Edmund Burke


Edmund Burke
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Edmund Burke (homonymie).
Edmund Burke
Philosophe irlandais
XVIIIe siècle
EdmundBurke1771.jpg

Naissance Dublin, le 12 janvier 1729
Décès Beaconsfield (Buckinghamshire), le 9 juillet 1797
École/tradition Conservatisme libéral, Contre-révolutionnaire
Principaux intérêts Politique, éthique, esthétique
Idées remarquables Sublime
Œuvres principales Réflexions sur la Révolution de France
Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau
Influencé par Aristote, Cicéron, Pères de l'Église, Richard Hooker, Montesquieu, Sir William Blackstone
A influencé Emmanuel Kant[réf. nécessaire], Joseph de Maistre, Alexis de Tocqueville, Friedrich Hayek, Karl Popper, Russell Kirk, John Maynard Keynes

Edmund Burke (Dublin, le 12 janvier 1729 - Beaconsfield (Buckinghamshire), le 9 juillet 1797) était un homme politique et philosophe irlandais. Il fut longtemps député à la Chambre des Communes britannique, en tant que membre du parti whig. Il est resté célèbre pour le soutien qu'il a apporté aux colonies d'Amérique du Nord lors de leur conflit avec le roi George III, ainsi que pour sa ferme opposition à la Révolution française, exprimée dans ses Reflections on the Revolution in France, qui fit de lui l'un des chefs de file de la faction conservatrice au sein du parti whig. Edmund Burke est également l'auteur d'ouvrages de philosophie portant sur l'esthétique, et le fondateur de la revue politique Annual Register. Il est souvent considéré comme le père du conservatisme anglo-américain[1].

Sommaire

Biographie

Né d'un père anglican, juriste de profession, et d'une mère catholique, Edmund Burke est élevé dans la religion anglicane à laquelle il reste attaché toute sa vie. Il est élève dans une école quaker de Ballitore, puis au Trinity College de Dublin. En 1747, il crée un club d'étudiants (Edmund Burke's club), qui donne naissance par la suite à la College Historical Society ; celle-ci existe toujours, et est considérée comme la plus ancienne association d'étudiants au monde. L'Historical Society conserve dans ses archives les débats tenus dans le cadre de ce club. Il obtient sa licence en 1748. Son père souhaite le voir étudier le droit, et l'envoie à Londres pour cela en 1750 ; il entre au Middle Temple comme avocat, mais quitte peu après l'Angleterre pour voyager à travers l'Europe.

Il montre dès 1756 son aversion à l'égard de l'idéologie des Lumières, et publie la même année un Coup d'œil sur les maux qu'a produits la civilisation ; les avis au sujet de cet ouvrage anonyme sont partagés : certains y voient une parodie de la manière d'argumenter de Lord Bolingbroke, d'autres le considèrent comme une approche de l'anarchisme philosophique. Devenu homme politique, Burke désavoue cet ouvrage. En 1757, il fait paraître une Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du Sublime et du Beau, un traité d'esthétique qui lui fait prendre rang parmi les philosophes, attirant même l'attention de Diderot et de Kant.

Il se tourne vers la politique en 1758 et devient un des principaux chefs des Whigs. Il crée en 1758 avec Robert Dodsley l' Annual Register, recueil périodique d'articles sur l'actualité internationale ; à Londres, il se lie avec de nombreux intellectuels et artistes de premier plan, entre autres Samuel Johnson, David Garrick, Oliver Goldsmith et Joshua Reynolds, membres comme lui du Literary Club. Au début des années 1760, il accompagne en Irlande Lord Halifax, nommé vice-roi, et devient en 1765 le secrétaire particulier et l'ami du marquis de Rockingham, premier lord de la Trésorerie.

Carrière politique

Edmund Burke

La même année, Burke est élu à la Chambre des Communes - représentant un bourg relevant du système de trafic d'élections des « bourgs pourris », Wendover - et se range dans l'opposition, malgré ses liens personnels avec le ministre Rockingham. Il prend une part active au débat sur la limitation constitutionnelle du pouvoir exécutif royal, et se fait l'avocat du rôle des partis, en particulier de celui d'une opposition « institutionnalisée » capable d'empêcher les abus de pouvoir dont pourraient se rendre coupables le souverain ou la majorité parlementaire. Il est initié franc-maçon dans la loge Jérusalem 44 en 1769[2],[3]. En 1770, dans ses Considérations sur la cause des mécontentements actuels, il exprime son soutien aux récriminations qu'exprimaient les colonies américaines vis-à-vis du pouvoir britannique. Il défend également les catholiques irlandais face aux persécutions dont ils sont victimes et dénonce les abus et la corruption de la Compagnie des Indes orientales.

En 1769, en réponse à George Grenville, Burke publie un pamphlet intitulé L'état actuel de la nation. La même année, il acquiert le domaine de Gregories, près de Beaconsfield. Cette propriété de six cent acres (240 hectares), qu'il a acheté à crédit, pèse lourdement sur ses finances pendant les décennies suivantes ; quoiqu'elle ait contenu une importante collection d'œuvres d'art, incluant des tableaux du Titien. Ses discours et ses essais lui assurent une réputation déjà importante, ce qui explique sans doute qu'on lui ait parfois attribué les Lettres de Junius. Élu député de Bristol - à l'époque la deuxième ville d'Angleterre - en 1774, cette fois au cours d'une élection en bonne et due forme, il défend dans la déclaration qu'il adresse à ses électeurs les principes de la démocratie représentative contre l'idée selon laquelle les élus n'interviendraient en fait que rarement en faveur des intérêts de leur circonscription. Dans les années qui suivent, il se distingue notamment par sa défense de la liberté du commerce avec l'Irlande et l'émancipation des catholiques, ce qui le rend assez impopulaire ; il perd son siège lors de l'élection de 1780. Il siégea ensuite pour la circonscription de Malton, dont son protecteur Rockingham pouvait disposer à son gré.

Il est appelé en 1782 comme membre du conseil privé, mais n'y reste que quelques mois. En 1786, il attaque le gouverneur des Indes orientales, Warren Hastings qui avait abusé de son pouvoir.

Burke et la Révolution française

Caricature d'Edmund Burke, 1790.
Edmund Burke est ici représenté comme un Don Quichotte, s'appuyant sur le pape, représenté comme un âne. La caricature paraît en 1790, au moment de la Constitution civile du clergé en France et de la sortie du livre de Burke Reflections on the French Revolution. Burke sort d'un porche au-dessus duquel est inscrit le nom de son éditeur, Dodsley Bookseller. Sur son bouclier, la Bastille.

Il s'est opposé à la Révolution française dès son début. Il s'en déclare l'adversaire, et prononce à cette occasion plusieurs discours, tout en publiant un grand nombre d'écrits ; le principal, intitulé : Réflexions sur la Révolution de France (1790), a en Angleterre et sur le continent un immense succès (Thomas Paine a écrit une réfutation de cet ouvrage). Burke y soutient que l’œuvre législative française est fondée sur des idées théoriques et intemporelles alors que les réformes doivent toujours être particulières au contexte spatio-temporel. Il prédit la dérive dictatoriale de la Révolution française. Pour lui, il est impératif de préserver la hiérarchie sociale, de limiter au maximum la participation politique et de briser dans l'œuf toute velléité de démocratisation, afin de se conformer à la tradition[4]. Cette conception organique des institutions influence le traditionalisme français de Joseph de Maistre et Louis de Bonald, ainsi que le romantisme politique allemand d'Adam Müller.

Il rompt avec les Whigs en 1791, et se retire alors de toute activité politique. Burke a quelquefois été surnommé le Cicéron anglais.

En 1792, il va héberger Augustin Barruel lors de son exil londonien et bien que franc-maçon, le félicitera pour son Mémoire pour servir à l'histoire du jacobinisme, pourtant antimaçonnique[5].

Œuvres

Discours

  • On American taxation (Sur la taxation en Amérique), 1774
  • On the Situation in France (Sur la situation actuelle de la France), 1790

Notes et références

  1. C'est notamment l'avis de Russell Kirk dans son essai The Conservative Mind.
  2. (fr)Francs-maçons célèbres sur emsomipy.free.fr. Consulté le 13 juillet 2010.
  3. (fr)Edmund Burke sur freemasonry.bcy.ca. Consulté le 13 juillet 2010.
  4. Zeev Sternhell, Les Anti-Lumières: du XVIIIe siècle à la Guerre Froide, Paris, Éditions Fayard, 2006.
  5. Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Le livre de poche, article « Edmund Burke », p. 113.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe

Bibliographie

  • (en) Ayling, Stanley, Edmund Burke : his life and opinions, Londres, J. Murray, 1988, 316 p.
  • (en) O'Gorman, Franck, Edmund Burke : his political philosophy, Londres, G. Allen and Unwin, 1973
  • (en) Kirk, Russell, The Conservative Mind, Washington, Regnery, 1985
  • (fr) Courtney, Cecil P, "Burke et les Lumières", in Cahiers de philosophie politique et juridique n°16, La Révolution française entre Lumières et Romantisme, Université de Caen, 1989, pp. 55-64. (ISSN 0759-1810)
  • (fr) Ganzin Michel, La pensée politique d'Edmund Burke, Paris : Librairie générale de droit et de jurisprudence, Bibliothèque constitutionnelle et de science politique, 1972, 464 p.
  • (fr) Delannoy, Benjamin, Burke et Kant interprètes de la Révolution française, Paris, Budapest, Torino : Editions L'Harmattan, 2004, 140 p. (ISBN 2-7475-6069-4).
  • (fr) Yves Chiron, Edmund Burke et la Révolution française, Éditions Téqui, Paris 1987
  • (fr) Zeev Sternhell, Les Anti- Lumières: du XVIIIe siècle à la guerre Froide, Paris, Édition Fayard, 2006.
  • (fr) Patrick Thierry, Burke : Le futur en héritage, Paris, Éditions Michalon, 2010


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Edmund Burke de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Edmund Burke — Edmund Burke. Edmund Burke (Dublín, 12 de enero de 1729 – Beaconsfield, 9 de julio de 1797), escritor y político, es considerado el padre del liberal conservadurismo británico, tendencia que él llamaba old whigs (viejos liberales), en… …   Wikipedia Español

  • Edmund Burke — (ca. 1767 69) Edmund Burke (Aussprache: [bə:k]) (* 1. Januarjul./ 12. Januar 1729greg.[1] in Dublin; † 9. Juli 1797 in Beaconsf …   Deutsch Wikipedia

  • Edmund Burke —     Edmund Burke     † Catholic Encyclopedia ► Edmund Burke     First Vicar Apostolic of Nova Scotia, b. in the parish of Maryborough, County Kildare, Ireland, in 1753; d. at Halifax, Nova Scotia, 1820. He was compelled by existing political… …   Catholic encyclopedia

  • Edmund Burke — (Dublín, 12 de enero 1729 Beaconsfield, 9 de julio 1797), escritor, esteta y pensador político británico liberal nacido en Irlanda …   Enciclopedia Universal

  • Edmund Burke — Infobox Philosopher region = Western Philosophy era = 18th century philosophy color = #B0C4DE image caption = Rt. Hon. Edmund Burke name = Edmund Burke birth = January 12, 1729 (Dublin, Ireland) death = Death date and age|1797|7|9|1729|1|12… …   Wikipedia

  • Edmund Burke — noun British statesman famous for his oratory; pleaded the cause of the American colonists in British Parliament and defended the parliamentary system (1729 1797) • Syn: ↑Burke • Instance Hypernyms: ↑statesman, ↑solon, ↑national leader, ↑orator,… …   Useful english dictionary

  • Edmund Burke — ➡ Burke * * * …   Universalium

  • Edmund Burke — Ciencia La ciencia se corrompe con facilidad si dejamos que se estanque. Comunicación ¡La prensa, el cuarto poder...! Derecho La ley es la seguridad del pueblo, la seguridad de cada uno de los gobernados y la seguridad de cada uno de los… …   Diccionario de citas

  • Edmund Burke (disambiguation) — Edmund Burke may refer to: *various members of the Clan Burke, especially Edmond de Burgh (or de Burke) and Edmond Albanach Burke *Edmund Burke (1729 1797), Irish politician and philosopher * Edmund Burke (congressman) (1809 1882), U.S.… …   Wikipedia

  • Edmund Burke (New Hampshire) — Edmund Burke Edmund Burke (* 23. Januar 1809 in Westminster, Windham County, Vermont; † 25. Januar 1882 in Newport, New Hampshire) war ein US amerikanischer Politiker. Zwischen 1839 und 1845 vertrat er den Bundesstaat …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.