Heinrich Schliemann

ÔĽŅ
Heinrich Schliemann
Heinrich Schliemann
Archéologue
Image illustrative de l'article Heinrich Schliemann
Naissance 6 janvier 1822
Neubukow, Drapeau d'Allemagne Allemagne
D√©c√®s 26 d√©cembre 1890
Naples, Drapeau d'Italie Italie
Nationalité allemande
Découvertes principales Troie, Mycènes

Heinrich Schliemann est un arch√©ologue allemand, n√© √† Neubukow (Mecklembourg) le 6 janvier 1822 et mort √† Naples le 26 d√©cembre 1890. Il est connu pour √™tre le d√©couvreur de Troie et de Myc√®nes.

Sommaire

Biographie

Fils d'un pauvre pasteur protestant, Schliemann doit interrompre ses √©tudes √† 14 ans pour devenir commis d'un √©picier. Il vend des harengs et des chandelles pendant cinq ans. Apr√®s un accident, il d√©cide de changer de vie. Il s'embarque alors pour le Venezuela. Le bateau fait naufrage au large des Pays-Bas. Rescap√©, il entre comme aide-comptable dans une maison de n√©goce d'Amsterdam. Il encha√ģne plusieurs m√©tiers avant d'√™tre envoy√© en 1846 √† Saint-P√©tersbourg, o√Ļ il r√©ussit si bien qu'il d√©cide de s'√©tablir √† son compte comme n√©gociant en gros. En 1851, il ouvre un bureau d'achat et de revente de poudre d'or. Sa fortune se construit rapidement.

En 1852, il a deux enfants survivants sur trois : Nadejda et Sergu√©i. Entre 1858 et 1859, il voyage pour ses affaires, la Californie semble une terre d'avenir, il s'y installe le temps de sp√©culer sur l'or (c'est la Ru√©e). Il se fait banquier, pr√™te aux mineurs √† 12 % le mois, devient encore plus riche, revient en Russie, profite du blocus et de la guerre de Crim√©e pour faire commerce d'armes, de munitions, d'approvisionnement. L'argent coule √† flots. Il s'installe √† Paris. En 1866, il s'inscrit √† la Sorbonne en sciences de l'Antiquit√© et langues orientales. Il continue parall√®lement √† d√©velopper ses affaires (par exemple en achetant des terrains √† canne √† sucre √† Cuba). Il est l'un des correspondants de la reine Sophie des Pays-Bas. En 1890, il meurt √† l'√Ęge de 68 ans.

Le voyageur

√Ä la fois touriste et homme d'affaires, Schliemann parcourt l'√Čgypte, l'Inde en wagons de deuxi√®me classe, le Japon, la Chine. Il observe, prend des notes, amasse des documents. Au retour, il r√©dige ses r√©cits de voyage, les fait publier. Il visite Rome et surtout les fouilles de Pomp√©i. Cela le bouleverse et fait revenir √† son esprit une tr√®s ancienne dilection : son p√®re lui racontait la prise de Troie, l'exp√©dition des Grecs pour reprendre H√©l√®ne...

En 1868, il visite la Gr√®ce pour la premi√®re fois. La m√™me ann√©e, il rencontre Frank Calvert, le vice-consul des √Čtats-Unis aux Dardanelles. Celui-ci a achet√© la moiti√© de la colline d'Hissarlik, en Turquie, o√Ļ les Anciens situaient les ruines de Troie. En 1869, Schliemann divorce et √©pouse Sofia Egkastromenou qui lui donne une fille, Andromaque (n√©e en 1871), et un fils, Agamemnon (n√© en 1878). La m√™me ann√©e, il obtient la nationalit√© am√©ricaine et un doctorat en arch√©ologie.

L'archéologue

Heinrich Schliemann et Wilhelm Dörpfeld sur la Porte des Lions à Mycènes (vers 1885).

En 1870, Schliemann d√©cide de commencer des fouilles. Autodidacte, il a appris plusieurs langues anciennes et orientales. Il parla notamment le fran√ßais, le hollandais, l'espagnol, l'italien, le portugais mais aussi l'arabe et le russe gr√Ęce √† une m√©thode singuli√®re : l'apprentissage par cŇďur d'une Ňďuvre litt√©raire en version originale. Persuad√©, comme les Anciens, que les po√®mes d'Hom√®re d√©crivent une r√©alit√© historique, il entreprend des fouilles en Gr√®ce et en Asie Mineure pour retrouver les lieux qui y sont d√©crits.

Sur la butte d'Hissarlik, il met au jour les ruines d'une ville qu'il identifie tr√®s vite √† Troie. Les fouilles de grande ampleur commencent par d√©truire tout ce qui ne para√ģt pas contemporain √† la guerre de Troie aux yeux de Schliemann. Au total, sept campagnes de fouilles ont lieu. Il met au jour neuf villes superpos√©es et 2 000 objets d'art, principalement des vases. En 1882, il engage un jeune arch√©ologue, Wilhelm D√∂rpfeld, dont certains ont dit qu'il fut sa plus belle trouvaille et qui devint plus tard le directeur de la Mission arch√©ologique allemande en Gr√®ce.

Le scandale arrive bient√īt. Alors qu'en 1874, Schliemann pr√©tend avoir exhum√© le tr√©sor de Priam et les bijoux d'H√©l√®ne, le gouvernement turc l'accuse de vol de biens nationaux, mensonge et falsification. Schliemann n'√©chappe au proc√®s qu'en faisant jouer ses relations et au prix d'une forte amende. L'arch√©ologue fait alors sortir discr√®tement de Turquie les fragments de bijoux d√©couverts. Le second scandale est scientifique : Schliemann est accus√© de s'√™tre tromp√© dans la datation des objets retrouv√©s. En 1889, l'arch√©ologue doit admettre son erreur. Suite √† ces affaires, Schliemann est interdit de s√©jour en Turquie.

Il d√©couvre ensuite les ruines de Myc√®nes (1874), Orchom√®ne (1880) et Tirynthe (1884), et fouille √† Ithaque. Tr√®s vite, on pense avoir prouv√© la validit√© des descriptions d'Hom√®re : Schliemann retrouve un masque d'or que l'on pense √™tre celui d'Agamemnon, un grand bouclier de peaux de bŇďuf recouvertes de bronze, d√©crit dans L'Iliade comme appartenant √† Ajax le Grand, ou encore une coupe orn√©e de clous d'or, attribu√©e dans le po√®me √† Nestor. On assimile donc la civilisation de Myc√®nes √† celle d√©crite par Hom√®re.

Des travaux ultérieurs, comme ceux de Ventris et Chadwick sur le linéaire B, démontrent plus tard que la thèse n'est pas soutenable. Par ailleurs, au regard des exigences actuelles des techniques archéologiques, les fouilles de Schliemann n'ont pas été faites selon les règles de l'art. Malgré tout, il reste le pionnier de l'archéologie grecque, et a ouvert la voie aux recherches sur la civilisation mycénienne.

Publications

  • La Chine et le Japon au temps pr√©sent, Paris, Librairie centrale, 1867 [lire en ligne] 
  • Ithaque, le P√©loponn√®se, Troie. Recherches arch√©ologiques, Paris, Reinwald, 1869.
  • Trojanische Altert√ľmer. Bericht √ľber die Ausgrabungen in Troja, Leipzig, Brockhaus, 1874.
  • Mycenae: a narrative of researches and discoveries at Mycenae and Tiryns, Londres, J. Murray, 1878.
  • Ilion: the city and country of the Trojans in the years 1871, 72, 73, 78, 79, Londres, J. Murray, 1880.
  • Orchomenos. Bericht √ľber meine Ausgrabungen im bootischen Orchomenos, Leipzig, Brockhaus, 1881.
  • Troja. Results of the latest researches on the site of Homer's Troy, Londres, J. Murray, 1884.
  • Tiryns. Der pr√§historische Palast der K√∂nige von Tiryns. Ergebnisse der neuesten Ausgrabungen, Leipzig, Brockhaus, 1885.
  • Ilios, ville et pays des Troyens. Fouilles de 1871 √† 1882, Paris, Firmin-Didot, 1885.
  • Une vie pour Troie, Paris Gen√®ve, Slatkine, 1996, ISBN 2-05-101463-9.

√Čvocations dans la fiction

Un téléfilm allemand réalisé par Dror Zahavi en 2007, Troie, la cité du trésor perdu, est une fiction inspirée par la vie de Schliemann et par ses fouilles sur le site d'Hissarlik.

La Chute de Troie, de Peter Ackroyd. Roman narrant les aventures de l'archéologue "Obermann", récit très inspiré de la vie de H.Schliemann.

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Paul Faure, Schliemann : √† la poursuite d'un r√™ve in La M√©diterran√©e d'Hom√®re. De la guerre de Troie au retour d'Ulysse, Les Collections de L'Histoire, n¬į 24, juillet-septembre 2004.
  • Herv√© Duch√™ne, L'or de Troie ou le r√™ve de Schliemann, Paris, D√©couvertes Gallimard Arch√©ologie 250, 1995, 146 p., ISBN 2-07-053310-7.
  • David A. Trail, Schliemann de Troie , Paris, Grandes biographies Flammarion, 1996, 422 p. ISBN 2-08-010139-0
  • Le tr√©sor de Troie - Les fouilles d Heinrich Schliemann : exposition, Moscou, mus√©e des beaux-arts-Pouchkine, √† partir d'avril 1996, Paris, Gallimard / Electa, 1996, 248 pages, ISBN 2-07-015033-X.
  • Lynn et Gray Poole, Schliemann √† la d√©couverte de Troie : One passion, two loves, Paris, Robert Laffont, 1969, 324 p.

Filmographie



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Heinrich Schliemann de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Heinrich Schliemann ‚ÄĒ (Johann Ludwig) Heinrich (Julius) Schliemann (* 6. Januar 1822 in Neubukow; ‚Ć 26. Dezember 1890 in Neapel) war ein deutscher Kaufmann und Pionier der Feldarch√§ologie. Als erster Forscher f√ľhrte er Ausgrabungen im kleinasiatischen HisarlńĪk durch… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Heinrich Schliemann ‚ÄĒ Retrato de Heinrich Schliemann. Nacimiento ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Heinrich Schliemann ‚ÄĒ (Neu Bukow (Alemania) 6 de enero de 1822 N√°poles (Italia) 26 de diciembre de 1890) fue un millonario alem√°n que, tras amasar su fortuna, se dedic√≥ a su gran sue√Īo: la arqueolog√≠a. Descubri√≥ Troya, Micena ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Heinrich Schliemann ‚ÄĒ Infobox Scientist name = Heinrich Schliemann box width = image width =150px caption = Portrait of Heinrich Schliemann birth date = January 6 1822 birth place = Neubukow death date = December 26 1890 death place = Naples residence = citizenship =… ‚Ķ   Wikipedia

  • Heinrich Schliemann ‚ÄĒ noun German archaeologist who discovered nine superimposed city sites of Troy; he also excavated Mycenae (1822 1890) ‚ÄĘ Syn: ‚ÜĎSchliemann ‚ÄĘ Instance Hypernyms: ‚ÜĎarcheologist, ‚ÜĎarchaeologist ‚Ķ   Useful english dictionary

  • Heinrich-Schliemann-Medaille ‚ÄĒ Stifter: Kreistag Waren Stiftungsjahr: 1990 Trageweise:  ? Die Heinrich Schliemann Medaille wurde 1990 vom Kreistag Waren[1] anl√§sslich des 100. Todestages von Heinrich Schliemann, deutscher Kaufmann und Pionier der Feldarch√§ologie,… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Heinrich-Schliemann-Gymnasium Berlin ‚ÄĒ Heinrich Schliemann Gymnasium Schultyp Humanistisches und neusprachliches Gymnasium Gr√ľndung 1928 Ort ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Heinrich-Schliemann-Oberschule (Gymnasium) ‚ÄĒ Schulform Humanistisches und neusprachliches Gymnasium Gr√ľndung 1928 ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Heinrich-Schliemann-Museum ‚ÄĒ in Ankershagen Das Heinrich Schliemann Museum in Ankershagen widmet sich dem Leben und Werk Schliemanns. Am ehemaligen Wohnhaus der Eltern, in dem Schliemann acht Jahre seiner Kindheit verlebte, wurde 1959 eine Gedenktafel angebracht. Nachdem… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Heinrich-Schliemann-Gymnasium F√ľrth ‚ÄĒ Heinrich Schliemann Gymnasium Schulform Humanistisches und neusprachliches Gymnasium Gr√ľndung 1896 ‚Ķ   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.