Edouard Herriot


Edouard Herriot

Édouard Herriot

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Herriot.
Édouard Herriot
...114e président du Conseil des ministres français
Édouard Herriot 01.jpg

Actuellement en fonction
Mandat actuel
Depuis le {{{début mandat actuel}}}
Président(s) {{{président actuel}}}
Président fédéral {{{président fédéral actuel}}}
Président(s) de la République {{{président de la république actuel}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation actuel}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état actuel}}}
Souverain(s) {{{Souverain}}}
Monarque(s) {{{monarque actuel}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur actuel}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement actuel}}}
Législature(s) {{{législature actuel}}}
Majorité(s) {{{coalition actuel}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint actuel}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur actuel}}}

{{{mandat4}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Président(s) {{{président4}}}
Président fédéral {{{président fédéral4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république4}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état4}}}
Monarque(s) {{{monarque4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement4}}}
Législature(s) {{{législature4}}}
Majorité(s) {{{coalition4}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur4}}}
Successeur {{{successeur4}}}

Mandat
3 juin 1932 - 14 décembre 1932
Président(s) {{{président3}}}
Président fédéral {{{président fédéral3}}}
Président(s) de la République Gaston Doumergue
Président(s) de la Nation {{{président de la nation3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état3}}}
Monarque(s) {{{monarque3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur3}}}
Gouvernement(s) Gouvernement Édouard Herriot (3)
Législature(s) XVe législature
Majorité(s) {{{coalition3}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint3}}}
Prédécesseur André Tardieu
Successeur Joseph Paul-Boncour

Mandat
19 juillet 1926 - 21 juillet 1926
Président(s) {{{président2}}}
Président fédéral {{{président fédéral2}}}
Président(s) de la République Gaston Doumergue
Président(s) de la Nation {{{président de la nation2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état2}}}
Monarque(s) {{{monarque2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur2}}}
Gouvernement(s) Gouvernement Édouard Herriot (2)
Législature(s) XIVe législature
Majorité(s) {{{coalition2}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint2}}}
Prédécesseur Aristide Briand
Successeur Raymond Poincaré

Mandat
14 juin 1924 - 10 avril 1925
Monarque(s) {{{monarque1}}}
Président(s) {{{président1}}}
Président fédéral {{{président fédéral1}}}
Président(s) de la République Gaston Doumergue
Président(s) de la Nation {{{président de la nation1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur1}}}
Gouvernement(s) Gouvernement Édouard Herriot (1)
Législature(s) XIVe législature
Majorité(s) {{{coalition1}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint1}}}
Prédécesseur Frédéric François-Marsal
Successeur Paul Painlevé

Autres fonctions
{{{fonction1}}}
Période
{{{début fonction1}}} - {{{fin fonction1}}}
Président(s) {{{président 1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 1}}}
Monarque(s) {{{monarque 1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 1}}}
Premier ministre {{{premier ministre 1}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 1}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 1}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 1}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 1}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 1}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 1}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 1}}}
Législature(s) {{{législature 1}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 1}}}
Successeur {{{successeur 1}}}

{{{fonction2}}}
Période
{{{début fonction2}}} - {{{fin fonction2}}}
Président(s) {{{président 2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 2}}}
Monarque(s) {{{monarque 2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 2}}}
Premier ministre {{{premier ministre 2}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 2}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 2}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 2}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 2}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 2}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 2}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 2}}}
Législature(s) {{{législature 2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 2}}}
Successeur {{{successeur 2}}}

{{{fonction3}}}
Période
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président(s) {{{président 3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 3}}}
Monarque(s) {{{monarque 3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 3}}}
Premier ministre {{{premier ministre 3}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 3}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 3}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 3}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 3}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 3}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 3}}}
Législature(s) {{{législature 3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 3}}}
Successeur {{{successeur 3}}}

{{{fonction4}}}
Période
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président(s) {{{président 4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 4}}}
Monarque(s) {{{monarque 4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 4}}}
Premier ministre {{{premier ministre 4}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 4}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 4}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 4}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 4}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 4}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 4}}}
Législature(s) {{{législature 4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 4}}}
Successeur {{{successeur 4}}}

{{{fonction5}}}
Période
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président(s) {{{président 5}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 5}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 5}}}
Monarque(s) {{{monarque 5}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 5}}}
Premier ministre {{{premier ministre 5}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 5}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 5}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 5}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 5}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 5}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 5}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 5}}}
Législature(s) {{{législature 5}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 5}}}
Successeur {{{successeur 5}}}

{{{fonction6}}}
Période
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président(s) {{{président 6}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 6}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 6}}}
Monarque(s) {{{monarque 6}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 6}}}
Premier ministre {{{premier ministre 6}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 6}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 6}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 6}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 6}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 6}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 6}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 6}}}
Législature(s) {{{législature 6}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 6}}}
Successeur {{{successeur 6}}}

{{{fonction7}}}
Période
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président(s) {{{président 7}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 7}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 7}}}
Monarque(s) {{{monarque 7}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 7}}}
Premier ministre {{{premier ministre 7}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 7}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 7}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 7}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 7}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 7}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 7}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 7}}}
Législature(s) {{{législature 7}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 7}}}
Successeur {{{successeur 7}}}

{{{fonction8}}}
Période
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président(s) {{{président 8}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 8}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 8}}}
Monarque(s) {{{monarque 8}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 8}}}
Premier ministre {{{premier ministre 8}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 8}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 8}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 8}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 8}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 8}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 8}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 8}}}
Législature(s) {{{législature 8}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 8}}}
Successeur {{{successeur 8}}}

{{{fonction9}}}
Période
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président(s) {{{président 9}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 9}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 9}}}
Monarque(s) {{{monarque 9}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 9}}}
Premier ministre {{{premier ministre 9}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 9}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 9}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 9}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 9}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 9}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 9}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 9}}}
Législature(s) {{{législature 9}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 9}}}
Successeur {{{successeur 9}}}

{{{fonction10}}}
Période
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président(s) {{{président 10}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 10}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 10}}}
Monarque(s) {{{monarque 10}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 10}}}
Premier ministre {{{premier ministre 10}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 10}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 10}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 10}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 10}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 10}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 10}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 10}}}
Législature(s) {{{législature 10}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 10}}}
Successeur {{{successeur 10}}}

{{{fonction11}}}
Période
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président(s) {{{président 11}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 11}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 11}}}
Monarque(s) {{{monarque 11}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 11}}}
Premier ministre {{{premier ministre 11}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 11}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 11}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 11}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 11}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 11}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 11}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 11}}}
Législature(s) {{{législature 11}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 11}}}
Successeur {{{successeur 11}}}

Biographie
Nom de naissance Édouard Herriot
Naissance 5 juillet 1872
France Troyes, (Aube) (France)
Décès 26 mars 1957
France Saint-Genis-Laval, (Rhône (France)
Nature du décès {{{nature}}}
Nationalité française
Parti politique RRRS
Conjoint {{{conjoint}}}
Enfants {{{enfants}}}
Diplômé de {{{université}}}
Profession
Résidence {{{résidence}}}
Signature

Présidents du Conseil des ministres français

Édouard Herriot , né à Troyes (Aube) le 5 juillet 1872 et mort à Saint-Genis-Laval (Rhône)[1] le 26 mars 1957, est un homme politique français, membre du Parti radical.

Sommaire

Parcours

Biographie

Fils de François-Nicolas, lieutenant d'infanterie, et de Jeanne-Eugénie Collon, il étudie au lycée de La Roche-sur-Yon Il épouse à Lyon le 30 octobre 1899 Blanche Rebatel (1877-1962), fille du docteur Fleury Rebatel, président du Conseil général du Rhône. Cette union lui facilite grandement son entrée en politique.

Entré au conseil municipal de Lyon en 1904, il devient adjoint, puis maire le 3 novembre 1905, en succédant à Jean-Victor Augagneur. Il le reste jusqu'en 1957, avec une interruption sous l’occupation. Son successeur est Louis Pradel.

Il s'engage dans l'affaire Dreyfus aux côtés d'Émile Zola et Anatole France, et fonde la section lyonnaise de la Ligue des droits de l'homme.

En 1924, après que les élections eurent donné la majorité au Cartel des Gauches, il est appelé à la présidence du Conseil par le nouveau président de la République, Gaston Doumergue. Fervent défenseur de la laïcité, il veut alors introduire les lois laïques en Alsace-Lorraine et rompre les relations diplomatiques avec le Vatican, mais il est désavoué par le Conseil d'État sur le premier point et se heurte à l'opposition du Sénat et au risque de velléités indépendantistes locales sur le second. Critiqué pour son laxisme en matière de finances, hésitant dans le remède à donner à la crise - il balance entre un emprunt, souhaité par la droite, et le "prélèvement" sur le capital réclamé par les socialistes - il doit démissionner.

Il préside alors la Chambre des députés pendant un an, mais lorsque Caillaux, ministre des finances, demande, pour résoudre la crise financière, l'autorisation de recourir à des décrets-lois, il descend de la présidence pour dénoncer comme député une procédure qui bafoue la prééminence du parlement. Le cabinet Briand est immédiatement renversé par une telle offensive, et Herriot est nommé président du conseil. Son propre gouvernement ne dure pas trois jours et il doit céder la place à Poincaré, signant la fin du cartel des gauches. Marqué peut-être par ces échecs, il commence à se rapprocher peu à peu de la droite, sans aller toutefois bien loin. En tout cas il a droit aux compliments flatteurs de l’abbé Bethléem[réf. nécessaire], grand pourfendeur de la pornographie, pour avoir interdit l’affichage de journaux « osés Â» dans les kiosques de Lyon. Une certaine presse de gauche ricane alors car la vie privée d'Herriot n'est pas tout à fait exemplaire[réf. nécessaire] et Le Canard enchaîné y fait allusion dans ses contrepèteries[réf. nécessaire], il n'en commence pas moins à gagner la faveur des catholiques.

En 1932 il revient au pouvoir après des élections qui ont marqué une poussée vers la gauche. Durant cette même année, c’est sous son gouvernement que l’appellation du ministère de l’Instruction publique devient ministère de l’éducation nationale. Il est devenu beaucoup plus modéré et l'on a dit que son gouvernement a été le dernier à laisser une impression de calme[réf. nécessaire]. Cependant de l'autre côté du Rhin Hitler devient chancelier, le « Fühmeur Â» Herriot, comme l'appelle Jean Sennep en raison de son amour pour la pipe, n'est pas de taille à lutter contre le Führer : il tombe bientôt. À l'invitation de Staline, Édouard Herriot se rend en 1933 à Moscou. Ce voyage s'inscrit dans la tentative de rapprochement franco-soviétique qui débouchera sur le pacte franco-soviétique de 1935. À cette occasion, il visite l'Ukraine, où sévit alors une famine dramatique. Abusé par la propagande soviétique et les figurants se dressant sur son passage, Édouard Herriot ne se rend pas compte de la famine qui sévit dans le pays et déclare n'avoir vu que « des jardins potagers de kolkhozes admirablement irrigués et cultivés Â» dans son récit de voyage publié l'année suivante, "Orient", où il fait également l'éloge de la nouvelle Turquie, républicaine et laïque.[réf. nécessaire] En 1934, après les émeutes du 6 février, il entre dans le cabinet Doumergue pour lui donner une caution de gauche, mais cette tentative d'Union nationale ne dure pas.

Il reste cependant ministre d'État dans les cabinets Flandin et Laval et tente d'y exercer une influence conciliatrice, mais les difficultés auxquelles se heurte la France dépassent les capacités de son personnel politique ; en 1935, gêné par l'évolution vers la gauche du Parti radical il démissionne de sa présidence et redevient président de la Chambre.

Le lycée Édouard-Herriot à Lyon

Herriot s'abstint de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940.

En 1942 il renvoie sa Légion d’honneur au maréchal Pétain pour protester contre son attribution à des membres de la LVF, ce qui lui vaut d’être assigné à résidence. En août 1944, alors que les armées alliées se dirigent vers Paris, il accepte la proposition de Pierre Laval de réunir les Chambres pour restaurer la Troisième République, mais les ultra-collaborationnistes font échouer cette tentative en demandant aux Allemands de l’arrêter. Il part en déportation.

Il perd quelques amitiés par son attitude modérée lors de l’Épuration[réf. nécessaire] mais, quand les passions se calment il fait figure de sage et il retrouve la présidence de la Chambre en 1947. Il est élu membre de l'Académie française le 5 décembre 1946, le dernier des quatorze nouveaux élus de cette année-là. Avec son élection, l'Académie est pour la première fois au complet depuis le début de la guerre, si l'on excepte deux fauteuils dont les titulaires, Philippe Pétain et Charles Maurras, exclus[2] de l'Académie et dont les fauteuils ont été déclarés vacants[2].

En 1953, sa santé s’étant altérée, il ne peut présider l’élection du président de la République et il est remplacé par André Le Troquer, qui lui succède au début de 1954 quand le vieux maire de Lyon décide de ne plus se représenter.

Il est lauréat du prix international de la paix en 1954.

Il est l'un des fondateurs du Comité du Vieux Pérouges qui a permis de sauvegarder le prestigieux patrimoine de cette cité médiévale.

Les obsèques religieuses de ce vieil anticlérical sont, dans un premier temps, annoncées par le cardinal Gerlier, mais Pierre Mendès France réussit à convaincre la veuve du président de ne pas conduire le convoi funèbre à la primatiale Saint-Jean. Le 30 mars 1957, les funérailles nationales sont retransmises par la télévision depuis la place Bellecour, en présence du président de la République René Coty et du président du Conseil Guy Mollet.

Aujourd'hui, une multitude d'établissements scolaires portent son nom.


Édouard Herriot
Parlementaire français
Naissance 5 juillet 1872
Décès 26 mars 1957
Mandat Sénateur 1912-1919
Député 1919-1940
puis 1945-1957
Début du mandat {{{début du mandat}}}
Fin du mandat {{{fin du mandat}}}
Circonscription Rhône
Groupe parlementaire GD (1912-1919)
RRRS (1919-1957)
IIIe République-IVe République


On attribue à Herriot quelques citations célèbres :

« La culture, – a dit un moraliste oriental – c'est ce qui reste dans l'esprit quand on a tout oublié. Â»[3] En fait, Herriot cite un moraliste oriental.

« La politique, c'est comme l'andouillette. Ça doit sentir un peu la merde, mais pas trop Â».

« le Sénat est une assemblée d'hommes à idées fixes, heureusement corrigée par une abondante mortalité Â».

Alain avait beaucoup d'estime pour le maire de Lyon : « Herriot était puissant par le suffrage populaire, puissant par l'éloquence, puissant par l'espoir des foules Â» [4].

Œuvres

(non exhaustif)

  • Madame Récamier et ses amis, Plon, Paris, 1905
  • La vie et la passion de Michel Servet, La Raison, Paris, 1907
  • Vieille et jeune Turquie, Rousseau, Paris, 1911
  • Créer, Payot & Cie, 1920
  • La Russie nouvelle, Ferenczi, Paris, 1922
  • Dans la Forêt Normande, Hachette, Paris, 1925
  • La vie de Beethoven, Gallimard, Paris, 1929
  • La France dans le monde, Hachette, Paris, 1933
  • Orient, Hachette, Paris, 1934
  • Lyon n'est plus, 4 volumes (« Jacobins et Modérés Â», « Le Siège Â», « La Réaction Â», « La Répression Â»), Hachette, Paris, 1937-1940

Notes et références

  1. ↑ À l'Hôpital Saint-Eugénie (Hospices Civils de Lyon).
  2. ↑ a  et b  Collectif - Fondation Charles de Gaulle, De Gaulle et la Libération, Éditions Complexes, Paris, 2004, 221 p. (ISBN 2804800164 et ISBN 9782804800161), [présentation en ligne], [lire en ligne], chapitre : « De Gaulle et la République des lettres Â», par Nicole Racine : p. 184-186 : « [...] L'ordonnance du 26 décembre 1944 entraînait automatiquement la destitution et l'exclusion de toutes fonctions, offices publics et corps constitués de quiconque était déclaré coupable d'indignité nationale. [...] Â»
    Ont participé à cet ouvrage : Claire Andrieu, Serge Berstein, Michèle et Jean-Paul Cointet, Laurent Douzou, René Hostache, Chantal Morelle, Nicole Racine, Odile Rudelle, Maurice Vaïsse, Dominique Veillon, Olivier Wieviorka. Textes tirés des actes du colloque des 6, 7 et 8 octobre 1994 organisé par la Fondation Charles de Gaulle, la Fondation des Sciences politiques, l'Association française des constitutionnalistes et la participation de l'université de Caen ; publié en version intégrale : Le rétablissement de la légalité républicaine, 1944, Éditions Complexes, 1996.
  3. ↑ Edouard Herriot, Jadis - Avant la première guerre mondiale, 1948, p. 104.
  4. ↑ Alain, « Ã‰chec de la force Â», 1939, Libre Propos, 25 avril 1934.

Bibliographie

  • Jacques Bruyas, Édouard Herriot, Éditions Horvath, 1985, ISBN 2717103996, n° notice BnF : FRBNF34912030 ;
  • Serge Berstein, Edouard Herriot ou la République en personne, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1985, 327 p. (ISBN 2724605209 et ISBN 9782724605204) ;
  • Jacques Bruyas, Il y a 100 ans... Édouard Herriot, co-auteur avec Remi Gachon, Éditions Horvath, 1995, ISBN 2717109382, n° notice BnF : FRBNF36694099 ;
  • Yvert Benoît (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernements en France (1815-2007), Paris, Perrin, 2007, 916 p..

Annexes

Articles connexes

Liens externes


Précédé par
Octave Aubry
Fauteuil 8 de l’Académie française
1946-1957
Suivi par
Jean Rostand
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du monde contemporain Portail du monde contemporain
  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail du Grand Lyon Portail du Grand Lyon
Ce document provient de « %C3%89douard Herriot ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Edouard Herriot de Wikipédia en français (auteurs)


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.