Fetichisme de la marchandise

ÔĽŅ
Fetichisme de la marchandise

Fétichisme de la marchandise

Le fétichisme de la marchandise est le phénomène par lequel, dans la production capitaliste, la marchandise sert de support aux rapports de production entre les hommes, donnant ainsi l'apparence que les rapports sociaux de production sont des rapports entre les choses.

Le f√©tichisme de la marchandise op√®re une confusion dans le syst√®me capitaliste entre les relations sociales et les marchandises. Cette th√©orie fut introduite par Karl Marx. Le terme appara√ģt dans l'ouvrage Le Capital, en 1867. Il remplace la ¬ę th√©orie de l'ali√©nation ¬Ľ que Marx avait √©labor√©e dans sa jeunesse.

La théorie de Marx

Dans la société capitaliste, la production se fait en vue de l'échange, mais dans des unités de production séparées et en concurrence les unes contre les autres. La production est dirigée directement par les producteurs marchands isolés, et non par la société. La société ne règle pas directement l’activité de travail de ses membres, elle ne prescrit pas ce qui doit être produit et en quelle quantité.

Les liens sociaux entre les unités de production se font uniquement par l'intermédiaire de la marchandise, lorsque celle-ci est mise sur le marché. Ce n'est qu'une fois qu'ils ont mis leurs marchandises sur le marché que les producteurs privés peuvent savoir si leur produit correspond aux exigences sociales, et si leur mode de production particulier correspond au mode de production social. Le marché opère donc une régulation de la production sociale, mais exclusivement par l'échange des marchandises.

Les rapports de production sont fondamentalement sociaux, mais cet aspect social n'appara√ģt qu'√™tre une relation entre des objets, entre des marchandises. Il en r√©sulte que la marchandise devient le support de ce rapport de production d√©termin√©, la production marchande. La marchandise est l'objet f√©tiche ayant pour fonction d'assurer la coordination de la production de toute la soci√©t√©, et elle le fait en voilant le caract√®re social de la production.

Les relations sociales sont remplacées par le marché d'échange des marchandises, qui semble décider de lui-même qui fait quoi, et pour qui. Les relations sociales deviennent ainsi confondues avec la marchandise, qui semble alors empreinte des pouvoirs humains, et qui devient le fétiche de ces pouvoirs.

Les hommes, privés de la conscience sociale, deviennent aliénés par leur propre travail. Une conséquence directe est que le fétichisme de la marchandise jette un voile sur les questions politiques mises en jeu dans les relations sociales. Ni l'exploitant, ni l'exploité (termes qu'emploie Marx) ne sont pleinement conscients de la position politique qu'ils occupent dans la société.

Le fétichisme de la marchandise se traduit par un double mouvement: réification des rapports sociaux et personnification des choses (notamment le capital).

Après Marx

Dans son ouvrage majeur intitulé Essais sur la théorie de la valeur de Marx (1928), Isaak Roubine replace la théorie du fétichisme de la marchandise au coeur de la théorie marxienne de la valeur.

L'appellation et le concept de fétichisme de la marchandise fut repris par de nombreux auteurs, qui en changèrent la signification.

Par ailleurs, la théorie du fétichisme sexuel de Sigmund Freud conduisit à de nouvelles interprétations du fétichisme de la marchandise.

Georg Lukács a développé son propre concept, voyant dans la réification (concept approchant le fétichisme de la marchandise) l'obstacle clé au développement de la conscience de classe. Son travail eu une certaine influence sur les philosophes Guy Debord et Jean Baudrillard.

Le concept de société du spectacle développé par Guy Debord est un parallèle avec le concept de Marx.

Jean Baudrillard a développé le concept pour expliquer les sentiments subjectifs qu'éprouve le consommateur envers les biens de consommation. Il s'est intéressé à la mystique culturelle qu'ajoute la publicité sur les produits qu'elle vante, et qui encourage le consommateur a les acheter dans l'illusion de s'approprier ses vertus. La notion du signe chez Baudrillard est également construite sur le modèle de Marx.

D'autres comme Thorstein Veblen ont développé des théories sur les signes de puissance que peut envoyer une marchandise particulière. Voir aussi: Consommation ostentatoire.

Liens externes

  • Portail de l‚Äô√©conomie Portail de l‚Äô√©conomie
  • Portail de la sociologie Portail de la sociologie
Ce document provient de ¬ę F%C3%A9tichisme de la marchandise ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fetichisme de la marchandise de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • F√©tichisme de la marchandise ‚ÄĒ ‚óŹ F√©tichisme de la marchandise selon les marxistes, illusion qui fait appara√ģtre la valeur d √©change des marchandises comme le r√©sultat de leur rapport entre elles, alors qu elle r√©sulte d un rapport des hommes entre eux ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • F√©tichisme de la marchandise ‚ÄĒ Le f√©tichisme de la marchandise est le ph√©nom√®ne par lequel, dans la production capitaliste, la marchandise sert de support aux rapports de production entre les hommes, donnant ainsi l apparence que les rapports sociaux de production sont des… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Fetichisme ‚ÄĒ F√©tichisme F√©tichisme signifie au sens propre l adoration des f√©tiches. Le terme provient[1] de feiti√ßo (¬ę artificiel ¬Ľ puis ¬ę sortil√®ge ¬Ľ par extension), nom donn√© par les Portugais aux objets du culte des populations d… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • f√©tichisme ‚ÄĒ [ feti Éism ] n. m. ‚ÄĘ 1756; de f√©tiche 1 ‚ô¶ Culte des f√©tiches; religion (animisme) qui comporte ce culte. ¬ę Le f√©tichisme, c est √† dire l adoration d un objet mat√©riel, auquel on attribuait des pouvoirs surnaturels ¬Ľ (Renan). En Afrique, Religion… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • marchandise ‚ÄĒ [ mar É…ĎŐÉdiz ] n. f. ‚ÄĘ v. 1160; de marchand 1 ‚ô¶ Chose mobili√®re pouvant faire l objet d un commerce, d un march√©. ‚áí article, denr√©e, produit. Dr. comm. Objet mobilier destin√© √† la vente, √† l exclusion des produits alimentaires. Les denr√©es et les… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • F√©tichisme ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir F√©tiche et F√©tichisme sexuel. Repr√©senta ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sexe juif ‚ÄĒ F√©tichisme F√©tichisme signifie au sens propre l adoration des f√©tiches. Le terme provient[1] de feiti√ßo (¬ę artificiel ¬Ľ puis ¬ę sortil√®ge ¬Ľ par extension), nom donn√© par les Portugais aux objets du culte des populations d… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Marchandises ‚ÄĒ Marchandise Une marchandise est un produit de l activit√© humaine, direct ou indirect, essentiellement d√©termin√© √† √™tre un support √† la forme d √©change qu on nomme achat (ou corr√©lativement, vente). Cet √©change s op√®re au moyen de la marchandise… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Isaak Roubine ‚ÄĒ Isaak Ilitch Roubine (1886 1937 (?)) est un √©conomiste russe puis sovi√©tique sp√©cialiste de la th√©orie de la valeur dans le marxisme. Sommaire 1 Biographie 2 Ňíuvre 3 Les id√©es ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Guy Debord ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Debord. Guy Debord Activit√©s √Čcrivain Cin√©aste Th√©oricien r√©volutionnaire Naissance 28 d√©cembre 1931 Paris, France ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.