Forces Françaises De L'intérieur

ï»ż
Forces Françaises De L'intérieur

Forces françaises de l'intérieur

Forces françaises de l'intérieur, (FFI)
Flag of Free France 1940-1944.svg
PĂ©riode 1944 – 1944
Pays France
AllĂ©geance France France
Taille 400 000 personnes
ComposĂ©e de ‱ ArmĂ©e secrĂšte
‱ Organisation de rĂ©sistance de l'armĂ©e
‱ Francs-tireurs et partisans
Guerres Seconde guerre mondiale
Batailles Bataille des GliĂšres
Bataille du Vercors
Bataille du Mont Gargan
Bataille de Paris
Commandant historique Pierre KƓnig
véhicule des FFI à la libération de Paris
Maquisards et troupes réguliÚres se concertent aprÚs le Débarquement de Normandie

Les Forces françaises de l'intĂ©rieur (FFI) est le nom gĂ©nĂ©rique donnĂ© en 1944 Ă  l'ensemble des groupements militaires de la RĂ©sistance intĂ©rieure française qui s'Ă©taient constituĂ©s dans la France occupĂ©e : l'ArmĂ©e secrĂšte (AS) (regroupant Combat, LibĂ©ration-Sud, Franc-Tireur), l'Organisation de rĂ©sistance de l'armĂ©e (ORA), les Francs-tireurs et partisans (FTP), etc. La dĂ©nomination commune de FFI n'Ă©tait pas destinĂ©e seulement Ă  unifier et Ă  donner un cadre "lĂ©gal" aux forces de la RĂ©sistance intĂ©rieure, mais aussi Ă  les structurer de maniĂšre hiĂ©rarchique. Les FFI furent ainsi placĂ©es en mars 1944 sous le commandement du gĂ©nĂ©ral KƓnig et l'autoritĂ© politique du GPRF du gĂ©nĂ©ral de Gaulle.

Les FFI jouĂšrent un rĂŽle non nĂ©gligeable dans la prĂ©paration du dĂ©barquement alliĂ© en Normandie de juin 1944 et dans la libĂ©ration de la France. Le commandant des forces alliĂ©es en Europe, le gĂ©nĂ©ral Eisenhower estima l'aide apportĂ©e par les FFI Ă  l'Ă©quivalent de quinze divisions rĂ©guliĂšres[rĂ©f. nĂ©cessaire]. Les effectifs des FFI Ă©taient de 100 000 en janvier 1944, 200 000 en juin et 400 000 en octobre[1]

A l'issue de la libération de la France, les FFI s'intégrÚrent ensuite dans l'armée française réguliÚre, en particulier au sein de la premiÚre armée du général de Lattre, dans le cadre de ce qui a été appelé à l'époque "l'amalgame" des Résistances intérieure et extérieure.

Sommaire

Commandement central des FFI

EMFFI

L'État-major des Forces françaises de l'intĂ©rieur (EMFFI), crĂ©Ă© en avril 1944, est dirigĂ© par le gĂ©nĂ©ral Marie Pierre Koenig. DĂšs avant, le GPRF avait dĂ©signĂ© des dĂ©lĂ©guĂ©s militaires.

Délégués militaires

COMAC

Le COMAC ou Comidac, censĂ© regrouper Ă  la fois des reprĂ©sentant d'Alger (CFLN-GPRA) et des rĂ©sistants de l'intĂ©rieur (CNR). Les membres sont les suivants :

Un autre Comidac existe Ă  Alger.

Organisation régionale des FFI

L'Ă©tat major des FFI a nommĂ©, dans chacune des rĂ©gions qu'il a dĂ©finies :

  • un commandant rĂ©gional des FFI,
  • un dĂ©lĂ©guĂ© militaire rĂ©gional (DMR), avec un surnom gĂ©omĂ©trique : carrĂ©, circonfĂ©rence, diagonale, ellipse, hypothĂ©nuse, orbite, polygone, pyramide, etc.)[2],
  • un responsable des opĂ©rations aĂ©riennes (COPA) ensuite appelĂ© Section des Atterrissages et des Parachutages (SAP) Ă  partir de novembre 1943 environ, avec un surnom venant des titres : « Archiduc Â», « Pacha Â», « Pape Â», « Sultan Â», etc.

Ces chefs, arrivant dans des régions qu'ils ne connaissaient souvent pas, n'ont parfois joué qu'un rÎle de vague coordination, le véritable pouvoir opérationnel restant souvent entre les mains des chefs des réseaux locaux et des maquis.

La plupart des chefs régionaux des FFI et des DMR ont été faits compagnon de la Libération.

Zone sud

RĂ©gion R1 : RhĂŽne-Alpes (Lyon).

RĂ©gion 2 : Provence-CĂŽte d'Azur (Marseille) - R2 couvre : Alpes-Maritimes, Bouche du RhĂŽne, Basses Alpes, Gard, Hautes Alpes, Vaucluse, Var

  • DMR R2 :
    1. Robert Burdet « CirconfĂ©rence Â»[22].
  • Responsable atterrissages-parachutages : Camille Rayon « Archiduc Â»[23]. Adjoints Petitjean « Binette Â» et Gaillard « Triangle Â».

RĂ©gion R3 : Languedoc-Roussillon (Montpellier) - R3 couvre : Aude, Aveyron, HĂ©rault, LozĂšre, PyrĂ©nĂ©es orientales

  • Commandant FFI R3 : (...)
  • DMR R3 :
    1. Paul Leistenschneider « CarrĂ© Â»[24],[10].
    2. colonel Jacques Picard « Sultan Â»[25].
    3. Lucien Cambas « TrapĂšze Â»[26],[27].

RĂ©gion R4 : Sud-Ouest (Toulouse) - R4 couvre : Lot, Lot-et-Garonne, Tarn, Tarn-et-Garonne, Gers, Hautes-PyrĂ©nĂ©es, AriĂšge et Haute-Garonne

  • Commandant FFI R4 :
    1. Serge Ravanel (communiste).
    2. Jean-Pierre Vernant « colonel Berthier Â»[28]. Adjoint[29] : Commandant Sarda de Caumont, « Rosette Â»[30].
  • DMR R4 :
    1. Paul Leistenschneider « CarrĂ© Â»[31],[10].
    2. Bernard Schlumberger « Droite Â»[32].
  • Colonne R4 dite «FFI de Toulouse»[33] : colonel Maurice Redon « Durenque Â».

RĂ©gion R5 : Limousin (Brive-la-Gaillarde puis Limoges) - R5 couvre : CorrĂšze, Creuse, Dordogne, Vienne, Haute-Vienne

RĂ©gion R6 : Auvergne (Clermont-Ferrand) - R6 couvre : Allier, Cantal, Haute-Loire, Puy de DĂŽme voir aussi sud du Cher

  • Commandant FFI R6 :
    1. Émile Coulaudon « colonel Gaspard Â»[39],[40].
  • DMR R6 :
    1. Alexandre de Courson de La Villeneuve « Pyramide Â»[41],[42].
    2. Puis Vivier, « Isotherme Â».
  • Chef de la Section des Atterrissages et des Parachutages (SAP) :
    1. Paul Schmidt « Kim Â»[43],[44].
    2. Alain Grout de Beaufort « Jac Â» [45],[46].
    3. Yves LĂ©ger « Ă‰vĂȘque Â»[47],[48].
    4. Pierre-Paul Ulmer[49].

Zone nord

Membre des FFI Ă  ChĂąteaudun en 1944.

En zone Nord, les régions étaient définies par des lettres.

RĂ©gion P (Paris)

  • Commandants des FFI RP : (..)
  • DMR RP : AndrĂ© Boulloche « Segment Â» (X-Pont, ingĂ©nieur, compagnon de la LibĂ©ration, futur dĂ©putĂ© et ministre SFIO-PS)[50] mais il est arrĂȘtĂ©.
    1. AndrĂ© Rondenay « Lemniscate Â»[51],[52].

RĂ©gion A (Amiens) - La rĂ©gion A couvre : Aisne, Nord, Pas-de-Calais, Somme et Seine-infĂ©rieure.

  • Commandant des FFI RA :
    1. Gaston Dassonville (instituteur, communiste, réseau Voix du Nord, député en 1946-1955)[53][54].
  • Chef d'Ă©tat-major FFI RA :
    1. Jean Lejeune « Bastien Â»[55],[56].
  • DMR RA :
    1. Raymond Fassin « Sif Â», « Piquier Â» ou « ComĂšte Â»[57],[53].
    2. Guy Chaumet « CissoĂŻde Â» ou « Mariotte Â»[58],[59],[60].
  • Responsable du BOA RA : Jean-Pierre Deshayes[61].
  • Chef Section des Atterrissages et des Parachutages (SAP) RA : Paul RiviĂšre (compagnon de la LibĂ©ration)[12].

RĂ©gion B (Bordeaux) - La rĂ©gion B couvre : Basses-PyrĂ©nĂ©es, Landes, Gironde, Charente-Maritime, VendĂ©e, Deux-SĂšvres.

  • Commandant des FFI RB :
    1. le gĂ©nĂ©ral Jean-Baptiste Morraglia « LemaĂźtre Â»[62],[63].
  • DMR RB :
    1. Claude Bonnier, « HypotĂ©nuse Â»[64],[65],[66]. Adjoint : Jacques Nancy « Sape Â»[67]
    2. Gaillard, « Triangle Â».
  • chef du Bureau des opĂ©rations aĂ©riennes (BOA) RB : Guy Chaumet[68].

RĂ©gion C (ChĂąlons-sur-Marne) - La rĂ©gion C couvre 8 (ou 6 ?) dĂ©partements de l'Est de la France, dont l'Alsace et la Lorraine.

  • Commandant des FFI RB :
    1. Gilbert Grandval[69],[70]. Adjoint : Jean Bertin[71]
  • DMR RC :
    1. AndrĂ© Schock « Diagonale Â»[72].
    2. Gilbert Grandval « PlanĂšte Â»[73].
  • Chef du Bureau des opĂ©ations aĂ©riennes (BOA) :
    1. Michel Pichard (compagnon de la Libération).
  • Effectif : "Les effectifs militaires de la RĂ©gion C sont de l’ordre de 30 000 hommes Ă  l’étĂ© 1944 dont 2 500 maquisards mais assez pauvrement armĂ©s"[74]. Bilan : « De juin Ă  septembre 1944 plus de 1 000 cĂąbles ont Ă©tĂ© Ă©changĂ©s avec l’État-major du gĂ©nĂ©ral KƓnig, commandant des FFI et on dĂ©nombre 700 sabotages ou action de guĂ©rilla dans la RĂ©gion C. Â»[75]

RĂ©gion D (Dijon) - La rĂ©gion D couvre : Bourgogne, Franche-ComtĂ©)

  • Commandant des FFI RD :
    1. Colonel Baruteau[76]
    2. Claude Monod[77],[78].
  • DMR RD :
    1. Pierre Hanneton « Ligne Â».
    2. Davout d'Auerstaedt « Ovale Â».
  • Effectifs : 25 000 hommes, selon Claude Monod[79] ou 22.000 [80].

RĂ©gion M (Le Mans)

  • Zone : la rĂ©gion M est la plus grande rĂ©gion FFI comprenant 14 dĂ©partements (Normandie, Bretagne, Anjou). Elle est donc ensuite divisĂ©e en deux rĂ©gions de 7 dĂ©partments chacune : M1 et M2[81]
  • Commandant des FFI RM : (..)
  • DMR RM :
    1. Valentin Abeille « Fantassin Â» puis « MĂ©ridien Â»[82],[83]. Il a pour adjoint le chef FFI Maurice Guillaudot (compagnon de la LibĂ©ration).
    2. Kammerer « ParallĂšle Â»[84],[85].
  • Chef d'opĂ©rations aĂ©riennes de la rĂ©gion M :
    1. Jean-François Clouet des Pesruches « GalilĂ©e Â»[86] ; et/ou Edouard Paysant « Tinchebray Â»[87],[85].

Sous rĂ©gion M1 - La sous-rĂ©gion M1 couvre : Orne, Sarte, Mayenne.

  • Chef des opĂ©rations aĂ©riennes M1 et M4 : Gros (vers juin 1944) puis CroisĂ© (vers juin 1944)[85].

Sous-rĂ©gion M3 - La sous-rĂ©gion M3 (Bretagne) couvre : FinistĂšre, CĂŽtes-du-Nord, Morbihan, Ille-et-Vilaine.

  • Commandant des FFI :
    1. général Audibert (?),
    2. colonel Eon.
  • DĂ©lĂ©guĂ© militaire rĂ©gional : (..)

Sous-rĂ©gion M4 - La sous-rĂ©gion M4 couvre : Calvados, Manche, Eure.

  • Chef des opĂ©rations aĂ©riennes M1 et M4 :
    1. Gros (vers juin 1944)
    2. Croisé (vers juin 1944)[85].

Sous-région Pays-de-Loire, Anjou, Normandie

  • Commandant des FFI : (..)
  • DĂ©lĂ©guĂ© militaire rĂ©gional pour les Pays de Loire, l'Anjou et la Normandie : Jean-François Clouet des Pesruches « Orbite Â» [88],[89].
  • Effectifs : selon le site de l'ordre de la LibĂ©ration : "Au moment oĂč la 3e armĂ©e amĂ©ricaine du gĂ©nĂ©ral Patton et la 9e armĂ©e US pourchassent l'ennemi vers Chartres et OrlĂ©ans, "Orbite" est un auxiliaire prĂ©cieux pour protĂ©ger les flancs des armĂ©es alliĂ©es Ă  la tĂȘte de 2 500 FFI armĂ©s par les rĂ©cents parachutages d'armes organisĂ©s par ses soins."[89]

Organisation départementale des FFI

MĂ©thodologie

  • La liste des chefs dĂ©partementaux des FFI est difficile Ă  Ă©tablir car fluctuante au grĂšs des arrestations et des combats. Il peut y avoir des confusions entre chef des FFI (chefs aux profils militaires) et chef des ComitĂ©s dĂ©partementaux de LibĂ©ration (CDL) (chefs aux profils plus civils).
  • Nous les avons regroupĂ©s, par facilitĂ© selon les rĂ©gions administratives actuelles de la France (Ă©ventuellement diffĂ©rentes de "rĂ©gions" de la RĂ©sistance).
  • Cette liste illustre bien la diversitĂ© de la RĂ©sistance, d'oĂč l'intĂ©rĂȘt de retrouver la profession et l'engagement politique de ces hommes :
  • Il apparaĂźt que les chefs dĂ©partementaux des FFI portaient souvent le grade de commandant ou de colonel de la RĂ©sistance.

Ile de France (RĂ©gion P1)

  • commandant rĂ©gional des FFI : Pierre PĂšne dit PĂ©rico (X1922, ingĂ©nieur colonial, rĂ©sistant OCM, compagnon de la LibĂ©ration) mais arrĂȘtĂ© en avril[90]. Puis Henri Rol-Tanguy (ouvrier communiste (CGT), rĂ©sistant FTP, compagnon de la LibĂ©ration) Ă  partir du 1er juin 1944[91].

Commandant des FFI : colonel Teissier de Margueritte[92], « LizĂ© Â»[93],[94],[95]. Et aussi AimĂ© Lepercq (ingĂ©nieur, directeur de sociĂ©tĂ©s, rĂ©sistant OCM), "De septembre 1943 jusqu'au 8 mars 1944, date de son arrestation par la Gestapo, il est le premier commandant des forces paramilitaires puis des Forces Françaises de l'IntĂ©rieur (FFI) de Paris."[96]

Commandant secteur Nord : (..) Commandant secteur Est : (..) Commandant secteur Ouest : (..) Commandant secteur Sud : (..)

Chef du ComitĂ© parisien de la LibĂ©ration : AndrĂ© Tollet (ouvrier tapissier, communiste, secrĂ©taire de l’Union des Syndicats CGT clandestins de la RĂ©gion parisienne).

Commandant des FFI S&O Nord : Philippe Viannay (Ă©tudiant catholique de droite, fondateur du rĂ©seau DĂ©fense de la France)[91]. Commandant des FFI S&O Sud : Jacques Pastor (agrĂ©gĂ© de sciences naturelles, communiste, rĂ©sistant Front National)[91][97].

  • Seine-et-Marne :

Commandant des FFI : Hubert Desouche, dit Dugas (rĂ©sistant de Turma-Vengeance)[91].

  • Oise :

Commandant des FFI : Fromont (ou Fromonot) Monturat, dit Dupont (rĂ©sistant de CDLR)[91].

RĂ©gion Nord-Pas-de-Calais

  • Nord :
  • Pas de Calais : chef FFI : (..)

PrĂ©sident du CDL du Pas-de-Calais : Gaston Dassonville (Ă©lu novembre 1943) (il sera Ă©galement chef rĂ©gional des FFI, lire plus haut sur l'organisation rĂ©gional).

RĂ©gion Picardie

  • Somme :
  • Aisne :
  • Oise :

RĂ©gion Champagne-Ardennes

  • Marne : commandant Pierre Bouchez (rĂ©sistant de CDLR, officier de rĂ©serve, responsable patronal de Reims).

Le Président du Comité départemental de Libération (CDL) est Michel Sicre (syndicaliste communiste).

  • Ardennes : commandant Fournier (garçon coiffeur, rĂ©sistant de l'OCM).

PrĂ©sident du ComitĂ© dĂ©partemental de LibĂ©ration (CDL) : docteur Jullich (ancien prĂ©sident radical-socialiste du conseil gĂ©nĂ©ral).

  • Haute Marne : colonel de GROUCHY (rĂ©sistant de l'ORA, officier Ă  la retraite).

PrĂ©sident du CDL : Robert Vauthier (Parti socialiste).

  • Aube : commandant Alagiraude (directeur du Centre de libĂ©ration des prisonniers de guerre de Troyes, rĂ©sistant de l'ArmĂ©e secrĂšte).

PrĂ©sident du CDL : Gabriel Thierry (LibĂ©-Nord).

RĂ©gion Lorraine

  • Meuse : Yvan Beausire dit Leclerc (ancien chef des groupes F.F.I. et du maquis de Senon).
  • Vosges : Commandant Gonand (chef du 4e Groupement des F.F.I. des Vosges)[98], Auguste DelafenĂȘtre, responsable du 2e groupe des F.F.I. des Vosges[99] .
  • Meurthe-et-Moselle : Charles Thomas dit CĂ©sar (ancien capitaine de rĂ©giment Ă©tranger).
  • Moselle (annexĂ©e au Reich) : Alfred Krieger dit commandant GrĂ©gor (rĂ©sistant du rĂ©seau Mithridate)[100].

Région Alsace (annexée au Reich)

(...)

Région Franche-Comté

  • Haute-SaĂŽne : Paul GuĂ©pratte.
  • Doubs :
  • Jura : commandant Foucaud (officier d'active) (tuĂ© en avril 1944). Puis en mai 1944 : Romuald Vandelle « commandant Louis Â» ( polytechnicien, compositeur de musique).

RĂ©gion Bourgogne

  • SaĂŽne-et-Loire :

Chef CDL : (..)

  • CĂŽte d'Or :
    1. colonel Pratt (officier, rĂ©sistant ORA). Adjoint : commandant aviateur Balay (officier, rĂ©sistant ORA). En mai 1944, le colonel Pratt et le commandant Balay sont arrĂȘtĂ©s et dĂ©portĂ©s. Le nouveau chef FFI est le colonel RenĂ© Alizon « commandant Guy Â» (officier d'artillerie, rejoint l'ORA)[101].

Chef CDL : (..)

  • NiĂšvre : le Colonel Roche « Moreau Â» (chef de LibĂ©ration Nord).

PrĂ©sident du CDL de la NiĂšvre : Pierre GauthĂ©.

  • Yonne :
    1. Marcel Choupot « commandant Chollet Â» nommĂ© en mai 1944, puis fusillĂ© par les Allemands en aoĂ»t 1944.
    2. Adrien Sadoul « Colonel Chevrier Â». FFI de l'Yonne deviennent le 1er RĂ©giment du Morvan (Ă  prĂ©ciser).

Chef CDL : (..)

RĂ©gion Centre

RĂ©gion Haute-Normandie

  • Seine-maritime : lieutenant colonel Michel Multrier (polytechnicien et officier, chef de FORA de la Seine-InfĂ©rieure).

Chef du CDL : GuĂ©nard (Front national (rĂ©sistance)).
"Effectifs de la RĂ©sistance en Seine-InfĂ©rieure : 15 octobre 1943, 3800 hommes et femmes. 1er juin 1944, 10 330 hommes et femmes. (..) Le 20 juin 1944, les FFI disposaient environ 2500 hommes mal armĂ©s qui provenaient des FTPF, de l’ORA, du BOA, et LibĂ©-Nord et de divers groupes FN ou indĂ©pendants.(..) Jusqu’au 2 septembre, les pertes allemandes sont chiffrĂ©es par le lieutenant-colonel Multrier, commandant les FFI, Ă  625 tuĂ©s et 8649 prisonniers. Du 6 juin au 13 septembre, les pertes FFI furent de 149 tuĂ©s et 97 blessĂ©s" [102].

  • Eure : Marcel Baudot (archiviste dĂ©partemental) « commandant Breteuil Â»[103].

RĂ©gion Basse-Normandie

  • Orne : Daniel Desmeulles arrĂȘtĂ© juin 1944. Puis AndrĂ© Mazeline (20/06/1944).
  • Calvados : PrĂ©sident du CDL Calvados: LĂ©onard Gille.
  • Manche :

PrĂ©sident CDL Manche : Yves Gresselin « Colibri Â» (Ă©picier Ă  Cherbourg).

RĂ©gion Bretagne

  • Morbihan : Capitaine de frĂ©gate Paul Chenailler « Morice Â», (aprĂšs l'arrestation en dĂ©cembre 1943 du Commandant de gendarmerie Maurice Guillaudot), avec le Commandant Pierre Bourgoin, F.F.L., commandant le 4Ăšme bataillon de parachutistes S.A.S., Ă  partir du 10 juin 1944, date de son parachutage au maquis de Saint-Marcel.
  • Ille-et-Vilaine : gĂ©nĂ©ral Allard ?
  • FinistĂšre : colonel Paul Jules Fonferrier (officier de la Coloniale, « Rossignol Â») puis Henri Provostic(notaire Ă  PloudalmĂ©zeau et juge de paix, « BenoĂźt Â»). Roger BourriĂšres.

Chef d’arrondissement de Brest : Garion (avouĂ© Ă  Brest), « commandant Somme-Py Â» Chef des arrondissements hors Brest : commandant Faucher, « commandant Louis Â».

  • CĂŽtes-du-Nord (CĂŽtes d'Armor) : Jean MĂ©tairie

PrĂ©sident du CDL CĂŽtes-du-Nord : Henri Avril.

RĂ©gion Pays de Loire

  • Mayenne : Jean SĂ©ailles « commandant GrĂ©goire Â» (chef adjoint du rĂ©seau Aristide-Buckmaster) ; M. Counord.
  • Sarthe :
  • Maine-et-Loire : Jean Eynaud de FaĂż « Rousseau Â» (officier de marine d'active, rĂ©sistant OCM, ORA). Puis le « commandant Blanche Â». Les FFI du Maine-etLoire deviennent le 135e RI.
  • Loire-InfĂ©rieure (actuelle Loire-Atlantique) : Jacques Chombart de Lauwe « colonel FĂ©lix Â» Ă  partir du 4 aoĂ»t 1944[104].
  • VendĂ©e :

RĂ©gion Poitou-Charentes

  • Deux-SĂšvres : Edmond Proust « Gapit Â» ou « Chaumette Â» (rĂ©sistant OCM, AS).

PrĂ©sident du CDL : (..)

  • Vienne : chef des FFI : colonel ChĂȘne « colonel Bernard Â».

PrĂ©sident du CDL : (..)

  • Charente-Maritime : (..)

PrĂ©sident du CDL : (..)

  • Charente : (..)

PrĂ©sident du CDL : (..)

RĂ©gion Limousin

2nde GM en Limousin.png
Cet article fait partie de la série sur la
2de guerre mondiale en Limousin
Les tragédies

Massacre d'Oradour-sur-Glane
Massacre de Tulle
Massacre du bois du Thouraud
Massacre de Combeauvert

La résistance

Maquis du Limousin
Georges Guingouin
Roger Cerclier
Albert Fossey-François
Jacques Robert-Rewez
voir aussi les autres résistants creusois
Bataille du Mont Gargan
Bataille du Mont Mouchet
Forces françaises de l'intérieur

Forces ennemies

Division SS Das Reich
Heinz Barth
Heinz Lammerding
Adolf Diekmann
Kurt Von Jesser
Brigade Jesser
Walter Brehmer
Division Brehmer

La libération

Libération-Sud
Libération de Guéret

Le souvenir

Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane
Devoir de mémoire

Portail:Seconde Guerre mondiale et
Portail:Limousin

RĂ©gion Auvergne

  • Allier :
  • Puy-de-DĂŽme :
  • Cantal : colonel Thollon.
  • Haute-Loire : Colonel GEROLDE (De son vrai noml Zapalsky)

RĂ©gion Aquitaine

  • Dordogne : Roger Ranoux « colonel Hercule Â».
  • Lot-et-Garonne :
  • Gironde :
  • Landes :
  • PyrĂ©nĂ©es-Atlantique :

Région Midi-Pyrénées

  • Lot : commandant Georges ; Roger Lecherbonnier (instituteur, rĂ©sistant FTP) en 07/1944.
  • Aveyron : commandant FFi : Bonnafous « commandant Richard Â» avec deux adjoints : le Commandant Charles (FTPF) et le commandant Puget (ORA). Le Colonel BenoĂźt dirige le secteur nord, le colonel Devillers, le secteur sud[105]. Effectifs : "En recoupant les sources disponibles et les tĂ©moignages, on peut estimer la population combattante Ă  un petit millier au dĂ©but de 1944, et Ă  une dizaine de milliers Ă  la fin aoĂ»t 1944. L’addition des effectifs fournis par les chefs de maquis Ă  la libĂ©ration se dĂ©compose comme suit : 1467 pour le maquis Du Guesclin, 2800 pour le maquis d’Ols, 450 pour le maquis Paul Claie, 550 pour le maquis Antoine, 650 pour le maquis ArĂȘtes-Saules, 500 pour le maquis de Durenque, 500 pour les commandos Hubert, 420 pour les guerrilleros espagnols Salvador, plus de 200 pour les maquis Bayard, Rolland, Jean-Pierre
dont les effectifs quintuplent de juin Ă  aoĂ»t 1944."[105]
  • Tarn : Maurice Redon « Durenque Â» (officier du Service gĂ©ographique de l'armĂ©e)[106], dont Zone A du Tarn (sud) :
  • Tarn-et-Garonne : commandant ou chef d'EM FFI : colonel Laurent Langeron « Larzac Â» puis « Leduc Â» est choisi par le 17 juin 1944 le CDL mais, le 13 juillet, le chef FFI rĂ©gional Ravanel nomme en fait NoĂ«l Duplan (agent des ponts-et-chaussĂ©s, militaht radical-socialiste) alias "Nil"[107].
  • Hautes PyrĂ©nĂ©es :
  • Haute Garonne : Jean-Pierre Vernant « colonel Berthier Â» (universitaire, grand spĂ©cialiste de la GrĂšce antique, Compagnon de la LibĂ©ration).
  • AriĂšge : Camille Sourys « lieutenant-colonel Aubert Â»[108].
  • Gers : capitaine Gabriel Termignon (officier de rĂ©serve, rĂ©sistant AS), mais arrĂȘtĂ© le 15 juillet 1944. Puis le commandant Marcel LesĂ»r[109].

chef CDL : M. Vila[94]. Effectifs : "On estimait Ă  l'Ă©poque entre 6000 et 7000 hommes son effectif global"[109].

RĂ©gion Languedoc-Roussillon

  • PyrĂ©nĂ©es-Orientales :
  • Aude : Jean Bringer « Myriel Â» (fils d'un fondateur du Canard EnchaĂźnĂ©, officier, ingĂ©nieur des eaux-et-forĂȘts, rĂ©sistant AS) mais fusillĂ© par les Allemand le 19 aoĂ»t 1944[110][111].
  • HĂ©rault :
  • Gard : Michel Bruguier[112]
  • LozĂšre : colonel Emile Peytavin.

RĂ©gion Provence

  • Vaucluse :
  • Bouches-du-RhĂŽne :
  • Var : capitaine Salvatori (capitaine d'active (marsouin), ex-chef dĂ©partemental de l’AS)[113].

PrĂ©sident du CDL du Var : Frank Arnal (chef du SR des MUR du Var) vers mars 1942 (..) puis Louis Martin-Bret[113].

  • Alpes-Maritimes : officier aviateur de rĂ©serve Melin « Chatel Â»[114].
  • Alpes-de-Haute-Provence : AndrĂ© Melen dit "Denan".
  • Hautes-Alpes :Paul HĂ©raud « commandant Dumont Â» ( tuĂ© en opĂ©ration le 09/08/44 ,compagnon de la libĂ©ration).

RĂ©gion RhĂŽne-Alpes

  • Savoie : GĂ©nĂ©ral HĂ©ritier « capitaine Blanchard Â».
  • Haute-Savoie : colonel Nizier et Jean Rosenthal (compagnon de la LibĂ©ration).
  • Ain (et Haut-Jura) : colonel Henri Romans-Petit.
  • IsĂšre : Albert Seguin de Reynies (arrĂȘtĂ© par la Gestapo), Alain Le Ray (officier d'active), Sam Job (officier de rĂ©serve)
  • DrĂŽme : Jean-Pierre de Lassus Saint GeniĂšs « Legrand Â» (officier d'active)
  • ArdĂšche : RenĂ© Calloud.
  • RhĂŽne : Raymond Basset « commandant Mary Â» (compagnon de la libĂ©ration).
  • Loire : Raymond Basset « commandant Mary Â» ; Jean Marey (ancien instituteur devenu officier).
  • de l'Ain, du Jura, de la SaĂŽne-et-Loire : Henri Jaboulay (industriel, compagnon de la LibĂ©ration).

Autres chefs FFI locaux

  • Etienne Poiteau « capitaine StĂ©phane Â», commandant la "compagnie StĂ©phane" en IsĂšre (1er Bataillon de marche FFI de l'IsĂšre).
  • commandant AndrĂ© PommiĂšs (chef de la rĂ©gion de Toulouse)
  • Jacques Chapou (professeur de lycĂ©e rĂ©voquĂ© en 1941 car franc-maçon) dit "Capitaine Philippe". En mai 1944, il prend le commandement des maquis de la CorrĂšze, puis ceux de la Creuse, de l'Indre et de la Haute-Vienne, sous le nom de « KlĂ©ber Â».

Notes et références

  1. ↑ Sumner, Ian. The French Army 1939-45 (2), page 37. Osprey Publishing, London, 1998.
  2. ↑ "chaban"&pagemode=none&navpanes=1 Fondation de la RĂ©sistance : carte et liste des DMR
  3. ↑ Albert Chambonnet, mĂ©canicien militaire, rĂ©sistant Ă  Combat, AS, Compagnon de la LibĂ©ration, commandant FFI R1 Ă  partir de janvier 1944, arrĂȘtĂ© et fusillĂ© en juillet 1944.
  4. ↑ Biographie d'Albert Chambonnet sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  5. ↑ Alban Vistel, directeur d'usine, rĂ©sistant Ă  LibĂ©ration, compagnon de la LibĂ©ration, commandant FFI R1 Ă  partir de juillet 1944.
  6. ↑ Biographie d'Alban Vistel sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  7. ↑ Maurice BourgĂšs-Maunoury, X-Sciences Po, ingĂ©nieur, compagnon de la LibĂ©ration) nommĂ© DMR R1 vers septembre 1943 puis devient DĂ©lĂ©guĂ© militaire national
  8. ↑ Biographie de BourgĂšs-Maunoury sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  9. ↑ Paul Leistenschneider, avocat, rĂ©sistant du rĂ©seau KlĂ©ber pour le 2e bureau de Vichy, compagnon de la LibĂ©ration)
  10. ↑ a , b  et c  Biographie de Paul Leistenschneider sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  11. ↑ Paul RiviĂšre, professeur de lettre dans des Ă©coles catholiques, rĂ©sistant au MLN-Combat, compagnon de la LibĂ©ration, futur dĂ©putĂ©, nommĂ© Chef du SOA en juillet 1943.
  12. ↑ a  et b  Biographie de Paul RiviĂšre sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  13. ↑ Pierre-Paul Ulmer, compagnon de la LibĂ©ration, chef du SOA de juillet 1943 Ă  mai 1944
  14. ↑ Biographie de Pierre Paul Ulmer sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  15. ↑ Robert Rossi, X, officier de l'armĂ©e de l'Air, RĂ©sistant au mouvement LibĂ©ration puis dans l'AS, compagnon de la LibĂ©ration, , nommĂ© vers mai 1944 puis arrĂȘtĂ©.
  16. ↑ Biographie dans le dictionnaire des polytechniciens dans la RĂ©sistance (XRĂ©sistance) et Biographie de Robert Rossi sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  17. ↑ Biographie de Robert Rossi sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  18. ↑ Jacques Renard, X, ingĂ©nieur, rĂ©sistant LibĂ©ration (?)- AS, compagnon de la LibĂ©ration) nommĂ© commandant FFI R2 le 16 juillet 1944, arrĂȘtĂ© le 28 juillet puis fusillĂ©.
  19. ↑ http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/834.html Biographie de Jacques Renard sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  20. ↑ Henry Simon, chef du service du cadastre de Marseille, communiste, rĂ©sistant FN-FTPF, compagnon de la LibĂ©ration.
  21. ↑ Biographie d'Henry Simon sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  22. ↑ Joseph Girard, La rĂ©sistance et la libĂ©ration de Nice: la fin d'une lĂ©gende, Serre Ed., 2006 ISBN 2864104644, 9782864104643, page 57
  23. ↑ Joseph Girard, La rĂ©sistance et la libĂ©ration de Nice: la fin d'une lĂ©gende, Ed. Serre, 2006, ISBN 2864104644, 9782864104643, page 57
  24. ↑ Paul Leistenschneider, avocat, rĂ©sistant du rĂ©seau KlĂ©ber pour le 2e bureau de Vichy, compagnon de la LibĂ©ration.
  25. ↑ Selon L'État-Major des Forces Françaises de l'IntĂ©rieur, L'appui aux dĂ©barquements, document de la Fondation de la RĂ©sistance, page 15 du Pdf et 272 de l'ouvrage gĂ©nĂ©ral
  26. ↑ Lucien Cambas, pompier, compagnon de la LibĂ©ration), nommĂ© le 6 juin 1944.
  27. ↑ Biographie de Lucien Cambas sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  28. ↑ Jean-Pierre Vernant, grand universitaire).
  29. ↑ En avril 1944.
  30. ↑ selon Maquis de Vabre
  31. ↑ Paul Leistenschneider, Ă©galement DMR R3 apparemment, avocat, rĂ©sistant du rĂ©seau KlĂ©ber pour le 2e bureau de Vichy, compagnon de la LibĂ©ration.
  32. ↑ "Les rĂ©seaux action de la France combattante", Ed. France Empire
  33. ↑ 6 000 hommes
  34. ↑ Maurice Rousselier, X1933, chef de l’A.S. de la rĂ©gion R4 puis commandant F.F.I. de la rĂ©gion R5.
  35. ↑ Des officiers d'actives passĂ©s Ă  la RĂ©sistance, sur le MĂ©morial des rĂ©sistants de l'X (x-rĂ©sistance.org)
  36. ↑ EugĂšne DĂ©chelette, administrateur de sociĂ©tĂ©, compagnon de la LibĂ©ration.
  37. ↑ Biographie d'EugĂšne DechĂ©lette sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  38. ↑ Alain Grout de Beaufort, chef SAP en avril-aoĂ»t 1943, compagnon de la LibĂ©ration, lire plus bas en R6.
  39. ↑ Émile Coulaudon, directeur commercial, rĂ©sistant du mouvement Combat, compagnon de la LibĂ©ration.
  40. ↑ [Biographie d'Emile Coulaudon sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/240.html]
  41. ↑ Alexandre de Courson de La Villeneuve, officier d'active, arrĂȘtĂ© par les Allemands le 2 juillet 1944 puis mort sous la torture ou exĂ©cutĂ© par les Allemands le 19 aoĂ»t 1944.
  42. ↑ Revue des Anciens des services spĂ©ciaux de la DĂ©fense nationale, Bulletin 186, synthĂ©tisant les pp 147-185 de l'ouvrage du colonel Claude Cazals, sur la Garde sous Vichy, juin 1997 et EugĂšne Martres,Les archives parlent: Auvergne, Bourbonnais, 1940-1945, Éditions de BorĂ©e, 2004, ISBN 2844943160, 9782844943163,page 47
  43. ↑ Paul Schmidt, engagĂ© FFL en 1940, compagnon de la LibĂ©ration, nommĂ© en novembre 1942, chef du Service des opĂ©rations aĂ©riennes et maritimes (SOAM) de R5 et R6 puis en mars 1943, chef national du Bureau des opĂ©rations aĂ©riennes (BOA) (et aussi chef de la rĂ©gion Centre) Ă  la place de Jean Ayral « Pal Â».
  44. ↑ Biographie de Paul Schmidt sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  45. ↑ Alain Grout de Beaufort, officier d'aviation, rĂ©sistant de la ConfrĂ©rie Notre Dame, rejoint les FAFL, compagnon de la LibĂ©ration, chef de la SAP d'avril 1943 Ă  avril 1944 (environ) (il est Ă©galement temporairement DMR R5), puis il sera chef SAP de la RĂ©gion P puis de P3
  46. ↑ Biographie d'Alain de Beaufort sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  47. ↑ Yves LĂ©ger, diplĂŽmĂ© de Sciences Po et en droit, assassinĂ© par un agent français de la Gestapo en mai 1944.
  48. ↑ Biographie d'Yves LĂ©ger sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  49. ↑ Pierre-Paul Ulmer, compagnon de la LibĂ©ration, chef de la SAP Ă  partir de juin 1944
  50. ↑ Info sur la biographie de Gilbert Grandval sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  51. ↑ AndrĂ© Rondenay, X, officier d'active, prisonnier en 1940, rejoint la France Libre, DMR puis DMZ, compagnon de la LibĂ©ration.
  52. ↑ Biographie d'AndrĂ© Rondenay sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  53. ↑ a  et b  Selon le ComitĂ© d'Histoire du Haut-Pays, consultĂ© en octobre 2008
  54. ↑ de Gaston Dassonville sur le site de l'assemblĂ©e nationale
  55. ↑ Jean Lejeune, marin de la Marine marchande, rĂ©sistant OCM, compagnon de la LibĂ©ration.
  56. ↑ Biographie de Jean Lejeune sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  57. ↑ Raymond Fassin, instituteur, rejoint les FAFL, puis arrive en septembre 1943, mais arrĂȘtĂ© en avril 1944.
  58. ↑ Guy Chaumet, attachĂ© commercial Ă  l'Ă©tranger, rĂ©sistant du rĂ©seau Ali-Tir, puis rejoint les FAFL, compagnon de la LibĂ©ration, DMR RA Ă  partir d'avril 1944
  59. ↑ Biographie de Guy Chaumet sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  60. ↑ Selon le ComitĂ© d'Histoire du Haut-Pays, consultĂ© en octobre 2008,Biographie de Raymond Fassin sur le site de la Mairie de Paris-Memorial
  61. ↑ Agent parachutĂ© fin 1942.
  62. ↑ Jean-Baptiste Morraglia, gĂ©nĂ©ral d'aviation.
  63. ↑ Site de l'Association La Postale, anciens de l'AĂ©ropostale
  64. ↑ Claude Bonnier, X1919, ingĂ©nieur en aĂ©ronautique, socialiste, directeur de cabinet de Marcel DĂ©at en 1936, prĂ©sident de la SociĂ©tĂ© nationale de construction des moteurs (SNCM), s'engage dans les FFL, compagnon de la LibĂ©ration, arrivĂ© en novembre 1943, arrĂȘtĂ© le 9 fĂ©vrier 1944.
  65. ↑ Biographie de Claude Bonnier sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  66. ↑ Site du service dĂ©partemental de l'ONAC de la Charente
  67. ↑ Jacques Nancy, chef de la Section SpĂ©ciale de Sabotage)
  68. ↑ Guy Chaumet, ensuite nommĂ© DMR RA, lire plus haut.
  69. ↑ Gilbert Grandval, directeur commercial, rĂ©sistant CDLR, compagnon de la LibĂ©ration.
  70. ↑ Biographie de Gilbert Grandval sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  71. ↑ Jean Bertin, compagnon de la LibĂ©ration).
  72. ↑ AndrĂ© Schock, compagnon de la LibĂ©ration, arrĂȘtĂ© le 28 janvier 1944.
  73. ↑ Gilbert Grandval cumul ainsi, de façon unique dans l’histoire de la RĂ©sistance, les fonctions de chef rĂ©gional des FFI et de dĂ©lĂ©guĂ© militaire rĂ©gional, selon la Biographie de Gilbert Grandval sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  74. ↑ Selon la biographie de Gilbert Grandval sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  75. ↑ Idem
  76. ↑ Colonel Baruteau, chef du Service rĂ©gional de la statistique et responsable local de l'ORA Ă  Dijon, jusqu'Ă  sa "disparition" (mais il Ă©chappe Ă  la Gestapo) en mai 1944.
  77. ↑ Claude Monod, chirurgien, tuĂ© en 1945, commandant des FFI RD Ă  partir de mai 1944.
  78. ↑ [Son ouvrage : La RĂ©gion D : Rapport d'activitĂ© du Maquis de Bourgogne-Franche-ComtĂ© (mai-septembre 1944)]
  79. ↑ opus citĂ©
  80. ↑ Robert Chantin, Des temps difficiles pour des rĂ©sistants de Bourgogne : Ă©chec politique et procĂšs, 1944-1953, L'Harmattan, 2002, ISBN 2747529274, 9782747529273
  81. ↑ Selon le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  82. ↑ Valentin Abeille, sous-prĂ©fet, rĂ©sistant Ă  Combat, compagnon de la LibĂ©ration, DMR RM Ă  partir de septembre 1943, mais il meurt aux mains des Allemands le 2 juin 1944.
  83. ↑ Biographie de Valentin Abeille sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  84. ↑ .Kammerer, lui aussi tuĂ© par les Allemands avec son adjoint Éric. Il semble qu'ensuite ce soient les responsables du BOA local qui prennent de facto le rĂŽle de DMR.
  85. ↑ a , b , c  et d  Selon le site Beaucoudray.free.fr
  86. ↑ Jean-François Clouet des Pesruches, futur DMR d'une subdivision de la rĂ©gion M, lire plus bas, chef du BOA Ă  partir d'aoĂ»t 1943.
  87. ↑ Edouard Paysant, en juin 1944. Mais repĂ©rĂ©, il doit se replier sur la Seine-InfĂ©rieure oĂč il reprend les mĂȘmes fonctions
  88. ↑ Jean-François Clouet des Pesruches, cette fois-ci officier d'aviation d'active, Français Libre Ă  partir d'octobre 1940, Compagnon de la LibĂ©ration, commandant des FFI Ă  partir du 17 juillet 1944
  89. ↑ a  et b  Biographie de Clouet des Pesruches sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  90. ↑ Biographie de Pierre PĂšne sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  91. ↑ a , b , c , d  et e  Source
  92. ↑ orthographe fluctante selon les sources.
  93. ↑ Colonel Teissier de Margueritte, officier d'active, rĂ©sistant de l'AS.
  94. ↑ a  et b  idem
  95. ↑ Article de l'IHTP Ă©voquant notamment la tension avec des FFI issus de l'armĂ©e d'active avec les FFI communistes lors de la LIbĂ©ration de Paris.
  96. ↑ Biographie d'AimĂ© Lepercq sur le site de l'ordre de la LibĂ©ration
  97. ↑ Discours de Pierre Albertini (professeur d’histoire au lycĂ©e Condorcet) Ă  l'inauguration de l’exposition Des polytechniciens dans la RĂ©sistance (mardi 18 mars 2008)]
  98. ↑ Le maquis de la piquante pierre, secteurs de la Moselotte et de la Vologne
  99. ↑ NĂ© Le 19 mars 1891 Ă  Nantes, ancien combattant de 14-18, capitaine d'active en 1922, chef de bataillon en disponibilitĂ© au dĂ©but des annĂ©es 1930, industriel ( directeur-gĂ©rant du tissage de la mouline, Ă  Remoiremont ), prĂ©sident de la section Croix-de-feu de Remiremont, membre du Parti social français en 1936. Il est affectĂ© dans l'armĂ©e d'active en 1939, fait prisonnier en 1940 mais libĂ©rĂ©. Il entre dans la rĂ©sistance : membre de l'OCM, membre du CDL de Remiremont en 1945. Cf. Jean-François Colas, "les droites nationales en Lorraine dans les annĂ©es 1930 : acteurs, organisations, rĂ©seaux", thĂšse de doctorat, UniversitĂ© de Paris X-Nanterre, 2002
  100. ↑ selon la SociĂ©tĂ© d'histoire de Woippy
  101. ↑ Article du Bien Public, 18 mai 2004
  102. ↑ Institut d'Histoire de la CGT 76
  103. ↑ Source RĂ©sistance en Vexin
  104. ↑ Source
  105. ↑ a  et b  Exposition sur la LibĂ©ration de Millau, aoĂ»t 2004- la DĂ©pĂȘche du Midi
  106. ↑ selon "Maquis du Vabre"
  107. ↑ Arkheia, Revue d'histoire du Siud-Ouest, n°2-3 et autres articles du mĂȘme n°
  108. ↑ L'action de l'Etat en AriĂšge, Ă©ditĂ© par la prĂ©fecture de l'AriĂšge, n°21, mai-juin 2004, page 3
  109. ↑ a  et b  Document de la prĂ©fecture du Gers
  110. ↑ Biographie de Jean Bringer par l'office de tourisme de Carcassonne
  111. ↑ Article du quotidien La DĂ©pĂȘche, 29 novembre 1998
  112. ↑ Notamment selon le revue Sommiùres et son Histoire http://www.sommieresetsonhistoire.org/SSH/spip.php?article103
  113. ↑ a  et b  Un paragraphe sur la RĂ©sistance dans le Var
  114. ↑ Joseph Girard, La rĂ©sistance et la libĂ©ration de Nice: la fin d'une lĂ©gende, Ed. Serre, 2006, ISBN 2864104644, 9782864104643

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Ce document provient de « Forces fran%C3%A7aises de l%27int%C3%A9rieur ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Forces Françaises De L'intérieur de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Forces françaises de l'intĂ©rieur — Forces françaises de l intĂ©rieur, (FFI) PĂ©riode 1944 – 1944 Pays France AllĂ©geance 
   WikipĂ©dia en Français

  • Forces Françaises de l'IntĂ©rieur — Forces françaises de l intĂ©rieur, (FFI) PĂ©riode 1944 – 1944 Pays France AllĂ©geance 
   WikipĂ©dia en Français

  • Forces francaises de l'interieur — Forces françaises de l intĂ©rieur Forces françaises de l intĂ©rieur, (FFI) PĂ©riode 1944 – 1944 Pays France AllĂ©geance 
   WikipĂ©dia en Français

  • Forces françaises de l’intĂ©rieur — Forces françaises de l intĂ©rieur Forces françaises de l intĂ©rieur, (FFI) PĂ©riode 1944 – 1944 Pays France AllĂ©geance 
   WikipĂ©dia en Français

  • Forces Françaises de L'IntĂ©rieur — Ein Mitglied der FFI, ca. 1944 Forces françaises de l intĂ©rieur (FFI, zu deutsch etwa: Französische StreitkrĂ€fte des Inneren) ist der Name der am 1. Februar 1944 durch beharrliche Arbeit Jacques Bingens gegrĂŒndeten, aller heimlichen militĂ€rischen 
   Deutsch Wikipedia

  • Forces françaises de l'intĂ©rieur — Ein Mitglied der FFI, ca. 1944 Forces françaises de l intĂ©rieur (FFI, zu deutsch etwa: Französische StreitkrĂ€fte des Inneren) ist der Name der am 1. Februar 1944 durch beharrliche Arbeit Jacques Bingens gegrĂŒndeten, aller heimlichen militĂ€rischen 
   Deutsch Wikipedia

  • Forces françaises de l’intĂ©rieur — Ein KĂ€mpfer der FFI (1944) Forces françaises de l intĂ©rieur (FFI, zu deutsch: Französische StreitkrĂ€fte im Inneren) ist der Name der am 1. Februar 1944 durch beharrliche Arbeit Jacques Bingens gegrĂŒndeten, alle heimlichen militĂ€rischen… 
   Deutsch Wikipedia

  • Forces Français de L'IntĂ©rieur — Ein Mitglied der FFI, ca. 1944 Forces françaises de l intĂ©rieur (FFI, zu deutsch etwa: Französische StreitkrĂ€fte des Inneren) ist der Name der am 1. Februar 1944 durch beharrliche Arbeit Jacques Bingens gegrĂŒndeten, aller heimlichen militĂ€rischen 
   Deutsch Wikipedia

  • Forces Françaises Libres — Die Forces Françaises Libres (dt. Freie Französische StreitkrĂ€fte, kurz FFL) waren französische Truppen, die im Zweiten Weltkrieg nach der Niederlage Frankreichs im Juni 1940 unter alliiertem Kommando weiter gegen das Dritte Reich und das Vichy… 
   Deutsch Wikipedia

  • Forces françaises libres — Die Forces françaises libres (dt. Freie Französische StreitkrĂ€fte, kurz FFL oder France libre) waren französische Truppen, die im Zweiten Weltkrieg nach der Niederlage Frankreichs im Juni 1940 an der Seite der Alliierten weiter gegen das… 
   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.