Fanzine

ÔĽŅ
Fanzine
Quelques fanzines de tailles et de sujets différents.

Un fanzine (contraction de fanatic magazine) est une publication imprimée périodique ou non, institutionnellement indépendante, créée et réalisée par des amateurs passionnés pour d'autres passionnés. Ce type de publication est fortement ancré dans la philosophie DIY, popularisée par le mouvement punk.

Sommaire

Caractéristiques

Un fanzine est un ¬ę journal libre ¬Ľ, souvent sans existence officielle (une large majorit√© des fanzines n'ont pas de d√©p√īt l√©gal), publi√© sous l'√©gide du Do it yourself (¬ę fa√ģtes-le vous-m√™me ¬Ľ, slogan de Jerry Rubin repris par les punks en 1977), souvent sp√©cialis√©, qui n'est soumis √† aucun imp√©ratif de vente et que l'on se procure dans quelques ¬ę distros ¬Ľ, librairies, disquaires sp√©cialis√©s, lyc√©es, c√©geps, universit√©s, salles de concerts ind√©pendantes ou sur abonnement. Souvent militant dans le champ culturel (au sens large), l'esprit des fanzines se retrouve dans le slogan du r√©seau alternatif Indymedia : ¬ę Ne critiquez pas les m√©dias, soyez les m√©dias. ¬Ľ

La diffusion d'un fanzine est r√©duite compar√©e √† celle d'un magazine ; sa p√©riodicit√© demeure en g√©n√©ral al√©atoire et sa dur√©e de vie est relativement courte, m√™me si des exceptions sont √† noter telles que Maximumrocknroll, le v√©t√©ran des fanzines am√©ricains publi√© depuis 1977, et toujours en activit√©, ou le fanzine rock fran√ßais Abus Dangereux[1] qui para√ģt r√©guli√®rement depuis 1987. Certains fanzines historiques comme New Wave sont reparus dans les ann√©es 2000, certains disparus trouvent une seconde vie sur Internet, par exemple Agent Orange sur le site web MySpace, Rad Party ou Premonition[2].

Un fanzine devient un magazine lorsqu'il cesse d'√™tre le produit de l'activit√© d'un amateur passionn√© (un ¬ę fan ¬Ľ) pour devenir le produit d'un professionnel. Cela ne dispense pas pour autant le professionnel de rester un passionn√©, bien que des imp√©ratifs de rentabilit√© peuvent influencer son activit√©, ainsi que le contenu et la forme de la publication. Appara√ģt souvent un interm√©diaire entre le fanzine et le magazine, parfois appel√© ¬ę prozine ¬Ľ (comme Abus Dangereux, qui contient des publicit√©s et une belle mise en page, et m√™me s'il est consid√©r√© comme un fanzine par sa diffusion restreinte), notamment lorsque la maquette est plus recherch√©e et que l'impression se fait en imprimerie sur un papier de qualit√©. Mais le prozine se distinguera toujours du magazine car il n'a pas de vocation commerciale (prix au plus juste ou gratuit) et parce que la publicit√© repr√©sente une part tr√®s faible de ses revenus, donc de son contenu.

Les fanzines sont consacrés le plus souvent à la musique rock, au cinéma, aux séries télévisées, à la politique ou à la littérature populaire (et, en premier lieu, à la bande dessinée), au sport, notamment dans les groupes de supporters ultras.

Il existe aussi de nombreux fanzines d√©rivant d'un livre ou d'une histoire pour aboutir √† quelque chose de tr√®s diff√©rent. Les Ňďuvres ainsi cr√©√©es par les fans sont appel√©es ¬ę fanfictions ¬Ľ. La s√©rie romanesque Harry Potter a ainsi suscit√© la cr√©ation de nombreux fanzines qui font d√©river l'histoire sur des sujets autres (le sexe, l'homosexualit√©, la guerre, etc.) ou transportent les personnages dans des univers diff√©rents, ph√©nom√®ne d√©sign√© par le n√©ologisme ¬ę potterfiction ¬Ľ.

Histoire

Couverture du fanzine am√©ricain Sluggo ! faite √† la main.

Les premiers fanzines apparaissent √† l'aube des ann√©es 1930 avec la presse de science-fiction am√©ricaine et le journal The Time Planet, paru en 1926. Le premier fanzine av√©r√© est The Comet, paru en 1930, et qui publie des correspondances de fans de science-fiction. Les progr√®s accomplis dans le domaine de la x√©rographie contribuent √† l'essor de ces publications dans la sph√®re publique d√®s le d√©but des ann√©es 1950, notamment aux √Čtats-Unis, permettant √† la contreculture de se populariser √† travers la BD, le polar, la po√©sie...

Dans la foul√©e de mai 1968, le ph√©nom√®ne est adopt√© en France pour diffuser une expression politique et revendicative[3] de tous bords (f√©ministes, √©colo, √©tudiants, anarchistes...). √Ä la fin des ann√©es 1970, le fanzine devient l'un des m√©dias f√©tiche du mouvement punk, notamment dans le domaine de la musique et des arts plastiques. On parle alors de ¬ę graff'zines ¬Ľ, autrement dit des fanzines graphiques (Bazooka, Le Dernier Cri, Bongo√Ľt pour les plus repr√©sentatifs) aux ambitions artistiques affich√©es, g√©n√©ralement r√©alis√©s par des √©tudiants en √©cole d'art. Depuis 1981, le Festival international de la bande dessin√©e d'Angoul√™me r√©compense chaque ann√©e les meilleurs fanzines.

Le renouveau du rock √† guitares, notamment garage et n√©o-psych√©d√©lique, s'accompagne au d√©but des ann√©es 1980 d'une multiplication de titres de qualit√© tels Nineteen (Toulouse - Beno√ģt Binet), Tant Qu'il y Aura du Rock (Poitiers - David Dufresne), Thrills (Dieppe - Patrick Gioux), Fun (Le Havre - Patrick Soubielle), Psychotic Reaction (Bordeaux - Jean-Charles Dubois), Abus Dangereux (Philippe Couderc et Cathy Viale - Bordeaux) New Scene (Paris - Stevie Gomez), Inside Mind (Bordeaux - Geordie Gomez), Rock Ballad (Bordeaux - Bernard Fretin). En France, le mouvement punk est relay√© par le mouvement alternatif tout aussi centr√© sur l'expression musicale, mais nettement plus engag√© politiquement comme en t√©moignent les titres, plus percutants (On a faim, Les H√©ros du Peuple sont immortels, Hello Happy Taxpayer, "Crisantem" de voto) ou d√©cal√©s (Le L√©gume du jour, Bruit d'odeur...).

Si l'int√©r√™t pour cette presse libre a connu un certain d√©clin au milieu des ann√©es 1990, le succ√®s d'Internet a permis √† l'esprit libertaire et g√©n√©ralement militant qui est le sien de se p√©renniser. Le webzine et le e-zine, fanzinat sur Internet, touchent un public beaucoup plus large, tout en b√©n√©ficiant de co√Ľts de production nettement moins √©lev√©s, et permettent une interactivit√© r√©ellement accrue[r√©f. n√©cessaire]. Les musiques dites contestataires, comme le punk, le rock, le reggae, le hard-core, la techno ou encore le ska, sont encore aujourd'hui le terreau du fanzinat, qu'il soit traditionnel ou virtuel.

Au cours des ann√©es 1990 sont apparues des ¬ę m√©diath√®ques alternatives ¬Ľ (fanzinoth√®ques) pour fanzines et disques autoproduits, notamment √† Toulouse[4] et √† Poitiers[5] qui sont la m√©moire du fanzinat culturel et artistique, √† l'instar de la BNF pour la presse officielle.

Modes de diffusion

Plusieurs couvertures du fanzine Skintonic.

Le fanzine est un support à diffusion limitée, de par son faible tirage et les frais occasionnés par une diffusion massive. On distingue quelques pratiques généralisées dans le monde du fanzinat afin de faciliter la diffusion des fanzines.

  • De ¬ę la main √† la main ¬Ľ : un fanzine se fait avant tout pour un cercle assez intime, proche de ses pr√©occupations et il est donc facile de rencontrer des lecteurs potentiels et de distribuer √† ces occasions les exemplaires.
  • Par correspondance : le fanzinat n'aurait quasiment aucune port√©e sans exp√©dition postale. De nombreux √©changes se font par courrier, que ce soit entre fanzines ou de fanzine √† lecteurs. L'abonnement ou l'achat via des catalogues de VPC en ligne sont les moyens les plus efficaces de diffusion.
  • Lors d'√©v√©nements sp√©ciaux : lors de concerts, de salons de bande dessin√©e, de salons associatifs ou autres rencontres, il peut arriver que les auteurs d'un fanzine tiennent une table de vente et proposent leurs num√©ros. L'int√©r√™t est de toucher des personnes a priori sensibles au th√®me du fanzine. Les fanzines peuvent aussi √™tre d√©pos√©s √† l'entr√©e pour permettre √† chacun d'y avoir acc√®s.
  • Les ¬ę distros ¬Ľ (distributeurs) : les distros sont tenus par des personnes qui se chargent de r√©colter le maximum de fanzines, les photocopient, puis les revendent √† la demande. Souvent les distros tiennent des tables lors d'√©v√©nements et proposent alors √† la vente des multitudes de titres[6],[7],[8].
  • Dans des magasins sp√©cialis√©s en rapport avec le sujet du fanzine : librairies sp√©cialis√©es dans la culture underground (Regard moderne, Parall√®les ou Th√©-troc √† Paris, par exemple), librairies de bande dessin√©e, disquaires (Souffle Continu, Ground Zero, Born Bad... √† Paris), magasins de fringues, etc. Ce mode de distribution fonctionne de mani√®re diff√©rente de la distribution grand public : certains lieux font des achats fermes (sans politique de retour), d'autres prennent les fanzines en d√©p√īt et signent un bon de d√©p√īt, puis paient ce qui a √©t√© vendu √† l'√©diteur du fanzine si ce dernier revient le r√©clamer.
  • Dans des infokiosques, √† prix libre, avec des brochures et des livres ap√©riodiques.

Voir aussi

Bibliographie

  • 20 ans de fanzines rock 1977-1997. Histoire d'un mouvement parall√®le, Fanzinoth√®que de Poitiers, septembre 1997
  • Samuel √Čtienne (sous la dir.), dossier ¬ę La presse musicale alternative au XXIe si√®cle ¬Ľ, Copyright Volume !, no 5-1, Saint-Amant-Tallende, √Čditions M√©lanie Seteun, 2006.
  • Samuel √Čtienne, 2003, un article[9] de recherche sur les fanzines : d√©finitions, caract√©ristiques, aspects sociologiques
  • Fabien Hein, 2003, ¬ę Les fanzines rock et leurs r√©dacteurs en Lorraine ¬Ľ[10] sur ethnographiques.org, n¬į 3, avril 2003

Articles connexes

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Site d'Abus Dangereux.
  2. ‚ÜĎ Site de Premonition.
  3. ‚ÜĎ La France marginale, Ir√®ne Andrieu, Albin Michel (1975), √† propos d'Actual-Hebdo de Micberth.
  4. ‚ÜĎ Site de la Fanzinoth√®que de Toulouse.
  5. ‚ÜĎ La Fanzinoth√®que de Poitiers recense et conserve tous les fanzines qu'il lui est possible d'obtenir.
  6. ‚ÜĎ Exemple : l'association Meluzine, qui r√©f√©rence et distribue tous les fanzines qui lui sont confi√©s.
  7. ‚ÜĎ La P√©troleuse, distributeur de nombreux zines fran√ßais et internationaux.
  8. ‚ÜĎ Microcosm Publishing, distributeur de fanzines traitant de sujets divers et vari√©s allant de l'antisexisme √† la passion pour le v√©lo en passant par les r√©cup√©rations de nourriture dans les poubelles.
  9. ‚ÜĎ ¬ę First & Last & Always ¬Ľ : les valeurs de l'√©ph√©m√®re dans la presse musicale alternative[PDF].
  10. ‚ÜĎ Article sur le site ethnographiques.org.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fanzine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fanzine ‚ÄĒ Saltar a navegaci√≥n, b√ļsqueda Fanzines. Un fanzine (abreviatura en ingl√©s de fan s magazine, revista para fan√°ticos)[1] es una publicaci√≥n tem√°tica realizada por y para aficio ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • fanzine ‚ÄĒ [ f…ĎŐÉzin ] n. m. ‚ÄĘ 1963; mot valise angl. am√©r., de fan ¬ę amateur ¬Ľ et magazine ‚ô¶ Anglic. Petite revue de faible diffusion, r√©dig√©e par des amateurs sur les th√®mes qui les passionnent (bandes dessin√©es, science fiction, musique, cin√©ma, etc.). ‚óŹ… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Fanzine ‚ÄĒ (ingl.; pronunc. [fanc√≠ne]) m. Revista de poca tirada, hecha por aficionados, que trata sobre un tema de su inter√©s, como cine, m√ļsica, pol√≠tica, etc. * * * Un fanzine es una publicaci√≥n tem√°tica amateur realizada por aficionados y para… ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • fanzine ‚ÄĒ s. m. Revista alternativa, destinada aos f√£s de determinada manifesta√ß√£o cultural. ¬†¬†‚Ä£¬†Etimologia: ingl√™s fanzine, de fan, f√£ + [maga]zine, revista ‚Ķ   Dicion√°rio da L√≠ngua Portuguesa

  • fanzine ‚ÄĒ 1949, from FAN (Cf. fan) (n.2) + suffix abstracted from MAGAZINE (Cf. magazine) ‚Ķ   Etymology dictionary

  • fanzine ‚ÄĒ /fanňązin, ingl. ňąf√¶nňĆziňźn/ [vc. dell ingl. d America, propr. ¬ęrivista per appassionati¬Ľ, comp. di fan e (maga)zine] s. f. inv. CFR. rivista, giornale ‚Ķ   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • fanzine ‚ÄĒ (izg. f√®nzin) m DEFINICIJA publ. ńćasopis koji je iskljuńćivo posveńáen nekoj temi (znanstvena fantastika, odreńĎeni Ňĺanr, pop grupa i sl.) ETIMOLOGIJA amer.engl., v. fan + v. {{(maga)zin>> ‚Ķ   Hrvatski jezińćni portal

  • fanzine ‚ÄĒ sustantivo masculino 1. Revista especializada de aficionados al c√≥mic: Hacemos constar que nosotros no mandamos fanzines, simplemente los anunciamos ‚Ķ   Diccionario Salamanca de la Lengua Espa√Īola

  • fanzine ‚ÄĒ ‚Ėļ NOUN ‚Ė™ a magazine for fans of a particular team, performer, or genre. ORIGIN blend of FAN(Cf. ‚ÜĎfandom) and MAGAZINE(Cf. ‚ÜĎmagazine) ‚Ķ   English terms dictionary

  • fanzine ‚ÄĒ ‚ėÜ fanzine [fan‚Ä≤zńďnőĄ ] n. [ FAN2 + (MAGA)ZINE] a magazine, usually produced by amateurs, devoted to a special interest group, such as fans of science fiction or comic books ‚Ķ   English World dictionary

  • Fanzine ‚ÄĒ Fanzines A fanzine (portmanteau of fan and magazine or zine) is a nonprofessional and nonofficial publication produced by fans of a particular cultural phenomenon (such as a literary or musical genre) for the pleasure of others who share their… ‚Ķ   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.