Felagund

Finrod

Dans l'œuvre romanesque de Tolkien, Finrod, appelé Finrod Felagund ou Finrod le Loyal, était le fils aîné de Finarfin.

Biographie

Finrod le Loyal fut le fils aîné de Finarfin, lui-même Prince des Noldor. Comme tous les enfants de Finarfin, ils aimaient leurs cousins de la branche de Fingolfin comme leurs propres frères. Durant les années de la Grande Prospérité, il tomba amoureux de Amarië des Vanyar, mais elle ne le suivit pas dans l'Exil. Il lui resta fidèle en pensée et en chair jusqu'à sa mort. Ainsi, lorsque Fëanor prononça son discours devant les Noldor de Tuna, les exhortant à quitter Valinor, il ne se retrouva que peu, à l'instar de son père, dans les paroles si violentes de leur oncle. Ce n'est donc que peu convaincu qu'il suivit la grande majorité des Noldor dans leur marche hors du continent dans la suite des gens de la Maison de Finarfin.

Comme tous les gens de Finarfin, il ne participa pas au massacre d'Alqualondë, où les gens de Fëanor tuèrent leurs cousins Teleri. Lors de la Malédiction de Mandos, tandis que son père rebroussait chemin, allant chercher le Pardon de Manwë, lui, comme les fils de Finarfin, continua la marche, comme son frère Orodreth, pour surveiller les fils de Fëanor et amener la raison comme parole dans les rangs des Noldor. Lorsque Fëanor, arrivé en Terre du Milieu, brûle les vaissaux, il passe l'Helcaraxë.

Il rejoint avec ses gens le lac Mithrim, et accepte la réconciliation entre les deux maisons prononcée par Fingon. Vingt ans plus tard il participa à la Fête de la Réunion, Mereth Aderthad.

« Quand trente années furent écoulées, un des fils de Fingolfin, Turgon, quitta Nevrast où il vivait, et passa prendre son ami Finrod sur l'île de Tol Sirion. Ensemble ils descendirent le fleuve, non sans surveiller au début les Montagnes du Nord, et la nuit les surprit au lac du Crépuscule, sur les berges du fleuve où ils s'endormirent à la clarté d'un ciel d'été. Mais Ulmo, qui remontait le courant, jeta sur eux un profond sommeil troublé de rêves pesants, et ils en gardèrent de l'inquiétude après leur réveil sans en parler ni l'un ni l'autre car ils n'en avaient pas un souvenir clair, chacun croyant qu'Ulmo s'était adressé à lui seul. Désormais le malaise ne les quitta plus, comme un pressentiment de ce qui allait venir : ils s'aventurèrent souvent dans les régions inexplorées pour chercher des endroits propres à être fortifiés, comme s'ils pensaient avoir à se préparer pour des jours funestes et à se garantir. »

Lorsque, plus tard, Finrod avec sa sœur Galadriel, fut l'hôte de Thingol à Menegroth, il fut emerveillé des merveilles de la Capitale de Doriath, et il souhaita posséder un jour une citadelle aussi glorieuse et majestueuse.

« Il ouvrit son cœur à Thingol, lui raconta son rêve, et le Roi lui parla de la rivière Narog, de ses gorges encaissées et des cavernes qui donnaient sur la rive ouest, très escarpée. Quand Finrod partit, le Roi lui donna des guides pour le conduire à cet endroit encore presque ignoré. Alors, Finrod se rendit aux Cavernes de Narog et y fit construire des salles et des arsenaux à la manière de Menegroth, et il appela cette place forte Nargothrond. Les Nains des Montagnes Bleues aidèrent aux travaux et en furent largement récompensés, car Finrod avait apporté de Tirion plus de trésors qu'aucun autre prince des Noldor. Et ils firent aussi pour lui le Nauglamír, le Collier des Nains, la plus célèbre des œuvres qu'ils accomplirent jadis. Un collier d'or, où étaient serties d'innombrables pierres de Valinor, qui avait le pouvoir de reposer sur celui qui le portait aussi légèrement qu'un fil de lin et de garder la même élégance et la même grâce sur tout le monde. »

Alors Finrod alla habiter à Nargothrond avec sa longue suite, et les Naugrim (Nains) l'appelèrent Felagund, Celui qui creuse les Cavernes.

Le siège d'Angband était alors établi, et au milieu de la passe du Sirion, entre Dorthonion et les Montagnes de l'Ombre, Finrod édifia une tour de garde sur Tol Sirion. Il l'appela Minas Tirith, et quand il alla habiter Nargothrond, il en confia la garde à son frère Orodreth.

Le royaume de Nargothrond allait aussi à l'ouest du Narog jusqu'au fleuve Nenning qui se jette dans la mer à Eglarest, et Finrod devint le suzerain de tous les Elfes de Beleriand depuis la mer jusqu'au Sirion, sauf ceux de Falas. C'est là que vivaient les Sindar qui aimaient encore parcourir l'océan et leur Prince Círdan, le constructeur de navires. Finrod et Círdan étaient des amis et des alliés, et les ports de Brithombar et d'Eglarest furent reconstruits grâce à l'aide des Noldor. Leurs grands murs cachaient de belles cités et des ports avec des quais et des jetées de pierre. Sur le cap qui prolongeait Eglarest vers l'ouest, Finrod édifia la tour de Barad Nimras pour surveiller les mers occidentales, mais l'avenir prouva son inutilité, car jamais Morgoth n'essaya de construire des navires ni de porter la guerre sur l'océan.

Pendant les années de paix relative gagnées par le siège d'Angband, Il alla souvent à Ossiriand, car il aimait énormément voyager, et il gagna l'amitié des Elfes Verts. Et un jour qu'il était à Menegroth, Thingol, apprenant l'histoire de l'Exil, se fendit de colère contre lui. Mais alors son frère Angrod, dont le cœur brûlait de ressentiment envers les fils de Fëanor, racontat à quel point les fils de Finarfin avaient été manipulés par Fëanor. Alors Thingol leur dit qu'il ne leur fermerait pas sa porte, car il comprenait comment ils avaient été bernés. Mais à partir de ce moment, Thingol interdit que l'on parla la Langue des Noldor à Doriath, et depuis ce jour, on appelle le Quenya la Langue Interdite.

« Quand il se fut écoulé trois cents ans et plus depuis la venue des Noldor à Beleriand, au temps de la Longue Paix, Finrod Felagund, Seigneur de Nargothrond, se trouvait à séjourner à l'est du Sirion quand il alla chasser avec Maglor et Maedhros, les fils de Fëanor. Puis il se lassa de la chasse et partit tout seul vers les montagnes d'Ered Lindon qu'il voyait briller au loin. II reprit la route des Nains et passa le Gelion au gué de Sarn Athrad avant d'aller au sud en remontant le cours de l'Ascar et d'atteindre le nord d'Ossiriand.

Dans une vallée au pied des montagnes, en dessous des sources du Thalos, il aperçut un soir des lumières et entendit au loin comme des voix qui chantaient. II s'étonna grandement, car les Elfes Verts de ce pays n'employaient pas le feu, non plus qu'ils ne chantaient la nuit. Il craignit d'abord que des Orcs eussent fait une descente depuis le Nord mais comprit qu'il n'en était rien dès qu'il se fut rapproché, car les chanteurs employaient un langage qu'il n'avait jamais entendu, ni chez les Nains ni chez les Orcs. Et Felagund, se tenant sans bruit à l'ombre des arbres, plongea ses regards dans le campement et put contempler un peuple étrange. C'était là une partie des parents et des suivants de Bëor l'Ancien, comme on l'appela plus tard, un chef parmi les Humains. Après avoir erré pendant des éternités dans l'Est, il avait enfin conduit les siens au-delà des Montagnes Bleues, les premiers hommes à entrer dans le pays de Beleriand, et ils chantaient parce qu'ils étaient heureux, qu'ils croyaient avoir échappé à tous les dangers et avoir trouvé une terre où la peur était inconnue. Le Seigneur Felagund les regardait et sentait son cœur frémir d'amour pour eux, mais il resta caché dans les arbres jusqu'à ce qu'ils fussent tous endormis. Alors il passa au milieu des êtres saisis par le sommeil et s'assit près de leur feu mourant que personne ne gardait. Il s'empara d'une harpe grossière que Bëor avait laissé tomber et joua sur elle une musique telle que des oreilles humaines n'en avaient jamais entendu, car nul encore ne leur avait appris cet art, sauf les Elfes Noirs des terres sauvages.

Les hommes s'éveillèrent, ils écoutèrent Felagund chanter et jouer de la harpe et chacun crut qu'il était dans quelque rêve enchanté avant de voir que tous ses compagnons écoutaient aussi, mais aucun ne bougea ni ne parla tant que Felagund n'eut pas terminé, tant la musique était belle et telle était la magie de ce chant. Les paroles du roi des Elfes étaient empreintes de sagesse et ceux qui l'écoutaient en devenaient plus sages, car ce que son chant disait, la création d'Arda, le bonheur d'Aman avant les ombres de la mer, s'offrait à leurs yeux avec la clarté d'une vision et la langue des Elfes se faisait entendre à chacun suivant ce que son esprit pouvait en comprendre.

C'est ainsi que les Humains appelèrent le roi Felagund, celui des Eldar qu'ils rencontrèrent en premier : Nóm, c'est-à-dire Sagesse dans le langage de ce peuple, et qu'ils nommèrent son peuple d'après lui, les Nómin, les Sages. En vérité ils crurent d'abord que Felagund était un de ces Valar dont ils avaient entendu dire qu'ils vivaient loin à l'ouest, et certains disent que c'était même le but de leur voyage. Mais Felagund resta parmi eux pour leur enseigner le vrai savoir, ils l'aimèrent et le prirent pour leur seigneur et restèrent ensuite toujours fidèles à la maison de Finarfin. »

À la bataille de la Flamme subite (Dagor Bragollach), à la fin du Siège d'Angband, Felagund serait tombé si ce n'était grâce au brave Barahir qui vint lui frayer un chemin, perdant par là nombre de ses guerriers. Plus tard, lorsque Beren vint demander son aide, alors que les fils de Fëanor avaient trouvé refuge à Nargothrond, il prit la défense du fils de Barahir.

« Un soir d'automne, Felagund et Beren quittèrent Nargothrond avec leurs dix compagnons et remontèrent le Narog jusqu'à sa source aux Chutes d'Ivrin. Près des Montagnes de l'Ombre ils rencontrèrent une troupe d'Orcs qu'ils tuèrent jusqu'au dernier en attaquant leur campement de nuit et ils prirent leurs armes et leur équipement. Felagund usa de son art pour que leurs corps et leurs visages prennent la semblance des Orcs et c'est sous ce déguisement qu'ils continuèrent vers le nord et arrivèrent au Passage de l'Ouest, entre Ered Wethrin et les hauteurs de Taur-na-Fuin. Sauron les vit du haut de sa tour et il fut pris d'un doute car ils se hâtaient sans même s'arrêter pour raconter ce qu'ils avaient fait, comme devaient le faire tous les serviteurs de Morgoth qui passaient par là. Alors il leur tendit une embuscade et les fit amener devant lui.

Ainsi commença l'épreuve célèbre qui opposa Sauron à Felagund. Car Felagund fit assaut de chants magiques avec Sauron et le pouvoir du Roi était grand, mais Sauron eut le dessus, comme il est dit dans le Lai de Leithian […]. Sauron les dépouilla de leurs masques et ils se tinrent nus devant lui, effrayés. Mais s'il avait dévoilé leur vraie nature, Sauron ne put découvrir leurs noms ni leur but. Alors il les jeta au fond d'un puits noir et muet comme un gouffre et les menaça de les mettre à mort avec les plus grandes cruautés si l'un d'entre eux ne lui avouait la vérité. De temps en temps ils voyaient deux yeux briller dans la nuit et un loup-garou venait dévorer un des leurs, mais aucun ne trahit son seigneur. […]

Beren et Felagund étaient au fond de la prison de Sauron. Tous leurs compagnons étaient morts et Sauron ne voulait prendre Felagund qu'en dernier. Il avait compris que c'était un Noldo très sage et très puissant et qu'il était la clef de voûte de leur expédition. Mais quand le loup vint chercher Beren, le Roi rassembla toutes ses forces, fit sauter ses liens et se jeta sur la bête. II put la tuer avec ses mains et ses dents mais fut lui-même blessé à mort, et il adressa ses derniers mots à Beren : " Je vais maintenant trouver un long repos dans les cavernes hors du temps qui sont au-delà de la mer et des Montagnes d'Aman. Il faudra si longtemps avant qu'on ne me revoie parmi les Noldor que j'ignore si le sort nous mettra de nouveau face à face dans la vie ou dans la mort, car nos peuples n'ont pas le même destin. Adieu ! "

Ainsi mourut Finrod Felagund, le Loyal, fils aîné de Finarfin.

« Ils enterrèrent le corps de Felagund sur le point le plus haut de son île (Tol Sirion) , enfin débarrassée du mal, et sa tombe verdoyante, celle du fils de Finarfin, le plus juste des princes des Elfes, resta inviolée jusqu'à ce que la terre elle-même fût brisée, transformée, submergée sous l'invasion de la mer. »

Contribution à la philosophie de la Terre du Milieu

Finrod est un des deux protagonistes principaux de l'Athrabeth Finrod ah Andreth (le Discours de Finrod et d'Andreth), un document philosophique majeur sur les Edain, leur rôle dans leur Création, leur destin après la mort, etc., qui débouche sur le Conte d'Adanel, le seul récit existant de la Chute des Hommes. Ce dialogue a été publié dans Morgoth's Ring.

Maison de Finarfin

 
Finwë
 
Indis
 
Olwë
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fingolfin
 
Finarfin
 
Eärwen
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Finrod
 
Angrod
 
Aegnor
 
Galadriel
 
Celeborn
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Orodreth
 
 
 
 
 
 
 
Celebrían
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Finduilas
 
Gil-galad
 
 
 
 
 
 
  • Portail de la Terre du Milieu Portail de la Terre du Milieu
Ce document provient de « Finrod ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Felagund de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Felagund —    The name by which King Finrod was known after the establishment of Nargothrond; it was Dwarvish in origin (felak gundu cave hewer , but translated as Lord of Caves ). For references see Finrod.        The Dwarvish surname of Finrod.     Hewer… …   J.R.R. Tolkien's Middle-earth glossary

  • Finrod Felagund — Finrod Dans l œuvre romanesque de Tolkien, Finrod, appelé Finrod Felagund ou Finrod le Loyal, était le fils aîné de Finarfin. Biographie Finrod le Loyal fut le fils aîné de Finarfin, lui même Prince des Noldor. Comme tous les enfants de Finarfin …   Wikipédia en Français

  • Finrod Felagund — Finrod Tolkien s legendarium character Aliases Findaráto Artafinde Ingoldo, Nóm, Felagund, The Faithful , Friend of Men , King of Nargothrond Race Elf Book(s) …   Wikipedia

  • Finrod Felagund —  / Finrod    The eldest son of Finarfin, called the Faithful and the Friend of Men . Founder and King of Nargothrond, whence his name Felagund cavehewer ; encountered in Ossiriand the first Men to cross the Blue Mountains; rescued by Barahir in… …   J.R.R. Tolkien's Middle-earth glossary

  • List of Middle-earth Elves — Middle earth portal In J. R. R. Tolkien s legendarium, Elves are one of the races that inhabit a fictional Earth, often called Middle earth, and set in the remote past. They appear in The Hobbit and in The Lord of the Rings. Their complex history …   Wikipedia

  • Liste des Elfes de la Terre du Milieu — Voici une liste des Elfes apparaissant dans l œuvre de l écrivain britannique J. R. R. Tolkien. Cette liste compile les informations issues des différents écrits et de leurs différentes versions (Le Livre des contes perdus, Le Silmarillion, Bilbo …   Wikipédia en Français

  • Gildor Inglorion — is a fictional character from J. R. R. Tolkien s Middle earth legendarium. He was a Noldorin Elf of the House of Finrod. In The Lord of the Rings he met Frodo Baggins and his friends on the road out of the Shire. The appearance of his band (along …   Wikipedia

  • Lay of Leithian — Das Lay of Leithian ist eines von zwei großen unvollendeten epischen Gedichten des englischen Schriftstellers J. R. R. Tolkien. Der komplette Titel lautet The Gest of Beren son of Barahir and Lúthien the Fay called Tinúviel the Nightingale or the …   Deutsch Wikipedia

  • Leithian — Das Lay of Leithian ist eines von zwei großen unvollendeten epischen Gedichten des englischen Schriftstellers J. R. R. Tolkien. Der komplette Titel lautet The Gest of Beren son of Barahir and Lúthien the Fay called Tinúviel the Nightingale or the …   Deutsch Wikipedia

  • Leithian-Lied — Das Lay of Leithian ist eines von zwei großen unvollendeten epischen Gedichten des englischen Schriftstellers J. R. R. Tolkien. Der komplette Titel lautet The Gest of Beren son of Barahir and Lúthien the Fay called Tinúviel the Nightingale or the …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.