Heinrich Heine

ÔĽŅ
Heinrich Heine
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heine.
Heinrich Heine
Portrait par Moritz Daniel Oppenheim (1831)
Heinrich Heine en 1829
Tombe au cimeti√®re Montmartre (27¬į division)
Sur la tombe

Christian Johann Heinrich Heine, n√© le 13 d√©cembre 1797 √† D√ľsseldorf sous le nom de Harry Heine et mort le 17 f√©vrier 1856 √† Paris, est un po√®te et journaliste allemand.

Sommaire

Biographie

Heine est n√© de parents juifs ; sa m√®re √©tait issue d‚Äôune famille de banquiers et d‚Äô√©rudits, juifs lib√©raux, qui avait quitt√© la Hollande √† la fin du XVIIe si√®cle, et son p√®re d‚Äôune famille de marchands du nord de l‚ÄôAllemagne, juifs orthodoxes. Il est encore adolescent quand il √©crit ses premiers po√®mes d‚Äôamour. Il s'est √©pris d‚Äôune de ses cousines, Amalie, la fille de son oncle Salomon, qui sera son m√©c√®ne. D‚ÄôAmalie, il fera √† la fois son deuil (cela lui prendra du temps) et son miel (Le Livre des Chants).

Suivirent ses p√©r√©grinations en Allemagne (Goethe avait lanc√© la mode), d'o√Ļ surgirent ses Tableaux de voyage. C‚Äôest sa naissance litt√©raire, du moins comme prosateur, un m√©lange √† sa fa√ßon de choses vues et de r√©flexions o√Ļ il devient son principal personnage. ¬ę Ce que je ne peux voir en observant les choses de l‚Äôext√©rieur, je le vois en me mettant en elles. ¬Ľ Du coup, le voil√† journaliste aux Neue Allgemeine Politische Annalen : ¬ę Moi, dont l‚Äôoccupation favorite est d‚Äôobserver le passage des nuages, de tendre l‚Äôoreille aux secrets, il m‚Äôa fallu exposer les int√©r√™ts de l‚Äô√©poque, attiser des aspirations r√©volutionnaires. ¬Ľ

Heine passa sa vie tiraillé par les éléments incompatibles de ses identités juive et allemande, notamment pour ce qui concernait l'accès aux chaires universitaires, une ambition secrètement caressée. Non seulement il n'atteint pas son but, mais d'autres - dont son cousin et mécène, le compositeur Meyerbeer - n'eurent pas à franchir l'étape de la conversion pour bénéficier de tels avantages.

En 1831, il s'installe √† Paris o√Ļ il va √™tre le plus f√™t√© des Allemands. Grand arpenteur de la ville, il est un pi√©ton baudelairien avant l‚Äôheure, y compris dans la fr√©quentation des prostitu√©es. Il d√©m√©nage souvent. On lui conna√ģt au moins seize adresses, g√©n√©ralement dans le quartier de Montmartre. En 1834, il se met en m√©nage avec Augustine Crescence Mirat, qu‚Äôil rebaptise Mathilde et qu'il √©pouse en 1841. Il fr√©quente les socialistes utopistes, disciples du comte de Saint-Simon.

En 1843, il se rend en Allemagne, mais le gouvernement a proscrit ses Ňďuvres. L'ann√©e suivante, il fait para√ģtre Deutschland: Ein Winterm√§rchen (Allemagne : un conte d'hiver) et son ami Karl Marx publie un article dans son magazine En avant. Il fait aussi publier Atta Troll: Ein Sommernachtstraum (Un r√™ve au milieu de l'√©t√©).

En 1848, il devient grabataire, terrass√© par la syphilis (comme il le croit lui-m√™me) ou la myopathie (selon la description de sa maladie). Il revient aussi √† la po√©sie, o√Ļ s‚Äôentrem√™lent l‚Äô√©l√©gie, la confession intime, l‚Äôespoir politique.

Postérité

Plaque commémorative de l'autodafé de 1933 à Berlin

Heine fut à la fois un poète romantique et celui qui surmonta le romantisme. Il légitima le langage courant en poésie, éleva le feuilleton et le récit de voyage en forme d’art et conféra à la langue allemande une légèreté et une élégance stylistique rarement atteintes. En tant que journaliste, essayiste, satiriste et polémiste engagé, il était autant admiré que craint. Il est l'un des poètes les plus traduits de la langue allemande.

Nombre de ses poèmes ont été transposés en musique, notamment par Franz Schubert et Robert Schumann.

Parmi les livres que les nazis firent br√Ľler sur l'Opernplatz (place de l'Op√©ra) de Berlin en 1933, se trouvaient les ouvrages du juif Heine - sa citation la plus c√©l√®bre est pr√©cis√©ment : ¬ę Ce n'√©tait qu'un pr√©lude : l√† o√Ļ l'on br√Ľle les livres, on finit par br√Ľler les hommes. ¬Ľ (¬ę Das war ein Vorspiel nur, dort wo man B√ľcher / Verbrennt, verbrennt man auch am Ende Menschen. ¬Ľ)[1] Extraite de la pi√®ce Almansor (1820), elle √©voque les autodaf√©s de Cordoue.

Et, laissant libre court √† ses pr√©monitions, il √©crivait aussi : ¬ę Ne riez pas √† ces avertissements, quoiqu'ils vous viennent d'un r√™veur qui vous invite √† vous d√©fier de kantistes, de ficht√©ens, de philosophes de la nature ; ne riez pas du po√®te fantasque qui attend dans le monde des faits la m√™me r√©volution qui s'est op√©r√©e dans le domaine de l'esprit. La pens√©e pr√©c√®de l'action comme l'√©clair le tonnerre (...) On ex√©cutera en Allemagne un drame aupr√®s duquel la R√©volution fran√ßaise ne sera qu'une innocente idylle. Il est vrai qu'aujourd'hui tout est calme, et si vous voyez √ß√† et l√† quelques Allemands gesticuler un peu vivement, ne croyez pas que ce soient les acteurs qui seront un jour charg√©s de la repr√©sentation. Ce ne sont que des roquets qui courent dans l'ar√®ne vide, aboyant et √©changeant quelques coups de dents avant l'heure o√Ļ doit entrer la troupe de gladiateurs qui combattront √† mort. ¬Ľ[2]

Ňíuvres

  • Gedichte (Po√®mes), 1821.
  • Trag√∂dien, nebst einem lyrischen Intermezzo, F. D√ľmmler, Berlin, 1823. (contient William Ratcliff, Almansor et Lyrisches Intermezzo)
  • Reisebilder (Tableaux de voyage), Hoffmann und Campe, Hambourg, 1826-31.
  • Die Harzreise (Le voyage dans le Harz), 1826.
  • Ideen, das Buch le Grand (Id√©es : le livre de Le Grand), 1827.
  • Englische Fragmente (Fragments anglais), 1827.
  • Buch der Lieder (Le Livre des chansons), Hoffmann und Campe, Hambourg, 1827.
  • Franz√∂sische Zust√§nde (Particularit√©s fran√ßaises), Heideloff und Campe, Leipzig, 1833.
  • Zur Geschichte der neueren sch√∂nen Literatur in Deutschland (De l'histoire de la nouvelle et belle litt√©rature en Allemagne), Heideloff und Campe, Paris/Leipzig, 1833.
  • Die romantische Schule (L'√Čcole romantique), Hoffmann und Campe, Hambourg, 1836.
  • Der Salon (Le Salon), Hoffmann und Campe, Hambourg, 1836-40.
  • Shakspeares Maedchen und Frauen, Brockhaus und Avenarius, Leipzig, 1839.
  • √úber Ludwig B√∂rne (A propos de Ludwig B√∂rne), Hoffmann und Campe, Hambourg, 1840.
  • Neue Gedichte (Po√®mes tardifs), Hoffmann und Campe, Hambourg, 1844.
  • Deutschland. Ein Winterm√§rchen (Allemagne - un conte d'Hiver), Hoffmann und Campe, Hambourg, 1844.
  • Atta Troll. Ein Sommernachtstraum (Atta Troll - R√™ve d'une nuit d'√©t√©), 1847
  • Romanzero, Hoffmann und Campe, Hambourg, 1851.
  • Der Doktor Faust (Le docteur Faust), Hoffmann und Campe, Hambourg, 1851.
  • Les Dieux en Exil, A. Leb√®gue, Bruxelles, 1853.
  • Lutezia, 1854.
  • Letzte Gedichte und Gedanken (Derni√®res pens√©es et po√®mes), 1869 - posthume.
  • Ecrits Juifs, Editions du Sandre.
  • Lut√®ce, lettres sur la vie politique, artistique et sociale de France, pr√©c√©d√© d'une pr√©sentation de Patricia Baudouin, La Fabrique, 2008

Bibliographie

  • Michael Werner et Jan-Christoph Hauschild, Heinrich Heine, une biographie, trad. de St√©phane Pesnel, Seuil 2001 (Voir critique ici)
  • Gerhard H√∂hn, Heinrich Heine : un intellectuel moderne. Paris,Presses universitaires de France, 1994; 190 pages. ISBN : 2-13-045817-3.
  • Marie-Ange Maillet, Heinrich Heine. Paris,Editions Belin 2006 (= Voix allemandes. Vol. 12), 223 pages, Euro 16,50
  • Norbert Waszek, "L'excursion panth√©iste dans l'Histoire de la religion et de la philosophie en Allemagne (1834/35) de Heinrich Heine". - In: Dieu et la nature. La question du panth√©isme dans l'id√©alisme allemand. Ed. par Christophe Bouton. Hildesheim, Olms, 2005 [Europaea Memoria, Bd. 40], pp. 159-178. ISBN 3-487-12834-9.
  • Camille Mauclair, La vie humili√© de Henri Heine", Le roman des grandes existences, n¬į32, Editions Plon 1930
  • Heine le m√©diateur, Revue Romantisme n¬į 101, Paris, 2002, Armand Colin [lire en ligne]

Poème

Nouveau printemps, XIII, 1828
Ah ! J'ai la nostalgie de larmes,
De larmes d'amour, douces à souffrir,
Et je crains que cette nostalgie
Ne finisse par être exaucée.
Ah ! La douce mis√®re de l'amour
Et de l'amour l'amer plaisir
Se glissent à nouveau, tourments divins,
Dans ma poitrine à peine guérie.

Anecdote

Au cours de son long m√©trage "La Femme-Enfant" (1980), l'√©crivain et r√©alisatrice Rapha√ęle Billetdoux rend hommage au po√®te juif allemand Heinrich Heine en abordant une de ses Ňďuvres Die Harzreise (Le voyage dans le Harz), 1826.

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Références

  1. ‚ÜĎ Almansor, 1820, vers 243, voir texte sur Wikisource : http://de.wikisource.org/wiki/Almansor/Das_Innere_eines_alten,_ver%C3%B6deten_Maurenschlosses
  2. ‚ÜĎ De l'Allemagne, √©d. Paris, 1856, t. I, p. 183.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Heinrich Heine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Heinrich Heine ‚ÄĒ (Gem√§lde von Moritz Daniel Oppenheim, 1831) Heinr ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Heinrich Heine ‚ÄĒ Heinrich Heine, 1831, Pintura de Moritz Daniel Oppenheim. Christian Johann Heinrich Heine (D√ľsseldorf, 13 de diciembre de 1797 Par√≠s, 17 de febrero de 1856) fue uno de los m√°s destacados poetas y ensayistas alemanes del siglo XIX. Heine es… ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Heinrich Heine ‚ÄĒ (D√ľsseldorf 1797 Par√≠s 1856). Poeta alem√°n. De origen jud√≠o, estudi√≥ literatura, derecho y filosof√≠a en Bonn y Berl√≠n; entre sus profesores y amistades se contaron Schlegel, Hegel. De 1822 datan sus primeras composiciones l√≠ricas, claramente… ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Heinrich Heine ‚ÄĒ This article is about the poet. For the mathematician, see Eduard Heine. Heinrich Heine A painting of Heine, by Moritz Daniel Oppenheim Born Christian Johann Heinrich Heine 13 December 1797(1797 12 13) ‚Ķ   Wikipedia

  • Heinrich Heine ‚ÄĒ Amor ¬ŅLocura de amor? Es un pleonasmo. El amor es ya una locura. Comida A mi est√≥mago poco le importa la inmortalidad. Duda No hay hombre m√°s infeliz que aquel para quien la indecisi√≥n se ha hecho costumbre. Edad Apenas comprendemos las ruinas… ‚Ķ   Diccionario de citas

  • Heinrich Heine ‚ÄĒ (1797 1856) German poet and journalist ‚Ķ   English contemporary dictionary

  • Heinrich-Heine-Denkmal (Bronx) ‚ÄĒ Heinrich Heine Denkmal Das Heinrich Heine Denkmal im New Yorker Bezirk Bronx, im Englischen als Loreley Fountain bezeichnet, ist ein aus wei√üem Laaser Marmor gestalteter Loreley Brunnen, der dem Andenken des deutschen Dichters und Schriftstellers ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Heinrich-Heine-Preis ‚ÄĒ Le Heinrich Heine Preis (en fran√ßais: prix Heinrich Heine) est l une des plus prestigieuses r√©compenses litt√©raires attribu√©es en Allemagne. Elle est organis√©e par la ville de D√ľsseldorf. Du temps de la RDA, il existait aussi un prix Heinrich… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Heinrich-heine-preis ‚ÄĒ Le Heinrich Heine Preis (en fran√ßais: prix Heinrich Heine) est l une des plus prestigieuses r√©compenses litt√©raires attribu√©es en Allemagne. Elle est organis√©e par la ville de D√ľsseldorf. Du temps de la RDA, il existait aussi un prix Heinrich… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Heinrich-Heine-Allee ‚ÄĒ Heinrich Heine Allee ‚Ķ   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.