Etienne Bonnot de Condillac


Etienne Bonnot de Condillac

Étienne Bonnot de Condillac

Étienne Bonnot de Condillac.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Condillac.

Étienne Bonnot de Condillac, abbé de Mureau, né le 30 septembre 1715 à Grenoble et mort le 3 août 1780 à Lailly-en-Val, est un philosophe français.

Sommaire

Biographie

Né à Grenoble dans une famille de juristes récemment anoblie, il était le frère cadet de Jean Bonnot de Mably, grand prévôt de Lyon, et du célèbre écrivain politique l’abbé de Mably. Il entra dans les ordres en 1733 et devint abbé de Mureau. Pour les deux frères philosophes, la fonction d’abbé n’était qu’un titre. Ayant renoncé au sacerdoce, Condillac se consacra à la réflexion et à la philosophie et mena une vie mondaine.

Arrivé à Paris, il fréquenta le salon de Madame de Tencin et rencontra Denis Diderot et Jean-Jacques Rousseau, avec lesquels il se lia d’amitié. Rousseau avait été précepteur dans la famille de son frère aîné, Monsieur de Mably, à Lyon. Grâce à sa prudence et à sa retenue, les relations de Condillac avec les Philosophes ne nuisirent pas à sa carrière.

Il étudia les métaphysiciens modernes, surtout Locke ; publia, à partir de 1746, plusieurs ouvrages de métaphysique aussi remarquables par la nouveauté des idées que par la clarté du style, qui attirèrent l’attention sur sa doctrine, le sensualisme.En 1749, il fut élu à l’Académie de Berlin.

Il fut envoyé en 1757 à Parme pendant 9 ans pour éduquer l’infant don Ferdinand, alors âgé de 7 ans. En .1768, il quitta l' Italie après avoir consciencieusement rempli sa tâche, revint se fixer en France mais se retira de la vie mondaine, refusant d’éduquer les trois fils du Dauphin Louis-Ferdinand.

Il fut néanmoins admis à l’Académie française en 1768, et reçut en 1777 du gouvernement de Pologne l’honorable mission de rédiger une Logique classique pour la jeunesse du pays.

Il termina sa vie à Flux, dans une petite propriété[1] qu’il avait achetée près de Lailly-en-Val, où il mourut le 3 août 1780.

Son œuvre

Analyse

Les débuts

Bien que la postérité ne l’ait pas hissé au même rang que d’autres penseurs des Lumières, il s’affirma comme l’un des psychologues les plus pénétrants de son siècle. Avec Voltaire, ce fut le principal introducteur en France des principes de Locke, qu’il développa de façon systématique.

Le style de Condillac est limpide, d’une clarté logique extrême qui peut verser dans la sécheresse. Son analyse de l’esprit humain se fonde entièrement sur l’élaboration progressive des sensations, sans jamais faire appel à un principe spirituel, bien qu’il ait toujours affirmé son orthodoxie religieuse. Condillac est reconnu comme étant le chef de l’école sensualiste et affirmait que notre seule source de connaissance était la sensation, d’où dérivait normalement et par transformation simple la réflexion, le raisonnement, l’attention et le jugement. Pour prouver ses assertions, ils se base sur l’exemple de l’homme statue, qui éprouve successivement les sensations.

  • Son premier ouvrage, l’Essai sur l’origine des connaissances humaines, reste très proche des écrits de son maître anglais. Il accepte avec quelques hésitations l’idée de Locke selon laquelle notre connaissance aurait deux sources, la sensation et la réflexion. Le rôle de cette dernière est de combiner les sensations élémentaires en idées. Il emprunte aussi à Locke le principe explicatif de l’association des idées.
  • Son ouvrage suivant, le Traité des systèmes, est une critique vigoureuse des théories philosophiques modernes fondées sur des principes abstraits ou des présupposés. Cette polémique, largement inspirée par l’esprit de Locke, est dirigée contre l’idéalisme cartésien, doctrine de René Descartes, la psychologie de Malebranche, le monadisme et l’harmonie préétablie de Leibniz et par-dessus tout, contre la notion de substance établie dans la première partie de l'Éthique de Spinoza.

Le Traité des sensations

Son ouvrage majeur est le Traité des sensations, dans lequel il s’émancipe du patronage de Locke et aborde la psychologie de sa propre manière, formulant sa doctrine du sensualisme. Il raconte comment il a été amené à revoir les postulats de Locke : c’est la critique de Mlle Ferrand qui lui fit remettre en question la doctrine du philosophe anglais, selon laquelle les sens nous donnent une connaissance intuitive des objets. En effet, l’œil, par exemple, interprète naturellement la forme, la taille, la distance et la position d’un objet. Sa discussion avec cette femme l’a convaincu qu’il était nécessaire, pour élucider ce genre de problèmes, d’étudier chaque sens séparément, d’attribuer à chacun ce que nous lui devions, d’observer leur développement et la façon dont ils se complètent les uns les autres. Le résultat, selon lui, démontrerait que toutes les facultés et connaissances humaines ne sont que des sensations transformées à l’exclusion de tout autre principe, telle la réflexion.

Condillac imagine d’abord une statue de constitution humaine et animée d’une âme neuve, où aucune sensation ni perception n’a jamais pénétré. Il éveille ensuite progressivement les sens de cette statue, en commençant par l’odorat, le sens qui contribue le moins à la connaissance humaine. Toute la conscience de la statue se réduit alors aux odeurs singulières qu’elle éprouve. La perception par cette statue vivante de telle ou telle odeur s’accompagne nécessairement de plaisir ou de douleur, selon l’axiome lockien de la bipolarité de la conscience. La douleur et le plaisir deviennent ainsi le principe directeur qui va diriger toutes les opérations de son esprit. Après cette simple attention aux sensations, naît la mémoire, qui n’est que l’impression persistante de l’expérience d’une odeur : « La mémoire n’est donc qu’une manière de sentir. ». De la mémoire découle la comparaison : la statue expérimente l’odeur, par exemple, d’une rose, tout en se souvenant de celle d’un œillet, « car comparer n’est autre chose que donner en même-temps son attention à deux idées. ». Or, « dès qu’il y a comparaison, il y a jugement. ». La comparaison et le jugement deviennent habituels, ils se développent grâce au tout-puissant principe de l’association des idées. De la comparaison d’expériences passées et présentes et du plaisir ou de la douleur qui leur est attaché, émerge le désir. C’est le désir qui oriente l’usage de nos facultés, qui stimule la mémoire et l’imagination, et qui déclenche les passions. Les passions, elles aussi, ne sont que des sensations transformées.

Ces indications résument le propos général de la première partie du Traité des sensations. Pour esquisser la suite de l’ouvrage, il suffit de citer les titres des principaux chapitres restants : « D’un homme borné au sens de l’ouïe. », « De l’odorat et de l’ouïe réunis. », « Du goût seul, et du goût joint à l’odorat et à l’ouïe. », « D’un homme borné au sens de la vue. », « De la vue avec l’odorat, l’ouïe et le goût. ».

Dans la seconde partie du traité, Condillac ne donne d’abord que le sens du toucher à la statue, ce qui lui fait éprouver l’existence d’objets extérieurs. Dans une analyse très précise, il distingue les différents éléments que l’on rencontre lors de notre expérience tactile : le toucher de notre propre corps, le toucher d’objets extérieurs, l’expérience du mouvement, l’exploration manuelle d’une surface. Il décrit l’élargissement des perceptions des distances et des formes.

La troisième partie traite de la combinaison du toucher et des autres sens.

La quatrième partie traite des désirs, activités et idées d’un homme isolé qui possède tous ses sens. Le traité s’achève par des observations à propos d’un « homme sauvage » qui vivait avec les ours dans une forêt de Lituanie.

La conclusion du traité, c’est que l’ordre naturel des choses prend sa source dans les sensations, que la façon dont les hommes ressentent les choses varie considérablement d’un individu à l’autre, et qu’un homme n’est que ce qu’il a acquis. Toutes les facultés ou idées innées sont rejetées.

Le Cours d’études

Les écrits de Condillac sur la politique et l’histoire, contenus pour la plupart dans son Cours d’étude offrent peu d’intérêt. Ils témoignent de son attachement à la pensée anglaise. Ses écrits de logique sont moins reconnus que ceux de psychologie.

Il s’étend avec beaucoup de répétions, mais peu d’exemples concrets, sur la suprématie de la méthode analytique ; il affirme que raisonner consiste à remplacer une proposition par une autre qui lui est identique. Il assimile la science à un langage bien construit. Il essaie de le prouver à propos en arithmétique avec sa Langue des calculs. Les mathématiques constituent son modèle épistémologique, il ne s’intéresse pas encore aux sciences naturelles ni au raisonnement par induction, qui donnèrent de l’étoffe aux travaux de John Stuart Mill.

La psychologie de Condillac, traitant la personnalité comme un agrégat de sensations, mène droit à l’athéisme et le déterminisme, bien qu’il s’en fût défendu. Ses propos sur la religion sont toujours en accord avec sa profession. Ce n’était pas un matérialiste, même si les philosophes matérialistes ont pu s’inspirer de son sensualisme. Condillac a toujours considéré l’âme comme dotée d’une réalité substantielle. Au début de son Essai sur l’origine des connaissances humaines, il tient d’ailleurs ces propos qui le rapprochent de l’idéalisme de Berkeley : « soit que nous nous élevions, pour parler métaphoriquement, jusques dans les cieux ; soit que nous descendions dans les abysmes ; nous ne sortons point de nous-mêmes ; et ce n’est jamais que notre propre pensée que nous apercevons. »

Le Commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l’autre

Condillac écrit un traité d’économie magistral : le Commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l’autre où il passe en revue de nombreux aspects de l’économie, du commerce, de leurs équilibres, de leur dynamique, et de leur rapport avec la décision politique.

Précurseur de l’économie politique, il étudie les rapports entre politique et économie. Economiste libéral classique, il étudie la valeur et en énonce le caractère subjectif, défend la liberté économique et commerciale, notamment le libre échange, et dénonce les dangers inflationnistes des manipulations monétaires. Alternant descriptions théoriques et illustration par l’histoire comparée de quatre royaumes imaginaires, Condillac explique dans ce traité, parmi de nombreux autres aspects de l’économie et de ses rapports à la politique, que :

  • l’échange permet à chacune des deux parties d’obtenir une valeur plus grande de ce qu’il obtient que de ce qu’il cède,
  • les flambées de prix en cas de disette arrivent rarement dans les pays libres, mais plutôt dans les pays qui se barricadent derrière des barrières protectionnistes,
  • les impôts et les réglementations sont des fardeaux dont la multiplication affaiblissent l’économie,
  • les monopoles jaillissent souvent des contraintes réglementaires et qu’il est alors bien difficile de revenir à une situation concurrentielle saine.

Postérité

  • Disciple de John Locke, Condillac a inspiré en retour certains penseurs anglais. Dans des domaines liés aux associations d’idées, à la suprématie du plaisir et de la douleur, et dans l’explication générale de toute pensée comme une sensation ou une sensation transformée, on peut discerner son influence chez Alexander Bain et Herbert Spencer. Condillac a contribué de façon notable à la constitution de la psychologie en science.
  • Précurseur de l’économie politique, économiste libéral classique, Condillac a inspiré des générations d’économistes, notamment en France.

Œuvres

Commons-logo.svg

  • 1746, Essai sur l’origine des connaissances humaines - reprise des idées de Locke ;
  • 1749, Traité des systèmes ;
  • 1754, Traité des sensations - ouvrage majeur ;
  • 1755, Traité des animaux - critique de l’Histoire naturelle de Buffon de 1749 ;
  • 1775, Cours d’études - 13 volumes, écrit pour le jeune Duc Ferdinand de Parme, petit-fils de Louis XV (renfermant Grammaire, Art d’écrire, Art de raisonner, Art de penser, Histoire) ;
  • 1776, Le Commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l’autre ;
  • 1780, La Logique ou l’art de penser - commande du gouvernement de Pologne pour les écoles palatines ;
  • 1798, La Langue des calculs - posthume.

Ses œuvres complètes ont été publiées à Paris, 1798, 23 volumes in-8, et 1821-1822, 16 volumes in-8 (par les soins d’Augustin Théry), avec une notice sur sa vie et ses ouvrages.

Son Cours d’études est à l’Index Librorum Prohibitorum à Rome.

Liens externes

Notes et références

Source partielle

« Étienne Bonnot de Condillac », dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang [sous la dir. de], Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878 [détail des éditions]  (Wikisource)


Précédé par
Pierre-Joseph Thoulier d'Olivet
Fauteuil 31 de l’Académie française
1768-1780
Suivi par
Louis-Élisabeth de La Vergne de Tressan
  • Portail du libéralisme Portail du libéralisme
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
  • Portail des Lumières Portail des Lumières
  • Portail de Grenoble Portail de Grenoble
Ce document provient de « %C3%89tienne Bonnot de Condillac ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Etienne Bonnot de Condillac de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Étienne Bonnot de Condillac — Etienne Bonnot de Condillac Etienne Bonnot de Condillac Full name Etienne Bonnot de Condillac Born 30 September 1715 Died 3 August 1780 …   Wikipedia

  • Étienne bonnot de condillac — Étienne Bonnot de Condillac. Pour les articles homonymes, voir Condillac. Étienne Bonnot de Condillac, abbé de …   Wikipédia en Français

  • Étienne Bonnot de Condillac — Étienne Bonnot de Condillac. Pour les articles homonymes, voir Condillac. Étienne Bonnot de Condillac, abbé de Mureau, né le 30 septembre …   Wikipédia en Français

  • Étienne Bonnot de Condillac — (* 30. September 1714 in Grenoble; † 3. August 1780 in Flux bei Beaugency) war ein französischer Geistlicher (Abbé von Muréaux), Philosoph und Logiker im …   Deutsch Wikipedia

  • Etienne Bonnot de Condillac — Étienne Bonnot de Condillac Étienne Bonnot de Condillac (* 30. September 1714 in Grenoble; † 3. August 1780 in Flux bei Beaugency) war ein französischer Geistlicher (Abbé von Muréaux), Philosoph und Logiker, der von …   Deutsch Wikipedia

  • Etienne Bonnot de Condillac —     Etienne Bonnot de Condillac     † Catholic Encyclopedia ► Etienne Bonnot de Condillac     A French philosopher, born at Grenoble, 30 September, 1715; died near Beaugency (Loiret), 3 August, 1780. He was the brother of the Abbé de Mably and… …   Catholic encyclopedia

  • Étienne Bonnot de Condillac — Étienne Bonnot de Condillac, abate de Mureau (Grenoble, 30 de septiembre 1714 Beaugency, abadía de Flux, 3 de agosto 1780), filósofo y economista francés de la segunda Ilustración, la de los llamados por Napoleón ideólogos …   Wikipedia Español

  • Bonnot de Condillac — Étienne Bonnot de Condillac Étienne Bonnot de Condillac (* 30. September 1714 in Grenoble; † 3. August 1780 in Flux bei Beaugency) war ein französischer Geistlicher (Abbé von Muréaux), Philosoph und Logiker, der von …   Deutsch Wikipedia

  • Condillac, Étienne Bonnot de — (1715 1780)    philosopher    Born in Grenoble, Étienne Bonnot de Condillac left the priesthood in 1740 and traveled to Paris, where he became an acquaintance of the philosophes (denis Diderot, jean jacques rousseau) and at this time wrote his… …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Condillac, Étienne Bonnot de — born Sept. 30, 1715, Grenoble, France died Aug. 2/3, 1780, Flux French philosopher, psychologist, and economist. He was ordained a priest in 1740. In his Essay on the Origin of Human Knowledge (1746), he systematically discussed the empiricism of …   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.