Etienne Polverel


Etienne Polverel

Étienne Polverel

Étienne de Polverel (1740-1795) fut, avec Léger-Félicité Sonthonax, le premier français à avoir aboli l'esclavage. En tant que commissaires civils de la République à Saint-Domingue, les deux hommes prirent cette décision de façon unilatérale en août 1793 face à la révolution des esclaves de la colonie. C'est en l'avalisant que la Convention décida l'abolition générale le 4 février 1794.

Biographie

Né en 1740 dans le Béarn, écuyer de vieille noblesse, il fut avocat à Bayonne. En 1771, il fut initié Franc-maçon dans la loge "L'Amitié" de Bordeaux. En 1789, il devint membre, puis syndic des États de Navarre dans l'ordre de la noblesse. Il partit donc pour Paris où il exerça comme avocat au Parlement de Paris. À la Révolution française, il entra en 1790 au club des Jacobins et en devint secrétaire. Il s'y associa aux ennemis des colons, notamment Brissot et Sonthonax. Début 1791, il devint accusateur public au tribunal du 1er arrondissement de Paris; en juin 1792, membre du conseil général de la Commune de Paris.


Devant la révolte des esclaves du Nord de Saint-Domingue, les Brissotins (ou Girondins) convainquirent l'Assemblée législative de voter la loi du 4 avril 1792 qui reconnaissait l'égalité des libres de couleur (mulâtres et affranchis) et des blancs. Pour la faire appliquer auprès des colons récalcitrants, elle décida l'envoi d'une troupe de 6000 hommes et d'une commission civile aux très importants pouvoirs. Polverel et Sonthonax en furent membres.

Les commissaires imposèrent l'égalité en ayant recours à la force. Ils dissolvèrent les assemblées coloniales composées exclusivement de blancs et créèrent des commissions et des municipalités mixtes. Les colons se révoltèrent. Ils furent d'abord matés, mais s'allièrent à l'Angleterre et l'Espagne qui, après l'exécution de Louis XVI en 1793, étaient entrées en guerre contre la France. Avec l'appui de nombreux blancs, anglais et espagnols occupèrent en quelques mois la plus grande partie de la colonie. Le 21 juin, face à une révolte au Cap-Français à laquelle prenait même part le gouverneur Galbaud, royaliste, Sonthonax et Polverel promirent la liberté à tous les esclaves qui combattraient pour la République française. La situation se renversa. La ville fut pillée et incendiée et dix mille colons prirent la fuite.

Responsable de la province de l'Ouest, Polverel vint à envisager l'émancipation de tous les esclaves. Face à la nécessité de remettre en marche l'économie, il proclama le 26 août 1793 l'affranchissement de tous les esclaves "à la seule condition de s'engager à continuer de travailler à l'exploitation des habitations".

Dans la province du Nord, Sonthonax décréta l'abolition générale, le 29 août 1793. En septembre et octobre, les deux commissaires généralisaient cette décision à toute la colonie.

Ils firent porter leurs décrets à Paris par trois hommes : un blanc, un mulâtre et un noir. Devant leur présentation le 4 février 1794, la Convention, enthousiaste, vota l'Abolition de l'esclavage dans les colonies françaises.

Cette décision ne permit pas dans un premier temps de rallier à la République l'ensemble des esclaves révoltés. Ce ne sera qu'en mai 1794 que Toussaint Louverture et ses troupes qui combattaient au côté des Espagnols, fera volte-face et refoulera en quelques mois les Espagnols.


Les partisans des colons à Paris avaient profité de la situation militaire désastreuse pour plaider contre l'arbitraire des commissaires civils auprès de la Convention. Robespierre n'étant pas favorable à l'abolition, Polverel et Sonthonax furent mis en accusation. Le décret arriva dans la ville de Jacmel en juin 1794 où se repliait l'armée républicaine face à l'avancée des troupes britanniques. Les deux commissaires durent quitter l'île le 14 juin 1794. Ils accostèrent au Havre deux jours après l'exécution de Robespierre et furent ainsi sauvés de la guillotine.


Polverel était tombé malade à Saint-Domingue. Il ne vit pas la fin de son procès (que Sonthonax gagna) et décèda à Paris le 6 avril 1795 dans le dénuement.

Source

Jacques de CAUNA, Haïti, l'éternelle Révolution, Port-au-Prince, Ed. Deschamps, 1997

  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail de l’esclavage Portail de l’esclavage
Ce document provient de « %C3%89tienne Polverel ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Etienne Polverel de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Étienne Polverel — (1740 mdash;1795) was one of two French Revolutionary Civil Commissioners who ended slavery in Saint Domingue in 1793 during the Haïtian Revolution. LifeHe was born in Béarn, and served as syndic for the region, then served as jurist for the… …   Wikipedia

  • Étienne Polverel — Étienne de Polverel (1740 1795) fut, avec Léger Félicité Sonthonax, un des premiers abolitionnistes de l esclavage en France. En tant que commissaires civils de la République à Saint Domingue, les deux hommes prirent cette décision de façon… …   Wikipédia en Français

  • Étienne Polverel — Nacido en Bearne en 1740. Ejerció como abogado en Bayona e ingresó en la Masonería en 1771 en la logia L’Amitiè de Burdeos. En 1784 redactó “Memoire á consulter et consultatión sur la Francalleu du Royaume du Navarre”, que le concedió gran… …   Wikipedia Español

  • Etienne de Poverel — Étienne Polverel Étienne de Polverel (1740 1795) fut, avec Léger Félicité Sonthonax, le premier français à avoir aboli l esclavage. En tant que commissaires civils de la République à Saint Domingue, les deux hommes prirent cette décision de façon …   Wikipédia en Français

  • Polverel — Étienne Polverel Étienne de Polverel (1740 1795) fut, avec Léger Félicité Sonthonax, le premier français à avoir aboli l esclavage. En tant que commissaires civils de la République à Saint Domingue, les deux hommes prirent cette décision de façon …   Wikipédia en Français

  • Polvérel — Étienne Polverel Étienne de Polverel (1740 1795) fut, avec Léger Félicité Sonthonax, le premier français à avoir aboli l esclavage. En tant que commissaires civils de la République à Saint Domingue, les deux hommes prirent cette décision de façon …   Wikipédia en Français

  • Étienne Maynaud Bizefranc de Lavaux — Naissance 8 août 1751 Digoin Décès 12 mai 1828 (à 76 ans) Cormatin Origine Français Allégeance …   Wikipédia en Français

  • Etienne Maynaud Bizefranc de Lavaux — Étienne Maynaud Bizefranc de Lavaux Étienne Maynaud Bizefranc de Lavaux, né à Digoin le 8 août 1751, mort à Cormatin (Saône et Loire) le 12 mai 1828, était un général français. Sous lieutenant de dragons en 1769, capitaine en 1771, lieutenant… …   Wikipédia en Français

  • Étienne maynaud bizefranc de lavaux — Étienne Maynaud Bizefranc de Lavaux, né à Digoin le 8 août 1751, mort à Cormatin (Saône et Loire) le 12 mai 1828, était un général français. Sous lieutenant de dragons en 1769, capitaine en 1771, lieutenant colonel en 1791, lieutenant général en… …   Wikipédia en Français

  • Étienne Clavière — Naissance 27 janvier 1735 Genève Décès 31 octobre&# …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.