Gouverneur Romain

ÔĽŅ
Gouverneur Romain

Gouverneur romain

rmn-military-header.png

Monarchie romaine
753 ‚Äď 509 av. J.-C.
République romaine
509 ‚Äď 27 av. J.-C.
Empire romain
27 av. J.-C. ‚Äď 476
Empire byzantin
395 ‚Äď 1453

Magistratures ordinaires
Consul
Proconsul
Préteur
Propréteur
Censeur
Tribun
√Čdile
Questeur
Magistratures extraordinaires
Dictateur
Ma√ģtre de cavalerie
Tribun consulaire
Interroi
Décemvir
Triumvir
Titres et honneurs
Empereur romain
Auguste
César
Préfet du prétoire
Tétrarque
Dux
Magister militum
Princeps senatus
Pontifex maximus
Préfet de Rome
Imperator
Légat
Licteur
Institutions et lois
Constitution romaine
Sénat romain
Assemblées
Magistrats
Cursus honorum
Auctoritas
Droit romain
Mos majorum
Citoyenneté
Imperium
Potestas
Série Rome antique

Un gouverneur romain est un fonctionnaire ou magistrat romain √©lu ou nomm√©, et plus particuli√®rement charg√© sous l'Empire de la direction des provinces romaines. Durant une assez longue p√©riode, le latin n'a pas d'√©quivalent exact de notre terme g√©n√©ral gouverneur, le mot Latin : Rector provinciae peut s'en approcher. Un terme g√©n√©ral pour d√©signer les gouverneurs quel que soit leur statut s'impose au IIIe si√®cle : praeses. A notre appellation ¬ę gouverneur ¬Ľ correspondent donc plusieurs statuts en fonction de la nature de la province. Seuls les proconsuls et propr√©teurs sont des promagistrats. Les procurateurs qui apparaissent avec Auguste peuvent √™tre consid√©r√©s comme des fonctionnaires ne d√©pendant que de l'empereur.

Sommaire

Sous la République

Durant la R√©publique romaine, le s√©nat √©tait charg√© de la gestion des provinces et nommait les gouverneurs. Le niveau d'autorit√© que le gouverneur poss√©dait √©tait fonction du type d'imperium qu'il poss√©dait. La plupart des provinces √©taient gouvern√©es par des propr√©teurs, qui avaient √©t√© √©lus l'ann√©e pr√©c√©dente pr√©teurs. Les propr√©tures √©taient en g√©n√©ral les plus tranquilles des provinces, o√Ļ les possibilit√©s de r√©voltes et d'invasions √©taient faibles.

Les provinces menacées ou plus importantes, qui disposaient de camps romains permanents, étaient gouvernées par les proconsuls ayant occupé durant l'année précédente la fonction de consul, la plus importante des magistratures.

Ces promagistrats détenaient une autorité équivalente aux autres avec le même niveau d' imperium et avaient sous leurs ordres le même nombre de licteurs. Généralement, ils exerçaient le même pouvoir autocratique ne souffrant pas de limitation d'autorité. Ils usaient largement de cette autorité pour extorquer de grandes quantités d'argent aux populations. Bénéficiant d'une immunité durant leur imperium, ils pouvaient avoir à rendre compte de leurs prévarications, une fois l'imperium perdu, à l'image de Verrès gouverneur de Sicile attaqué par ses anciens administrés qui étaient défendus par Cicéron. Les possibilités d'enrichissement et le pouvoir tiré du commandement d'une grande armée provinciale firent du gouvernement des plus grandes provinces un enjeu majeur à la fin de la République, lorsque les grands imperatores s'affrontèrent.

Haut Empire

Après la mainmise d'Auguste sur l'empire, un partage fut effectué en -27 qui répartit les types de gouvernements entre l'empereur et les sénateurs.

Gouverneurs dans les provinces du peuple romain

Les provinces dites ¬ę s√©natoriales ¬Ľ, mais dont le nom r√©el √©tait province du peuple romain, √©taient gouvern√©es, comme sous la R√©publique, par un s√©nateur ayant titre de proconsul. Il s'agissait cependant d'un ancien pr√©teur √† l'exception des provinces d'Afrique et d'Asie gouvern√©es chacune par un ancien consul, en g√©n√©ral une quinzaine d'ann√©es apr√®s son consulat : c'√©tait alors le sommet de sa carri√®re. La dur√©e des fonctions √©tait en g√©n√©ral d'un an, sauf exception, le changement de gouverneur se faisant vers le milieu de l'ann√©e calendaire. Ces provinces du peuple romain √©taient les plus anciennes et les plus romanis√©es. Tranquilles, elles ne disposaient pas de l√©gions, exception faite de l'Afrique romaine, poss√©dant une l√©gion destin√©e √† contenir les tribus berb√®res. Cette l√©gion resta sous les ordres du proconsul jusque sous Caligula. Elle fut ensuite affect√©e √† la Numidie sous les ordres d'un l√©gat propr√©teur : il s'agissait d'une province imp√©riale de fait, m√™me si officiellement elle continuait √† √™tre rattach√©e √† l'Afrique proconsulaire. Dans la province d'Asie et dans celle d'Afrique, le proconsul se faisait seconder par ses l√©gats (√† ne pas confondre avec les l√©gats propr√©teurs de l'empereur) : il s'agissait de jeunes s√©nateurs proches du gouverneur √† qui il pouvait d√©l√©guer une partie de ses fonctions. Chacun de ces gouverneurs avait √† sa disposition six licteurs, √† la fois gardes du corps et symboles de son autorit√©. Il se faisait accompagner par ses proches qui pouvaient l'aider et le conseiller, c'est la cohors amicorum

Gouverneurs dans les provinces impériales

Durant le principat, l'empereur gouverne en th√©orie lui-m√™me certaines provinces, appel√©es provinces imp√©riales. C'est l'empereur qui d√©tient l'imperium sur ces provinces. Dans ces provinces, un l√©gat de l'empereur propr√©teur (legatus augusti pro praetore) gouverne au nom de l'empereur et par d√©l√©gation de son imperium. Dans les faits et compte tenu des communications, il pouvait jouir d'une assez large initiative dans la limite des mandats que l'empereur lui avait fix√©s. Dans les provinces disposant d'une l√©gion, le l√©gat √©tait de rang pr√©torien : il √©tait un ancien pr√©teur. Si la province comptait plus d'une l√©gion, le l√©gat √©tait un ancien consul et avait sous ses ordres des l√©gats de l√©gions qui n'avaient pas le titre de propr√©teur. La dur√©e des gouvernements durait de 1 √† 5 ans, pouvant √™tre interrompus √† tout moment par l'empereur.

L'√Čgypte √©tait une province particuli√®re car elle √©tait possession personnelle de l'empereur. Il nommait √† sa t√™te un pr√©fet d'√Čgypte, praefectus aegypti, le plus haut rang de l'ordre √©questre durant le haut Empire apr√®s le pr√©fet du pr√©toire. Ce pr√©fet d'√Čgypte disposait d'une l√©gion compl√®te dirig√©e par un pr√©fet issu aussi de l'ordre √©questre : les s√©nateurs ne pouvaient se rendre en √Čgypte sans autorisation de l'empereur.

L'empereur a aussi sous son contr√īle un certain nombre de provinces plus petites, mais potentiellement difficiles, sans toutefois n√©cessiter une l√©gion compl√®te. Ces provinces √©taient mises sous la responsabilit√© d'un chevalier romain nomm√© directement par l'empereur et ayant le titre de procurateur. Les nouvelles conqu√™tes faisaient souvent partie de ces provinces et pouvaient changer de statut, l'empire s'agrandissant, avant de devenir soit une province s√©natoriale, soir une province imp√©riale. La dur√©e de service √©tait en g√©n√©ral de 5 ans mais pouvait quelquefois durer plus longtemps. Le syst√®me des procurateurs-gouverneurs se mit en place progressivement au d√©but de l'empire pour se fixer sous Claude.

Les t√Ęches du gouverneur

Le gouverneur a avant tout des t√Ęches militaires, politiques et judiciaires. Les affaires financi√®res et fiscales lui √©chappent totalement selon un vieux principe administratif romain. Dans les provinces du peuple romain, c'est un questeur qui s'occupe des finances et dans les provinces imp√©riales, un procurateur financier. Le gouverneur doit d√©fendre sa province, mais ne doit pas se lancer en th√©orie dans des aventures militaires destin√©es √† mener une conqu√™te. Il doit r√©primer les r√©voltes et limiter le brigandage. Tout en respectant l'autonomie des cit√©s, le gouverneur doit s'assurer du maintien de l'ordre public dans leur cadre et de leur bonne sant√© √©conomique et financi√®re. Un certain nombre de documents nous permettent de mieux conna√ģtre l'action quotidienne des gouverneurs romains. Les lettres de Pline le Jeune adress√©es √† Trajan nous montrent Pline s'occupant des travaux d√©cid√©s par les cit√©s de sa province et contr√īlant leur co√Ľt, du recrutement des soldats et des effectifs militaires, de la garde des prisons, du recrutement des esclaves publics, d'affaires judiciaires, dont le jugement des chr√©tiens, etc. Le Digeste confirme ces diff√©rentes missions : le proconsul doit inspecter les √©difices publics, les faire achever ou r√©parer, √©ventuellement fournir le service de militaires. Le proconsul effectuait aussi une tourn√©e dans sa province, tenant des assises judiciaires dans les principales cit√©s. C'est dans ce dernier cadre que les r√©cits de martyrs chr√©tiens nous montrent le gouverneur interrogeant et condamnant les chr√©tiens, √† l'instar de Pionios en Asie Mineure en 250.

L'Empire romain n'a pas de v√©ritable fonction publique √† l'image des administrations modernes. Le gouverneur a cependant sous ses ordres un certain nombre de personnes destin√©es √† lui permettre d'accomplir sa t√Ęche. Il peut tout d'abord se faire accompagner de proches, amis, clients ou affranchis, membres de sa cohors amicorum. Certains d'entre eux peuvent √™tre sp√©cialistes dans un domaine particulier : ainsi, nous savons que Fronton voulait emmener un chevalier pour lutter contre le brigandage lors de son proconsulat - poste que ceui-ci d√©clina finalement en raison de sa mauvaise sant√©. Mais surtout, il existe dans la capitale provinciale un embryon d'administration qui permet la continuit√© des t√Ęches administratives par del√† la rotation assez rapide des gouverneurs. Esclaves imp√©riaux et affranchis en sont des rouages importants. Le r√īle des militaires n'est pas √† n√©gliger non plus. Le gouverneur est en permanence accompagn√© d'une escorte militaire (singulares), mais il a aussi √† ses ordres des soldats destin√©s √† son officium, c'est-√†-dire √† ses bureaux. Ces soldats sont des principales, des sous-officiers plus ou moins lettr√©s et dispens√©s de corv√©es. Les plus connus sont les b√©n√©ficiaires. Ces derniers peuvent √™tre nomm√©s dans une statio, un poste de contr√īle en g√©n√©ral situ√© sur une route importante ou pr√®s d'une cit√©. De telles stationes sont bien connues dans les provinces fronti√®res, comme √† Sirmium en Pannonie. Enfin, des archives provinciales existent, rassembl√©es dans les bureaux du palais du gouverneur au cŇďur de la capitale provinciale. Elles nous sont mal connues mais pouvaient √™tre assez pr√©cises. La table de Banasa, inscription trouv√©e au Maroc, reproduit des lettres de gouverneurs et laisse deviner l'existence de rapports archiv√©s. Depuis sa capitale et √† l'aide de cette administration provinciale, il revient au gouverneur de centraliser l'information √† destination de Rome et de diffuser les ordres, d√©cisions et lois prises par l'empereur.

Au terme de son mandat, le proconsul pouvait √™tre accus√© par ses administr√©s et jug√© devant le s√©nat : plusieurs lettres de Pline le Jeune relatent les proc√®s qui oppos√®rent les Bithyniens √† leur ancien gouverneur Varenus, les Africains √† leur ancien proconsul Priscus et trois proc√®s concernant la province de B√©tique. La r√©ussite dans de tels proc√®s d√©pendait cependant en partie du bon vouloir de l'empereur et de la puissance des patronages que les provinciaux pouvaient mobiliser dans ces affaires dont l'issue √©tait tr√®s risqu√©e.

Bas Empire

Dioclétien commence, en 293, la réforme de l'administration des provinces, Constantin Ier la complète en 318.

Diocl√©tien cr√©e 12 dioc√®ses, dont bon nombre furent divis√©s plus tard. Originellement deux √† quatre furent attribu√©s √† chaque t√©trarque. Chaque dioc√®se, sous l'autorit√© d'un Vicaire (vicarius), comprend plusieurs anciennes provinces connues comme √©parchies, de rang divers et portant des titres vari√©s incluant certains anciens titres comme proconsul et des nouveaux comme Corrector provinciae, Moderator Provinciae, Praeses provinciae. Le vicaire, dans son dioc√®se, √©tait l'autorit√© supr√™me et celle-ci ne pouvait √™tre disput√©e que par le pr√©fet du pr√©toire[1] ou l'empereur lui-m√™me. Plus tard, le poste de vicaire passe sous le contr√īle du pr√©fet du pr√©toire mais reste hautement prestigieux.

Sous Constantin, les gouverneurs perdent, entre autres, leur r√īle militaire. Le gouverneur √©tait assist√© d'un dux qui dirige les l√©gions de la province. Quand ce dernier parvient au niveau dioc√©sain, un autre dux est nomm√©. Bient√īt, le ducatus (Territoire militaire du dux) devient plus ou moins ind√©pendant et dirige plusieurs provinces, jusqu'√† ce qu'un nouveau niveau militaire soit cr√©√© sous le nom de Comes rei militaris et Magister militum. Les quatre pr√©fets du pr√©toire, alors fonctions civiles, sont les plus hauts officiers du dioc√®se, le Magister militum √©tant le plus important officier militaire.

Notes

  1. ‚ÜĎ Constantin divise l'empire en quatre pr√©fectures du pr√©toire

Voir aussi

Liens internes

Bibliographie

  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
Ce document provient de ¬ę Gouverneur romain ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gouverneur Romain de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gouverneur romain ‚ÄĒ Monarchie romaine 753 ‚Äď 509 av. J. C. R√©publique romaine 509 ‚Äď 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. ‚Äď 476 Empire byzantin ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Gouverneur (Rome) ‚ÄĒ Gouverneur romain Monarchie romaine 753 ‚Äď 509 av. J. C. R√©publique romaine 509 ‚Äď 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. ‚Äď 476 Empire byzantin 395 ‚Äď 1453 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Gouverneur ‚ÄĒ est un titre qui a d√©sign√© diff√©rentes fonctions suivant les pays et les p√©riodes. En g√©n√©ral, le gouverneur est la personne qui a le pouvoir ex√©cutif civil ou militaire, ou les deux, d une province, d un √Čtat (dans le cas d une f√©d√©ration) ou d… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • gouverneur ‚ÄĒ [ guv…õrn…∂r ] n. m. ‚ÄĘ gouvernere ¬ę chef militaire ¬Ľ mil. XIIe; de gouverner I ‚ô¶ 1 ‚ô¶ Anc. dr. Haut fonctionnaire royal √† qui √©tait confi√© un gouvernement militaire. ‚ôĘ Par ext. Gouverneurs de provinces, dans divers temps et pays. ‚áí bey, dey, l√©gat,… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Romain Bertrand ‚ÄĒ est un chercheur fran√ßais, sp√©cialiste de l Indon√©sie. Sommaire 1 Parcours 2 Ňíuvres 3 R√©f√©rences 4 Lien externe ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Čcosse au temps de l'Empire romain ‚ÄĒ Monument indiquant l emplacement du fort romain de Trimontium. Histoire de l‚Äô√Čcosse P√©riodes historiques ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Th√©√Ętre romain de Plovdiv ‚ÄĒ 42¬į 08‚Ä≤ 49‚Ä≥ N 24¬į 45‚Ä≤ 00‚Ä≥ E / 42.146848, 24.750028 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Canton de Dang√©-Saint-Romain ‚ÄĒ Administration Pays France R√©gion Poitou Charentes D√©partement Vienne Arrondissement Ch√Ętellerault ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chronologie de l'Empire romain ‚ÄĒ Chronologie de Rome Cet article pr√©sente l histoire chronologique de la ville de Rome, en tant que cit√© et jusqu √† l √©poque actuelle. Se reporter l article sur la Rome antique et √† la s√©rie d articles associ√©s pour conna√ģtre l histoire de Rome… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Henri IV (empereur romain germanique) ‚ÄĒ Henri IV du Saint Empire Pour les articles homonymes, voir Henri IV. Henri IV ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.