Albert de Brandebourg (cardinal)

ÔĽŅ
Albert de Brandebourg (cardinal)
Albert de Brandebourg
Image illustrative de l'article Albert de Brandebourg (cardinal)
Portrait du cardinal Albert de Brandebourg par Lucas Cranach l'Ancien.
Biographie
Naissance 28 juin 1490
à Cölln sur la Spree
Ordination
sacerdotale
4 avril 1513
D√©c√®s 24 septembre 1545
au Martinsburg à Mayence
√Čv√™que de l'√Čglise catholique
Consécration
épiscopale
31 ao√Ľt 1513
Fonctions épiscopales Archevêque de Magdebourg (1513)
Archevêque de Mayence (1514)
Cardinal de l'√Čglise catholique
Créé
cardinal
24 mars 1518 par le
pape Léon X
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Crisogono
Cardinal-prêtre de S. Pietro in Vincoli

Blason
(en) Notice sur catholic-hierarchy.org
Albert de Brandebourg, portrait de Lucas Cranach l'Ancien.
Albert de Mayence, par Albrecht D√ľrer, 1519
Stèle funéraire du cardinal Albert de Brandebourg dans la cathédrale de Mayence.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Albert de Brandebourg, duc de Prusse, grand-ma√ģtre de l‚ÄôOrdre Teutonique

Albert de Brandebourg (n√© le 28 juin 1490 √† C√∂lln sur la Spree, aujourd'hui un quartier de Berlin et mort le 24 septembre 1545 dans le ch√Ęteau de Martinsburg √† Mayence), qu'il ne faut pas confondre avec le grand-ma√ģtre de l‚ÄôOrdre Teutonique Albert de Brandebourg, fut archev√™que et cardinal de l'√Čglise catholique romaine.

En tant que partisan du trafic d 'indulgences et dignitaire de plus haut rang du Saint-Empire, le cardinal Albert de Brandebourg fut l'un des plus puissants et des plus populaires adversaires de Martin Luther.

Sommaire

Biographie

Prince de la Maison de Hohenzollern, Albert était le fils cadet et septième enfant du prince-électeur Jean-Cicéron de Brandebourg et de Marguerite de Bade.

Il fut d'abord co-margrave du Brandebourg (sous le nom d‚ÄôAlbert IV), avec son fr√®re Joachim Ier et ces deux princes fond√®rent en 1506 l‚ÄôUniversit√© Viadrina de Francfort-sur-Oder. Albert y fit ses √©tudes puis d√©cida d'entrer dans les ordres et en 1513, √Ęg√© de seulement 23 ans, devint (toujours sous le nom d‚ÄôAlbert IV) archev√™que de Magdebourg et (sous le nom d‚ÄôAlbert V) administrateur apostolique pour le dioc√®se vacant d‚ÄôHalberstadt. L'ann√©e suivante il devenait archev√™que de Mayence et en tant que tel, √©v√™que m√©tropolite de la province eccl√©siastique de Mayence, prince-√©lecteur et seigneur de l‚Äô√Člectorat de Mayence, archichancelier du Saint-Empire romain germanique. En 1518 enfin il fut nomm√© cardinal de l'√Čglise catholique romaine, √† l'encontre du droit canon.

Il administra ses diff√©rents dioc√®ses depuis sa r√©sidence de Moritzburg √† Halle de 1514 jusqu'√† sa destitution le 21 f√©vrier 1541. En tant que prince de l‚Äô√Člectorat de Mayence, il dota le Conseil d‚Äô√Čtat ou Hofrat de cette principaut√© de pr√©rogatives pr√©cises ; car si son pr√©d√©cesseur, l‚Äô√©lecteur Jakob von Liebenstein (1504-1508) avait bien d√©cr√©t√© en 1505 le premier r√®glement connu, ce n'est qu'en 1522 que l'√©lecteur Albert mit sur pied un conseil permanent (resp. officiel) et donna par l√† √† l‚Äôassembl√©e des conseillers une forme stable. Il comportait treize membres, dont neuf √©taient nomm√©s √† discr√©tion de l'√©lecteur, √† savoir : le Ma√ģtre des Requ√™tes, le chancelier, le mar√©chal, les deux √©missaires du chapitre, deux juristes et deux repr√©sentants de la noblesse. En 1541, un nouveau r√®glement fut dress√© pour le conseil et la chancellerie, qui √©claircissait √©galement les comp√©tences entre ces administrations centrales et les administrations territoriales. Le coll√®ge se composait d'aristocrates et d'√©rudits.

En 1517, pour pouvoir effacer la dette qu'il avait contract√©e aupr√®s des Fugger pour payer le pallium (cf. simonie), Albert de Brandebourg conc√©da aux financiers rh√©nans la moiti√© des revenus du trafic des nouvelles indulgences accord√©es par L√©on X. Les manŇďuvres interlopes de son agent √† Magdebourg, le dominicain Johann Tetzel, donn√®rent √† Luther la mati√®re de ses 95 th√®ses. C'est ainsi qu'Albert, bien qu'il favoris√Ęt l‚Äôhumanisme et qu'en 1515 il e√Ľt appel√© √† sa cour de Halle le po√®te Ulrich von Hutten, se trouva d'embl√©e dans le camp oppos√© √† la R√©forme.

D‚Äôabord perplexe devant les id√©es des r√©formateurs, Albert tenta de composer avec les ¬ę √©vang√©liques ¬Ľ (en allemand, Evangelisch d√©signe les Protestants en g√©n√©ral) et sugg√©ra d'examiner une r√©forme g√©n√©rale de l'√Čglise √† l'occasion d'un concile. Il fit venir √† la cath√©drale de Mayence les pr√©dicateurs Wolfgang Fabricius K√∂pfel Capiton et Caspar Hedio, qui tenaient des pr√™ches humanistes et favorables √† la R√©forme, et qui √©taient appr√©ci√©s des fid√®les. Le nonce pontifical Al√©andre, lorsqu'en 1520 il se rendit √† Mayence pour y faire br√Ľler les √©crits de Luther, √©chappa de peu au lynchage.

Finalement, Albert prit parti contre la R√©forme dont les id√©es minaient en r√©alit√© son autorit√©. En 1523, Hedio, comme Capito avant lui, durent quitter Mayence. Puis, le 19 juillet 1525, le cardinal Albert prit part √† la cr√©ation de la ligue antiluth√©rienne de Dessau. Martin Luther, qui fondait au d√©but de grands espoirs sur la conversion du cardinal Albert, reconnut bient√īt que plus aucun compromis n'√©tait possible. En juin 1528, Albert n'eut plus d'autre choix que de conclure avec le landgrave Philippe de Hesse le Trait√© de Hitzkirchen, par lequel l'√©lectorat de Mayence abandonnait d√©finitivement sa tutelle religieuse sur la Hesse.

En 1530, le cardinal Albert appelait encore depuis Augsbourg √† la paix entre chr√©tiens et √† l'union sacr√©e contre l'envahisseur ottoman, puis en 1534 il proposa avec le duc Georges de Saxe aux princes protestants de conclure le Trait√© de KadaŇą avec le Roi des Romains Ferdinand Ier. Finalement en 1538, avec son fr√®re Joachim, il prit la t√™te de la Ligue de Halle contre la Ligue de Smalkalde. Cette initiative, conjugu√©e √† l'ex√©cution sans jugement de Hans von Sch√∂nitz inspir√®rent √† Luther une de ses plus acerbes philippiques √† l'encontre du cardinal Albert.

Albert de Brandebourg entendait conc√©der la libert√© religieuse √† ses sujets de l'archev√™ch√© de Magdebourg contre la remise des dettes qu'il avait contract√©es envers eux, lorsqu'il fut expuls√© de son ch√Ęteau de Moritzburg (pr√®s de Halle) o√Ļ il si√©geait depuis 27 ans ; sur quoi il exhorta l'empereur √† r√©primer les Protestants, et fut le premier des princes allemands √† faire venir des J√©suites (leur ordre venait d'√™tre cr√©√© en 1540) sur ses terres, √† Mayence o√Ļ il s'√©tait retir√©. Il fut l'instigateur de l'ambigu rec√®s d'empire des √©tats protestants lors de la Di√®te de Spire de 1544 et passa des accords provisoires avec les princes catholiques pour la guerre qui s'annon√ßait.

Malgré la persistance de partisans protestants dans ses murs, Mayence et son évêché devaient demeurer catholiques. Le chapitre ecclésiastique de Mayence élut ainsi en la personne de Sebastian von Heusenstamm un tenant du catholicisme comme nouveau prince-archevêque.

Le mécène

Albert de Brandebourg √©tait un protecteur des arts et des sciences. √Ä Halle, il ordonna la construction de deux √©glises au style d√©pouill√©, l'impressionnante √©glise Sainte-Marie et la ¬ę cath√©drale de Halle ¬Ľ ‚Äď ainsi nomm√©e bien que Halle ne soit pas √† proprement parler si√®ge d'un dioc√®se. Pour la d√©coration int√©rieure de la cath√©drale, il chargea Lucas Cranach de fabriquer 16 autels comportant 142 panneaux peints, √† livrer sous cinq ans : ce fut la plus importante commande √† un peintre de toute l'histoire de l'√Čglise d'Allemagne. Puis Albert demanda √† Matthias Gr√ľnewald de peindre l'autel-triptyque de ¬ę Saint √Črasme et Saint Maurice ¬Ľ ; enfin il subventionna Hans Baldung. C‚Äôest ainsi que l'aspect de la ville de Halle reste encore de nos jours tout impr√©gn√© des commandes de l'archev√™que Albert : il suffit de citer le plus beau cimeti√®re europ√©en de la Renaissance encore visible, le Stadtgottesacker, et le ch√Ęteau-fort du Moritzburg, qu'il mit sous la protection de saint Maurice lors de la cons√©cration de son archev√™ch√©. Son espoir de fonder √† Halle une universit√© confessionnelle ne se concr√©tisa jamais. Il reconvertit les b√Ętiments restants de l'√©v√™ch√© en une r√©sidence √©piscopale, la Neue Residenz. Albert enrichit √©norm√©ment le Hallesches Heiltum, tr√©sor sacr√© de Halle et collection de reliques, qu'il avait re√ßu de son pr√©d√©cesseur √† l'√©v√™ch√©. Lorsqu‚Äôen 1541 il dut fuir la ville, il emmena avec lui plusieurs de ses Ňďuvres d'art. C'est ainsi que plusieurs tableaux de Cranach et un calendrier-reliquaire (avec une relique associ√©e √† chaque saint du calendrier liturgique) vinrent en possession de l‚Äô√©glise Saint-Pierre et Alexandre d‚ÄôAschaffenburg, mais la plus grande partie des tr√©sors emport√©s par Albert dans sa fuite devaient dispara√ģtre au cours d'un incendie.

Albert voyait dans son activit√© de m√©c√®ne une Ňďuvre pour le salut de son √Ęme, mais la finan√ßait pourtant par le trafic des indulgences[1].

Famille

Il existe en Allemagne une litt√©rature abondante sur les amours du cardinal Albert : si certains auteurs ont sp√©cul√© sur l‚Äôidentit√© de ses concubines, d'autres estiment qu'il n‚Äôa eu de liaison quasi-maritale qu‚Äôavec √Člisabeth ¬ę Leys ¬Ľ Sch√ľtz puis avec la veuve Agn√®s Pless (n√©e Strauss) de Francfort. Avec √Člisabeth Leys il eut une fille, Anna, qu'il maria avec son secr√©taire Joachim Kirchner. Celle-ci devait avoir √† son tour un fils qu‚Äôelle baptisa Albrecht. D‚ÄôAgn√®s Pless, une n√©gociante fortun√©e, il fit la m√®re sup√©rieure d'un couvent de b√©guines qu'il avait fond√© dans la vall√©e de la Sch√∂ntal pr√®s d‚ÄôAschaffenburg.

Albert ne faisait aucun myst√®re de ses liaisons ; on pr√©sume m√™me qu‚Äô√Člisabeth Leys est repr√©sent√©e sur certains tableaux de Cranach : ainsi elle serait la femme adult√®re de l'√Čvangile selon saint Jean[2], et le cardinal un homme qui garde ostensiblement les mains vides tandis que la foule qui l'entoure brandit des cailloux et entreprend de lapider la p√©cheresse. Deux portraits de Cranach repr√©sentent Albert et sa compagne sous les traits de saint Martin et sainte Ursule.

Albert √©tait aussi le parrain de Maurice de Saxe (1521-1553), lequel grandit √† la cour du cardinal, au ch√Ęteau de Moritzburg √† Halle.

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Cf. Hannoversche Allgemeine Zeitung du 5 oct. 2006, p. 9
  2. ‚ÜĎ Cf. Jn 8. 1-7

Bibliographie

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalit√© issu de l‚Äôarticle de Wikip√©dia en allemand intitul√© ¬ę Albrecht von Brandenburg ¬Ľ (voir la liste des auteurs)
  • (de) Heinrich Grimm, Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 1, Berlin, Duncker & Humblot, 1953, ¬ę Albrecht von Brandenburg ¬Ľ, p. 166 et suiv. 
  • (de) Ludwig Grote, Kardinal Albrecht und die Renaissance in Halle, Waldersee, Halle, 2006 (ISBN 3-939335-03-7) .
  • (de) Friedrich Wilhelm Schirrmacher, Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 1, Leipzig, Duncker & Humblot, 1875, S. 268‚Äď271, ¬ę Albrecht von Brandenburg ¬Ľ .



Précédé par Albert de Brandebourg (cardinal) Suivi par
Uriel von Gemmingen
Archévêque de Mayence
(1514-1545)
Sebastian von Heusenstamm



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Albert de Brandebourg (cardinal) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Albert De Brandebourg ‚ÄĒ Portrait par Lucas Cranach l Ancien ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Albert de Brandebourg ‚ÄĒ Titre 37e Grand ma√ģtre de l ordre Teutonique ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Albert de Brandebourg-Ansbach ‚ÄĒ Albert de Brandebourg Albert de Brandebourg Portrait par Lucas Cranach l Ancien ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Albert de brandebourg ‚ÄĒ Portrait par Lucas Cranach l Ancien ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Albert de Hohenzollern ‚ÄĒ Albert de Brandebourg Albert de Brandebourg Portrait par Lucas Cranach l Ancien ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Albert ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Albert est un nom propre qui peut d√©signer : Sommaire 1 Pr√©nom et son √©tymologie 1.1 Variantes linguistiques ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • ALBERT DE HOHENZOLLERN ‚ÄĒ (1490 1545) √©lecteur de Mayence (1514 1545) Auteur indirect de la R√©forme, le prince Albert de Hohenzollern est le type m√™me de l‚Äô√©v√™que humaniste et mondain, plus soucieux de politique que de pastorale. Fr√®re de l‚Äô√Člecteur de Brandebourg, il… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Albrecht de Brandebourg ‚ÄĒ Albert de Brandebourg Albert de Brandebourg Portrait par Lucas Cranach l Ancien ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Jean Ier Cic√©ron de Brandebourg ‚ÄĒ Jean Ier Cic√©ron de Brandebourg. Jean Ier Cic√©ron de Brandebourg, (en allemand Johann Ier Cicero von Brandenburg), n√© le 2 ao√Ľt 1455 √† Ansbach, mort le 9 janvier 1499 au ch√Ęteau d Arn ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Jean Ier Ciceron de Brandebourg ‚ÄĒ Jean Ier Cic√©ron de Brandebourg Jean Ier Cic√©ron de Brandebourg. Jean Ier Cic√©ron de Brandebourg, (en allemand Johann Ier Cicero von Brandenburg), n√© le 2 ao√Ľt 1455 √† Ansbach, d√©c√©d√© le 9 janvier 1499 au ch√Ęteau d Arneburg. Il fut √©lecteur de… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.