Grandville

ï»ż
Grandville
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Granville.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grandville (homonymie).
Grandville
Portrait par Émile Lassalle, 1840
Portrait par Émile Lassalle, 1840

Nom de naissance Jean-Ignace-Isidore GĂ©rard
Naissance 13 septembre 1803
Nancy
DĂ©cĂšs 17 mars 1847
Vanves
NationalitĂ© Drapeau de France France
Activité(s) Dessinateur, aquarelliste, caricaturiste, lithographe

Jean Ignace Isidore Gérard, né le 13 septembre 1803 à Nancy et mort le 17 mars 1847 à Vanves, est un caricaturiste français, connu sous le pseudonyme de J.J. Grandville.

Sommaire

Biographie

Enfance et formation

Jean Ignace Isidore GĂ©rard est nĂ© Ă  Nancy, dans l’est de la France, dans une famille d’artistes et de comĂ©diens. Homme aux identitĂ©s multiples, il sera toujours appelĂ© Adolphe par les siens, du prĂ©nom du jeune frĂšre mort deux mois avant sa naissance. « C’est ainsi qu’il entonne ce long duo avec la mort qui naĂźt d’un baptĂȘme endeuillĂ©, modulĂ© tout au long de sa vie dans les registres divers des Ɠuvres qu’il crĂ©e et des sorts qu’il subit Â».

« Grandville Â» est le nom de scĂšne qu’il reprend de ses grands-parents. C’est Ă  Nancy qu’il grandit et reçoit ses premiĂšres leçons de dessin de son pĂšre, musicien amateur mais surtout peintre miniaturiste « pour la tĂȘte, la fleur ou le paysage Â». La misĂšre rĂšgne alors Ă  Nancy et la vie du foyer des GĂ©rard n’y est pas facile : il abrite le couple, ses quatre enfants et une aĂŻeule, Marie-Anne, ancienne « comĂ©dienne du Roi Â» dont les rĂ©cits nostalgiques relatifs aux fastes de la cour de Stanislas fascinent. Le thĂ©Ăątre ne suffisait pas Ă  la subsistance des Ă©poux GĂ©rard -les grands-parents paternels de Grandville- qui s’installent Place Royale et exploitent l’un des premiers cafĂ©s de Nancy, le cafĂ© de la ComĂ©die. Hippolyte, le frĂšre d’Adolphe, verse dans la littĂ©rature et adopte de pseudonyme de « GĂ©rard Grandville Â».

Adolphe quant Ă  lui semble suivre les traces de son pĂšre et s’attache Ă  dessiner les membres de sa famille, le spectacle de la rue et, progressivement, s’émancipant des principes inculquĂ©s, se fait une spĂ©cialitĂ© de « dĂ©figurer avec malice ces physionomies que l’adulte met tout son art Ă  figurer Â». Son talent de caricaturiste s’affiche prĂ©cocement. L’opposition au pĂšre entre pour quelque chose dans cette vellĂ©itĂ© transgressive, mais on peut y voir Ă©galement le dĂ©passement du simple apprentissage. L’influence de l’art du thĂ©Ăątre y entre certainement pour autre chose, mais il faut Ă©voquer l’histoire de l’art, fortement empreinte Ă  Nancy de l’art de Callot qui fit connaĂźtre les Arlequin, les Pantalon et les Polichinelle. Enfin, la mode et l’influence de la caricature trĂšs populaire en Angleterre jouent pour partie.

Grandville s’initie en recopiant les modĂšles de caricatures qu’il trouve dans la nouvelle presse satirique comme Le Nain jaune. Il se forge une opinion libĂ©rale, anticlĂ©ricale. DĂšs 1820, il conçoit des crĂ©atures hybrides, mi-hommes mi-animales qui deviendront rapidement la marque de son talent. Au dessin, il associe volontiers les jeux de mots teintĂ©s d’ironie (Le Canard dessin illustrant les « canards Â» de la clarinette ; Le quintette Ă  vent Ă©voquant l’expression « souffler comme un bƓuf Â» etc.]. Le courant romantique fait son entrĂ©e en France Ă  cette Ă©poque et ne manque pas d’influencer l'artiste. Une nouvelle technique d’impression et de reprĂ©sentation connait le succĂšs et contribuera singuliĂšrement Ă  la gloire de Grandville : la lithographie. L’appel de la capitale se fait sentir : le dĂ©part sera soutenu par le peintre miniaturiste LĂ©on Larue (1785-1834), connu sous le nom de Mansion qui dĂ©tecte le talent de Grandville et le fait venir dans son atelier parisien.

Une vie marquée par les deuils familiaux

À l'Ăąge de vingt et un ans, Grandville s'installe donc Ă  Paris. Le 22 juillet 1833, il Ă©pouse sa cousine Marguerite Henriette Fischer (1810-1842) et dĂ©mĂ©nage dans un nouvel appartement. Leur premier fils, Ferdinand, naĂźt en 1834, mais ne vit que quatre ans. Cette naissance affaiblit considĂ©rablement Henriette. Un deuxiĂšme fils, Henri, vient au monde Ă  l'automne 1838, mais meurt en 1841, Ă©touffĂ© en mangeant un morceau de pain, en prĂ©sence de ses parents. Georges, son troisiĂšme fils, naĂźt en juillet 1842. Lors de ses grossesses prĂ©cĂ©dentes, et cette fois encore, la santĂ© d'Henriette s'est dĂ©tĂ©riorĂ©e et elle dĂ©cĂšde le mĂȘme mois d'une pĂ©ritonite. En octobre 1843 Grandville se remarie. Armand, le seul enfant de ce remariage avec Catherine Marceline ("CĂ©line") Lhuillier (1819-1888), naĂźt en 1845. Georges, le troisiĂšme fils de son premier mariage, ĂągĂ© de 4 ans et demi, meurt en janvier 1847 aprĂšs une courte maladie. Grandville ayant perdu en dix ans sa femme et ses trois enfants est physiquement et mentalement brisĂ©. Il tombe malade Ă  plusieurs reprises. En 1847, alors qu'il sĂ©journe dans sa maison de villĂ©giature de Saint-MandĂ©, il est atteint d'une crise de folie et est transportĂ© dans une clinique de Vanves. Le pressentiment de sa mort ne le quitte pas, il l’annonce, en dĂ©pit de l’avis des mĂ©decins et, en effet, le 17 mars, deux mois aprĂšs la mort de son fils chĂ©ri Georges, Grandville dĂ©cĂšde. ConformĂ©ment Ă  ses vƓux, il sera enterrĂ© Ă  Saint-MandĂ© aux cĂŽtĂ©s de sa premiĂšre Ă©pouse et de leurs trois fils.

Son Ɠuvre

Grandville, caricaturiste

Peu de temps aprĂšs son arrivĂ©e Ă  Paris, Grandville publie un recueil de lithographies intitulĂ© Les Tribulations de la petite propriĂ©tĂ©. Il poursuit son Ɠuvre avec Les Plaisirs de tout Ăąge et La Sibylle des salons, un jeux de tarot de 52 cartes qui sera finalement signĂ© par Mansion. Mais c'est avec Les MĂ©tamorphoses du jour (1828-29), une sĂ©rie de 70 scĂšnes dans lesquelles des personnages humains sont reprĂ©sentĂ©s avec une tĂȘte d'animal en situation pour un rĂŽle dans la comĂ©die humaine, qu'il s’est vraiment fait connaĂźtre. Ces dessins sont remarquables par l'extraordinaire habiletĂ© du dessin des expressions humaines transposĂ©es sur une figure animale. La physiognomonie, courant intellectuel inspirĂ© des travaux de Lavater, de Cuvier, de Geoffroy Saint-Hilaire et de Gall postule l’analogie entre les traits du visage, la complexion d’un individu et son caractĂšre, sa personnalitĂ©. Cette thĂšse et les courants analogues (craniologie, phrĂ©nologie etc.) alors en vogue ont une rĂ©percussion indubitable sur la pensĂ©e et l’Ɠuvre de Grandville. Les MĂ©tamorphoses du jour ont, dĂšs leur premiĂšre apparition, suscitĂ© des imitations de la part d’autres artistes, ce dont Grandville ne manque pas de se plaindre, mais ces plagiats tĂ©moignent de l’influence qu’a son Ɠuvre sur l’évolution de l’illustration fantastique. Le succĂšs rencontrĂ© par ces Ɠuvres a conduit divers pĂ©riodiques tels que La Silhouette, L'Artiste, La Caricature, Le Charivari Ă  l’engager comme collaborateur. Ses caricatures politiques caractĂ©risĂ©es par une merveilleuse fĂ©conditĂ© d’inspiration satirique, suscitent bientĂŽt l'engouement.

Ernest BussiĂšre, buste de Grandville, 1893, Nancy

Ses planches satiriques sont des charges contre les contemporains ou des attaques contre la monarchie de Juillet. Ses dessins dĂ©plaisaient Ă  Adolphe Thiers, qui fait promulguer, en 1835, sous le rĂšgne de Louis-Philippe une loi exigeant une autorisation prĂ©alable pour la publication de dessins et de caricatures. AprĂšs ce rĂ©tablissement de la censure, Grandville, viscĂ©ralement attachĂ© Ă  la libertĂ© de la presse, se sent profondĂ©ment atteint par les attaques incessantes de la police ; il est mĂȘme perquisitionnĂ© et la fouille dĂ©sordonnĂ©e opĂ©rĂ©e par les gendarmes le heurte profondĂ©ment. Dans une caricature toute personnelle, il s’en souviendra en figurant les gendarmes sous la forme de mouches agaçantes envahissant son domicile.

Grandville, illustrateur de livres

AprĂšs cet Ă©pisode, il se tourne presque exclusivement vers l'illustration de livres, en illustrant divers ouvrages, tels que les Ɠuvres d’HonorĂ© de Balzac, les chansons de BĂ©ranger, les Fables de La Fontaine (1838) et celles de Florian, Don Quichotte de Cervantes, les Voyages de Gulliver de Swift, Robinson CrusoĂ© de Daniel Defoe. Il a Ă©galement continuĂ© Ă  publier des recueils de lithographies : Les Cent Proverbes, Un autre monde (1844), Les Fleurs animĂ©es. Il participe aux illustrations des ScĂšnes de la vie privĂ©e et publique des animaux, une satire initiĂ©e par Jules Hetzel en rĂ©fĂ©rence Ă  La ComĂ©die humaine, et au Diable Ă  Paris.

Style

Son Ɠuvre s'apparente Ă  un monde Ă©trange que Baudelaire compare par la suite Ă  « un appartement oĂč le dĂ©sordre serait systĂ©matiquement organisĂ© Â». Ses dessins fantastiques et zoomorphes (mĂ©tamorphoses d’ĂȘtres humains, d’animaux et de plantes) (Un autre monde) lui valurent d’ĂȘtre revendiquĂ© par les surrĂ©alistes.

Les dessins de Grandville prĂ©sentent habituellement une analyse des personnages pleine d’inventivitĂ© et de merveilleux. Cependant, il faut insister sur la difficultĂ© de lecture et d’interprĂ©tation de ses caricatures intrinsĂšquement liĂ©es au contexte historique et politique du temps, Ă  une actualitĂ© dĂ©sormais hermĂ©tique pour le profane. Cette perte relative du sens n’îte rien Ă  la qualitĂ© artistique des dessins.

L’une des obsessions de Grandville dans l’approche de ses Ɠuvres est de vouloir absolument transcrire sa pensĂ©e par le trait du crayon plus que par la plume et le verbe. Il invente tout un ensemble de procĂ©dĂ©s « pour donner parole aux images, afin qu’elles manifestent l’idĂ©e, affichent l’opinion et agissent immĂ©diatement sur le lecteur Â». La monarchie de juillet lui fournira amplement l’occasion d’exprimer ses idĂ©es rĂ©publicaines et anticlĂ©ricales. Les thĂšmes du budget, des violences du pouvoir, du ridicule et des abus des puissants sont autant de sources d’inspiration pour Grandville qui ne nĂ©glige pas l’observation quotidienne de ses contemporains plus proches, croquant les types du bourgeois, de la coquette, du notaire etc.

Dessins originaux

À la mort du dessinateur, une grande partie de ses dessins revient Ă  son fils et exĂ©cuteur testamentaire Armand Grandville. En 1893 et 1894, ce dernier partage la collection entre le MusĂ©e des Beaux-Arts de Nancy (1 432 dessins), le MusĂ©e lorrain (58 dessins), la BibliothĂšque publique de Nancy (522) et la BibliothĂšque nationale de France Ă  Paris (15 dessins).

Quelques annĂ©es aprĂšs la mort de Grandville, en 1853, 1 168 dessins sont mis en vente par la famille de l’artiste. Deux importantes ventes, le 26 mars 1859 et le 13 fĂ©vrier 1882, dispersent encore les Ɠuvres. 200 dessins et un millier d'estampes ont rejoint les collections de la BibliothĂšque municipale de Nancy par le biais du legs ThiĂ©ry-Solet en 1921.

Le MusĂ©e Carnavalet Ă  Paris conserve un cahier de croquis et un album de 50 dessins et aquarelles. À l’étranger, le MusĂ©e national de Varsovie compte 29 compositions attribuĂ©es Ă  l’artiste. D’autres dessins sont conservĂ©s dans des collections privĂ©es.

Grandville, source d'inspiration

L’univers merveilleux et Ă©trange de Grandville a inspirĂ© bien des artistes aprĂšs lui, depuis les surrĂ©alistes jusqu’aux artistes contemporains. Citons Marcel Broodthaers, CĂ©sar, Fred Eerdekens, Max Ernst, Jan Fabre, Francisco Goya, On Kawara, Odilon Redon, Paul Van Hoeydonck, Koen Vanmechelen, Panamarenko et Angel Vergara. Sa modernitĂ© a dĂ©passĂ© les limites de l’art graphique et a influencĂ© notre culture de l’image. Chaplin, Willy Kessels, Serge Vandercam, les frĂšres LumiĂšre, MĂ©liĂšs, Ladislas Starevitch en sont des exemples[1].

ƒuvres

Illustration pour Le Loup et le chien de La Fontaine
  • La marchande de cerises, 1 lithographie, 1825
  • Promenade dans Paris, 1 lithographie, 1825
  • Les dimanches d’un bourgeois de Paris ou Les tribulations de la petite propriĂ©tĂ©, 12 lithographies, Paris, LanglumĂ©, 1826
  • Costumes de thĂ©Ăątre, 23 lithographies, 1826
  • Chaque Ăąge a ses plaisirs, 10 lithographies, 1827
  • La Sibylle des salons, 53 lithographies, 1827
  • Titres pour morceaux de musique, 12 lithographies, 1828
  • Chansons de BĂ©ranger, 2 gravures sur mĂ©tal, 1829
  • Les MĂ©tamorphoses du jour, 73 lithographies, Paris, Aubert, 1829
  • La Silhouette, 9 lithographies, (1829-1831)
  • La Caricature, 120 lithographies, (1830-1835)
  • Galerie mythologique, 6 lithographies, 1830
  • Principes de grammaire, 4 lithographies, 1830
  • Voyage pour l’éternitĂ©, 9 lithographies, 1830
  • MĂ©morables journĂ©es de 1830, 1 lithographie, 1830
  • PiĂšces diverses, 36 lithographies, 1830
  • Ce n’est pas une chambre, c’est un chenil, 8 lithographies, 1831
  • Oh ! les vilaines mouches, 1 lithographie, 1831
  • L’ordre rĂšgne Ă  Varsovie, l’ordre rĂšgne aussi Ă  Paris, 2 lithographies, 1831
  • Carte vivante du restaurateur, 12 lithographies (1831-1832)
  • Le Charivari, 106 lithographies (1832-1835)
  • La Lithographie mensuelle, 16 lithographies, 1 eau-forte, 1 gravure sur mĂ©tal (1832-1834)
  • Physiologie de la poire, 2 bois, 1832
  • Singeries morales et politiques, 6 lithographies, 33 vignettes en 6 planches (1832)
  • Journal des enfants, 4 bois, 1833
  • Le Magasin pittoresque, 67 bois (1833-1857)
  • Le MusĂ©e des enfants, 3 retirages, 1833
  • Petites macĂ©doines d’Aubert, 13 retirages, 1833
  • Chroniques de Paris, 4 bois (1834-1836)
  • Le Monde dramatique, (1834-1835)
  • Le MusĂ©e des familles, 20 bois (1835-1847)
  • Petits jeux de sociĂ©tĂ©, 6 retirages, 1834
  • La Revue des peintres, (1834-1835)
  • Toussaint le mulĂątre, de Thouret, 2 bois, 1834
  • 24 breuvages de l’homme, 8 lithographies, 1835
  • Museum Dantanorama, 13 retirages,1835
  • MusĂ©e parisien, 4 tirages Ă  part, 1835
  • Les parisiens pittoresques, 6 retirages, 1835
  • Types modernes – Observations critiques, 9 lithographies, 1835
  • L’Artiste, 2 gravures sur mĂ©tal, 1836
  • Le livre des enfants, Amable Tastu, 29 bois, 1836
  • Album BĂ©ranger-Grandville, 100 retirages, 1837
  • Barante. Histoire des ducs de Bourgogne, 1 bois, 1837
  • Le Figaro, 1 bois, 1837
  • Le livre d’images, 1837
  • La Caricature provisoire, 14 lithographies (1838-1843)
  • Fables de La Fontaine, 258 bois, 1re Ă©dition, Henri Fournier, 1838-1840
  • Swift, Voyages de Gulliver, 346 bois, 1838
  • Alhoy, MusĂ©e pour rire, 3 bois, 1839
  • Le Corsaire, 1 bois, 1832 ?
  • Eude-Dugaillon, Fiel et miel, 2 lithographies, 1839
  • Fantaisies, 1 lithographie, 1839
  • A. Karr, Les guĂȘpes, 1 bois (1839-1840)
  • Orsini, Heures de l’enfance, 1 gravure sur mĂ©tal, 1839
  • PĂ©tition adressĂ©e Ă  la chambre des pairs, 1 bois, 1839
  • Quand les bƓufs vont deux Ă  deux, 1 gravure sur mĂ©tal, 1839
  • Vincent. Vocabulaire des enfants, retirage, 1839
  • Voyage du Prince Kamchaka, retirage, 1839
  • Boileau, ƒuvres, 6 bois, 1840
  • Defoe, Les aventures de Robinson Crusoe, 206 bois, 1840
  • Les Français peints par eux-mĂȘmes, 18 bois, 1840
  • La gazette des enfants, 1 bois, 1840
  • Histoire de l’imprimerie, 1 bois, 1840
  • Savigny, Historiette et images, retirage, 1840
  • Huart, Museum parisien, 3 bois, 1841
  • Lavalette, Fables, 21 eaux-fortes, 1841
  • Boitard, Le Jardin des plantes, 2 bois, 1842
  • Florian, Fables, 95 bois, 1842
  • Hetzel. ScĂšnes de la vie privĂ©e et publique, 320 bois, 1842
  • MusĂ©e ou Magasin comique de Philipon, 52 bois, 1842
  • Forgues (pseud. Old Nick). Petites misĂšres de la vie humaine, 222 bois, 1843
  • L’Illustration, 17 bois (1843-1845)
  • Le livre des petits enfants, 5 bois, 1843
  • Un Autre monde. Transformations, visions, incarnations, ascensions, locomotions, explorations, pĂ©rĂ©grinations, excursions, stations, cosmogonies, fantasmagories, rĂȘveries, folĂątreries, facĂ©ties, lubies, mĂ©tamorphoses, zoomorphoses, lithomorphoses, mĂ©tempsycoses, apothĂ©oses et autres choses, Paris : H. Fournier, 185 bois, 1844
  • Old Nick, Taxile Delord, AmĂ©dĂ©e Achard, Cent proverbes, Paris : H. Fournier, 105 bois, 1845
  • Almanach de l’an 1846, 1846
  • Boccace, Contes, 1 bois, 1846
  • Louis Reybaud, JĂ©rĂŽme Paturot Ă  la recherche d’une position sociale, Paris : Dubochet, 186 bois, 1846
  • Les Fleurs animĂ©es, 2 bois, 50 gravures sur mĂ©tal, 1847
  • L’Image, 9 retirages, 1847
  • Lavalette, Fables, 33 eaux-fortes dont 12 en premier tirage, 1847
  • Album BĂ©ranger, 84 retirages, 1848
  • Cervantes, L’IngĂ©nieux hidalgo Don Quichotte, 18 bois, 8 gravures sur mĂ©tal, 1848
  • MĂ©ry, Les Étoiles. DerniĂšre fĂ©erie par J.-J. Grandville. Astronomie des dames par le Comte Foelix. Paris : G. de Gonet, 15 gravures sur mĂ©tal, 1849
  • Bougarre, Satires et piĂšces diverses, retirage, 1851
  • Perrault. Contes (Nouveau Magasin des enfants), retirages, 1851
  • Grandville Nicolas. Grandville dans les Ă©toiles, 1862
  • Les Fleurs animĂ©es, illustrĂ©es par Grandville, texte par Alphonse Karr, Taxile Delord et le Comte FƓlix. Nouvelle Ă©dition avec planches trĂšs soigneusement retouchĂ©es pour la gravure et le coloris par M.Louis Joseph Édouard Maubert, peintre d’histoire naturelle attachĂ© au Jardin des Plantes. Paris, Garnier FrĂšres, 1867
  • Aventures de Robinson CrusoĂ©, traduction nouvelle. Paris : Garnier frĂšres, 1870
  • Le Diable Ă  Paris : Paris et les Parisiens. MƓurs et coutumes, caractĂšres et portraits des habitants de Paris, tableau complet de leur vie privĂ©e, publique, politique et artistique
 PrĂ©cĂ©dĂ©e d’une histoire de Paris par ThĂ©ophile LavallĂ©e, Paris, J. Hetzel, 1845-1846 (E.O.), 2 vol. gr. in-8° de XXXII-380 et LXXX-364 pp., illustrations de Gavarni, Grandville, Bertall

  • Les MĂ©tamorphoses du jour, Paris, Garnier 1869 (E.O),fort in 8°, 70 planches lithographiĂ©es en couleur + frontispice
  • Fables de Florian, de Tobie et de Ruth, Nouvelle Ă©dition. Paris : Garnier FrĂšres ~1870

Expositions

Galerie

Bibliographie

Mentions contemporaines de l'artiste

  • Une brĂšve mention de GĂ©rard, citĂ© sous le nom de Grandville, figure dans les Portraits de contemporains de ThĂ©ophile Gautier. Voir aussi Charles Blanc, Grandville (Paris, 1855).
  • Portrait de Granville dans les MĂ©moires d'Alexandre Dumas[2]
  • Charles de Meixmoron de Dombasle, J.-J. Grandville, Nancy : Impr. de Berger-Levrault, 1894, 43 p.

Ouvrages de référence

  • Laure Garcin, J. J. Grandville : rĂ©volutionnaire et prĂ©curseur de l'art du mouvement, Paris : E. Losfeld, 1970, 255 p.
  • (de) Gottfried Sello, Grandville, das gesamte Werk, MĂŒnchen, Rogner u. Bernhard, 1972 (ISBN 3-920802-22-5) 
  • Jean AdhĂ©mar, L'Ɠuvre graphique complĂšte de Grandville, Paris, A. Hubschmid, 1975 
  • Emile Martin et J.J.G. Grandville, Les Fables de La Fontaine en patois lorrain : une fantaisie pastiche en patois de Morey, Nancy, J.-M. Cuny, 1976, [28] p. 
  • Daniel Defoe et J.J.G. Grandville, Aventures de Robinson Crusoe, Paris, Gautier-Languereau, 1977, 556 p. 
  • J.J.G. Grandville, Proverbes, Ivry, B. Alexandra, 1979, 121 p. 
  • (en) Clive F. Getty, The diary of J. J. Grandville and the Missouri album : the life of an opposition caricaturist and romantic book illustrator in Paris under the July Monarchy, Madison, Teaneck, Fairleigh Dickinson University Press, 1983, 354 p. 
  • Annie Renonciat, RenĂ© Huyghe et Claude Rebeyrat, La Vie et l'Ɠuvre de J. J. Grandville, Courbevoie, ACR Ă©d, 1985 (ISBN 2-86770-009-4) 
  • Grandville, dessins originaux : 17 novembre 1986-2 mars 1987, MusĂ©e des beaux-arts, Nancy, Cabinet des dessins, Nancy, MusĂ©e des Beaux-Arts, 1986 
  • SĂ©golĂšne Le Men, Grandville au MusĂ©e Carnavalet : MusĂ©e Carnavalet, 13 octobre 1987-3 janvier 1988 : supplĂ©ment au catalogue de l'exposition "Grandville dessins originaux, [Paris], MusĂ©e Carnavalet, 1987 (ISBN 2-901414-27-3) 
  • (de) Dorit SchĂ€fer et Anke Fröhlich, J.J. Grandville : Karikatur und Zeichnung : ein VisionĂ€r der französischen Romantik : Staatliche Kunsthalle (Karlsruhe, Allemagne) Wilhelm-Busch-Museum (Hanovre), [Karlsruhe], Staatliche Kunsthalle Karlsruhe, 2000 (ISBN 3-7757-0987-8) 
  • Philippe Kaenel, Le mĂ©tier d'illustrateur, 1830-1880 : Rodolphe Töpffer, J.-J. Grandville, Gustave DorĂ©, GenĂšve, Droz, 2005 (ISBN 2-600-00531-5) 
  • Merveilleux Grandville : Exposition, Manderen, 2007, Metz, ComitĂ© dĂ©partemental du tourisme de la Moselle, 2007, 50 p. 
  • (en) Clive F. Getty, The drawings of J. J. Grandville until 1830 : the development of his style during his formative years, Ann Arbor, University Microfilms International, 2010, 588 p. 
  • J.J.G. Grandville, Un autre monde : Édition prĂ©sentĂ©e par Daniel Grojnowski. Fac simile de l’édition de 1844, Paris, Éd. Classiques Garnier, 2010, 336 p. 
  • SĂ©golĂšne Le Men et Jan Ceuleers, J.J. Grandville. Un autre monde : Les dessins et les secrets, Editions Pandora, 2011, 240 p. 

Articles

  • Alain-Marie Bassy, « Les illustrations romantiques des « Fables Â» de La Fontaine Â», dans Romantisme, vol. 1, no 3, 1971, p. 94-111 (ISSN 0048-8593) [texte intĂ©gral (page consultĂ©e le 28 juillet 2011)] 
  • Revue Univers, n°18, septembre 1979, porto-folio
  • Philippe Kaenel, « Autour de J.-J. Grandville : les conditions de production socio-professionnelles du livre illustrĂ© «romantique Â» Â», dans Romantisme, vol. 14, no 43, 1984, p. 45-62 (ISSN 0048-8593) [texte intĂ©gral (page consultĂ©e le 28 juillet 2011)] 
  • (en) Clive F. Getty, « Grandville : opposition caricature & political harassment Â», dans The Print Collector’s Newsletter, vol. 14, no 6, 1984 

Voir aussi

Une promenade dans le ciel
  • Sur la pochette de l'album Innuendo du groupe de rock Queen (1991) figure une illustration de Grandville.
  • Un jeu de tarot, The Fantastic Menagerie Tarot, basĂ© sur des illustrations de Grandville, a Ă©tĂ© Ă©ditĂ© en 2006 par Magic Realist Press.
MĂ©tamorphoses du jour Ɠuvres de Grandville utilisĂ©es comme cartes de tarot.

Liens externes

Illustration extraite de Un autre monde, H. Fournier, 1844

Notes et références

Les informations biographiques proviennent de :

  • Annie Renonciat, RenĂ© Huyghe et Claude Rebeyrat, La Vie et l'Ɠuvre de J. J. Grandville, Courbevoie, ACR Ă©d, 1985 (ISBN 2-86770-009-4) 
  • Stanley Appelbaum, Bizarreries & fantasies of Grandville : 266 illustrations extraites de Un autre monde et Les Animaux, Dover (reprint), 1987 (1re Ă©d. 1974) 

Références

  1. ↑ Texte modifiĂ© de la prĂ©sentation de l'exposition temporaire "Un autre monde, J.-J. Grandville et ses contemporains" au musĂ©e FĂ©licien Rops Ă  Namur, du 25 juin au 11 septembre 2011
  2. ↑ Alexandre Dumas, Mes MĂ©moires : XIXe siĂšcle : 1802-1863, Paris, Michel LĂ©vy FrĂšres, 1854 , pp 94-101. (notice BNF no FRBNF38938475k)

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Grandville de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • GRANDVILLE — JEAN IGNACE ISIDORE GÉRARD dit (1803 1847) Dessinateur français. L’Ɠuvre de Grandville se partage entre des planches satiriques et des illustrations bizarres, que Baudelaire comparait Ă  un «appartement oĂč le dĂ©sordre serait systĂ©matiquement… 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • Grandville — may refer to:* The pseudonym of Jean Ignace Isidore GĂ©rard (1803 1847), French caricaturist * Grandville, a commune of the Aube dĂ©partement , in France * Grandville, a city in Kent County, Michigan, United States * A fictional city in the NCSoft… 
   Wikipedia

  • Grandville — PaĂ­s Francia 
   Wikipedia Español

  • Grandville — Grandville, MI U.S. city in Michigan Population (2000): 16263 Housing Units (2000): 6279 Land area (2000): 7.406921 sq. miles (19.183837 sq. km) Water area (2000): 0.199735 sq. miles (0.517312 sq. km) Total area (2000): 7.606656 sq. miles… 
   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Grandville, MI — U.S. city in Michigan Population (2000): 16263 Housing Units (2000): 6279 Land area (2000): 7.406921 sq. miles (19.183837 sq. km) Water area (2000): 0.199735 sq. miles (0.517312 sq. km) Total area (2000): 7.606656 sq. miles (19.701149 sq. km)… 
   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Grandville —   [grĂŁ vil], eigentlich Jean Ignace Isidore GĂ©rard [ge raːr], französischer Zeichner und Karikaturist, * Nancy 15. 9. 1803, ✝ Vanves 17. 3. 1847; wurde v. a. bekannt mit politischen und sozialen Karikaturen (hĂ€ufig Vergleiche von Mensch und Tier) 
   Universal-Lexikon

  • Grandville, P.Q. — Grandville, P.Q. est une Ă©mission de tĂ©lĂ©vision quĂ©bĂ©coise diffusĂ©e en 1956. Sommaire 1 Synopsis 2 Distribution 3 ScĂ©narisation 4 RĂ©alisation 
   WikipĂ©dia en Français

  • Grandville — Grandville, so v.w. Granville 
   Pierer's Universal-Lexikon

  • Grandville — (spr. grangwil ), Jean Ignace Isidore GĂ©rard, genannt G., franz. Zeichner und Karikaturist, geb. 3. Sept. 1803 in Nancy, gest. 17. MĂ€rz 1847 im Irrenhause zu Vanves bet Paris, trat 1828 in Paris mit einer Reihenfolge von humoristischen… 
   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Grandville — (spr. grangwĂ­l), Ignace Isidore, GĂ©rard genannt, franz. Karikaturzeichner, geb. 3. Sept. 1803 zu Nancy, gest. 17. MĂ€rz 1847 im Irrenhause zu Vanves bei Paris; gab heraus »MĂ©tamorphoses du jour« (70 BlĂ€tter, 1828), »Animaux parlants« (1842) u.a 
   Kleines Konversations-Lexikon

  • Grandville [1] — Grandville (Grangdwill), frz. Stadt am Kanal, mit 11000 E., kleinem Hafen, Austernfischerei 
   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.