François de Salignac de La Mothe-Fénelon

Fénelon

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fénelon (homonymie).
François de Salignac de La Mothe-Fénelon
Portrait de Fénelon par Joseph Vivien
Portrait de Fénelon par Joseph Vivien

Surnom(s) Fénelon
Naissance 6 août 1651
Sainte-Mondane
Décès 7 janvier 1715 (à 63 ans)
Cambrai
Nationalité France France
Profession(s) Théologien, écrivain
Formation Université de Cahors
Famille L'abbé de Fénelon était son petit-neveu.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon (6 août 1651, château de Fénelon, Sainte-Mondane - 7 janvier 1715, Cambrai), dit Fénelon, est un homme d'Église, théologien et écrivain français.

Sommaire

Introduction

Précepteur du duc de Bourgogne, archevêque de Cambrai (1695-1715), il s'opposa à Bossuet et tomba en disgrâce lors de la querelle du quiétisme, et surtout, après la publication de son roman, Les Aventures de Télémaque (1699), considéré comme une critique de la politique de Louis XIV. L'influence littéraire de ce roman fut considérable pendant plus de deux siècles.

Biographie

Origine et parcours

Fénelon, né le 6 août 1651 au château de Fénelon à Sainte-Mondane, était issu d'une famille noble du Périgord, ancienne mais appauvrie. Plusieurs des ancêtres de Fénelon s'étaient occupés de politique, et sur plusieurs générations certains avaient servi comme évêques de Sarlat. Comme il était un cadet, le deuxième des quatorze enfants que son père, Pons de Salignac, comte de La Mothe-Fénelon, avait eu de deux mariages (dont trois enfants de son mariage avec Louise de La Cropte), il fut destiné de bonne heure à une carrière ecclésiastique.

Dans son enfance Fénelon reçut l'enseignement d'un tuteur au château de Fénelon, qui lui donna une solide connaissance du grec ancien et des classiques. En 1667, à l'âge de douze ans, on l'envoya à l'université de Cahors où il étudia la rhétorique et la philosophie. Quand le jeune homme exprima son attirance pour une carrière dans l'Église, son oncle, le marquis Antoine de Fénelon (un ami de Jean-Jacques Olier et de saint Vincent de Paul) l'envoya étudier au collège du Plessis, dont les étudiants en théologie recevaient le même enseignement que ceux de la Sorbonne. Il s'y lia avec Antoine de Noailles, qui plus tard devint cardinal et archevêque de Paris. Fénelon montra un tel talent au collège du Plessis qu'il y prêcha avec succès dès l'âge de quinze ans.

Après avoir, à partir de 1672, étudié au séminaire Saint-Sulpice, également proche des jésuites et qu'il eut en tant que jeune prêtre attiré l’attention sur lui par de belles prédications, il fut nommé en 1678 par l'archevêque de Paris directeur de l’Institut des Nouvelles Catholiques, un internat parisien consacré à la rééducation de jeunes filles de bonne famille dont les parents, d’abord protestants, avaient été convertis au catholicisme.

Une ascension remarquable

La statue de François Fénelon sur la place Saint-Sulpice à Paris

Ses fonctions l'inspirèrent et dès 1681 il consigna son expérience pédagogique dans son Traité de l'éducation des filles (qui ne fut publié qu’en 1687). À la fin de 1685, après la révocation de l'Édit de Nantes de 1598, sur la recommandation de Bossuet, Louis XIV lui confia la direction d'une mission dans le Poitou : il entreprit le premier plusieurs voyages de mission dans des régions protestantes de la France de l'Ouest, mais il semble toutefois n’avoir eu que peu de succès. Pour d'autres sources, repoussant l'auxiliaire de la force, il réussit par sa douceur et son éloquence à opérer un grand nombre de conversions.

Peu auparavant, en 1685, il s’était fait remarquer par son premier écrit théologique, le Traité de l'existence de Dieu et de la réfutation du système de Malebranche sur la nature et sur la Grâce dirigé contre les jansénistes ; en même temps, il donnait son avis sur la rhétorique dans ses Dialogues sur l'éloquence (1685).

Pendant ces années-là il faisait partie du cercle qui entourait Bossuet, le fougueux porte-parole de l’épiscopat français. En 1688 il fut présenté à Madame de Maintenon, épouse morganatique de Louis XIV. Celle-ci sympathisait à l’époque avec Madame Guyon, femme mystique et pieuse, et avec son quiétisme, dans lequel il semble que beaucoup de Français aient vu une façon de s’évader d’une réalité politique qui devenait de plus en plus insupportable. Elle l’impressionna profondément quand ils firent connaissance pendant l’hiver 1688-1689.

Saint-Simon le décrit ainsi :

« Plus cocquet que toutes les femmes, mais en solide, et non a misères, sa passion étoit de plaire, et il avoit autant de soin de captiver les valets que les maîtres, et les plus petites gens que les personnages. Il avoit pour cela des talents faits exprès: une douceur, une insinuation, des grâces naturelles et qui coulouient de source, un esprit facile, ingénieux, fleuri, agréable, dont il tenoit, pour ainsi dire, le robinet pour en verser la qualité et la quantité exactement convenable à chaque chose et à chaque personne; il se proportionnoit et se faisoit tous à tous. »

Dans l’été 1689, sur la proposition de Madame de Maintenon dont il était entre temps devenu le conseiller spirituel, il fut nommé précepteur du duc de Bourgogne, âgé de sept ans, petit-fils de Louis XIV et son éventuel héritier. Il sut enseigner à son élève toutes les vertus d'un chrétien et d'un prince, et lui inspira pour sa personne une affection qui ne se démentit jamais.

Il acquit ainsi une position influente à la cour qui fut sûrement décisive pour le faire admettre à l’Académie française (1693) et lorsque cette éducation fut terminée, Louis XIV lui fit obtenir l'archevêché de Cambrai (1695).

Il fut aussi nommé « le Cygne de Cambrai ».

Télémaque

Article détaillé : Les Aventures de Télémaque.

Pour son élève royal (qui cependant devait mourir en 1712 sans être devenu roi, pas plus que son père mort l’année précédente), Fénelon écrivit plusieurs œuvres amusantes et en même temps instructives : d'abord une suite de fables, les Aventures d'Astinoüs et les Dialogues des morts modernes, mais surtout, en 1694-1696, un roman éducatif d'aventures et de voyages Les Aventures de Télémaque, fils d'Ulysse.

Dans ce roman à la fois pseudo-historique et utopique, il conduit le jeune Télémaque, fils d’Ulysse, flanqué de son précepteur Mentor (manifestement le porte-parole de Fénelon) à travers différents États de l’Antiquité, qui la plupart du temps, par la faute des mauvais conseillers qui entourent les dirigeants, connaissent des problèmes semblables à ceux de la France des années 1690, plongée dans des guerres qui l’appauvrissent, problèmes qui cependant peuvent se résoudre (au moins dans le roman) grâce aux conseils de Mentor par le moyen d’une entente pacifique avec les voisins, de réformes économiques qui permettraient la croissance, et surtout de la promotion de l'agriculture et l’arrêt de la production d’objets de luxe.

La disgrâce

Le plus grand adversaire de Fénelon à la cour fut Bossuet, qui l’avait d’abord soutenu. Déjà en 1694 il s’était opposé à lui dans l’affaire du quiétisme, querelle théologique, et en 1697 il avait essayé de le faire condamner par le pape pour son Explication des maximes des saints sur la vie intérieure, où il prenait la défense de Madame Guyon (celle-ci avait fini par être presque considérée comme une ennemie publique, au point qu’elle avait été arrêtée en 1698).

Fénelon se soumit avec humilité et abjura publiquement ses erreurs. À partir de 1698 Télémaque commença à circuler à la cour sous forme de copies, et on y vit tout de suite une critique à peine voilée contre la manière autoritaire du gouvernement de Louis XIV, contre sa politique étrangère agressive et belliqueuse et contre sa politique économique mercantiliste, orientée vers l'exportation. Cet ouvrage, que Fénelon n'avait pas voulu rendre public, lui avait été soustrait par un domestique infidèle.

Au début de 1699, Fénelon perdit son poste de précepteur et quand, en avril, son Télémaque fut publié (d'abord anonymement et sans son autorisation), Louis XIV y vit une satire de son règne, arrêta l'impression et disgracia l'auteur : Fénelon fut banni de la cour.

Le bannissement

Le tombeau de Fénelon par David d'Angers (1826), cathédrale de Cambrai

Vers 1700, il habita alors quelque temps en Belgique dans une demeure, longtemps appelée « la Belle Maison », se trouvant aux limites des communes de Pâturages et d’Eugies, puis il se retira dans son archevêché de Cambrai où, cessant toute activité en théologie et en politique, il essaya de se conduire de façon exemplaire, conformément aux enseignements de son personnage de Mentor (qui, dans le roman, n’était autre que Minerve alias Athéna, déesse de la Sagesse qui s’était ainsi déguisée). Retiré dans son diocèse, Fénelon ne s'occupa que du bonheur de ses fidèles; il prit soin lui-même de l'instruction religieuse du peuple et des enfants, et se fit universellement chérir par sa bienfaisance.

Pendant le cruel hiver de 1709, il se dépouilla de tout pour nourrir l'armée française qui campait près de lui. La réputation de ses vertus attira à Cambrai nombre d'étrangers de distinction, entre autres Andrew Michael Ramsay qu'il convertit et qui ne le quitta plus. Il mourut en 1715 à l'âge de 64 ans.

Un chapitre des mémoires de Saint-Simon est consacré à sa mort, en des termes plutôt élogieux.

Analyse littéraire

Dans la France des XVIIIe et XIXe siècles, Télémaque fut un des livres pour les jeunes les plus lus (Aragon et Sartre l'avaient lu dans leur jeunesse). On le considère parfois comme un précurseur de l'esprit des Lumières.

On lui doit un assez grand nombre d'ouvrages, dont quelques-uns sont perdus, Louis XIV ayant fait brûler, à la mort du duc de Bourgogne, plusieurs de ses écrits qui se trouvaient dans les papiers du prince.

Œuvres de Fénelon

Wikisource-logo.svg

Voir sur Wikisource : Fénelon.

  • Traité de l'éducation des filles (1687) ;
  • Traité du ministère des pasteurs, (1688) ;
  • Réfutation du système du père Malebranche sur la nature et la grâce (1688) ;
  • Lettre à Louis XIV (1694) (sur le site Magister).
  • Explication des maximes des saints sur la vie intérieure (1697) ;
  • Les aventures de Télémaque (1699) ;
  • Dialogues des Morts et Fables, écrits composés pour l'éducation du duc de Bourgogne, 1700) (1712);
  • Lettre sur les occupations de l'Académie (1714) ;
  • Démonstration de l'existence de Dieu, tirée de la connaissance de la Nature et proportionnée à la faible intelligence des plus simples (1712), et avec une deuxième partie, 1718, souvent réimprimé, notamment en 1810 avec notes de Louis-Aimé Martin ;
  • Fables et opuscules pédagogiques (1718).
  • Dialogues sur l'éloquence, avec une Lettre à l'Académie française, (1718) ;
  • Examen de la conscience d'un roi (pour le duc de Bourgogne), imprimé seulement en 1734 ;
  • des Sermons, qui pour la plupart furent prêches d'abondance
  • des Lettres spirituelles.

Publications anciennes

Les Œuvres de Fénelon ont été publiées par l'abbé Querbeuf aux frais du clergé de France, Paris, 1787-1792, 9 volumes in-4; mais cette publication fut interrompue par la Révolution.

La seule édition vraiment complète est celle qu'ont donnée Gosselin et Caron, d'après les manuscrits de l'auteur et avec sa Correspondance, 1830, 36 volumes in-8.

Bibliographie

Bibliographie ancienne

  • Son Éloge a été composé par Jean-François de La Harpe, d'Alembert et l'abbé Maury.
  • Andrew Michael Ramsay (Chevalier de Ramsay): Histoire De La Vie Et Des Ouvrages De Messire François De Salignac de la Mothe-Fénelon, Archevêque de Cambray. – Amsterdam: François L'Honoré, 1727
  • Abbé Querbeuf, Vie de Fénélon.
  • Masson, Pierre-Maurice, Fénelon & Mme Guyon, documents nouveaux et inédits, Paris, Hachette, 1907.
  • Louis-François de Bausset: Histoire de Fénelon, archevêque de Cambrai, composée sur les manuscrits originaux. – Paris: Giguet & Michaud, 1808, 3 volumes, 1817, 4 volumes in-8.
  • Edme Auguste Gosselin, Histoire littéraire de Fénelon, 1843.
  • Emmanuel de Broglie: Fénelon à Cambrai. D'après sa Correspondance 1699–1715. – Paris: Plon, 1884

Bibliographie récente

  • Marguerite Haillant, Fénelon et la prédication, ed Klincksieck, 1969, 246p.
  • Sabine Melchior-Bonnet, Fénelon, Perrin, 2008 (ISBN 978-2262020712)
  • Aimé Richardt "Fénelon" In Fine, 1994 , ISBN 9782840460237, lauréat Académie française
  • Roger Parisot "Fénelon" , Editions Fidès "Experience de Dieu"

Famille

Voir aussi

Source partielle


Précédé par
Paul Pellisson
Fauteuil 34 de l’Académie française
1693-1715
Suivi par
Claude Gros de Boze
  • Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715) Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715)
  • Portail de l’Aquitaine Portail de l’Aquitaine
  • Portail de la Dordogne Portail de la Dordogne
Ce document provient de « F%C3%A9nelon ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article François de Salignac de La Mothe-Fénelon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • François de Salignac de la Mothe-Fénelon — (* 6. August 1651 auf Schloss Fénelon im Périgord; † 7. Januar 1715 in Cambrai) war ein französischer Geistlicher und Schriftsteller. Leben und Schaffen François Fénelon Fénelon, wie er bei den französischen (Literar )Historikern schlicht heißt,… …   Deutsch Wikipedia

  • François de Salignac de la Mothe-Fénelon — (1641 ndash; 1679), was a Sulpician missionary in New France. He was the half brother of François Fénelon, Archbishop of Cambrai and ten years older.Little is known of François in his early years until he left for the missions of New France in… …   Wikipedia

  • François de Pons de Salignac de La Mothe-Fénelon — Fénelon Pour les articles homonymes, voir Fénelon (homonymie). François de Salignac de La Mothe Fénelon …   Wikipédia en Français

  • Fénelon, François de Salignac de la Mothe — (1651 1751)    prelate, writer, theologian    François de salignac de la Mothe Fénelon, whose theories and publications, despite the opposition of church and state, eventually became the basis for profound cultural and political changes in France …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Fénelon, François de Salignac de la Mothe- — • French bishop and author, b. in the Château de Fénelon in Périgord (Dordogne), 6 August, 1651; d. at Cambrai, 7 January, 1715 Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006 …   Catholic encyclopedia

  • Fénelon, François de Salignac de La Mothe- — born Aug. 6, 1651, Château de Fénelon, Périgord, France died Jan. 7, 1715, Cambrai French archbishop, theologian, and man of letters. Though generally conservative, his The Education of Young Gentlewomen (1687), based on his experience directing… …   Universalium

  • Fénelon, François de Salignac de la Mothe — (1651–1715)    Archbishop, Educator and Devotional Writer.    Fénelon was born in Périgord, France and was educated at the seminary of St Sulpice. After ordination, he became Superior of a house for recent converts from Protestantism and then led …   Who’s Who in Christianity

  • Fénelon, François de Salignac de La Mothe- — (6 ago. 1651, castillo de Fénelon, Périgord, Francia–7 ene. 1715, Cambrai). Arzobispo, teólogo y literato francés. Aunque de talante conservador, en su tratado La educación de las jóvenes (1687), basado en su experiencia como director de un… …   Enciclopedia Universal

  • FÉNÉLON, FRANÇOIS DE SALIGNAC DE LA MOTHE —    a famous French prelate and writer, born in the Château de Fénélon, in the prov. of Périgord; at the age of 15 came to Paris, and, having already displayed a remarkable gift for preaching, entered the Plessis College, and four years later… …   The Nuttall Encyclopaedia

  • Fénelon, François de Salignac de la Mothe — ► (1651 1715) Prelado y escritor francés. Al cuidado de la catequización de los protestantes, adquirió gran renombre por su labor de conciliación, después de haber sido revocado el Edicto de Nantes. Preceptor de uno de los nietos de Luis XIV,… …   Enciclopedia Universal

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.