Gao Xingjian


Gao Xingjian
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Gao, précède le prénom.
Gao Xingjian
Gao Xingjian.jpg
Activités écrivain, peintre, scénariste
Naissance 4 janvier 1940
Langue d'écriture mandarin et occasionnellement français pour le théâtre
Genres roman, poésie, essai, théâtre
Distinctions Prix Nobel de littérature (2000)

Gao Xingjian ( chinois : 高行健

; en pinyin : Gāo Xíngjiàn

), né le 4 janvier 1940 à Ganzhou en Chine, est un écrivain, dramaturge, metteur en scène et peintre français d'origine chinoise qui a obtenu le Prix Nobel de littérature en 2000.

Sommaire

Biographie

Gao Xingjian grandit durant les répercussions de l'invasion japonaise en Chine orientale[1]. Son père est banquier et sa mère actrice amateur. C'est elle qui éveille très tôt l'intérêt de son fils pour les arts de la scène et l'écriture[1].

Il reçoit une formation de base dans les écoles de la République populaire et obtient un diplôme de français en 1962, à l'Institut des langues étrangères de Pékin. Il traduit en mandarin des auteurs tels que Ionesco, Prévert et Michaux qui font découvrir les thèmes et l'esthétique de la littérature occidentale contemporaine à ses compatriotes : des flux de conscience à l'absurde[2].

Lors de la Révolution culturelle, il est envoyé durant six ans en camp de rééducation à la campagne et se voit forcé de brûler une valise dans laquelle il avait dissimulé plusieurs manuscrits. Il n'est autorisé à partir à l'étranger qu'après la mort de Mao, en 1979. Il se rend alors en France et en Italie. Entre 1980 et 1987, il publie des nouvelles, des essais et des pièces de théâtre mais son avant-gardisme et sa liberté de pensée lui attirent les foudres du Parti communiste chinois. Ses théories littéraires, exposées dans Premier essai sur l'art du roman (1981) vont délibérément à l'encontre des dogmes d'État et du réalisme révolutionnaire prôné par le régime. Plusieurs de ses spectacles, expérimentaux et influencés par Brecht, Artaud et Beckett sont montés au Théâtre populaire de Pékin et trouvent un large écho auprès du public (comme Signal d'alarme en 1982). La pièce absurde à grand succès Arrêt de bus (1983), virulente satire de la société pékinoise[3], est condamnée lors de la campagne contre « la pollution spirituelle Â»[1]. Le caractère subversif de ses œuvres le confronte inéluctablement à la censure.

En 1985, L'Homme sauvage fait l'objet d'une grande polémique et suscite l'intérêt de l'opinion internationale. En 1986, L'Autre Rive est interdit de représentation. Pour éviter les représailles, il entreprend un périple de près d'un an dans la province du Sichuan et descend le cours du Yang Tsé Kiang jusqu'à la mer[1]. En 1987, il est contraint à l'exil et est depuis déclaré persona non grata sur le territoire chinois. Il vit en France depuis 1988, où il a obtenu l'asile politique. En 1989, il quitte définitivement le Parti communiste chinois après la répression du mouvement étudiant par les chars sur la Place Tian'anmen[1]. En 1997 il obtient la nationalité française.

Il est fait chevalier des Arts et des Lettres en 1992.

Son œuvre littéraire

Il a reçu le prix Nobel de littérature en 2000 pour « une œuvre de portée universelle, marquée d’une amère prise de conscience et d’une ingéniosité langagière, qui a ouvert des voies nouvelles à l’art du roman et du théâtre chinois Â»[4]. Son roman le plus célèbre est La Montagne de l'âme, odyssée dans la campagne du sud-ouest chinois mettant en scène un tissu d'histoires avec plusieurs personnages qui sont en fait les miroirs l'un de l'autre et les différentes facettes d'un même moi[4]. Cette quête humaine sur les racines, la paix intérieure et la liberté, s'élargit sur des perspectives plus vastes et déstabilise constamment le lecteur par le biais d'un jeu vertigineux sur les pronoms personnels nominalisés (Je, Toi, Moi, Il). Ce récit d'un temps pour soi, d'une introspection, conciliant l'art narratif des contes chinois traditionnels et les recherches formelles du roman occidental, va délibérément à rebours des exigences politiques et artistiques du Parti communiste chinois. Son autre grand récit : Le Livre d'un homme seul se veut, lui, largement autobiographique. L'auteur y règle ses comptes avec la folie terrifiante d'une nation aveuglée dont il fut l'une des nombreuses victimes durant la Révolution culturelle.

Il est l'auteur de nouvelles et de poèmes et aussi d'un opéra : La Neige en août. Quelques une de ses pièces de théâtre ont été écrites directement en français (publiées aux Editions Lansman). Antinaturaliste, son théâtre se construit sur le principe de distanciation brechtienne et trouve autant son mode d'expression dans l'avant-garde occidentale que dans la représentation chinoise ancestrale à l'instar du jeu de masques, d'ombres, de danse-chant et de tambours[4]. Ses spectacles déconstruisent les notions d'espace-temps traditionnels et développent un langage verbal et chorégraphique grotesque. Ses pièces expriment, dans une ambiance fiévreuse, les fantasmes et les obsessions de l'homme moderne[4].

Œuvre graphique

Gao Xingjian est également un peintre. Ses premiers tableaux exprimaient obstinément une pénétrante menace rendue par les masses sombres, mais ils affirment la victoire ultime de la clarté. Comme une thérapie pour en finir avec la Chine.

Il a abandonné l'huile après 1978 pour se consacrer à l'encre : « Ma première visite à des musées européens, en 1978, a bouleversé mon rapport à l'art. Jamais je n'avais admiré de chefs-d'œuvre à l'huile en original. Quelle luminosité, quelle intensité, quelle onctuosité ! Ma propre palette m'a paru terne, opaque. L'histoire dont j'étais porteur ne pouvait me permettre de créer, de progresser avec les armes occidentales : j'ai abandonné l'huile pour l'encre. Depuis je m'attache à enrichir la pratique du monochrome noir, maîtrisé dès le VIIIe siècle par Wang Wei de façon si inventive que ses éternels zélateurs, aujourd'hui encore, l'imitent sans innover. Â»[5]

Il utilise des matériaux chinois traditionnels (papier de riz, pinceau en poil de chèvre), il module son encre noire en des centaines de nuances. Cependant, il applique aussi des techniques propres à l'Occident pour ses drapés, ses glacis translucides et ses effets de profondeur.

Réalisés à l’encre de Chine, ses tableaux, de toutes dimensions, conjuguent abstraction, figuration et panthéisme. Ses mystérieux paysages entraînent dans un voyage vers les abysses de l'âme, ses toiles portent des noms évocateurs (Recueillement, Oubli, Surprise) : contours d’une nature comme saisie dans un clair-obscur, silhouette d’une femme drapée comme une "Vierge préhistorique" cheminant dans un paysage de rocaille, homme au corps lourd dont la fine tête se tend vers un soleil couchant (qui n’est pas sans évoquer la contemplation romantique de Caspar Friedrich).

Quelques-unes de ses œuvres sont reproduites en couverture de certains de ses livres.

En 2009 "Entre le ciel et l'eau" création pour la revue d'art TROU no. XIX

Œuvres

Pièces de théâtre
  • L'Autre rive, 1986
  • La Fuite, 1992
  • Dialoguer interloquer, 1992
  • Au bord de la vie, 1993 [écrite en français]
  • Le Somnambule, 1995 [écrite en français]
  • Quatre quatuors pour un week-end, 1999 [écrite en français]
  • Théâtre I, 2000
  • Le Quêteur de la mort, 2003 [écrite en français]
  • Ballade nocturne, 2010 [écrite en français]


Opéra
Romans et nouvelles
Essais
  • Premier essai sur les techniques du roman moderne, 1981
  • In Search of a Modern Form of Dramatic Representation, 1987.
  • Pour une autre esthétique, 2001
  • Au plus près du réel, où la raison d'être de la littérature (Dialogue), 2001
  • Le Témoignage de la littérature, 2004
Poésie
  • L'Errance de l'oiseau, 2003
Films

Références

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé de :
Günter Grass
Prix Nobel de littérature
2000
Suivi de :
Vidiadhar Surajprasad Naipaul




Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gao Xingjian de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gao Xingjian — Gao Xingjian. Gao Xingjian (chinesisch é«˜è¡Œå¥ Gāo Xíngjiàn; * 4. Januar 1940 in Ganzhou, Provinz Jiangxi) ist ein chinesischstämmiger Erzähler, Übersetzer, Dramatiker, Regisseur, Kritiker und …   Deutsch Wikipedia

  • Gao Xingjian — Gao Xingjian,   Kao Hsing chien, chinesischer Schriftsteller und Maler, * Taizhou 1. 4. 1940; war während der Kulturrevolution interniert, 1981 89 Dramaturg am Pekinger Volkskunsttheater, nach dem Verbot seiner Werke verließ er China und lebt… …   Universal-Lexikon

  • Gao Xingjian — Infobox Writer name = Gao Xingjian birthdate = birth date and age|1940|1|4 birthplace = Ganzhou, Jiangxi, People s Republic of China nationality = People s Republic of China France (since 1997) occupation = playwright, screenwriter, novelist,… …   Wikipedia

  • Gao Xingjian — b. 1940, Ganzhou Playwright, novelist, artist As playwright, writer and literary critic, Gao Xingjian has made multifaceted contributions to post Mao culture. Graduating from Beijing Foreign Languages Institute in 1962, Gao began to publish only… …   Encyclopedia of Contemporary Chinese Culture

  • Gao Xingjian — Este es un nombre chino; el apellido es Gao. Gao Xingjian Nacimiento 4 de enero de 1940, 71 años …   Wikipedia Español

  • Gao Xingjian — Éste es un nombre chino; el apellido es Gao. Gao Xingjian (chino: 高行健, pinyin: Gāo Xíngjiàn) (Ganzhou, China; 4 de enero de 1940) es un escritor en lengua china. Nacido en China, en la actualidad reside en Francia y es ciudadano francés. En el… …   Enciclopedia Universal

  • Gao Xingjian — born Jan. 4, 1940, Ganzhou, Jiangxi province, China Chinese émigré novelist and playwright. His novel Soul Mountain (1989) resulted from a pilgrimage in the form of a 10 month walking tour along the Yangtze River. Gao s works were banned in China …   Universalium

  • Gao Xingjian — Gao Xing•jian [[t]ˈgaʊ ˈʃɪŋˈdʒyɑn[/t]] n. big born 1940, Chinese novelist, in France since 1987: Nobel prize 2000 …   From formal English to slang

  • Gao Xingjian — biographical name 1940 French (Chinese born) novelist, essayist, & dramatist …   New Collegiate Dictionary

  • Gao Xingjian — /gaʊ ʃɪŋˈtʃjɛn/ (say gow shing chyen) noun born 1940, Chinese novelist and playwright in France; Nobel prize for literature 2000 …   Australian English dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.