'organisation Universitas Andegavensis créer au XIVe siècle, l'université est érigée canoniquement en université catholique par le pape Pie IX en 1879. Le 18 mars 1890 un texte de loi interdit aux établissements privés d'enseignement supérieur de se nommer « université », elle prendra le terme officiel de Faculté libre d'Angers en plus de celui d'Université catholique d'Angers.

Le XXe siècle

Début du siècle

Fontaine du jardin du mail construite pour l'exposition universelle de 1900.
L'Alcazar rue Saint-Laud.
Nouvelles galeries.

Au début du XXe siècle le père Vétillart fonde en 1898 l’École supérieure d’agriculture et de viticulture qui deviendra par la suite l'École supérieure d'agriculture d'Angers. En 1909, l'École supérieure des sciences commerciales d'Angers (ESSCA) est créée pour compléter l'offre de l'université d'Angers.

Les Nouvelles Galeries sont inaugurées le 6 avril 1901. Elles proposent des produits de Luxe et exotique sur le modèle des grands magasins parisiens. En 1926, elle s'agrandisse jusqu'à la place du Ralliement à l'emplacement de l'ancien Grand Hotel qui fut remanier dans le style Art déco pour faire partie intégrante du bâtiment.

L'hôtel des postes de la place du Ralliement étant devenu trop exigu, la construction d'un nouvel édifice sur un autre site est décidée en 1929. Le chantier, conduit par l'entreprise Brochard sur des plans de l'architecte régional des PTT Gabriel Guchet, débute en 1934 pour s'achever en 1937. Principal bâtiment public des années 1930, la Poste centrale se rattache au classicisme structurel des œuvres de François Lecoeur, l'architecte officiel de l'administration des postes et télégraphes. L'hôtel des postes de Reims en particulier, construit peu auparavant, a fortement inspiré celui d'Angers avec ses larges travées, ses fenestrages bombées et ses hautes colonnes semi engagées.

La Seconde Guerre mondiale

En septembre 1939, alors que la Pologne est envahie par les troupes allemandes, Angers accueille le gouvernement polonais en exil. Les divers ministères polonais s'installent dans la ville et au château de Pignerolles à Saint-Barthélemy-d'Anjou. Le 12 juin 1940, date à laquelle la France est à son tour envahie par la Wehrmacht, le gouvernement polonais quitte Angers pour gagner Londres.

À partir de juin 1940, dans le cadre de l'occupation de la zone Nord, Angers est le siège d'une Kommandantur régionale dont dépend notamment la Feldkommandantur de Nantes. En octobre 1941, après l'attentat contre le Feldkommandant Karl Hotz, une partie des tractations entre Allemands et Français de Vichy pour déterminer une liste d'otage a lieu à la Kommandantur d'Angers (voir page Représailles après la mort de Karl Hotz).

En 1941, Victor Chatenay crée le premier mouvement de résistance angevin qui portera le nom d'"Honneur et Patrie". Ce réseau clandestin a compté près de 300 membres.

En 1942, Angers devient le centre régional de la Gestapo. Résistance et répression vont de pair. 60 personnes sont fusillées sur le champ de tir de Belle Beille. Le bilan final pour la région : 208 fusillés et 608 déportés pour résistance[10].

En 1943, la Kriegsmarine réquisitionne le château de Pignerolles pour y installer son centre de communication. 6000 ouvriers y construisent 11 bunkers et des baraquements pour près de 1000 marins allemands[10].

Dans la nuit du 28 au 29 mai 1944 a lieu le premier bombardement allié sur le quartier Saint-Laud. Il y a 243 morts et un nombre considérable de blessés. Le quartier de la gare Saint-Laud est reconstruit dans les années 1950.

En août 1944, Michel Debré est nommé commissaire de la République à Angers.

Le 27 mars 1949, le général de Montsabert remet à la ville la Croix de guerre avec palme.

Fin du siècle

Quartier de la Roseraie.
Présidence de l'Université d'Angers.


En 1946, le musée des Beaux-arts, sinistré par la guerre, rentre dans la liste des musées de province classés. Partiellement réorganisé en 1949, il rouvre ses portes en 1950.

Dans les années 1950 ei 1960, suite aux flux migratoires vers la ville, de grands ensembles apparaisse dans les quartiers périphériques comme la Roseraie, Montplaisir ou Belle-Beille. La tour des Hauts d'Anjou a fait notamment partie d'une vaste opération d'urbanisme dont le premier plan est dessiné en 1956 pour remplacer le faubourg Saint Michel, extrêmement déshérité, et devant être rasé. La tour Viollet a été construite selon une théorie corbuséenne par Lionel Schein en 1960 dans le quartier de Belle-Beille.

L'université est marquée au milieu du siècle par la création du Centre Scientifique Universitaire en 1958, puis par la création de l'IUT en 1966. En 1968 et 1970 sont respectivement créés le Collège Juridique Universitaire et le Collège Littéraire Universitaire. C'est en 1971 que sont finalement rassemblés l'ensemble des facultés et instituts pour former l'actuelle université d'État en parallèles à l'université catholique.

En 1966, Simone Lurçat, femme de Jean Lurçat lègue le Chant du monde à la ville d'Angers pour faire écho au plus grand ensemble de tapisseries médiévales connu, la Tenture de l'Apocalypse. L'œuvre est installée dans l'ancien hôpital Saint-Jean, à Angers, qui deviendra le musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine par la suite.

Dans les années 1970 on se servit des carrières de grave au sud de la ville pour réhausser le quartier Saint-Serge. Un Lac artificiel, le Lac de Maine, vaste plan d'eau de 90 hectares fut aménagé en base nautique en remplissant la place laisser libre par l'extraction. La pyramide du Lac de Maine érigée en 1978 fut le centre du projet.

En 1977, la Ville entrevoit le projet de réaménagement du musée des Beaux-arts. En 1980, il a été décidé dans un premier temps de déménager la bibliothèque municipale, et d’autre part, de transférer la galerie David d’Angers de l’espace du grand séminaire à l’église de l'Abbaye Toussaint d'Angers. En 1984, François Mitterrand inaugure la nouvelle galerie David d'Angers.

Dans les années 1980, s'impose l'idée de reconquérir la Maine. Un concours est lancé pour transformer une ancienne friche urbaine et les anciens abattoirs en des logements mixtes et des équipements urbains. Un travail sur les zones inondables est entrepris, et a conduit à la requalifications des espaces urbains d'Angers.

À la fin du siècle de nombreux travaux sont entrepris dans le quartier Saint-Serge, la CNP Assurances vient s'installer à côté de la présidence de l'université ainsi qu'une multitude d'entreprise dans les tours Harmoni et Forum construite en 1999.

Blasonnement

Blason de la ville d'Angers
De gueules à la clef en pal d’argent, au chef d’azur chargé de deux fleurs de lys d’or

La ville d’Angers porte les armes des comtes et ducs d’Anjou, apanagistes, de sang royal, comme l’indiquent les deux fleurs de lys. La clef évoque la place forte face à la Bretagne. La ville est alors qualifiée de l’acrostiche suivant :

  • Antique clef de France,
  • Necteté de souffrance,
  • Garant contre ennemys,
  • Estappe d'asseurance,
  • Recours de secourance,
  • Seccurité d’amys.

Le blasonnement de la ville est décrit dans un rapport au maire en décembre 1816 où il est signalé que ces armes étaient présentes sur une ancienne monnaie frappée à Angers au coin de Charles Ier de Sicile (1246-1285).

En 1987, le logotype de la ville reprend les couleurs du blason selon l’ordre de préséance héraldique : le bleu du chef en haut et le rouge du champ en bas. Le A stylisé symbolise à la fois la force et la légèreté.

Devise[11]

  • Antiquité : Assiuis conciliis (ou consiliis)
  • De 1434 à 1480 (règne du roi René, duc d’Anjou) : D’ardent désir
  • En 1499 : Antique clef de France
  • Depuis juin 1987 : Angers, la qualité

Notes et références

  1. Cyril Marcigny, Eric Gaumé et Emmanuel Ghesquière, 2008 - Le cairn du « château » à Angers (Maine-et-Loire), Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 105, n° 4, p. 813-848.
  2. angers.fr
  3. Michel Dillange, Les Comtes de Poitou, Ducs d'Aquitaine (778-1204), Geste éditions, coll. « La Crèche », 1995, 304 p. (ISBN 978-2-910919-09-2), p. 55 .
  4. Michel Dillange. op. cit., p. 56
  5. Michel Dillange. op. cit., p 59-60
  6. Judith Everard. « Le duché de Bretagne et la politique Plantagenêt aux XIIe et XIIIe siècles », in Marin Aurell et Noël-Yves Tonnerre éditeurs. Plantagenêts et Capétiens, confrontations et héritages, colloque des 13-15 mai 2004, Poitiers. Brepols, 2006, Turnhout. Collection Histoires de famille. La parenté au Moyen Âge. (ISBN 2-503-52290-4), p. 202
  7. Histoire de René d’Anjou, Louis François Villeneuve-Bargemont tome II (1446-1476) Editions J. J. Blaise, Paris : 1825
  8. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 978-2-7242-0785-9), p. 258
  9. Pierre Miquel, op. cit., p. 286
  10. a et b Groupe Folklorique lesplantagenets.fr
  11. Description complète des emblèmes et devises de la ville sur le site d’Angers

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Histoire d'Angers de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Histoire d’Angers — Histoire d Angers L histoire d Angers commence très tôt. Dès la préhistoire, l occupation humaine est attestée par des mises au jour de vestiges néolithiques. Dans l Antiquité, le peuple des Andécaves occupe le territoire situé de part et d autre …   Wikipédia en Français

  • Histoire d'Angers sporting club de l'Ouest — Article principal : Angers sporting club de l Ouest. L histoire d Angers sporting club de l Ouest est l histoire d un club de football créé le 10 octobre 1919. Le club est né sous l impulsion des frères Fortin, directeurs de la… …   Wikipédia en Français

  • Angers Noyant Handball — Généralités …   Wikipédia en Français

  • Angers — Angers …   Deutsch Wikipedia

  • Angers —  Pour l’article homonyme, voir Angers (patronyme).  …   Wikipédia en Français

  • Angers sporting club de l'Ouest — Pour les articles homonymes, voir SCO. Infobox club sportif Angers SCO …   Wikipédia en Français

  • Angers SCO — Angers Sporting Club de l Ouest Pour les articles homonymes, voir SCO. Angers SCO …   Wikipédia en Français

  • Angers Sporting Club De L'Ouest — Pour les articles homonymes, voir SCO. Angers SCO …   Wikipédia en Français

  • Histoire De Nantes — Cet article traite de l histoire de Nantes. Le Château des ducs de Bretagne Sommaire 1 Antiquité …   Wikipédia en Français

  • Histoire De L'imprimerie En Mayenne — Sommaire 1 Introduction 2 Avant le XIXe siècle 2.1 Château Gontier 2.1.1 Introduction …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.