Ferdinand Galiani

Ferdinando Galiani

Ferdinando Galiani
Galiani portrait.jpg

Naissance 2 décembre 1728
Chieti
Décès 30 octobre 1787 (à 59 ans)
Naples
Nationalité Italie Italie
Profession(s) Économiste

Ferdinando Galiani, dit l’abbé Galiani, né à Chieti le 2 décembre 1728 et mort à Naples le 30 octobre 1787, est un économiste italien.

Son oncle Mgr Celestino Galiani, un des hommes les plus influents du royaume de Naples et dont la maison, la Casa Galiani, était le centre intellectuel de la troisième plus grande métropole européenne de l’époque, lui délivra une éducation soignée à Naples et à Rome, en vue d’entrer dans l’Église. Très tôt, Ferdinando Galiani montre des dispositions pour l’économie et se fait remarquer pour son grand esprit. À l’âge de seize ans, il est reçu par l’Accademia degli Emuli. À l’âge de vingt-deux ans, après son entrée dans les ordres à la suite de quoi il sera connu sous le nom d’abbé Galiani, il produit deux œuvres dont la renommée s’étendra bien au delà de Naples. Dans le premier, intitulé Trattato della moneta (Traité de la monnaie), aujourd’hui considéré comme un classique italien, l'œuvre s'inscrit dans le débat des grands principes économiques de l'époque, la théorie de la valeur et la politique monétaire, traite aussi de beaucoup d’aspects de la question des échanges, mais avec toujours une référence spéciale à l’état de confusion qui caractérisait alors tout le système monétaire du gouvernement napolitain. Le second, Raccolta in Morte del Boia (Recueil des morts du bourreau), qui a assis sa réputation de satiriste, a joui d’une extrême popularité dans les cercles littéraires italiens de la fin du XVIIIe siècle. Galiani y parodie, dans une série de discours sur la mort du bourreau, le style des auteurs napolitains de l’époque.

La connaissance politique et les qualités sociales de Galiani le font remarquer du roi Charles IV de Naples et de son ministre libéral Tanucci (1698-1783) qui le nomment en 1755 à l’académie d’Herculanum avec la tâche de diriger les travaux d'excavation dans le Herculanum antique et d’en décrire les découvertes.

Nommé secrétaire à l’ambassade de Naples à Paris en 1759, il y reçoit un très bon accueil et se met à fréquenter les salons où il fait la connaissance des Encyclopédistes, et surtout de Diderot avec qui il va se lier d’amitié. Par-delà les intérêts communs de ces deux intellectuels de Lumières pour des domaines aussi variés que la littérature, la philosophie, les arts ou les sciences, Galiani initiera Diderot à la politique et à l’économie à une étape décisive dans l’évolution de sa pensée philosophique. Après dix ans passés à Paris en qualité de secrétaire d’ambassade, il retourne à Naples où il est nommé conseiller au tribunal du commerce puis, en 1777, ministre des domaines royaux.

Sa réputation d’économiste s’est construite sur ses Dialogues sur le commerce des bleds, ouvrage rédigé à partir de 1768 en langue française et publié semi-clandestinement en 1770 (la page de titre porte "à Londres", mais l'éditeur était Merlin à Paris). Le style léger et agréable ainsi que la vivacité de l’esprit de cet ouvrage a enchanté Voltaire qui l’a décrit comme un croisement entre Platon et Molière. L’auteur, dit Pecchio, a traité son sujet aride comme Fontenelle l’a fait des vortex de Descartes ou Algarotti du système newtonien du monde.

Les Dialogues traitaient de la question, très agitée à l’époque, de la liberté du commerce des blés et, en particulier, de l’édit royal de 1764 permettant l’exportation du grain à condition que le prix n’atteigne pas un certain seuil. Il maintient le principe général que le meilleur système concernant ce commerce est de n’avoir aucun système, chaque pays exigeant, selon lui, différents modes de traitement selon les circonstances. Il est cependant tombé dans certaines des erreurs les plus sérieuses des mercantilistes – comme Voltaire ou Pietro Verri qui considéraient qu’un pays ne peut s’enrichir qu’aux dépens d’un autre – allant jusqu’à défendre dans son premier traité la dévaluation de la monnaie par les gouvernements.

Devenu célèbre, il est en correspondance avec nombre de princes européens dont Frédéric II. Il a également entretenu jusqu’à sa mort une correspondance avec les amis de sa période parisienne qui a été éditée en 1818. Marmontel a dit de lui : « L’abbé Galiani était de sa personne le plus joli petit arlequin qu’eût produit l’Italie ; mais sur les épaules de cet arlequin, était la tête de Machiavel. »

Œuvres

  • De la Monnaie (1751), Paris, Librairie M. Rivière, 1955
  • Dialogues sur le commerce des bleds, Paris, Fayard, 1984 ISBN 9782213014791
  • L’Art de conserver les grains, Paris, 1770
  • De la Monnaie, Paris, Economica, 2005 ISBN 9782717849981

Correspondance

  • Ferdinando Galiani et Louise d’Épinay, Correspondance I, 1769-1770, Paris, Desjonquères, 1992 ISBN 9782904227615
  • Ferdinando Galiani et Louise d’Épinay, Correspondance. II, 1771-février 1772, Paris, Desjonquères, 1993
  • Ferdinando Galiani et Louise d’Épinay, Correspondance. III, mars 1772-mai 1773, Paris, Desjonquères, 1994
  • Ferdinando Galiani et Louise d’Épinay, Correspondance. IV. juin 1773-mai 1775, Paris, Desjonquères, 1996
  • Ferdinando Galiani, Louise d’Épinay, Correspondance. V, juin 1775-juillet 1782, Paris, Desjonquères, 1997
  • Ferdinando Galiani, Louise d’Épinay, Chez les conteurs du XVIe siècle : « Histoires qui ne disent mot. » I. Rabelais. II. Marguerite de Navarre (1492-1549). Paul Valéry; du symbolisme au classicisme. Un citoyen de Cosmopolis au XVIIIe siècle : l’abbé Galiani et sa correspondance, Paris, Centre de documentation universitaire, 1961
  • Ferdinando Galiani, Louise d’Épinay, Lettres de l’Abbé Galiani à Madame d’Épinay : Voltaire, Diderot, Grimm, le baron d’Holbach, Morellet, Suard, d’Alembert, Marmontel, la vicomtesse de Belsunce, etc. : publiées d’après les éditions originales, augmentées des variantes, de nombreuses notes et d’un index, avec notice biographique, Paris, G. Charpentier, 1881

Bibliographie

  • Opuscules philosophiques et littéraires, la plupart posthumes ou inédites, Paris, Chevet, 1796.
  • Ferdinand Brunetiere, Études critiques sur l’histoire de la littérature française. Galiani Paris, Libr. Hachette, 1905-1911
  • Loïc Charles, L’Abbé Ferdinando Galiani et le commerce des blés, Paris, 1993
  • Rosena Davison, Diderot et Galiani : étude d'une amitié philosophique, Oxford, Voltaire Foundation at the Taylor Institution, 1985
  • Régis Deloche, En Marge d’un bicentenaire : Galiani et l’apologue, Besançon, Université de Franche-Comté, 1987
  • Denis Diderot, Apologies : apologie de l’abbé Galiani & Lettre apologétique de l’abbé Raynal à M. Grimm, Barrillon Michel, Marseille, Agone, 1998
  • E. Daire, Mélanges d’économie politique : précédés de notices historiques sur chaque auteur, et accompagnés de commentaires et de notes explicatives, Genève ; Paris, Slatkine, 1984
  • Édouard Dessein, Galiani et la question de la monnaie au XVIIIe siècle, Langres, Imprimerie Champenoise, 1902
  • Eugène Gaudemet, L’Abbé Galiani et la question du commerce des blés à la fin du règne de Louis XV, Paris, A. Rousseau, 1899, New York, B. Franklin 1972
  • Émile Morand, La Théorie psychologique de la valeur jusqu’en 1776, Bordeaux, Impr. de l’Université, 1912
  • Jacques Necker, Sur la législation et le commerce des grains. Galiani, Paris, Guillaumin, 1848
  • André Morellet, Réfutation de l’ouvrage qui a pour titre Dialogues sur le commerce des bleds, Londres, [s.n.], 1975, 1770
  • Sainte-Beuve, Originaux et beaux-esprits : notices tirées des Portraits Littéraires et des Causeries du lundi, Paris, France, Garnier frères, 1885
  • Portail de l’économie Portail de l’économie
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail du XVIIIe siècle Portail du XVIIIe siècle
  • Portail des Lumières Portail des Lumières
  • Portail de l’Italie Portail de l’Italie
Ce document provient de « Ferdinando Galiani ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ferdinand Galiani de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Galiāni — Galiāni, Ferdinand, geb. 1728 zu Chieti im Neapolitanischen; studirte Rechtswissenschaft u. verlegte sich vorzugsweise auf Staatswirthschaftslehre u. erregte durch seine nationalökonomischen Abhandlungen großes Aufsehen. Papst Benedict XIV.… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Galiani — Ferdinando Galiani Ferdinando Galiani Naissance 2 décembre 1728 Chieti Décès 30 octobre 1787 (à 59 …   Wikipédia en Français

  • Ferdinando Galiani — Naissance 2 décembre 1728 Chieti Décès 30 octobre 1787 (à 59 ans) …   Wikipédia en Français

  • Italy — /it l ee/, n. a republic in S Europe, comprising a peninsula S of the Alps, and Sicily, Sardinia, Elba, and other smaller islands: a kingdom 1870 1946. 57,534,088; 116,294 sq. mi. (301,200 sq. km). Cap.: Rome. Italian, Italia. * * * Italy… …   Universalium

  • Carlos III de España — Charles III d Espagne Pour les articles homonymes, voir Charles. Charles III …   Wikipédia en Français

  • Charles III d'Espagne — Pour les articles homonymes, voir Charles. Charles III Charles III d Espagne …   Wikipédia en Français

  • Charles VII de Naples — Charles III d Espagne Pour les articles homonymes, voir Charles. Charles III …   Wikipédia en Français

  • Ordre de Charles III — Charles III d Espagne Pour les articles homonymes, voir Charles. Charles III …   Wikipédia en Français

  • Liste der Biografien/Gal — Biografien: A B C D E F G H I J K L M N O P Q …   Deutsch Wikipedia

  • Charles III of Spain — Not to be confused with Charles VI, Holy Roman Emperor, who briefly ruled parts of Spain during the War of the Spanish Succession as Charles III. Charles III King of Spain Reign 1 …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.