Guerre De La Triple Alliance

ÔĽŅ
Guerre De La Triple Alliance

Guerre de la Triple Alliance

Conflits de l'Histoire du Brésil
Empire (1822-1889)
Premier Empire (1822-1831)
Régence (1831-1841)
Second Empire (1841-1889)

La guerre de la Triple Alliance a opposé de 1865 à 1870 une coalition de trois pays (Brésil, Argentine et Uruguay) au Paraguay.

Il y a deux interprétations différentes de ce conflit. Les historiens paraguayens, aussi bien que les "révisionnistes" argentins et quelques Brésiliens, affirment que l'objectif de la guerre fut la destruction de la puissance industrielle naissante du Paraguay, qui attirait les investissements britanniques et les détournait, en partie, des autres pays. Mais la recherche la plus récente menée au Brésil, surtout par l'historien Francisco Doratioto, et par des Américains, impute la responsabilité du conflit au dictateur du Paraguay, Francisco Solano Lopez. Ce conflit a été très meurtrier pour les Paraguayens.

Sommaire

Antécédents immédiats

Apr√®s les ind√©pendances, les fronti√®res entre les √Čtats √©taient souvent contest√©es et l'unit√© argentine fragile : de nombreuses incursions se produisaient dans les zones fronti√®res entre les quatre pays. L'Argentine avait d√Ľ se r√©soudre √† reconna√ģtre l'ind√©pendance du Paraguay, √Čtat stable, autarcique en mati√®re √©conomique et en plein essor industriel apr√®s les gouvernements du docteur Francia et de Carlos Lopez. Il √©tait reli√© √† l'Uruguay par une "troisi√®me voie" informelle, dans la r√©gion d'Entre Rios et de Corrientes, dans des zones en th√©orie argentines, mais presque ind√©pendantes de fait et que le Paraguay convoitait. L'Uruguay (zone successivement incluse dans le Vice-Royaume espagnol de la Plata ou soumise √† la tutelle portugaise puis br√©silienne pendant une quinzaine d'ann√©es) s'opposait √©galement √† ses voisins ; des incursions uruguayennes continuelles en territoire br√©silien avaient lieu, sans r√©action de la part du pouvoir de Montevideo.

Devant les protestations brésiliennes, le président de l’Uruguay fit appel à l’arbitrage de Francisco Solano López, le nouveau président du Paraguay. Celui-ci, impressionné par un bruit qui courait selon lequel l’Argentine et le Brésil devaient s’entendre pour absorber la première le Paraguay et le second l’Uruguay, donna son appui total à Montevideo. En réaction, l’armée brésilienne envahit l’Uruguay, tandis que la flotte bloquait les ports. Le Brésil profita de l'arrivée au pouvoir en Argentine de Bartolomé Mitre, ami du Brésil pour vaincre avec les Argentins les troupes uruguayennes. Cela provoqua un changement politique et le nouveau pouvoir uruguayen reconnut le bien fondé des réclamations brésiliennes.

Cette accession au pouvoir dans les deux autres pays de langue espagnole d'hommes politiques amis du Br√©sil provoqua les appr√©hensions du Paraguay. Du point de vue de Rio de Janeiro et de Buenos Aires, ce rapprochement, c'√©tait la paix, du point de vue d'Asunci√≥n, c'√©tait une menace d'isolement, voire de d√©stabilisation. Br√©sil et Argentine semblaient en effet dispos√©s √† s'accommoder d'un modus vivendi. D'un c√īt√©, Rio renon√ßait √† annexer l'Uruguay convoit√©e par l'Argentine. De l'autre, Buenos Aires acceptait de ne pas rattacher le Paraguay, dont elle avait beaucoup tard√© √† reconna√ģtre l'ind√©pendance, ce qui pouvait signifier que le Br√©sil y aurait les mains libres.
Il convient d'ajouter que d'une part, Francisco Solano Lopez poss√©dait une personnalit√© m√©galomane, probablement quelque peu parano√Įaque et √©tait grand admirateur de Napol√©on, d'autre part, que les fluctuations constantes de l'attitude argentine envers le Paraguay, les pressions sporadiques du Br√©sil dans la r√©gion de Guaira et sur la fronti√®re au sud de Cuaiba et le souvenir de l'intervention am√©ricaine qui s'√©tait produite quelques ann√©es plus t√īt par le fleuve Parana puis Paraguay, constituaient un cocktail propice √† sa suspicion et √† une explosion.

La guerre

Lopez réagit, ferma le fleuve Paraguay au trafic brésilien et fit prendre un navire brésilien qui transportait le président du Mato Grosso dans sa province. Il rompit les relations diplomatiques avec le Brésil. Il lança un coup de main sur plusieurs fortins brésiliens isolés du Sud du Mato Grosso et s'en replia avec le butin militaire dès décembre 1864. En effet, la Triple Alliance ne fut formalisée que par le Traité du 1er mai 1865, dont l'un des principaux buts de guerre était de contraindre le Paraguay à accepter les frontières selon les termes revendiqués par le Brésil et l'Argentine (article XVI). Les hostilités avec le Brésil commencèrent en fin 1864, car le facteur déclenchant, pour le Paraguay, fut l'invasion de l'Uruguay et le renversement du gouvernement qui lui était allié par le Brésil. La traversée de territoire argentin en partie revendiqué par le Paraguay, pour lequel autorisation avait été demandée à Egusquiza (homme fort d'Entre Rios), qui avait renvoyé sur Mitre, qui ne répondit pas par la négative mais renvoya la réponse à une décision officielle du gouvernement qu'il dominait, ce qui avait pour effet de faire perde du temps à Solano Lopez dans la conduite des hostilités, a donné un prétexte légal à l'Argentine pour engager les provinces dans la guerre. En avril 1865, les Paraguayens occupent Corrientes, préparant une avancée en vue de maintenir le contact avec leurs alliés uruguayens, qui venaient d'être défaits par les pro-Brésiliens et le Brésil dans la guerre civile. Le nouveau gouvernement uruguayen imposé par le Brésil et proche de Mitre refermait le piège sur le Paraguay (Ce qui constitue aujourd'hui la province de Misiones et une partie de Corrientes, était considéré officiellement ou officieusement suivant les périodes, par les gouvernants successifs paraguayens, comme faisant partie du territoire paraguayen, ce que la versatilité des gouvernements argentins ne contribuait pas à éclaircir).

Les principales batailles de la guerre.

Interprétations et controverse

D'abord victorieux (coup de main sur le sud du Mato Grosso, d√©cembre 1864, Curupayty, septembre 1866), le Paraguay s'effondra √† la suite d'une erreur strat√©gique de Francisco Solano Lopez : l'envoi d'une importante colonne vers Uruguayana sur le fleuve Uruguay, allongeant les lignes de communication au-del√† des capacit√©s logistiques de son arm√©e. Les √©v√©nements tournant mal, au lieu de commander la retraite, Francisco Solano Lopez s'enferra, scellant la perte d'une partie importante de ses forces. Ce ne fut pas le seul cas d'ent√™tement destructeur (bataille navale de Riachuelo sur le Paraguay, juin 1865) et la terreur de ses g√©n√©raux face √† lui les paralysait, m√™me quand ils √©taient conscients de ce qu'il aurait fallu faire. Cependant, le d√©s√©quilibre des forces en pr√©sence ne laissait pas d'espoir, en d√©pit du fait qu'√† l'√©poque ce d√©s√©quilibre √©tait moins net qu'il para√ģt aujourd'hui. M√™me sans ce revers, le Paraguay √©tait perdant √† terme. Le Paraguay avait une population non n√©gligeable, homog√®ne, compacte, relativement √©duqu√©e, alors que les provinces argentines n'en finissaient pas de s'opposer et leur population √©tait dispers√©e et peu √©duqu√©e. Par ailleurs, les centres √©conomiques du Br√©sil, qui employait des esclaves dans son arm√©e, √©taient √©loign√©s. Il fallut d'ailleurs quatre ans aux alli√©s pour √©craser non seulement l'arm√©e paraguayenne, mais le pays dont les pertes humaines ont √©t√© inou√Įes.

La responsabilit√© de la division probable de la population par deux ou trois (les estimations sont tr√®s variables) revient √† la fois √† l'obstination de Francisco Solano Lopez qui contraignit la population √† r√©sister jusqu'√† la derni√®re extr√©mit√© et √† la volont√© des Alli√©s qui d√©cid√®rent, guerre gagn√©e depuis le 5 janvier 1868 avec l'occupation d'Asuncion, de poursuivre Solano Lopez sans tenter de le s√©parer de la population jusqu'√† son √©limination, ce qui arriva √† Cerro Cor√† o√Ļ il fut achev√© au combat (1er mars 1870). Notons que le 18 janvier 1868, le commandant en chef alli√©, Br√©silien, le Marquis de Caxias, se retira pour signifier son d√©saccord avec la volont√© de l'Empereur du Br√©sil et celle des autres chefs alli√©s br√©siliens (le Comte d'Eu, un Fran√ßais gendre de l'Empereur qui succ√©da √† Caxias), argentins et uruguayens de poursuivre la guerre. Celle-ci se transforma, apr√®s la d√©route du Paraguay, en une chasse √† l'homme sans int√©r√™t strat√©gique. Contrairement √† ce qui a pu √™tre √©crit, il n'y a pas eu de guerre civile √† cette √©poque. Solano Lopez √©tait un "dictateur" devenu d'une brutalit√© mortif√®re sans limite avec la d√©faite et toute opposition √©tait physiquement √©limin√©e. Un complot, dangereux ou non pour son pouvoir, en 1868 (conspiration dite "de San Fernando" et ramifications), qui r√©unissait ceux qui s'interrogeaient sur l'int√©r√™t de poursuivre la retraite arm√©e, a donn√© lieu √† une r√©pression cruelle portant sur quelques dizaines d'individus importants du r√©gime, du clerg√© - mais il d√©pendait de lui - et des membres de sa famille. Il existait au sein des forces alli√©es une "L√©gion paraguayenne" de quelques dizaines d'hommes, compos√©e essentiellement d'exil√©s en Argentine, appartenant √† des familles ais√©es ou "intellectuelles", qui se placeront pour prendre les r√™nes du pouvoir une fois la guerre achev√©e. Les chiffres des pertes sont terribles et sans pr√©c√©dant √† l'√®re moderne et font que quelques-uns d√©noncent une guerre d'extermination : ce fut en tout cas une catastrophe d√©mographique pour ce pays, qui perdit une grande partie de ses habitants, quelques-uns la chiffrant √† deux tiers, surtout du sexe masculin, passant - mais les bases des estimations sont extr√™mement fragmentaires - de l'ordre de probablement 5 ou 600 000 habitants avant la guerre √† quelques 230 000 habitants en 1871. Cette ann√©e-l√† eut lieu un recensement - mais dans quelles conditions pouvait-il √™tre r√©alis√© ? - qui donna 221 079 survivants dont 106 254 femmes, 86 079 enfants et 28 746 hommes (Marcel Niedergang : Les Vingt Am√©riques latines, √©crit qu'il aurait subsist√© un homme pour 28 femmes, sans le moindre fondement). Compte tenu des conditions de la fin de la guerre, nombreux sont les adolescents et les hommes qui se sont cach√©s dans la campagne et les for√™ts. Occup√© jusqu'en 1876 par ses voisins, le territoire du Paraguay aurait √©t√© selon les "r√©visionnistes" amput√© de 140 000 km¬≤, annex√©s par le Br√©sil et l'Argentine qui se seraient entendus pour briser ainsi son essor √©conomique et lui imposer le libre √©change voulu par les Britanniques.

Sur ces deux th√®mes, le trait√© de la Triple Alliance est explicite : si l'article VII proclamait que la guerre n'√©tait pas dirig√©e contre le peuple paraguayen mais contre son tyran, les alli√©s pr√©voyaient le paiement des d√©penses de la guerre alors que le tyran aurait √©t√© d√©fait (article XIV) et l'article X pr√©voyait que les concessions et privil√®ges √©conomiques qu'obtiendraient les alli√©s seraient dues aux autres. L'ouverture √©conomique forc√©e du pays √©tait donc bien un but de guerre. Quant aux territoires enlev√©s (Chaco dit aujourd'hui "argentin", sud du Mato Grosso et r√©gion de Guaira), il s'ajoutaient √† la cl√īture d√©finitive de la revendication paraguayenne sur l'entre Parana-Uruguay (Misiones et Est de Corrientes). Chaque pays d'Am√©rique latine revendiquait, et il reste quelques zones contest√©es aujourd'hui, des territoires √† la suite du d√©mant√®lement de l'Empire espagnol. L'imposition de l'ouverture √©conomique du pays a √©t√©, elle, bien r√©elle, et le pays est devenu une colonie √©conomique des int√©r√™ts anglo-argentins surtout, progressivement br√©siliens beaucoup plus tard. Le pays de Francia et des Lopez devait son d√©veloppement, incontestable par rapport √† celui de ses voisins, pr√©cis√©ment √† son protectionnisme ombrageux, ce qui n'a rien d'original : il en est all√© de m√™me des √Čtats-Unis au XIXe si√®cle (les t√©moignages d'Europ√©ens de l'√©poque attestent que la quasi-totalit√© de la population √©tait alphab√©tis√©e, que pauvret√© n'y √©tait pas mis√®re, que le pays disposait de voies ferr√©es, de chantiers navals, etc).

Si le d√©clenchement de la guerre a √©t√© mat√©riellement le fait de Solano Lopez, lequel √©tait un dictateur sans aucun doute tent√© par les exploits militaires, contrairement √† son p√®re Carlos Lopez, ses raisons d'agir √©taient vraisemblables et l'on sait que ce n'est pas n√©cessairement celui qui commence les op√©rations qui est le provocateur. Le Trait√© de la Triple Alliance n'a fait que formaliser ce qui s'envisageait depuis longtemps au Br√©sil et en Argentine et, pour cette derni√®re, depuis l'Ind√©pendance. L'Uruguay pro-Alli√©s ne joua en r√©alit√© qu'un r√īle de comparse.

Lien interne

Lire

L'Eglise et les partis dans la vie politique du Paraguay depuis l'Ind√©pendance de Fran√ßois Chartrain - Th√®se de doctorat d'√Čtat de science politique, Paris I Panth√©on, 1972.

La Retraite de Laguna d'Alfredro de Taunay, aux √Čditions Ph√©bus, Paris, 1995.

Alfredo de Taunay (1843-1899) est un officier brésilien de vieille souche française. Il retrace dans son livre, écrit en français, la retraite d'une colonne brésilienne décimée par les forces paraguayennes et par les fièvres à travers l'enfer du Mato Grosso. Un excellent ouvrage, une très belle écriture de la part du "Xénophon brésilien".

Commons-logo.svg

  • Portail de l‚ÄôArgentine Portail de l‚ÄôArgentine
  • Portail du Br√©sil Portail du Br√©sil
  • Portail du Paraguay Portail du Paraguay
  • Portail de l‚ÄôUruguay Portail de l‚ÄôUruguay
  • Portail de l‚Äôhistoire militaire Portail de l‚Äôhistoire militaire

Ce document provient de ¬ę Guerre de la Triple Alliance ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Guerre De La Triple Alliance de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Guerre de la Triple Alliance ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Triple Alliance. Guerre de la Triple Alliance ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Guerre De La Quadruple-Alliance ‚ÄĒ Informations g√©n√©rales Date 1718 ‚Äď 1720 Lieu Italie Issue Victoire de la Quadruple Alliance Bellig√©rants ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Guerre de la Quadruple-Alliance ‚ÄĒ The Battle of Cape Passaro, 11 August 1718 par Richard Paton (huile sur toile, 1767) Informations g√©n√©rales Date 1718 ‚Äď ‚Ä¶   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Guerre de la Quadruple Alliance ‚ÄĒ Informations g√©n√©rales Date 1718 ‚Äď 1720 Lieu Italie Issue Victoire de la Quadruple Alliance Bellig√©rants ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Triple-alliance ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Le terme Triple Alliance d√©signe une alliance entre trois identit√©s. Voir aussi : Triple alliance azt√®que Mexique entre les cit√©s azt√®ques,… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Triple Alliance ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Le terme Triple Alliance d√©signe une alliance entre trois identit√©s. Voir aussi : Triple alliance azt√®que Mexique entre les cit√©s azt√®ques,… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.