Affaire OM-VA


Affaire OM-VA

Affaire VA-OM

Article principal : Olympique de Marseille.

L'affaire VA-OM est une affaire de corruption dans le monde du football français qui a éclaté à la suite du match de championnat remporté 1 à 0 le 20 mai 1993 par l'Olympique de Marseille sur le terrain de l'US Valenciennes-Anzin. Des joueurs de Valenciennes ont déclaré avoir été invités par des émissaires de l'équipe adverse à lever le pied en échange d'une somme d'argent.

Sommaire

Contexte

Depuis l'arrivée de Bernard Tapie à sa tête, l'Olympique de Marseille a remporté le championnat de France de football quatre fois d'affilée entre 1989 et 1992. L'OM est le club le plus prestigieux de France à cette époque grâce à un effectif et des résultats sportifs brillants, notamment de très bonnes performances en coupe d'Europe. Une semaine après le début de l'affaire, l'OM remporte d'ailleurs l'édition 1993 de la Ligue des champions face au Milan AC, puis son cinquième titre consécutif de champion de France. Ce titre sera par la suite annulé par les instances dirigeantes du football français.

Déroulement de l'affaire

Les révélations

Le 22 mai, le club nordiste révèle l'existence d'une tentative de corruption. Le défenseur valenciennois Jacques Glassmann a confié à son entraîneur Boro Primorac que Jean-Jacques Eydelie, un joueur de Marseille qui fut auparavant l'un de ses coéquipiers, l'a contacté par téléphone avant le début de la rencontre. Une somme d'argent aurait été promise par un dirigeant de l'OM à Glassmann et deux autres joueurs valenciennois, Jorge Burruchaga et Christophe Robert, pour qu'ils « laissent filer » le match et surtout que les Marseillais arrivent sans blessure à Munich pour la finale face au Milan.

Les premières conséquences

En juin, la Ligue nationale de football (LNF), alors présidée par Noël Le Graët, porte plainte contre X et Éric de Montgolfier, procureur de la République de Valenciennes, ouvre une information judiciaire. Jean-Pierre Bernès, directeur général de l'OM, Jean-Jacques Eydelie, Jorge Burruchaga, de même que Christophe Robert et son épouse sont mis en examen par le juge d’instruction Bernard Beffy après les aveux de Robert et la découverte de 250 000 francs (environ 38 000 euros) dissimulés au domicile de ses parents.[1]

Le 6 septembre, le comité exécutif de l'UEFA exclut l'OM, champion de France en titre, de l'édition 1993-1994 de la Ligue des champions. De plus, le club phocéen sera privé de Supercoupe d'Europe et de la finale de la Coupe intercontinentale. Le 22, la fédération française suspend l'attribution à l'OM du titre de champion de France pour la saison 1992-1993[2], ainsi que les licences de Jean-Pierre Bernès et des joueurs impliqués, Eydelie, Robert et Burruchaga.

Le 10 février 1994, le président de l'OM Bernard Tapie est mis en examen pour corruption et subornation des témoins Boro Primorac et Jean-Jacques Eydelie[3]. Le 22 avril l'Olympique de Marseille (second du championnat de D1 en 1993-1994) est rétrogradé en deuxième division par la FFF, qui retire sa licence de dirigeant à Bernard Tapie.

Les démêlés médiatiques et judiciaires de l'affaire ont notamment opposé Bernard Tapie au procureur Éric de Montgolfier.

Le procès

Le procès a lieu au tribunal correctionnel de Valenciennes au début de mars 1995. Le verdict est rendu le 15 mai :

  • Bernard Tapie est condamné à deux ans d’emprisonnement, dont un ferme ;
  • Jean-Pierre Bernès à deux ans avec sursis et 15 000 francs d’amende (environ 2 300 euros) ;
  • Jean-Jacques Eydelie à un an avec sursis et 10 000 francs d’amende (environ 1 500 euros) ;
  • Christophe Robert et Jorge Burruchaga à six mois avec sursis et 5 000 francs d’amende chacun (environ 750 euros) ;
  • Marie-Christine Robert à trois mois avec sursis.[4]

Bernard Tapie fait appel. Devant la cour d'appel de Douai en novembre de la même année, il est condamné à deux ans de prison dont 16 mois avec sursis, 20 000 francs d'amende et trois ans d'inéligibilité. La justice établit que la motivation des Marseillais était essentiellement basée sur le désir de ne pas perdre de joueur sur blessure, et que Bernard Tapie n'en était pas l'acteur principal. Il a été condamné essentiellement du fait d'une subornation de témoin manifeste.

Notes et références

  1. Soir 3, 25/06/94
  2. Canal+ a refusé le titre de champion pour le PSG car la chaîne cryptée ne voulait pas se fâcher avec ses abonnés de province. On lira sur cette affaire, Jean-François Pérès et Daniel Riolo, OM-PSG, PSG-OM. Les meilleurs ennemis, enquête sur une rivalité, Paris, Mango Sport, 2003, p.131-133 : « Dans cette affaire, le PSG va plutôt choisir l'« intérêt supérieur de Canal+ » et s'obstiner dans son refus. »
  3. Antenne 2, 13/02/94
  4. Antenne 2, 15/05/95
  • Portail du football Portail du football
  • Portail de Marseille Portail de Marseille
  • Portail du droit français Portail du droit français
Ce document provient de « Affaire VA-OM ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Affaire OM-VA de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • affaire — [ afɛr ] n. f. • XVe; v. 1150 n. m.; de à et faire I ♦ 1 ♦ Ce que qqn a à faire, ce qui l occupe ou le concerne. C est mon affaire, et non la vôtre. Occupez vous de vos affaires (cf. fam. De vos oignons). « Il aimait à se mêler des affaires d… …   Encyclopédie Universelle

  • affairé — affaire [ afɛr ] n. f. • XVe; v. 1150 n. m.; de à et faire I ♦ 1 ♦ Ce que qqn a à faire, ce qui l occupe ou le concerne. C est mon affaire, et non la vôtre. Occupez vous de vos affaires (cf. fam. De vos oignons). « Il aimait à se mêler des… …   Encyclopédie Universelle

  • affaire — AFFAIRE. s. f. Tout ce qui est le sujet de quelque occupation. Affaire agréable. Affaire importante. Affaire de conséquence. Affaire épineuse, difficile. Je suis à présent de loisir, je n ai aucune affaire. Dites moi la place que vous désirez, j… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • affaire — Affaire. s. f. Ce qu on a à faire, Sujet d occupation, de travail, d application. Affaire agreable. affaire serieuse. affaire importante. affaire de consequence. affaire espineuse, difficile. je suis à present de loisir, je n ay aucune affaire.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • affaire — Affaire, n. p. Negotium, Commercium. J ay affaire avec un homme riche. Cum opulento rem habeo ac negotium. Plaut. Affaire hasté et avancé, Maturatum negotium. Affaire meslé et broüillé, Negotium turbulentum. Affaires nets, et point toüillez, ne… …   Thresor de la langue françoyse

  • affairé — affairé, ée (a fe ré, rée) adj. Qui a beaucoup d affaires. Toujours affairé. Ayant l air affairé. •   Elle paraissait fort affairée, HAMILT. Gramm. 7. HISTORIQUE    XVIe s. •   Un riche malaysé, necessiteux, affaireux, me semble plus miserable… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • affaire — (del francés; pronunciamos afer ) sustantivo masculino 1. Asunto o negocio económico poco limpio: Estuvo implicado en el affaire de los pagarés falsos. Lo han pescado en un affaire de contrabando. 2. Aventura sentimental: Se rumorea que la joven… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • affairé — AFFAIRÉ, EE. adject. Qui a bien des affaires. Il est si fort affairé, qu il n a pas une heure à lui. Il fait l affairé. Il est du style familier …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • affairé — Affairé, [affair]ée. adj. Qui a bien des affaires. Il est si affairé qu il n a pas une heure à luy. il fait l affairé …   Dictionnaire de l'Académie française

  • affaire de cœur — /a fer də kœr/ noun An affair of the heart • • • Main Entry: ↑affaire …   Useful english dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.