Francois Barazer de Lannurien


Francois Barazer de Lannurien

François Barazer de Lannurien

François de Lannurien (1927 - 2006) était un soldat, entrepreneur et producteur français.

Sommaire

Biographie

Le soldat de la Division Charlemagne

C'est à l'âge de 17 ans que sous l'impulsion de son père, prénommé aussi François et vétéran de la Grande Guerre[1], le jeune François s'enrôla en juin 1943. Son frère ainé, Henri, a combattu juste avant lui au sein de la Légion des volontaires français.

Il accompagna en Allemagne les rescapés de la LVF et d'autres corps français engagés du coté allemand. Francois de Lannurien (ou de Lurien dans certains ouvrages) était âgé de 18 ans lors de la retraite poméranienne de la "Division Charlemagne". Dés le début de l'affrontement avec les Soviétiques, Lannurien perdit le contact avec son unité et continua le combat avec un groupe de Panzerjaggers allemands. Capturé près de Kolberg, il s'évada le 10 mars 1945 avec 3 autre soldats et traversa l'Oder à la nage vers Stepenitz sur deux kilomètres. Blessé, il réussit à rejoindre ses camarades de "Charlemagne".

Nullement démotivé, il fit partie des 300 Français qui réussirent à rallier Berlin pour le dernier combat dans la capitale allemande. Il cessa le combat le 1er mai 1945, quand un bombardement fit écrouler la maison qu'il occupait. Dégagé par le SS-Obersturmführer Wilhem Weber, il fut conduit au poste de secours de Stadtmitte. Pour son action, il reçut la croix de fer de première classe. Il fit partie d'un des groupes tentant une sortie vers l'ouest ; parmi ces personnes se trouvait également le Reichsleiter Martin Bormann. L'expérience du combat du Français lui dicta de s'éloigner du char guidant les fuyards. Le blindé fut rapidement atteint, blessant sérieusement le dignitaire national socialiste. Après avoir vidé son dernier chargeur, Lannurien fut quelques instants plus tard définitivement capturé par une patrouille soviétique. Au cours de son combat au sein de la Waffen-SS, François de Lannurien avait détruit 3 chars soviétiques au panzerfaust.

Francois de Lannurien, blessé, fut envoyé dans un hôpital soviétique. Il quitta ses effets militaires et, nanti de vêtements civils, rejoignit la France avec des travailleurs et prisonniers français libérés. Jugé par un tribunal français pour enfants (étant mineur lors de son engagement), il fut condamné à un an de prison.

Le chasseur d'épaves

François de Lannurien fit fortune en fondant une entreprise spécialisée dans la recherche de vestiges du débarquement, ayant eu auparavant une activité de scaphandrier. Un contrôle fiscal mit fin à cette activité.

Le producteur

Francois de Lannurien tenta sa reconversion en tant que producteur de cinéma (productions "FDL"). À son actif :

  • Theresa (1970)
  • Le trèfle à cinq feuilles (1972)
  • L'ile au trésor (1972)
  • Themroc (1973)
  • Le solitaire (1973)
  • Le complot (1973)

En sus, il écrivit des dialogues pour Baba Yaga (1973), et joua un rôle dans le film "La femme écarlate" (1968)

Le directeur d'usine

Dans les années 1980, François de Lannurien était directeur d'une aciérie à Lomé, Togo, tout en remplissant certaines fonctions auprès du Général Gnassingbé Eyadema. Il fut aussi directeur au Havre d'une Sté "P.I.C." (protection industrielle et Chimique).

Parenté

  • Un cousin de Francois de Lannurien, le capitaine Georges de Lannurien, commandait le bataillon Foch en Slovaquie au sein de la brigade Stephanik (unité méconnue de la résistance française qui combattit en Slovaquie en 1944).

Récit

François de Lannurien a écrit son autobiographie, "le Sublime et la Mort", toujours inédite à ce jour. Il a aussi écrit un deuxième livre intitulé "le Centaure" qui raconte sa guerre. Celui-ci n'a lui non plus pas trouvé d'éditeur.

Sources

Livres

  • Jean Mabire, Mourir à Berlin, Grancher, 1975.
  • Jean Mabire, Mourir pour Dantzig, Dualpha.
  • Robert Forbes, Pour l'Europe, les volontaires français de la Waffen-SS, Édition de l'Aencre - 2005.
  • George Bernage, Berlin 1945, Éditions Heimdal

Magazine

  • Jean-Pierre Lenoir, François Barazer de Lannurien, mon ami…, L'Express, N°15946 du 19 octobre 2006

Références

  1. sergent au 6e régiment du Génie, décoré de la croix de guerre avec plusieurs citations et même de la Légion d'honneur, ordre dont il sera radié ultérieurement
  • Portail du nazisme Portail du nazisme
Ce document provient de « Fran%C3%A7ois Barazer de Lannurien ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Francois Barazer de Lannurien de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • François Barazer de Lannurien — Naissance 1927 Décès 2006 Origine Français Allégeance  Troisième Reich …   Wikipédia en Français

  • Bataillon Charlemagne — Sturmbataillon Charlemagne Période 24 avril 1945 – 2 mai 1945 Pays  France Allégeance …   Wikipédia en Français

  • 33e Division SS de Cavalerie — 33e division SS de grenadiers volontaires Charlemagne Pour les articles homonymes, voir Charlemagne (homonymie). 33e Waffen Grenadier Division der SS Charlemagne Blason de la Division Charlemagne …   Wikipédia en Français

  • 33e division SS de Brigafiers volontaires Charlemagne — 33e division SS de grenadiers volontaires Charlemagne Pour les articles homonymes, voir Charlemagne (homonymie). 33e Waffen Grenadier Division der SS Charlemagne Blason de la Division Charlemagne …   Wikipédia en Français

  • 33e division SS de grenadiers volontaires Charlemagne — Pour les articles homonymes, voir Charlemagne (homonymie). 33e Waffen Grenadier Division der SS Charlemagne Blason de la Division Charlemagne …   Wikipédia en Français

  • 33ème Division SS de Cavalerie (3ème Hongroise) — 33e division SS de grenadiers volontaires Charlemagne Pour les articles homonymes, voir Charlemagne (homonymie). 33e Waffen Grenadier Division der SS Charlemagne Blason de la Division Charlemagne …   Wikipédia en Français

  • Division Charlemagne — 33e division SS de grenadiers volontaires Charlemagne Pour les articles homonymes, voir Charlemagne (homonymie). 33e Waffen Grenadier Division der SS Charlemagne Blason de la Division Charlemagne …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.