Gregoire de Nazianze


Gregoire de Nazianze

Grégoire de Nazianze

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grégoire.
Grégoire de Nazianze

Grégoire de Nazianze (329-390), ou « de Naziance », alias Grégoire le Théologien, docteur de l'Église, né en Cappadoce. Il est ordonné prêtre par son père et il le remplace comme évêque de Nazianze.

Sommaire

Jeunesse et formation

Formation de Grégoire de Nazianze

Grégoire de Nazianze naît en Cappadoce en 330 de Grégoire l'Ancien, évêque de Nazianze et de son épouse Nonna. Il a aussi une sœur aînée, Gorgonie, et un frère cadet, Césaire. Destiné à succéder à son père sur le siège épiscopal, il reçoit sa première formation dans le cercle familial, avant de fréquenter les écoles de grammairiens de Césarée de Cappadoce, puis de poursuivre des études supérieures à Alexandrie et à Athènes à la fin de 350. Dans cette ville cosmopolite, il suit les leçons du chrétien Prohérésios et du rhéteur païen Himérios. Il a pour condisciples Basile de Césarée et le futur empereur Julien dont il fera plus tard un portrait agressivement critique après que celui-ci aura encouragé un retour au paganisme.

Carrière

Grégoire de Nazianze devient prêtre

En 358, son père le rappelle à Nazianze et l'oblige à devenir prêtre (361). Il commence par se réfugier chez son ami Basile de Césarée avant d'accepter son ministère en 362.

La lutte pour le siège de Sasimes

Comme l'empereur Valens favorise l'arianisme, le métropolitain Basile de Césarée l'enjoint d'accepter le siège épiscopal de Sasimes, mais l'évêque arien Tyane l'empêche d'en prendre possession. Il retourne alors à Nazianze jusqu'à la mort de son père (374), puis s'isole à Séleucie d'Isaurie.

Constantinople

Invité à Constantinople après la mort de Valens (378) pour lutter contre la forte Église arienne qui y détenait la plupart des églises, il devient évêque de la ville à l'entrée de Théodose le Grand en 380. Il se heurte néanmoins à de fortes oppositions au concile de 381, qu'il préside un moment. En effet, il n'obtient l'adhésion ni du siège d'Alexandrie, resté fidèle à Maxime, ni de Rome, hostile au transfert des évêques. Sa position doctrinaire, l'homoousios (consubtantialité du Père, du Fils et du Saint-Esprit, selon le credo de Nicée), ne l'emporte pas. Il démissionne dès 381, mais continue de combattre les hérétiques jusqu'à sa mort en 390. En 380, il donne l'ordre du premier autodafé des poésies de Sappho.

Œuvre

Il a laissé :

  • 45 discours, dont deux discours contre Julien l’Apostat et cinq discours théologiques définissant le dogme trinitaire contre l’arianisme, notamment ce qu'on a appelé le diophysisme christologique et l'union hypostatique des deux natures dans l'Incarnation.
  • de nombreux poèmes théologiques et autobiographiques.
  • une tragédie, la Passion du Christ.

Toponyme

  • Une localité du Wisconsin (États-Unis), Saint Nazianze porte son nom.

Voir aussi

Bibliographie

  • Clavis Patrum Græcorum 3010-3125
  • Migne, Patrologiae Cursus Completus, Series Graeca (Paris, 1857-1866), tomes 35 à 38.
  • Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum, tome 46, 1910.
  • (fr) Bernardi (Jean), Saint Grégoire de Nazianze. Le Théologien et son temps (330-390), Éditions du Cerf, Paris, 1995.
  • (fr) Tuilier (André), « Grégoire de Nazianze », Dictionnaire de l'Antiquité, dir. Jean Leclant, Presses universitaires de France, 2005.
  • (fr) Mossay (Justin), Nazianze et les Grégoire. Réflexions d’un helléniste retraité, Safran (éditions), coll. « Langues et cultures anciennes, 15 », Bruxelles, 2009 [présentation en ligne] 

Liens internes

Liens externes

Ce document provient de « Gr%C3%A9goire de Nazianze ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gregoire de Nazianze de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Grégoire De Nazianze — Pour les articles homonymes, voir Grégoire. Grégoire de Nazianze Grégoire de Nazianze (329 …   Wikipédia en Français

  • Grégoire de nazianze — Pour les articles homonymes, voir Grégoire. Grégoire de Nazianze Grégoire de Nazianze (329 …   Wikipédia en Français

  • GRÉGOIRE DE NAZIANZE — Grégoire, né à Arianze, près de Nazianze, en Cappadoce, est, avec Basile de Césarée et Grégoire de Nysse, l’un des trois Cappadociens qui ont donné à la théologie orthodoxe, aussi bien orientale qu’occidentale, sa première systématisation et sa… …   Encyclopédie Universelle

  • Grégoire de Nazianze — Pour les articles homonymes, voir Grégoire et Saint Grégoire. Grégoire de Nazianze Icône de Grégoire de Nazianze …   Wikipédia en Français

  • Saint-Grégoire de Nazianze — Grégoire de Nazianze Pour les articles homonymes, voir Grégoire. Grégoire de Nazianze Grégoire de Nazianze (329 …   Wikipédia en Français

  • Saint Grégoire de Nazianze — Grégoire de Nazianze Pour les articles homonymes, voir Grégoire. Grégoire de Nazianze Grégoire de Nazianze (329 …   Wikipédia en Français

  • Grégoire de Cappadoce — Grégoire de Nazianze Pour les articles homonymes, voir Grégoire. Grégoire de Nazianze Grégoire de Nazianze (329 …   Wikipédia en Français

  • Grégoire de Naziance — Grégoire de Nazianze Pour les articles homonymes, voir Grégoire. Grégoire de Nazianze Grégoire de Nazianze (329 …   Wikipédia en Français

  • Gregoire de Nysse — Grégoire de Nysse Grégoire de Nysse Grégoire de Nysse, né entre 331 et 341 à Néocésarée (actuelle Niksar en Turquie), dans la province du Pont Euxin, mort après 394, théologien chrétien et Père de l Église …   Wikipédia en Français

  • Grégoire De Nysse — Grégoire de Nysse, né entre 331 et 341 à Néocésarée (actuelle Niksar en Turquie), dans la province du Pont Euxin, mort après 394, théologien chrétien et Père de l Église …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.