Hierarchie de l'ordre du Temple en Orient

ÔĽŅ
Hierarchie de l'ordre du Temple en Orient

Hiérarchie de l'ordre du Temple en Orient

La hi√©rarchie de l'ordre du Temple en Orient a √©t√© mise en place pour r√©pondre aux besoins d'organisation de l'arm√©e de l'ordre en Orient. Ce sont les retraits de la r√®gle qui nous renseignent sur cette hi√©rarchie et le r√īle des diff√©rents dignitaires qui vivaient en Orient.

Sommaire

Le ma√ģtre

Vingt-deux articles des retraits de la r√®gle sont consacr√©s au ma√ģtre de l'Ordre. (articles 77 √† 98). Il r√©sidait obligatoirement √† J√©rusalem en Terre Sainte car ce lieu √©tait la raison d'√™tre de l'Ordre du Temple et en fut la capitale jusqu'en 1187 (chute de J√©rusalem).

Son √©lection se faisait par treize fr√®res selon une proc√©dure complexe, d√©crite en d√©tail dans vingt-cinq articles des retraits(articles 198 √† 223). Les pouvoirs du ma√ģtre √©taient assez limit√©s ainsi que son r√īle qui √©tait principalement "repr√©sentatif" lors des manifestations et visites officielles. Il √©tait souvent tributaire des d√©cisions du chapitre g√©n√©ral.

Il était le seul à décider de l'engagement de l'Ordre dans une bataille et se trouvait accompagné de deux frères-chevaliers qui lui servaient de conseillers et qui le suivaient dans tous ses déplacements.

Il √©tait fourni au ma√ģtre quatre montures dont un turcoman (destrier de guerre).

On trouvait √† son service :

  • 1 fr√®re-chapelain
  • 1 clerc avec trois montures
  • 1 fr√®re-sergent avec deux montures
  • 1 valet avec une monture (il portait l'√©cu du ma√ģtre et sa lance.)
  • 1 mar√©chal-ferrant
  • 1 √©crivain sarrasin, c‚Äôest-√†-dire un secr√©taire arabe qui lui servait √©galement d'interpr√®te
  • 1 turcopole
  • 1 queux (cuisinier)
  • 2 palefreniers qui s'occupaient uniquement du cheval de bataille du ma√ģtre

Toute cette maison suivait le ma√ģtre en tout lieu et tout temps.

En campagne, le ma√ģtre logeait dans une tente ronde, rappelant la chapelle du Saint-S√©pulcre et √©tait toujours escort√© par un chevalier et le gonfanon.

Le sénéchal

Il √©tait le deuxi√®me dignitaire de l'Ordre apr√®s le ma√ģtre. Les retraits de la R√®gle lui consacrent deux articles (articles 99 et 100). Son r√īle consistait √† remplacer le ma√ģtre lorsque ceui-ci √©tait absent. Mais, "en tous lieux o√Ļ la ma√ģtre est absent, tous les √©quipages des terres et des maisons et toutes les maisons et les viandes (nourritures) sont au commandement du s√©n√©chal."

L'Ordre lui fournissait :

  • 4 chevaux dont un palefroi
  • 2 √©cuyers
  • 1 fr√®re chevalier pour "compagnon", (conseiller) avec trois chevaux
  • 1 fr√®re sergent avec deux chevaux
  • 1 diacre-√©crivain (secr√©taire et pr√™tre)
  • 1 turcopole (soldat arabe)
  • 1 √©crivain sarrasin avec un cheval (secr√©taire et traducteur arabe)
  • 2 palefreniers

Tout comme le ma√ģtre, il devait avoir un compagnon de rang qui le suivait et le conseillait.
Lorsque le ma√ģtre √©tait absent, il pouvait sceller les papiers officiels et missives avec un sceau identique √† celui du ma√ģtre. C'√©tait aussi lui qui portait le gonfanon.

Le maréchal

On conna√ģt ce grade gr√Ęce aux neufs articles des retraits qui lui sont consacr√©s(articles 101 √† 109). Il s'agissait de l'autorit√© militaire supr√™me subordonn√©e aux d√©cisions militaires du ma√ģtre.
En temps de paix ainsi qu'en temps de guerre, il était responsable de la discipline et de l'entretien des armes et montures.
Il r√©partissait les t√Ęches de la journ√©e et faisait l'appel des chevaliers lors des messes. En campagne, le mar√©chal dirigeait tous les hommes d'armes du Temple et "fournissait la pointe" pour la charge qu'il ex√©cute en portant lui-m√™me le gonfanon.
A la mort du ma√ģtre de l'Ordre, c'est lui qui faisait annoncer la nouvelle dans toutes les commanderies et r√©unissait les dignitaires pour l'organisation de l'√©lection d'un nouveau ma√ģtre.

L'Ordre lui fournissait :

  • 4 chevaux dont un turcoman pour les batailles
  • 2 √©cuyers
  • 1 fr√®re-sergent mont√©
  • 1 turcopole √©galement mont√©

Le commandeur de la terre et du royaume de Jérusalem

Les retraits de la Règle lui consacrent dix articles (articles 110 à 119). C'était le grand trésorier de l'Ordre et le chef de la province de Terre Sainte.
Il gérait toutes les transactions financières de l'Ordre qu'elles aient été effectuées en Occident ou en Orient. Il avait la mainmise sur la flotte du Temple car tous les échanges commerciaux transitaient par le port d'Acre.
Il s'occupait également de répartir les frères dans les forteresses ou les commanderies selon les besoins en hommes de celles-ci.
Il était secondé par le drapier de l'Ordre.

En tant que haut dignitaire, il avait droit √† :

  • 4 chevaux dont un palefroi
  • 2 √©cuyers
  • 1 fr√®re sergent √† deux montures
  • 1 diacre lettr√©
  • 1 soldat turcopole mont√©
  • 1 √©crivain (secr√©taire)
  • 2 gar√ßons √† pied (palefreniers)

Le drapier

On conna√ģt ce grade de la hi√©rarchie de l'Ordre du Temple gr√Ęce aux deux articles des retraits de la R√®gle qui lui sont consacr√©s (articles 130 et 131). Le r√īle du drapier du couvent √©tait de la toute premi√®re importance. C'est pourquoi il √©tait cit√© comme le troisi√®me personnage de l'Ordre apr√®s le ma√ģtre et le mar√©chal. Il y avait en orient deux autres drapiers, celui de la Terre d'Antioche et celui de la Terre de Tripoli. Le fr√®re drapier g√©rait le stock de v√™tements ainsi que tout ce qui d√©pendait de la literie. Il surveillait lui-m√™me l'arriv√©e des v√™tements import√©s d'Europe, et destin√©s aux templiers d'Orient. Il contr√īlait l'ouverture des colis. Il devait veiller √† ce que tous les Templiers aient un v√™tement correct et "soient habill√©s honn√™tement." Il pr√©parait √©galement l'habit blanc ou noir des fr√®res nouvellement re√ßus dans l'Ordre lors de la c√©r√©monie de r√©ception et r√©cup√©rait leurs v√™tements civils.

En tant que haut dignitaire, le drapier avait √† son service :

  • 4 chevaux
  • 2 √©cuyers
  • 1 sommelier (homme de peine)
  • 1 aiguillier (grande tente)
  • 1 grembeleure (petite tente)
  • une √©quipe de parmentiers (ouvriers drapiers)

Le commandeur de la cité de Jérusalem

Il était l'hospitalier de la Maison. Il assurait la protection et la défense des pèlerins francs dans toute la Palestine, parfois leur transport, et commandait, pour ce faire, un escadron de dix chevaliers.

Le commandeur de Jérusalem et ses chevaliers avaient le privilège de la garde permanente de la Sainte-Croix. Cinq articles lui sont consacrés dans les retraits de la Règle.(articles 120 à 124)
L'Ordre lui fournissait :

  • 4 montures dont 1 turcoman ou 1 bon roncin
  • 2 √©cuyers
  • 1 fr√®re sergent avec deux montures
  • 1 √©crivain sarrasin (secr√©taire arabe) avec une monture
  • 1 soldat turcopole avec une monture

Selon, Marion Melville, ce grade a disparu à partir de la chute de Jérusalem en 1187.

Les commandeurs de province

Cinq articles des retraits de la R√®gle nous renseignent sur ce grade. (articles 125 √† 129). Les Commandeurs des Provinces de Tripoli et d'Antioche √©taient des personnages importants de l'Ordre capables de remplacer le ma√ģtre ou le mar√©chal en leur absence. Sa fonction consistait √† fournir aux forteresses templi√®res de sa province, cuir, bl√©, vin, fer, acier et des sergents pour la garde des portes. A charge pour lui de fournir √† ses garnisons, chevaux, mules et tout √©quipement. Pour cela, il pouvait ponctionner de l'argent dans les commanderies et les forteresses de sa Province.

Leur r√īle √©tait assez proche de celui du Commandeur de la Terre et du Royaume de J√©rusalem sans toutefois avoir la fonction de tr√©sorier.

Leur fonction leur permettait d'avoir droit √† :

  • 4 montures dont 1 palefroi
  • 1 chevalier (conseiller)
  • 1 fr√®re sergent avec deux montures
  • 1 diacre avec une monture
  • 1 turcolpole avec une monture
  • 1 √©crivain sarrazin (secr√©taire arabe) avec une monture
  • 1 palefrenier
  • 1 tente ronde
  • 1 gonfanon baussent

Les commandeurs de maisons ou ch√Ętelains

Quatre articles des retraits de la Règle leur sont consacrés. Ils n'avaient que peu de pouvoir car celui-ci ne s'étend pas en dehors des murs de la commanderie. Même s'ils avaient toute autorité sur les frères dont ils avaient la charge, ils ne pouvaient rendre justice sans l'avis du chapitre.

Ils ne pouvaient en aucun cas faire construire de nouvelles maisons en dur (en chaux, mortier et pierre) sans l'autorisation du ma√ģtre. Cependant, ils avaient le devoir de faire faire tous travaux de r√©paration s'imposant dans leur maison ou ch√Ęteau.

L'Ordre leur fournissait :

  • 4 montures
  • 2 √©cuyers

Les commandeurs des chevaliers

Ce grade est connu par l'article 137 des retraits de la Règle. C'était en quelque sorte les lieutenants du maréchal. Ils commandaient chacun un escadron de dix frères-chevaliers. Ils pouvaient présider le chapitre en l'absence du commandeur de la Terre ou du maréchal.

Comme les chevaliers, le commandeur des chevaliers avait droit √† :

  • 3 montures
  • 1 √©cuyer

Les frères chevaliers et les frères sergents

Ces hommes constituaient le corps principal de l'arm√©e du Temple. Ils √©taient des combattants d'√©lite, g√©n√©ralement recrut√©s en Europe, form√©s dans les commanderies, puis envoy√©s en Orient. Les chevaliers √©taient issus de la noblesse, tandis que les sergents provenaient de la paysannerie et de la bourgeoisie. Dix articles des retraits de la R√®gle pr√©cisent leur fa√ßon de vivre, de se comporter. (articles 138 √† 147) Ils sont compl√©t√©s par les articles r√©v√©lant comment les fr√®res devaient :

  • prendre l'herbage (articles 148 √† 155)
  • aller dans la troupe ( articles 156 √† 160)
  • aller en escadron (articles 161 √† 163)

Les fr√®res chevaliers avaient √† leur disposition :

  • 3 montures (4 avec la faveur du ma√ģtre)
  • 1 √©cuyer (2 avec la faveur du ma√ģtre)

Le mat√©riel militaire qui devait leur √™tre fourni comportait :

  • 1 haubert, des chausses de fer, 1 heaume, 1 chapeau de fer, 1 √©p√©e, 1 √©cu, 1 lance, 1 masse turque, 1 jupon d'arme, des espali√®res, des souliers d'armes et 3 couteaux.

Le mat√©riel compl√©mentaire qui leur √©tait fourni comprenait :

  • des couvertures de chevaux, 2 chemises, 1 petite ceinture, 1 jupon √† giron, 1 pelisse, 2 manteaux blanc, l'un √† pan, l'autre sans pan, 1 chape, 1 cotte.

Pour son couchage :

  • 1 paillasse (sac rempli de paille), un linceul (drap), 1 √©tamine (couverture), 2 petits sacs pour ranger les chemises et le surcot et , 1 sac de cuir ou de maille pour ranger le haubert.

Pour son repas et celui de ses chevaux :

  • 1 toile (serviette) pour manger, 1 toile pour se laver, 1 carpite (tamis pour cribler l'orge, 1 chaudron

Les dignités exceptionnelles destinées aux frères sergents

Le turcopolier

Il dirigeait toute la cavalerie indig√®ne de l'Ordre : les soldats turcolpoles. Il s'agissait d'une force suppl√©tive locale.
En temps de guerre, en plus d'avoir les turcopoles sous ses ordres, il commandait également tous les frères-sergents.

Le sous-maréchal

Les retraits de la R√®gle lui consacrent quatre articles. (articles 173 √† 176) Il disposait de :

  • 2 chevaux
  • 1 √©cuyer

Il avait la charge de l'entretien de tous les harnais et armes telles que épées, pic, lance, écus,... Il était également responsable de la caravane de chevaux de rechange lors des batailles. En l'absence du maréchal, il commande au gonfanonier. Il veillait à l'embauche des écuyers et à leur répartition selon les besoins. Il pouvait présider le chapitre des écuyers et rendre la justice parmi eux.

Le gonfanonier

Les retraits de la R√®gle de l'Ordre lui r√©servent trois articles de 177 √† 179. Il commandait tous les √©cuyers de l'Ordre : il les engageait, tenait chapitre pour juger les fautes qu'ils ont commises et peut les faire fouetter en cas de d√©sob√©issance ou de faute.

Chevalier servant à terme

L'article 34 de la Règle leur est consacré. Ils devaient fournir leurs chevaux, leurs armes et tout leur équipement. Au terme de leur service, ils devaient laisser à l'Ordre la moitié du prix de leur cheval.

Références

  • DAILLIEZ Laurent, R√®gles et statuts de l'Ordre du Temple, (version originale et traduction fran√ßaise) √©ditions Dervy, 1997 ISBN 2850767336
  • MELVILLE Marion, La Vie des Templiers, Gallimard, 1974, r√©√©dition 1994

Lien interne

  • Portail de l‚ÄôOrdre du Temple Portail de l‚ÄôOrdre du Temple
Ce document provient de ¬ę Hi%C3%A9rarchie de l%27ordre du Temple en Orient ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Hierarchie de l'ordre du Temple en Orient de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Hi√©rarchie de l'ordre du Temple en Orient ‚ÄĒ La hi√©rarchie de l ordre du Temple en Orient a √©t√© mise en place pour r√©pondre aux besoins d organisation de l arm√©e de l ordre en Orient. Ce sont les retraits de la r√®gle qui nous renseignent sur cette hi√©rarchie et le r√īle des diff√©rents… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Hi√©rarchie de l'Ordre du Temple ‚ÄĒ en Orient La hi√©rarchie de l ordre du Temple en Orient a √©t√© mise en place pour r√©pondre aux besoins d organisation de l arm√©e de l ordre en Orient. Ce sont les retraits de la r√®gle qui nous renseignent sur cette hi√©rarchie et le r√īle des… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Hierarchie de l'ordre du Temple en Occident ‚ÄĒ Hi√©rarchie de l ordre du Temple en Occident Cette hi√©rarchie de l ordre du Temple a √©t√© cr√©√©e et install√©e pour r√©pondre au besoin d organisation de l ordre lorsque celui ci s est d√©velopp√© en Occident. Ce sont les retraits de la R√®gle qui nous… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Hi√©rarchie de l'ordre du Temple en Occident ‚ÄĒ Cette hi√©rarchie de l ordre du Temple a √©t√© cr√©√©e et install√©e pour r√©pondre au besoin d organisation de l ordre lorsque celui ci s est d√©velopp√© en Occident. Ce sont les retraits de la R√®gle qui nous renseignent sur cette hi√©rarchie et le r√īle… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ordre du temple ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Templiers.  Cet article traite des Templiers d un point de vue strictement historique. Pour plus de d√©tails sur les l√©gendes et les th√©ories aujourd hui non valid√©es sur l ordre du Temple voir l article… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ordre du Temple ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Templiers (homonymie).  Cet article traite des Templiers d un point de vue strictement historique. Pour plus de d√©tails sur les l√©gendes et les th√©ories aujourd hui non valid√©es sur l ordre du Temple voir l… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Devise des chevaliers de l' Ordre du Temple ‚ÄĒ Ordre du Temple Pour les articles homonymes, voir Templiers.  Cet article traite des Templiers d un point de vue strictement historique. Pour plus de d√©tails sur les l√©gendes et les th√©ories aujourd hui non valid√©es sur l ordre du Temple… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Reception dans l'ordre du Temple ‚ÄĒ R√©ception dans l ordre du Temple Sommaire 1 G√©n√©ralit√©s 2 La c√©r√©monie 2.1 Les promesses d engagement 2.2 Devenir un Templier ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • R√©ception dans l'ordre du Temple ‚ÄĒ Cet article d√©crit les crit√®res que doivent rencontrer un postulant pour joindre l Ordre du Temple et le d√©roulement de la r√©ception du postulant dans l ordre. Sommaire 1 G√©n√©ralit√©s 2 La c√©r√©monie 2.1 Les promesses d engagement ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Regle et statuts de l'ordre du Temple ‚ÄĒ R√®gle et statuts de l ordre du Temple Lors du concile de Troyes, o√Ļ l id√©e d une r√®gle propre √† l ordre du Temple a √©t√© accept√©e, la t√Ęche de la r√©diger fut confi√©e √† Bernard de Clairvaux. Celui ci, apr√®s avoir commenc√© √† r√©diger le prologue, la… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.