Etienne Harding

ÔĽŅ
Etienne Harding

√Čtienne Harding

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Harding.
Folio de la Bible de Etienne Harding
Les trois fondateurs de Citeaux: Saints Robert, Albéric, et Etienne Harding. Cette peinture commémore et décrit la fondation en 1111, montrant les trois saints vénérant la Vierge marie.

Etienne Harding (Dorset, Angleterre, seconde moiti√© du XIe si√®cle - 28 mars 1134), est un prieur puis abb√© de l'Abbaye de C√ģteaux de 1099 √† 1133, r√©dacteur notamment de la Charte de charit√© cistercienne.

Sommaire

Règle cistercienne

Natif du royaume d'Angleterre, Etienne parlait quatre langues: l'anglo-saxon, le normand, le fran√ßais et le latin. Il mena √† terme la r√©forme liturgique commenc√©e avant lui. Pour reprendre l'ordonnance de la R√®gle, il y avait beaucoup √† faire par rapport √† la pratique de Cluny, aux ofÔ¨Āces d√©mesur√©ment allong√©s, au faste abondant. On rejeta donc tout ce qui, par le nombre ou la longueur, exc√©dait les directives de la R√®gle. Par souci d'authenticit√©, comme pour la Bible, on rechercha ce qui semblait le meilleur, et pour cela on n'h√©sita pas √† aller jusqu'√† Metz et m√™me jusqu'√† Milan : on y recopia textes et musique des livres liturgiques, hymnaire, graduel, antiphonaire. Etienne √©dicta aussi des r√®gles fermes et pr√©cises dans le d√©tail pour tout ce qui concernait l'√©glise, les ornements, les objets du culte, les v√™tements liturgiques, retranchant impitoyablement tout ce qui sentait l'ostentation et le superÔ¨āu, instaurant partout pauvret√© et simplicit√© pour favoriser l'√©l√©vation du cŇďur vers Dieu.

Bible de C√ģteaux

Etienne Harding, devenu abb√© de C√ģteaux, envoya ses copistes √† Metz (si√®ge de la tradition du chant carolingien) et √† Milan afin de recopier les sources connues les plus anciennes pour les hymnes de Saint Ambroise. Elle se base sur la Bible latine de J√©r√īme, la Vulgate, corrig√©e et r√©vis√©e. Il en r√©sulte une recension critique du texte latin √† partir du texte h√©breu, avec l'aide de rabbins juifs.

C'est ainsi que vers 1110 Etienne Harding pr√©cise √† la pr√©face de l'hymnaire (recueil de toutes les hymnes adopt√©es par les cisterciens) : ¬ę Nous faisons conna√ģtre aux fils de la sainte √©glise que ces hymnes, certainement compos√©es par le bienheureux archev√™que Ambroise, nous les avons fait rapporter de l'√©glise de Milan o√Ļ elles sont chant√©es, en ce lieu qui est le n√ītre, √† savoir le Nouveau Monast√®re. D'un commun accord avec nos fr√®res, nous avons d√©cid√© qu'elles seules, et nulle autre, seraient d√©sormais chant√©es par nous, et par tous ceux qui viendront apr√®s nous. Car ce sont ces hymnes ambrosiennes, que notre bienheureux p√®re et ma√ģtre Beno√ģt nous invite √† chanter dans sa r√®gle, que nous avons d√©cid√© d'observer en ce lieu avec le plus grand soin ¬Ľ.

Stylistique de Citeaux

Trois styles peuvent √™tre distingu√©s dans les enluminures de C√ģteaux au XIIe si√®cle :

  • Le premier, le plus connu, se distingue par l'extraordinaire vitalit√© de ses sujets. Qu'il s'agisse d'√™tres humains, d'animaux ou d'entrelacs v√©g√©taux ornant les lettrines ou de lettres compos√©es elles-m√™mes de plusieurs personnages, l'inspiration que les moines peintres tiraient de leur environnement quotidien alli√©e √† la qualit√© artistique de l'ex√©cution font des Ňďuvres de cette s√©rie l'un des sommets de l'enluminure, et ceci malgr√© certaines restrictions impos√©es par l'exigence de simplicit√© propre √† C√ģteaux, comme le nombre r√©duit des couleurs employ√©es ou encore l'utilisation du parchemin lui-m√™me comme fond.
  • Le deuxi√®me style, qui s'√©panouit √† partir des ann√©es 1120, est dit ¬ę byzantin ¬Ľ en raison des influences orientales qu'il r√©v√®le. Celles-ci se manifestent dans le caract√®re hi√©ratique de compositions pouvant occuper une pleine page, mais aussi dans certains d√©tails d√©coratifs, grecques ou arabesques.
  • C'est aux exhortations de saint Bernard en faveur du d√©pouillement que l'on attribue le troisi√®me style, caract√©ris√© pas des lettres monochromes, ce qui n'emp√™che pas la polychromie au sein d'un m√™me mot par juxtaposition de lettres de couleurs diff√©rentes. √Čtant donn√© les contraintes impos√©es, la cr√©ativit√© artistique se r√©fugie dans la finesse du trait et la richesse des filigranes qui atteignent alors des sommets, tandis que la palette utilis√©e s'enrichit de nouveaux coloris. Ce style appara√ģt √† une p√©riode de d√©finition des r√®gles de fonctionnement de l'Ordre en pleine expansion qui est, par cons√©quent √©galement, un moment de grande production de livres.

Voir aussi

Bibliographie

  • Yolanta Zaluska, ¬ę L‚Äôenluminure et le scriptorium de C√ģteaux au XIIe si√®cle ¬Ľ.

Liens externes

  • Portail de l‚ÄôOrdre du Temple Portail de l‚ÄôOrdre du Temple
Ce document provient de ¬ę %C3%89tienne Harding ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Etienne Harding de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • √ČTIENNE HARDING ‚ÄĒ saint (1060 1134) Issu de la noble famille de Harding, √Čtienne naquit √† Meriot dans le comt√© de Dorset (Angleterre). Il entra √† l‚Äôabbaye voisine de Sherborne, la quitta quelques ann√©es plus tard pour aller en √Čcosse, puis se rendit √† Paris pour… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • √Čtienne Harding ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Harding. Folio de la Bible de √Čtienne Harding ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Bible d'√Čtienne Harding ‚ÄĒ La Bible d √Čtienne Harding est un manuscrit enlumin√© datant du d√©but du XIIe si√®cle, r√©alis√© √† C√ģteaux lorsque √Čtienne Harding en √©tait l abb√©. (Il fut peut √™tre entam√© d√®s 1099) Le manuscrit se trouve √† la Biblioth√®que municipale de Dijon… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Harding ‚ÄĒ  Pour l‚Äôarticle homophone, voir Hardin. Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Harding peut d√©signer : Patronyme Harding est un nom de famille notamment port√© par : Dan Harding… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Čtienne (saint) ‚ÄĒ Saint √Čtienne Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Pour les articles homonymes, voir √Čtienne et Saint √Čtienne (homonymie). Saint √Čtienne fait r√©f√©rence √† de nombreux saints ou bienheureux… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Etienne ‚ÄĒ (PR Esteban, Etiennette, Fanny, Stefan, St√©phane, St√©phanie, Steve) (G√©o (70) Esteben, Est√®phe, Est√®ve) (Stefano) ‚ÄĘ Etienne (26 d√©cembre) (26 d√©cembre), juif venu d Alexandrie, jouissant d une grande beaut√©, nomm√© diacre par les ap√ītres. Arr√™t√©… ‚Ķ   Dictionnaire des saints

  • Harding ‚ÄĒ HaŐ£rding, ¬† 1) Carl Ludwig, Astronom, * Lauenburg/Elbe 29. 7. 1765, ‚úĚ G√∂ttingen 31. 8. 1834; seit 1796 am Observatorium in Lilienthal bei Bremen, ab 1805 Professor f√ľr praktische Astronomie in G√∂ttingen. Harding erstellte eine der ersten… ‚Ķ   Universal-Lexikon

  • Saint √Čtienne ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Pour les articles homonymes, voir √Čtienne et Saint √Čtienne (homonymie). Saint √Čtienne fait r√©f√©rence √† de nombreux saints ou bienheureux des √Čglises… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Saint Etienne ‚ÄĒ Saint √Čtienne Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Pour les articles homonymes, voir √Čtienne et Saint √Čtienne (homonymie). Saint √Čtienne fait r√©f√©rence √† de nombreux saints ou bienheureux… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Saint √©tienne ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Pour les articles homonymes, voir √Čtienne et Saint √Čtienne (homonymie). Saint √Čtienne fait r√©f√©rence √† de nombreux saints ou bienheureux chr√©tiens. Le… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.