Etienne Dolet

ÔĽŅ
Etienne Dolet

√Čtienne Dolet

√Čtienne Dolet
(gravure du XVIe si√®cle)

√Čtienne Dolet (Orl√©ans, 3 ao√Ľt 1509 ‚Äď Paris, 3 ao√Ľt 1546) est un √©crivain, po√®te, imprimeur, humaniste et philologue fran√ßais.

Sommaire

Biographie

Une tradition douteuse fait de lui le fils ill√©gitime de Fran√ßois Ier, mais il est certain qu'il est issu d'une famille de haut rang. Il vit √† Orl√©ans jusqu'√† l'√Ęge de douze ans, puis part en 1521 pour Paris o√Ļ il √©tudie pendant cinq ans aupr√®s de Nicolas B√©rauld, professeur de Coligny.

En 1526, il se rend √† Padoue. La mort de son ma√ģtre et ami Simon de Villanova l‚Äôam√®ne √† accepter en 1530 le poste de secr√©taire de Jean de Langeac, √©v√™que de Limoges et ambassadeur de France √† la r√©publique v√©nitienne. Il s‚Äôest cependant arrang√© pour assister aux conf√©rences du ma√ģtre v√©nitien Battista Egnazio et a trouv√© le temps d'√©crire des po√®mes d‚Äôamour en latin √† une V√©nitienne du nom d‚ÄôElena.

À son retour en France, il étudie le droit et la jurisprudence à l’université de Toulouse, mais il est impliqué, par son humeur turbulente, dans de violentes disputes entre groupes d'étudiants. Il est emprisonné et finalement banni par un décret du parlement en 1534.

En 1535, il participe aux listes contre √Črasme dans l'affaire de la controverse sur Cic√©ron et, gr√Ęce √† l‚Äôimprimeur S√©bastien Gryphe, publie le Dialogus de imitatione Ciceroniana, suivi des deux volumes du Commentariorum linguae Latinae. Cet ouvrage est d√©di√© √† Fran√ßois Ier, qui lui accorde pour dix ans le privil√®ge d‚Äôimprimer tout ouvrage en latin, grec, italien ou fran√ßais, de sa plume ou sous sa supervision. Il obtient aussi une gr√Ęce lors de l'homicide accidentel le 31 d√©cembre 1536 d'un peintre nomm√© Compaing qui, dit-il, voulait l‚Äôassassiner. Il alla s'√©tablir imprimeur √† Lyon.

Il peut ainsi se mettre au travail et il √©dite Galien, Rabelais, Marot. Il n‚Äôignore pas les dangers auxquels il s'expose. Cela se voit non seulement par le ton de ses textes, mais √©galement par le fait qu‚Äôil a essay√© d‚Äôabord de se concilier ses adversaires en √©ditant un Christianus de Caton, dans lequel il faisait sa profession de foi. Cette catholicit√© de fa√ßade, malgr√© son ultra-cic√©ronisme, transpara√ģt dans les ouvrages sortis de ses presses, antiques et modernes, religieux ou la√Įcs, depuis le Nouveau Testament en latin jusqu'aux textes de Rabelais.

Mais avant que son autorisation d’imprimer n’expire, il s'attire à Lyon de nouvelles difficultés par son caractère satirique et par la publication d'ouvrages entachés d'hérésie. Son travail est interrompu par ses ennemis qui le font emprisonner en 1542 sous l’accusation d’athéisme.

Apr√®s un premier s√©jour en prison de quinze mois, il est rel√Ęch√© gr√Ęce √† l‚Äôintervention de l'√©v√™que de Tulle Pierre Duchatel. Emprisonn√© une seconde fois en 1544, il s‚Äô√©chappe par ses propres moyens et se r√©fugie dans le Pi√©mont.

Mais il revient imprudemment en France en pensant qu’il pourrait imprimer à Lyon des lettres pour en appeler à la justice du roi de France, de la reine de Navarre et du Parlement de Paris. Il est à nouveau arrêté et jugé athée évadé par la faculté de théologie de la Sorbonne.

Fran√ßois Ier, qui l'avait d'abord prot√©g√©, l'ayant abandonn√©, il fut amen√© de Lyon √† Paris pour y subir le supplice. Le 3 ao√Ľt 1546, il est tortur√©, √©trangl√© et br√Ľl√© avec ses livres sur la Place Maubert. Il aurait compos√© ce pentam√®tre sur le chemin du b√Ľcher : Non dolet ipse Dolet, sed pia turba dolet (¬ę Ce n‚Äôest pas Dolet lui-m√™me qui s‚Äôafflige, mais la multitude vertueuse ¬Ľ).

Son crime était, selon les uns, d'avoir professé le matérialisme et l'athéisme, selon les autres, de s'être montré favorable aux opinions de Martin Luther.

Dolet et la religion

On ne sait si Dolet doit √™tre class√© parmi les repr√©sentants du protestantisme ou parmi les d√©fenseurs d‚Äôun rationalisme antichr√©tien. Cependant, on sait qu‚Äôil n'√©tait pas reconnu par les protestants de son temps et que Calvin l‚Äôavait formellement condamn√©, tout comme Th√©odore Agrippa d'Aubign√© et son ma√ģtre Simon de Villanova, pour blasph√®mes √† l‚Äôencontre du fils de Dieu. Mais, √† en juger par le caract√®re religieux de nombre de livres qu‚Äôil a publi√©s, une telle condamnation est certainement d√©plac√©e. Sa d√©fense perp√©tuelle de la lecture des √Čcritures en langue vulgaire est particuli√®rement notable. Une statue de Dolet fut √©rig√©e sur la Place Maubert en 1889. Un buste √† son effigie se trouve dans les jardins de la mairie d'Orl√©ans. Il a √©t√© inaugur√© dans les ann√©es 60 en pr√©sence de nombreuses associations la√Įques.

Ňíuvres

De re navali, Lyon, 1537

Ses principaux ouvrages sont :

  • Stephani Doleti orationes du√¶ in Tholosam. Eiusdem epistolarum libri II. Eiusdem carminum libri II. Ad eundem Epistolarum amicorum liber (1534)
  • Stephani Doleti Dialogus de Imitatione Ciceroniana adversus Desid. Erasmus Roterdamum pro Christophoro Longolio (1535), o√Ļ il combat Erasme.
  • Commentarius Lingu√¶ latin√¶, livre I (1536) ; livre II (1538), Lyon, 2 volumes in-folio.
  • De Re navali liber ad Lazarum Bayfium (1537)
  • St. Doleti Gallii Aurelii Carminum libri quatuor (1538)
  • Formulas latina-rum iocutionum, 1539
  • Mani√®re de bien traduire d‚Äôune langue en l‚Äôautre (1540)
  • Le Second Enfer (1544)
  • Cantique d‚ÄôEstienne Dolet, l‚Äôan 1546, sur sa d√©solation et sa consolation.

Il a aussi laiss√© des po√©sies latines et fran√ßaises, des traductions fran√ßaises, de quelques √©crits de Platon et de Cic√©ron, des pamphlets de circonstance, dont deux sur son emprisonnement, Intitul√©s: le Premier et le Second Enfer d'√Čt. Dolet, 1544, et un autre o√Ļ il demande qu'il soit loisible de lire l'√Čcriture en langue vulgaire, et qui fut br√Ľl√©.

Hommages

À Paris
√Ä Orl√©ans 
  • √Čtienne Dolet est le nom d'une des loges du Grand Orient de France.
  • Un buste d'√Čtienne Dolet se trouve dans les jardins de la mairie.
  • Une rue et un coll√®ge portent le nom d'√Čtienne Dolet.
Ailleurs en France 
  • Plusieurs autres villes ont donn√© son nom √† l'une de leurs rues, comme Toulouse (quartier La Terrasse), Clermont-Ferrand, Saint-Ouen-sur-Seine, ou √† l'une de leurs place, comme Bourges (place devant la cath√©drale).
  • Certaines associations tentent de promouvoir la m√©moire d'√Čtienne Dolet, comme par exemple l'Association La√Įque Lyonnaise des Amis d‚Äô√Čtienne Dolet.

Publications

Publications anciennes

Ses Ňíuvres ont √©t√© r√©imprim√©es chez Techener, Paris, 1830.

Bibliographie

Bibliographie ancienne

  • Joseph Boulmier a √©crit sa Vie, 1857.
  • Alphonse-Honor√© Taillandier a publi√© son Proc√®s, 1856.

Source partielle

¬ę √Čtienne Dolet ¬Ľ, dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang [sous la dir. de], Dictionnaire universel d‚Äôhistoire et de g√©ographie, 1878 [d√©tail des √©ditions]  (Wikisource)

  • Portail de la litt√©rature Portail de la litt√©rature
  • Portail de la Renaissance Portail de la Renaissance
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de ¬ę %C3%89tienne Dolet ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Etienne Dolet de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.