French connection

French Connection

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir French Connection (homonymie).
French Connection - schéma

La French Connection ou parfois appelé Corsican Connection est une appellation d'ensemble pour désigner la totalité des acteurs qui prirent part à l'exportation d'héroïne depuis la France jusqu'aux États-Unis. Malgré les idées reçues, il ne s'agissait pas d'une seule et même organisation mais d'une multitude de réseaux et d'équipes disposées pour la plupart à Marseille et Paris, mais aussi dans des villes moins en avant comme Bordeaux ou Le Havre. Importée en France depuis l'Orient (Turquie, Indochine, Syrie), la morphine-base était ensuite transformée en héroïne dans des laboratoires installés pour la plupart dans le sud de la France pour finalement prendre la route des États-Unis et du Canada. Les trafiquants français étaient à cette époque les principaux fournisseurs des organisations criminelles américaines. Ce système avait été imaginé par les gangsters marseillais Paul Carbone et François Spirito dans les années 1930 à une échelle assez restreinte. Avant que le marché n'explose dans les années 1950 et 1960, sous le règne d'Antoine Guérini, époque où l'ensemble des réseaux de la French Connection envoyait en moyenne 270 kilos d'héroïne mensuels aux États-Unis. En 1970, le trafic de la French était estimé entre 40 et 44 tonnes.

Auguste Ricord, François Spirito, Jean-Baptiste Croce, Joseph Cesari, Paul Mondoloni, Jean-Claude Kella, Salvatore Greco ou encore Nick Venturi sont quelques-unes des figures marquantes de la French Connection. La French Connection aussi connu sous le nom de Corsican Connection, car la majeure partie de ses dirigeants étaient corses. Elle traitait avec les parrains mafieux italo-américain Lucky Luciano et Meyer Lansky. La French Connection aurait été financée par l'argent de la Carlingue par l'intermédiaire d'Auguste Ricord, agent de Lafont

Sommaire

Historique

Des années 1930 aux années 1950

Dès le début du XXème siècle des marins corses, en service sur la ligne maritime Saîgon-Marseille, convoyaient discrètement de l'opium demi-raffiné, c'est l'époque des "navigateurs". Les premiers laboratoires illégaux furent découverts, près de Marseille, en France, en 1937. Ces laboratoires furent mis sur pieds par le parrain marseillais de l'époque, d'origine corse, Paul Carbone. Durant des années, le milieu corse avait mis au point ce trafic international d'héroïne pour inonder le marché américain. Ce réseau créé fut appelé French Connection.

Après la Seconde Guerre mondiale, le milieu corse, ainsi que la mafia sicilienne et napolitaine, collaboraient avec les services secrets américains comme la CIA et le SDECE. Cette collaboration avait pour but de préserver le port de Marseille de l'emprise des communistes.

La morphine-base servant à la préparation de l'héroïne était importée d'abord d'Indochine, puis de Turquie. La transformation était opérée dans des laboratoires clandestins à Marseille et dans ses alentours. L'héroïne marseillaise était réputée pour sa grande qualité, pure à près de 98 % (contre 60 % à 70 % pour les autres productions de l'époque). Les chimistes du Milieu marseillais, notamment Jo Césari et Henri Malvezzi, étaient particulièrement recherchés.

Marseille, de par sa position de carrefour de la Méditerranée, servait de port d'entrée pour l'Europe de toutes sortes de trafic de produits illégaux, dont notamment l'héroïne.

La première prise significative, de l'après-guerre, date du 5 février 1947 avec 3 kg d'héroïne. Elle s'effectua sur un marin corse, arrivé de France.

De fait, il devenait clair que le milieu français tentait de s'imposer de plus en plus dans le trafic international de l'opium. Cette intuition s'avéra confirmée par la prise de 13 kg d'héroïne, le 17 mars 1947, sur le paquebot St. Tropez. De même, le 7 janvier 1949, la police saisit plus de 23 kg d'opium et d'héroïne sur le bateau français Batista.

Les années 1960

La première affaire importante, liée à la French Connection, date de 1960. En juin, un informateur fait une révélation à un agent de la lutte contre les stupéfiant. Mauricio Rosal, l'ambassadeur guatémaltèque, en poste en Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg était un trafiquant d'héroïne entre Beyrouth et Marseille. Les agents de lutte contre les stupéfiants saisissaient environ 90 kilos d'héroïne par an. Mais les différents services évaluaient le trafic de stupéfiants, mise au point par les corses, à 90 kilos par semaines. Rosal, seul, en un an, à passé plus de 200 kilos d'héroïne en utilisant son seul statut de diplomate.

Le rapport, du Federal Bureau of Narcotics's de 1960, estimait le trafic annuel d'héroïne entre la France et les USA entre 1200 et 2300 kilos. Les trafiquant français satisfaisaient la demande de 80 à 90 % du marché.

Une note de la CIA datée de 1961 accuse le représentant de Ricard en Amérique du Nord, Jean Venturi d'être aussi le distributeur de la French Connection. Il n'a pas été inquiété, mais a été prié de quitter le territoire des États-Unis en 1967.

Jacques Angelvin, animateur de télévision et acteur, fut arrêté à New York, le 21 janvier 1962 pour trafic d'héroïne par Sonny Grosso dans le cadre de la lutte contre la French Connection. Un peu auparavant, les agents du BNDD avaient saisi 10 kilos de drogue à Brooklyn et arrêté François Scaglia, qui connaissait l'animateur. Ce dernier aurait transporté 52 kilos de d'héroïne pure dans sa Buick arrivée par paquebot en échange de 10 000 $, croyant que son statut d'animateur le mettrait à l'abri des soupçons.

Il avait acheté la belle américaine d'occasion, sa culpabilité ne fit plus aucun doute. Il plaida coupable pour bénéficier de l'allègement prévu par la législation américaine et fut condamné le 15 septembre 1963, à une peine de six ans de prison.

Années 1970 et chute de la French Connection

En 1970, la consommation aux USA d'héroïne était estimé à 49 tonnes. La French Connection chuta lorsque les autorités françaises arrêtèrent un certain nombre de trafiquants, suite aux injonctions, le 17 juin 1971, de l'administration Nixon. Santo Trafficante Jr, Parrain de la Famille de Tampa, en Floride, est soupçonné d'avoir joué un rôle dans le démantellement de la French Connection en faisant jouer de ses réseaux auprès de Richard Nixon. Nixon décréta la toxicomanie comme ennemie public N.1, suite à la mort de 14100 américains par overdose au USA en 1970.

Suite au pression des Etats-Unis, le 29 juin 1972, le gouvernement turc accepta de stopper complétement sa production d'opium. L'action simultanée du Bureau des narcotiques US, des Dangerous Drug et des autorités françaises permirent de saisir 50 Kg d'héroïne à l'aéroport de Paris. Cette saisie permit d'arrêter deux trafiquants corses Jean-Baptiste Croce et Joseph Mari à Marseille.

En février 1972, un sergent de l'armée américaine se vit offrir 96 000 $ pour passer en contrebande 109 kilos d'héroïne, d'une valeur de 50 millions$, par des trafiquant français. Le sergent les dénonça à son supérieur qui informa le Bureau of Narcotics and Dangerous Drugs (BNDD). Les investiguations de cette dernière permirent l'arrestation de cinq hommes à New-York et de deux en France et la saisie de 120 kilos d'héroïne. Le 29 février 1972, les douaniers français arraisonnent le chalutier Caprice des temps au large de Marseille, en partance pour Miami et opèrent une saisie record de 425 kg d'héroïne.

Sur une période de 14 mois débutant en février 1972, six laboratoires majeurs de transformation de morphine-base en héroïne sont démantellés dans la banlieue de Marseille. Le plus célèbre était celui découvert à Aubagne connu sous le nom de « Labo Césari ». Les arrestations liées au stupéfiant montent en fléche, passant de 57 arrestations en 1970 à 3016 en 1972.

Une partie des investiguations concernaient l'équipe de Vincent Papa incluant Anthony Loria Sr et Virgil Alessi, Ces deux poids lourds de la French Connection faisaient partie de la French aux Etats-Unis et de la famille Lucchese. Pour celà, elle avait corrompu un grand nombre de policiers de la New York City Police Department. Même de nos jours, on n'est toujours pas arrivé à mesurer le degré de cette corruption. Mais ce qui est sûr, c'est que ce sont des policiers en uniformes qui avaient accès aux saisies de plusieurs centaine de kilos de drogues provenant de la French Connection, au 400 Broome Street. Les trafiquants les subtilisaient contre de la farine de brioche. Le subterfuge fut découvert lorsque des policiers non-corrompus découvrirent des insectes mangeant les colis de fausse héroïne. Les autorités estimèrent que le vol pourrait s'élever pour une valeur à la revente dans la rue d'environ 70 millions de dollars. Certains conspirateurs furent condamnés à des peines de prison, dont Papa (Papa sera plus tard assassiné dans le pénitentier fédéral d'Atlanta, en Géorgie). Le témoignage de Frank Serpico devant Commission Knapp de la DEA confirmèrent les faits. En 1973, il eut une saisie record de 95 kilos d'héroïne d'une valeur de 38 millions dollars.

La French Connection aurait été financée par l'argent de la Carlingue par l'intermédiaire d'Auguste Ricord, agent de Lafont, arrêté en septembre 1972, jugé et condamné aux États-Unis.

L'action coordonée des autorités américaines, française, canadienne et italienne permit le démantellement de la French Connection. Mais elle perdura encore un peu avec une nouvelle génération de trafiquants comme Francis le Belge.

Elle fut remplacé par la Pizza Connection, le milieu français étant court-circuité.

Filmographie

L'histoire de ce réseau a inspiré le film French Connection de William Friedkin (1971), qui a donné lieu à une suite, French Connection 2 (1975), réalisée par John Frankenheimer.

Références

  • Alain Jaubert, D... comme drogue, Éditions Alain Moreau, 1974
  • Patrick Chairoff, B... comme barbouzes, Éditions Alain Moreau, 1975.
  • Alfred W.McCoy, La Politique de l'héroïne - L'implication de la CIA dans le trafic des drogues, Éditions du Lézard, 1979, ISBN 2910718166
  • Alfred W. McCoy, Marseille sur héroïne, Esprit Frappeur, ISBN 2844050786
  • Vincent Nouzille et Jacques Follorou, Les Parrains corses, Fayard, 2004
  • (en) Alfred W. McCoy, The Politics of Heroin in Southeast Asia, The Washington Monthly Company, 1972. ISBN 0061319422
  • (en) Henrik Krüger, The Great Heroin Coup, South End Press, 1976. ISBN 0896080315
  • (en) Newsday, The Heroin Trail, Souvenir Books, 1974.
  • Portail de la criminologie Portail de la criminologie
Ce document provient de « French Connection ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article French connection de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • French Connection II — French Connection 2 Pour les articles homonymes, voir French Connection (homonymie). French Connection 2 est un film américain réalisé par John Frankenheimer en 1975. Sommaire 1 Synopsis …   Wikipédia en Français

  • French connection 2 — Pour les articles homonymes, voir French Connection (homonymie). French Connection 2 est un film américain réalisé par John Frankenheimer en 1975. Sommaire 1 Synopsis …   Wikipédia en Français

  • French Connection II — French Connection 2 Título French Connection 2 (España) Contacto en Francia 2 (Hispanoamérica) Ficha técnica Dirección John Frankenheimer Guion Laurie Dillon Robert Dillon …   Wikipedia Español

  • French Connection — puede hacer referencia a: El entramado de narcotráfico conocido como la Conexión francesa. El libro French Connection, que describe dicha trama. La película estadounidense The French Connection, de 1971, basada en el libro. La marca de ropa FCUK… …   Wikipedia Español

  • French Connection — ist: ein Film aus dem Jahr 1971; siehe Brennpunkt Brooklyn ein Film aus dem Jahr 1975; siehe French Connection II eine Gruppe von Eishockey Spielern der Buffalo Sabres, siehe The French Connection (Eishockey) der Name eines berüchtigten… …   Deutsch Wikipedia

  • French Connection — Pour les articles homonymes, voir French Connection (homonymie). French Connection French Connection schéma …   Wikipédia en Français

  • French Connection — The French Connection was a scheme through which the drug heroin was smuggled from Turkey to France and then to the United States, culminating in the late 1960s and early 1970s, when it provided the vast majority of the illicit heroin used in the …   Wikipedia

  • French Connection 2 — Filmdaten Deutscher Titel: French Connection II Originaltitel: French Connection II Produktionsland: USA Erscheinungsjahr: 1975 Länge: 119 Minuten Originalsprache: Englisch/ …   Deutsch Wikipedia

  • French Connection II — Filmdaten Deutscher Titel French Connection II Produktionsland Vereinigte Staaten …   Deutsch Wikipedia

  • French Connection II — Infobox Film name = French Connection II caption = original film poster director = John Frankenheimer producer = Robert L. Rosen writer = Laurie Dillon Robert Dillon Alexander Jacobs starring = Gene Hackman Fernando Rey music = Don Ellis… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.