Genizah

Gueniza

Une gueniza ou guenizah (héb. : גניזה « [endroit de mise en] dépôt »; plur. guenizot) est la pièce d'une synagogue servant d'entrepôt, principalement pour des ouvrages traitant de sujets religieux rédigés en hébreu, devenus inutilisables, en attendant de les enterrer dans un cimetière, car il est interdit de jeter des documents écrits comportant l'un des sept Noms de Dieu qu'on ne peut effacer, y compris des lettres personnelles et des contrats légaux qui s'ouvrent par une invocation de Dieu. En pratique, les guenizot contenaient aussi des documents profanes, comprenant ou non la coutumière invocation d'ouverture, ainsi que des documents rédigés en d'autres idiomes que l'hébreu, mais utilisant l'alphabet hébreu (c'est le cas des langues judéo-arabes, du judéo-persan, du ladino, du yiddish, etc.).

Il existait une coutume consistant en la collecte solennelle du matériel entreposé dans la gueniza, avant de l'enterrer dans des cimetières. Les synagogues de Jérusalem enterraient le contenu de leurs guenizot tous les sept ans, ainsi qu'au cours d'une année de sécheresse, afin d'apporter la pluie.
Cette coutume est associée avec celle, beaucoup plus ancienne, d'enterrer un homme notable ou honorable avec un sefer devenu passoul (impropre à l'usage, du fait d'une erreur de transcription, d'une lettre effacée ou de son ancienneté). Au Maroc, en Algérie, en Turquie et en Égypte, l'enterrement de documents était souvent pratiqué.

La gueniza de loin la plus célèbre, pour l'importance tant numérique que qualitative des textes qui y étaient entreposés, est la gueniza du Caire, découverte en 1864 par Jacob Saphir, et principalement étudiée par Solomon Schechter.

Sommaire

Les guenizot dans le Talmud

Les références à la gueniza dans le Talmud se trouvent pratiquement toutes dans les traités Chabbat et Pessa'him :

  • Le Talmud de Babylone (traité Chabbat 115a) enseigne que tout écrit saint dans une autre langue que l'hébreu nécessite la gueniza, c'est-à-dire la préservation. Rabban Gamliel ordonne que le Targoum du Livre de Job soit caché (yigganez) sous le nidbak (une couche de pierres).
  • C'est dans le même sens que le traité Pessa'him, page 56a, indique que Hizkiah cacha (ganaz) un ouvrage médical.
  • Dans T.B Pessa'him 118b, bet gueniza signifie « trésor ».
  • Dans Chabbat 30b, il y est fait référence lors d'une controverse rabbinique quant à l'inclusion dans le canon de la Bible hébraïque des Livres de l'Ecclésiaste et des Proverbes. De même dans Chabbat 13b à propos du Livre d'Ézéchiel, et dans Pessa'him 62 au sujet du Livre des Généalogies.

À l'ère médiévale

Au Moyen Âge, les billets et manuscrits hébreux qui étaient relégués à la gueniza étaient connus comme shemot ("Noms") car leur caractère saint, et donc leur droit à la préservation, reposaient sur la présence de l'un des sept Noms de Dieu ineffaçables.

Outre les papiers, des objets de culte, comme les tzitzit, les loulavim, ou les branches de myrte, y étaient placés.

D'après le folklore, ces billets servirent à cacher le Golem de Prague, dont le corps reposerait dans la gueniza de l'Altneushul de Prague.

Au XXIe siècle

Dans leur livre The Jesus Family Tomb, Charles Pellegrino et Simcha Jacobovici rapportent que le tombeau de Talpiot (qu'ils présentent comme étant le véritable caveau familial de Jésus et sa famille) aurait été transformé en gueniza par les autorités rabbiniques de Jérusalem.

Références

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de la culture juive et du judaïsme Portail de la culture juive et du judaïsme
Ce document provient de « Gueniza ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Genizah de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • GENIZAH — (Heb. גְּנִיזָה; literally storing ), a place for storing books or ritual objects which have become unusable. The genizah was usually a room attached to the synagogue where books and ritual objects containing the name of God – which cannot be… …   Encyclopedia of Judaism

  • Genizah — A genizah (or geniza; Hebrew: unicode|hbrgimelhbrnunhbryudhbrzayinhbrhe storage ; plural: genizot) is the store room or depository in a synagogue (or cemetery), usually specifically for worn out Hebrew language books and papers on religious… …   Wikipedia

  • genizah — ▪ Judaism also spelled  Geniza (Hebrew: “hiding place”),  plural  Genizot, Genizoth, or Genizahs,         in Judaism, a repository for timeworn sacred manuscripts and ritual objects, generally located in the attic or cellar of a synagogue. In the …   Universalium

  • Genizah — Geniza (hebr. גניזה gənīzā; aus pers.: gonj Schatzkammer; Plural: Genizoth) ist ein vermauerter Hohlraum zur Aufbewahrung ausgedienter hebräischer liturgischer Schriften. Hier wurden nicht mehr lesbare Torarollen oder andere Texte, die man nicht… …   Deutsch Wikipedia

  • genizah — noun A storeroom located in or by a synagogue where are kept sacred Hebrew books that cannot be used (through damage or heretical teachings), but which cannot be discarded because they contain Gods name. The Cairo Genizah was discovered in 1896 …   Wiktionary

  • Genizah — [gɛ ni:zə] noun a room attached to a synagogue and housing damaged, discarded, or heretical texts and sacred relics. Origin from Heb. gĕnīzāh, lit. hiding place …   English new terms dictionary

  • genizah — n. a room attached to a synagogue and housing damaged, discarded, or heretical books etc., and sacred relics. Etymology: Heb. genizah, lit. hiding place f. ganaz hide, set aside …   Useful english dictionary

  • Genizah — n. storehouse for Hebrew sacred books no longer in use …   English contemporary dictionary

  • genizah — ge·ni·zah …   English syllables

  • genizah — A repository for damage or banned books …   Grandiloquent dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.