Grenade-Sur-Garonne

ï»ż
Grenade-Sur-Garonne

Grenade (Haute-Garonne)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grenade.
Grenade
Blason ville fr Grenade-sur-Garonne (Haute-Garonne).svg
Pays
drapeau de la France
     France
Région Midi-Pyrénées
DĂ©partement Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Grenade
Code Insee 31232
Code postal 31330
Maire
Mandat en cours
Remy André
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de Save et Garonne
Coordonnées
géographiques
43° 46â€Č 20″ Nord
       1° 17â€Č 37″ Est
/ 43.7722222222, 1.29361111111
43° 46â€Č 20″ N 1° 17â€Č 37″ E / 43.7722222222, 1.29361111111
Altitudes moyenne : 115 m
minimale : 97 m
maximale : 167 m
Superficie 37,01 kmÂČ (3 701 ha)
Population sans
doubles comptes
5 767 hab.
(1999)
DensitĂ© 156 hab./kmÂČ
Carte de localisation de Grenade
Carte du département Haute-Garonne

Grenade (en occitan : Granada) est une commune française, situĂ©e dans le dĂ©partement de la Haute-Garonne et la rĂ©gion Midi-PyrĂ©nĂ©es.

La commune est parfois appelée Grenade-sur-Garonne mais cette appellation n'est pas officielle.

Ses habitants sont les Grenadains et Grenadaines.

Sommaire

GĂ©ographie

Commune de l'aire urbaine de Toulouse situĂ©e au nord du dĂ©partement de la Haute-Garonne (31) est commune limitrophe avec le Tarn-et-Garonne (82) et situĂ©e Ă  25 km au nord-nord-ouest de Toulouse au confluent de deux riviĂšres avec le Garonne la Save en rive gauche et l’Hers-Mort en rive droite. Sa position est trĂšs stratĂ©gique puisqu'elle est a 25 kilomĂštres de Montauban et de Toulouse. La ville est situĂ©e Ă  quelques kilomĂštres au sud du lieu oĂč se jette la Save dans la Garonne.

Climat

Grenade connaßt un climat tempéré océanique, à influences méditerranéenne et continentale, caractérisé par un été sec et chaud, un hiver doux et un printemps marqué par de fortes pluies et des orages violents. Les vents dominants sont, par ordre d'importance, le vent d'ouest (amenant généralement l'humidité de l'océan Atlantique), le vent de sud-est (aussi appelé vent d'autan, plutÎt chaud et sec) et le vent du nord, nettement moins fréquent et généralement froid et sec (amenant l'air de masses anticycloniques froides placées sur le nord de l'Europe)[1].

Tableau comparatif des données climatiques
Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Nice 2 694 h / an 767 mm / an 1 j / an 31 j / an 1 j / an
Toulouse 2 047 h/an 655 mm/an 7 j/an 26 j/an 44 j/an
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Grenade connait en moyenne 24 jours de fortes chaleurs et 33 jours de gel par an. Les mois les plus pluvieux sont les mois d'avril, mai et juin. Les températures normales minimales interviennent en janvier avec en moyenne 5°C, et les températures normales maximales en août avec 23°C.

Températures relevées à Toulouse
Mois J F M A M J J A S O N D Année
Températures (sous abri, normales 1961-1990) °C 5,4 6,8 8,7 11,3 14,8 18,4 21,3 20,8 18,5 14,4 8,9 5,9 12,9
Précipitations (hauteur moyenne en mm, période 1961-1990) 55,1 55,2 57,5 64,4 73,1 57,8 41 47,4 47,7 51,5 48,8 55,9 655,7
Source: Météo France

Histoire

Les premiÚres traces humaines remontent au néolithique et des vestiges importants de l'époque gallo-romaine y ont été trouvé en rive gauche de la Garonne

La ville est une bastide fondĂ©e en 1290 Ă  l'initiative des moines cisterciens de l'abbaye de Grandselve, qui avaient fondĂ© Beaumont-de-Lomagne une dizaine d'annĂ©es auparavant. La ville fait l'objet d'un accord de parĂ©age entre les moines et le sĂ©nĂ©chal reprĂ©sentant du roi (cette abbaye a Ă©tĂ© dĂ©truite aprĂšs la RĂ©volution. Au Moyen Âge elle Ă©tait une des plus importantes abbayes cisterciennes du Sud de la France). Ce terme « bastide Â» vient du Sud-Ouest, et signifie « peuplement nouveau Â». Leurs motivations sont Ă©conomiques et politiques. Les bastides, souvent baptisĂ©es de noms de villes Ă©trangĂšres (Fleurance, Cologne, Grenade
), en raison de leur rayonnement culturel et de leur prospĂ©ritĂ©. Construites sur un plan carrĂ©, les rues d’une largeur de 8m se dĂ©ployaient autour d’une place centrale oĂč l’on implantait une halle, « centre commercial Â» de la citĂ© et souvent siĂšge du pouvoir municipal.

Au XIIIe siĂšcle l’abbaye concĂšde par location emphytĂ©otique (contrat de trĂšs longue durĂ©e) des terres aux habitants de la nouvelle bastide. Ce qui apporte une rente considĂ©rable Ă  l’Abbaye et de plus nombreux Ă©changes commerciaux.

Il faut alors attirer des habitants Ă  Grenade. Le roi met en place une charte des coutumes en 1291, qui protĂšge les habitants et fixe les rĂšgles de vie dans cette communautĂ© villageoise. Cette charte prĂ©cisait les droits et les devoirs des habitants et des co-seigneurs. La charte garantissait la libertĂ© de dĂ©placement, la libertĂ© de vendre ses biens, l’abolition du servage encore trĂšs prĂ©sent Ă  cette Ă©poque, et l’exclusion des juifs et des lĂ©preux. Elle dĂ©finissait aussi l’exercice de la justice, le droit privĂ© (mariage, testaments
). La bastide reprĂ©sentait donc l’ouverture aux hommes libres.

Le projet des fondateurs Ă©tait ambitieux : ils voulaient implanter 3 000 emplacements de maisons et de jardins, selon un tracĂ© rigoureux, le long de deux axes majeurs perpendiculaires. Un millier seulement fut Ă©difiĂ©.

Les Halles de Grenade

Grenade prospĂ©ra rapidement sous la protection du roi et des moines et devint un centre d’activitĂ© prospĂšre, qui permit le dĂ©veloppement de la ville et l’extension des zones cultivĂ©es, par le dĂ©frichement des bois qui couvraient la rĂ©gion.

L’abbaye de Grand Selve donna comme terre Ă  la Bastide sa grange, nommĂ©e Vetula Aqua (vieille eau), moulin, trĂšs frĂ©quentĂ© Ă  l’époque.

La ville construite sur cet emplacement, est protĂ©gĂ©e par la Save Ă  l’ouest, et par la Garonne Ă  l’est. Cet emplacement est judicieux pour la dĂ©fense de la ville, mais aussi pour son commerce, car le fleuve est trĂšs frĂ©quentĂ© par les commerçants. Grenade se situe Ă  mi-chemin de Toulouse et Montauban, avec les coteaux du Frontonnais au Nord Est et au Sud Ouest la Gascogne.

Quelques mots sur le nom de Grenade trĂšs Ă©vocateur. Les historiens ont deux hypothĂšses concernant le nom de Grenade :

  • Eustache de BeaumarchĂšs fut commandeur Ă  Grenade en Espagne, et aurait rendu hommage Ă  cette ville,
  • Le mot latin Granat, signifie grain, que l’on cultivait beaucoup dans notre rĂ©gion.

À peine un siĂšcle aprĂšs la crĂ©ation de Grenade, des troubles eurent lieu dans toute la rĂ©gion, au XIVe siĂšcle. La guerre entre la France et l’Angleterre en 1355 permet aux Anglais de faire des incursions dans ces contrĂ©es et de piller les villages. Pour se protĂ©ger, les habitants de Grenade font construire des fortifications au nord et au sud de la ville pour complĂ©ter les dĂ©fenses naturelles que sont la Garonne et la Save. Mais le traitĂ© de BrĂ©tigny assura au roi d’Angleterre la possession de l’Aquitaine. Chandos, un des ses lieutenants, s’installa Ă  Montauban, d’oĂč ses compagnies de pillards rayonnaient sur les rĂ©gions voisines. En 1395, Grenade Ă©tait un repaire de brigands anglais qui semaient la mort. Les remparts remontent Ă  la moitiĂ© du XIVe siĂšcle, avec de larges fossĂ©s, cinq portes et pont levis qui entouraient la ville, du Nord au Sud, pour complĂ©ter la dĂ©fense par la Garonne et la Save. Ces remparts disparurent pendant la RĂ©volution, pour laisser place aux grandes allĂ©es d’aujourd’hui

La bastide fut secouĂ©e Ă  la fin du XVIe siĂšcle par les Guerres de religion. Les habitants de Grenade Ă©tant trĂšs attachĂ©s Ă  la religion catholique, s’alliĂšrent avec Toulouse pour lutter contre les protestants organisĂ©s autour de Montauban. En 1561 un combat sanglant fait rage Ă  Grenade : les protestants, repoussĂ©s, se rendirent dans les campagnes, pillant les Ă©glises et terrorisant les habitants. Pour lutter contre l’hĂ©rĂ©sie protestante, Grenade facilita l’installation d’un couvent de religieux, les Capucins, vers les rives de la Garonne. Ces religieux ont par la suite Ă©tĂ© chassĂ©s lors de la RĂ©volution, les bĂątiments transformĂ©s en mairie puis en caserne, en cornichonerie, et enfin en Ă©cole primaire. En 1568, un huguenot de distinction, Philippe Papin, ancien gouverneur de Montpellier et diplomate au service de Catherine de MĂ©dicis, fut arrĂȘtĂ© par les consuls dans sa maison de Grenade et condamnĂ© par le Parlement de Toulouse Ă  avoir la tĂȘte et les membres tranchĂ©s. Ce qui fut fait, sur la place publique. Cet Ă©vĂšnement provoqua des reprĂ©sailles contre les catholiques. La peste s’ajouta bientĂŽt Ă  la guerre civile, en 1587.

Deux Ă©pisodes de peste ont touchĂ© Grenade, aux XVIe et XVIIe siĂšcle. Les habitants de Grenade ont Ă©tĂ© touchĂ©s par la peste, au dĂ©but de l’annĂ©e 1587, semble-t-il en raison des rats des champs dont les puces transmettent la maladie, soit par les troupes armĂ©es venant de toute l’Europe, pendant les pĂ©riodes de conflits. La famine, due Ă  la destruction des rĂ©coltes pendant les Guerres de Religion, a Ă©galement affaibli la population. La population de Grenade est fortement touchĂ©e par les Ă©pidĂ©mies de peste au XVIIe siĂšcle. Les malades Ă©taient isolĂ©s dans leur maison. Les bien portants s’isolaient Ă©galement chez eux, ou prenaient la fuite, s’ils pouvaient se le permettre. Les fuyards Ă©taient aussi un facteur de contamination. La circulation via Toulouse et depuis Grenade fut bientĂŽt interdite, ce qui posa des problĂšmes pour le commerce. En avril 1587, la peste apparue Ă  Toulouse. Le consul de Grenade autorise les Toulousains Ă  se rapatrier sur Grenade, s’ils ont les moyens de subvenir Ă  leur besoin et de participer aux charges de la communautĂ©. Mais la peste a atteint les alentours de Grenade (Le Burgaud, Galembrun, Pelleport) les marchĂ©s n’ont plus lieu. Les Grenadains, partis sur Toulouse, ont alors 5 jours pour revenir Ă  Grenade, sinon ils seront interdits de territoire, les Toulousains restent enfermĂ©s pendant 15 jours dans leur domicile. On invite les plus riches Ă  faire des quĂȘtes pour les nĂ©cessiteux. L’entrĂ©e de Grenade est bientĂŽt fermĂ©e, suite Ă  la contagion de nombreux Toulousains. La peste s’intensifie et les morts se comptent par dizaine Ă  Grenade. Les pestifĂ©rĂ©s sont dĂ©placĂ©s au ramier, sur la mĂ©tairie du seigneur d’Ondes, seigneur alors protestant dont les terres ont Ă©tĂ© rĂ©quisitionnĂ©es par les habitants de Grenade. Les Grenadains ne peuvent plus quitter la ville.Vers le 7 juin 1857, la maladie paraĂźt diminuer, disparaĂźtre en aoĂ»t. Les corbeaux (personne chargĂ©s de dĂ©placer les morts), les femmes qui soignaient les malades. Une annĂ©e s’écoule Ă  peine, et la peste rĂ©apparaĂźt. Les consuls renouvellent la dĂ©fense de sortir de la ville. On dĂ©cide alors de construire un pont sur la Save pour Ă©viter aux voyageurs de passer par Grenade. En juillet la maladie sĂ©vit encore Ă  Toulouse. Les marchĂ©s aux alentours de Grenade sont de nouveau arrĂȘtĂ©s, les consuls vendent les biens Ă  l’HĂŽpital pour payer les soins.

Les conflits entre Louis XIII et Richelieu fragilise encore la population. La disette, associĂ©e Ă  la peste et Ă  la guerre diminue de 1 million la population de la France, entre 1628 et 1632. La peste rĂ©apparaĂźt Ă  Grenade en octobre 1628 : on interdit les sorties de la ville. L’épidĂ©mie fut enrayĂ©e, pour resurgir en aoĂ»t, amenĂ©e par les troupes de pillards de Montauban. Un cimetiĂšre est alors construit Ă  la porte de Verdun pour les pestifĂ©rĂ©s. Les habitants commencent Ă  fuir la ville : les commerçants, le chirurgien est atteint lui aussi de la maladie et ne peut rentrer en ville. La ville s’endette de plus en plus pour tenter de rĂ©soudre les problĂšmes sanitaires. La peste disparaĂźt en 1632, pour avoir un autre Ă©pisode de courte durĂ©e en 1653.

Tout au long de l’Ancien RĂ©gime, surtout aux XVIIe et XVIIIe siĂšcle, la communautĂ© villageoise connaĂźt d’importantes difficultĂ©s financiĂšres, qui sont aggravĂ©es par les mauvaises rĂ©coltes dues Ă  des hivers trĂšs rigoureux (anomalies climatiques en 1766) et par des inondations (en 1776) trĂšs frĂ©quentes qui dĂ©truisent les bĂątiments, maladies des animaux (Ă©pizootie).

À la veille de la RĂ©volution française, la population de la bastide est trĂšs Ă©prouvĂ©e par les lourdes taxes et l’aggravation des inĂ©galitĂ©s. À partir de 1654, Grenade appartient Ă  la famille Conti, famille de trĂšs haute noblesse, mais qui va se rebeller contre le roi de France, aggravant l’endettement des habitants qui doivent participer Ă  la contribution de guerre. MalgrĂ© toutes ces difficultĂ©s, les consuls arrivent Ă  maintenir l’instruction de la jeunesse, avec la prĂ©sence d’un collĂšge de garçons et l’apparition en 1624 d’un enseignement pour les filles avec l’arrivĂ©e de religieuses, les Ursulines. En 1789, l’abbĂ© de Grand Selve refuse de payer les 6 000 livres pour les rĂ©parations de l’Abbaye. Cette annĂ©e lĂ , Grenade est en proie Ă  de graves difficultĂ©s financiĂšres. Les murs et les tours de la ville s’effondrent par manque d’entretien.

Lorsque Ă©clate la RĂ©volution les habitants de Grenade suivent le mouvement, en changeant de municipalitĂ© (pro rĂ©volutionnaire), et en appliquant les dĂ©crets concernant les biens religieux qui deviennent biens nationaux : les Capucins sont expulsĂ©s, le couvent des Ursulines transformĂ© en hĂŽpital militaire, et l’église transformĂ©e en Temple de la Raison, oĂč se rĂ©unissent les citoyens actifs de la commune. Deux personnalitĂ©s vont se distinguer pendant la RĂ©volution : Antoine de CazalĂšs et Dominique de PĂ©rignon. Peu de temps aprĂšs ces Ă©vĂ©nements rĂ©volutionnaires, les Anglais rĂ©apparaissent dans la rĂ©gion en 1814 lors des combats contre NapolĂ©on Ier. Ils passent quelques jours Ă  Grenade en prĂ©vision de la bataille de Toulouse et en profitent pour rançonner la ville et les environs.

La pĂ©riode rĂ©volutionnaire fut marquĂ©e par une rivalitĂ© entre Grenade et Beaumont de Lomagne qui se disputaient la prĂ©Ă©minence. L’armĂ©e rĂ©volutionnaire de Toulouse, menĂ©e par un Beaumontois, fit rĂ©gner la terreur sur Grenade pendant leur occupation en 1793. AprĂšs la chute de Robespierre les tribunaux rendirent justice au Grenadains, persĂ©cutĂ©s pendant cette pĂ©riode. Elle fut chef-lieu de district de 1790 Ă  1795.

À cette Ă©poque-lĂ , Grenade fut la patrie de grands hommes qui firent une grande carriĂšre militaire, politique ou religieuse. Il y eut le marquis de PĂ©rignon qui fut marĂ©chal de France, Gaston de Roquemaurel qui fit une brillante carriĂšre dans la marine, le marquis de Castelbajac comme gĂ©nĂ©ral de division. Deux membres de la famille de notable de Grenade les CazalĂšs firent une brillante carriĂšre politique en tant que dĂ©putĂ©.

Les troupes de la coalition anglo-hispano-portugaise y séjournÚrent lors de la bataille de Toulouse de 1814[2].

Histoire des batiments stratégiques de la Bastide

L'Église Notre dame de L'Assomption

Église Notre-Dame de l'Assomption vue de la Place Jean Moulin

L'Église Notre Dame de L'Assomption est de style gothique languedocien. Elle est coiffĂ©e d'un clocher octogonal qui s'inspire des cĂ©lĂšbres clochers toulousains, comme celui des Jacobins, qui culmine Ă  47 mĂštres. C'est une superbe Ă©glise d'inspiration cistercienne construite par l'Abbaye de GrandSelve au XIV emme siĂšcle. Elle abrite des tableaux de grands maĂźtres toulousains, un orgue CavaillĂ© Coll ainsi qu'un riche mobilier baroque comprenant scultures, retables et chaires en bois dorĂ©.

La Halle Jean Moulin

Cette imposante Halle fut construite au XIV siĂšcle. Sa charpente est faite de chĂȘne et de sapin des pyrĂ©nĂ©es. Elle abritait autrefois sous sa toiture les salles communes utilisĂ©es par les consuls et les gardes. Centre de la Bastide, elle est chĂšre au grenadains qui s'y retrouvent pour le marchĂ©, la foire annuelle de la saint Luc et les bals de l'Ă©tĂ©.

L'ancien couvent des ursulines

Cet ancien couvent du XVII eme siÚcle a été restauré avec beaucoup de soin par ses propriétaires. On y admire de beaux plafonds à la française et la vue sur les toits de tuiles de la bastide est inoubliable.

Le Couvent des Ursulines Ă  Grenade sur Garonne

Les maisons Ă  pans de bois

Les plus anciennes, comme la maison Serre ou la maison Roussel datent de l'origine de la Bastide.

Les hĂŽtels particuliers

Témoins de la période de prospérité que connut Grenade aux XVII et XVIII eme siÚcle, ils furent construits par de grandes familles: Pérignon, CazalÚs, Castelbajac...

Le pont sur la Save

Une agréable promenade en bord de riviÚre vous permettra d'admirer ce pont classé construit au XIV eme et qui présente trois belles arches en ogive.

Le pont sur la Save Ă  Grenade Sur Garonne

HĂ©raldique

Armes de Grenade

Les armes de Grenade se blasonnent ainsi[3] : d'azur, semĂ© de grains de froment et de fleurs de lys d'or.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 2008 2014 Remy André DVG président de la communauté de communes de Save et Garonne
mars 2001 2008 Jean-Jacques Apine PS président de la Communauté de communes de Save et Garonne
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Commune faisant partie de la cinquiĂšme circonscription de la Haute-Garonne

DĂ©mographie

Évolution dĂ©mographique
(Source : INSEE[4] et Cassini[5])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 360 3 333 3 886 3 925 4 112 4 286 4 281 4 444 4 364
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 302 4 158 4 204 4 007 3 973 3 906 3 998 3 924 3 622
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 599 3 606 3 302 2 869 3 012 2 927 2 793 2 974 3 235
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 - -
3 394 4 108 4 540 4 784 5 026 5 767 6 692[6] - -

Nombre retenu Ă  partir de 1962 : population sans doubles comptes


Économie

L'agriculture basée sur la culture de céréales (maïs, blé ...) a encore une place importante mais tend à diminuer en faveur de zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération toulousaine puisqu'étant dans son aire urbaine

Une zone d'aménagement concerté PROXIMA qui regroupe entre autres l'administration de la communauté de communes de Save et Garonne est située au sud de la ville de Grenade. Cette zone contient une quarantaine d'entreprises, dont le centre de tri de La Poste, une pharmacie, un magasin pour matériel médical, un Leader Price, un Mr Bricolage, un Gamm Vert (magasin de jardinage), plusieurs garages automobiles, un centre commercial avec toutes les commodités, ainsi que plusieurs entreprises nationales ou internationales. Mais toute l'économie de la ville ne repose pas que sur cette zone d'aménagement concerté, il y a aussi de nombreux commerces en centre ville (toutes les commodités et un 8 à huit)et aux abords de la ville, vers la route de Larra et de Launac se situe un Intermarché et un magasin de motoculture. Vers la route de Toulouse se situe un Super U facile d'accÚs avec un centre commercial (salon de coiffure, opticien, animalerie, magasin d'électro-ménager, station essence et un magasin de nourriture biologique.Il est prévu une ouverture prochaine de nombreux autres commerces sur le site de Super U et sur la ZAC PROXIMA qui est en pleine expansion.

Budget et fiscalité

Le budget municipal principal 2006 totalisait 2 878 000 euros d'investissement et 6 861 000 euros de fonctionnement[7].

La taxe d'habitation prĂ©levĂ©e par la commune Ă©tait en 2006 de 14,23 %, la taxe fonciĂšre sur les propriĂ©tĂ©s bĂąties Ă©tait de 28,12 % et la taxe professionnelle de 17,04 % (taux intercommunal)[8].

Lieux et monuments

L'Ă©glise Notre-Dame et son clocher octogonal

La ville est une bastide construite selon un plan caractéristique avec des rues perpendiculaires délimitant des ßlots carrés de 55 mÚtres de cÎté.

La halle couverte (classĂ©e monument historique[9]) occupe l'Ăźlot central ; elle est du XIVe siĂšcle. C'est la plus grande et la plus vieille halle de France. Depuis le Moyen Âge, elle abrite un marchĂ© le samedi matin. Pendant plusieurs siĂšcles, le premier Ă©tage de la halle comportait des salles oĂč se rĂ©unissaient les consuls et oĂč l’on conservait certainement les mesures de grain dans les logements du prĂ©vĂŽt et des gardes. En 1417, le roi Charles VI avait permis aux consuls « d’avoir et de faire une horloge avec cloche Â». Comme la plupart des bastides du Sud-Ouest, Grenade a sauvegardĂ© sa halle car c’est un lieu de rencontre de toutes les gĂ©nĂ©rations et cela depuis des siĂšcles. Elle accueille tous les samedis le marchĂ©. Des bals ainsi que d’autres manifestations s’y tiennent rĂ©guliĂšrement. En 1992 et 1993, le sol ainsi que les piliers ont Ă©tĂ© rĂ©novĂ©s et restaurĂ©s. Des Ă©tudes rĂ©centes ont montrĂ© que les bois de charpente ont Ă©tĂ© coupĂ©s en 1293.

L'Ă©glise Notre-Dame, dont les travaux de construction dĂ©marrĂšrent l'annĂ©e de la fondation de la ville pour s'achever en 1376, est de style gothique construite en briques. Son clocher est de forme octogonale. RestaurĂ©e au XVe siĂšcle, c’est un monument classĂ©[10].

Le pont sur la Save, de gothique, fut construit en briques rouges au XIVe siĂšcle entre l'hospice Saint-Jacques et le moulin sur la Save. Une agrĂ©able promenade en bord de riviĂšre vous permet d'admirer ce pont inscrit aux MH construit au XIVe siĂšcle et qui prĂ©sente trois belle arches en ogives[11],[12].

L’ancien couvent des ursulines, construit au XVIIe siĂšcle a Ă©tĂ© restaurĂ© avec beaucoup de soin par ses propriĂ©taires. On y admire de beaux plafonds Ă  la française et la vue sur les toits de tuiles de la bastide. L’ensemble est inscrit MH[13].

Vie locale

Services publics

Une gendarmerie, situĂ©e rue François-Mitterrand, une poste, situĂ©e rue Victor-Hugo, un trĂ©sor public, situĂ© en face de la gendarmerie, rue François-Mitterrand, une dĂ©chĂšterie, situĂ©e route de Saint-CĂ©zert (D30). À cĂŽtĂ© de la dĂ©chĂšterie se trouvent les services techniques de la communautĂ© de communes Save & Garonne. De mĂȘme, les locaux de l'administration de la communautĂ© de communes Save & Garonne se situent rue du Port-Haut, sur la zone d'amĂ©nagement concertĂ©e PROXIMA.

Transports

Plusieurs lignes de bus interurbains gérés par le conseil général de la Haute-Garonne (Réseau arc-en-ciel), ainsi que des lignes régionales, gérées par la région Midi-Pyrénées desservent Grenade.

numéro de ligne trajet de la ligne gérance de la ligne
ligne 62 Toulouse-Blagnac-Aussonne-Merville-Grenade-Larra conseil général de la Haute-Garonne
ligne 70 Toulouse-Blagnac-Merville-Grenade conseil général de la Haute-Garonne
ligne 72 Toulouse-Fenouillet-Saint-Jory-Castelnau-d'Estretefonds-Ondes-Grenade conseil général de la Haute-Garonne
ligne 74 Grenade-Ondes-Castelnau-d'Estretefonds-Fronton conseil général de la Haute-Garonne
ligne 88 (existe aussi en ligne régionale) Toulouse-Blagnac-Beauzelle-Seilh-Grenade conseil général de la Haute-Garonne
ligne 709 Grenade-Merville-Aussonne-Cornebarrieu-Gare de Colomiers conseil général de la Haute-Garonne
ligne 729 Launac-Grenade-Ondes-Gare de Castelnau-d'Estré grandsudnavette.com
ligne 889 Le Burgaud-Saint-Cézert-Grenade conseil général de la Haute-Garonne
ligne 920 (région Midi-Pyrénées) Toulouse-Seilh-Grenade-Verdun sur Garonne-Beaumont de Lomagne Courrier de la Garonne (Région Midi-Pyrénées)

En 2009 est prévue une restructuration de tout le Réseau arc-en-ciel de Haute-Garonne avec de nouveaux appels d'offres et changement de lignes.

La gare SNCF la plus proche est la gare de Castelnau-d'Estré. Elle est desservie par des TGV, par des corails et par des TER. Cette gare est placée sur l'axe Toulouse-Paris.

L'aĂ©roport Toulouse-Blagnac, situĂ© Ă  20 km de Grenade, est trĂšs facile d'accĂšs (prendre D2 vers Toulouse jusqu'au rond-point de Gimenells Ă  l'entrĂ©e de Beauzelle. Prendre Ă  droite pour rejoindre la D902 en voie rapide vers Toulouse. Sortir Ă  la sortie sortie 902.1)

Économie locale

Grenade dispose de plusieurs Zones d'Aménagement Concertée (ZAC). Au sud, la ZAC Proxima est la plus importante, qui est liée avec la ZAC de Grenade sud.

ZAC Proxima :

- SCI FLORIAN

- SCI LAVALSEV

- SCI SAVE & GARONNE

- STE SAM

- MEM MAUREL

- SCI MASERED

- SCI MARTENS

- GARAGE RENAULT

- SCI MALDONADO

- SCI LARRI

- SCI LES ALLEES

- DOW ELANCO

- STE PROXIM

- STE AIR SYSTEM

- STE CUSTOMS PLANET

- COMMUNAUTE DE COMMUNES SAVE & GARONNE

ZAC de Grenade sud :

- Mr. BRICOLAGE

- LEADER PRICE

- GARAGE PEUGEOT

- GAMM VERT (jardinerie)

- SALAISONS BENGALI

- M. DARLES (charpente - couverture)

- M. ORTSHINGER (ferronnerie)

- SOCIETE ANETT (blanchisserie)

- SOCIETE ETCE (transport)

- SOCIETE M+ (matériaux)

- SCI PALEGRIL

- SCI ANCIENS ABATTOIRS

Dans l'avenir, un supermarchĂ© ALDI accompagnera le leader price dĂ©ja prĂ©sent. Il se peut qu'un magasin de prĂȘt-Ă -porter et un restaurant soient construits.

Santé

La commune possĂ©de un centre communal d'action sociale, une maison de retraite ainsi que plusieurs cabinets de mĂ©decins gĂ©nĂ©raliste et de toutes horizons : dermatologie, orthodontie...

Jumelage

Italie Istrana (Italie) Grenade est jumelĂ©e avec Istrana, une petite ville italienne.

Culture et loisirs

Lieux de culture et de loisirs sur la commune :

  • 1 cinĂ©ma associatif « Le foyer Â» qui programme tous les films rĂ©cents avec un retard qui peut aller jusqu'Ă  2 semaines
  • 1 Point Information Jeunesse (PIJ), situĂ© prĂšs du collĂšge rue de belfort. La connection a Internet est gratuite et vous pouvez trouver tout type de renseignements.
L'ancienne laiterie de Grenade, Ă©galement le PIJ

IcĂŽne pour souligner l'importance du texte  le PIJ risque d'ĂȘtre dĂ©placĂ© Ă  partir de l'annĂ©e 2009 Ă  l'ancienne gare, situĂ©e sur les allĂ©es Alsace-Lorraine. En effet, la gare va ĂȘtre restaurĂ©e pour accueillir le nouveau PIJ.

  • 1 salle des fĂȘtes qui accueille plusieurs animations par an comme le festival Grenad'in, diffĂ©rentes expositions ainsi que plusieurs spectacles de tout genres.
  • 1 foyer rural, situĂ© rue Victor-Hugo, il accueille plusieurs animations par an comme la salle des fĂȘtes mais reçoit plutĂŽt des comĂ©dies thĂ©Ăątrales
  • La bibliothĂšque de Grenade sur Garonne, qui est situĂ©e dans l'ancien collĂšge, contient plus de 10 000 ouvrages.
  • Multimusique est l'Ă©cole de musique actuelle de Grenade qui regroupe 270 Ă©lĂšves. Ces actions sont trĂšs dynamiques, elle organise entre autres le festival Grenad'in.
  • la Halle de Grenade accueille Ă©galement de nombreuses animations en Ă©tĂ©, principalement lors de la fĂȘte locale, tout comme le rond de save.
  • Grenade dĂ©ploie un large Ă©ventail d’activitĂ©s grĂące Ă  son tissu associatif qui ne manque pas d’idĂ©es ni de volontĂ©. En tout, Grenade dispose de plus de 70 associations.
  • L'Hippodrome de Marianne sert aussi comme salle de spectacle. Par exemple le 6 juin 2009, un concert des ateliers musicaux y Ă©tait prĂ©vu.

Enseignement

Établissements scolaires sur la commune :

  • 2 groupes scolaires : École Jean-Claude Gouze (situĂ©e rue du Port-Haut) et École de la Bastide (situĂ©e quais de Garonne).
  • 1 centre de loisirs situĂ© sur le site de l'Ecole de la bastide.
  • 1 École privĂ©e Sainte-Marthe.
  • 1 École maternelle privĂ©e « Montessori Â» situĂ©e sur le chemin de montagne, non loin de la RD2.
  • 1 collĂšge public Grand Selve situĂ© rue des Sports.
  • Dans un avenir proche, on parle de construire une troisiĂšme Ă©cole publique sur la commune. Celle-ci comprendrait quatre classes. Elle serait situĂ©e sur un terrain qui puisse accueillir plusieurs agrandissements de l'Ă©cole. Ce terrain sera probablement celui derriĂšre le SUPER U, situĂ© chemin de montagne.
  • En 2009, une circonscription scolaire vera le jour Ă  Grenade. Elle s'occupera de tout le secteur nord de la Haute-Garonne et une partie du Tarn-et-Garonne. Il aura donc un inspecteur de l'Ă©ducation nationale.

Sports

Équipements
  • 1 piscine municipale situĂ©e sur la route de Verdun-sur-garonne, derriĂšre le stade J-M FAGES. C'est une piscine d'Ă©tĂ© (non-couverte) qui dispose d'un grand bassin (profondeur 1.80m-3.45m), un petit bassin (profondeur 0.80m-1.20m) et une pataugeoire. Elle dispose Ă©galement d'une grande plage verte oĂč l'on peut installer plusieurs terrains de volley-ball et d'un snack.
  • 3 terrains de rugby dont deux qui servent Ă  l'entraĂźnement. Le stade J-M FAGES dispose d'une tribune d'environ 1000 places.
  • 4 terrains de foot dont trois d'entraĂźnement et un pour les match. Tous ces terrains sont placĂ©s Ă  cĂŽtĂ© du collĂšge Grand Selve, rue des Sports.
  • 3 terrains de tennis situĂ©s derriĂšre le stade J-M FAGES et Ă  cĂŽtĂ© de la piscine municipale.
  • 1 gymnase municipal situĂ© Ă  cĂŽtĂ© du collĂšge Grand Selve. Dans ce gymnase, on peut pratiquer football, badminton, volley-ball, escalade, gymnastique, ping-pong...
  • 1 plateau sportif situĂ© Ă  cotĂ© du gymnase, comporte 4 terrains de basket-ball, 2 terrains de handball, 1 terrain de football, 4 terrains de volley-ball, un mur de pelote basque, une piste d'athlĂ©tisme, un parc de saut en longueur et un parc de lancer de poids. Ce plateau sportif est reliĂ© aux stades de football.
  • 1 piste de rollers situĂ© en dessous des quais de Garonne, cet anneau routier fait une distance de 400 mĂštres. Il y a souvent eu sur cette piste les championnats de France ou d'Europe de patins Ă  roulettes sur piste ! Cet anneau sera renommĂ© au cours de l'annĂ©e 2009, « anneau routier de la hille Â».
La piste de Rollers de la Hille avec ses tribunes

Personnalités liées à la commune

Notes et références

  1. ↑ CAPITOUL, MĂ©tĂ©orologie de Toulouse, MĂ©tĂ©o France. ConsultĂ© le 09/09/2007
  2. ↑ Histoire de Grenade, sur mairie-grenade.fr
  3. ↑ Banque de blason, sur newgaso.fr
  4. ↑ Grenade sur le site de l'Insee
  5. ↑ Grenade sur le site de Cassini
  6. ↑ Recensement complĂ©mentaire de l’INSEE, consultĂ© le 17 novembre 2008
  7. ↑ MinistĂšre de l'Ă©conomie et des finances : Les comptes individuels des communes (budgets municipaux 2001 Ă  2006)
  8. ↑ DonnĂ©es taxe.com
  9. ↑ ArrĂȘtĂ© du 5 dĂ©cembre 1979, notice de la Base MĂ©rimĂ©e, consultĂ©e le 12 novembre 2008
  10. ↑ ArrĂȘtĂ© du 10 aoĂ»t 1951, notice de la Base MĂ©rimĂ©e, consultĂ©e le 12 novembre 2008
  11. ↑ Photo du pont
  12. ↑ ArrĂȘtĂ© du 23 dĂ©cembre 1926, notice de la Base MĂ©rimĂ©e, consultĂ©e le 12 novembre 2008
  13. ↑ ArrĂȘtĂ© du 1er mars 1988, notice de la Base MĂ©rimĂ©e, consultĂ©e le 12 novembre 2008
  14. ↑ site du Grenade sport
  15. ↑ site du Grenade Football Club

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la Haute-Garonne Portail de la Haute-Garonne
  • Portail de la rĂ©gion Midi-PyrĂ©nĂ©es Portail de la rĂ©gion Midi-PyrĂ©nĂ©es
Ce document provient de « Grenade (Haute-Garonne) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Grenade-Sur-Garonne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Grenade-sur-Garonne — Grenade (Haute Garonne) Pour les articles homonymes, voir Grenade. Grenade 
   WikipĂ©dia en Français

  • Grenade-sur-garonne — Grenade (Haute Garonne) Pour les articles homonymes, voir Grenade. Grenade 
   WikipĂ©dia en Français

  • Canton De Grenade-sur-Garonne — Canton de Grenade Canton de Grenade Administration Pays France RĂ©gion Midi PyrĂ©nĂ©es DĂ©partement Haute Garonne Arrondissement Toulouse Code cantonal Chef lieu 
   WikipĂ©dia en Français

  • Canton de Grenade-sur-Garonne — Canton de Grenade Canton de Grenade Administration Pays France RĂ©gion Midi PyrĂ©nĂ©es DĂ©partement Haute Garonne Arrondissement Toulouse Code cantonal Chef lieu 
   WikipĂ©dia en Français

  • Canton de grenade-sur-garonne — Canton de Grenade Canton de Grenade Administration Pays France RĂ©gion Midi PyrĂ©nĂ©es DĂ©partement Haute Garonne Arrondissement Toulouse Code cantonal Chef lieu 
   WikipĂ©dia en Français

  • Grenade, Haute-Garonne — Grenade, also referred to as Grenade sur Garonne, is a commune of the Haute Garonne department in southwestern France.ee also* Save (Garonne) * Communes of the Haute Garonne department 
   Wikipedia

  • Grenade (Haute-Garonne) — Pour les articles homonymes, voir Grenade. 43° 46â€Č 20″ N 1° 17â€Č 37″ E 
   WikipĂ©dia en Français

  • Transports Ă  Grenade (Haute-Garonne) — Article principal : Grenade (Haute Garonne). Cette page prĂ©sente les diffĂ©rents moyens de transport existant Ă  Grenade. Sommaire 1 Transports en commun 1.1 Principales lignes interurbaines 1.2 Principales correspondances 
   WikipĂ©dia en Français

  • Kanton Portet-sur-Garonne — Region Midi PyrĂ©nĂ©es DĂ©partement Haute Garonne Arrondissement Muret Hauptort Portet sur Garonne Einwohner 38.065 (1. Jan. 2008) 
   Deutsch Wikipedia

  • Grenade — Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rents sujets et articles partageant un mĂȘme nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Grenade Â», sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Sommaire 1 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.