El Hadj Omar


El Hadj Omar

Oumar Tall

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tall.
Religion
religions abrahamiques :
judaïsme · christianisme · islam
Mosque02.svg
Cet article fait partie d’une série sur
l’islam
Les piliers de l’islam
la déclaration de foi · la prière · l’aumône · le jeûne de ramadan · le pèlerinage à La Mecque
Les piliers de la foi
Allah · malaikas (anges) · les livres sacrés · les prophètes · le jugement dernier · le destin
Histoire de l’islam
Mahomet · Abu Bakr as-Siddiq · Omar ibn al-Khattab · Uthman ibn Affan · Ali ibn Abi Talib · califes
Branches de l’islam
sunnisme · soufisme · chiisme · kharidjisme · acharisme · druze · salafisme
Les villes saintes de l'islam
La Mecque · Médine · al Quds
Constructions religieuses
mosquée · minaret · mihrab · qibla · architecture islamique
Événements et fêtes
hijri · hégire · Aïd el-Fitr · Aïd el-Kebir · Mawlid · Achoura · Arbaïn
Religieux
muezzin · imam · mollah · ayatollah · mufti
Textes et lois
vocabulaire de l’islam · droit musulman · écoles · la hisba · le Coran · hadith · sourate · la charia · la sunna · le fiqh · fatwa
Politique
féminisme islamique · islam libéral · islam politique · islamisme · panislamisme
Fresque à Dakar

Oumar Tall, de son vrai nom El Hadj Oumar Saïdou Tall, (Umar al-Fûtî ou Omar Seydou Tall) est un conquérant et souverain toucouleur. Il est né à Aloar dans le Fouta-Toro, dans l’actuel Sénégal, entre 1794 et 1797 et est mort de l'explosion accidentelle de son stock de poudre dans les grottes de Déguimbéré dans le pays Dogon le 12 févier 1864[1],[2]. Il est le fondateur de l'Empire toucouleur.

Sommaire

Les voyages

Né entre 1794 et 1797 à Aloar, il est le fils de Seydou Tall et de Sokhna Adama Thiam. Il est le quatrième fils de son père et le huitième de sa mère. Toucouleur descendant d'une grande famille de notables et chefs réligieux, il a commencé à approfondir sa connaissance de l’islam grâce à Abd el-Karim, un lettré musulman originaire du Fouta-Djalon, membre de la confrérie Tidjaniya. À partir de 1827 et pendant dix-huit ans, Omar Seydou tall entreprend plusieurs voyages. Il se rend à Hamdallaye sur le Niger où il rencontre Amadou Cheikhou, puis séjourne plusieurs mois à Sokoto à la cour de Mohammed Bello. Il traverse ensuite le Fezzan et se rend au Caire avant d’atteindre La Mecque où il reçoit les titres d’El Hadj et de Calife de la confrérie soufi Tidjane pour le Soudan (1828). Il séjourne ensuite à l’Université al-Azhar du Caire, puis chez le sultan du Bornou dont il épouse une fille, à la cour de Mohammed Bello dont il épouse également une fille, enfin à Hamdallaye chez Amadou Cheikhou, qui cette fois-ci l’accueille beaucoup moins favorablement. Puis il est emprisonné par le roi animiste bambara de Ségou. Lorsqu’il est relâché, il se rend dans le Fouta-Djalon où l’almami l’autorise à créer une zaouïa (1841). Pendant treize ans, il prêche la doctrine de la Tidjaniya d’abord au Fouta-Djalon, puis à Dinguiraye (actuelle Guinée) en 1848.

Le djihad

A Dinguiraye, il prépare le djihad (guerre sainte). Il acquiert une réputation de saint et rassemble de nombreux disciples qui formeront les cadres de son armée. Son armée, équipée d’armes légères européennes reçues de trafiquants britanniques de Sierra Leone, s’attaque à plusieurs régions malinkées à partir de 1850. Il occupe sans difficulté les territoires du Mandingue et du Bambouk (1853), puis attaque les Bambaras Massassi dont il prend la capitale Nioro (1854). En 1856, il annexe le royaume bambara du Kaarta et réprime sévèrement les révoltes.

Luttant contre l’armée coloniale française, il fait construire un tata (une fortification) à Koniakary (77 Km à l'ouest de Kayes). En avril 1857, il déclare la guerre contre le royaume du Khasso et assiège le fort de Médine, qui sera libéré par les troupes de Louis Faidherbe le 18 juillet 1857.

Entre 1858 et 1861, El Hadj Oumar Tall s’attaque aux royaumes bambaras de Kaarta et de Ségou. Le 10 mars 1861, il conquiert Ségou qu’il confie un an plus tard à son fils Ahmadou pour partir à la conquête d’Hamdallaye, capitale de l’Empire peul du Macina qui tombera le 16 mars 1862 après trois batailles faisant plus de 70 000 morts. Obligé de se réfugier dans les grottes de Deguembéré, près de Bandiagara, il disparait dans une grotte le 12 février 1864. Son neveu Tidiani Tall sera son successeur et installera la capitale de l’Empire Toucouleur à Bandiagara. Son fils Ahmadou Tall règne à Ségou, jusqu’à l’occupation française en 1893[3].

La théocratie

Mû par l’idéologie universaliste de l’islam et par un projet de rénovation égalitaire de la société, El Hadj Oumar encourage le libéralisme de la confrérie Tidjaniya, dont il est le représentant, et se promet d’imposer une « fraternité transcendante » aux peuples du Soudan occidental.

El Hadj Oumar gouverne ses États comme une théocratie, assisté par un conseil comprenant quelques grands marabouts, entre 1842 à 1858 hams fuis le roi du sénegal.certains de ses frères et des compagnons de pèlerinage. La loi coranique est le principe fondamental du gouvernement. Sur le plan administratif, El Hadj Oumar s’inspire du modèle égypto-turc avec la division du pouvoir en en un gouverneur civil (pacha) et un gouverneur militaire (bey). Chaque province dispose d’une puissante forteresse (tata) commandée par un chef militaire dirigeant une importante garnison.

La légende

El Hadj Oumar est aussi un personnage de légende, dont s'empara l'imagination populaire : plusieurs récits merveilleux circulèrent et circulent encore à son sujet. Au Sénégal, El Hadj Oumar Tall est perçu comme un saint et un résistant contre l'envahisseur colonial. En tout cas sa mémoire reste vive en milieu haalpular (nord du Sénégal) où porter le nom de Tall reste prestigieux, surtout si l'on peut se dire son descendant.

Notes

  1. Éric Milet, Jean-Luc Manaud, Mali, Olizane, 2007, 316 p. (ISBN 2880863511), p. 50 
  2. Yves-Jean Saint-Martin, Le Sénégal sous le second Empire: naissance d'un empire colonial (1850-1871), KARTHALA, 1989, 671 p. (ISBN 2865372014), p. 303 
  3. Pour en savoir plus, voir les pages sur El Hadj Omar Tall et ses enfants Tidjane, Amadou, Maki, Nourou, Dahé, Bachir [1]

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • (ar)(fr)  : Dhikrá murūr miʾatay sanah ʻalá mīlād al-shaykh al-Ḥājj ʻUmar al-Fūtī Tāll, 1797-1998 : nadwah dawlīyah 14-19 Djanbir 1998, Dakār - al-Sīnighāl - Bicentenaire de la naissance du cheikh El Hadj Oumar al-Futi Tall, 1797-1998 : colloque international, 14-19 décembre 1998, Dakar - Sénégal, Actes du colloque, Rabat, Maʻhad al-Dirāsāt al-Ifrīqīyah, 2001, 2 vol. (vol. 1 en arabe (ISBN 9981370223) ; vol. 2 en français (ISBN 3022379981))
  • (fr) Samba Dieng, Une approche de l’épopée omarienne d’après la chronique de El Hadj Mamadou Abdoul Niagane, Dakar, Université de Dakar, 1978, 252 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Samba Dieng, L’épopée d’Elhadj Omar. Approche littéraire et historique, Dakar, Université de Dakar, 1984, 2 t., t.I, 1-299, t.II, 300-606. (Thèse de 3e cycle)
  • (fr) Elikia M'Bokolo, Afrique Noire, Histoire et civilisations, Paris, Hatier-AUF, 2004 (2e édition), 587 p. (ISBN 2218750503)
  • (fr) M. Puech, Le livre des Lances (Rimàh) d’El Hadji Omar (1845), Dakar, Université de Dakar, 1967, (Dipôme d’Études Supérieures)
  • (fr) David Robinson, La guerre sainte d'al-Hajj Umar. Le Soudan occidental au milieu du XIXe siècle, Paris, Karthala, 1988, 413 p. (ISBN 2865372111)
  • (fr) David Robinson et Jean-Louis Triaud (sous la direction de), Le temps des marabouts. Itinéraires et stratégies islamiques en Afrique occidentale française vers 1880-1960, Paris, Karthala, 1997, 583 p. (ISBN 2865377296)
  • (fr) Alassane Wélé, Le Fergo omarien et ses prolongements, Dakar, Université de Dakar, 1976, 308 p. (Mémoire de Maîtrise)

Liens externes

  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances
  • Portail du Mali Portail du Mali
  • Portail du Sénégal Portail du Sénégal
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Oumar Tall ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article El Hadj Omar de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Hadj Omar — (Al ou El). V. Al Hadj Omar …   Encyclopédie Universelle

  • El-Hadj Omar — Oumar Tall Pour les articles homonymes, voir Tall. Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · …   Wikipédia en Français

  • El hadj omar — Oumar Tall Pour les articles homonymes, voir Tall. Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · …   Wikipédia en Français

  • El Hadj Omar — V. Al Hadj Omar …   Encyclopédie Universelle

  • Al Hadj Omar — (v. 1797 1864) empereur toucouleur. Devenu calife de la confrérie musulmane Tidjaniyya, il conquit à partir de 1852 un empire sur les rives du Niger, dans le Mali actuel. Il résista à la conquête française à partir de 1854. En 1862, il s empara… …   Encyclopédie Universelle

  • El Hadj Omar Bongo — Omar Bongo Omar Bongo 2e président de la République gabonaise …   Wikipédia en Français

  • El Hadj Omar Bongo Ondimba — Omar Bongo Omar Bongo 2e président de la République gabonaise …   Wikipédia en Français

  • M'Vengue El Hadj Omar Bongo Ondimba International Airport — IATA: MVB – ICAO: FOON Summary Airport type Civil/Military Serves Franceville Locati …   Wikipedia

  • Omar Bongo — Omar Bongo, en mai 2004 Mandats 2e président de la République gabonaise 2 décembre  …   Wikipédia en Français

  • Omar Bongo Ondimba — Omar Bongo Omar Bongo 2e président de la République gabonaise …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.